Skip to main content

Full text of "The provincial letters of Pascal [microform]"

See other formats


IMAGE EVALUATION 
TEST TARGET (MT-3) 




4^ 

.,/// Xr lip Ms 

ms^ // t> #-, % ^, 



7< 




^ 



^ 



/ 4r, 




t^ 






/ 



Vx 






1.0 



I.I 



1.25 



|50 ""'= 

•IT IIIIM 

u 



IM 

[2.0 

1.8 



U IIIIII.6 



V] 



<? 



^? 



c-^ 






% 




■#^ 









om// 



# 



Photographic 

Sciences 
Corporation 



23 WEST MAIN SiRFET 

WEBSTER, N.Y. 14560 

(716) 872-4503 



v>^ 



^t,. 





4^ 







v:.^ ^i^v '^rsN 



^ 



"«b 



n>^ 



4^ 






Q, 



Ux 



& 







CIHM/ICMH 

Microfiche 

Series. 



CIHM/ICMH 
Collection de 
microfiches. 




Canadian Institute for Historical Microreproductions / Institut canadien de microreproductions historiques 





Technical and Bibliographic Notfls/Notes techniques at bibliographiques 



The 

to th 



The Institute has attempted to obtain the best 
original copy available for filming. Features of this 
copy which may be bibliographically unique, 
which mav alter any of the images in the 
reproduction, or which may significantly change 
the usual method of filming, are checked below. 



L'tnstitut a microfilme le meilleur exemplaire 
qu'il lui a ete possible de se procurer. Les details 
de cat exemplaire qui sont peut-dtre uniques du 
point de vue bibliographique, qui peuvent modifier 
une image reproduite, ou qui peuvent exiger une 
modification dans la methods normale de filmage 
sent indiquds ci-dessous. 



The 
posa 
of th 
filmi 



D 



D 






n 



Coloured covers/ 
Couverture de couleur 



I I Covers damaged/ 



Couverture endommagee 



Covers restored and/or laminated/ 
Couverture restaur^e et/ou pelticul^e 



□ Cover title missing/ 
Le tit 



re de couverture manque 



I I Coloured maps/ 



Cartes g^ographiques en couleur 



□ Coloured ink (i.e. other than blue or black)/ 
Encre de couleur (i.e. autre que bleue ou noire) 



Coloured plates and/or illustrations/ 
Planches et/ou illustrations en couleur 

Bound with other material/ 
Relid avec d'autras documents 

Tight binding may cause shadows or distortion 
along interior margin/ 

Lareliure serree peut causer de I'ombre ou de la 
distorsion le long de la marge interi'^ure 

Blank leaves added during restoration may 
appear within the text. Whenever possible, these 
have been omitted from filming/ 
II se peut que certaines pages blanches ajout^es 
lors d'une rastauration apparaissent dans le texte, 
mais, lorsque cela dtait possible, ces pages n'ont 
pas iti filmees. 



I I Coloured pages/ 



n 



n 
n 



D 



Pages de couleur 



Pages damaged/ 
Pages endommag^es 



□ Pages restored and/or laminated/ 
Pages restaurees et/ou pelliculees 



Pages discoloured, stained or foxed/ 
Pages decolorees, tachetees ou piquees 

Pages detached/ 
Pages detachees 

Showihrough/ 
Transparence 

Quality of print varies/ 
Qualite indgale de I'impression 

Includes supplementary material/ 
Compretid du materiel supplementaire 



Orig 
begi 
the I 
sion 
othe 
first 
sion, 
or ill 



r~] Only edition available/ 



The 
shall 
TINl 
whic 

Map 
diffe 
entir 
begii 
right 
requ 
met^ 



Seule i§dition disponible 

Pages wholly or partially obscured by errata 
slips, tissues, etc., have been refilmed to 
ensure the best possible image/ 
Les pages totalement ou partiellement 
obscurcies par un feuillet d'errata, une pelure. 
etc., cnt 6t6 film^es ^ nouveau de facon a 
obtenir la moilleure image possible. 



D 



Additional comments:/ 
Commentaires supplementaires; 



This item is filmed at the reduction ratio checked below/ 

Ce document est filmd au taux de reduction indiqud ci-dessous. 

10X 14X 18X 22X 



y 



26X 



30X 



12X 



16X 



20X 



24X 



28X 



32X 



The copy filmed here has been reproduced thanks 
to the generosity of: 

Harriet Irving Library 
University of New Brunswick 

The images appearing here are the best quality 
possible considering the condition and legibility 
of the original copy and in keeping with the 
filming contract specifications. 



L'exemplaire fMm6 fut reproduit grflce d la 
g6n6rosit6 de: 

Harriet Irving Library 
University of Nevv Brunswick 

Les images suivantrs ont 6t6 reproduites avec le 
plus grand soin, c npte tenu de la condition et 
de la nettet6 de I' .emplaire film6. et en 
conformity avec les conditions du contrat de 
filmage. 



Original copies in printed paper covers are filmed 
beginning with the front cover and ending on 
the last page with a printed or illustrated impres- 
sion, or the back cover when appropriate. All 
other original copies are filmed beginning on the 
first page with a printed or illustrated impres- 
sion, and ending on the last page with a printed 
or illustrated impression. 



The last recorded frame on each microfiche 
shall contain the symbol —«» (meaning "CON- 
TINUED "), or the symbol y (meaning "END"), 
whichever applies. 



Les exemplaires originaux dont la couverture en 
papier est imprimde sont filmds en commenpant 
par le premier plat et en terminant scit par la 
dernidre page qui comporte une empreinte 
d'impression ou d'illustration, soit par le second 
plat, selon le cas. Tous les autres exemplaires 
originaux sont filmds en commenpant par la 
premidre page qui comporte une empreinte 
d'impression ou d'illustration et en terminant par 
la dernidre page qui comporte une telle 
empreinte. 

Un des symboles suivants apparaitra sur la 
dernidre image de cheque microfiche, selon le 
cas: le symbols — ► signifie "A SUIVRE ", le 
symbols V signifie "FIN". 



Maps, plates, charts, etc., may be filmed at 
different reduction ratios. Those too large to be 
entirely included in one exposure are filmed 
beginning in the upper left hand corner, left to 
right and top to bottom, as many frames as 
required. The following diagrams illustrate the 
method: 



Les cartes, planches, tableaux, etc., peuvent dtre 
fElmds d des taux de reduction diffirents. 
Lorsque le document est trop grand pour §tre 
reproduit en un seul clich6. il est filmd d partir 
de Tangle sup^rieur gauche, de gauche d droite, 
et de haut en bas, en prenant le nombre 
d'images ndcessaire. Les diagrammes suivants 
lllustrent la mdthode. 



1 


2 


3 




1 


2 


3 


4 


5 


6 



THE PROVINCIAL LETTERS 



OF PASCAL 



EDITED nV 



JOHN DESOYRES, M.A. 

Rector of St. John's Church, St. John, X. B. 
rornicrly Hiilseaii T,ecti;--er of the University of C:iinl)rid'o. 



CAMBRIDGE: DEIGHTON, BELL AND Co. 

LONDON: GEORGE BELL AND SONS. 

ST. JOHN, N. P,., CANADA: J. & A. Mc.MILLAN. 

1880. 



43S433 



"iSi mes letdes soiit ooiidamn^es a Rome, ce que j'y condatnnc est 
condamne dans le ciel. Ad Iniim, Domine Jem, Iribunal appcUo." 

(Pascal MS.) 



I. 




TABLE OF CONTENTS. 



- PiGB 

Pbfpace ... 

. . IX 

Intkoduction . . , 

I. The Roman Church in the XVIIth century i 

§ 1. The Catholic reaction l 

§ 2. Eesults of the Council of Trent 2 

§ 3. Tlie Jesuits . . o 

§ 4. The Jansenists, and Augustinianism in the Eoman Church . 5 

§ 6, The secular powers and the Papacy g 

§ 6. Ecclesiastical Literature . 7 

II. The Free-will Controversy g 

§ 1. The primitive doctrine of Grace g 

§ 2. Development of the doctrine of original sin .... 10 

§ 3. Augustinianism and Pelagianism H 

§ 4. The Semi-Pelagian reaction ' 15 

§5. Augustinian victory at the councils of Orange and Valence. . 15 

§ 6. Gottschalk ... , ^ 

lo 

§ 7. The Eoman position after the Council of Trent . . . .18 

§ 8, Jansen and Saint-Cyran .,..,.. ig 

§ 9. Attacks upon the Augustinus 20 

§ 10. Condemnation 01 the ' Five Propositions.' 2I 

§ 11. Dogmatic position of Jansenists and Jesuits .... 28 

§ 12. The Censure of Arnauld 26 

Authorities oa 

PASC. L. , 



VI 



TABLE OF CONTENTS. 



III. The Casuists 

§ 1. Asceticism of the primitive Church . 
§ 2. Influence of scholasticism upon Christian ethics 
§ 3. rrineiples of Casuistry .... 
§ 4. Early views of Probability .... 
§ 5. Du Moulin's polemic against the Roman Church 
§ 6. The influence of the Jesuits upon casuistry 
§ 7. Pleas on behalf ef the Casuists . 
§ 8. Polemic against the Jesuits . 
Authorities . 



rv. Pascal 



§ 1. Pascal's ' conversion/ its causes and consequences 

§ 2. His relation to the Jansenist polemic . 

§ 3, The Provincial Letters (i— x) 

§4. The charges brought against Pascal . 

§ 5. The later Letters (xi— xvni) 

§ 6. Letters attributed to Pascal 

§ 7. Pascal's position in literature 
Authorities . 



V. The Text of the Provincial Letters . 

§ 1. Original editions .... 

§ 2. How far Port-Eoyal contributed to the Letters 
claimer . 



§ 3. Modern editions,— Maynard 
§ 4. Bibliography 



— Pascal's dis- 



PAOB 
81 

81 
32 
83 
88 
85 
85 
36 
88 
44 

45 

45 
46 

48 
54 
58 
59 
61 
62 

63 
63 

67 
68 
69 



The Fibst Letter . 
The Second Letter 
The Third Letter . 
The Focrth Letter 
The Fifth Letter . 
The Sixth Letter . 
The Seventh Letter 
The Eighth Letter 
The Ninth Letter . 



73 
86 
100 
111 
126 
144 
162 
180 
199 



TABLE OF CONTENTS. 



vu 



The Tenth Letteb . 
The Eleventh Letter 
The Twelfth Letter 
The Thirteenth Letter 
The Fourteenth Letter 
The Fifteenth Letter 
The Sixteenth Letter 
The Seventeenth Letter 
The Eighteenth Letter. 



PAOB 

217 
235 
254 
272 
289 
308 
827 
353 
377 



Appendix 

A. The 'Five Propositions ' 403 

B. The Censure of the Sorbonne upon Arnauld 404 

C. Yaiiations in Letter II. , . . _ _ _ 407 

Index op Persons , ^jq 

Index of Subjects 403 



o 



ir 



rr 

tl 



ni 



PREFACE. 



It is a strange but not an unaccountable fact, that 
the greatest of French prose works has never yet 
been satisfactorily edited. The Provincial Letters have 
been reprinted so often that the bibliographer loses 
all count of editions, but not one of them supplies 
the setting which has been added to every obscure 
Greek or Latin author. • The reason is not far to seek. 
At the time the Letters appeared, they were a con- 
tribution to a burning religious controversy in the first 
place, and were only admired in a subordinate way 
for their literary merits. Had the controversy about 
the moral teachings of the Jesuits been forgotten as 
completely as that concerning Jansen and the once 
famous "Five Propositions," the Letters would long 
ago have been placed in the same position with Les- 
sing's Anti-Goeze pamphlets, or the polemical treatises 
of Junius and Burke. But in many countries of the 
Continent, including France, the Jesuit is still a factor 
m political and theological controversy, and the Society 
has never disavowed the authors whom Pascal im- 
mortalized. Consequently, almost all who speak of 
the Provincial Letters, speak as apologists or as oppo- 
nents. On the one side Pascal is declared to have 



* PIIKFACE. 

been free from even tlio sll^rlitest exaggeration or in- 
accuracy ; on the other he m even at the present dav 
denounced as a shmdorer of the worst sort. Between 
the two parties, the real work of criticism has been 
naturally neglected. It is true that the text of 
the Provincial Letters has been in recent years care- 
fully revised from the original editions, and that 
bamte-Beuve and Reuchlin, in their liisturies of Port- 
Royal, have supplied admirable and sufficient conunen- 
tanes. But they are not always at hand, and neither 
work has been translated. A general reader, there- 
fore, whose acquaintance with the ecclesiastical history 
of the XVIPi^ Century is slight, will look in vain for 
any adequate help in the way of notes. He will be, in 
consequence, as much under a disadvantage in follow- 
ing Pascal's polemic as a reader of j unias would be 
if left in ignorance as to the limits of the prerocm' 
tive in 17 G9, the policy of the -Bedford gang" 
and the real characters of Grafton, Draper, and Home 
Tooke. 

One exception is to be found in the bulky edition 
published by the Abbe Maynard in 1851. It has the 
merit of giving a flxirly accurate text, but with some 
variations between the earlier and later editions made 
on purely subjective grounds. The historical allusions 
are explained, always copiously, and often satisfac- 
torily. But an editor, who according to his title-page, 
sets out with the express purpose of refuting his 
author \ stands in a somewhat peculiar position. The 
Abbd Maynard was of opinion that Pascal had grossly 



• 'Les Provinciales et leur re 

1851. 2 vols. 



'J'utatioii,' par M. I'Abbu Maynard. I'ari^, 



PUKKACE. 



XI 



ira care- 



miarepvesented the Jesuits, and his primary object was 
to cruivict him of igTioraiice and duhborate unfairness. 
The resujt is naturally that which would ensue if the 
DialofTues of Plato were edited by some modern ad- 
mirer of the Sophists, who should avenge them by 
abusing Socrates at the bottom of each page. Not 
a few Catholic critics have admitted that the advo- 
cacy of the Abbd Maynard has not been beneficial to 
his clients. 

The present edition attempts two objects. In the 
first place to furnish students of French literature 
with an accurate text, supplemented with necessary 
historical notes. In the second place to offer theo- 
logical students the materials for thoroughly investi- 
gating one of the most important pages in ecclesiastical 
history. It is hoped that the arrangement of the 
volume will prevent any confusion in the attempt 
to combine these objects. The Introduction contains 
special essays upon the great controversies upon Free- 
will and Casuistry, without some previous knowledge 
of which it is impossible to follow Pascal's polemic. 
A memoir of his life belongs rather to an edition of 
his greater, though unfinished work, the Pensees. It 
had been originally contemplated to prefix a complete 
biographical sketch to the present edition. But this 
purpose was rendered superfluous by the recent pub- 
lication of Principal Tulloch's admirable monograph, 
which is likely to have been in the hands of all readers 
of the present edition. In consequence, only those 
features of Pascal's life are touched upon, which have 
direct bearing upon the subject of his first literary 
work. 



xu 



PREFACE. 



It miglit seem presumptuous to put forth an edi- 
tion of any writing of Po^cal's at T time when the 

crown M. Faugeres career as the first, both in senioritv 

writer IS far from the rashness of entering into any 
competifon with one whom all students" of S 
regara as then- master. Questions of exclusively 1 te 
ra^y judgment are touched upon only so far as is 
md.spe„sable for the aid of En^h.h readers t tl 
which concern (heology, following the footsteps of 
Reuchhn Samte-Beuve, Beard, and TuUoch, and ac 
knowledging his great indebtedness to their i^search^ 
he has atte^npted, in the land of Milton and Je^my 
Tayor, to facilitate stiU further the study of Z 
masterpiece left by their contemporary and their equ^ 



I 



INTRODUCTION. 



I. T^iE Roman Church in the XVIIth Century. 

Hardly any period in European history presents so many 
instructive points to the student of ecclesiastical history as 
the years immediately succeeding the Peace of Westphalia^ 
beldom If ever, have the external landmarks of a Con^rress 
and a Treaty synchronized so emphatically with movem^ents 
o. thought and feeling. The two great armies had sheathed 
the sword, and were counting up the losses and gains of a 
campaign which had lasted for nearly a century and a half 
1 ohtically, the Protestant nations were the victors, and the' 
recent Revolution in England still further strengthened the 
canse for which Gustavus had fought. The great Monarchical 
Reaction in the countries of the North was indeed in proo-ress 
or m prospect, hut it did not threaten the creed in wli^'ch 
monarchs welcomed an increased prerogative. But t\e 
Ca.ho.ic Church could look hack with ecpial satisfaction 
nipon a sene. ol successful conilicts which might almost seem 
to have eff. .d the Reformation, and to have stopped the 
work ot Luther. In Italy and Spain all signs of Protestant- 
ism had heen long checked. In France the Hugtienots. few 
in numhers, anci no longer claiming a Coligny or a Duplcssy 
Mornay maintained a precarious existence by dint of obse 
quious flatteries o'" Mazarin and the Queen Mother\ In 

^ Tlio ,ational S.ynod, held at Charenton before the outbreak of the 
ln.nde, thu. addressed Anne of Anstna:-><...Tonto« ces ". "' n ite' 
^rada:ne, nous sont autant de gages , dc cautions asseuroo. d. torl^:;; 



§ 1. The 
('!itholi(' 

KoUL'tlOll. 



PASC. L. 



1 



2 



INTRODUCTION. 



? 2. Council 
of Trent. 



§3. The 
Juisuits. 



Germany itself, while more than one prince, like the Land- 
grave of Hesse-Rlieinfels (1652), returned to the arms of 
Rome, orthodox Protestantism was narrowed into a slavish 
following of the Cumordienformel, supported by a species 
of new scholastic system, wanting only in the philosophic 
acuteness of the old. Calixtus, the true successor of 
Melanchthon, was denounced as a heretic for his efforts to 
reconcile the contending parties, and to found a freer 
Christianity upon the basis of sound historical research. 

But it was not only in the weakness of adversaries that 
Rome was enabled to triumph. The Council of Trent, not- 
withstanding all the failures and compromises which make 
its true history read like a satire, had nevertheless effected 
much. It had purged the Church, in theory at least, of the 
worst abuses which Luther had denounced. It had obtained 
formal and unquestioning reception of its doctrine from tlie 
Italian States, Portugal, Poland and the Emperor; with 
slight political reservations alone from Spain, Naples and 
Belgium ; partially at least in Hungary and Switzerland ; 
and in France as far as dogma was concerned. And the 
new edifice was defended also by new forces. We shall 
have occasion later to deal at length with the influence 
which the Society of Jesus exercised as a whole upon 
Roman doctrine and practice. But the most partial of 
adversaries could not but admit the immense assistance 
which was given, and at a time when it was most needed. 
The effect can only be compared to that of the transfusion 
of new and healthy blood into a gangrened body. For 
whatever obloquy tlio Jesuits may have merited in their 
later development, they are no exception to the profound 
truth, that all great movements have a noble beo-innino-. 
Luther, when he fixed his ninety-five Theses on the door of 

"(le felicitu, sous radmiuistration heureuse de vostre Majestu. ...ayant 
"plen, des le commencement de sa Kegencc d'asseurer nostie condition, et 
"do I'raisclio date nous ayant fait ratifier imr lo Commissaire du Hoy scs 
"bonnes inclinations en nostre endroit, a re que aea Juliets mnis fioient initio- 
"lahlcmciit oh^errez.'" There in almcst a prophetic plaintiveness in this 
appeal to promises so soon to be broken. 






INTRODUCTION. 



3 the Land- 
tlie arms of 
to a slavish 
ly a species 

philosophic 
jucccssor of 
is efforts to 
ind a freer 
search, 
jrsaries that 

Trent, not- 
tvliich make 
less effected 
least, of the 
lad obtained 
le from tlie 
)eror ; with 
Naples and 
Uvitzorland ; 
1. And the 
We shall 
le influence 
whole upon 

partial of 
:; assistance 
lost needed. 

transfusion 

body. For 

ed in their 

le profound 

booinninof. 
the door of 

estC. ...ayant 
c condition, et 
ire (lu lloY scs 
us tioieiit iiinio- 
vcness in this 



3 



the Schlosskirche at Wittenberg, was filled by no more pure 
and lofty purpose than that which actuated Loyola and his 
companions, seventeen years later, when they vowed at 
Montmartre to give themselves to the service of the Church. 
And making all necessary deductions from the rhetoric of 
accounts furnished chiefly by the actors, no impartial stu- 
dent of history will deny that the achievements of the 
Society in foreign missions and in education remain a 
monument which will never be forgotten. 

What, then, were the causes which provoked a series of 
attacks upon the Jesuits, both within and without tlie 
Church, not from Protestants only, but from some of the 
firmest and warmest adherents of the Roman obedience ? 
Por a long time history, written in a polemical spirit, gave 
no satisfactory answer to the question. A superficial and 
merely empirical treatment regarded certain isolated facts 
such as the regicide theories of Mariana, the laxity of 
Jesuit casuists, as at once effect and cause, and as furnishino- 
a complete solution of the difficulty. On one side, the So- 
ciety seems an almost diabolical conspiracy against primi- 
tive faith and purity, deliberately sapping the foundations 
of tradi ion and moral principle. On the other side, fomet- 
ul of the censures of many Popes, the ultra-Catholic notes 
that the Jesuits have espoused and furthered almost every 
anti-Protestant movement, and he regards them as the 
very sou of the visible Church, and as the special instruments 
ot Providence m her behalf. 

Jn opposition to these theories, scientific history per- 
ceives that the Jesuits were simply the practical and loatal 
exponents of the later Roman system, founded by Gregory 
and H.ldebrand, never shattered even by the many schfsms 
and anti-popes; provided with a philosophy by Aquinas 
and with a creed by the Council of Treift, Ld Zlly 
crowned in our own times at the Vatican Council. The 
Primitive Church had cieclared enmity to the worl.l its 
politics arts and sciences: the more earnest of that period 
buned themselves in the deserts, exposed themselves on 

1-2 



4 



INTRODUCTION. 



pillars, and proclaimed the sinfulness of marriage. These 
were the Jesuits of asceticism. 

Then the Church gained power and riches, and believed 
that these things were good, and it was necessary to prove 
that a mixture with the Avorld, holding it in subjection if 
possible, submitting to it if necessary, could be reconciled 
to the original charter. This was not difficult, for the 
bulk of mankind will accept any theory which savours of 
compromise, and makes no disagreeable claims upon their 
powers of reasoning. When the great Catholic reaction 
besran after the Keformation, it w^as due to the fact that 
there wore men to be found who were prepared to be as 
cynically logical in their efforts for the worldly advance- 
ment of the Church, as ever Simon Stylites or Pachomius 
for the ojDposite ideal. Principles which Aquinas and An- 
tonino had veiled in discreet language, and hedged round 
with elaborate distinctions, were developed with a ruthless 
consetjuence which gave as many opportunities to the enemy 
as arguments to the friend. 

Some little leaven of esprit de corps naturally contributed 
its share. As the Dominicans and Franciscans had their 
pet dogmas, for which their champions had fiercely argued, 
the Society' of Jesus, the recognised life-guard of the Pope, 
would not be behind. And it is clear that no random choice 
was made. The new movement of reconciliation with the 
world, tc j,ether with a gradual externalization of worship 
and devotion, demanded the adoption of a system of an- 
thropology and soteriology in which some other elements 
than the Divine Grace alone should act upon fallen human 
nature. It was necessary to soften down the rugged paths 
of sacramental penance, so as to persuade mankind that 
it was as easy to be saved as to be lost. This the Jesuits 
did, with a vigour and thoroughness well supported by an 
admirable organization. Nothing was less "Jesuitical," — 
to use the proverbial meaning of the epithet, than their 
manner of action. Their doctrines were put forth openly, 
almost boastfully, in sermons and treatises. They were 



I- 



INTRODUCTION, 



age. TllCSO 



nd believed 
ry to prove 
abjection if 
e reconciled 
lit, for tbe 
I savours of 
upon their 
)lic reaction 
lie fact that 
id to be as 
ily advance- 
■ Pachomius 
las and An- 
3(lged round 
1 a ruthless 
the enemy 

contributed 
3 had their 
cely argued, 
f the Pope, 
ndom choice 
Dn with the 
. of worship 
;tem of an- 
er elements 
illen human 
ugged paths 
mkind that 

the Jesuits 
arted by an 
;suitical," — 
, than their 
)rth openly, 
They were 



among the first to make use of the vernacular in dealing 
with the most abstruse questions of dogma and ethics. They 
were the forlorn hope of Rome, winning brilliant victories 
in all parts of the inhabited world, and repaid with sus- 
picion, and envy even by those who profited most by their 
achievements. But they had given ample cause for opposi- 
tion. The hierarchy were alarmed at the claim of exemp- 
tion from any jurisdiction except that of the Pope and 
the General, and the fate of Cardinal de Tournon and 
Bishop Palafox prove that this was no mere flourish of the 
debating-school. The secular clergy were furious at seeing 
the most eligible penitents, as well as the richest legacies, 
carried off by the members of one Order. The other Orders 
felt the natural rivalry redoubled by the feeling that the 
Jesuits had outstripped them in popularity and success. 
Even the Vatican looked with mixed feelings upon this 
PrjEtorian guard, almost as dangerous to its patrons as to its 
enemies. 

From no quarter, naturally, was the opposition stronger §4. The 
than from the small section of theologians, within the 
Roman obedience, who still held to the practice of the 
Primitive Church and to the doctrinal system introduced 
by Augustine. In every respect they found the action 
of the Jesuits reprehensible ; whether in unduly magnifyino- 
the Pope's authority, o: as unduly minimizing in funda'^ 
mental truths to obtain an entry in China and India. The 
Jesuits' view of the Free-will controversy was as repulsive 
to the ardent followers of Augustine, as was the relaxed 
moral system which strove to widen the narrow path lemling 
to eternal life. It is historically clear that the attack com^ 
menced with the Jansenists, the name by which the party 
in question was known from the middle of the century*. 

1 The .Jansenists, to balance tbcir many vii-tuos, were not cli-itinRuished 
for nuklness in controversy, and they were certainly the fivsfc assailants 
They were fond of exercising an irony of a ponderous and Mil. >. ,- order a^ 
for instance, in a pamphlet r.-ainst the Sorbonne, lyin- before me. called 'the 
FucuU6 de tMolwjic iVAniere, duns la viUe d'OnopoUs, sur la riviere d'Amathic. 



Jansenists. 



INTRODUCTION. 



§5. The 
Secular 
Power and 
the Papacy, 



A book written by the notorious literary free-lance Ga- 
rasse, in which the paradoxes and the laxity of his colleagues 
were carried to a ridiculous extreme, called forth from the 
Abbe de Saint-Cyran an annihilating criticism \ The Society, 
although somewhat ashamed of their champion, could not 
disavow principles whicli were to be found under the 
approbation of its generals, and felt that Saint-Cyran's 
strokes passed over the prostrate Garasse into their own 
stronghold. This was the first skirmish in the great war in 
which Pascal was to take so important a part. 

The Jansenists Avcre not the first or the last minority 
which has found safety in attack rather than defence. Their 
own position was difficult to justify against skilful opponents. 
They denounced Calvin, although they held an absolutely 
identical doctrine of predestination. They professed obe- 
dience to the Vatican, but Avere capable of quoting the most 
damaging facts, such as the cases of Honorius and Liberius, 
to limit his authority in deciding matters of fact. They 
professed to accept the doctrines of Trent in their entirety, 
but they consistently taught the necessity of subjective 
fitness in communion, and virtually rejected the doctrine of 
'ojms opemtum,' or in other words, that the duly adminis- 
tered rite acts as a charm. In one word they were splendidly 
illogical. 

Side by side with the conflict of dogma, it is interesting 
to trace in the Republic of Venice the first beginnings of 
the modern system which separates the functions of the state 
from any connection with a particular form of religious 
belief That Cromwell, had his life been longer, would 
have attempted to extend the toleration he clearly approved 
of, is likely; although it is more than probable that his 
attempt would have failed in face of opposition from 
Puritan as well as High Churchman. Indeed, so long as 
Rome and the Catholic nations held to the belief that a 

1 Garasse published his Somme des veritcz capltaJe^ de la Religion Chren- 
fienne in 1G25, Saint-Cyran's reply appeared in the following year. Bayle 
calls Garasse " rHdlene de la guerre des .Jb'suites et des Jansunistes." 



t9 



INTRODUCTION. 



e -lance Ga- 
s colleagues 
;h from the 
riic Society, 
I, could not 
under the 
lint-Cyran's 
their own 
rcat war in 

st minority 
nee. Their 

opponents. 

absolutely 
Fessed obe- 
ig the most 
d Liberius, 
fact. They 
iir entirety, 

subjective 
doctrine of 
ly ad mini s- 
1 splendidly 

interestinof 
ginnings of 
of the state 
if religious 
ger, would 
y approved 
e that his 
ition from 
so long as 
lief that a 

'eligion Chres- 
year. Bayle 

stes." 



heretical ruler might be deposed and assassinated, a belief 
which the fate of two French kings exemplified in practice, 
it was hardly to be expected that measures of defence and 
prevention should not be adopted on the other side. The 
interests of toleration were indirectly served by the jealousy 
and the fears of the rulers themselves. Long before the 
time of which wo are speaking, and especially in this 
country, the quarrel of king and pope had gained snatches 
of liberty to tlie people. But in the seventeenth century the 
Papal authority was forced to confine itself to empty pro- 
testations. The machinery of election, and the influences 
brought to bear on each Conclave, precluded the danger of 
another Gregory or Hildebrand, whose opportunity now was 
in the ranks of one of the great Orders. Tlie system of 
" Exclusions," claimed by the Emperor, France, Spain, and 
Portugal, confined the chances of election to the members 
of Italian princely families, to prelates and officials of the 
Koman Curia. Innocent X (Pamfili, 1G44 — 55) had gained 
the tiara as a recognition of his presumed harmlessness, 
and but for his share in the Jansenist controversy, would 
be chiefly remembered tlirough the ruinous corn-monopoly 
at Rome, and the instructive career of Donna Olimpia. 

It is only however when we turn to the field of literature ThcoioKioai 
that we perceive the real deficiencies of the Catholic reac- 
tion, even in its highest tide of external success. All the 
undoubted talent, zeal and learning possessed by many of 
its adherents, yet failed to produce any works capable of 
surpassing, or even equalling the masterpieces of Protestant 
culture. When later, a Bossuet or a Ft^nelon united genius 
with learning, they could not prevent themselves from being 
regarded askance by Rome, the Exposition of the former 
being unofficially disavowed, while the latter met with 
formal condemnation. But there was no Bossuet in IGoO. 
to rival the glories of Jeremy Taylor and of Milton. Petau 
may indeed take equal rank with Ussher and Sanderson as 
a mine of erudition : but not even the authority of a still 
greater successor of his in our own day can strengthen the 



8 



INTRODUCTION. 



argument for an Infallible Cliureh by laying bare the 
Fallibility of its first centuries. But there was no lack 
of writers in every quarter of the theological field, and 
on each side of every theological controversy. Within the 
pale of the Church, although surveyed with interest from 
without, many of the ancient questions which had rested 
for centuries amid the dust of convent libraries, were now 
once more debated. With one of these, the old battle- 
field of Pelagius and Augustine, more than once renewed, 
the following pages will be to a great extent occupied! 
Other controversies sprang more legitimately from the 
conflict of opinion as to practical questions of religious life, 
the solution of which could not bo evaded. Such was the 
dispute upon the principles and rules of Casuistry, espoused 
although by no means introduced by the Jesuits, and the 
discussion of which continues even to the present day. The 
history of these two disputes must now be examined. 



II. The Free-Will Controversy. 



'^ Faulus gennit Angmtinum; Angusthms Cah-imim; Calvinus JamenUim; 
"Jansenius Sancyranum; Sanojranuii Aniahlim et fratrcs rjux." 

(Jesuit Adage.) 

It will be necessary to review briefly the history of§i. The 
doctrine on the subject of Free-Will and Predestination, in SocSof 
order to understand the exact moment occupied by the ^'**'''* 
Jausenists and Jesuits in the controversy. 

It is commonly stated that the writers of the Ante- 
Nicene period, and indeed all before the time of Augustine 
and Pelagius, presented both sides of the question in 
simple and unscientific words. If Bull's system be accepted, 
of interpreting the earlier by the later teachers, such a 
result^ may very probably be reached. But a more strictly 
liistorical method leads to no other conclusion than that the 
Freedom or Independence (avre^ovaiov) of Mankind is a 
primary factor in all the teaching of this period. A re- 
markable passage in the first Apology of Justin Martyr 
(cap. 43), is perhaps the strongest instance of this. He 
says:—" But this we assert is inevitable fate, that they who 
" choose the good have worthy rewards, and those also who 
" choose the opposite. For not like other things, as trees 
"and quadrupeds, which cannot act by choice, did God 
"make man; for neither woidd he be worthy of' reward or 
" praise did he not of himself choose the good, but were 
" made so ; nor, if he Avere evil, would he be worthy of 
" punishment, not being evil of himself, but being able to be 



10 



IXTRODUCTIOV. 



"nothing else than what he was made." Hardly less posi- 
tive are Tatian {Or. cap. 7), Athenagoras (Ler/. 31, and de 
llemrr.^ 12, 13, 15), and Theophilus (eXevOepou ydp kuI 
avTf^ovaiov iiroirjaev 6 f)eov dvOpwirov- ad Autol. II. 27). 
Minuciiis Felix goes so far as to refute as a false accusation 
the notion that God judges men not only according to their 
works, but according to predestination {Octav. xi. (j). Clement 
and Origen deny that there can be any attribution of sin 
without comphite free-will. Irenajus and Tertullian, although 
not so uniformly, furnish statements as distinct and em- 
phatic'. 

iopJ^nrof ^''^ '^^16" ^^e examine the teaching of the same Fathers 
of o,SaT "P '" ^^"^ si'l^J^'ct of the Fall, and its results to the human 
«'"• race, it becomes obvious that any inferences hastily drawn 

from the previous utterances must be widely modified. In 
Irenfeus we already find germs, more fully developed in 
Tertullian and Origen, of the doctrine of a general C(jrrup- 
tion. It is true that the narrative of Genesis was not re- 
garded as other than an allegory by Origen, while Irentvus was 
undecided, yet on the other hand Tertullian insists strongly 
on the historical aspects Yet all the Catholic tenchers were 
agreed in the belief that a disobedience was committed, and a 
Fall luas the consequence ; while the cause of the catastrophe 
was explicitly or implicitly attributed to man's free agency. 
Tertvdlian's traducianism helped the gradual formation of 
the doctrine of original sin [vitiam orir/inis), a term first found 
in his writings". But neither he nor any Avriter before 
Augustine entertained the belief that tliis vitiam orir/inis 
was imputed to infants ; and even Cyprian, who advocated 
their baptism on account of it, considered that they would 

1 Clem. Alex. Col,, p. 79, and Strom, vii. 855; OriKeu de principiis, 
hb. III. passim; Iiemeus iv. 4, p. 2;J1 ft'.; Tertullian adc. Marc. ii. 8. 

2 Origen de princ. iv. IG; contra Ceh. iv. 40. Accorliuf.' to the fragment 
of Anastasius Sinaita preserved by Massuet, Irenmus in Ids polemic against 
the Ophites, accepted the story of the serpent Tr/zei-^an/cws not iaTopLKw. But 
authorities are diviled as to its genuineness, Tertullian adv. Judaus, de 
virg. vel. cap. xi.; de resurr. cam. Gl. 

** De anima, c. 41. 



INTRODUCTION. 



11 



l)u tliercby purged from tho contagion of others', not from an 
individual fault'. 

A very important century passed without any apparent 
modification of this general teaching of tho Church, But it 
would betray a very siiallow consideration of its history were 
we to conclude that tho controversies upm the Nature of 
Christ had no reflex action upon other doctrines, and espe- 
cially upon anthropology and soteriology. The great teachers 
of the East, Athanasius, Cyril of Jerusalem, Basil, Ephrem 
Syrus, and above all Chrysostom, asserted in the most 
trenchant terms man's freedom to choose good or evil, and 
denounced every excuse drawn from an assumed fate or 
Satanic influenced Even Gregory of Nazianzum, to whose 
authority Augustine so frequently appealed, is very far 
from anticipating him in his later view of Grace. He ad- 
mitted that sin had brought with it a serious corruption 
of both understanding {vov^), and soul {-^vxv) ', but he 
never considered that this corruption Avas universal, nor 
that it incapacitated man from choosing the good. Accord- 
ingly. Augustine's quotations are of a very inconclusive 
nature, and in some cases they absolutely misrepresent the 
sense of the originaP. He was more successful in his appeal 
to his Western predecessors, Cyprian, Arnobius, Hilary 
and Ambrose, though none of them ventured to exclude 
free-will altogether as a function of salvation*. 

Augustine himself, in his early polemic against the Mani- 5 3. Aukhs- 

tiiiiaiiisiu 

1 TertuU. de haptismo, 18; (cf. Ncander, Antigmstikm, p. 209 £f. Cyprian, 
Ep. 64). 

- Athanas. cnnirn (iciitex, c. 2, and tho passage in the 3rd Oration against 
tho Arians, where he says that "many Saints have been pnre from all sin," 
like Jeremiah and John tlio Baptist. Cyi-ill. nitcrh. iv. 10. Basil's oration 
irepi Tov avre^ovalov, re;,'arded as spurious by Gamier, has been vindicated by 
Pelt and Rheinwald {Hoiiiil. Patrist. i. 2, p. 192). Chrysost. horn, in cp. ad 
Eom. XVI.; in vp. ad Ilchr. xii. (Hagenbach, Doiintenin'xchichtc, p. 240 ff.). 

•* This is conclusively proved by Ullmann in his monograph Grcfior von 
Nazianz, p. 300 ff., where the original passages are placed in parallel columns 
with Augustine's paraphrase. 

* Arnob. adv. [icutex, i. 27; Cyprian de Orat. domin. c. 12; Hilar, tract. 
in Fmlm. 118; Ambros. a^nd. David, c. 11. 



12 



nnd I',. In. 
Kiuiii.'iui. 



INTUODUCTION. 



• Hc.tm,.f,rti„„.H • t„t V ''•■7:"'i'' ".".iin„i i„ ,i„, 

i» to Ik. „„J /:,''' .'••^l' '";''''•» '■*■ 'I-"- J--.I ,.„t 

virtue. .c.c.„a,l only 1 J " ," ""• ''"■"'"■"' """"''» 
Grace ? To aeconf I,, ' , f"';""*'"" '" '!"> work of 

"-^"- •^^-;s;;:\;;.^;;;;,r-v'''-''' 

great movonicto lion, i,uliv .l,,.,i , r ? '""' "'"='"« 

""-■'""». ''"-.'i. ,'oiiT It : ^;;::::"';;r'ir "'■, "r"^ 

•Ir' - 1'^""«- 'li t the otC : X ;st '"■'■"■ 

'» .'■■<"•«. v.?i; ::,o,,t': tr;!;:r';::v' ";■' """'"^* 

tcnporarios, and contested by n.anv w " '""■ 

tln«sptc.nwasdestincHltoretxi ttTin^ "' "^"^^ 

oonturicvs, and to ovtort n I f ^^s infi„enco for fourteen 

lVln,ian Cia-istendom '"^ ^""^^^ ^^"^^^^^ ^^-» ^^ S-"' 

^The great bishop of Hippo will always retain the ce]e- 
^y">nc,>. u. 29:) Elsewhere, ' au „ n o ';; '"""' <'^^' ^''"- '-«''•" 
" voluntatis „on roccditur, ant Z o J''^ 'f ""'" ^^'' '^^ '^ ™'''- -ta 
etc." (/v ///>. «w.//,.. :„. 17.) ''' '''^""t'^'^' «* Peccatuin nullum halct, 

- Wiggcrs, I. 155 ff. 



INTIlODirCTlOX. 



m 



brity due to his (ri^tiius and piety; hut liistory nius' nlso 
n-coj^niso in him the HucccsHfiil patron of two xww opinions 
(nipeaeif), vi/. absohitc pnuhistination and the h'jfitirnary 
nf using force in differences of religious belief, of which it 
can b«' safely said that tho former caused more cotitroversy, 
and th(! lattctr more crimes, than all other heresies collec- 
tively in the liistory of the Christiiiii Church'. 

1'lie three doctrines ef CJraci! will be more clearly under- 
stood by the following tabular stutement: — 



I. 

PiuMnivi'. !>(irTiiivK, 
(iil'li'nninlx fiilh'd Stmi 
J'i'lii<)i(in find Armiii- 

'I'licro i^ n grciit dif- 
fcrctuu; lictwccii llii; con- 
dition of Miinkind now, 
iind lii't'ori! ttic I''(ill, in 
nil iTK|ic(;tH. Aduni wiis 
inuiiorliil, and ino from 
l)ossiliili(y of diHcaHc. Ho 
liad free-will, and kn'jw 
tiod uud H'm lawH. 



The first man was 
t('ni})tcd to Kin liy Satan, 
and the result of liis J"'ull 
was and is conununieated 
to his posterity, in wlioni 
tlie urij^inai f;oodiicss and 
free-will, tlioiif,'h not to- 
la III/ (Icxtroj/ed, is f,'reat- 
ly impaired. MunUind, 
llicirj'ori', ix ncilhcrtotd'- 
Ijl cornq)! ro, onijiU'lcli/ 
lii'dllln/, lull siiji'crs from 
a conKlitutional diseune. 



II. 

ArorHTiNiAN DoorniNK, 
{Ili'lilHiilinrqili'iilh/hjjtliitt- 

nfhiillc, Viiliiii, Jaimcii, 

Kdinirdii, &v..). 

The first man posscHH- 
ed an al)solutely Hinless 
and faiUtl(;HH nature, 
mentally, morally and 
))hysi('ally. It waH easy 
for liim to ohey (lodV 
commands, hut neveitlie- 
less lie needed ( Iraee to 
j)orsevere in ol)edienc(!. 
He was no more subject 
to death than to disease, 
and hail he jH'rsc'vered in 
good, h(' would have i)er- 
I'ected his will into the 
impossihility of sin. In 
him all sexual desire was 
Hubject to reason. 

Adam sitmed, nnd with 
him all Mankind. The 
result was not only the 
introduction of death and 
disease, hut a lolul de- 
pravity of the will, which 
can never in future turn 
itself to good. It is com- 
municated in generation 
to children, to whom this 
original sin is equally 
imputed, and in whose 
nature it descends. aMuii- 
khid, tlii'iYj'ore, Is morallij 
cornq)t. 



m. 

IV.I.AdTAN, 
(crpUvitlij held hji Soriiii- 

r/.;(.v, and vivtiiallij liij 

KOIIIC ./fKaila). 

Man's condition Ix'fore i. stn/r of 
and aftir the Fall i^ Mmi hiftlre 
idiMitical. Adam possess- ""•' ^""• 
ed free-will, liis hody was 
from t]i(,' first suliject to 
disease and death, as it 
is lunv. Ihit he enjoyed 
the privileg(' that no ex- 
amples of evil were be- 
fore him. 



Tliero is no original sin, U. UrsnUs 
in other words, Adam's '!/■//"- •^'''''• 
offence injured liimself 
alone. Man in thi-rc/on; 
niorallj/ hcaltlii/, and is 
ahlo to choose good or 
evil at hia will. 



1 Augustine was at first opposed to the employment of force in religious 
conflicts, but changed his views in the course of the Donatist controversy. 
It is unnecessary to mention that his authority was ahcay.t invoked as justi- 
fying persecution. See, for instance, Lossuet's letters about the treatment of 
the Hugueuots (CEuvres, ed. I8il, vol. xvii. pasBim). 



. ra vrfryt.Mjii 



14 



Primitive Doctrine, 
. (aftcnainl.'i cal'i-d Semi- 

reldi/iun and Annin- 

III. Gr(ice. Man's v.-eakncss needs 
the frequent assistance 
ji of Divine Grace, wiiich 

' ,| works with Lis vill, and 

is obtained both in iso- 
lated outpourini^s, and 
through the ordinances 
of the Chuich. This is 
particularly the ease in 
Jiaptism, without which 
no one can be i)uriHed of 
the original weakness, 
and saved. 



INTRODUCTION. 

II. 

A-jousTiNiA.N Doctrine, 
{li"l(l.iiih!<c(iui'ntly hi/dot t- 

ncluilk, CdliHii, Juiwen, 

Kdtcardu, Ac). 

Ill consequence of this 
total corruption, it is by 
Crrace alone that Man can 
turn to good, and con- 
tinue in it. It anticipates 
and accompanies those 
whom God appoints, a 'id 
[ influences both will and 
understanding. It is the 
only souicc of e'aith, of 
perception of good, and 
it is irresistible. The im- 
putation of original sin 
is removed l)y baptism, 
which is indispensable, 
except in the case of the 
Old Testament faithful, 
and the martyrs. 



III. 

Pelagian, 

{erplicitlij held hy Socini- 

ana, and rirUuilhj by 

r.onie Je.ihita). 

Man's free-will enables 
him to will and work 
\yhat is good. But he 
find£> a,3sistance in God's 
revelation, both of the 
Law anri Gospel, and the 
exampb of Christ, as well 
as in ordinances of wor- 
ship. There are two 
kinds of salvation : that of 
Christianity, open only 
to the baptized, aud tliat 
whicli the pious and will- 
ing heathen can obtain. 



IV. P red OS- 
t illation. 



God's purpose of sal- 
vation is comlitioned by 
the moral conduct of man- 
kind, which is foreseen by 
Hisonmiscience. Christ's 
Atonement benefits all, 
but is only needed by 
those who have actually 
sinned. 



Gods foreknowledge is l God formed from the 

the foundation of H-s de- , beginning the free uncon- 

cree. let man must at- 1 ditional and unchange- 

tribute his salvation, noi | able decree to save a few 

to his own deserts, but to from the otherwise in- 

grace. _ The Atonement evitable condemnation. 

ol Christ was for all men. In consequence their sal- 
vation is certain, and 
they receive grace neces- 
sary for this result. For 
these alone Christ died. 
All others perish eternal- 
ly for Adam's sin and 
I their own. 

These three main channels of doctrine were intersected 
by innumerable variations and modifications in media)val 
and later times, which can only be briefly reviewed here. 
Nor is it the place here to comment upon the very obvi- 
ous fact, that the Roman Church wavered from one to the 
other, now swayed by the personal authority of a teacher 
now by the pressure of the majority\ until" it finally sub- 
sided into^ a modified Semi-Pelagianism, nominally holding 
Augustine's doctrines, and condemning those (like Calvin 
and Jansenius) who taught them. The Church of England 

1 Julian of Eclanum denounced the - maxima .stolidonm multitndo- 
leagued against Pelagius in his time, though it changed sides afterwards. 



INTRODUCTIOX. 



15 



-I 



was fortunate in preferring a charitable obscurity to the 
greater dingers of logical precision. 

When the first campaign had ended by the solemn «f The 
C(jndemnation of Pelagius at the General Council of Ephe- "'»" ^'^^'^• 
sus, new adversaries appeared. It was impossible that even 
tlie influence of an Augustine could long blind the Church 
to the consciousness that a now departure had been taken, 
and that tiie disease of Pelagianism had been conquered by 
aliiKist as dangerous a remedy. The new doctrine of special 
predestination and reprobation was denounced as being ' co?j- 
'trariumpatrum opiiiioni et ecdesiastico sensui' by those whoso 
(catholicity could not be lightly questional'. Cassianus, a 
pupil of Chrysostom's, and the monks of Massilia, were the 
leaders of this reaction. They condemned the rationalism 
of Pelagius as heartily as Augustine himself, but they repu- 
diated with equal distinctness a doctrine which they declared 
to be founded upon unsound exegesis, and without support 
from earlier writers. They asserted that the disobedience 
of Adam had brought with it as a consequence a great 
diminution but not a destruction of moral power, and that 
salvation de))ended upon free-will as well as grace, the 
active proportion of each influence depending on particular 
circumstances. lu answer to the passages from St Paul's 
Epistle to the Romans, adduced by Augustine and Prosper, 
they replied that none of the Fathers had understood them 
in this light. And, as has been already shown, tiiey easily 
refuted the attempt to find authority in the earlier utterances 
of Catholic writers. 

On tlie death of Augustine in 430, an appeal was made § p. Aums- 
by Prosper, his faithful lieutenant to authority, in the person tory aV"" 
of Pope Cujlestinus, to stem the rapid spread of Senii-Pela- Vaie.fce!'"'^ 
gian oi)ini()ns. The epistle of the Bishop of Rome adroitly 
avoided the necessity of condemning either the tcachino- of 
Augustine, or that of his opponents. Coelestinus blamed 
the introduction of novelty (' desinut, si ita res sunt, incessere 
' noritds vet ii state tn, ...universalis ecclesia quacunque novitate 
1 From the report of Hilary' and Prosper to Augustine (Ep. 22o). 



u 



INTRODUCTION. 



8 6. Oott- 
schalk. 



'pulsatur; Sec), and censured those presbyters who ventured 
to exalt themselves as teachers of their bi?iiops; but he 
went no further. 

Notwithstanding the ardent polemic of Prosper, the 
number and weight of opponents steadily increased ' after 
the middle of the century, the strength of their dogmatic 
position being fully shown in the Gommomtorinm of Vin- 
centius of Lirinum. Although the name of Augustine is 
not mentioned, the cbject of this remarkable treatise is as 
unquestionable as the direct bearing of his famous maxim. 
In the year 472, Faustus, bishop of Regium, drew up a 
Semi-Pelagian confession of faith which obtained the sanc- 
tion of the Council of Aries in 475'. But these efforts 
were not able to counterbalance the strength of the Au^ais- 
tinian influence in Africa and at Rome, nor even to main- 
tain the supremacy long in Gaul. Fulgentius of Ruspe 
whose doctrine of original sin went further in its inexorable 
logic even than that of his master^ succeeded in brincnno- 
the conflict, after many vicissitudes, to a successful is"sue'' 
Ihe Synods of Orange and Valence (a.d. 529) proclaimed 
the self-sufliciency of Divine Grace, all-.hough they were 
discreetly silent as to the consequences of Predestination. 

From the sixth to the ninth century, the great contro- 
versy was suffered to rest. Notwithstanding the decisions 
of \alence and Orange, the Church as a whole held to a 
mitigated Semi-Pelagianism even in the West, while the 
writings of Joannes Damascenus expressed a more distinct 
form in the Easf. 

In the year 847, a new champion of the true Auous- 
tinian theology arose, in the person of the Saxon monk 
Gottschalk, who adopted all the logical conclusions admitted 

1 De aratia Dei ct him. mentis lihero Arhitrio [Bibl. PP. Lugcl vni 1 
Mansi VII. 1007. See also Wiggers n 350 ff • hLp A',-,- ^'•'"'•^ 

"- Fulgentius held that not only all unhapti.ed infants, but even the un- 
tormed embryos, were sentenced to eternal fire. (Defule „a Petnun, c. 30 

See the dissertations of Wiggors in the Zeit.Crift f„r kistorl.cJ,e ml 
lofnr, 1855, 18o7, and especially 18;-;o (p. 471 jT.). nl.o Baur, A', a. „,. ;;nl 



IxXTEODUCTIOX. 



ho ventured 
'ps; but he 

rosper, the 
eased after 
ir dogmatic 
nm of Vin- 
.ugustine is 
eatise is as 
)us maxim, 
drew up a 
i the sanc- 
lese efforts 
the Augus- 
1 to main- 
of Ruspe, 
inexorable 
n brincrinjT 

3sful issue, 
proclaimed 
they were 
nation, 
)at contro- 
i decisions 
held to a 
while the 
re distinct 

le Augus- 
fon monk 
i admitted 

Lugd. VIII.] 
engeschichte, 

even the un- 
'um, c. 30, ) 
ri^chc TJii^n- 
• HI. ."Oil. 



17 



by Fulgentius, although he repudiated, in common with 
both predecessors and successors, the further inferences 
pressed by his opponents. But notwithstanding the autho- 
rity of Synods and Fathers on his side, he was bitterly 
opposed, persecuted, and finally (although not unanimously) 
condemned '. The standpoint of the now dominant theology 
may be gathered from the articles drawn up under Hincmar's 
influence at the Synod of Quiercy (a.d. 853) :— 

(«) "There is but one Predestination, dependent upon 
" the gift of grace or retributive justice." 

(b) " We have free-will to choose what is good, althouo-b 
" grace must prevent and sustain it." * 

(c) " God wills the salvation of all." 

(d) "As Christ took the Nature of all men so He 
" suffered for alP." 

These doctrines were vehemently opposed by ecclesiastics 
f hke Remigius of Lyons and Prudentius of Troyes, and 
viewed with disapproval by Pope Nicholas I, but they repre- 
sented a force not only sufficient to keep Gottschalk in 
I prison for twenty years, but to connect a reputation of heresy 
' with his name in later times. During the scholastic period, 
^Augustine's theology came once more in the ascendant^ 
J though with several modifications, Anselm, Lombard and 
• \ Aquinas, approaching nearer, while Bonaventura and the 
Scotists retained the Semi-Pelagian position. Bradwardine 
pvas perhaps the only writer of eminence who adopted the 
[extreme conclusions of Gottschalk, although the early Re- 
1 formers, Savonarola, Wessel and Wyclif, were impelled in 
; the same direction by their repugnance to the shallow and 
I corrupt views of justification which they found in practice. 
I The same motive, added to a real knowledge of and respect 

f ' See Baur, loc. cit.; Wiggers, p. 5G5; Robertson, ii. 308 et seq. Nearly 
4 an hat IS known about Gottschalk is discussed in the monographs published 
I by Ussher and Cellot respectively in 1631 and 1G55. 
I ' Iliucmar, de pncdest. c. 2, ap. Mauguin, and Mansi xiv. 919. 



PASC. L. 



-i 
1 



18 



INTRODUCTION. 



§ 7. Tho 
Komiiii po- 
sition uftor 
llio Council 
of TrmiI. 



for the writings of Augustine, found a still more emphatic 
and decisive utterance in Luther; while Calvin, as -will be 
shown later, though in no way differing from the principles 
of Augustine, yet carried them to the furthest logical de- 
velopment. In natural sequence appeared the great Ar- 
minian reaction within the Protestant Churches, during the 
next century. 

But while the Council of Trent and the formal condem- 
nation of Baius' seemed to commit the Church of Rome to 
a distinctly Semi-Pelagian position, there were never want- 
ing among its theologians, and especially from the Domi- 
nican Order, those who firmly held to the opposite side. 

So important was this minority in numbers and influence 
that it ventured on its side a public condemnation of the 
almost Pelagian doctrines put forth by Less and Hamel 
(1587), and pressed upon the Vatican the consideration of 
similar views in the Jesuit Molina's Agreement of Grace 
and Free-iuiU'. Rome feared to decide either way, though 
the sequel will show that the hesitation was based on 
political rather than theological grounds. The question was 
submitted to the Congregation De Auxiliis, appointed by 
Clement VIII in 1598, the sittings of which were con- 
tinued under his successors Leo XI and Paul V. The con- 
clusion of fourteen years examination was to the effect that 
the Holy Ghost had not revealed a decision, and that each 
party should retain xih private view in silenced 

From 1611 to 1640 the great controversy seemed to sleep, 



1 Baius (de Bay) born 1513, tl589, aroused once more the old contest of 
Thomists and Scotists. No less than 7G thcHca from his writings, some of 
which were vcrhatim those of Augustine, were condemned in 1567 by Pius V, 
and again by Gregory XIII in 1579. 

^ Libcri arhitrii cum gratUc doiiis, div. prascientia, prmlest. et reprobat. 
Concordia. (Olyssip. 1588.) The letter which Francis de Sales is said to have 
written to Lessius, endorsing his views, was never received as undoubtedly 
genuine, and (according to Cretineau-Joly, ii. 79) it disappeared during the 
last century. 

'■* Aug. le Blanc (Serry), Ilistorui Con<]re(j. de auxiliis gratia:, Antwerp, 
1709, fol. ; Baur, A'. O. iv. '25G ff. ; Hase, K. G. p. 488. 



are emphatic 
n, as •will be 
he principles 
it logical de- 
le great Ar- 
s, during the 



mal condem- 
of Kome to 
never want- 
1 the Domi- 
te side, 
md influence 
lation of the 
and Hamel 
sideration of 
mt of Grace 
way, though 
IS based on 
:juestion was 
ippointed by 
1 were con- 
'. The con- 
le effect that 
id that each 

ned to sleep, 

le old contest of 
ritings, some of 
1567 by Pius V, 

lest, et reprobat. 

s is said to have 

as undoubtedly 

ared during the 

ratid', Antwerp, 



INTRODITCTION. 



19 



and the course of events in Europe furnished sufficient § s. janse,, 
occupation for men's minds. But in the last-named year a CyS""' 
; book was published, which once more turned attention to the 
subject, and aroused a strife even more bitter and protracted 
than those which had gone before. 

Cornelius Jansen, bishop of Ypres, had been connected 
I from his youth by a tie of intimate friendship with Jean 
Duvergier de Hauranne, Abbd of Saint-Cyran\ United 
I in the conviction that a thorough reform was needed in 
the Church, the difference of their characters showed itself 
in the fact that while Jansen applied himself to a vindication 
of what he believed to have been primitive doctrine, Saint- 
Cyran's efforts were mainly directed towards a revival of 
spiritual life. Neither could claim, or wished to claim, the 
position of origmators of a movement. The rigid Augustinian 
doctrine of Grace upheld by Jansen, had been ardently pro- 
claimed by Banez and the Dominican order on one side, and 
by Calvin on the other. The semi-mystical asceticism of 
Saint-Cyran and Port-Eoyal had been inculcated by many 
earlier teachers within the Koman Church, from the school 
of St Victor to Carlo Borromeo and Francis de Sales. But 
for the first time these doctrines joined in strict and logical 
alliance, with no flourish of school-rhetoric or fanatical ex- 
aggeration, but with the steadfast outspoken purpose of 
resisting the dominant current of theology. 

Jansen's book, entitled the Augustinm, did not appear 
vntil after its author's death. Notwithstanding an earnest 
declaration of submission to Rome^ the book was denounced, 
even before it was published, as a breach of the appointed 

; Jansen b. 1585, tl638. Saint-Cyran b. 1581, tl643. For accounts of 
their lives see Leydeker's Historia Janscnismi (Ultraj. 1695), and the histories 
of Port-Eoyal. Sainte-Beuve's being the most complete. 

" In the will, dictated on his deathbed to his friends Fromond and 
Calenus, we find the words :_"if, however, the Pope shaU desire any altera- 
" tion, I am an obedient son of that Church in which I have always lived." 
But his executors, in their subsequent action, seem to have taken the nre- 
^uous asRert,ion "it will he. ^iffi^nlt to ehanoc anything-' as their rule. (Cf. 
Keuchhn, i. 590, Sainte-Beuve, ii. 91 et seq.; 3Um. dc Lancelot, i. 107.) 

2—2 



ii 



.Mil 



*i»* 



^0 



INTRODUCTION. 



tnico. And a very ctirsory perusal of the tliree ponderous 
folios will convince any inipiirtial reader that, under the 
name of the Massilians, no other than the Jesuits were meant. 
Take, for example, the following headings of chapters : 
I, Lib. VI. Cap. 22: "Alia eorum vitia ex eodem fonte, affec- 
" tat to sanctitatis, jactiuitia, liypocrisis, venautio divitiarum 
" sub 2)(illio jmupertatls, powpa vestiiwi, et secularis fastus. 
" Cap. 23. Tutnent scientla secnlari et argutiis dialecticis; 
" Simla Aristotelis, rationem Scripturamm regidam figxmt." 
But the following leaves no doubt: — ''Ante siiindate sancti, 
"tandem aperte Jlagitiosi Fallaces in ohtnidendo fidos libros, 
" in negando suos, in corrumpendo alienos. Mendaciorum et 
" restrictionum mentaliuni arcldtecfi peritissimH' And Cap. 

25: " Amh/'guis verbis dogmata exprimunt Romance Ec- 

" clesice reverentiam et in omnibus submissionem simulant." 
The Jesuits would have been indeed more than human 
had they submitted in silence to attacks so direct and 
transparent. Failing in their attempt to suppress the work 
before its appearance, they used every efi'ort to obtain a 
speedy condemnation at Rome. But the success of the 
Angnstinus was supremo. Edition followed edition in rapid 
succession. It was felt that no mere wordy compilation of 
old arguments, but that a great original work had been put 
forth. Saint-Cyran, who perused it eagerly in his prison 
of Vincennes, declared that, after St Paul and Augustine, 
his friend Jansen had written " most divinely " on the sub- 
ject of Grace. 
u miflfie^^* The Jansenists, as they Avere now called, were attacked 
ins'"''' ^isrcely from many quarters. Habert, TheologaV of Notre- 
Danie, delivered during the winter 1G42-3 three sermons 
from the metropolitan pulpit, denouncing the heresies of the 
Aitgustinus. Sermons at that time were still the most rapid 
and forcible instruments of controversy ; they were the 
"press" of the seventeenth century. The tardy thunder of 
the Vatican was at length heard. Urban VIII had decided 

' The T/(eo/()//rt? waH a canon with the especial function of giviiiR instruc- 
tion in theology to the clergy of the diocese, and preaching. 




INTRODUCTION. 



21 



3 ponderous 
, under the 
were meant, 
f cliapters : 
fonte, affec- 
divitiarum 
Icuns fastus. 
' dialecticis ; 
lam figunt." 
idate sancti, 

> fidos lihros, 
idaciorum et 
' And Cap. 
Romance Ec- 
n simulant." 
;han human 

> direct and 
!ss the work 
to obtain a 
!ce.ss of the 
ion in rapid 
mpilation of 
lad been put 
1 his prison 
I Augustine, 
on the sub- 

ere attacked 
V of Notre- 
ree sermons 
sresies of the 
e most rapid 
jy were the 
f thunder of 
had decided 

f giving instruc- 



ou the bull In Eniinenti in the spring of 1G42, but it was 
not promulgated until the middle of the following year. It 
condemned the book in general terms only, as will be seen 
from the extract below \ but with severity. The Pope 
wislied to gratify the Jesuits without arousing the anger of 
the DoniiniciUis. 

For six years no decisive victory was gained by either 
party, mainly contesting a different but intimately-connected 
field (jf theology in the battles concerning Arnaidd's Frd- 
quente Commiinwn, and the renewed attack upon the relaxed 
systems of the Jesuit casuists. But in 1G49, Nicolas Cornet, 
syndic of the theological faculty of the University of Paris, 
denounced seven propositions, afterwards reduced to five, 
in the Aufjustinus, as containing formal heresy. It was 
well known that a definite and specific condemnation at 
Rome would be attainable as soon as a regular demand from 
a respectable portion of the French clergy should be for- 
mulated to that effect. Nearly a hundred episcopal and 
other signatures were obtained, but it is significant that 
the matter was studiously kept from the Assembly of the 
Clergy which met at the beginning of the year 1G51. The 
efforts of the Jesuits were warmly supported by the Queen- 
regent, who was much under the influence of Annat, the 
king's confessor, and Vincent de Paul. 

Accordingly the cause was carried to Rome, and each 
side was represented there by advocates who travelled from 
France for the purpose. The Pope appointed a congregation 
of five cardinals and thirteen doctors to examine the ques- 
tion, and took personal part in several sittings. The 

1 "Cum antem ex diligenti ct matura ejusdem libri, cui titulus Augus- 
''^TIN-US, lectione, postniodum eoinpcitum fuerit in codcm libro multas ex 
^" propositionibus a riaidecessoribus nostris olim damnatas contineri, ct 
"magno cum eatholicomm scandalo et auctoritatis Apostolicm Sedis con- 

"temptu, contra prmfatas damuationes et prohibitiones dofendi Nos, 

"libriim pr.Tdictum, articulos, opiniones et seutentias in dictis constitutioni- 
" bus reprobatas atquo damnatas, ut a nobis compertum est, contineutem et 
"renovantem...omnino prohibemus, ac pro vetito et prohibito habiteri volui- 
" mus et mandamus." 



§10. Cotl- 
iliMiiimtioii 
of tlie Fivo 
Proposi- 
tions. 



22 



INTRODUCTION. 



Jansenists entrenched themselves on the identity of the 
Propositions with the teaching of Augustine, and when the 
decision was given against them, atfected to be satisfied 
with the prompt assurance that no slur had been cast upon 
the latter\ The condemnation was decided on towards the 
end of May (lGo3), and the Bull was published on the 9th 
of the following month. The Propositions thus anathematized 
were the following : — 

I. There are divine commandments which good men, 
although willing, are unable to obey; and the grace by 
which these commandments are possible is also wanting. 

II. No person, in the state of fallen nature, is able to 
resist internal grace. 

III. In order to render human actions meritorious or 
otherwise, liberty from necessity is not required, but only 
freedom from restraint. 

IV. The Semi-Pelagians, while admitting the necessity 
of prevenient grace, were heretics, inasmuch as they said 
that this grace was such as man could, according to his will, 
either resist or obey. 

V. The Semi-Pelagians also erred in saying that Christ 
died for all men universally. 

The announcement of this result brought triumph to 
the Jesuits, and deep though well-disguised disappointment 
to Port-Royal. The victors at once followed up their success 
by working for the reception of the Bull in France, easily 
gained through the Regent's influence, and by suggesting 
a formula of subscription in harmony with it, a matter 
with which the French clergy were occupied for the next 
four years. 

1 The reluctance of Innocent to condemn the Jansenists, and the plea 
alleged on his behalf: 'II Papa non e teologo, e leghta,' have been often 
narrated. (See Brienne, Anecdotes de Port-lioi/al, Histoire (len. du Jamen- 
Ivne, II. 146, Sainte-Beuve, ii. 50G et seq.) When the Pope was asked 
whether the doctrine of Gratia e.fficax, as taught by Augustine, remained un- 
touched, he replied promptly '0/ questo d certo! ' 



INTllODUCTION. 



23 



that Christ 



Before continuing our summary of historical events, it § n. Dog- 
is necessary now to examine the doctrines taught by Jansen uonlf^^i!n. 
and by his opponents respectively. That the Angustinusfemita!''^ 
really and faithfully expounded the teaching of the great 
Father whose name it assumed, no impartial theologian of 
the present day can deny. That it followed, in all but a few 
technical expressions, the path of Calvin, is also certain. 
Therefore, both sides were right and wrong in the dispute: the 
Jansenists were right in claiming Augustine as their teacher, 
but wrong in the attempted distinction between their own 
doctrine and that of Calvin. The Jesuits clearly saw the 
fallacy involved in the latter plea, but failed to recognise 
that their own position was emphatically that of the Serai- 
Pelagians, even if Augustine might not have denied to some 
of them the qualifying prefix. 

These assertions we proceed to prove. Jansen, like 
Augustine, Aquinas, and Calvin, held an eternal Divine 
decree, which, antecedent to all action, separates one por- 
tion of mankind from another, and ordains one to ever- 
lasting life, and the other to eternal punishment, " This," 
remarks the late Professor Mozley, "is the fundamental 
" statement of both Augustine and Calvin; and it is evident 
" that, while this fundamental statement is the same, there 
" can be no substantial difference in the doctrines'." What 
is here said of Augii^scine and Calvin, is equally true of the 
others. The subj. -^^e, in which the Five Propositions 

are placed in para. , mns with the passages in the - 

Augustinus appealed '. pport of the indictment, and 

also Avith those other pa. bc,ges by which its advocates sought 

1 Mozley's Auqustinian Doctrine of Predestination, London, 1855, p. 413. 
While giving Professor Mozley the due meed of praise for thus proclaiming 
the absolute identity of so-called Calvinism with the teaching of Angustine, 
it must be recollected that the same truth had been explained 150 years 
before by Bayle : "Ainsi les uns ne voulant point avouer qu'ils fussent con- 
" formes a des gens qui passaient pour hcrutiques, et les autres ne voulant 
" point avouer qu'ils fussent contraires h, un Docteur dont les sentiments ont 
" toujours pass6 pour orthodoxes, ont jou^ cent tours de souplesse si opposez 
" k la bonne foi que rien plus." (Art. JansSnius.) 



24 



INTRODUCTION. 



to rebut the charges, will place the matter beyond a doubt 
in the case of Jansen*. The famous distinction, mooted 
afterwards, between the truth or falsehood of the opinions 
on one side, and the fact whether they were or were not to 
be found in the Augustinvs— the 'question dii droit et du 
fait,' although it could enlist the pen of a Pascal, was in- 
stantly decided by those who added to his good faith, a 
theological knowledge which he did not possess. Bossuet, 
writing to the Marc<chal de Bellefonds, declared that the 
propositions were the "soul of the book," and in his 
famous Funeral Oration upon Cornet, he credited him with 
having exactly marked off " the limits of truth and error." 

That the Jesuits professed substantially the primitive 

opinions inherited by Cassian and the Massilians, is equally 

clear. It can be proved not only by comparing the utterances 

of Molina with that of the early Semi-Pelagians, but by 

distinct admissions on their part. It is to their credit to 

pomt out that not a few of them honestly confessed it, and 

rebelled against the assumed infallibility of Augustine. 

Rapin, for instance, in the Histoire du Jansenisme (quoted by 

Sainte-Beuve), speaks most candidly of the "adventures" 

of the Augustinian theories''*. Adam, another Jesuit, went 

further, and boldly denounced "I'Africaiti echauffe et le 

docteur houillanf." But in the case of a Jesuit theologian, 

far more important than either Rapin or Adam, we have 

'reum conftentem.' This was Ripalda (b. 1595, tl648), a 

distinguished professor of theology at Salamanca, whose 

merits are warmly enlarged upon by Sotwell, in his con- 

tmuation of Ribadaneira and Alegambe, and especially in 

respect of his knowledge of Augustine:—" Theolorjiam docuit 

"^ Salamanticce tanta nominis fuma ut paiicos ad eum diem 

"Jbihahuerit Societas...Fuit enim suUilis admodum in dis- 

"jmtando, solidissijnus in opinionibus e Cathedra jirojmrj. 

' See Appendix A. 

« Port-Royal, ii. 132 ; see also Reuchlin, i. 614. 

a Lettresde Gui Patin, ed. 1691, i. 162; Eeuchlin, Geschichte von Port- 
Roijah I. 611; and Baylc, Art. Adam. 



INTRODUCTION. 



25 



hte von Port- 



" nandls, SS. Patres, Augustinum prvEsertim, continuo evol- 
"i'ebat\" In the third volume of his De ente supematurali, 
wliich appeared in 1G48*, occurred a passage Avhich appears 
to have passed strangely unnoticed for a long time, until 
the Jansenists gave it a well-deserved publicity. It is as 
follows :— " Again the mind of Augustine and the truth of 
" our doctrine (for R. was engaged in proving that the Jesuits 
" were the true Augustinians), may be gathered from the 
" writings of his disciples. Among whom Prosper was con- 
" stant and unhesitating in asserting that the Divine Grace 
"is simply 'sufficient' and common to all, even those who 
"do not co-operate with it. Which doctrine he sung bcau- 
" tifully in his Poem de Inr/ratis, describing there the Grace 
" confessed by the Catholic Church : — 

. et formam banc ascribitis illi, 
Ut cunctos vocet ilia quidem, invitetque; nee ullum 
Prteteriens, studeat communem afferre salutem 
Omnibua, et totum peccato absolvere ruundum. 
Sed proprio quemque arbitrio parere vocanti, 
Judicioque suo, mota se extendere mente 
Ad lucem oblatam, quai se non substrabat ulli, 
etc. etc.^ 

This passage, which the smallest notice of the context, 
and knowledge of Prospers opinions, will identify as an 
imaginary utterance of a Semi-Pelagian, put forth by 
Prosper to be censured, is taken by Ripalda as the individual 
doctrine of Prosper himself. He accordingly bursts forth 
enthusiastically :— " I hear the Grace of God calling to all, 
"omitting none, diminishing from none, etc., etc." Well 
might the stern Jansenist critic relax into a grim smile, 
as he exclaimed:—" Oilij, oily, mon Pere, on Ventend fort 
''hien, que vous reconnoissez les Demi-Pelagiens pour vos 

^ Ed. 1676, p. 478.— The modern historian of the Society of Jesus, De 
Backer, somewhat strangely omits to notice so renowned a teacher. 

* Coloniaj in folio; afterwards with the two other volumes, Lngd. 166.3. 
The latest edition, 4 vols, folio, Paris, 1870, is significantly described as 
" expuraata.'' 

^ 0pp. Prosp. Aquit. cf. Migne, li. 110. 



2G 



INTRODUCTION. 



§12. Tho 

C('iiHur« of 
Ariiuuld. 



" pre'decesseurs." His colleagues might possibly urge that 
ho was not au infallible commentator upon tho Latin verso 
of Prosper, but they could hardly dispute his competenco 
to state tho elements of those doctrines which he gained his 
reputation by teaching. 

The many subtle distinctions, by which these clear 
identities were obscured, will be best explained in the follow- 
ing comments upon the Letters of Pascal. It is necessary 
now to return to the history of "the controversy, from the 
time of the Bull of 1053. While the Jesuits were steadily 
pursuing their object of enforcing subscription to its terms, 
a new dispute arose'. The Due de Liancourt had been 
refused absolution by his parish-priest on no other ground 
than his sympathy with Port-Royal, and the fact that his 
granddaughter was a pupil of its school. The grievance 
was warmly taken up by Antoine Arnauld, the greatest 
writer but one on the Jansenist side. He had gained his 
spurs in the field of controvcry by his book on Frequent 
Communion (1043), which held its own even against so re- 
doubtable an adversary as Pdtau, and finally was vindicated 
semi-officially at Rome from the attacks of his adversaries. 
A few months later he had mainly contributed to the pub- 
lication of the Theologie Morale des Jesuites, a work with 
which we shall deal in a later section. 

Arnauld's pamphlet, called First Letter to a Person of 
Condition, appeared on the 24th of February, and elicited 
no less than nine replies' in the space of three months. 
His rejoinder was not long delayed, and extended to a solid 

1 This Formulary, finally agreed upon by the AsHemhMe of IG06, was to be 
Bigned by ecclesiastics only, although nuns were included later. It was thus 
worded:— "/sMftmif mi/self sincerely to the Comtitution ofonrll.F. the Pope, 
''and I condemn with heart and mouth the doctrine of the Five Propositions of 
" Cornelius Jamenius, contained in his book called AvavsT:mv8,...this doctrine 
" w not that of St Augustin, xchich Jansenius has toronohj expounded, contrary 
" to the true meaning of this holy Doctor." This declaration was not strictly 
enforced until 1660. 

2 Namely: (1) Conference d\in Catholique avec un Jansdniste. 

(2) Lettre d'un Abbe a M. Arnauld. 



INTRODUCTION. 27 

volume of 250 quarto pages (July 10), with the title 
^Second Letter of M. Arnauld ...to a Duke and Peer of 
France. In this masterly production the whole controversy 
was examined with a logical precision and a weight of 
patristic authority that make the treatise even at the 
present day well worthy of careful study. It expounded 
the doctrine of ' efficacious grace ' from the time of Augus- 
tine, proved its identity with Janson's teaching, and exposed 
the various manauivres of the adversaries to discredit it. 
Among the illustrations, he dwelt upon the instance of 
St Peter, as of "a just man to whom the necessary grace in 
order to act had been wanting" carefully quoting Augustine 
and Chrysostom as his authority, but none the less adopting 
and defending the First of the Jansenistic propositions. He 
also strongly questioned whether they were actually contained 
in the Augustinus, either in words or by implication. 

These opportunities for reprisal were not overlooked by 
the Jesuits, who were now powerfully reinforced, thanks to 
diplomacy of a very worldly order, by the great body of the 
Dominicans, or New Thomists. They at once caused a 
denunciation to be laid before the Sorbonne, and on the 4th of 
November a commission was appointed to examine and decide 
the question. The records of the sittings of this commission, 
the documents, memorials and pamphlets, fill up many hun- 
dreds (or even thousands) of pages, both in MS. and in print \ 
On one side there was the greater erudition and talent, on 
the other the weight of numbers ; on the merits of the 
question, as we have seen, much could be said by either 
party. But two measures of procedure adopted by the 

(3) Lettre d'un ecclesiastique aun de ses amis. 

(4) Bemarques sur la Lettre. ..par le Sieur Piaii. 

(/)) Lettre iVun Doctcur CnthoUqne a une dame de condition. 

(6) Lettre dhm Abbe a M. Arnauld. 

(7) Discours d'un tht'nlogicn desiiiteressg. 

(8) Avis a M. Arnauld par un Docteur Catholique. 
(0) Re.ipoiise a quclqucs demandes par le P. Annat. 

1 Tlie clearest precis will be found in the Historical Introduction prefixed 
to Vol. XIX. uf the edition of Arnauld's complete works. 



28 



INTRODUCTION. 



majority gave occasion to angry protests. In the first place 
a number of monks were introduced, whose titles as members 
of the Sorbonne were merely honorary. Secondly, the ar^ru- 
ments of the Jansenists were hampered, in their own 
opmion by the adoption of a time-limit of half an hour 
for each speech, checked by a sand-glass. Pascal, it will 
be seen later, makes playful allusion to this not very 
tiyrannical limitation of eloquence. For six weeks the 
discussions continued, the result being not difficult to fore- 
tell. Arnauld devoted all his energies to the work of influ- 
encing pubhc opinion outside the Sorbonne, and in gainino- 
the support of the moderate theologians, such as Launol 
and Sainte-Beuve. Towards the end, despairing of success, 
and fearing the consequences of the imminent censure he 
condescended to make admissions and disavowals which' by 
no means redounded to his credit\ But all was in vain 
Not even the acceptance of the twofold Grace, in the sense 
of the Thomists; not even the assurance that "he con- 
" demned the Five Propositions, in whatever book they mioht 
"be contained,"— appeased his adversaries. On the 14th 
of January, the first count of the indictment, i.e. the question 
dejait, was decided against him, by a majority of 12^^ 
against 71 The second, and more important question, as to 
the alleged heresy of the assertion concerning the Fall of 
Peter was argued from the ISth to the 29th of Januarv 
(lGo6), with the same result. Arnauld was condemned by 
an even larger majority, and all who refused to sign the 
Censure were expelled from the Sorbonne I 

The terms of the Censure, the full text of which will be 

„ ' « '' .^7,°^^''"' ^"''''"^'^ ^«'^^". P- 75 ; Sainte-Beuve, Poruno^al, n. S.'iO • 
the . rec^s mstorique already refciTed to; and Dumas, lUstoire des Cinq 
Fropositwns, i. 145. ^ 

JJ'Z?^^'"'^^'''^''T"" «^^"te-Beuve, a distinguished casuist of the 
severe an X- Jesuitic school. The Memoires da Beauhrun preserve a portion 

t'he Censure^!! '''"' "''*'''" inquisitors, who strove to extract a signature of 

^ "Mak ne recevez-vous pas, lui ont-ils dit, la constitution du pape'_ 
0.n,_Ne condamncz^vous pas la doctrine qui lui est contraire?-Oui._M. 



1 


f( 




s 




r 




a 




s 




(T 




O 




^ 




t 




a 




(1 




f. 




a 




t 




r 

n 



INTRODUCTION. 



i first place, 
as members 
Y, the argu- 

their own 
-If an hour 
cal, it will 
1 not very 
iveeks the 
It to fore- 
•k of influ- 
in gaining 
as Launoi 
of success, 
censure, he 

which by 
s in vain. 

the sense 
" he con- 
hey might 

the 14th 
e question 
y of 12^ 
:ion, as to 
e Fall of 

Januarv 
mined by 

sign the 

h will be 

ya/, II. 530; 
re (h's Cinq 

i3uist of the 
3 a portion 
iignature of 

in pape? — 
-Oui.— M. 



29 



found in the Appendix, were studiously offensive, while pre- 
serving an appearance of tenderness*. 

The following history is so bound up with the person of 
Pascal, that it belongs to the section especially devoted to him, 
and is best explained in connection with the letters them- 
selves. It is sufficient, in concluding this sketch of the 
great controversy, to note that the double fallacy about 
Augustine's teaching was not recognised until the publica- 
tion of Buyle's Dictionari/ ill lG9o, and by Richard Simon 
about the same time. Their conclusions as to the identity 
of Augustine, Calvin, and Jansenius were scouted as heresy 
for nearly two centuries, even among Protestant theologians; 
and it was reserved for the late Dr Mozley to announce to 
the great astonishment, if not the scandal, of many of his 
readers, that which would have sounded a truism in the ears 
of Hooker and Whitdft^ 



" Arnauld aeuseigne une doctrine qui lui est contraire.— C'csf ce qui est faux, 
"a replique M. de Sainte-Beuve : car le pape n'a point condamne la doctrine 
" de la grace efficace, qui est le sens auquel M. Arnauld entend sa proposition. 
" De plus, il y a deux clioses dans cette proposition, les paroles et le sens : 
'^' Ics paroles sont de Saint Augustin : le sens est celui de la grace efficace par 
"elle-memo, nucessaire a toute action de piete : laquelle de ces deux choses 
" condamncz-vous? Ih v'ont rien n'pondu." (Mem, de Beaubrun, ii.) 

1 After describing Arnauld's doctrine as "rash, impious, blasphemous, 
"and heretical," the document proceeds: "The Sacred Faculty had wished 
" heartily, having condemned the doctrine, to preserve to herself the person 
" of Antoine Arnauld, in truth most beloved by her, as a son by a mother; 
" and she had besought him to attend the Meetings, to submit himself, to 
" abjure his false and pestilent doctrine, &c." 

" Dr Mozley had not yet accepted this result in 1847, for in his famous 
reply to the E.-<.-<a>) on Dcvdopment, published in the Christian Eemembrancer, 
he attacks Calvin, and not Augustine, as one of the instances of the danger 
of introducing logic into dogma. (Ed. 1878, p. 43.) The Augmtinian Doc 
trine of Predestination was published in 1855. 



wiK!maKs;,!mm„a^.^r,yirM.„^m,tM 



80 



INTRODUCTION. 



]. 



2. 
3. 
4. 
5. 
6. 

7. 
8. 

9. 

10. 
11. 
12. 



AUTHORITIES. 

Wiggers. Versuch einer pragm. Dant. des August, und Pe- 
lagianismus (Hamburg, 1833), and Schicksale der August. 
Anthropologie, in the Zeitschr. f. d. Hist, Th. 1854, 1855, 
1857, and 1859). 

Mozley. The August, doctrine of Predestination (London, 1855). 

Worter. Der Pelagianismus (Freiburg, 1866). 

Baur. Kirchengeschichte (Tiib. 1863). 

Hagenbach. IJogmengeschichte (Leipz. 1867). 

Mauguin. Vett. auct. qui S. ix. de Prcedest. scripsemnt (Paris, 
1650). 

Cellot. Hist. Gotteschalc. et Prcedest. controv. (Paris, 1655). 

Weiszacker. Dogma d. gottl. Vorherbestim. im 9 Jhrdt. (In 
Jhrb. f. D. Th. 1859, p. 527). 

Schneemann. Entstehung der Thomiatisch-Molinistischen Con- 
trover se (Freiburg, 1879). 

Arnauld. CEuvres. Tomes xix., xx. 

Reuchlin. Geschichte von Port Royal (Hamburg, 1839). 

Sainte-Beuve, Port Royal (tomes ii., in., Paris, 1842—48). 



ugust. und Pe- 
xle der August. 
:h. 1854, 1855, 

(London, 1855). 



III'. ' dE Casuists. 



ipserunt (Paris, 

aris, 1655). 
9 Jhrdt. (In 

nistischen Con- 



, 1839). 
1842—48). 



" Sachcz done que leur 
J' leur deasein. MaU ih n 
K' ce scrait une mauvaise pijlitique." (Pascal, Letter V.) 



't n' est pas de eorrompre les mmirs : ce n" est pas 
i pas amsipour unique but celui de les reformer: 



It will not be necessary in this section to review, as in § i. Asceti- 
tho preceding one, the progress of a controversy through the Primrtive'' 

rcater part of the history of Christendom. The ethical ^^"''*'" 
baching of the Church while at enmity with the heathen 
\rorld, or even when held in check by Christian emperors, 
separated by a wide and disastrous gulf from that of 
Ihe medieval and still more from the modern Church, re- 
conciled with the world, willing to consent to any com- 
promise that might ensure present existence, and hold out 
lopes of future supremacy. 

The most hostile criticism of a Barbeyrac or a Bayle can 
only point to passages where the Fathers., whose ascetic 
severity on any other topic would excite astonishment, 
pending to an apparent laxity in their attempts to explain 
and justify some of the actions attributed to Old Testament 
personages ^ They must admit that, whenever any one of 
these writers, from Tertullian to Joannes Damascenus, deals 
with the duties of mankind, a very ojjposite principle is 
manifest. Whether it is Tertullian denouncing the theatre 
as the abode of sin'; or Ambrose and Chrysostom enforcing 

1 The substance of this section had already appeared in an Article 
puWished in the Churchman, and is reproduced by permission of the Editor. 

= For instance. Augustine and Chrysostom in deahng with the action of 
Abraham in the case of Hagar, and in denying that Sara was his wife. Cf. 
,jjgpspecially Augustine, Be Civit. Dei, xvi. 25. 

3 jjc spectaculis, passim. See also Ambrose, de officiis Ministrorum, i. 23. 



32 



INTRODUCTION. 



§2. Iiiflu. 
(MU'O of 

scliolusti- 
cism upon 
Cliristiaii 
t'tliics. 



the duty of alms to the verge of communism* ; or Basil 
<ieclaring that all violence, even in self-defence, is sinfuP; 
— all these represent a standpoint which in the 9th 
century was already deserted, and in the 12th almost un- 
intelligible. 

The causes of this change have been often and accurately 
described. The altered aims and spirit of the Church wel- 
comed the authority of Aristotle instead of the New Tes- 
tament ; and the refined dialectic of the schools instead 
of the unsystematized teachings of the Fathers. The 
scholastic system was necessarily followed by the intro- 
duction of the casuistic treatment of morals, the method 
being now developed for the treatment of factors which 
had already attained maturity, viz. moral heteronomy as 
the principle, and the sacerdotal idea as the instrument. 
To attempt, as most Protestants and some Catholic writers 
have attempted, to attribute to the Jesuits the invention 
of those features of the system Avhich most strongly revolt 
the moral sense, is to ignore very clear facts of history. 
This can be shown by simple quotations from writers who 
flourished before the Reformation. 
Pnnci- gQ gQQj^ j^g ^Yie individual conscience was deposed from 
casuistry, its Sovereignty, some method had to be contrived to reconcile 
or palliate the innumerable discrepancies and contradictions 
between the dicta of the confessors. The so-called ' doctrine 
of Probability' was the obvious and forced solution. It was 
impossible for the Popes to regulate all cases of conscience, 
or even to provide books Avhich could anticipate them. 
Accordingly when A and B gave conflicting decisions about 
the moral quality of a given action under given circum- 
stances, it was declared that, since each of these decisions 
was "prohahle" according to the judgment of its author, 
it might safely be followed by others in practice. And if 
once the basis of moral heteronomy be admitted, it is im- 
possible to refute the logic of this consequence. 

1 Chrysost. Ilomil. in Act. opp. ed, Montfauc. ix. 93. 

- Basil, E)K ad Amj/hil. Caa, 43, opp. ed. 1G38, iii, 33, 



§3 
pies () 



; or Basil 
, is sinfuP; 
I the 9th 
almost un- 

. accurately 
Ihurcli wel- 

New Tes- 
ols instead 
lers. The 
the intro- 
he method 
tors which 
sronomy as 
nstrument. 
)lic writers 

invention 
ngly revolt 
of history, 
writers who 

posed from 
,0 reconcile 
.tradictions 
1 ' doctrine 
n. It was 
conscience, 
)ate them, 
lions about 
in circura- 
3 decisions 
ts author, 
3. And if 
I, it is im- 



INTRODUCTION. 



33 



Now this doctrine of Probability is found in its entirety «*■ Early 
in the writings of Aquinas, and all the later writers of the Pro&irty. 
.<amc school. No better instance can be chosen than from 
the writings of Cardinal Antonino, a distinguished writer of 
the loth Century, canonized by his Church, and always 
regarded as one of the highest authorities on questions of 
morals'. Antonino, in the beginning of his treatise de Con- 
scientia, thus explains the doctrine : — 

"That there may be contrary opinions among Doctors 
"of greatest knowledge and sanctity, even concerning matters 
" necessary to salvation, is clear from many examples. For 
"B. Thomas in 4 (that is, in his Commentary upon the 
"4th book of Lombard's Sentences), holds that it behoves 
" not one lapsed into mortal sin to make confession forth- 
"with (stati7n), except in certain most rare cases there 
"enumerated, and Richardus agrees with him. But Huo-q 
"de S. Victor and B. Bonaventura hold the opposite 
"opinion. Now the sanctity and learning of all these 
" teachers are known to the whole Church : and the opinion 
"of neither side is condemned. Yet that of B. Thomas is 
"more commonly followed, although it seems less secure. 
"Again, Raymundus in his Summa holds that it is uni- 
"versally mortal sin to have dealings with those under the 
"greater excommunication. But B. Thomas and others 
'' teach the contrary, and their opinion is more commonly 
" accepted. And so innumerable examples may he citedV 
This opinion of an early teacher may be compared with 

I the statement put forth by the Jesuit Nouet, in one of his 
answers to the Provinciales, as a proof that here, at least 

I no new departure was taken. "All men know that there 

1 Antokino (de Forciglione), born at Florence 1389, tll59, of the Domi- 
nican order. Archbishop of Florence 1445. Took part in the Council of 
Ithat city 1458. Canonized in 1523 under Pope Adrian VI. His whole works 
Iwere republished in 1741, 8 vols, in foho. ed. Mamachi and Eemadelli, 
|i iorence. The original dates are Smma confesmonalis, Eomro, 1472, also in 
gJtanan ; and Sumim Smmurum, Nuremb. 1478, 4 vols, in folio. 
^ Antonin. pars i. tit. 3, c. 10, de Comcientia, § 10, fol. 63. * 

PASO. L. o 



34 



INTMOUUCTION. 



" are moral maxims of two sorts : firstly, those concerning 
"which all Casuists are agreed, because they are made 
"certain either by the distinct voice of Scripture, or the 
"universal consent of the Church; secondly, those on which 
" the opinion of writers is divided, and which can only be 

" 'called probable.' As to the latter opinions, it is per- 

" mitted to every one to select out of conflicting decisions that 
"Avhich pleases him best {celle qui lay j)lair' ■^."i.iKwje), 
"provided that it is really probable, that is, i^ eludes 

"the following four notes established by Suarez'. Firstly, 
" it must not run counter to any truth universally accepted 
" in the Church. Secondly, it must be in agreement with 
"common sense. Thirdly, it must be based upon reason, 
" and supported by good authority {appnijee d'une authorite 
"sans reproche). Fourthly, if it has not the suffrage of the 
" majority of Doctors, it must not be an opinion generally 
"abandoned." (xx'"'^ Imposture.) 

One further quotation shall be made from the writings 
of Jacques de Sainte-Beuve, a theologian of eminent learn- 
ing, strongly opposed to the Jesuits, and who for a long 
time espoused the side of Arnauld^ Three volumes of 
decisions in cases of conscience were published, from which 
I exti-act the following : — 

Case 166, "It is beyond all doubt that, in matters of 
"Morality there are many probable things; and that one 
" may follow a merely probable opinion, in what only concerns 
"human law." (in. 51.) 

Case 27. " Q. " May absolution be given to a penitent 
"who has a probable opinion?" R. "The Confessor must 
"absolve a Penitent who adduces an opinion which is not 
" in his (the Confessor's) judgment untenable." (iii. 117.) 



'4 



^ Suarez, Disp. xii. clc hon. ct malit. sect. 6. 

2 Born 1613, tl677. Deprived of bis cliair of theology, and inhibited 
from preachins in 1057, on account of bis opposition to the Censure, 
llestored ni 1665. His Resolutions dc plusieurs cas de conscience were rr- 
iuted iji 1705. 



VI 



iNTRODtrCTION. 



35 



)se concerning 
ley are made 
■ipture, or the 
ihose on which 
;h can only be 
ions, it is per- 
; decisions that 

1^ . eludes 
.rez '. Firstly, 
rsally accepted 
freeiiicnt with 

upon reason, 
I'une authorite 
uffrage of tlie 
nion generally 

1 the writinofs 
eminent learn- 
ho for a Ion of 
e volumes of 
d, from which 

in matters of 
and that one 
only concerns 

to a penitent 
3nfessor must 
which is not 
(III. 117.) 



;y, and inhibited 
to the Censure. 
tscienc.c were re- 



It may excite wonder that the Jesuits themselves, § 5. Du 
instead of making useless charges of inaccuracy against their Joiemlc' 
assailants, did not more often resort to this obvious and Kan "'° 
decisive defence. As a matter of fact, the only writer who '^''''"^ 
thoroughly attempted it— De Moya (under the pseudonym 
of Amadeus Guimenius in 1680), was promptly censured 
and siIenced^ The Church of Rome had begun to feel 
the real power of public opinion, and seemed not averse 
to allow the Society of Jesus to act as scape-goat, while 
continumg to benefit by the same system. On the other 
side, there was only one Protestant theologian who directed 
Ins attack against the moral system of Rome herself, and 
recognised that the Jesuits had only carried it out faithfully 
and logically. This was Du Moulin, in his Traditions de 
lEghse. Two mstances drawn by him from the Writings 
ot Aqumas, Antonino and Navarre, may usefully be com- 
pared with two of Pascal's counts in the vilith Letter:— 



Roman Opinion, censured by Do 

MoULINi 

"A woman who has received 
"money as payment for inipiuity is 
"not obliged to refund it, because 
" this action is not contrary to jus- 
" tice." (Thomas ii. 2, qu. 32, u. 7. 
Antonino p; n. tit. 2, c. 5.) 

"One may give counsel to a man 
"about to commit a ain, to induce 
" him to choose a smaller sin." (Na- 
varre 1. III. comil. de voto, Cons. 36, 
n. 2.) 



Jesuit Opinion, censured by Pascal. 

"Goods acquired by adultery, 
"although obtained in an illegiti- 
" mate manner, may still be retained 
' ' legitimately. " (Lessius.) 



""When one sees a robber de- 
" termined to rob a poor , -rson, wo 
" may suggest to him that he should 
"rather rob a rich matt instead.'' 
(Vasquez. ) 



Havmg established, then, this porition, it remains further §c. mfl,,. 
to examine whether the Society of Jesus confined themselves Su."'' 
merely to a logical development of pre-existent principles, Sstry. 
nr whether they contributed any element of their own, to 
which the epithet 'Jesuitical' can be applied. Hundreds 

1 Guimenius ad Innocent. XL Pont. Max. Romfe 1650, fol. See also Avh 
" I anteur (Vuii libeUc, Paris, 1G89, 12. 

3—2 



:ll 



1 : 1 



no 



INTRODUCTION. 



1*; 


§7. Pleas 


|j 


on beliall 


ft ■ 


of the 


]?; ' 


Casuists. 



of passages from Bauny, Escobar, Sanchez, Filliucci, and 
others have been quoted, which revolt the moral sense more 
than anything which could be adduced from writers of other 
schools ; but when they are analysed scientifically, they are 
resolved into simple propositions based upon an abundance 
of what is called authority in the Koman Church. It is not 
difficult to understand the process by which the callousness 
and almost cynicism was acquired in dealing with delicate 
and painful topics. There is an unconscious as well as a 
conscious prurience, which induces men who lead a retired 
life to affect and seek knowledge in such subjects. And it is 
only reasonable to believe that the majority of these writers 
had no more unworthy motive than a little vanity in exe- 
cuting these dialectical tours deforce. It was like a contest 
between mariners who could most nearly sail against the 
wind, or nearest to dangerous rocks without shipwreck. 
And it must be confessed that shipwreck, in the sense of 
a Papal condemnation, was by no means an exceptional 
catastrophe \ 

It is alleged also on their behalf (as it has been urged 
recently in similar cases even by writers of the Church of 
England), that these works were only intended for Confessors, 
and that there can be no more evil in treating fully and 
scientifically in such works upon the circumstances of sin, 
than in furnishing similar details in a treatise of medical 
jurisprudence. This plea, in the first place, begs the very 
important question as to whether there is any such analogy 
between medicine and theology as the Medieval Church first 
began to suppose, and whether a corrupt heart is as helpless 
without a human surgeon as a broken leg. Those who 
admit this premise have some difficulty, it must be confessed, 
in resisting the conclusion ; and thus the Jansenists, who 
had not fully thrown off the accretions of mediaeval theology, 
were not totally untrammelled in their contest. 

1 Notably by Pope Alexander VII. in IGGO, though no names were men- 
tioned • and Innocent X. in 1679 : not to mention the decisions in the eases 
of Palafox and Tournon, and the coiq) d'etat of 1773. 



INTRODUCTION. 



37 



The second plea put forth is that these writers merely 

elealt with a totally imaginary state of society, or rather a 

state of nature'. It is hardly possible to deal seriously with 

such a defence. For what does it amount to ? A man, 

living in the world and in society, has an enemy who is 

slandering him, and wants to know how he shall act. He 

hears that a certain Father L'Amy has published a book 

of morals, he purchases it, reads in it that he may kill his 

enemy'', and follows the advice. Surely he has some right 

to complain if, upon appealing to his Mentor to justify him, 

he is suddenly informed that all this elaborate machinery 

of rules and distinctions had nothing to do with the actual 

Avorld ! But irony is wasted here. If Escobar had put on the 

title-page of his book that the contents dealt only with 

a state of nature, Pascal would not have had to criticise its 

3Gth edition. 

But no excuses of this sort, valid as they may be up to 
a certain point, can avail to absolve the Jesuits or any other 
casuists from the accusation of publishing books dangerous to 
morality. They had no right to be logical, if the conclusion 
from Koman premises led to that which Bossuet, in the 
Assembly of 1700, described as "monstrous errors," and 
which two Popes anathematized, — after the moral sense of 
mankind, through the pen of Pascal, had already pronounced 
sentence. 

In one or two cases the Jesuits are responsible, not only 
for the development, but for the introduction of a pernicious 
principle. This was in morally legalizing the gulf of caste 
between the aristocracy and the peasants ; in fact, borrowing 
the prejudices of society and placing them in a setting 
of religious sanction. We find Garasse laying down the 
following doctrine : — 

"When a gentleman strikes a peasant, this is a sin of 

1 This plea, it will be seen, is almost constantly put forward by the Abb6 
Maynard in his apology for the Casuists. 

2 L'Amy, Cursus tUolGg. v. disp. 36, sect. 5, n. 118 (p. 544, ed. Douai, 
1640). 



hill 



38 



INTRODUCTION. 



" anger which docs not come into consideration (qui n'entre 
"2Jas en considemtiun). But if a peasant or a man of low 
" extraction (un homme de neant) should have the audacity 
" to striico a gentleman, the offence can only ho exjjiated by 
"liis death." (Suiume, Livre ii. p. 194.) 

If any should allege that Garasse did not rank as a 
serious theologian, it need only be added that his view 
was embraced by Pintereau, who supports it by the following 
argument : — 

" For is it not true, that a greater wrong is done to a 
" gentleman, when he receives a blow, than to a peasant ; 
" and therefore, according to the laivs of Christianitij even, it 
" is a greater sin\" 

The same fatal error is seen in the condonation of 
duelling, examined by Pascal in the Provincial Letters. 

Although, as wo have shown, '^^he real foundation of the 
Jesuit errors was so little understood that even a Jeremy 
Taylor, in his Diictor Duhltantiiim, repeatedly blames the 
effect while approving the cause; yet the moral sense of 
mankind, from the very first, revolted against the laxity 

iBainS'' ^^^^^^^^^^'^^^ ^^ ^^ ingeniously and with perfect justice 

Jesuits. pleaded by the advocates of the Society, that the army of 

their assailants was often reinforced by those whose lives 

were far from blameless. But there are always many who 

approve the good, yet follow the evil ; and it is not on the 

AnmJid'"'^ former account that they deserve blame. The first notable 

i59i!"''""" attack upon the teaching of the Jesuits is historically inter 

esting from the fact that it found expression through the 

mouth of Antoine Arnauld, father of the still greater 

Antoine with whom we have b«. -a dealing. The attempt to 

implicate the Society in the murder of Henry III. has not 

survived historical investigation; and Arnauld's great oration 

owes its notice in histories of French literature, chiefly to 

1 It is strange that Tascal omitted to notice those decisions. That he did 
not is at least presumptive evidence that Port-Koyal had yet much to learn 

about the essentiala of Chriatiauitv. 



INTRODUCTION. 



39 



qui n'entre 
nan of low 
le audacity 
;xpiatcJ by 

rank as a 
t his view 
following 

done to a 
a peasant ; 
itij even, it 

Dnation of 
tiers. 

ion of the 
, a Jeremy 
)laraes the 
,1 sense of 
the laxity 
!ct justice 
le army of 
»'hose lives 
many Avho 
lot on the 
•st notable 
'ally inter 
rough the 
11 greater 
attempt to 
[. has not 
3at oration 
chiefly to 



tho famous climax about the conspiracies " more horrible 
" than those of the Bacchanals, more dangerous than that 
"of Catilina, which have been fomented in their college, 
" in the Rue St Jacques, and their church, Rue St An- 
" tuine !" 

Ill 1G02 appeared Pasquier's Cat(^chisme des Jdsuites, but 
its author's character prevented it from carrying much weight. 
Far more injury was inflicted by a book written by one 
who was a Jesuit himself, the flimous treatise ' de Rege et 
regis institntione' of Mariana, although it contains nothing 
but tho merest rhetorical common-place as to the permissi- 
bility of slaying a tyrant. However, the murder of Henry IV. 
in 1610 caused a terribl^ storm of obloquy to burst upon 
tlie Society, notwithstanding a prompt disavowal o.F the 
book by the General, and a very earnest and convincing jus- 
tification by Coton. 

We have already had occasion to notice Saint-Cj'ran's 
severe criticism upon the Somme of Garasse, which v.'as 
but an introductory skirmish preparatory to the great attack 
upon tho moral teaching of the Jesuits, published anony- 
mously in 1644. This work was compiled, there can be 
little doubt, by the recluses of Port-lloyal, Arnauld very 
probably acting as editor. Its importance, as the real foun- 
dation for Pascal's later polemic, to which allusion was made 
in the Preface, renders it necessary to analyse its contents 
briefly, furnishing at the same time the parallel passages in 
the Provincial Letters. 



{')) Etienne 

I'anquier. 

1002. 



(c) Mariana. 
lUlO. 



(rf; Saint- 

Oyrati, 

1G26. 

(e) ThMo. 
gie Morale, 
16U 



'Th'j:ologie Morale' (1C44). 
PiiOBABiMTY. Doctrine of Vas- 
quez, Valcntia, Sanchez, Eegiualdua, 
Sa, Ccllot, 7a' hier. viii. 16. 

§ 2. The Failiors abaudoned for 
modern Casuists. 

§ 3. No sin without conscious- 
ness of it. (Pec/jc philosopliique.) 

§ 4. Garasse's opinion as to the 
innocence of vanity. (Sonnne ii. 413) 
"i'icu donne aux grenouillcs, &c." 



Pascal (165G— 7). 

The same autiiors, with Filliucci, 
Layman, Diana. (The same passage 
of Cellot is quoted.) Letter v. 

The same. {Ibid.) 

The same. (Letter iv.) 

Same author and passage. (Lat- 
er IX.) 



IVff 



PI 






40 



INTRODUCTION. 



'Theolooie Mobale' (ICll). 

§ ij. Ccllot on rostitutioQ. (De 
llicr, vm. 14.) 

§ 6. Bauny on " oooasionB pro- 
" chainoH." (First ed. of Somme.) 

§ 9. Suarez on Confession. 

§ 10, 11, Bauny nnd Sanchez do- 
fond excessive adornment of women. 

§ 12. Illicit gains, and their res- 
titution excused. (Escobar, Lessius, 
Filiulius, &c.) 

CnAPTEH II. Relaxations ns to 
love of God and tlie neighbour. 

§ 1—6. A. Sirmond and others. 

Chapter III. Homicide. Addu- 
ces at once the passage reserved by 
Pascal for his climax, viz. : H6reau's 
" le droit que nous avons a nous de- 
"fendre, a'cstcnd gencralcment a tout 
" ce qui est necessaire poiir sepreserver 
" de toute injure." 

§ 13. Valets permitted to assist 
in sinful actions. (Bauny, first edi- 
tion.) 

§ 15. Bauny on Usury. 

§ 16. Occult compen- 
sation. 

§ 17. Eulogium on the 

" brusleurs de granges'' (chap. 13). 

Chapter IV. 

§ 12. Barry's Paradis ouvert a 
Philagie. 



Pascal (1C5C— 7). 

Same author and paasago. 
ter VIII.) 

Same passages. (Letter x.) 



(Let- 



Similar passages in Escobar, &o. 
(Letter x.) 

The same passages. (Letter ix.) 
Same passages. 



X.) 



Same passage in Sirmond. (Letter 



(Letters vii., xiii. and xiv.) 



Same. (Letter vi.) 

Same. (Letter viii.) 
Same. (Letter vi.) 

Same. (Letter vm.) 

(Letter ix.) 



In comparing the two works, and seeing how completely 
Pascal depended upon an external stock of materials, some 
surprise will be felt that he omitted several very striking 
opportunities for effective satire. For instance, Cellot (in 
his de Hierarchia) laid down a doctrine of infallibility to 
which Luther and Calvin would have gladly subscribed : — 



INTRODUCTION. 



41 



•mond. (Letter 



" Neither the Pope, nor the General Councils are infallible 
"except under this condition, that their decisions shall bo 
" prcipositiona the truth of which shall have been revealed 
"by God and the prophets, apostles, and other canonical 
"writers." The Jansenist rises to a certain grim irony as 
he remarks :—*' C'est une manitsre d'infallibilitd fort con- 
"siderablc, et qui donne k I'Eglise grande autoritd de fairo 
" croire ce qu'elle propose." 

The Jesuit Caussin, who had been confessor to Louis 
XIII., and had been relegated to the country after the 
failure of an intrigue to overthrow Richelieu by means of 
Mile, de la Fayette, replied to the ThMogie Morale the 
following year. He adopted the first of three methods 
which the Society has made use of from time to time, some- 
times singly, sometimes simultaneously, viz. : — 

1. Full admission and justification. 

2. Flat denial, either as to person or opinion. 

3. Pleas of " pure speculation," — individual opinion, 

not binding the Society, etc. 

One instance of this method will suffice. 



'TnfioLOoiE Morale.' 

"lis (le,j J6suites) enseignent 
" qu'une peraonno peut en conscience 
" louer sa maison pour en faire un 
" lieu de dobauche, sans mesme avoir 
" aucune raison qui luy puisse servir 
"d'excuse {ctiam nulla justa causa 
" cxatsante)." Sanchez in Decal. i. 
7. Valentia ii. 2, disp. 5, qu. 20, p. 6. 



CaUSSIN's BEPIiY. 

"Ce sent dea paroles captieusos; 
" et si ce 'pour en faire une maimn' 
" &c. signifie la fin du Locateur, ll 
"impoae h Sanchez et d, Valentia. 
" Si la fin du Locataire, il en a beau- 
" coup d'autres qui disent le mSme, 
•' et ce censeur se trouvera bien en 
" peine de le nier." 



Leaving to the next section and to the notes the work 
of examining the value of the pleas and counter-charges 
brought against Pascal as well as his predecessors and 
successors, it is only necessary to note that the battle of 
Moral Sense against Casuistry has been renewed on the 
same ground, with the identical quotations and arguments, 
from the seventeenth century to the present day. Perrault rauitfTeer. 



-.1.: 
;-5S 



!J| 



42 



INTRODUCTION. 



m 



ig) 'Morale 
pratique.' 
1609- 1694. 



(h) Recti- 
eii des As- 
serfions. 
1759—1762. 



(r) K. H. 

von Lang. 
1815. 



(k) Quinet 
and Mich- 
elet. ISW. 



il) CuUur- 
kampf. 
1874- P 



compiled, or rather re-edited, the facts of Arnauld and Pascal 
in 1667, under the title 'Morale des Jesnites extraite fidh- 
lement de leurs livres ; and a still more bulky collection was 
published from 1669 to 1694, in eight large volumes, chiefly 
by Arnauld, who thus carried on the war from his exile. 
Even this was eclipsed in the following century by the vast 
collection with the title Recueil des assertions, dravvn up by 
order of the Parliament from 1759 to 1762. Simultaneously 
with the.sc onslaughts appeared the defences of Daniel 
(1690), and Cerutti (1762). The restoration of the Jesuits 
in 1815 was accompanied by a new combat, in which the 
publication by the historian K. H. von Lang of the Amoves 
Marelli was perhaps the most significant episode*. 

Coming to recent times, we may notice the crusade 
of MM. Libri, Quinet, Michelet and Lerminier in 1843, 
partly in lectures, partly in the Revue des deux mondes, 
almost simultaneously with the attacks of EUendorf and 
Wild in Germany, and Gioberti in Italy. The apologetic 
history of Crdtineau-Joly can hardly be said to have carried 
off the honours of war, reserved for Eavignan on a later 
occasion. But the same epoch witnessed in the works of 
Eeuchlin and Sainte-Beuve almost the first attempt to 
approach the controversy in a scientific spirit, a method 
which it may be hoped will one day be the rule instead 
of the exception. The German Culturlmmpf brought forth 
a polemical history by Huber, together with a republication 
of the most damaging quotations from the ancient and 

^ "Ich gab zu dieser Zeit (1815) lieraus die Amoves Marelli, d. i. die 
" actenmassige Schandgeschichfe eines Jesuitenlehrers mit einer Anzahl seiner 
" Sehiiler, gerade zu der Zeit, wo man aneh in Baiem auf Wiederoinfiihrung 
" der Jesuiten in der Schule dringen wollte. Der !jchlag traf hart und unver- 
" muthet ; desto grimmiger schrieen die Josuitpatrone iiber mich, als Liigner, 
"Erdicliter, u. s. w. Die Herren hiitten sicli ja nur erkundigen diirfen, ob 
" solcbe Acten wirklich im Archiv vorhanden seien ; aber sie trauten sich 
" nicht. In der Oberpfalz kaufte man das Hcftlein aus gewissen Heilands- 
"kassen auf, und vertilgte es (Memoiren von K. H. v. Lang, ii. 231)." 
Marell, according to the testimony of his own superior, had seduced bis 
pupils by the casuistic maxim: 'Ikere ista omnia, modo absit consensus in 
' vuhiplatcm.^ 



INTRODUCTION. 



43 



modern Casuists, under the title Dodnna moralis Jesuitarum 
(1874). 

Two articles in the Quarterly Review, by Mr Cartwright, (w) Quar- 
which subsequently appeared as an independent volume ^iS! "^876. 
(187G), elicited a very ingenious, and on more than one 
point successful reply from a controversialist of the first 
order'. But while this was a mere literary joust, in France («) TheLoi 
the struggle has once more entered a jDractical phase. ''"^' 
M. Ferry's education-bill rendered it necessary to furnish 
proof that many of the most pernicious maxims of the 
older Casuists are still published with episcopal approval, 
and are taught in the seminaries. M. Paul Bert established 
his case in a series of speeches which are likely to outlive the 
controversy which gave them birth, and which only suffered 
from the absence of any opponent capable of entering the 
lists against them. But M. Bert and M. Ferry, from very 
different reasons, have fallen into the same logical fallacy 
which Pascal, two centuries before, had not escaped. They 
profess to believe that the evil is bound up in the existence 
of the Jesuit body, and that it may be abolished if the 
Society is excluded from the work of education. But the 
facts which they adduce prove, as they might have proved 
to Pascal, had he lived longer, that the disease in question 
is no mere excrescence which may be excised, but a radical 
and constitutional disease ; and that its cause must be sought, 
not in the Society of Jesus, but in the whole system and 
principles of the Koman Catholic Church. 




I i' 



1 The felicity of the motto, ''Dc secta hac notum est nobis quod uhiqnc ei 
" contradicitur," is remarkable, and also the effective use made of a some- 
what naive admission of ' mental reservation ' by Dean Howson at the Bonn 
Conference (p. 50). On the question of Reserve and Equivocation, a still 
more masterly exposition, it is needless to remind the reader, was elicited at 
the expense of the late Canon Kiugsley from Cardinal Newman. 



mt 



ill 



44 



INTRODUCTION. 



Authorities. 



1. 
2. 
3. 

4. 
5. 
6. 

7. 
8. 
9. 



1. 

2. 

3. 

4. 

5. 

6. 

7. 

8. 

9. 
10. 
11. 
12. 



(a) Li favour of the Casuists. 

Caussin. Response d la TMologie Morale. Paris, 1645. 
Pirot. Apologie pour les Casuistes. Cologne, 1658. 
Daniel. Entretiens cPEudoxe et de CUandre. Brux., 1697. 
Cerutti. Apologie pour Vlnstitut des J. 1762. 
Crdtineau-Joly. Hist, de la Soci4t4 de J. Paris, 1845. 
Maynard. Pascal, and Notes on Provinciales. Paris, 1850—1. 
Bautain. La Cotiscience. Paris, 1861. 
Bemarh on a late assailant of the S. J. London, 1875. 
Dictionnaire des Cos de Conscience. (In Migne's Encyclopsedia.) 



{b) Against the Casuists. 

Paris, 1644 



1667. 



ThMogie morale des J4suites. 
Pascal. 

Perrault. Morale des Je'suites, ate. 
{Morale pratique. Recueil, etc.) 
Ellendorf. Moral und Politik dcr J. Darmstadt. 1840. 
Quinet and Michelet. Les J (^suites. (Conferences.) Paris, 1843. 
Wild. Der moderne Jesuitismus. 1843. 
Gioberti. El Gesuita moderno. 1847. 
Andrese. Die verderhliche Moral der J. 1865. 
Huber. Der Jesuiten Orden. Berlin, 1873. 
Cartwright. The Jesuits. London, 1876. 
Bert. Discours proiwnc4 d la Chambre des Deputes, sur le hi 
Ferry. Paris, 1879. 



IV. PASCAL. 



"'Pascal (dit le pire tout rouge, tout itonni), Pascal est antant beau que 
"le faux peut I'Stre !'— ' Le faux (reprit Despr4aux), le faux ! Sachez qu'il 
"est aussi vrai qu'il est inimitable.'" {S6vign6, Letter of Jan. 15, 1690.) 



An exhaustive biography of Pascal is neither necessary 
nor indeed possible in connection with the 'Provincial 
Letters.' The mere external facts of his life up to the year 
1G56, could indeed be once more recorded; but hardly any 
of them throw light upon the most important question 
of all, viz. Pascal's real theological position at this period 
of his life. It has been shewn already that the whole of his 
materials had been not only collected but published pre- 
viously, in the Theologie Morale and Arnauld's Seconde 
Lettre; and it might well be questioned, but for the exist- 
ence of the later 'Pensdes,' whether Pascal's Letters might 
not have been, after all, a merely' literary performance, like 
the brilliant contribution of Racine to the same contro- 
versy. Such a hypothesis, however, is at once refuted by 
our knowledge of his later writings ; and therefore it remains 
to realize, as far as possible, the individual characteristics 
which he contributed to the work, and the extent in which 
these elements were helped or hindered by admixture with 
Jansenistic influences. 

After an uneventful life of thirty years (1623— 1653), §i. Pascal's 
chiefly given to the study of mathematics and natural phi- ^°""^™'''"- 
iusophy, but not without frequent intercourse with society, 



i 




A r 



^M^U^ 



4() 



INTRODUCTION. 



especially in the later years', Pascal's mind underwent a 
reran kable change. There is not the faintest historical foun- 
dation for attributing it to a hopeless affection for Mile, de 
Roannez, nor to the very doubtful episode of the Bridge of 
Neuilly^ A simpler and more probable solution is to be 
found in the natural development of a thoughtful character, 
tmged with a tendency to melancholy and introspection, 
and rapidly disgusted with the society where the Precieuse 
and the Marquis ridicule, as yet unscourged by Moliere, 
still reigned supreme. The influence of his accomplished 
sister must also have been considerable. Jacqueline's 
account of his visit to Port-Royal in September, 1654, 
is of the highest importance, although some of its expres- 
sions, as we have noticed, cannot be taken literally. It is 
abundantly confirmed however in its main features by the 
fragment sur la conversion du pe'cheur, first published by 
Bossut in his edition of Pascal's works, and the authenticity 
of which is unquestionable^ A few months more found him 
an inmate of Port-Royal, cheerfully submitting to its round 
of work and devotion, winning the hearts of the Solitaires 
by his striking personality. 

?eiaK'' ^* *^'^^ *"^^e, as we have seen, the controversy concern- 
iKS: '"« ^'^"^^^ ''^^^^ *l^e five propositions was at its highest, and 
had developed into a new channel by the affair of the Due de 
Liancourt. Even if no other motives had existed, a mind and 
temperament like Pascal's would have been irresistibly drawn 
to the side of the minority, battling for Augustine against 
Molina, and for primitive severity against modern laxity. 

1 Dr Tulloch rightly rejects the notion that Pascal ever gave himself to 
licentious pleasures: Jacqueline's phrase ."rfViorWWt's attaches" must be 
understood by the glossary of Port-Royal. {Pascal, p. 76,) 

2 Keuchlin, the ablest of Pascal's biographers, has the merit of having 
first pointed out the total lack of evidence for this story. It was welcomed 
by the Janscnists as an edifying legend, and by the Encyolopredists of the 
next century as witness of Pascal's insanity. In Mile. Perier's papers, where 
it is referred to as a mere rumoar ai second hand, it is said to have happened 
in the last years of Pascal's life, consequently not at the time of the conver- 
sion in 1654. (Cf. PascaVs Lehen, p. 49 ff.). 

3 Included in the modern edd. of the Pensces. (Louandre, 1869, p. 492.) 



INTRODUCTION. 



47 



None of the arguments which could be adduced to support, 
or at least to palliate, the dogmatical and ethical stand-point 
of the Jesuits, would appeal to him. He would not think 
ten thousand Churches worth preserving at the expense of 
one single compromise with AVorldly frivolity. And above 
all, as men rather than measures or doctrines really guide 
a young man's verdict, who would not rather join hands 
with Arnauld, Sacy, Barcos, Singlin, and the Mere Angd- 
lique, than with the Escobars, Baunys, Brisaciers, and 
Annats of the opposite camp ? 

Nothing could have been more providential to the 
minority than Pascal's advent, They had indeed no lack 
of writers, and still less of learning. Were a vast catena of 
Patristic authority needed, or an exhaustive analysis of 
dogma, or a stout rejoinder,paragraphby paragraph, Arnauld, 
Nicole, and many others could hold their own. But more 
was wanted at this crisis. The only chance of successfully 
resisting the coalition of Jesuits and Dominicans lay in a 
popular appeal, written in the language of society, to the 
educated public. It was a public accustomed to harder 
literary fare than can now be conceived, which handled 
(quartos and even folios fearlessly. But it was wearied of the 
eternal squabble, and could not be roused except by such 
performances as the Jesuit Almanac of 1654, or the pulpit 
slanders of Crasset and Brisacier. In this field Port Royal 
Avas far from strong. When the good Sacy atte^npted a 
humorous reply to the celebrated Almanac, the result was 
not encouraging to his friends. Accordingly, when the 
final Censure of the Sorbonne (upon the ' question clu droit') 
was imminent, all eyes were turned to Pascal. He was 
indeed no theologian. He had barely mastered the vocabu- 
lary of controversy, and had certainly not learnt to spell 
accurately the outlandish names of his adversaries. But this 
shortcoming could be supplied. Behind his back stood a 
firm battalion of prompters, all steeped in the literature of 
the question, and only wanting form and expression. Pascal 
welcomed the opportunity of aiding his friends and teachers, 



', 1 
\ . '^ -I 

m 


' , '■ t 


i ': 


■ '■ \ 


: ■■'■'.■ 






Ml ■■ f 



■ 4 , 1 ti 



' 1 



I !1 



48 



INTRODUCTION. 



5 3. 'The 

provincial 

Letters.' 



and so he at once complied with Arnauld's invitation. In 
a few days' a sketch was produced, warmly approved, and 
ordered for immediate publication. 

Pascal's statement of the matter at issue contained 
several errors of fact, for which his friends are responsible. 
He said, in the best of faith, that nobody had ever pointed 
out the incriminated passages in the Augustinus. Amauld 
was aware that this challenge had been repeatedly accepted, 
except only when a limit of words and syllables was de- 
mand ed^ He knew that, although the exact order of words 
had been altered sometimes, to avoid a condemnation of 
Augustine's ipsissima verba, yet the Propositions still re- 
mained "the soul of the book," as Bossuet afterwards ad- 
mitted. The first tactical object was to break up, if 
possible, the coalition between the Jesuits and the Do- 
minicans. The latter order, the hereditary guardians of 
the opinions of Aquinas, in reality detested the Pelagianism 
of their allies, to whom they were attached simply by mo- 
tives of interest'. Even to effect this, some colourable 
compromise was necessary between those who held that 
'grace was given to all,' and the others who believed that 
" efficacious grace is given only to a few." 

This compromise had been effected, mainly through thcj 
instrumentality of Nicolai and Le Moine, by the adoptio?i 
of a phrase, 'proximate power,' which each side uttered 
with its own meaning. When, for instance, the Dominican 
said that "the just man had always a proximate power of 
" obeying the commandments of God," he meant only that 

1 Thero is no authority for saying "next day" (Tulloch, p. 117). Sainte- 
Beuve, who is quoted, simply says, "des le lendemain, il avail la plume a 
Vauvre" (P. JR. ii. 538). 3ee also Keuchlin (p. 80). At the same time, the 
internal evidence of style argues in favour of rapid execution. 

" One of these replies, Indicitlm locorum Augustini C. Jamenii, in quihus 
Propositiones ah Iiinoc. X. damnata; continentur (Paris, 1656), will be found 
in the British Museum Library (860, 1. 18). 

3 It is curious to note that the old controversy between the two orders is 
fitfully continued even in the present day. See a very able pamphlet on the 
Jesuit side, by Gerhard Schneemann, in the Stimmen atis Maria-Laach (1879). 



INTRODUCTION. 



49 



ation. In 
roved, and 

contained 
^sponsible. 
ir pointed 

Amauld 
■ accepted, 
3 was de- 
r of words 
mation of 
3 still re- 
ivards ad- 
ik up, if 

the Do- 
-rdians of 
slagianism 
yby mo- 
lolourable 
beld that 
eved that 

'ough th(j 
adoption 
e uttered 
)ominican 
power of 
only that 

7). Sainte- 
! la plume a 
ae time, the 

•i, in quihus 
ill be found 

vo orders is 
>hlet on the 
aach (1879). 



there was nothing wanting on his side. A man in a pitch-dark 
room, according to this view, has a 'proximate power' of 
seeing, though he sees nothing at all. 

The Jesuit, on the other hand, believed that the ' proxi- 
mate power' was a reality, and that the just man was 
certain of an answer to his prayer. Accordingly, in the dark 
room, while it remained dark, there would be no ' proximate 
power ' of seeing. 

Pascal, in holding this verbal compromise up to ridicule, 
was not bound to recollect how often, in the past history 
of the Church, meaningless words had been made the touch- 
stone of faith, and the shihholeth of life and death. Still 
less, in the following letter, as he dissected with equal 
brilliancy a similar equivocation with the word 'sufficient' 
did he admit the e(iually disastrous logomachies to which ■ 
his own party was reduced, in the hopeless work of differ- 
encing the doctrine of Calvin from that of Augustine. 

If we could abstract the personality of Pascal from the 
polemic of the first three Letters on the subject of Grace 
there would be absolutely nothing to attract our sympathies 
to the cause of Port-Royal. Take, for instance, one of the 
happiest strokes in the Third Letter, where he describes 
M. Le Moine as saying: "This proposition (sc. of Arnauld) 
'^ " would be catholic in another mouth : it is only as pro- 
" ceediug from M. Arnauld that the Sorbonne condemns it." 
What Amauld was to the Jesuits, that was Calvin to Port- 
Royal. His propositions were heretical in their eyes, simply 
because they were his; the same words in Augustine at 
once conveyed an orthodox sense. " La grAce de S. Augustin 
" ne sera jamais la veritable tant qu'il la defendra. Elle le 
"deviendrait s'il venait Ix la combattre." Pascal might well 
add: 'Let us leave their differences alone. They*are the 
j ' disputes of theologians, and not of theology !' 
I At the end of the first three Letters, then, Pascal had 
[Obtained no more than a controversial success, although an 
J enormous literary popularity. His own fine tact sutr^estpd 
« to him, no doubt, that the field of conflict should be changed 



I in 



f 



r* 



I 



PASC. L. 



4 






50 



INTRODUCTION. 



Fourth 
Lsttei'. 



and the rocolloctiun of Saint-Cynui's victory over Gnra,ssc 
at, once suggested the topic. The subject was certainly not 
far-fetched. The works of tlio casuists were being sold ii\ 
countless editions, and no longer only in the language of the 
learned. Bauny's ' Somiiie des Peche's' and Le Moine's 
'Devotion uisee,'' were to be found on every table. The 
scheme of Pascal was essentially dramatic ; from the first 
he had created his own role in the dialogues as that of a 
naive, curious listener and questioner. He had introduced 
lightly-touched but masterly sketches of an ardent Jansenist, 
full of zeal for the couse of St Augustine, whose name is 
constantly on his lips. I liavc always inclined to think that 
this is a portrait of Arnauld, with his erudition, his vigorous 
but somewhat massive dialectic, and his passionate zeal. The 
grand tirade of the Second Letter, which is in one sense 
Pascal's own first attempt in sustained eloquence, has some 
not distant resemblance to Arnauld's best passages. But 
even the minor characters are distinct individualities: the 
Doctor of Navarre, who had established the doctrine of Grace 
efficace in his 'Sorbonique;' the disciple of M. le Moine with 
his Distingiio ; the amiable Jacobins with their caresses; 
all fully deserve the praise Avhich has more than once been 
given Pascal, of having anticipated Moliere in the field of 
true comedy. 

The Fourth Letter opens with the significant remark— 
' There are no people like the Jesuits ! ' From this point to 
the end of the Sixteenth Letter, the Society becomes the 
point of attack. At first Pascal has not apparently matured 
his plan, a bare fortnight intervening between the Third 
and Fourth Letters (Feb. .9—25). The theological subject 
ot the Letter could not indeed have been otherwise; the 
very inmost doc< ;inal position of his opponents was dissected 
and exposed. But the dramatic mise en scene was not yet 
finished, and the main character had yet to appear. Pascal 
introduced a type very common at the time; a fashionable 
'director,' better versed in the modern casuists than in the 
Fathers, and just capable of misquoting Aristotle. Acc( 



im- 



IXTRODUCTIOX. 



51 



•vcr Onr.issc 
X'vtainly not 
eing sold in 
fuage of tlic 
Le Moine's 
table. The 
in the first 
IS that of a 

introduced 
it Jansenist, 
)se name is 
) think that 
lis vigorous 
e zeal. The 
I one sense 
e, has some 
5ages. But 
ilities : the 
ne of Grace 
Moine with 
r caresses ; 

once been 
he field of 

b remark — 
lis point to 
jcornes the 
ly matured 
the Third 
cal subject 
rwise ; the 
3 dissected 
as not yet 
ir, Pascal 
ashionable 
lian in the 
Acconi- 




paincd by the Jansenist friend, Pascal visits liim, and asks 
to be instructed about this ' actual grace,' which, accordin<r 
to the theologians of the Society, accompanies every man, 
at every temptation. This belief is the consequence of the 
primary principle that sin dspends on, and is measured hij 
conscioumess of it. The Jesuit supported this opinion by 
the authority not only of Bauny and Annat, but of Le Moine 
and others not of the Society. Pascal, with great adroitness 
antl veiled irony, pushes the obvious reductio ad ahsurdum 
m the conclusion that, in this case, a bold careless sinner must 
be in a better case than a timorous, doubting one; a thrust 
which the J'isuit can only parry by the bold denial that any 
one ever sins in total unconsciousness. As he is driven 
further and further back— the Jansenist piling quotations 
to prove that Scripture and the Early Church recognised 
the frequency of this dangerous ignorance— a door of escape 
opens in the announcement of two great ladies. Hurrying 
away to receive them, the Jesuit remarks that he will apply 
to his colleagues for an answer, which he is sure they will be 
able to furnish. 

The next scene brings us to the principal character. Fifth 
m some respects not unlike the Jesuit of the Fourth March 20. 
Letter, but more finished, more suitable to the general 
scheme \ He is the very opposite of the popular Jesuit 
of the stage or story: genial, garrulous, affectionate ("il me 
"Jit dahord mille carmes"),— he has a professional pride in 
the casuistical triumphs of Escobar and Bauny, although 
he wdl frankly admit, when pressed, that they are not 
what he conscientiously believes. From this moment on- 
wards, to the end of the Tenth Letter, Pascal passes in 
review the whole field of practical ethics, causing his Jesuit 
to bring forward, one after another, all the extreme con- 
sequences which casuists had drawn from the principles of 

^..llrT7 *° '}■!"" '"'^^ ^^' ^^«'^ ''^""^°"'y °^ Sainte-Beuve, ^vho pro- 
cesses find no difference between the Jesuits of the 4th and 5th Letters. 

td > f.rr' ^'' """'" "^ *^' ^'"nhomme, properly speaking; and ^ve am 
toui that the former restrained, his anger, "ou par douceur, ou par prudence." 

4—2 



3 

s 1 



ii 




52 



INTRODUCTION. 



Sixth 

Luitcr. 



probability, direction of intention, and the justifying power 
of good ends. 

An exquisite skill is displayed, not only in the exact 
arrangement of order, from statement of principles to their 
application, but also in the dramatic handling of the dia- 
logue, which ran some danger of becoming monotonous in 
the alternation of nai've disclosure and ironical comment. 

In tlie Fifth Letter the doctrine of Probability is ex- 
plained, and the names of the new Casuists enumerated, 
in whose favour the authority of Councils and Fathers 
were rejected. The Sixth exposes the manner in which 
the decrees of Rome herself were evaded and explained 
away, and the relaxations introduced with regard to simon- 
iacjJ contracts. It is shown how a priest may safely 
say niLvss immediately after committing a criminal action ; 
and that a monk, expelled from his convent, is ipso facto 
relieved from the vow of obedience. Valets, by properly 
"directing the intention," can conscientiously hold ladders 
for their n. asters, and carry their love-letters; and should 
their wages, be insufficient, in their opinion, they may 
safely steal the remainder of their due. Pascal interrupts 
here with the narrative of a certain Jean Alba, who had 
put in practice this last-named maxim— against the Je- 
suits themselves! His masters, however, had totally ig- 
nored their own principles on this occasion, and brought 
him before the court of the Chatelet, where his plea was 
equally ineffectual. It will be seen from a note to the 
Sixth Letter [virh ivfra), that Pascal's narrative, although 
accurate in the main, ditfers in several details from the 
offi(!ial report. 

Shto ""^ .1" *^»e Seventh Letter, the Casuist proceeds to de- 
Luiier. scribe to his listener the arguments which justify homi- 
cide in defence of one's honour or property, and which 
were considered to have an equal application to priests and 
monks. So the exposure proceeds from letter to letter; 
every crime is made possible, every vice easy. A judge 
can give sentence against his conscience, and take bribes; 



INTRODUCTION. 



53 



ying power 

the exact 
es to their 
)f the dia- 
otonous in 
iment. 
lity is ex- 
uinierated, 
id Fatliers 

in wliich 

explained 

to simon- 
nay safely 
al action ; 

ipso facto 
^ properly 
Jd ladders 
nd should 
they may 
interrupts 

who had 
t the Je- 
otally ig- 
1 brought 

plea was 
te to the 

although 
from the 

Is to de- 
ify homi- 
ad which 
'iests and 
:o letter ; 
A judge 
e bribes ; 



a bankrupt may fraudulently reserve money enough to live 
at ease ; anybody may advise an intending thief to rob a 
rich man rather thau a poor one, or may commit theft 
liimself, if he considers his necessity serious. Restitution 
is never needful, by whatever crimes the money may have 
boon obtained; not even by a sorcerer, unless he is an 
iiiijwstur ! 

The Ninth Letter opens on a new subject, and one Ninth 
specially difficult for a Catholic writer to handle even at ^^"^''' 
that time. Pascal had to expose the growth of Mariolatry, 
and the practice of petty, childish, and purely external 
forms of devotion, both due exclusively to Jesuit influ- 
ence. Barry's Faradis ouvert i\ Philagie, and Le Moine's 
Devotion aisee served as representatives of a numerous? 
class. Barry taught, for instance, that it was sufficient to 
say hon jour and hun soir each morning and evenino- to 
the Vngin ; and that if this devotional exercise were found 
too severe, salvation could be ensured by wearing a rosary, 
or an image of the Virgin. The oriental theory of the 
praying-wheel was very nearly attained. Only French scho- 
lars can appreciate the effect of the quotations adroitly 
made by Pascal from the barbarous French of his victims. 
" Salt de honde on de volee, que nous en chaut-il, pourvii 
"que nous pmiions la ville de gloire?" exclaims Barry; 
and when he is asked who will guarantee the efficacy of 
tliose devotions, he replies : " Quant au profit et bonheur 
" qui vous en reviendra, je vous en reponds, et me rends 
"pleige pour la bonne mere." Le Moine was a writer of 
a different class, and a poet of more than respectable medi- 
ocrity. Not content, however, with extolling the m^.its of 
his ' Easy devotions,' he satirized the severity of the older 
writers and of the Jansenists in a style which Th^ophiio 
might have employed. For once the imaginary Pascal 
almost breaks out in indignation. " My reverend father, 
'^I assure you that, had you not told me that Father Le 
" Moine is the author you are quoting, I should have sup- 





; 


■ 




If 




1 


1 



i 



^"iill 



(I 



'■ ' Ji 






'! I 



54 



INTRODUCTIOxV. 



§4. Chnrges 
wrought 
iiKiiiiist 
PasrHl. 
1. Qfriili- 

CUliliiJ 



" posod it the work of some atheist striving to cast ridi- 
" culo on tho saints!" 

In fact every wcjrldly passion — ambition, avarice, vanity, 
deceit, gluttony and the like— were freely admitted into 
the Christian scheme, as understood by these authors j so 
long as the "intention" was duly "directed." 

The Tenth Letter deals with the sacrament of poni- 
tenco in all its branches, satisfaction, confession, and abso- 
lution. Hero Pascal reverses tlie usual method, and begins 
with details, leaving as a climax the pernicious principle 
as to the needlessness of loving God, taught by at least 
certain of his opponents. Tho doctrine of Antoine Sir- 
mond had been already pilloried in the Theulu(jie Morale, 
and in Saci's Enluminures, but these censures would not 
have preserved his name to posterity, nor those of Pinte- 
rean, Annat and others who had endorsed his utterances. 
This was the point at which the ironical equanimity 
could no further be maintained, without breaking through 
all probability. "0 my Father! I exclaimed, the- is no 
" patience that can longer endure to hear these horrors !" 
The imaginary Jesuit receives, it is true, but a brief philippic, 
but the rest is reserved with interest for his real colleagues. 
The next Letter is no longer addressed to the " Provincial," 
but to "the Kevcrend Fathers the Jesuits." As Pascal 
remarks later, the first ten Letters were but a sportive joust 
before a serious combat. That combat now began. 

For several months the 'Little Letters' had remained 
unanswered. They were in their nature so great a novelty 
in the annals of religious controversy, that the Dominicans 
and the Jesuits may well have been puzzled how to meet 
them. But when Pascal came upon the well-worn field 
of casuistry, the pleas that had been repeatedly used on 
the other side were once more urged. These have been 
already described in tho previous section : it remains only 
to notice the special charges brought against Pascal. 

The first of these he had already put into the mouth 



INTRODUCTION. 



55 



of his imaginary Jesuit, and had already denounced with gacred 
indi^iuition. To accuse a Pascal of a design of turning "'*"^*' 
holy subjects into ridicule was indeed a charge which only 
an Annut or a Nouot could seriously sustain. As to the 
other question, whether ridicule might ever be employed 
in the correction and expulsion of error m connection ivith 
mcred subjects, hero there was at least abundant 2)atristic 
authority to support him. Tertullian has hardly been sur- 
passed even by a Louis Veuillot in his employment of 
sarcasm and ridicule against those who dilTered from him; 
and Jerome in his polemic against Vigiliantius and Jovi- 
niau as fre(iuently used the same weapon. Pascal thought 
it necessary to strengthen his case, in addition, by quoting 
the third chapter of Genesis to show that the Almighty 
(to use Chrysostom's words) — "pierced Adam with sharp 
" and cutting irony." But if one can venture to criticise 
a masterpiece, for a moment Pascal is beneath himself. 
He did not need this heavy artillery of precedent to jus- 
tify wha justified itself. As yet he had in reality used 
no attack. Ho had simply placed before the world, as 
Calvin and Pasquier and Arnauld had done before him, 
a series of quotations, from Avritings which the Jesuits put 
forth as carrying authority. 

Still less tenable was the second charge, to the effect 2. Ofun- 
that the errors denounced by Pascal were simply the para- fZ"oti!n 
doxes of a few obscure writers. Escobar had reached his ^'^""^°^' 
thirty-sixth edition when the Provincial Letters appeared*. 
The Aphorisms of Emanuel Sa were even more eagerly 
sought after. Laymann's Moral Theology, Filiucci's Reso- 
lutiuns, Bauny's Somme des Pt'ches, and the various works 
of Caramucl, L'Amy, Cellot, Diana, Pintereau, and Lcssius 

1 The edition from which Tascal quoted (sec Tostscript to Letter VIII.) 
was published at Brussels in 1G51. The title is as follows: " Liber Thcologia) 
" moralis, viginti-quatuor societatis Jesu doctoribus reseratus: quera R. P. 
" Autonius do Escobar et Mendoza, ejusdem societatis theologus, in examen 
"confessariorum digessit. Tost 32 editioncs hispanicas et 3 lugdunenscs ed. 
'•nov'"«. etc." (8vo. 93ipp.). 




Aij 






1 1 i 

4 



66 



INTRODUCTION. 



V 'I 



8. Ofap- 

yealinr) to 

prurient 

readers. 



4. Of gar' 

hling i^uo- 
tatione. 



had al] been repeatedly reprinted. The treatise of Sanchez 
Be Matrimonio, of which Rivet was forced to admit that 
there were passages " wSi non solum genera, species, sed 
Ij et modos omnes, ohjecta, suhjecta, circumstmtias, ita mi- 
"nutatim examinant, ut nemo sanus ea I>rofecta fuisse judicet 
"a mente pura et casta\"—ihh arsenal of obscenity was 
to be found everywhere, and had received, according to 
the AhU Maynard, the express sanction of Pope Clement 
VITI., who called it " the most complete and perfect trea- 
"tise upon its subject^". 

The third cnarge was so obviously unfounded, that it 
could only have been brought by advocates hopeless of 
their cause. It is only necessary to compare the Provincial 
Letters with any one of the earlier or later attacks upon 
the Casuists, and it will be noticed how consistently Pascal 
shrank from quoting passages which would have gratified 
prurient ears. He voluntarily relinquished the use of wea- 
pons which had a double edge. He knew that the censor 
who quotes indecency in order to censure it, is often the 
means of more rapidly disseminating the eviP. 

The last accusation made, and which recent apologists 

1 Eivetus in Dccal. ad vi.; quoted by Eeuchlin, PascaVs ^ehen, p. 369 
ihe book of Sanchez had appeared as far back as 1592. 

^ " Tous le revurent avec admiration et reconnaissance, comme une 
source merveilleuse de doctrine ; tous rep^terent avec Clement Vin qu'il 
" n'y avait aucun ouvrage sur cette maticre si acbeve et si parfait." (May 
nard, Notice ties auteurs Jemites cite,, dans les Provinciales, in his ed. of the 
L. P., II. 4G7). 

3 One amply sufricient instance of this will be found by comparing 
Pascal s treatment of one of the most terrible instances of depraved iugonuity 
ard that of Ellendorf, an average specimen of anti-Jesuit controversialists. 
Pascal. 

"N'avez-vous point oui pnrler,, 
" continua-t-il, ...de quelle sorte nos 
" vingt-quatre exphquent la Buiie de 

" Pie V, Contra chricos, etc. ? 

" Je le vis en effet des le soir menie ; 
" mais je n'ose vous le rapporter, car 
" c'est une chose effroyable." 

(Letter vi.) 



Elt,kndorf. 
[Gives the whole text of Escobar's 
decision, with the horrible conclu- 
sion: '' Colligo Glcricum cxerccntem 
"s..., si sit contritm, etiam retento 
" heneficio, officio, ct dignitate omnino 
" abiiolvendum esse ; " accompanied 
by explanations. Moral u. P. der 
Jcs. p. 104.] 



INTRODUCTION. 



57 



f Sanchezs 
dmit that 
)ecies, sed 
s, ita mi- 
sse judicet 
3nity was 
aiding to 
Clement 
feet trea- 

1, that it 
ipeless of 
-'rovincial 
cks upon 
:ly Pascal 
gratified 
3 of wea- 
le censor 
often the 

ipologists 
!*<?«, p. 359. 

omme une 
Vin. qu'il 

it." (May- 
ed. of the 

comparing 
iugeuuity, 
jrsialists. 

F Escobar's 
lie conclu- 
excrcentem 
am rctento 
ate omnino 
3ompaniecl 
M. p. der 



of the Society have repeated, is that Pascal's quotations 
are not accurate ; that he either garbles, or totally mis- 
represents the texts of the Casuists. Now the fact we 
have just mentioned, viz. : Pascal's omission of the most 
damning quotations would seem d priori to refute the 
charge at once. But, on examination of all the points 
raised by the apologists, there is but one case which can 
be said to be proved. It will be found in the Fifth Let- 
ter\ All the other charges resolve themselves either into 
nothing, or into the complaint that some distinction or 
restriction has been omitted. It fact it was the universal 
practice either to lay down a tolerably severe rule, and 
then sap its foundation by distinctions, or more commonly, 
the opposite course was pursued of permitting some crime 
in speculation, and then adding by way of afterthought, 
that it ought not to be put in practice. It will be seen 
by the Letters, however, how nugatory this safety-valve 
was. The permitted principle was probable, and there- 
fore safe in practice ipso facto. But by far the most 
complete justification of Pascal will be found in the attacks 
of his critics. For we shall find one accusing him of falsely 
attributing a pernicious doctrine to his opponents; and 
another, admitting his accuracy, and simply deriding him 
for finding fault with a common opinion^ 

Ihe most common expedient of modern apologists for 
the Casuists is to quote utterances of Protestant writers 
unfavourable +? Pascal's fairness and accuracy. Cre'tineau- 
Joly, Maynard, and even the brilliant writer who replied 
to Mr Cartwright, think that their cause is advanced by 
the fact that the sceptic Voltaire accused Pascal of sayino- 
that which he expressly repudiates: — 

Voltaire. 

" On tadiait dans ces Lettres do 

"prouver qu'ils avaient im dossein 

" forme de corrompre les moBurs des 

" hommes." (StecZcdeL. A'ir,ch.37.) 

^ See infra, Note (8). 

' Maynard succeeds in combining the two pleas in one note. (See ii. 285). 



Pascal. 
"Leur objet n'est pas de eorrom- 
"pre les mcrnrs; ce n'est pas leur 
" dessein." (Lettre v.) 




58 



INTRODUCTION. 



LottorsXII. 

-XVllI. 

§5. 



Voltaire disliked Pascal and the Jansenists because thev 
represented his moral antithesis in every respect, except 
the love of truth. He patronized tlie Jesuits because it 
amused him, because he recognised the sceptical basis of 
their ethics, and because he knew that Escobar and 
banchez had done more tlian he had to " ecmser Vinfdme " 

Another advocate of the same dubious sort was Sir 
James Mackintosh, who remarks in his History of England- 
" No man is a stranger to the fame of Pascal, but those 
"who may desire to form a right judgment on tlic con- 
" tents of the L. P. would do well to cast a glance over 
the 'Mitretiens d'Ariste et d' Eugenie' (sic) by Bouhours 
"a Jesuit, who has ably vindicated his order \" It is to 
be presumed that Sir J. Mackintosh referred to the ' En- 
tretiem de CUandre et dEndoxe\ by the P. Daniel • and 
It may also be presumed that, if he had ever opened the 
book m question, he would have altered his opinion^ 
Ihe opinions of Protestant writers like Schoell, Lemontey 
and Lerminier, so eagerly seized upon by the Jesuits for 
controversial purposes, have at least no greater weight 
than the opinions of Popes like Innocent X. and Clement 
Aiv. on the opposite side. 

The remaining Letters, in which Pascal answered these 
attacks, pressed home his own, and vindicated his friends 
ot Port-Royal, need no detailed analysis. In the Twelfth 
he substantiated the previous charges against the Jesuit 
teachings on the subjects of almsgiving and simony. In 
the Ihirteenth, an important link in his argument, he 
proves that the often-attempted distinction of 'speculation' 
and 'practice' is rendered nugatory by the doctrine of 
Probability, as well as by the frank admission of Escobar 
and others. The Fourteenth, dealing with the horrible 
condonations of homicide to be found in the pages of 
Lcssius, Victoria, Henriquez, Hercau, Molina, Reginald, 

^ Vol. II. 11. 3ot), note. 
\Z^ ^"''''''' '' ''""''^ '" "'' ^'''^"''^ '" ''^'^'"^-'^ tran.slation of the 



INTRODUCTION. 



59 



ausc they 
3t, except 
because it 

basis of 
obar and 
nfdme." 

was Sir 
England: 
3iit those 
the con- 
mce over 
Jouhours, 

It is to 
the 'En- 
iel ; and 
ened the 
^pinion^ 
-emontey 
suits for 
' weight 
Clement 

ed these 
i friends 
Twelfth, 
i Jesuit 
ny. In 
ent, he 
Illation' 
trine of 
Escobar 
horrible 
ages of 
eginald, 

an of the 



Filiucci, Escobar, Laymann, and others, rises to a higher 
strain of eloquence than had ever been attained in the 
French language. A parallel between the slow and sedate 
procedure of a secular tribunal, and the headlong vengeance 
permitted by the Casuists, leads up to a still more tre- 
mendous contrast between the teaching of Jesus and of 
those who desecrated His Name. Another 'link-letter' 
follows, in Avhich Pascal shows that calumny is declared 
a merely venial sin by the Casuists, and even justifiable 
against enemies. This paves the way for the great Six- 
tc ^th Letter (to some tastes even more sublime than 
the Fourteenth), where the orthodoxy and the innocency 
of the Recluses of Port Eoyal are defended from the scur- 
rilous attacks of the Annats, Filleaus, and Brisaciers. It 
is possible that Pascal thought of ending here, and some 
uf his warmest admirers may regret that he did not 
retire from the field of so complete a victory. But it was 
not to be. The exigencies of party-warfare forced Lim, 
after an interval of nearly two months, to return once 
more to the original controversy on the ' Five Points,' 
and once more to waste his splendid powers on the puerile 
controversy of the Droit and the Fait. Even more pain- 
ful is the spectacle in the Eighteenth Letter, when the 
hopeless attempt is once more made to prove that the 
Jansenistic doctrine of grace Avas substantially different 
from that of Calvin, a fallacy that Ave have already dealt 
with in a previous section. Some bold assertions of the 
fallibility of Popes in matters of fact, confirmed by the 
cases of lionorius, Zacharias and others, alone relieve the 
total inferiority of these two last Letters as compared with 
their predecessors. 

It has been conjectured, with more or less of probabi- §(?. Letters 
lity, that Pascal lent his pen to the Cure's of Paris in the to pS!^ 
series of Avis which they drew up during the years IGoG — 8, 
against the moral teaciiing of the Jesuits. Critics have 
professed, upon internal evidence (for the external resolves 
itself into simple rumour), to identify the second uud sixth 



m 



•I 



II 



1^: 




60 



INTRODUCTION. 



of these pamplilets as Pascal's'. On such a question of sub- 
jectivo taste, it is dangerous to speak positively. It can be 
freely admitted that the style of these two Avis, particularly 
that of the latter, rises above the level of the others. It 
will hardly be denied that neither can claim for a moment 
to take literary rank with the immortal Eighteen. Sainte- 
Beuve, who inclined to believe that Pascal wrote them, fell 
back on the resource of supposing that Pascal helped' the 
disguise by intentionally imitating the "pulpit-style " of the 
Cure's. But no editor of the Letters has yet included them 
in the series, and when printed, they share with the doubtful 
fragment of the nineteenth Letter, and the spurious "Refu- 
tation " of the answer to Letter XIL. the safe obscurity of 
the Appendix. 

vi&tho , ^^ "°^^ ^^^"^"i« only to speak briefly of the place which 
Letters. the 'Provincial Letters' take in the history of French 
Literature. It will not be necessary to quote once more the 
familiar passages in which Boo.iuet, Mme. de Se'vignd, and 
many others, gave their meed of recognition to the* creator 
of modern French eloquence. Still less is it intended to 
furnish those "sign-post criticisms," and bursts of admiration 
which revolt the intelligent reader of a literary masterpiece! 
On the eloquence, the pathos, the wit, the irony, and the 
dialectic of the Letters, all has been said already. There is 
even an interest in examining the hostile criticisms which 
those who dislike Pascal's matter have (as a last resort) 
urged against his style. Father Daniel f. und half-a-dozen 
solecisms in the first page^ and he was in his right, accord- 
ing to the grammatical standard which certain followers of 
Vaugelas regarded as the sole criterion of literature. But the 



1 The two letters in question appeared on April 1 and July 24 1G58 
respectively. ' 

^_ ' "Que dites-vous de cette p6riode? (He is alluding to the first para- 
graph.) La nettet6 du style si recommande par M. de Vaugelas s'y reucon- 
"trc-t-elle?...Ccs assanblees, cette Facultc de Paris, cette hmtte'hice, sV 
" trouvent fautilees par des oT^, par des y, par des e„, qui ne font de tout co 
" discours qu'un tissu d'equivoques." (Entretiens de Cleandrc d d'Eudoxe), 



INTRODUCTION. 



61 



greatest modem authority on French style, whom Pascal's 
literary merits made an admirer of his opinions, passes 
laughingly over these criticisms. " Pascal and Boileau, 
" while creating a truly exact and regular style, never fell 
" into the academical purism which developed around them. 
" This independence on their part is the seal of their origi- 
" nality\" It would be a pardonable paradox, if indeed a 
paratlox at all, to claim Pascal as in some sort the forerunner 
of the Komantic School in literature, in his bold combina- 
tions of tragedy and comedy. Nowhere is this more obvious 
and more obviously the result of the profoundest art, than 
in the conclusion of the great Fourteenth Letter. A sublime 
peroration is followed, almost without a break, by a playful 
postscript, in which Pascal makes the joke about the 
' soufflet probable,' at the expense of Noiiet. And yet no reader 
of the Letter feels the slightest incongruity; nor would 
suffer for a moment the omission of the epilogue. 

And it must be remembered that in the * Provincial § 7. Their 
Letters,' Pascal has the merit of having been the first to fj'st'or.v'of ° 
establish the French language as it is now, and to develop ' *"* "'^^" 
its infinite powers of keen and delicate expression. It is 
true that Descartes had published his Discours sur la 
Methods as far back as 1637, but that work, great advance 
as it was on the style of Balzac, Voiture, Mathieu, and other 
contemporaries or predecessors, is far from even approaching 
the excellence of the Letters. The periodic construction of 
Descartes is often long and involved, and there is a survival of 
Latinisms in his vocabulary which ended with him. On the 
other hand, tha affectations and concetti of the Italo-Spanish 
school of Marino and Gongora, which influenced even later 
French writers, left Pascal untouched. An interesting and 
profitable study is found in the comparison of the various 
improvements made by Pascal in the successive editions of 
the Letters published during his lifetime. A few, in truth a 
very few, old French phrases appeared in the original editions, 

1 Sairite-Bcuvc, rort-Eoyo}, ii. 546. 



■ * l) 



liii 




G2 



INTUOnUCTlON. 



and were ruthlessly pruned away later'. But the real spirit 
of tlio older literature, its simplicity, directness, and naivete', 
remains even when the lanouage is discarded. Only hero 
and there in later times (as, for instance, in a few of Saint- 
Evremond's snudler pieces), is the same perfect union of tho 
old and new preserved. Elsewhere, it gave place to an 
academic monotony, or still later, in the following century, to 
a tendency towards prolixity and emphasis, which only the 
genius of a Moutesciuieu or a Voltaire could con(pier. 



2. 
3. 

4. 

5. 

(5. 

7. 

8. 

9. 
10. 
11. 

12. 
13. 
14. 
15. 
IG. 



AUTHORITIES. 

Vio ih'. Pascal^ ocrito par Miulaino Ttricr. First publ. Anist 

1G87. 
Renml de phi sknn pikes, p. s. ?i I'hist, d.o P. R. Utrecht, 1740. 
Discnurs siir la vie et las oucragcs da Pascal, par Bosaut. Paris, 

1779. 
Saiiite-Beuve. Port-ltmjal. Paris, 1838. 
Reuchlin. Oeschichte von Port-Iioiial. Ilanib., 1839. 

Pascal's Lebvii. Tubingen, 1840. 

Mnyiiard. Pascal, sa vie et son anivre. Paris, 1850. 
Flottes. £tudes sur Pascal. Paris, 1846. 

uVuunel ^claircissement cone, les L. P. Paris, 1858. 

Cousin. Etudes sur Pascal. Paris, 1857. 

Willkens. (Art. on Port-Royal in Zeitschrift f. u'isscnscha/tlic/io 

Thcologic. 1859). 
Weiiigarten. Pascal als Apologet. Leipzig, 1803. 
Wijmualen. Pctsccd cds Bcstrijder d. Jcsuiten. 1865. 
Dreydorf. Pascal. Leipzig, 1870. 
Herzog. Pascal, ein Vortrag, (geh. 1872). 
Tulloch. Pascal (in 'Modern Classics for Engl, readers'). Edinb 

1878. 



' For instance : '11 fant que jc vous die, je vas vons dire, il r'i/ agit.' Cor- 
rectiouslikc'fortcment' for 'vcrtcment' concerned taste rather than language. 
• Je fm trouver ' soon became obsolete. These corrections, it may be noticed, 
arc all in the early letters. 



Edinb. 



V. THE TEXT. 



The Letters to a Provincial were first published as scpa- § i. or.>i. 
rate pamphlets, and at iine(iual intervals, from the 23rd of "''^^'^'"°"'' 
January 1050, to the 24th of March lGo7\ Each letter 
contained eiglit pages in quarto, with the exception of the 
IGth and 18th, both of which extended to twelve pages. 
The 17th Avas printed in smaller type, in order to be con- 
tained in the ordinary limit. This small size gained for the 
pamphlets the name of " les petites lettres," employed in 
nearly all allusions to them in contemporary literature'. The 
inmiense success of the Letters made it necessary to reprint 
several of the earlier numbers, and the necessity of secrecy 
and haste caused many variations in the text, so that it is at 
the present day impossible to identify the absolute editio 



^ I. dated January 23. (1G5G.) 



II. 

III. 

IV. 

V. 

VI. 

VII. 

VIII. 

IX. 



Jan. 2!) (appeared Feb. 5). 
Feb. p (appeared Feb, 12). 
February 25. 
March 20. 
April 10. 
April 20. 
May 2S. 
July 3. 



XI. 

XII. 

XIII. 

XIV. 

XV. 

XVI. 

XVII. 

XVIII, 



X. dated August 2, 



August 18. 
September 9. 
Septem'uer 30. 
October 23. 
November 25. 
December 4. 
January 23. (1657.) 
March 24. 



Ihe average interval, it will be seen, is rather more than three weeks 
Nearly the shortest time was taken in writing the lengthy XVIth letter of 
which he says: " je n'ai fait celle-ci plus longue que parce que je n'ai pas' eu 
le loisir de la faire plus courte." 

- For instance, Madame Suvigne : "Quelquefois, ponr nous divertir, nous 
hsomle. Petites Lettres. Bon Dicu, quel charme! etc." (Lettre 1131, du 
ii. dec. 1689.) 



il 


|h|: 


\', ' 


' ■ '. 


li 11 1 ^ 

If 11 |! ^ 


: 1 i i: ■ 

I 

S : ■ t 


' 1 



')liji)"»y 



64 



INTRODUCTION. 



Sncond 
edition. 



pnncepsK But it is customary to group these first reprints 
in quarto as the first edition, having on the title pa(^e- 
A COLOGNE, CUES PIERRE DE LA VALLh. 
M.DC.LVIT. It is hardly necessary to say that the name of 
Cologne is fanciful; for, as Saintc-Beuve remarked, the 
letters were printed everywhere, even in the Jesuit College 
d'Harcourt. The first two letters were printed by Petit, 
who was the official publisher for Port-Royal. Accordin-^ to 
the statement of the writer of a preface to the edition of 
1754, many copies were printed at "a mill between the Pont- 
Neuf and the Pont-au-Chano-e." 

These reprints were united in a volume by an editor 
generally supposed to have been Nicole, with a preface in 
which a historical j^rccis of the controversy is furnished. 
This first united editi(m is exceedingly rare, a copy in the 
library of the French Institute, and one in the British Museum, 
being the only ones known to the present writer. Its exact 
title is as follows:— Zes Prouinciales ou Lettres ecrites par 
Louis a vn proimicial de ses amis & axix RR. PP. le'siiites, 
sur le suiet de la morale & de la politique de ces peres, i 
Cologne, etc. The pagination is not consecutive, which has 
led some critics to conclude wrongly that the original pam- 
phlets had simply been bound together. But this is contrary, 
as M. Lesieur points out, to the express assertion of the pre- 
face : "G'est ce qui m'a jyorte a en /aire imprimer ce recueil" 
The next edition, which in reference we shall describe as 
the second, appeared in the same year, also with the name of 
Cologne and of Pierre de la Valle'e on the title-page. The 
size was duodecimo, and it was printed in Elzevir type. 
The text is an almost exact reprint of the original quartos, a 
fact which has caused it to rank very highly in the cstinia- 

1 The Abbe Maynard suggests with much probability that the copies of 
the Quarto which do not include references to pages in the 5th Letter, belong 
to the original edition. Pascal himself alluded to the omission in the follow- 
ing Letter, a passage subsetiuently omitted when the missing references had 
been filled in. It must be noticed that a copy of the Quarto with tlie correc- 
tions is to be found in the British Museum, and another in the Library of 
the Institute at Paris. 



INTRODUCTION. 



6.5 



tion of b.bl lograplicrs. It was followed very shortly after by Thi.. 
another edition, also m 12mo, and which can be distinguished *^'^"""- 
from the preceding at once by the fact that it has only 39G 
pages while the former has 398. and by the words reUgieu<. 
mamhans instead of moines mandians, at the top of the 3rd 
page. These two editions contain, in addition to the Aver- 
Usseuent of the first, the « Rondeau aux PP. JdsuitesS " the 
.reply to an answer to the 12th Letter, and a Letter to Annat 
upon his strictures on the accuracy of Jansenist quotations 
In an appendix with separate pagination are found some 
olier polemical treatises, such as the Avis and the Requites 
of t e Cures. When these are found united with the Quar- 
tos they must have been bound up with them by the ori^i. 
nal possessors. The third edition brings for the first ti^e 
several important corrections, which will be specified here- 
after in the notes, especially in Letter II, where an important 
passage is completely re-written. 

The fourth edition, the last published in Pascal's lifetime Fourth 
appeared m 1650, dated from Cologne, in 8vo. size. ri^""'- 
usually found m one volume, as for instance the copy in the 
Library of Sainte-Genevieve at Paris, but that in thfBrit sh 
Museum is m two. The Letters themselves comprise but an 
unimpor ant jxart of the whole space, filled up^ith other 
documents relating to the Jesuits. The corrections in this 

' EOKBBAU AUX an. pp. jKSmXES. SUB ..OB MOKA.. ACCOMOBANXE 

Ketirez-vous. pechez; I'addresse sans seconde 
De la trouppe fameuse en Escobars feconde 
Nous laisse vos douceurs sans leur mortel venin- 
On les gouste sans crime ; et ce nouveau chemin 
Meine sans peine au ciel dans une paix profonde. 
L enfer y perd ses di-oits, et si le Diablo en gronde 
On n aura qu'a luy dire.- AUez, esprit immonde ' 
De par Bauny, Sancho., Castro, Gans, Tambourin 

Retirez-vous. ' 

Mais Pcires flatteurs, sot sur qui vous le fonde 
Car lauteur inconnu qui par Lettres vous fronde,' 
iJe vostrc politique a decouvert le fin, 
Vos probabilitez sont proches de leur 'fin, 
On en est revenu; cherehez un nouvoau mondc, 

Ketirez-vous. 

TASC. L. 

5 



: f 



•'! 1 



m 


n 




il 




\ 




11 


mA 


H' 


rpmip 




i 


1 1 in 


iv \ iiSm 


Ml 



()fi 



INTRODUCTION. 



edition arc of so important, a cliaractcr, that somo critii-s 
have doubted whether they proceeded from Pascal's hand, or 
from the same authority of Port-Royal, by vv'hich his I'ensees 
in later years were modified. 

In support of this hypothesis may be mentioned tlie 
existence of a quarto copy, used by M. Lesieur in the prepa- 
ration of his vahiable reprint of 187(5, in which a fjreat 
number of the subsecpient corrections are found in MS, notes, 
by ditferent hands. It is poiiiteil out that the bold unS 
happy phrase in the XVIth Letter, — "voicy une insirjne ex- 
trauar/ance c& un gy'os pech4 murtel contre la raisun," whicli 
(Hsappears in the fourth Edition, is far more likely to have dis- 
pleased the taste of Port-Royal, than the sounder and riper 
judgment of Pascal himself. And the fact that Nicole, in 
his Latin translation of 1658, also omits the phrase, seems to 
confirm the hypothesis. Now, if it could be proved or even 
made probable, that this and other like corrections were due 
to any other hand than that of the author, it is clear that a 
modern editor's aim should be to reproduce the earlier texts. 
But reasons which we shall now adduce, seem to decide 
strongly on the other side, and to confirm the value of the 
Fourth Edition as bearing the mark of Pascal himself. In 
the first place, many critics would differ from M. Lesieur in 
his verdict as to the value of the readings abandoned. Pascal 
was gradually emancipating himself (and French Literature 
at the same time) from the last traces of the older style, with 
its audacities, and plays upon words. Judging Pascal by the 
standard of the Pensees, as now at last published in their 
exactitude, we must conclude that ho would himself have 
rejected many ebullitions of youthful wit, the result of rapid 
controversial writing. But we are not reduced to mere con- 
jecture in the matter. Not only does Nicole's Latin transla- 
tion of 1G58, which represented obviously the literary views 
of Port-Royal, often diverge widely from the later redaction*, 

' The iinpovtancG of this translation in dociclinj,' questions of tlic tc"t, 
was lli'st roco^'nisnd hy M. Lesieur. In the present edition, it lias boon care- 
fully collated throughout. 



TNTTtODUCTION. 



67 



1). we l.av,,. n,ore than ono express statement of Pascal hin,- 

sc . ut erly .rreconc.lable witl, any notion of collaboration iu 

either the Composition or the correction of the Letters In 

1.0 second part after all the scenario of conie.ly has been 

"vT V"h vvr, T"" '''''''' eonnectioi/with Port! 
K.. . In the XVlth Letter, he admits an acp.aintanco 
u< . o.ne ot Its members, but declares that he hopes to deal 
;v'tl. h..s opp.„onts in such a way "that I shall make ^u 
jet perhaps, that your adversary is not of Port-Koyal " 
h. he last^Letter lu) repeats the disclaimer in still stronger 
n .- I have only to tell you that I do not belong to it;" 
.lad st.ll later he u.es the decisive wonls: "f^inallv I assert 
c .uly .md distinctly that no one . respoJl yC^;^ 
Jeter, hut.^.selj; and that 1 am only responsible for my 
letters. Some exception has been taken justly to the 
general character of these denials, considering Paial's rZ 
reation to Port-Royal, but they must be condut: a I^y 
••ate, as to matter of literary independence 

We have therefore adopted the Fourth Edition as the 
basis the present one, mentioning all the variations in the 
arher texts. After much hesitation, it has been decided to 
abandon the original orthography, for the sake of more ^ene- 
.al usefulness. There is nothing lost by writing ' nous iZ, 
Inen fuses' Un- ^nous estions Men ahuse.; or by^reversilg t : 
e d relation of the letters " v " and " u." And in the matte 
of accents and punctuation, it would be now iniposs ble t, 
ascertain what was the exact form in Pascal's MS. It is well 
nown that before the period of Boileau and Racine the 
renc accent was but slowly making its way. Sainte-B'euve 
'ogretted that its invasion finally wr .t so far Rnt JTi. 
Hn.e of Pascal it was employed tJntativei; at^fte . h ul 
ay real reason. Tuke for instance, the acute accent ^ 
ni the o,.,g„,al edition". The grave accent is very .ail 
•ver used, except with a, hi, and oh. ^ 

The spelling of proper names is still more irregular. 
V'^tunjr (lOtb line from the bottom). ^^ -'^'n d uHoue, ,c le 

5—2 



» I' 



( ?■ 



68 



INTRODUCTION. 



Tlicy arc given somotimos in their oriffinal, aomotimeH in the 
latini/('«l form. For instaiKH?, wliil<; Aiinat, Jiatmy, (^ara- 
niuel, Cellot and otliors, preserve the former, Filliueci {Filiv- 
tins), and Torres {TurriannH), appear in tlie hitter. In .sonio 
cases, a corrnpt French form of an Italian or Spanish namo 
is given, e.g. Ahh-etta for Aldcretc, Lami or L'Amy for 
Amico, Ugolin for Ugolini. In otliers, whetlier owing to 
carelessness or to the looseness of contemporary spelling 
names are altered almost beyond recognition. This is especi- 
ally the case in the famous Catalogue of casuists given in 
Letter V, where Alloza, Cabrera, Chokier and Iraburu, ap- 
pear respectively as Dealkozer, Cabrezza, Achokicr, and 
Iribarne. 

The Letters continued to be reprinted after Pascal's death, 
.substantially as he had left them, although some of those 
arbitrary alterations and hereditary misprints familiar to 
students were not wanting. But until the present century 
no pains were taken to collate the earlier editions, nor to 
make the quotations available for reference by appending 
fuller particulars of the edition and page. IVFaynaid's real 
merits as well as his defects, have been mentioned in the 
preface, and it is indeed remarkable that the only edition of 
this classical work, in which the commonest historical allu- 
sions are explained, is that of a writer who perpetrates 
"Notes" of this calibre; "Mensovr/es et declamation janse- 
nister' (1.229); " fJiwore Bav»ij, qtie cest eumnjeii.r/" (ii. 28); 
"Fastidietises i'e petitions J'' (ii. .54); " Cest le conihle deVim- 
pudenceV (ii. 59) &c. &c. What would be thought of an 
editor who commented Cicero or Plato in this style! It must 
be noted, moreover, that much of IMaynard's learning is 
deriv<(l from Nonet and especially Daniel, as the present 
writer discovered on comparing them, though the assistance 
is seldom or never acknowledged. Among the more import- 
ant of later editions may be mentioned : — 



1. Leu J'l'oi'uie/'filiis, tirce las notes do (Juillaiime Wendrocl; tra- 
dvheR en frun(;ois svr la b" edition de 1G79 (by FrauQoise-Margiierite Jon- 



INTRODUCTION. 



00 



cipiix). Wifh till) moniDir \ty Mine. 1 



(ill roulity at Turis), 1700, 2 vols, in 12i 



't'riof. Cologne, Nic. Schouttoii, 



no. 



2. (Sunie title;. AniMtordjiiii, 17.11, I7;)r), 3 voIh. 8vo. 

3' ('<>l<>giio(0, 17;)f), 4 vok Rvo. 

'^- C'ol(.,!,'iio (0, 17-11, 4 vols. l2nio. 

5. la IJossut's 0.1. of Works, La FFaye, 177!), 5 vols. Rvo. 
I' l'»i'iH(AV/(o«,,rtO, 1H0;J| 2 vols. IHrno, 



10, 



». Ill Li/crre's utl. of Works, I'uris, l,s|!), r, vol 



1815 ( 2 — 

(/)i<ii>f), 181(i, 2 vols. 8vo. 

8v<», 



12nii>. 



11. Muyiiiinrs edition. 2 vols. Pi 



Purls {lliard), l,s;)2, 2 vols. 12 



!in(). 



12. Ooirrcn Cojii/i/ifm ((h\. Lah 



'uris, 1851, 8v( 



lire). 2 vols. Paris, 1858. 12i 



1:1. Stereotyi.u e,l. of L. P. (/j/,/,^), follows Muynar.l 



no. 



I vol., litrgo 8vo, 

14. Tiwta pi'linltlf don A. J>. l\ 

simile of the (^)iiarto.) 

15. Ics L. /'. Te.xte de 1G5«— 7, e<l. de S, 



lyiiard almost exaetly. 



ii'iH, 1807. 4to. (An exaet f 



iio- 



tl 



very disaiiiiointing, considering the edit 
tion). 1 vol. Paris, 1877. 8vo. 

[The edition of Pascal's complete works, to he edited 



■y. (The notes are 
or'a literary reputti- 



10 series of (,'raads cirivaius de la Fi 



liy Fail: 



ijere in 



mm 



w, is to be expected shortly.] 

The Provincial Letters have been, at various times, trans- 

ated mo almost every living langu.o.e. At the tin.e of 

U.U. p„bhcation, a tran.slation into Latin was an in.lispen- 

b the help of Nicole, nnder the psen.lonym of Weu.lrock. in 
lOoS the ranslator preparing himsolf for his task, accordinc. 
a legend by a repeated perusal of Teronee. Nicole's pert 
onnance, however, owes its chief value to the theological 
K) es winch accon^pany it, and cannot clain. to rank as a first- 
ate piece of Latmity, even for its age\ An English transla- 
tion appeared in the very year of publication, only six 

' The rcmlcring of tlio magnificent outburst in Letter XVI for in«fn„ 

l\'>itend miiaurdlnu etc Uhottov "a r! " ' '° t™"«lation of 0« 

^ox, ccdcbia. .eiatiuin, stupor natur.e. Quam vobis timeo. etc >' 



,liii 






.1 



i 



II 



'' i: iliii 



70 



INTRODUCTION. 



months after the appearance of the 1 8th Letter'. And such 
importance was attached to the direction of public opinion in 
this country, that the replies to Pascal by Annat and Nonet 
were immediately translated, and published in 1(J5S with a 
preface more remarkable for vigour than any other merit. 
Its (quality can be jxidged by the following specimen : — " I do 
" not desire to use foul language, yet ifl man "'^^ ^^'^ term of 
"VEIIMIN to any Christian, I conceive it cannot agree with 
" any man so well as with the author of the Proviuciall 
"Letters." Several English translations have appeared in 
recent times, one by Mr M'Crie having passed through 
several editions. A peculiar literary distinction, enjoyed by 
few books except the Bible, fell to the lot of tiie Provincial 
Letters in 1684, when a tetraglott edition was published 
(Cologne, in 8vo.), comprising an Italian version by Brunetti, 
and a Spanish by Cordon >, in addition to the original, and 
Wendrock's Latin text. 



^ The full title is: — "Les Provinciales, or the Mystcric of Jcsnitisme, 
" discovcr'd in certain Letters, vritteir upon occasion of the present differ- 
"ences at Sorbonne between the Jansenists and the Molinists." (Motto: 
Sicitt Serpente.f.) Loudon. Printed by J. G. for II. Eoyston (the publisher for 
Hammond and Jeremy Taylor, whose works are advertised at the end), at the 
An}j;el in Tvie Lane. lGo7, a MS. note in the British Museum copy adding, 
"August 31." 



as A 
duod 



THE PROVINCIAL LETTEES. 



n 


M 


I- 


• 1 



I i>l 



m 



[In the Notes upon the text of the Letters, thu first edition (4°) is mentioned 
as A; the second edition (or first dnodecimo) of 1057 as B; the third (or second 
duodecimo) as C; and the fourth, which is that of the present edition, as D.] 






iiti 



I 



J! 






'"'I 



sit 



■ 



PREMIERE LETTRE ECRITE 



A UN PROVINCIAL 

PAR UN DE SES AMIS. (1) 



SUR LE SUJET DES DISPUTES PRESENTES DE LA 

SORBONNE'. 

,, De Paris, ec 23 Janvier 1G56. 

Monsieur, 

Nous dtions bien abuses. Je ne suis detrompe 
que d'hier. Jusque-la j'ai pens(^' que le sujet des disputes de 
Sorbonno etait bicii important, et d'une extreme consequence 
pour la religion. Tant d'assembldes d'une compagnie aussi 
celebre qu'est la Facultd de tlidologie de Paris, et oh il s'est 
passe iant de choses si extraordinaires et si hors d'excmple^ 
en font concevoir une si haute ide^e, qu'on ne peut croire qu'il 
n'y en ait un sujet bien extraordinaire. Cependant vous serez 

' Modern editiona (following Wendrock) usually add a summary: " et de 
"I'mvcntion du pouvoir procbaiu, dont les Molinistes se scrvircnt pour faire 
"conclurc la Censure de M. Arnauld." A, B and C had simply "Lettrc 
tScrite, etc." 

- "J'avais pens6" would be more correct after Jusque-la. A, B and C, 
followed by modern editions, place a semicolon after (rhier. 

•' Maynard following Daniel finds fault with the construction of this period 
the double use of cxtraordinuin', etc. The latter is jusliiied in the epistolary 
style, but It must bo admitted that hor» iVexemplc is of very rare occuiTence in 
classical French prose. 



• tt 



m 



m^ '"^ 



I 



'-iWi'«*nm"t*i'ii* 



74 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



LETTRR bien surpris, (juand vous apprcndrez par ce recit a quoi sc 
terminc un si grand dclat ; et c'est cc que je vous dirai en peu 
de mots, apres m'en etre parfaitoment instmit. 

On examine deux questions : I'une de fait, Tautre de droit. 

Celle de fait consiste h savoir si M. Arnauld est tdmeraire, 
pour avoir dit dans sa seconde lettre : "Qu'il a la exactement 
"lo livre de Janse'nius, et qu'il n'y a point trouve les pro- 
^' positions eondamnees par le feu pape; et neanmoins, que 
"comme il condamne ces propositions en quelque lieu qu'elles 
"se reneontrent, il les condamne dans Jansenius, si elles 
"y sont." 

La question sur cela' e.st de savoir s'il a pu, sans te'merite, 
te'moigner par-la qu'il doute que ces propositions soient de^ 
Jansenius, apres que MM. les dveques ont declare qu'elles 

y sontl 

On propose I'afifaire en Sorbonne. Soixante et onze doc- 
teurs entreprennent sa defense, et soutiennent qu'il n'a pu 
repondre autre chose a ceux qui par tant d'ecrits lui de- 
maudaient s'il tenait que ces propositions fussent dans ce 
livre, sinon qu'il ne les y a pas vues, et que ne'anmoins ij les 
y condamne, si elles y sont. 

Quelques-uns meme passant plus avant ont de'clare' que, 
quel(iue recherche qu'ils en aient faite, ils ne les y ont 
jamais trouve'es, et que meme ils y en ont trouve de toutes 
contraires. lis ont demande' ensuite avec instance que, s'il y 
avait quelque docteur qui les y eUt vues, il voulut les mon- 
trer; que c'etait une chose si facile, qu'elle ne pouvait etre 
refusee, puisciue c'etait un moyen sur de les reduire tous, et 
M. Arnauld meme : mais on le leur a toujours refuse. Voila 
ce (pii s'e.st passe de ce c6te'-IaM2). 

De I'autre se sont trouves (juatre-vingts docteurs seculiers, 

^ A bas hi 7»('.s7/()« xiir ccla. 

- An edition of ICC? gave ,l,n,.'< Jamnihis, but without authority or i^n- 
provcnient. 

^ Modern editors have substituted qu'elles sunt de l„i, wJiicb is better 
Fw^neli. 

f/< loi(le.'< r(iNlrfiin'/<, en demnndaut etc.'' (A.) 
•'■' iiiii se j),(x-<ii. (Ibid.) 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



76 



et (luehiue qnarante roligieux mendiants\ qui ont condamne 
la proposition de M. Arnauld, sans vouloir examiner si ce qii'il 
uAuit dit etait vrai on faux; et ayant meme de'clart? qu'il ne 
s'agissait pas de la verite, mais seulement de la te'mdrite' de sa 
proposition. 

II s'en est de plus trouve^ quinze qui n'ont point dte pour 
la censure, et qu'on appelle indiffdrents. 

Voila comment s'est terminde la question de fait, dont je 
ne me mots guere en peine : car, que M. Arnauld soit teme- 
rairo ou non, ma conscience n'y est pas intdressee. Et si la 
curiosite me prenait de savoir si ces propositions sent dans 
Jansdnius, son livro n'est pas si rare, ni si gros, que je ne le 
peusse=' lire tout entier pour m'en dclaircir, sans en consulter 
la Sorbonue (3). 

Mais, si je ne craignais . .^.^ • :tre temeraire, je crois que 
jo suivrais I'avis de la plupart des gens que je vois, qui, ayant 
cm jusqu'ici sur la foi publique que ces propositions sont dans 
Jansenius, commencent a se de'fier du contraire, par le refus 
bizarre qu'on fait de les montrer, qui est tel, que je n'ai encore 
vu personne qui m'ait dit les y avoir vues. De sorte que je 
crains que cette censure ne fasse plus de mal que de bien, et 
qu'elle ne domie a ceux qui en sauront Fhistoire une impression 
tout oppose'e a la conclusion. Car en verite le monde devient 
meiiant, et ne croit les choses que quand il les voit. Mais, 
comme j'ai ddja dit, ce point-la est peu important, puisqu'il ne 
s'y agit point de la foi. 

Pour la question de droit, elle semble bien plus considerable, 
en ce qu'elle touclie la foi. Aussi j'ai pris un soin particulier 
(le m'en informer. Mais vous serez bien satisfait de voir que 
c'est une chose aussi peu importante que la premiere 

II s'agit d'examiner ce que M. Arnauld a dit dans la meme 
lettre : " Que la grace, sans laquelle on ne peut rien, a manque 
"a saint Pierre dans sa chute(^)." Sur rn ,i nous pensions, 
vous ot moi, (ui'll ('tait (juestion d'exa^aiii. i les plus gran.- 



A. L and C luivu '-riiutrc pio-t." 



' A au('i B liiivo moines iiiendianU. 

' A, 15. tnnwr ilr /j/hx. 

" TluH old form of (>o,n-oir Ims been aUcred into piilssc by nicdoin cduoi, 



LETTER 
1. 






I i 



I J 







;i 







rninnmmnwmn 



7G 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



i ti 



LETTER priiicipcs do la gnico, coiumc si cllo n'est pas doiinde a tons les 
homines, on bieu si olio est cfficacc ; inais nous dtions bion 
trompes. Je suis devonu grand theologien on pcu do temps, 
ot vous en alloz voir des marques. 

Pour savcir la chose au vrai, je vis M. N., docteur do Na- 
varre, (jui demeuro pros do chcz moi, qui est, connne vous le 
savcz, des plus zeles contre les Janseiiistes ; et eonime ma 
curiositd me rendait presque aussi ardent <|utj lui, je lui de- 
mandai d'abord* s'ils no decideraient pas foruienement "(jue la 
"grace est donuee a tous'," afin qu'on n'agitat plus co doute. 
Mais il me rebuta rudoment, et me dit que ce n'dtait pas la le 
point ; qu'il y en avait do ceux do son cote qui tonaient ([ue la 
grace n'cst pas donne'e ti tous; que les exanunateurs monies 
avaient dit en pleine Sorbonne que cette opinion est pruUeina- 
tique, et qu'il dtait lui-meme dans ce sentiment; ce qu'il me 
confirma par ce passage, qu'il dit o^re cdlebre, do saint Au- 
gustin : " Nous savons que la grace n'est ^);i.s donne'e a tous les 
" hommes (y)." 

Je lui fis excuse d'avoir mal pris son sentiment, et le priai 
de me dire s'ils no condamnoraient done pas au moins cette 
autre opinion des Jansdnistes qui fait tant de bruit, "que la 
"grace est efficace, et qu'elle determine notre volontd a faire 
" le bien." Mais je no fus pas plus houreux en cette seconde 
question. Vous n'y entendcz rien, me dit-il; ce n'est pas la 
une hdrdsie; cost une opinion orthodoxe : tous les Thoniistes 
la tiennont; et moi-meme je' I'ai soutenue dans ma Sorbo- 
ni(pie (C). 

Je n'osai plus lui proposer mes doutes ; et^ je no savais plus 
ou dtait la ditiicultd, (piand, pour m'en dclaircir, je le suppliai 
do me dire en quoi consistait' done I'lidresio de la proposition 
do M. Arnauld. C^'cst, me dit-il", en ce (^u'il no reconnait pas 




1 D'abord is not in A, B and C. 

- A, B, toitx le.i hommes. 

•' A, B, et inoi-mrme I'ai... 

■» A, B find C have "ct mcme jo no savais etc. 

•' A, B omit (/((/('■. 

" A, B, C Lavo tlic archaic foi'ui "cc me dit-il." 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



77 



(|ue lo.s jvistcs client le pouvoir d'accomplir los commandements lktter 
do Diuu en la maniero qni^ nous I'entendons. ^" 

Je lo qnittai apres cettc instruction; ct, bicn glorieux do 
savoir lo nooud do I'affaire, je fus trouvor M. N., qui so porte 
do mioux on mioux, et qui eut assoz do sante pour mo conduire 
chez son boau-frero, qui est Janseniste s'il y en eut jamais, et 
pourtant fort bon hommo. Pour en etre mieux re<;u, je foignis 
d'etre fort des siens, ct lui (lis: Sorait-il bien' possible que la 
Sorbonno introduisit dans I'EgUso cotte erreur, "quo tons les 
"justos out toujours le pouvoir d'accomplir les commando- 
" ments ? " Conunent parioz-vous ? me dit mon doctcur. Ap- 
pclez-vous erreur un sentiment si catholique, et quo los souls 
Lutlieriens ot Calvinistos combattent? Eh quoi ! lui dis-je, 
n'est-co pas votre opinion ? Non, me dit-il ; nous I'anatlidma- 
tisons comme heretitpie et impie. Surpris do cette reponso, je 
connus bicn quo j'avais trop fait le Janse'niste, comme j'av'ais 
I'autrc fois etc trop ]\[oliniste. Mais, ne pouvant m'assurer do 
sa reponse, jo lo priai de me dire confidomment s'il tonait " que 
" les justos eusscnt toujours un pouvoir veritable d'obscrvcr les 
" prcccptes.'' Mon hommo s'echauffa la-dessus, mais d'un zcle 
devot, et dit qu'il no deguiserait jamais ses sentiments pour 
ciuoi quo CO flit ; que c'etait sa crcance ; et que lui et tons los 
siens la defcndraicnt jusqu'a la mort, comme e'tant la pure 
docti'inc do saint Thomas ct de saint Augustin lour maitre. 

11 m'en parla si serieusoment, que je n'cn pus douter. Et 
sur cette assurance je rotournai chcz mon premier docteur, et 
lui dis, bien satisfait, que j'ctais certain^ quo la paix serait 
bicntot en Sorbonne : (pie les JansL'nistes etaicnt d'accord du 
pouvoir qu'ont los justcs d'accomplir les pre^ceptes; que j'en etais 
garaut, et que je le'' lour ferais signer do leur sang. Tout 
beau! me dit-il; il faut (jtre tht^ologien pour en voi^'r le tin. 
La difference qui est entre nous est si subtile, (pi'a peine pou- 
vons-nous la marqucr' nous-memes : vous auriez trop de diflfi- 

' Somu of the 4" copies omit /;/('«. 

-' A, L ami C have "sur" (.sr^r). 

■' A, B ami C omit /c. 

^ Some copies of the 4° have remarquer. 






D 




78 



THE . ROVINCFAL LETTERS. 
Contcntoz-vous done 



nio les 



LKTTER ciiltt^^ a I'cntcndre. i^onicntoz-vous done du savoir ^]u^ 

Janst'iiistos vous diront bieii quo tons les justos out toujours lo 
pouvoir d'accomplir les comniandements : ce n'est pas de quoi 
nous disputons ; mais ils no vous diront pas que co pouvoir soit 
pruchaiii. Cost la le point. 

Co mot me tut nouvcau et inconnu. Jusque-la j'.avais 
entendu les affaires, mais ce terme mo jota dans I'obscurite, 
et je crois (ju'il n'a etc iuvcntu ([uo pour brouillei-. Je lui en 
demaiidai done I'explication ; mais il men fit un mysteio, et 
nie renvoya sans autre satisfaction, i)our demander aux Jan- 
senistes s'ils admettaient ce pouvoir jn-oc/ialn. Je cliargeai ma 
mdmoiro de ce terme ; car mon intelligence n y avait aucuno 
part. Et, do pour d'oublier', je fus promptement retrouver 
mon Janseniste, a qui je dis, incontinent apres les premieres 
civilites : Dites-moi, je vous prie, si vous admettez le pouvoir 
pro-j/atw ? II se mit a rire, et me dit froidement : Dites-moi 
vous-memo en quel sens vous I'entendez; et alors je vous dirai 
ce que j'en crois. Commo ma connaissance n'allait pas jusquo- 
la, je me vis en terme de ne lui pouvoir repondre ; et nean- 
moins, pour ne pas rendre ma visite inutile, jo lui dis au hasard: 
Je I'ontends au sens des Molinistos. A quoi mon homme, sans 
s'emouvoir: Auxquels des Molinistos, me dit-il, me renvoyez- 
vous ? Je les lui offris tons ensemble, comme no faisant qu'un 
memo corps et n'agissant quo jiar im mome esprit (7). 

Mais il mo dit: Vous etcs bien peu instruit. lis sont si 
peu dans les memos sentiments, qu'ils en out do tout contraires. 
Mais' etant tons unis dans le dessein de perdre M. Arnauld, ils 
so sont aviso's de s'accorder de co terme do prochuin, que les 
uns et les autres diraient ensemble, quoiqu'ils I'entendissent 
diversement, afin do parlor un memo langago, et que par cetto 
conformito- apparente ils pussent former un corps considerable, 
et composer le^ plus grand nombre, pour I'opprimer avec assu- 
rance. 

Cette reponse metonua. Mais, sans recevoir ces impres- 

1 A, B and C, "dc peur de I'ouldier." 

- C and modern editions omit mais, on account of the repetition. 

•' Some copies of A and C have " un plus grand nombre." 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



79 



sions des imyinnts dcsseius dea Moliiiistes, (juo jo no voux pas urnvM 
cn.iru sin- sa parole, et oi\ je u'ai point d'intdnH, jo m'uttachai '• 
soiile.uont a Havoir los divers sens qu'ils donncnt a ee mot 
niysteiiuux do proclunn. II me dif: Je vous on dclaircirais 
dv I)on cuMir; mais vous y verriez unc repugnance et uno con- 
tradiction si grossiL>rc, que vous auriez peine a me croiro : jo 
vous serais suspect. Vous en screz plus 8i\r en I'apprenant 
dVaix-memes, et je vous en donnerai les adresses. Vous n'avez 
<iua voir separc'nient M. lo Moine^ et le pln-e Nicolai(«) Jo 
nc connais ni I'un ni I'autre', lui dis-je. Voyez done, me dit-il 
SI V(.us ne counaitrez point quelqu'un do ccux .[uo je vous vas 
ncnuner ; car ils suivcnt Ics sentiments de M. le Moine. J'en 
counus en ctFet <iuel(iues-uns. Et ensuito il me dit : Voyez si 
vous ne conuaissez point de Dominicains, qu'ou appelle nou- 
vouux Thomistes, car ils sent tous comme le pore Nicolai. J'en 
oonnus aussi entre ceux qu'il me nomma; et, re'solu de profiter 
de cet avis et de sortir d'affiiire, je lo quittai, et allai^ d'abord 
cliez uu des disciples de M. le Moine. 

Je le suppliai de me dire ce que c'est' qn'avoir le pouvoir 
prochain de faire quelque chose. Cela est aisd, me dit-il ; c'est 
avon- tout ce qui est necessaire pour la faire, de telle sort j qu'il 
ne manque rien pour agir. Et ainsi, lui dis-je, avoir le pouvoir 
procham de passer uno riviere, c'est avoir un bateau, des bate- 
lors, des rames, et le resto. en sorte que rien ne manque. Fort 
bien, me dit-il. Et avoir le pouvoir prochain de voir, lui dis-je 
cost avoir bonne vue, et etre en plein jour. Car qui aurait 
bonne vue dans I'obscurite n'aurait pas le pouvoir prochain de 
vou-,selon xous; puisque la lumierc lui man(iuerait, sans quoi 
"" ne voit point. Doctement, me dit-il. Et par conse.pient 
c'ontmuai-je, quand vous ditos que tous les justes out toujours 
lo pouvoir prochain d'observer les commandements, vous enten- 

' A, "J/«/.s il ine dit." 

' A > ,r,;> roinmi.2H,8 un, whicli, as Maynard remarks, could only ivk'i 
concctly to more than two persons. ^ 

' '^' '^'^ '"'• ■' A, 13 and C have c'ctait. 



I f! 






Hi 







I 




so 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



i-KTTKn (loz qn'ils ont toujours toutc la grace ndccssairc pour Ics accom- 
plir; en Horto (lu'il no lour manquo ricri do la part do Diou. 
Atton.loz, mo dit-il ; ils ont toujours tout co qui est nt^cessaire 
pour los observer, ou du moins pour lo demander {\ Dieu\ 
J'cntonds bion, lui dis-je; ils ont tout ce qui est ndccssaire 
pour prior Dion do los assistcr, sans qu'il soit ndcessairo cju'ils 
aient aucuno nouvollc rrraeo do Diou pour prior. Vous I'onton- 
dc/, nio dit-il. Mais il n'ost done pas nc-cossairo qu'ils aient 
une gn\ce cfficace pour prior Dieu ? Non, me dit-il, suivant 
M. lo Moine. 

Pour no point pordro do temps, j'allai aux Jacobii s, et 
doniandai coux que je savais etre des nouvcaux Thomistcs. Je 
los priai do mo dire ce que e'est (^ue jioiivoir jmKliavK N'esfc-ce 
pas eelui, lour dis-je, au(iuol il ne manquo rion pour agir? 
Non. mo dirent-ils. Mais (^uoi ! mon pore, s'il manquo (luclquc 
cliose a CO pouvoir, I'aiipeloz-vous prochain, ot diroz-vous, par 
exem])]o, (lu'uu liomme ait, la nuit et sans aucuno lumiore, h 
pouvoir prochain de voir? Oui-da, il I'aurait scion nous, s'il 
n'est pas aveuglc. Je lo vcux bion, lour dis-jo ; mais M. Ic 
Moine I'ontcud d'une manioro contrairo. II est vrai, me dirent- 
ils ; mais nous I'ontondons ainsi. J'y conscns, lour dis-je ; car 
je no dispute jamais du nom, pourvu qu'on m'avortisse du 'sens 
qu'on lui donne. Mais jo vois par-l^t quo, quand vous dites quo 
los justcs ont toujours le pouvoir jjrochaiii pour prior Diou, vous 
entendez qu'ils ont bosoin d'un autre sccours pour prior, sans 
quoi ds ne pricront jamais. Voila qui va bien, me repondircnt 
mes pores on m'embrassant, voiKi qui va bion : car il lour faut 
do plus une grAco efficaco qui n'ost pas donnde a tous, et qui 
dt'termino lour volontd a prior : ot c'est uno hdrdsie de nier la 
ndcessite do cotte grace efficaco pour prier. 

Voila (|ui va bion, lour dis-je a mon tour ; mais, selon vous 
les Jansenistos sont catholiquos, at M. lo Moine hdrdtique: car 
los Jansdnistes disent que les justes ont lo pouvoir de prior, 
mais qu'il faut pourtant une gr^ce efficaco, ot c'est co que vous 
approuvez. Et M. lo Moine dit que les justes pricnt sans grace 

'A gives pour pricr Dieu. The reading in the text is that of B and C 
tor D contains an obvious misprint : ou du moim pour hi demander a prier Dieu. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



81 



efficace, ct c'est co quo voua oondamncz. Qui, direut-ils ; mais ucttkr 
nous sonimcs d'accord avec M. lo Moine, en co que nous appo- '' 
Ions prochain, aussi bien que lui, lo pouvoir que les jtistes ont 
do prior, ce que no font p; les Jansenistcs'. 

Quoi ! mes p^res^ leia dis-je. c'est se jouor dca paroles, de 
dire que vous 6tes d'accord i\ cause dcs termes communs dont 
vous usez, quand vous (^tes contraircs dans lo sens. Mes p^res 
no rdpondent^ ri.'n; et sur cela mon disciple do M. le Moino 
arriva, par un bonliour quo jo croyai xtraordinaire ; mais j'ai 
su depuis quo Icur rencontre n'est pas rare, et qu'ils sont con- 
tinuellomcnt melees les uns avec les autres. 

Je dis done k mon disciple de M. lo Moine : Je connais un 
homme qui dit que tons les justes ont toujours lo pouvoir de 
prior Dioii, niais quo ndanmoins ils no prioront janiais sans une 
gnico cflicaco qui les ddt^rmine, et laquelle Dieu no donno pas 
toujours k tons les justes. Est-il hdrdtiquo ? Attcndoz, me 
dit mon docteur, vous mo potirriez surprondre. Aliens done* 
doucenient, cUstinono; s'il appello ce pouvoir pouvoir prochain, 
il sera Tiiomisto, et partant catholique : siiion il sera Jansdniste 
et partant heretique. II ne rappollc, lui dis-je, ni prochain, ni 
non prochain. II est done herdtiquo, mo dit-il : domandoz-le 
a ces bons p^rcs. Je ne les pris pas pour juges, car ils consen- 
taient dtja d'un mouvoment do t<^te ; mais je leur dis : II refuse 
dadmcttro ce mot do prochain, parco qu'on no le vcut pas 
exphquer. A cela un de ccs p^res voulut en apporter sa ddfi- 
nition; mais il fut interrompu par le disciple de M. le Moine, 
qui lui dit : Voulez-vous done recommencer nos brouilleries ? 
^e sommes-nous pas deraeurds d'accord de ne point oxpliqucr 

« J r' ^ 'T*? f '''^'' =-""^'3 M. le2Ioine appeUc ce pouvoir pouvoir prochain^ 
a reading which many modern cdd. have retaiued. Nicole's translation adopts 
the more extended form: <'Eecto, inquiunt, sed potestatem orandi qnam omnes 
j_iisUs^conceduat, nos proximam cum Moynio appellamus, Jansenistm non 

- A, " Blais quoi." 

«o»lv!!?""Tr''*°''^'- '"'^"'^'"^ ^^^^'"''■^' ^^^-^ ""necessarily altered this to rS. 

■* C omits done. 



PASC. L. 







pi I 










3(4 



It 



i 



111 



i;i 



u<H 

i !' i Lt'i HMHHHHH 



\m 



^^. 



^. 



^# 







.^ 



/^ 



/ 






'c-l 










C^/^ 



IMAGE EVALUATION 
TEST TARGET (MT-3) 



1.0 



I.I 



|50 '""== 



\m 



1.25 



IM 

2.2 
M 

U 1111.6 



Photograpliic 




// 







*f, 






.e 






f/j 



^^ 



^. 





cF 



k 



V 





iV 



:\ 



\ 






^ 



>'^' "^.'V» 






X 
■p^^^ 



"ife" 




6^ 



Saences 




on 



23 WEST MAIN STREET 

WEBSTER, N.Y. 14580 

(716) 872-4503 







«/ 



f/j 






o 



\ 



'^^ 




82 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



!• 




LETTER ce mot de prochain, et de le dire de part et d'autre sans dire ce 
qu'il signifie ? A quoi le Jacobin eonsentit. 

Je pdn^trai par-1^ dans leur dessein, et leur dis, en me 
levant pour les quitter: En v^rit^, mes p^res,j'ai grand'peur 
que tout ceci ne soit une pure chicanerie; et, quoi qu'il arrive 
de vos assombldes, j'ose vous prddire que, quand la censure 
serait faite, la paix ne serait pas dtablie. Car, quand on aurait 
ddcidd qu'il faut prononcer les syllabes pro-chain, qui ne voit 
que, n'ayant point 4t4 expliqut^es, chacun de vous voudra jouir 
de la victoire? Les Jacobins diront que ce mot s'entend en 
leur sens, M. le Moine dira que c'est au sien ; et ainsi il y aura 
bien plus de disputes pour I'expliquer que pour I'introduire : 
car, apr^s tout, il n'y aurait pas grand pdril a le recevoir sans 
aucun sens, puisqu'il ne peut nuire que par le sens. Mais ce 
serait une chose indigne de la Sorbonne et de la thdologie, 
d'user de mots Equivoques et captieux sans les expliquer. En- 
fin*, mes peres, dites-raoi, je vous prie, pour la derniere fois, ce 
qu'il faut que je croie pour etre catliolique ? II faut, me dirent- 
ils tons ensemble, dire que tons les justes ont le pouvoir pro- 
chain, en faisant abstraction de tout sens : abstrahendo a sensu 
thomistarum, et a sensu aliorum theologorumi^). 

C'est-a-dire, leur dis-je en les quittant, qu'ii faut prononcer 
ce mot des levres, de peur d'etre h^retique de nom. Car est-ce 
que ce'^ mot est de I'Ecriture? Non, me dirent-ils. Est-il 
done des Peres, ou des conciles, ou des papes? Non. Est-il 
done de saint Thomas? Non. Quelle ndcessitd y a-t-il done 
de le dire, puisqu'il n'a ni autoritd, ni aucun sens de lui- 
meme^? Vous etes opiniatre, me dirent-ils: vous le direz, ou 
vous serez he're'tique, et M. Arnauld-aussi, car nous sommes le 
plus grand nombre ; et, s'il est besom, nous ferons venir tant de 
Cordeliers, que nous I'emporteronslio). 



^ A, B car enfin, with a iiew paragraph. 

2 A has car e7tfi7i, and A, B, C le mot. 

3 Faugfere quotes from an MS. the addition :—" Combien y a-t-il, men r?re, 
" que c'est un article de foi? Ce n'est tout au plus que depuis le mot de pouvoir 
"prochain: et je crois qii'en naissant il a fait cette h6resie, et qu'il n'est n6 que 
" pour ce seul dessein. " 



I 



3ans dire ce 

dis, en me 
grand'peur 
qu'il arrive 
la censure 
d on aurait 
qui ne voit 
'oudra jouir 
s'entend en 
si il y aura 
'introduire : 
Bcevoir sans 
s. Mais ce 
a tlidologie, 
iquer. En- 
liere fois, ce 
, me dirent- 
wuvoir pro- 
ido a sensu 

b prononcer 

Car est-ce 

-ils. Est-il 

fon. Est-il 

a-t-il done 
3ns de lui- 
le d.'rez, ou 

sommes le 
snir tant de 



THE PBOVINCIAL LETTERS. 



83 



k-il, mon p?re, 
not de pouvoir 
il n'est n6 que 



ccnre co recit, par oft vous voyez qu'il ne s'agit d'aucun des '■ 
pomts suivants, et qu'il. „e so.t condamn^s d'un part ni d'autre 
que la grace n'est paa donn^o k tous les hommes; 2- qu„' 

•■TmJTaZjrT' ''"""P"'- '^^ — -dement 
de De«, 3 qu.ls out n&nmoms besoin pour les accomplir 

et m me pour p„er. d'une grte efBoace qui d,5termine fei 

yo ont^; 4; que cette gr^e effioace n'est pas toujours donnl 

^ a to,,s lesjustos, et qu'elle depend de la pure mLicorde dl 
D.eu. De sorte qu'il n'y a plus que le mot de produim sans 

aucun sens qui court risque. procnatn sans 

Heureu,. les peuples qui I'ignorent! heureux coux qui ont 

s'i rs de'i^rdr"-' ""^ ■'■' "'' ™^ p"-' "» -"«^. - ^°- 

sieurs de 1 Academic par un coup d'autorit^ ne bannissent de la 
S rbonne ce mot barbare, qui cause tant de divisions' Sans 
la la censure paralt assurde: mais je vols qu'elle ne fera pdn 
dau tre ma que de rendre la Sorbonne m^sable' par ce'^^ o 
cede, qui lui fltera Tautorit.! laquelle' lui est ,;•.? 
d'autres rencontres. ^ ' ^' n&essaire en 

Je vous laisse cependant dans la liberty de tenir pour le 
mot dep™/«„, ou no„; ear j'aime trop mon prochain pour le 
pers&uter sous ce prrftexte'. Si ce r Jt „e vL dXl^p^ ' 

je »ntouerai de vous avertir de tout ce qui se palS 7e 

„i." translation: -Inc Ulos tan ,oUM mione Menu, reU. 

^ C j;wf;is comideraUe. 
* A, B and C qtd. 
^ Si is omitted by A. 

omitted it once mole Si • ?.' '''*°''"* '" ^- ^"^^^"^ ^-^^^^^^ ^ave 
once more. Nicole gives ' « canor mihi proximm, etc. " 



!■ t' 



,^' 



'' i 



G-2 



I 



'h|3 




84 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



NOTES ON LETTER I. 





_ (1) Much ingenuity has been displayed by French editors in attempt- 
ing to discover the real name of the "Provincial." Some have supposed 
that it was Pascal's brother-in-law, Porier ; others Leroy, an ardent Jan- 
senist, the correspondent of Arnauld and Nicole. But the letters them- 
selves were clearly never written for one person's perusal, -s'hile a ficti- 
tious correspondent here, as in many parallel cases, gave gi-eat assistance 
to the plan and execution. The title «Zes Provinciahs, ou Us lettres Sorites 
par Louis de Montalte d un Provincial de ses amis et aux BR PP. Jemites;' 
was due to the printer alone, according to the preface of the first edition. 

(2) Pascal here, as elsewhere (cf. Note 4, infra), does not quote Arnauld 
verbatim, but furnishes the sense. The inculpated passages of the Seconde 
Lettre are to be found ou pp. 49 ("Ce Seigneur a fort bien juge," &c.), 
130, 149 and 152 of the original edition. See Arnauld's Oemres CompUtes, 
tome XIX. pp. 379, 448, 464. 

(3) The full title of the book is as follows : Corndii Janscnii, episcopi 
Ipremis augustinus seu docirina sancti Augustini de humanae naturae 
sanitate, aegritndine, medidna adversus Pelagianos et Massilienses, tribus 
tomis comprchfftisa. Cum approbationt. Lovan. 1640. A second edition 
was published at Paris in the following year ; and a third is dated Eouen, 
1643. A treatise by Conrius, archbishop of Tuam {do statu parvulorum) is 
bound up with the Augustinus. 

(4) The passage condemned by the Sorbonne is to be found on p. 226 
of the original edition, and in vol. xix. p. 534 of the Works. It is not in 
the words given by Pascal, and therefore the inverted commas employed 
m all editions are not justified. The words are :~" Cependant, Monsei- 
"gneur, cette grande vdrite, dtablie par I'Evangile, et attestde par les 

P5res, qui nous montre uu Juste en la personne de S. Pierre, h. qui la 
"grdce, sans laquelle on ne pent rien, a manque dans une occasion oh Ton 

«ru'^/-'* ?^^ "^'""^ "^'"''^ ""'^'^ I'''^* P*^"^'^' ^^* d^^«""e t«ut d'un coup 
Iherdsie de Calvin, si nous en croyons les disciples de Molina." 

(5) For the passages in Saint Augustin tpecially relied upon by 
Arnauld, see Seco^ide Lettre d tm Duo et Pair {Oeuvrcs, xix. 513 et acq.), 



itors in attempt- 
3 have supposed 
I an ardent Jan- 
he letters them- 
al, -^.'hile a ficti- 
great assistance 
les lettres Sorites 
R. PP. Jesuites;' 
e first edition. 

it quote Arnauld 
s of the Seconde 
bien juge," &c.), 
"Mvres Completes, 

'^atisenii, episcopi 
imanae naturae 
issilienses, trihus 
i second edition 
is dated Rouen, 
I parvulorum) is 

found on p. 226 
:s. It is not in 
iimas employed 
sndant, Monsei- 
attestde par les 
Pierre, h. qui la 
occasion oil I'on 
tout d'un coup 
ina." 

•elied upon by 
tx. 513 et seq.), 



THE PROVINCIAL LETTERS. 85 

and especially ihe caterm at the end of the treatise, Franmcus Anmtus 
fraudulentiao convict'us. (Ibid. p. 307.) 

(6) The ^Sorbonique' was one of the three Theses which each Bachelor 
of Divnnty had to defend in public before obtaining his degree of Doctor 
The college of Sorbonne was founded in 1253 by Robert de Sorbon, chap* 
lam to Louis IX. The buildings in which the proceedings took place, and 
which still exist, were erected by Richelieu in 1635. 

(7) Pascal uses the word * Molinistes ' polemically, meaning the whole 
coalition against the Jansenists. Strictly speaking, the epithet would have 
no application to the Dominicans, who condemned Molina's doctrine of 
Free- Will in substance. 

(8) Le Moine, doctor of Sorbonne, is not to be confounded with the 
Jesuit poet, mentioned in Letter IX. He was the inventor of the famous 
verbal compromise ridiculed by Pascal in his first three letters (Cf 
Wendrock, Nota 3 in Epist. Prim. "Nullus enim tantus unquam dist nc^ 
tionum artifex, quam ille Moynius," p. 12). Jean Nicolax was a Dominican 
a prominent member of the Sorbonne, who took an active part in the 
Censure of Arnauld^ He is the subject of two pamphlets which are to be 
found m Arnauld's Works (xx. 564—741), 

(9) The point of Pascal's satire here consists in the fact that the term 
pouvovr procham had no independent theological sense whatsoever, and 
was simply manufactured to suit the exigencies of the coalition against 
Arnauld. It will be seen froux the Notes on the XVII"' and XVIII«> 
Letters that Port Royal had no objection, on its side, to /aire abstraction 

tt r'w,-" 'tk r"t '"'''"''"* ''''^ '^' Dominicans, and opposition 
to Calvin. This interesting point was indirectly discussed in the modern 
controversy about Tract xc. ^ouern 

,-n ill '^^' ^T'^'^'''' ""^ ^^'™°i«ca° Order, fomided by Francis of Assisi 
m 1209 under Innocent III., and confirmed by Honorius IIL in 1223 
with authority to preach and receive confessions everywhere. The popular' 
name had reference to the dress. 



I 



• iH 



SECONDS LETTREi. 



Monsieur, 



De Paris, ce 29 Janvier 16562. 




Comme je fermais la lettre que je vous ai dcrite, 
je fus visits par M. N., notre ancien ami, le plus heureusement 
du monde pour ma curiositd ; car il est tres-inform^ des ques- 
tions du temps, et il sait parfaitement le secret des Jdsuites, 
chez qui il est h toute Leure, et avec les principaux. Aprfes 
avoir parld de ce c ui I'amenait chez moi, je le priai dv me dire 
en un mot quels sont les points debattus entre les deux partis. 

II me satisfit sur I'heure, et me dit qu'il y en avait deux 
principaux : le premier, touchant le pouvoir prochain; le second, 
touchant la yrdce suffisante. Je vous ai eclairci du premier par 
la pre'cddente : je vous parlerai du second dans celle-ci. 

Je sus done, en un mot, que leur difft^rend, touchant la 
grdce suffisante, est en ce que les Jt^suites prdtendent qu'il y a 
une grace donne'e ge'neralement a tons les hommes^ soumise de 
telle sorte au libre arbitre, qu'il la rend efficace ou inefficace a 
son choix, sans aucun nouveau secours de I)ieu, et sans qu'il 
manque rien de sa part pour agir effectivement : ce qui fait* 
qu'ils I'appellent suffisante, parce qu'elle seule suffit pour agir : 
stales Jansdnistes', au contraire, veulent qu'il n'y ait aucune 
grace actuellement suffisante qui ne soit aussi efficace ; c'est-^- 
dire, que toutes celles qui ne ddterminent point la volonte' a 



"Seconde lettre ecrite a 



^ The only title in the editions revised by Pascal is" 
un proinncial par un de ses amis." 

2 In all the copies of A I have seen, there is a misprint, 29 Fevrier. 

'^ Les hommes omitted in A and B, 

■* Et c\'st pourquoi ils I'appellent etc. 

^ A, B and C have "et que les Jans^nistes." 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



87 



ivier 16562. 

US ai dcrite, 
eureusement 
i^ des ques- 
les Jdsuites, 
aux. Aprfes 
de me dire 
eux partis. 

avait deux 
%; le second, 
premier par 
i-ci. 

touchant la 

Qt qu'il y a 

soumise de 

inefficace a 

it sans qu'il 

ce qui fait* 

pour agir: 

ait aucune 

xce; c'est-^- 

a volonte a 

e lettre ecrite a 

vrier. 



agir effectivement, sont insuffisantes pour agir, parce qu'ils letter 
disent (lu'on n'agit jamais sans grdce efficace. Voilji leur dif- "" 
fc'reiKl(l). 

Et m'infortnant apres de la doctrine des nouveaux Tho- 
mistes: Elle est bizarre, me dit-il; ils sont d'accord avec les 
Jdsuites d'admcttre une grdce suffisants donnde h. tons les hom- 
mes; mais ils veulent neanmoins que les hommes n'agissent 
jamais avec cette seule gr^ce, et qu'il faille, pour les faire agir, 
(lue Dieu leur donne une grdce efficace qui determine rdellement 
lour volontb^ a Taction, et laquelle Dieu ne donne pas h. tous. 
De sorte que, suivant cette doctrine, lui dis-je, cette gr^ce est 
mffisante sans I'etre. Justement, me dit-il ; car, si elle suffit, 
il n'en faut pas davantage pour agir; et si elle ne suffit pas[ 
elle n'cst pas suffisante. 

Mais, lui dis-je, quelle difFe'rence y a-t-il done entre eux et 
les Jansdnistes ? lis different, me dit-il, en ce qu'au moins les 
Domimcams^ ne laissent pas de dire que tous les hommes ont 
la grdce suffisante. J'entends bien, rdpondis-je=*; mais ils le 
disent sans le penser, puisqu'ils ajoutent qu'il faut ndcessaire- 
ment. pour agir, avoir "une gr^ce efficace, qui n'est pas donnde 
a tous:" et ainsi', s'ils sont conformes aux Jdsuites par un 
terme qui n'a pas de sens, ils leur sont contraires, et conformes 
aux Jansenistes, dans la substance de la chose. Cela est vrai, 
dit-il. Comment done, lui dis-je, les Jdsuites sont-ils unis avec 
eux ? et que ne les combattent-ils aussi bien que les Jansdnis- 
tes, puisqu'ils auront toujours en eux de puissants adversaires 
lesquels^ soutenant la necessitt^ de la grace efficace qui ddter- 
nime, les emp^chcront d'dtablir celle que vous dites*^ ^tre seule 
suffisante ? 

II ne faut pas, me dit-il ; il faut manager davantage ceux 
qui sont puissants dans I'Eglise. La Socidtd est trop politique 
pour agir autrement : elle se contente d'avoir gagn^ sur eux 

^ A, B and C " les Dominicains ont cela de bon qu'ils " 

'^ A. "lui dis-je." 

^ B and C omit et. 

* A, B have qni instead of Icsquels. 

flvo ' vr """^ '" ^ ''''^ ^ ^^ " ''"'*'* ^^"^''«« ^^'^'" but restored by Pascal in the 
o'" edition. 



Iw 



\fW 



I i 



88 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



Ilr 



LETTER qu'ils admottent au moins le nom de grdce sujffisante, quoiqu'ils 
I'entendent en un autre sens. Par k\ elle a cet avantage, 
qu'elle fera passer leur opinion pour insoutenable quand elle 
Je jugera h. propos ; et cela lui sera aisd Car, supposed que tons 
les hornmes aient des graces suffisantes, il n'y a rien de plus 
naturol que d'en conclure que la gr^ce efficace n'est done pas 
ndcessaire, puisc^ue la suffisance de ces graces g^ndrales exclu- 
rait la ndcessitd de toutes les autres. Qui dit suffisant, dit touf 
ce qui est ndcessaire pour agir; et il servirait de peu aux 
Dominicains de s'dcrier qu'ils prennent en un autre sens le mot 
i\o suffimnt : le peuple, accoutumt^ h. I'intelligence commune de 
CO terme, n'dcouterait pas seulement leur explication. Ainsi 
la Socidtd profite assez de cette expression que les Dominicains 
rcQoivent, sans les pousser davantage; et si vous aviez la con- 
naissance des clioses qui se sent passt^es sous les Papes Cldment 
VIII ot Paul V, et combien la Socic^td fut traversde, par les 
Dominicains, dans re'tablissement de sa gr^ce suffisante, vous 
ne vous (Jtonneriez pas de voir qu'elle evite de se brouiller avec 
oux, et qu'elle consent qu'ils gardcnt leur opinion, pourvu que 
la sienne soit libre, et principalement quand les Dominicains 
la favorisent par le nom de grdce suffimnte, dont ils out consenti 
de se servir publiquement*. 

La Soeiete est bien satisfaite do leur complaisance*. Elle 
n'exige pas qu'ils nient la necessit(^ de la grdce efficace; ce 
serait trop les presser : il ne faut pas tyranniser ses amis; les 
Jdsuites ont assez gagne. Car le monde se paye de paroles : 
peu approfondissent les choses ; et ainsi, le nom de grdce suffi- 
sante etant re9u des deux c6tes, quoique avec divers sens, il 
n'y a personne, hors les plus fins theologiens, qui ne pense que 
la chose que ce mot signifie soit tenue aussi bien par les 
Jacobms que par les Jdsuites; et la suite fera voir que ces 
derniers ne sont paa les plus dupes^ (2). 

1 For the important variations between the text of the Svoand earlier editions, 
see Appendix, ' 

2 A, lis sont bien satisf aits... Ils n' exigent pas... B and C, Elle est lien satis- 
faitc. 

^ The last clause is omitted in C. 



g! 



I 



!e, quoiqu'ils 
it avantage. 
quand elle 
)se que tous 
ien tie plus 
ist done pas 
rales exclu- 
2nt, dit tou* 
e peu aux 
sens le mot 
Dmrnuue de 
;ion. Ainsi 
)ominicains 
dez la con- 
ies Cldment 
sde, par les 
isante, vous 
)uiller avec 
pourvu que 
)ominicains 
nt consent! 

ice*. Elle 
sfificace ; ce 
s amis ; les 
le paroles : 
jrdce sujji- 
srs sens, il 
pense que 
>n par les 
ir que ces 

rlier editions, 
est lien satis- 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



89 



Je lui avouai que cdtaient d'habiles gens: et. pour profiler letteh 
de son avis je m en allai droit aux Jacobins, oh je trouvai k la *'• 
porte un de mes bons amis, grand Janst^niste (car j'en ai de 
tous les partis), qui demandait quelque autre p^-e que celui 
que je cherchais. Mais je I'engageai ^ m'accompagner ^ force 
de prieres, et demandai un de mes nouveaux Thomistes II fut 
ravi de me revoir : Eh bien 1 mon p^re, lui dis-je, ce n'est pas 
assez que tous les hommes aient un pouvoir prochain, par lequel 
pourtant lis n agissent en effet jamais; il faut q^l^ils a^ent 
encore une grdce suffisante, avec laquelle ils agissent aussi peu. 
\ ''*"f . P^ ^^ I ^P^'^^"" ^« votre ecole ? Qui, dit le bon pL • 
et je ai bien dit ce matin en Sorbonne. J> ai parld toute ma 
denu-heure.etsans le mW. j'eusse bien fait changer ce mal- 
heuieux proverbe qui court dc^j^ dans Paris: "II opine du 
bonnet comme un moine en Sorbonne." Et que voulez-vous 
clHo par votre demi-heure et par votre sable? ix<pondis-je • 
ta,lle-t-on vos avis h une certaine mesure? Qui, me dit-il' 

heme? Non. On parle aussi peu qu'on veut. Mais non pas 

:;; X ^t/^^x^^^ ^^^-j^- ^ '^ ^-- -^^^^ pour k. ir 

ants O-olhonneteprdtexte pour ceux qui n'ont rien de bon 
a due! Mais enfin, mon p^re, cette grace donnde >. tous ies 
hommes est s^f saute I Oui. dit-il. Et ndanmoins elle nl nu 

ffct .a.^ gnlce efficace? Cela est vrai, dit-il. Et tous e 
homines ont la suffisante, continuai-je, et tous n'ont pas LJ 
cace? II est vrai, dit-il. C'est-^-dirl lui dis-je, que Tus f 

Z: "'T ^"^.*°"^ "'^^ ^"^ P- --^ ; e'est-Ld re Ze 

te ,^ace suffit, quoiqu'elle ne suffise pas; c'est-a-dire qu'e le 

est suffisante de nom, et insuffisante en effet. En bonne fof 

SnTie"''^ 'r'^^ ''' '^^^ ^"^^^^^- ^— oub^d, t' 
quittant le monde, ce que le mot de suffisant y signifie/ne 

riXrt -^^ ^^^'^! ^^'^™^ *-* - qui'est^neWir 
pour agir? Mais vous n'en avez pas perdu la mdmoire • car 

pour me servir d'une comparaison qui vous sera plus ensibL' 

^cuc deau par jour^ senez-vous content de votre piieur qui 

' A, B a diner. 2 a R * 

A, ti omit par jour. 



AM 
1 II 



I '.[^1 



I I 



» i.l 



vl 



\h 



i 



'ii 

■ I' I 



90 



THE PROVIXCIAL LETTERS. 



LETTEJl 
II. 



m 





vous ilirait (juo cola serait suffisant pour vous nourrir, sous 
prc^textc qu'avcc autre chose, qu'il ne vous douucrait pas, vous 
auriez tout co qui vous serait ndcesaairo pour vous nourrir'? 
Comment done vous laissez-vous aller k dire que tous les honi- 
mes ont la grdce sufisante pour agir, puisque vous confeasoz 
qu'il y en a une autre absolumcnt ndcessaire pour agir, que 
tous n'ont pas ? Est-co (jue cette crciance est peu importantc, 
ct que vous abandonncz i\ la libcrtd dos hommes de croire que 
la grace cfficace est ndcossaire ou non ? Est-ce uno chose indif- 
ferente de dire qu'avec la grftcc suffisante on agit en effet? 
Comment, dit ce bonhommo, indifterente ! C'est une hdrdsie, 
e'est une hdresie formcllo. La ndcessitd de la grdce efficace pour 
agir elifectivement est de foi ; il y a hdrdsie {\ la nier. 

0^ en sommes-nous done ? m'dcriai-je, et^ quel parti dois-je 
ici prendre' ? Si jo nie la grace suffisante, je suis Jansdniste. 
Si je Tadmcts comme les Jesuites, en sorte que la grace effieace 
ne soit pas ne'cessaire, je serai hdrdtique, dites-vous. Et si je 
Tadmcts comme vous, en sorte que la grace effieace soiu neces- 
saire, jo p^che centre le sens commun, et je suis extravagant, 
diseut les Jdsuites. Que dois-je done faire dans cette ndcessitd 
inevitable, d'etre ou extravagant, ou herdtique, ou Jansdniste? 
Et en quels termes sommes-nous reduits, s'il n'y a que les 
Jansenistes qui ne se brouillent ni avec la foi, ni avec la raison, 
et qui se sauvent tout ensemble de la folie et de I'erreur ? 

Men ami Jansdniste prenait ce discours ^ bon prdsage, et 
me croyait deja gagnd II ne me dit rien ndanmoins ; mais en 
s'adressant a ce pere : Dites-moi, je vous prie, mon p^re, 
en quoi vous etes conformes aux Jdsuites ? C'est, dit-iJ, en ce 
que les Jdsuites et nous reconnaisscns les graces suffisantes 
donne'es a tous, Mais, lui dit-il, il y a deux choses dans ce mot 
de grace suffisante : il y a le son, qui n'ost que du vent, et la 
chose qu'il signifie, qui est re'elle et effective. Et ainsi, quand 
vous etes d'accord avec les Jdsuites touchant le mot le suffi- 
sante, et que vous leur etes* contraires dans le sens, il est visible 

1 A, B "pour lien diner," (Nicole: ad lautissiimm jn-andium). 

- A, B omit et. a A, B "dois-je dotw prendre? " 

* A, B omit que vous leur etes. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



91 



s ; mais en 



quo V0U8 ^tes contraires touehanf la substance do ce tormc. et lettku 
que vous n Otes d'acconl q„e du son. Est-co lH a-ir sincere- '' 
nient et cordialement ? Mais quoi ! dit le bonhomnTe. de quoi 
vous plaignez-vous. puisque nous ne trahissons personne par 
cette maniere de parler? Car dans nos dcoles nous disons 
ouvertement que nous lentendons d'une mani^re contraire aux 
Jt<suites. Je me plains, lui dit mon ami, de ce que vous ne 
pubhez pas do toutes parts que vous entendez par gr^ce suffi- 
sante la grace qui n'est pas suffisantc. Vous etes obligds en 
couscience, en changcant ainsi le sens des termes ordinaires' de 
la religion, de dire que, quand vous admettez une nrdce 
s>^sante dans tons les homines, vous entendez qu'ils n'ont pas 
des graces suffisantes en effet. Tout ce qu'il y a de personnes 
au monde entendent le mot de suffisant en un m^me sens: les 
seuls nouveaux Ihomistes I'entendent en un autre^ Toutes les 
femmes, qui font la moitie du monde, tons les gens de la cour 
tons les gens de guerre, tons les magistrats, tous les gens de 
palais, les marcbands, les artisans, tout le peuple; enfin toutes 
sortes d bommes, except^ les Dominicains, entendent par le mot 
do siiffisant ce qui enferme tout le ndcessaire. Presque^ per 
sonue nest averti de cette singularity On dit seulement par 
toute la terre que les Jacobins tiennent que tons les bommes 
ont des graces s^cffisantes. Que peut-on conclure de R\ sinon 
quils tiennent que tons les bommes ont toutes les graces qui 
son ndcessaires pour agir, et principalement en les voyant joints 
1 m^^^^^^^^^ d intrigue avec les Jesuites, qui I'entendent de'cette 
mrt; .' ^,"^f °™^*^ '^' .^°« expressions, jointe ^ cette union de 
parti, nest-elle pas une mterprdtation manifeste et une confir- 
mation de 1 uniformite de vos sentiments ? 

vdriHbT. iT/f ^r ^^"^^°^^^«<^ ^"^ tbdologiens quel est le 
veritable dtat de la nature depuis sa corruption? Saint Au- 
gustin et ses disciples repondent qu'elle n'a plus de grlce 
suffisante qu'autant qu'il plait ^ Dieu de lui en donner. Te! 
Jesuites sont venus ensuite, qui disent^ que tons ont des graces 



^ A, B "pour:' 

^ Ibid, omit presqiu: 

' A, B and C et discut. 



2 A, B «' d'lin autre." 
* A, B omit de la. 







; 1 


iM 


l 1 


mSM 


11 


1 



fill 



OS 



THE PnoVINClAL LETTERS. 



i 






LRTTRu cffectivcment suffisatitcs. On consulto les Dominicains sur 
cette contrarit<tc<. Quo font-ils h\-dossu3 ? lis s'unissent aux 
Jc^suites : ils font par cette union lo plus grand nombro : ils so 
apparent do coux (pii niont cos grAces suffisantos : ils dt^clarent 
quo tons lus honirncs en ont. Que peut-on penser do \k, sinon 
qu'ils autorisont les Jdsuites? Kt i)ui3 ils ajoutont quo ndan- 
moins ces grAcos suffisantos sont inutiles sans les efficaces, c^ui 
no sont pas donnees k tous. 

^ Voulcz-vous voir une peinture do I'Egliso dans cos diffc^rents 
avis ? Jo la consid^re comme un honuno qui, partant do sou 
pays pour faire un voyage, est rencontre par des voleurs (jui lo 
blossont du jilusieurs coups et lo laisseut k demi mort. II 
envoio (luerir trois rnedecins dans les villes voisines. Lo pre- 
mier, ayant sondb^ ses plaies. les jugo niortelies. ot lui ddclaro 
qu'il n'y a quo Dieu qui lui puisse roudre ses forces perdues. 
Lo second, arrivant onsuitc, voulut lo flatter, et lui dit qu'il 
avait encore des forces suffisantes pour arriver en sa maison; 
et, insultant' centre le premier, qui s'opposait h, son avis, forma' 
lo dessein de le perdre. Lo malade, en cet dtat douteux, 
apercevant do loin lo troisi^me, lui tend les mains, comme k 
celui (lui le devait determiner. Celui-ci ayant considdrt< ses 
blessuros, et su I'avis des deux premiers, embrasse le second, 
s'unit a lui, et tous deux ensemble so liguent centre le premier^ 
et le chassent honteusement, car ils dtaient plus forts en 
nombro. Le malade juge k co procddd qu'il est de I'avis du 
second, et, le lui demandant en effet, il lui dt^clare affirmative- 
ment que ses forces sont suffisantes pour faire son voyage. Le 
blesse neanmoins, ressentant sa faiblesse, lui demande k quoi il 
les jugeait telles. C'est, lui dit-il, parce que vous avez encore 
vos jambes; or les jambes sont les organes qui suffisent natu- 
rellement pour marcher. Mais, lui dit le malade, ai-je toute la 
force ndcessaire pour m'en servir ? car il me semble qu'elles 
sont inutiles dans ma languour. Non certainement, dit le 
mddecin ; et vous ne marcherez jamais effectivoment, si Dieu 
no vous envoie un secours extraordinaire" pour vous soutenir et 
' A, B c« insulta, 
* A, B son secours du del. 



^ A, B et forma. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



08 



vous comlu.rc. Eh q„oi ! <lit le malmlc. jo n'ai done pas en ^^^^^ 
moi Ics forces suffisantos. ot aux«ii.ollos il no manquo rion pour 
marcher effectivement ? Vous en 6te8 bion dlolgnd, h.i dit-il 
Vous Ctes done, dit lo blessd, d'avis contrairo h votro com* 
Va^mn touchant mon vdritablo dtat ? Je vous I'avoue lui 
ropondit-il. ' 

Que pensez-vous quo dit le malado? H so plaignit dii 
procc-de bizarre et des termes ambigus do ce troisil^me me.lecin. 
II lo blama do sCtro uni au second, (\ qui il dtait contraire 
de sentnnent, et avec loquel il n'avait qu'une conformity appa- 
ren te ; et d avoir chassd le premier, auquel il dtait conforme en 
effet. Lt apres avoir fait essai <le ses forces, et reoonnn par 
experience la vdntd de sa faiblesse. il les renvoya tons deux; 
et, rappe.nt le premier, so mit ontro ses mains, et, suivant son 
consei 1 d demanda k Dieu les forces qu'il confessait n'avoir 
pas; 1 en recent misdricorde, et par son seeours arriva heureuse- 
mcnt dans sa maison. 

Le bon pke, dtonnd d'nne telle parabole, ne rdpondait rien 
Et je lui dis doucemcnt pour le rassurer : Mais, apres tout, mon 
pere^ quoi avez-vous pensd de donner le nom de suffisante 
^ une grace quo vous dates qu'il est de foi de croire qu'dlo est 
insuftsante en effet ? Vous en parlez, dit-il, bien ^ votre also 

munautd. Nen savez-vous pas poser la diffdrence ? Nous 
dependons des supdneurs: ils ddpendent d'ailleurs. Us ont 
promis nos suffrages : quo voulez-vous quo jo devienne ? Nous 
1 entendimes ^ demi-mot, et cela nous fit souvenir de son con- 
frere^ qui a dtd rojdgud a Abbeville pour un sujet semblable. 
Mais, lui dis-je, pourquoi votro communautd s'est-elle en- 

gagee h admettre cetto ffraco? C'pst un o„f.« r 

j;- -1 rn , . b'"-^*^^ '-^est un autro discours, me 

dit-il. Tout CO quo JO vous puis' dire, en un mot, est que notre 

touchant 1 "T ^"'^ ' P" '^ ^^'^^""^ '' saint' Thomas 

touchant la grace efficaco. Combien s'est-il opposd ardemment 

lllZTu" ^°f "' ^' ^^°^^"^- ^^"^^i°" --t-il travailld 

JtbUS-CHRisT ! Ignorez-vous ce qui so fit sous Cldmont VIII et 
' A, B and C "vous en puis." 



I 



il- 







94 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



9! 



I! 





LPTTER Paul V, et que, la mort prdvenaat I'un, et quelques affaires 
d'ltalie empSchant I'autre de publier sa bulle, nos armefi sont 
demeurJes au Vatican ? Mais les Jdsuites, qui, d^s io com- 
mencemcnt de i'hdre'sie de Luther et de Calvin, s'dtalent pr^va- 
lus du peu de lumiere qu'a le peuple pour discerner I'erreur 
de cette heresie d'avec^ Ir. vdrite de la doctrine de saint 
Thomas, avaient en peu de temps r^pandu partout leur doctrine 
avec un tel progres, qu'on les vit bientofc maitres de la cr^ance 
des peuples, et nous en dtat d'etre de'cries comme dec Calvinis- 
tes, et traitds comme les Jans^nistes le sont aujourd'hui, si nous 
ne temperions la vJrite de la grace efficace par I'aveu, au moins 
apparent, d'une suffisante. Dans cette extrdmite que pouvions- 
nous mieux faire, pour sauver la vdrite sans perdre notra 
credit, sinon d'admettre le nom de grace suffisante, en niant 
qu'elle soit telle en effet? Voila comment la chose est 
arrivde (*). 

II nous dit C3la si tristement, qu'il me fit pitid ; mais non 
pas k mon second, qui lui dit: Ne vous flattez point d'avoir 
sauvd la verity : si elle n'avait point eu d'autres protecteurs, 
elle serait pdrie en des mains si faibles. Vous avez re9u dans 
I'Eglise le nom de son ennemi : c'est. y avoir re^u I'ennemi 
meme. Les noms sont inseparables des choses. Si le mot de 
grace suffisante est une fois affermi, vous aurez beau dire que 
vous entendez par la une grace qui est insuffisante, vous n'y 
serez pas re9us^ Votre explication serait odieuse dans le 
monde; on y parle plus sincerement des choses moins impor- 
tantos: les Jdsuites triompheront ; ce sera, en effet, leur grace 
suffisante qui passera pour etablio^ et non pas la votre, qui 
ne Test que de nom ; et on fera un article de foi du contraire de 
votre creance. 

Inous souffririons tons le martyre, lui dit le pere, plutot qua 
de consentir a I'etablissement de la grace suffisante au sens des 
Jesuites ; saint Thomas, que nous jurons de suivre jusqu'^ la 

1 A, B and C "pour en discerner Vcrreur cVavec." 
^ A, B 'vous ne se,cz point dcoutefi." 

3 A, B and C, " Ce sera leur grace suffisante en effet, et non pas la vntre, qui 
ne Vest que de nom, qui possera pour etablic." 



THE PBOVINCIAL LETTEBS. 



mais non 



95 



mort, y ^tant d.rcctement contrairo. A quoi m„n ami lui dif- LPrrEn 
Al ez, mo„ pJ,ro, votre ordre a re,,, x,o honneur qu'il m^nl' ^ 
mal. II abandonne cette grSce qui lui avait HA confife, et qui 
.> a jamais iii abandom^e depuis la cr&tion du moude Cette 
grace v.ctoneuse, qui a M attendue par les patriarches, pr^d e 
par OS propbetes, apporMe par J^sus-Chhist" prSch^e par sat t 
Paul, exp hqu^e par saint Augustin ie plus graud des ptre" 
ombrassfe' par ceux qui Tont suivi, confirmee par saint Bernird 
le temer des Kres, soutenue par saint Thomas IWe t 
I'cole transmise de Im 4 votre Ordre, maintenue' par taut de 
vos p6res, e s, glorieusement d,5fendue par vos relig eux sou! 
Ics papes Cl^^ment et Paul: cette grte eflicace, qui avTitX 
m,se comme on d,^p6t entre vos mains, pour Ivoi ZL u„ 

:r ititrfi T':- '-' ^^'^"*-^ ^-^ '"'«'«"-" 

au monde jusqu h la fin des temps, se trouve comme dflaissiie 
pour des mt<^rets s, indignes. II est temps que d'autres ma ,"! 
arment pour sa querelle; il est temps que Dieu suscitne 
<bsc.ples mtr^pides au Doeteur' de la'grL, qui, iirnt 1 
engagements du siS^ele, servent Dieu pour Dieu tT - 
pout bien nWoir plus les Dominicains 'pour dSseut-'Ii: 
elle ne manquera jamais de d^fenseurs, car elle les form; d" 
memo par sa force toute-puissante. Elle demande des c« L 
PU.J et degagfe; et elle-meme les purifie et les d J.e d 

W v Z- ' '""f "'P^''"- -- '- v..-it^s de l-lvlngSe 
In ^' P^'"' "' P'^"™" S^"^^ l"^ Dieu ne change 

e Hambeau de sa place, et qu'il' „e vous laisse dans ks 
t&ebres, et sans couronne, pour punir la froideur que vou avez 
pout ,me cause si importante k son Eglise' 

lleneiit biendit davantage, car il s'&hauffait de plus en 

plus Ma.s je Pinterrompis, et dis en me levant: E„ viit" 

men pere, si j'avais du crAlit en France, jo ferais oublier 7 

de irompe : "On fait a «Avn,„ , P"™""^ ^ son 

P UN PAIT A SAVOIB que quaud les Jacobins disent 

- . ' » '": • " '°™ ''"'' f''" '*«"■» i<" »»•■. " 

- A, a and C, tmiiitenur_ n a v 

' C, m mint doctor, "he eailisr M I,.™ • " ' "'"''"»*• 

'■ A anrl B omit qu'il. 



Theel 



^in,o pour punir, etc., la wanting in A and B. 



i 



U'l 



IP 

I r,.., 
I'll 



96 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



LETTER 



" que la grace suffisante est donn^e a tous, ils entendent que 
" tous n'ont pas la grace qui suffit effectivement." Apres quoi 
vous le diriez tant qu'il vous plairait, mais non pas autrement. 
Ainsi finit notre visite, 

Vous voyez done par 1^ que c'est ici une suffisance politique, 
pareille au pouvoir prochain. Cependant je vous dirai qu'il me 
semble qu'on peut sans pt^ril douter du pouvoir prochain, et de 
cette gr^ce suffisante, pourvu qu'on ne soit pas Jacobin. 

En fermant ma lettre, je viens d'apprendre que la censure 
est faite ; mais comme je ne sais pas encore en quels termes, et 
qu'elle ne sera publico que le 15 f^vrier, je ne vous en parlerai 
(jue par le premier ordinaire. Je suis, etc. 



NOTES ON LETTER !I. 

(1) See Introduction. 

(2) The Jacobin, or Dominican Order, was founded by Domingo 
Guzman (b. 1170, 1 1221) in 1215, confirmed by Pope Honorius III. in the 
following year, under the title of Fratres praedicatores. The title Jacobins 
was applied to them in France. 

(3) Le Sable.— Hhis measure of precaution against prolixity was intro- 
duced on the 17th of January, 165G, on the resumption of proceedings at 
the Sorbonne, when the question of Droit came under discus;-^ion. Wend- 
rock (Nicole) pointed out with reason that the reform would have been 
more appropriately introduced in the previous discussion, than in one in 
which long catenas of authority, the favorite weapon of Arnauld and his 
friend, had to be produced. (Note 2 in Epist. ii. Be Clepsydra.\ 

(4) It is unquestionable that a chftVge of Calvinism was more than 
once brought against the New Thomists by the Jesuits, previous to the 
coalition. In the book with the title Calvinismus religio bestiarum, written 
by The' oh. Eainaud under the pseudonym of de la Eivifere, the accusation 
is freely made. One reason for it is candidly confessed by Ripalda (torn. 
II. disp. 113, sect. 9, n. 53) :— "Bannez et plerique ejus discipuli, in publi- 
"cis disputationibua, privatisque sermonibus et scriptis ccEperunt notare 
"sententiam illam Pelagianam... Contra nostri ut notam Pelagianismi suae 
•' seutentiae vitarent, objiciobant oppositae notam Calvinismi." 

Pascal makes a chronological slip in placing the foundation of the 
Jesuits "des le commencement de Vher4sie de Lutlmr et de Calvin" over 
which Maynard and other apologists loudly triumph. 



EfiPONSE DU PROVINCIAL 



(1) 



AUX DEUX PREMIERES LETTRES DE SON AMI'. 



MONSIEUK, 2femier,1660. 

Vos deux lettres n'ont pas m pour moi seul Tout 
mo„de es vo.t, tout le monde les entend. tout le m ude e 
croit. Ele, ne sout pas seuloment estimfe par lea Th J' 
g.ons: elles sout eucore agr&bles aux geus du monde etintl" 
ligibles aux femmes mtoes. ' "*^'' 

Voici ce que m'en ,$crit un de Messieurs de I'Acaddmie de, 
P us ,il„s tres eutre ces hommes tous illustres. qui .CSt2^^, 

ant Ma m^mo.re de feu M. le Cardinal, voulftt recounattre 
la ju„sd,ct™ de son Aeaddmie fran^aise. Laut^ur de I 
Lettre sera, content, ear en qualifl d'Acad<imicien je con 
damnera.s d-autorit^, je bannirais, je proscrirais, pen ^ 'en W 
quejo ne d,e./..fe„,Wa« de tout mon pouvofr, ce "ouvoi 

"C r„Tn T' '"1 '^ T™'' """ ™"' ^' ^™^ savoir'aut". 
meut ce q„ ,1 demande. Le mal est que notre pouvoir Acad,? 
n .que est un pouvoir fort eloigud et Wnd. /en suis n a r " 
et je le sms encore beaucoup de ce que tout mon petit pouvdr 
nc saurait m'acquitter envers vous etc (2) " ^ 

aucu'Vsortei'^^r r:rn ' ""^ j'^ r ™" ■""">"-=" » 

^t, en euit a, uti. Dame qui lui avait fait tenir U 

' A omits de son ami, and the date 
One copy of A (in the library of the Institute at PariB) omits ru 
PASC. L. 

7 



lii in 

IV \ II 



n; 



98 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



J 



I! , 




premiJire de vos lettres: "Je vous suis plus obligee que vous 
" ne pouvez Tiinaginer, de la lettre que vous m'avez envoy^e ; 
" elle est tout h fait ing^nieuse, et tout k fait bien ^crite. Elle 
" narre sans narrer, elle dclaircit les affaires du monde les plus 
" embrouilMes, elle raille finement, elle instruit meme ceux 
" qui ne savent pas bien les choses, elle redouble le plaisir de 
"ceux qui les entendent. Elle est encore une excellente apo- 
" logie, et si Ton veut, une delicate et innocente Censure. Et 
" il y a enfin tant d'art, tant d'esprit, et tant de jugement en 
" cette lettre, que je voudrais bien savoir qui I'a faite (3)." 

Vous voudriez bien aussi savoir qui est la personne qui en 
dcrit de la sorte; mais contentez vous de I'honorer sans la 
connaitre, et quand vous la connaitrez vous I'honorerez bien 
davantage. 

Continuez done vos lettres sur ma parole ; et que la Censure 
vienne quand il lui plaira, nous sommes fort bien disposes a 
la recevoir. Ces mots de pouvoir prochain et de grace suffisante 
dont on nous menace, ne nous feront plus de peur. Nous 
avons trop appris des Jdsuites, des Jacobins, et de M. le Moine 
en combien de fa9ons on les toume et combien il y a peu de 
solidity en ces mots nouveaux\ pour nous en mettre en peine. 
Oependant je serai toujours, etc. 

1 A and B have *' quelle est la solidity de ces mots..." 



ilif 



g^e que vous 
ivez envoyt^e; 

dcrite. Ello 
onde les plus 
, meme ceux 

le plaisir de 
Kcellente apo- 
Censure. Et 

jugement en 
ite (3)." 

■Sonne qui en 
norer sans la 
onorerez bien 

ue la Censure 
en disposes k 
race suffisante 
peur. Nous 
M. le Moine 
il y a peu de 
;tre en peine. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



99 



NOTES. 

(1) It is not absolutely certain that this letter is Pascal's but th« 
majonty of cnt:cs decidedly incline towards receiving it N«^^ 

is peculiar, and very different fro^lflVJS'al^ tl. ""' 
v,„uB.y deCa^ ttat the, were ingenious p^S ;,* c7k«''^ 

in.ywow.«';a;:*ifCk;^^^^ 

Chapelam might have been the author. ^-QougnT; tnat 

(3) Many critics have professed to identify Mile dP cjonrix.^ -.i, ^-u 

or i-ort Koyal The Abbd Flottes, who devoted a special monographi to 

instead of vtrgo or puella, and doubts whether the epithet ins/laZZ 
have been deemed applicable to any but a person of hilh rnl P . 

^^^^Nouvel Maircissement d'un fait concernant Us Frovuu:iales. Montpellier, 




7-2 



I 



f 



1 . 



TROISIEME LETTRE\ 



POUR SERVIR DE REPONSE A LA PRE'CEDENTE. 



a 


i f 


9 






1 i 








'■ 




1 ; 




i • 




1 1 : 


n 


.i 



^1 



De Paris, ce 9 f6vrier 1G56. 

Monsieur, 

Je viens de recevoir votre lettre, et en meme temps 
Ton m'a apport^ une copie manuscrite de la Censure, Je me 
suis trouv^ aussi bien traitd dans I'une, que M. Arnauld Test 
mal dans ] 'autre. Je erains qu'il n'y ait de I'exces des deux 
cot^s, et que nous ne soyons pas assez connus de nos juges. Je 
m'assure que, si nous rations davantage, M. Arnauld mdriterait 
I'approbation de la Sorbonne, et moi ia censure de I'Acaddmie. 
Ainsi nos int^rets sent tout contraires. II doit se faire con- 
naitre pour ddfendre son innocence, au lieu que je dois denieurer 
dans I'obscurit^ pour ne pas perdre ma reputation. De sorte 
que, ne pouvant paraitre, je vous remets le soin de m'acquitter 
envers nies c^lebres approbateurs, et je prends celui de vous 
informer des nouvelles da la Censure. 

Je vous avoue, Monsieur, qu'elle m'a extremement surpris. 
J'y pensais voir condamner les plus horribles hdrdsies du monde; 
mais vous admirerez, comme moi, que tant d'^clatantes pre'pa- 
rations se soient aneanties sur le point de produire un si grand 
effet. 

Pour I'entendre avec plaisir, ressouvenez-vous, je vous prie, 
des (^tranges impressions qu'on nous donne depuis si longtemps 
des Jansdnistes. Kappelez dans votre mdmoire les cabales, les 
factions, les orreurs, les schismes, les attentats qu'on leur re- 

1 The modcin reprints add the heading : Injustice, ahsimlite, et nullite de la 
censure de M. Arnauld. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



101 



et nitlUte de la 



proche depiiis si longtemps ; de quelle sorte on les a ddcrids et letter 
iioircjs dans les ehaires et dans les livres, et combien ce torrent "'• 
qui a eu tant de violence et de durde, etait grossi dans ces 
dernieres anndes, oh on les accusait ouvertement et publique- 
ment d'etre non-seulement hdrt^tiques et schismatiques, mais 
apostats et infidMes ; " de nier le mjst^re de la transsubstantia- 
" tion, et de renoncer k J^sus-Christ et k I'Evangile." 

Ensuite de tant d'accusations si surprenante?, on a pris le 
dessein d'examiner leurs livres pour en fliire le jngement On 
a clioisi la seconde lettre de M. Arnauld, qu'on disait 6tre rem- 
phe des plus grandest erreurs. On lui donne pour examinateurs 
ses plus declares ennemis. lis emploient toute leur dtude k 
rechercher ce qu'ils y pourraient reprendre ; et ils en rapportent 
una proposition touchant la doctrine, qu'ils exposent k la cen- 
sure (^). 

Que pouvait-on penser de tout ce procddd, sinon que cette 
proposition, choisie avec des circonstances si remarquables, con- 
tonait essence des plus noires hdrdsies qui se puissent imaginer? 
Cependant elle est telle, qu'on n'y volt rien qui ne soit si claire- 
ment et SI formellement exprimd, dans les passages des P^res 
que M. Arnauld a rapportds en cet endroit, que je n'ai vu per- 
sonne qui en piit comprendre la diffe'rence. On s'imaginait 
neanmoms qu'il y en avait beaucoup', puisque, les passages des 
P5res dtant sans doute catholiques, il fallait que la proposition 
de M. Arnauld y m extr^mement^ contraire pour ^tre hdre'- 
tique. 

C'etait de la Sorbonne qu'on attendait cet dclaircissement. 
loute la chretiente avait les yeux ouverts pour voir dans la 
censure de ces docteurs ce point imperceptible au commun des 
homraes. Cependant M. Arnauld fait ses apologies, oti il donne 
en plusieurscolonnes sa proposition, et les passages des P^res 
( ou lU a prise, pour en faire paraitre la conformity aux moins 
clairvoyants. 

I f ' f ' fo^^"- Nicole has " post tot et tarn atroces criminationes. " 
Ibid, detestablen. (Nicole, nefandis.) 

[ tS" T' ^'''^^^'- ^^'« Nicole follows the earlier reading. 
Ibid, horriblement. 




102 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



letter; ^^ II fait voir que saint Augustin dit, en un endroit qu'il cite, 

"que J(^sus-Christ nous montre un juste en la personne de 

"saint Pierre, qui nous instruit par sa chute de fuir la prt^- 

"somption." II en rapporte un autre du meme Pere, qui dit 

" que Dieu, pour montrer que sans la grace on ne pent rien, a 

"laissd saint Pierre sans grace (2)." H en donne un autre de 

saint Chrysostome, qui dit "que la chute de saint Pierre n'arriva 

" pas pour avoir ^t^ froid envers Jesus-Christ, mais parce que 

" la grace lui manqua ; et quelle n'arriva pas tant par sa ndgli- 

"gence que par I'abandon de Dieu, pour apprendre k toute 

" I'Eglise que sans Dieu I'on ne pent rien (3)." Ensuite de quoi 

il rapporte sa proposition accusde, qui est celle-ci : " Les Peres 

''nous montrent un juste en la personne de saint Pierre, it qui 

" la grdce, sans laquelle on ne pent rien, a manque' W." 

C'est sur cela qu'on essaye en vain de remarquer comment 
il se peut faire que I'expression de M. Arnauld soit autant 
diffdrente de celle des Peres que la vdrit^ I'est de I'erreur, et la 
foi de I'hdrdsie. Car oh en pourrait-on trouver la difference ? 
Serait-ce en ce qu'il dit "que les Peres nous montrent un juste 
"en la personne de saint Pierre ? " Saint Augustin I'a dit en 
mots propresS Est-ce en ce qu'il dit "que la gr^ce lui a 
" manqud ? " Mais le meme saint Augustin, qui dit " que saint 
"Pierre dtait juste," dit "qu'il n'avait pas eu la gr^ce en cette 
I' rencontre." Est-ce en ce qu'il dit "que sans la grace on ne 
"peut rien?" Mais n'est-ce pas ce que saint Augustin dit au 
meme endroit, et ce que saint Chrysostome meme avait dit 
avant lui, avec cette seule difference qu'il I'exprime d'une 
maniere bien plus forte ; comme en ce qu'il dit " que sa chute 
" n'arriva pas par sa froideur, ni par sa negligence, mais par le 
" defaut de la grace, et par I'abandon de Dieu ? " 

Toutes ces considerations tenaient tout le monde en haleine, 
pour apprendre en quoi consistait done cette diversite, lorsque 
cette censure si ceiebre et si attendue a enfin paru apks tant 
d'assembiees. Mais, heias ! elle a bien frustre notre attente. 
Soit que les docteurs Molinistes'' n'aient pas daigne s'abaisser 

1 A, B and C, " Mais saint Augustin..." 

'■^ A, B, " ces bans MoliniRtcs." Nicole ; boni illi MoUnista. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



103 



jiisqu'il nous en instruire, soit pour quelque autre raison secvfete, lexter 
lis n'ont fait autre chose que prononcer ces paroles: "Cette "'" 
"proposition est tdm^raire, impie, blasphdraatoire,' frapp^e 
"d'anatheinc, ct bdrdtique." 

Croiiioz-vous, Monsieur, que la plupart des gens, ee voyant 

trompes dans leur espdrance, sont entrds en mauvaise huraeur, 

et s'en i)rcnnent aux censeurs memes? lis tirent de leur 

conduite des consequences admirables pour I'innocence de M 

Arnauld. Eh quoi ! disent-ils, est-ce Ik tout ce qu'ont pu faire 

durant si longtemps tant de docteurs si acharnds sur un seul 

que de ne trouver dans tons ses ouvrages que trois lignes k 

reprendre, et qui sont tirdes des propres paroles des plus grands 

docteurs de I'Eglise grecque et latine ? Y a-t-il un auteur 

qu'on veuille perdre, dont les dcrits n'en donnent un plus 

si.dcieux prdtexte ? Et quelle plus haute marque peut-on pro- 

duire* de la foi de cet illustre accusd ? 

D'oti vient, disent-ils, qu'on pousse tant d'imprdcations qui 
se trouvent dans cette censure, oil I'on assemble tons ces 
termes'^'de poison, de peste, d'horreur, de tdmdritd, d'impidtd, 
"de blaspheme, d'abomination, d'exdcration, d'anatheme, d'he- 
"re'sie," qui sont les plus horribles expressions qu'on pourrait 
ormer centre Arius, et centre I'Antdchrist m^me, pour com- 
battre une hdrdsie imperceptible, et encore sans la ddcouvrir ? 
bi c est centre les paroles des Peres qu'on agit de la sorte, oti est 
la foi et la tradition? Si c'est centre la proposition de M. 
Arnauld qu'on nous montre en quoi elle en est diffdrente 
puisquil ne nous en parait autre chose qu'une parfaite con- 
tormitd Quand nous en reconnaltrons le mal, nous I'aurons en 
detestation : mais tant que nous ne le verrons point, et que 
nous n y trouverons» que les sentiments des saints P^res, concus 
et exprimds en leurs propres termes, comment pourrions-nous 
1 avoir sinon en une sainte ve'ndration ? 

VoiL\ de quelle sorte ils s'emportent ; mais ce sont des gens 
tiop pdndtrants. Pour nous, qui n'approfondissons pas tant les 

^ A, B and C have " produire de la virite de la foi." 
= A, B, "tous les])lu3 terribles termes." 
' Ibid, venous. 




104 



THE PROVINCIAL LETTERS. 






LETTER ohoses, tenons-nou3 en repos sur lo tout. Voulons-nous 6tro 
plus savants que nos maitres ? N'entrcprenons pas plus qu'eux. 
Nous nous dgarerions clans cette recherche. II ne faudrait rien 
pour rendrc cette censure hdrdtique.* II n'y a qu'un point im- 
perceptible entre cette proposition et la foi. La distance en est 
si insensible, que j'ui eu peur, on ne la voyant pas, de me rendre 
contraire aux docteurs de I'Eglise, pour me rendre trop con- 
forme aux docteurs de Sorbonne; et, dans cette crainte, j'ai 
jugd nt^ccssaire de consulter un de ceux qui, par politique'^ 
furent neutres dans la premiere question, pour apprendre de lui 
la chose vdritablement. J'en ai done vu un fort habile, que je 
priai de me vouloir marquer les circonstances de cette diffe- 
rence, parce que jo lui confessai francliement que je n'y en 
voyais aucune. 

A quoi il me rdpondit en riant, comme s'il edt pris plaisir 
^ ma naivetd^• Que vous etes simple, de croire qu'il y en ait I 
Et oh pourrait-elle etre ? Vous imaginez-vous que, si Ton en 
eM trouv(^ quelqu'une, on ne VeiXt pas marquee hautement, 
et qu'on n'eiit pas 4t6 ravi de I'exposer k la vuo de tous les 
peuples dans I'esprit desquels on veut ddcrier M. Arnauld ? Je 
reconnus bien, a ce pen de mots, que tous ceux qui avaient etd 
neutres dans la premiere question ne I'eussent pas 4t6 dans la 
seconde. Je ne laissai pas ne'anmoins de vouloir ouir ses rai- 
sons*, et de lui dire : Pourquoi done ont-ils attaqud cette propo- 
sition ? A quoi il me repartit : Ignorez-vous ces deux choses, 
que les moins instruits de ces affaires connaissent: I'une, que 
M. Arnauld a toujours ^vitd de rien dire qui ne fut puissam- 
ment fondd sur la tradition de I'Eglise ; I'autre, que ses ennemis 



1 Here A, B added:— "ia veritS est si delicate, que, pour peu qu'on s'en 
"retire, on tombe dans Verreur; mais cette erreur est si deliee, que, sans mevie s'en 
'' Eloigner, on se trouve dans la verite." II n'y a etc. Modern editors, who have 
restored the sentence, are nr c without excuse. 

'^ A and B omit par politique, words added by the MS. annotator in M. 
Lesieur's copy (p. 36, note). 

3 Some copies of the 4° omit comme s'il eut, etc., which would therefore 
represent one of Pascal's earliest corrections. 

■* B, and some 4°', omit the sentence Je reconnus bien... substituting Mais, 
hd dis-je, pourquoi, etc. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



105 



on ndanmoms rdsolu de I'en retranchor ?. quelque prix que ce L.rrTKu 
smt ; et qu amsi les ecrits de Tun ne donnant aucime prise aux "^• 
dessems des autres, ils ont dtd contraints. pour satisfaire leur 
passion, de prendre une proposition telle quelle, et de la con- 
daniner sans dire en quoi, ni pourquoi ? Car ne savez-vous 
pas comment los Jansdnistes les tiennent en dchec et les pres 
sent SI funeusement, que, la moindre parole qui leur dchappe 
conti. les pnncipes des P^res, on les voit incontinent accablds 
par des volumes entiers, ovV ils sont forces de succomber: de 
sorto quapres tant d dpreuves de leur faiblesse, ils ont m^4 plus 
. propos et plus facile de censurer que de repartirf pLce 
1 u leur est bien plus aisd de trouver des moines que des 

Mais quoi ! Im cli, je, la chose ,<tant ainsi, leur censure est 
mle; car quelle ereaace y aura-t-oa en la voyant saas fonde- 
1 nt, et rum^e par les rdponses quW y fera ? Si vous con- 

dtme autre sorte, Leur censure, toute censurable qu'elle est 
aura presque tout son e«fet pour ua temps; et quoL'=t force 
den montrer IWalidit^ il s„it certain quW la fera eatead e U 
est auss.ver.tabk que d'abord la plupart des esprits en seront 
auss. fortement frappds que de la plus juste du monde. Peurvu 
quon c„e dans les rues : "Voici la censure de M. Arnauld. 
VO.C. la coadamnafon des Jansdaistes ! " les J&uites auroat 
kur cempte. Comb.en y en aum-t-il peu qui la lisent I com- 
bien peu de ceux qu. la liront qui I'entendent ! eombien peu 
qu.aper9e.vent quelle ne satisfait point aux objeetieas! Qui 
croye.-vous qu. preane les choses k coeur, et qui entreprenne de 
los exan,.ner a fond ? Voye. done combiea il y a dWml ea 
cela pour les ennemis des Jans&istes. lis sont'^ste par li d^ 
ta„„q,her, qu„.que d'un vain triomphe k leur ordinaire, au 
men duraat quelques mois; c'est beaucoup pour eux- ils 
ciercberontensuite quelque aouveau moyen de Lbsister. ' lis 
Mvent au jour la journee. C'est de cette sorte qu'ils se sont 

^ M.i,difflc„l, to defend the employment of ,u here, in the «=me of ,„„, 




lOG 



THE PROVINCIAL LKTTERS. 



'i iSr 



LKTTKii inaintcnus jufiqu'ti prt<scnt, tttnt6t par un catdchisme ofi un 
enfant condamno lours adversaircs, tant6t par une procession ob. 
la gn\ce suffisante mc-no I'efficaco en trionipho, tant6t par une 
coniL'diu oil les diablos cmpartcnt Jansenius ; uno autre fois par 
un almunach, uiaintonant par cette censure C^). 

En vc^rite, lui dis-je, je trouvais tantot k rcdiro an ■proc6i\6 
des Molinistes; inais, apr^s ce que vous m'avez dit, j'admire 
leur prudence et lour politujue. Je vois bien qu'ils no pou- 
vaient rien fairo de plus judicieux ni do plus sftr. Vous I'enten- 
dez, mo dit-il : leur plus sftr parti a toujours 4t6 de se tairo. 
Et c'est CO qui a fait dire t\ un savant th«5t)l()gien "que les pins 
" habiles d'entre eux sent ccux (pii intriguent bcaucoup, qui 
"parlont pen, et qui n'c^crivent point." 

C'est dans cot esprit que, des le commencement des assem- 
blies, ils avaient prudemment ordonne que, si M. Arnauld 
venait en Sorbonne, ce no filt que pour y exposer simplement 
ce ([u'il croyait, et non pas pour y entrer en lice centre per- 
sonno. Les examinateurs s'tHant voulu un peu e'carter de cette 
methode, ils no s'en sent pas bien trouves. lis se sent vus trop 
fortoment* rt^futds par son second apologdtique. 

C'est dans ce m^me esprit qu'ils ont trouvd cette rare et 
toute nouvelle invention de la demi-heure et du sable. lis se 
sent ddlivrds par la de I'importunitd de ces docteurs qui entre- 
prenaient de refuter toutes lours raisons, de produire les livres 
pour les convaincre de faussetd, do les sommer de rdpondre, et 
de les rdduire^ bt, ne pouvoir rdpliquer (6), 

Ce n'est pas qu'ils n'aient bien vu que ce manquement 
de liberte, qui avait portd un si grand nombre de docteurs h se 
retirer des assemble'es, ne ferait pas de biea ;. ieur censure ; et 
que I'acte de protestation de nullitd qu'en a,vnit t'ai M. ArnauJ, 
des avant qu'elle fut conclue, serait un mauvais prdambule' 
pour la faire recevoir favorableraent. lis croient assez que ceux 

1 A and B, vertement. 

» Ibid. "Ils se sont d61ivr6s par la de rimportunit6 de ces fticheux docteurs 
"'{■li prem'ent plaisir a refuter..., a i^roduire..., a les sommer , et a les 

* A, B, ct que Vacte dc M. Arnauld serait un vtauvah prSambuk... 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



107 



qt.i ne sont pas pn<oocupc<8> consid^rent pour \v moins autant lo i^rm 
jugo.nout .lo soixante-dix dortours qui u'avaient rieu t\ KULMior "'' 
en .lofoudant M. Aruaul.l, quo colui d'u„o ceutaine dautres qui 
11 aviiient rien i\ pordre en lo coudaninant. 

Mais, aprl'9 tout, ils ont pousd quo c'etait toujours bom.coup 
davoHunoconHuro.quoiqu'ollo ne soit (jue d'uno partie de la 
.Surboiiue. et non pas de tout le corps ; quoiqu'ollo soit faito 
avec pou ou point do libortd, et obtenuo par boaucoup de 
n;e.u,s n.oyons qui no sont pas des plus roguliers; quoiqu'ollo 
11 explujue rieu de ce qui pouvait 6tre en dispute; quoiqu'ollo 
ne uianiuo ponit en quoi consisto cette hdr^sie, et qu'on y parlo 
peu do crainte de se rndprendre. Ce silence mC>me est un 
n.ystero pour les simples; et la censure en tirera cet avantarre 
smguher, quo les plus critiques et los plus subtils thtiolo-^ens 
n y pourront trouver aucuno mauvai.se raison 

Mottoz-vous done I'esprit en repos, et no craignez point 
a otro hordti.pie en vous servant de la proposition condan^ndo 
Llle n est mauvaise que dans la seconde lettre de M Arnauld 
No vous en voulez-vous pas fier k ma parole ? croyez-en M le 
Momoje plus ardent des examinateurs, qui. en parlant encore 
CO uuitm a un docteur de mes amis qui lui demandait' en quoi 
con,s.ste cotte difference dont il s'agit, et s'il ne serait plus 
perrnis de du-e ce qu'ont dit les Peres : " Cette proposition lui 
^^ a-t-il excellemment re<pondu, serait catholiquo dans une autre 
boucherce nest que dans M. Arnauld que la Sorbonne I'a 
ondamnde(7) Et ainsi admirez les machines du Molinisme, 
qui font dans I'Eghse de si prodigieux renversements, que ce 
qui est cathohque dans les Pferes devient hdrdtique dans M 
Arnauld; que ce qui dtait hdrdtique dans les Semi-Pdlagiens 
aevient orthodoxe dans les dcrits des Jt<suites; que la doctrine 
SI ancenne de saint At.gustin est une nouveautd insupportable 
l^t que les inventions nouvelles qu'on fabrique tons les jours 

me quit'aTs)^''''"' ^'"' ^'''''''""' ^'' ^' ^^^'''- ^"^ '^^^' ^^ 

' Il)id. (hq)es. 



Il !l 



if 
I 



t ->■■■!' i 



108 



THE PROVINCIAL LETTERS. 







LKfTER Cette instruction m'a servi*. J'y ai compris que c'est ici 

une h(^rdsie d'une nouvelle espece. Ce ne sont pas les senti- 
raents de M. Arnauld qui sont ht5rdtiques ; ce n'est que sa 
personne. C'est une hdresie personnelle. II n'est pas hdr^tique 
pour ce qu'il a dit ou ^crit, mais fajulen.ent pour ce qu'il est 
M. Arnauld. C'est tout ce qu'on trouve k redire en lui. Quoi 
qa'il fasse, s'il ne cesse d'etre, il ne sera jamais bon catholique. 
La grace de saint Augustin ne sera jamais la veritable tant 
qu'il la defendra. Elie le deviendrait, s'il venait a la corn- 
battre. Ce serait un coup sur, et presque le seul moyen de 
i'e'tablir, et de dt^truire le Molinisme ; tant il porte de malheur 
aux opinions qu'il embrasse^ 

Laissons done la leurs differends. Ce sont des disputes de 
tlidologions, et non pas de thdologie. Nous, qui ne sommes 
point docteurs, n'avons que faire k leurs demelds. Apprenez 
des nouvelles de la censure k tous nos amis, et aimez-moi 
autant quo je suis, etc.^ 

^ A, B, m'a ouvert les yeux. 

" Faugcre quotes a MS. note of a variation: "II faut done que M. Arnauld 
ait bien des mauvais sentiments pour infecter ceux qu'il embrasse." 

3 A, B and C add : Momieur, votre tres-humble et tres-ohiissant servitcur, 
E. A. A. B, P. A. F. D. E. P. Of this hieroglyphic two solutions are offered. 
One, which was furnished by some friends of Nicole, transposes the order of the 
letters, and renders the meaning : Blaise Pascal, Auvergnat, Fils D'Etienne 
Pascal, Et Antoine Ai'nauld. The Abbe Maynard suggests Et Ancien Ami, 
Blaise Pascal, etc. 



i: I 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



109 



NOTES ON LETTER III. 



que M. Arnauld 



(1) Pascal 13 here a little unfair. The commencement of hostilities 
was on the side of Port Royal at any rate, in the refutation of Garasse 
an.l no single pamphlet appeared on this side without some incrimination 
of Pelagiamsm. The Seconde Lettre was clearly a party manifesto, and the 
writing by which Ariiauld's opinions could be most fairly judged. 

(2) Tlie passages especially relied on were the following : "Secutus est 
,Petrus) Donnnum passurum, sed tunc non potuit sequi passurus. Pro- 
mimt se moriturum pro illo, et non potuit nee cum illo....Plus promiserat 
qnani poterat." (Ed. Bened. v. de divers. Senn. 2D6, c. 1.) And espeXl " 
Quid est homo sine gratia Dei, nisi quod fuit Petrus cum negaret Chri3- 
ttmi ? Et ideo beatum Petrum paululum Dominus suhdeseruit, ut in illo 

..turn honmium genus posset agnoscere, nihil so sine Dei gratia pra3va- 
lere. (Ibid, append. Serm. 79.) This sermon, it must be added, is regarded 
with suspicion by sonie critics. The Louvain editors call it c/«in«, others 
supponUHusaml the Benedictines remark : -stylus revera non saj ^f Avan. ■ 
tnunn. Tins crit:.ism sufiars in being based rather on subject. . than 
"diplomatic" grounds. But it cannot be urged, at any rate, against the 
Senn. ce sancUs (285 in Ed. Bened. v.), where the wori, also quoted by 
Aniaidd^ are to be found : " Nisi desert., non negaret : nisi resplctus non 

iJ^\ T'^^Jl'^ot/^^on from Chrysostom is made up of two passages, one 

S:^:r;hS:^r '^ '-''- '-''-' ''- -''- ^-- ^«- - - ^^« 

(4) See for Arnauld's words supra, Note (4) on Letter I. 

(5) The procession referred to by Pascal took place at the Jesuit 
College of Macon during the carnival of 1651. According to Maynard a 
young man disguised as a nymph dragged a bishop afte: him, whose f;ce 
was covered with crape, and his hea.l with a paper mitre. Tl "shop 

I resented Jansenius, and the nymph was declare.l by a label to be Z 
^:tT ^\''):^'^y The tragedy or eomedy'was acted at tt 

^N.is puWished 111 December, 1053, and was entitled : la m-oute et la Con 
Man desJansMstes. It was an e.xpression of triumph at ^ e re^^^i 
co,ulemnat,on of the 5 points by the Pope, Innocent X. He is represeS^ 
sumnmded by symbolical figures, threatening the unfortunate li^^ S 



! Li 



n 



i f 





I 



t\y- 



110 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



a sword, who, on his side, is making his escape to a quarter where Calvin is 
awaiting him. (See a full description in Sainte-Tleuve, Port-Royal ii. 323 
and Maynard, i. 132.) This effusion of bad feeling and bad taste was 
unfortunately answered by de Saci in a manner which Sainte-Beuve most 
impartially and jubtly condemns, viz. the Enluminures, a copy of the 
second edition of which is lying before me. It contains a general at Lack 
upon the Jesuits, criticising, among other things, the Imago primi swculi, 
Le Moine's Devotion ais^e, Brisacier's Jans^niame confondu, etc. One brief 
quotation will suffice : — 

" Ce I'etau, ce vaillant athlete. 
Qui devoit mettre dans sa pochette 
Arnauld, et ses approbateurs. 
Seize Euesques, et vingt Docteurs : 
Qui devoit calmer cette noise 
Par son eloquence Gauloise ; 
A dans cette lutte fameuse 
Signal^ sa cheute honteuse ; 
Et ce gdant haut k la main 
A paru plus foible qu'un nain." (p. 17.) 

Eacine, in his letter to the author of the Imaginaires, is justly severe 
upon the " froides plaisanteries " of the Enhiminures. 

(6) This limitation of oratorical prolixity hardly merited Pascal's 
sarcasm. It clearly cut both ways, for Pascal cannot have thought that 
Arnauld's opponents had nothing to say for themselves, even assuming 
that they " found it easier to procure monks than reasons." The editor of 
Arnauld's works alleges, in his Pr(fds historique prefixed to vol. xix. that 
the restriction was meant to hamper Arnauld in quoting long catenas ivom 
the Fathers, his special weapon in the Question de Droit. 

(7) Maynard points out truly that utterances of a heretic have been 
condemned, which would have passed unnoticed or uncensured from one of 
the orthodox. He might also have quoted the cases of Fathers who have 
uttered sentiments afterwards condemned. Cyril of Alexandria is a case 
in point, and many others could be mentioned. 

(8) Cf. Introduction ii. supra. 



QUATEIEME LETTEE 



,, De Paris, ce 25 fevrier 165C. 

MOSSIEUB, 

II n'est rien tel que les J&uites. J'ai bien vu des 
Jacob.us, des docteum, et de toute sorte de gens; mais una 
parei le vs.te manquait k mon instruction. Les autres ne font 
que les copier. Les clroses valent toujours mieux dans leur 

pagnd de mon fidMe Jans^nrste qui vint' avec moi aux Jacobins 
"°»™e J« fouliaitais particuli{,rement d'etre felairci sur le 
suje d un chfferend qu'ils ont avec les Jans^nistes, touchant ce 
qii lis appellent la ffrdce actuelle, je dis k ce bon pere que ie lui 
sera,s fort oblig,^ s'il voulait m'en instruire; que je ne savais 
pas seulement ce que ce terme .signifiait : je le priai done de 
me rexphquer'. Tres-volontiers, n,e dit-il/ear j'aime les gen 
uneux. En vo.e, la definition. Nous appelons "grAce 4tu! 
le,unemsp,ratron de Dieu par laquelle il nous faU connaitre 
s v„lont_^,etparlaqueIle il nous excite , la vouloir aeco,;! 
Plir En quoi, lui dis-je, Mes-vous en dispute avec les 
Jansdn,stes sur ce sujet? C'est, me r#ondit-il, en le que 
nous voulons que Dieu donne des graces actuelles k tons Tel 
tommes,achaquetentation; parce que nous soutenons que s 
lou navait pas K chaque tentation la grdce actuelle pour ;-y 

^.<W™°2Sr,.t'. ''"'-"^^ """" ""- »**■ '"*™ ^'^»*. 

' Ibid, el j.- le priai de me Vexpliquer. 



1 


m 


i 




pit 

' t 


iM 


i 


, .:l.it 



I'i 



112 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



LKTTER point p(^cher, quclque p6ch4 que Ton commit, il ne pourrait 
jamais etre impute, Et les Jansdnistes disent, au contraire, 
que It.i p^chds commis sans grace actuelle ne laissent pas d'etre 
imputes : mais ce sont des reveurs. J'entrevoyais ce qu'il vou- 
lait dire ; mais, pour le lui faire encore expliquer plus claire- 
ment, je lui dis: Mon p^re, ce mot de grdce actuelle me brouille; 
je n'y suis pas accoutumt^ : si vous aviez la bont^ de me dire la 
meme chose sans vous servir de ce terme, vous m'obligeriez 
infiniment. Oui, dit le pfere ; c'est-a-dire que vous voulez que 
je substitue la definition a la place du de^fini : cela ne change 
jamais le sens du discours ; je le veux bien. Nous soutenons 
done, comme un principe indubitable, " qu'une action ne pent 
" etre imputde a pdchd, si Dieu ne nous donne, avant que de la 
" commettre, la connaissance du mal qui y est, et vine inspira- 
"tion qui nous excite k I'^viter." M'entendez-vous mainte- 
nant (l) ? 

Etonn^ d'un tel discours, scion lequel tons les pdchds de 
surprise, et ceux qu'on fait dans un entier oubli de Dieu, ne 
pourraient etre imputes, puisque avant que de les commettre 
on n'a ni la connaissance du mal qui y est, ni la pensee de 
I'dviter*, je me tournai vers mon Jansdniste, ot je connus bien, 
K sa faijon, qu'il n'en croyait rien. Mais, comme il ne repondait 
point^ je dis a ce pere : Je voudrais, mon pere, que ce que vous 
dites fut bien veritable, et que vous en eussiez de bonnes 
pi3uves. En voulez- vous ? me dit-il aussitot; je m'en vais' 
vous en fournir, et des meilleures ; laissez-moi faire. Sur cela, 
il alia chercher ses livres. Et je dis cependant k mon ami : Y 
en a-t-il quelque autre qui parle comme cclui-ci ? Cela vous 
est-il si nouveau ! me re'pondit-il. Faites (^tat que jamais les 
Pt;res, les papes, les conciles, ni I'Ecriture, ni aucun Hvre de 
pie'te, meme dans ces derniers temps, n'ont parl^ de cette sorte : 
mais que, pour des casuistes, et des nouveaux scolastiques, il 
vous en apportera un beau nombre. Mais quoi ! lui dis-je,je 

1 The whole sentence, puisque avant... is wanting in the earher edd. 
3 A, B and C, mut. 

' The old form vas is fonnd in the earlier editions. After the middle of the 
century it became obsolete. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



113 



middle of the 



me moque de ces auteurs-1^, s'ils sont contraires k la tradition, .ktteu 
Vous avez raison, me d:t-il. Et, ^ ces mots, le bon pfere arriva ''• 
charge dehvres; et m'offrant le premier qu'il tenait : Lisez, me 
dit-il, la homme des p^ches du p^re Bauny. que voici; et de la 
cmquieme edition encore, pour vous montrer que c'est un bon 
hvre. Cest dommage, me dit tout bas mon Jans^niste, que 
ce livre-la ait ^ condamnd k Rome, et par les dv^ques de 
France (2). Voyez, me dit le p^re, la page 906. Je lus done 
et je trouvai ces paroles : " Pour p^cher et se rendre coupable 
dcvant Dieu; il faut savoir que la chose qu'on veut f/r ne 
vaut nen, ou au moins en douter, craindre; ou bien juger que 
Dieu ne prend plaisir >. Faction K laquelle on s'occupe, qu'il 
|a^clefend et nonobstant la faire, franchir le saut, et passer 

Voila qui commence bien, lui dis-je. Voyez cependant. me 
dit-il ce que c est que I'envie. C'dtait sur cela que M. Ha llier 
avant qu d ^ de nos amis, se moquait du p Je Bauny, et lui 
apphquait ces paroles: Ecce qrd tollit peccata rru,.di ;'' Yoil^ 
celui qui ote les pdchds du monde." II est vrai, ki dis-je! 
que voila une redemption toute nouvelle, selon le pere Bauny 

En voulez-vous, ajouta-t-il, une autorite' plus authentique ? 
voyez ce hvre du p^re Annat. Cest le dernier qu'il a fait 
con ^ M. Arna.dd; lisez la page 34. oti il y a une oreille(3)" 

«ew1 . "' ""'-I ''' P^'^'''' "^ '"'""' apprehension. 

" I'nK ; f • ''' !' '" "^""'^ ^' ^' '^'^^^^^' ^"^"«^ connaissance de 
" rti f n' ""'^ actes d'amour de Dieu, ou de con- 

^^ ntion, n a aucune gr^ce actuelle pour exercer ces actes : mais 
I est ™ aussi qu'il ne fait aucun pdche en les omettant; et 
que, sil est damnd, ce ne sera pas en punition de cette omis- 

"mL f "^"i ^^""'^ ^'^°'' ^^''' ^^''- "^^ «^ P^"t dire la 
meme chose d'une coupable commission." 

Qurdt.; VT '' ^°"-"--? Car il n'oublie' rien. 
Quendites-vous? que cela me plait! lui rdpondis-je ; quo 

1 Modern editors have substituted comme. 
PASC. L. 

8 



m 



\ ■ 

4 


I ngl 


i 


:^^H!| 


^'•iilffl 


■Hhi 


ttji 


l£:l 


■ 


■ftiil 



11 



114 



THE PROVINCIAL LETTERS, 



i 



.ETTEii j'eu vols du belles couseciiiences. Je perce deja dans les suites : 
que do mystcres s'offrent k moi ! Je vois, sans comparaison, plus 
de gens justifies par cette ignorance et cot oubli de Dieu, quo 
par la grace et les sacrenients. ]\Iais, men pore, ne me donnez- 
vous point une fausse joie ? N'est-ce point ici quelque chose 
de seniLlable a cette svffimnce qui nc snflfit pas ? J'apprehendo 
furieuseniont le distinguo: j'y ai deja ete attrape\ Parlez-vous 
sincerenient ? Coniuient ! dit Ic pore en s'echauffant, il n'en 
faut pas railler ; il n'y a point ici d'equivo(pie. Je n'en raillo 
pas, lui dis-je; mais c'est que je crains a force de desirer. 

Voyez done, me dit-il, pour vous en mieux assurer, les ecrits 
de M. le Moine, qui I'a enseignd en pleine Sorbonne. II I'a 
appris de nous, a la vt^rite ; mais il I'a bien ddmele. O qu'il I'a 
fortcment etabli ! il enseigne que, pour faire qu'une action soit 
pe'che, il faut que toutes ces chases se passent dans I'dme. Lisez 
et pesez chaque mot. Je lus done en latin ce que vous verrez 
ici en fran^ais. " 1. D'une part, Dieu repand dans Tame quel- 
" que amour qui la penche vers la chose commandde ; et, de 
" I'autre part, la concupiscence rebelle la sollicite au contraire. 
" 2. Dieu lui inspire la, connaissance de sa faiblesse. 8. Dieu 
" lui inspire la connaissance du medecin qui la doit guerir. 4. 
" Dieu lui inspire le desir de sa guerison. 5. Dieu lui inspire 
" le de'sir de le prior et d'implorer son secours (^)." 

Et si toutes ces choses ne se passent dans Fame, dit le 
Jesuite, Taction n'est pas proprement pt^che, et ne peut etre 
impute'e ; comme M. le Moine le dit en ce meme endroit et 
dans toute la suite. 

En voulez-vous encore d'autres autorite's? en voici. Mais 
toutes modernes, me dit doucement mon Jans^niste. Je le vois 
bien, dis-je ; et, en m'adressant a ce pere, je lui dis : mon 
pere, le grand bien que voici pour des gens de ma connaissance! 
il faut que je vous les amene. Peut-etre n'en avez-vous guere 
vu qui aient moins de peches, car ils ne pensent jamais a Dieu; 
les vices ont prevenu leur raison : " lis n'ont jamais connu ui 
"leur infirmite, ni le medecin c[ui la peut guerir. lis n'out 
"jamais pense a desirer la sante do leur ame, et encore moins 
1 A, B, and C, invert the order of ileja and ^te. 



'?■ i 


V- 





THE PIIOVINCIAL r.ETTERa. 



115 



, p. 0, 15,eu.lo a Icur .lonnor:" ,lo sorto q„'il, .„„t encore ..^p,. 

,™a,» en J« pc„K& d aimer Diau, „i ,r&ro contrits <le 1„1 

pc'cla.: ,0 sorto quo. .olon k poro Annat, ik n'ont oomm s 

ano, n pocl.o par lo ddfaut ,le charitd ot .Ic pA.iteneo : lo^Hte 

rt Ian, t,no rochorOo continuello do tctes' sorto. do pla s.™ 

do„t.,a,na,,lomo„Khoro.„„rd.,„-ai„torr„™p„ b oours t2 

cos oxoos ,„o fa,sa,o„t croiro lour pertc assured; „,ai,. mon p J 

B.5„, s„yc.-vo,„. ™o„ pfc,e, ^„i |,„jifi^^ ^^j^^. ^^• 

...re, appreunont >. gu6ir le. Ame, par do.s a.,»tdriJs p<;„ible,' 

.e,o,„ent malade. .,e portent bien. la bonne voie ponrltre 
l.c„re„x en CO monde et en ra.,tre ! J'avais to.,jo.L ponll 
q..o„ p.y,n.f d'antant ph,.s qn'on pensait lo moins " D o„ 

de uy plus penser ,,„ tont, tomes cheses devioiment pures p„„r 
i ave>„r. Po.nt de ees pc^chonrs ,\ de.ni, q„i ont qnelL amour 
po...- la vertn ; Us soront tons da,nn& cos clomi-plhem-s Ma 
P«..r ces fi-anes pe'ehenrs, pechenrs endnrci., p/eheurs sans mT 
ange ple,ns et aehev&, I'enfer no les tient ,«s : ils ontZl; 
le diable a force de s'y abandonner. ^ 

Le bon pore, qni veyait assez clairement la liaison de co, 

"Zt' . ''™,™"" ""'""'^''^ ™"">™' »™« «a.,vons ces 

vo>.s pa,lez sera.ent sans p<?cM, s'ils n'avaient jamais en de 
pensees de se eonvertir, ni do ddsirs de se donnor a Diou Ma s 

P^c .0, ,,n homme sans Im donner anparavant la vue du mal 
q ..1 va fa,ro et lo dfe „„ d'<!viter lo p&ho. o., an moins d"m 
plover son ass.staneo ponr le po.,voir .^viter : et il nVa one Z" 
Jausomstes qni disent lo contraiio (6). "^ 7 a que les 

Eh quoi! mon p^re, lui repartis-je, est-ce \k I'h&dsie de, 
Jansemstes. de nier qu'a ohaqne fois' ^n'on fait nr;:^ i 
A. IS, and C, (,„,«„„„. 'mi.0c,„U. 

S— 2 



t I 



I 



ill 



1 i 



i t 
i ■ 




116 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



LETTER vient un remords troubler la conscience, malgre leqiicl on ne 
laisse pas do franchir le snut et do passer outre, comme dit le 
pfere Bauny ? C'cst une assez plaisante chose d'etre herdtique 
pour cela ! Je croyais bien qu'on fi\t damnd pour n'avoir pas de 
bonnes pensdes ; mais qu'on le soit pour ne pas croire que tout 
le monde en a, vraimont je no Ic pensais pas'. M.ais, mon -phre, 
je me tiens oblige en conscience do vous desabuser, et de vons 
dire qu'il y a milie gens qui n'ont point cos desirs, qui pechent 
sans regret, qui pachent avec joie, ({ui en font vanitti. Et qui 
pent en savoir plus de nouvelles quo vous ? II n'est pas que 
vous ne confessioz quelqu'un de ceux dont je parle ; car c'est 
parmi les personnos de grande qualite cpi'il s'en rencontre d'or- 
dinaire. Mais prenez garde, mon pere, aux dangereuses suites 
de votre maxime. Ne rcmarquez-vous pas quel effet elle peut 
faire dans ces libertins qui ne cherclient qu't\ douter de la reli- 
gion ? Quel prdtexte leur en offrez-vous, quand vous leur dites, 
comme une v^ritd de foi, qu'ils sentent, a chaque pt^ch^ qu'ils 
commettent, un avertissement et im desir interieur de s'en 
abstenir 1 Car n'est-il pas visible qu'etant convaincus, par leur 
propre experience, de la faussetd de votre doctrine en ce point, 
que vous dites etre de foi, ils en etendront la consequence k 
tons les autres ? Ils diront que si vous n'etes pas veritables en 
un article, vous etes suspects en tous: et ainsi vous les obligerez 
a conclure, ou que la religion est fausse, ou du moins que vous 
en etes mal instruits. 

Mais mon second, soutenant mon discours, lui dit : Vous 
feriez bien, mon piire, pour conserver votre doctrine, de n'expli- 
quer pas aussi nettement que vous nous avez fait ce que vous 
entendez par grace actuelle. Car comment pourriez-vous decla- 
rer ouvertement, sans perdre toute creance dans les esprits, 
" que personne ne peche qu'il n'ait auparavant la connaissance 
" de son infirmite, celle du medecin, le ddsir de la gudrison, et 
" celui de la demander a Dieu ? " Croira-t-on, sur votre parole, 
que ceux qui sent plongds dans I'avarice, dans I'impudicite, dans 

' Faugere gives the following variation from the MS. : " Je croyais bien qu'on 
" flit damno pour n'avoir pas eu de bonnes pensees ; mais pour croire que per- 
'• Sonne n'cn a, ccla m'est nouveau." 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



117 



les blasphemes, dans le <luel, dans la vengeance, dans les vols, letter 
ihm les sacrileges, aient vdritablement le dc^sir' d'embrasser la '''" 
chastetd, l'humilit(^, et les autres vertus chrc^tiennes ? 

Pensera-t-on que ces philosophes qui vantaient si haute- 
meiit la puissance de la nature en connussent I'infirmHd et le 
medeciu ? Direz-vous que ceux qui soutenaient, comme une 
niaxune assure^e. "que ce n'est pas Dieu qui donne la vertu* et 
"qu'il ne s'est jamais trouvd personne qui la lui ait demandie," 
pensasseut a la lui demander eux-memes ? 

Qui pourra croire (lue les Epicuriens, qui niaient la Pro- 
vidence divme, eussent dcs mouvements de prior Dieu, eux qui 
d.saient "que cV'tait lui faire injure de I'implorer dans nos 
"besoins comme s'il eM 4t6 capable de s'amuser k penser k 
nous ? ^ 

Et enfin, comment s'imaginer que les idoiatres et les athdes 
aient dans toutes les tentations qui les portent au pdch^, c'est- 
a-dire une mfinitd de fois en leur vie, le desir de prior le vrai 
Dieu, qu'ils ignorent. de leur donner les vraies^ vertus qu'ils ne 
connaissent pas ? 

Oui, dit le bon pere d'un ton rdsolu, nous le dirons: et 
ph.tot que de dire qu'on peche sans avoir la vue que I'on fait 
inal, et le ddsir de la vertu contrairo, nous soutiendrons que tout 
le mondo, et les impies et les infideles, ont ces inspirations 
et ces desirs a chaque^ tentation. Car vous ne sauriez me 
--^trer, au m. ins par lEcriture, que cela ne soit pas (6) 

■^ pns la parole a ce discours p.nir lui dire : Eh quoi ! mon 
-.ut-il recourir a TEcriture pour montrer une chose si 

rnoJ ■ - r ''* r' ''' "" P'"'^ ^' ^"^' ^^ ^"^"^^ de raisonne- 
ment; ces une chose de fait; nous le voyons. nous le savons, 
uous le sentous. ' 

Mais mon Jans&iste, se tenant dans les termes one le ofere 
te^ pas. et puisqu'U est eorit "que Dieu n'a pas r6,4U sea 

^ A, and B, have de veritable^ /mirs. 
" A, B, and C, que Dieu ne donne pmnt. 
3 Ibid, "veritable Dieu. . . , vMtable, vertuii." 



! i : 



th !l 




L .: 



118 



THE PROVINCIAL LETTERS. 




LBTTEH "jugomonts aux Gentils, ot qu'il les a laissds errer dans leurs 
"voies," ne dites pas que Dieii a eclairt^ coux (jiic les livrea 
sacrds nous assurent avoir 6t6 " abandonnds dans los tdnebres et 
"dans Tonibro do la nioit," 

Ne vous suffit-il pas, pour entendre I'erreur de votre prin- 
cipe, do voir (pie saint Paul se dit le premier des pe'cheurs, pour 
un pfichd qu'il declare avoir coniniis jMt' ignorance, et uvea 
zele ^ 

Ne suffit-il pas de voir par I'Evangile quo ceux qui cruci- 
fiaient Jfous-CHiiisT avaient besoin du pardon qu'il demaudait 
pour eux, quoiqu'ils ne connussent point la malice do leur 
action ; et qu'ils no I'eussent jamais faite, selon saint Paul, s'ils 
en eussent eu la connaissanco ? 

Ne suffit-il pas que Jfeus-CiiRiST nous avertisse qu'il y 
aura des persdcuteurs de TEglise qui croiront rondre service 
h. Dieu en s'effor(jant do la ruiner ; pour nous faire entendre que 
ce pdchd, qui est le plus grand de tous selon I'apotre, pent etre 
commis par ceux qui sont si eloigne's de savoir qu'ils peclient, 
qu'ils croiraient pdcber en no le faisant pas? Et enfin, ne 
suffit-il pas que JIcsus-Christ lui-meme nous ait appris qu'il y 
a deux sortes de pe'cbeurs, dont les uns pechent avec connais- 
sance, et les autrcs sans connaissance^; et qu'ils seront tous 
chatids, quoiqu'a la vdrite diffdremment (7) ? 

Le bon p^re, presse par tant do tdmoignages do I'Ecriture, 
^ laquello il avait eu recours, commcn^a a lacher le pied; et 
laissaut pdcher les impics sans insjiiration, il nous dit: Au 
moins vous no nierez pas que les justes ne peclient jamais sans 
que Dieu Icur donnc... Vous reculez, lui dis-je en rintorrom- 
pant, vous reculez, mon pore: vous abandonnez le principe 
gendral; et, voyant <iu'il ne vaut plus rien a I'dgard des 
pecbours, vous vo\ulriez entrer en composition, et le faire au 
moins subsister pour les justes. Mais cela dtaut, j'eu vois 
I'usage bien raccourci ; car il ne servira plus a guere de gens; 
et ce n'est quasi pas la peine de vous le disputer. 

1 The clause et /c.s- autirx .w/f.s connaixxauce found in A, B, and C, is omitted 
in the 8vo edition, hut nearly all editors and critics arc of opinion that this is a 
printer's error, as the sense imperatively requires it. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



119 



amais saus 



Mai9 mon second, (i,ii avait, i\ ce que jc crois, 6tndu'' toutc 
cetto .lucstion le matin m6me, tant il dtait pret sur tout lui 
rdpumht: Voiirt, mon phro. le dernior retranchemont oi'i se 
retn-ont ceux de votre parti qni ont voulu entrer en dispute 
Mais vuus y ^tes aussi pen en assurance. L'exomple des j.istes 
ne vous est pas plus favorable. Qui doute qu'ils ne tombent 
souveiit dans des pt^chds de surprise sans qu'ils s'en aper^oi- 
vent i N'apprenous-nous pas des saints m6mes combien la 
concupLscence leur tend de pieces secrets, et combien il 
arrive ordmairement (lue, quekiue sobres .qu'ils soient, ils 
donnent a la volupte ce qu'ils pensent donnor h la seule 
necessite, comme saint Augustin le dit de soi-m6me dans ses 
Confessions (8) ? 

Combien est-il ordinaire de voir les plus zdlds s'emportor 
dans la dispute a des mouvoments d'aigreur pour leur propre 
mterGt, sans que leur conscience leur rcnde sur I'beure d'autrc 
temoignage, sinon (pi'ils agissent de la sorte pour le soul inte'r6t 
de la vdrite', et sans qu'ils s'en aper9oivent quelquefois que 
longtemps apres ! 

Mais que dira-t-on de ceux qui se portent avec ardeur k des 
Glioses effectivement mauvaises, parce qu'ils les croicnt effective- 
ment bonnes, commo I'liistoiie eccldsiastique en donne des 
cxemples; ce qui n'empficlie pas, selon les Feres, qu'ils n'aient 
peclie dans ces occasions ? 

Et, sans cela, comment les justcs auraient-ils des pe'che's 
caches ? Comment serait-il veritable que Dieu seul en connait 
ot la grandeur et le nombro ; (pie personne ne sait s'il est dicrne 
d amour ou de liaine, et que les plus saints doivent toujours 
demeurer dans la crainte et dans le tromblement, quoiqu'ils ne 
so sentent coupables en aucune chose, comme saint Paul le dit 
de lui-mOme CJ) ? 

Concevez done, mon pere, que les exemples et des justes et 
des peclieurs renversent egaleinent cette nc^cessite que vous 
supposoz pour pecher, de connattre le mal et d'aimer la vertu 
contraire, puisque la passion que les impies ont pour les vices 
tenioigne assez qu'ils n'ont aucun dc^sir pour la vertu; et que 
1 amour que les justcs ont pour la vertu temoigno liautement 



LRTTriU 
IV. 



II 

il ' 

V. 

■j 


r f fl 




1 1 9 




' ' ' r ■ 


1 

1 


! ' - f 


: ■; : -li 




MliWIIfl 

■ 


- 'M * 




!, 


l^m 


; 


' §P 


i: 


^H 


' ' n iiiiiiitliilill 



120 



THE PROVINCIAL LETTKIIS, 



i I 



i-CTTEii qu'ils n'ont pas totijoura lu comiaissanco des p^chds qn'ils com- 
mettent chaque jour, selon rEcriture. 

Et il est Hi vrai' (luc los justes piVhent en cette sorte, qu'il 
est rare que lea grands saints ptohont autrement. Car com- 
ment pourrait-on concevoir (pie ces tunes si pures, (pii fuient 
avec tant de soin et d'ardeur les nioindres choses qui peuvent 
ddplaire {\ Dieu aussitot qu'elles s'en apercjoivent, et qui p^- 
client neannioins plusieurs fois chacpie j(.ur, "eussent i\ cliaque 
"iois, avarit (pie de toniber, la counaissunce de leur infirmit(^ en 
"cette (jcc-usion, celle dii rnc^djcin, le ddsir de leur santd, et 
^'celui de prier Dieu de les secourir," et quo. malgrd tout«8 ces 
inspirations, ces Aines si zClilos ne laissaasent pas de passer 
outre et de commettre le pdch(^ ? 

Concluez (lone, mon p^re, que ni les pdcheurs, ni meme les 
plus justes, n'ont jjas toujours ces connaissances, ces d(^sirs, et 
toutes ces inspira.tions, toutes les fois qu'ils p^chent ; c'est-a- 
dire, pour user de vos termes, qu'ils n'ont pas toujours la grace 
aetuelle dans toutes les occasions oh ils pechent. Et ne dites 
plus, avec vos nouvoaux auteurs, (pi'il est impossible qu'on 
pecbc quand on ne connait pas la justice; mais dites piutot, 
avec saint Augustin et les anciens Peres, qu'il est impossible' 
qu'on ne p^cbe pas (juand on ne connait pas la justice : ^''ece8se 
est ut peccet, a quo ignoratur justitia (l«). 

Le bon pere, se trouvant aussi empecht^ de soutenir son 
opinion au regard des justes qu'au regard des pdcbeurs, ne 
perdit pas pourtant courage; et apres avoir un peu revd: Je 
m'en vas' bien vous convainere, nous dit-il. Et reprenant son 
p^re Bauny a I'endroit meme qu'il nous avait montrd : Voyez, 
voyez la raison sur laquelle il t^tablit sa pense'e. Je savais bien 
qu'il ne maiupiait pas de bonnes preuves. Lisez ce qu'il cite 
d'Aristote; et vous verrez qu'apres une autorite si expresse, 
il faut briiler les livres de ce prince des philosophes, ou etre de 
notre opinion. Ecoutez done les principes qu't^tablit le pk-e 
Bauny : il dit premierement " qu'une action ne pent etre im- 
"putee a blame lorsqu'elle est involontaire." Je I'avoue, lui 
1 A, B, and C, rcritohh: 
^ The old form of vais is seldom found after Pascal's time. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



121 



IV. 



.lit mon ami. VoiU\ la premieie fois, leur dis-jo, quo je vous ai letteii 
vus d'accord. Tenez-vous-en Ik, mon puro, si vous m'en croyez. 
Co no serait rien fairo, mo dit-il ; car il faut savoir quellos aont 
les conditions ndcossaires pour faire qu'une action aoit volon- 
taire. J'ai bion pour, rdpondis-je, quo vous no vous brouiUioz 
Ki-.lossua. No cruignoz point, dit-il. ceci est sdr; Aristoto ost 
pour nioi. Ecoutez bien co quo .lit lo pure Bauny: "Afin 
".lu'une action s.jitv.)lontairo,il faut .prello procodo d'homme 
"<iui voie. qui saclio, qui penl>tre ce qu'il y a do bien et do 
"mal en elle. Voluntarium est, .lit-on comnumonient avcc lo 
"pliilosopho (vous savez biou que c'est Aristoto, mo dit-il en me 
"Korraut los d.ngts), quod fit a principio cognoscente singula in 
" qiubus est actio': si bien quo quand la vol.uitt^ h la v.)lde et 
"sans discussion, so porto h vouloir ou abhorror, fairo ou laisser 
"quelquo cliose avant quo rontcn.lement ait pu voir s'il y a du 
"raal t\ la vouloir ou h la fuir, la fairo ou la laisser, telle action 
"n'est ni bonne ni mauvaiso; d'autant qu'avant cette perquisi- 
tion, cette vue et reflexion do I'esprit dossus los qualitds bonnes 
"ou inauvaisos do la chose k laquolle on s'occupo, Taction avec 
" laquelle ou la fait n'est volontaire." 

Eh bien ! mo dit le pere, etes-vous content ? II semble, 
ropartis-je, qu'Aristote ost do I'avis du pfero Bauny; mais cela 
no laisse pas do me surprendre. Quoi ! mon p^re, il ne suffit 
pas, pour agir volontairement, qu'on sacho ce quo I'on fait, et 
qu'on ne le fasse que parce qu'on le veut fairo ; mais il faut 'do 
plus " que I'on voie, que I'on sache et quo I'on penetro ce qu'il 
"y a do bien et do mal dans cette action ? " Si cela est, il n'y 
a gu^re d'actions volontaires dans la vie; car on ne pense gii^re 
a tout cela. Que do jurements dans le jeu, que d'exces dans 
les debauclies, que d'omportements dans le carnaval, qui ne sont 
p..mt volontaires, et par cons.'^quent ni bons ni mauvais, pour 
n'etre pomt accompagnes do cos reflexions d'esprit su7' les 
quahtes bonnes ou mauvaises de ce quo Ton fait ! Mais est-il 
possible, mon pore, qu'Aristote ait eu cette pensee, car i'avais 
oui due que c'c^tait un habile homme ? Je m'en vas vous en 
oclauar, me dit mon Jansoniste. Et ayant demande au pere la 
Morale d'Anstoto, il I'ouvrit au commencement du troisieme 



n; 



;: 



t h 



IS 






1 ' 

1 


1 i 


M 






122 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



LETTER livrc;, d'o^ le p^FG Bauny a pris les paiolcs qu'il en rapporte, et 
dit a ce bon pare : Je vous pardonne d'avoir cru, sur la foi du 
pere Bauny, qu'Aristote ait 4t4 de ce sentiment. Vous auriez 
change d'avis, si vous I'aviez lu vous-meme. II est bien 
vrai qu'il enseigno qu'afin qu'une action soit volontaire, "il 
"faut connaitre les particularites de cette action, singula in 
" quihus est actio." Mais qu'entend-il par la, sinon les circon- 
stances particulieres de Taction, ainsi que les exeinples qu'il en 
donne le justifient clairement; n'en rapportant point d'autre 
que de ceux oti Ton ignore quelqu'une de ces circonstances, 
comme "d'une personne qui, voulant monter une machine, en 
" decoche un dard qui blesse quelqu'un ; et de Merope, qui tua 
"son fils en pensant tuer son ennenii," et autrcs semblables? 

Vous voyez done par la quelle est I'ignorance qui rend les 
actions involontaires ; et que ce n'est que celle des circonstances 
particulieres qui est appele'e par les theologiens, comme vous le 
savez fort bien, mon pere, Vigiwrance du fait. Mais quant 
a celle du droit, c'est-a-dire quant a I'ignorance du bien et du 
mal qui est en Taction, de laquelle seule il s'agit ici, voyons si 
Aristote est de Tavis du pere Bauny. Voici les paroles de ce 
philosophe : " Tous les mechants ignorent ce qu'ils doivent faire 
"et ce qu'ils doivent fuir; et c'est cela memo qui les rend 
" mechants et vicieux. C'est pourquoi on ne pout pas dire que, 
"parce qu'un liomme ignore ce qu'il est a propos qu'il fasse 
" pour satisfaire a son devoir, son action soit involontaire. Car 
" cette ignorance dans le choix du bien et du mal ne fait pas 
"qu'une action soit involontaire, mais seulement qu'elle est 
" vicieuse. L'on doit dire la meme chose de celui qui ionore en 
" general les regies de son devoir, puiscjue ceLte ignorance rend 
"les hommes digues de blame, et nou d'excuse. Et ainsi 
" I'ignorance qui rend les actions involontaires et excusables est 
" seulement celle qui regarde le fait en particulier, et ses cir- 
" Constances singulieres. Cur alors on pardcmne a uu honune, 
" et on Texcuse, et on le considere comme ayant agi centre son 
"gre(ll)". 

Apres cela, mon i)ere, direz-vous encore qu'Aristote soit de 
votre opinion ? Et (pii ne s'ctonuera de voir qu'un philosophe 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



123 



paien ait M plus dclaird que vos docteurs en una matil^re aussi letter 
iniportante a toute la morale, et k la conduite meme des ames, '^'' 
cpi'est la counaissance des conditions qui rendent les actions 
volontaires ou involontaires. et qui ensuite les excusent ou ne 
les excusent pas de pdche ? N'espt^rez done plus rien, raou 
pere, de ce prince des philosophes ; et ne rdsistez plus au prince 
des theologiens, qui d(^cide ainsi ce point, au liv. I de ses Retr 
ch. XV.: « Ceux qui pcchent par ignorance ne font leur action 
"que parce qu'ils la veulent faire, quoiqu'ils peclient sans qu'ils 
"veuillent pecher. Et ainsi ce pe'clie meme d'ignorance ne 
"peutetre commis que par la volontd de celui qui le commet; 
" mais par une volonte qui se porte a I'action, et non au pechd \ 
"ce qui n'empeche pas neanmoius que Taction ne soit pechd,' 
"parce qu'il suffit pour cela qu'on ait fait ce qu'on etait obliai 
" de ne point foire (12) ". ^ 

Le pere me parut surpris, et plus encore du passage d'Aris- 
tote que de celui de saint Augustin. Mais, comme il pensait 
a ce qu'il devait dire, on vint I'avertir que madame la mard- 
chale de... et madame la marquise de... le demandaient. Et 
ainsi, en nous quittant h. la hate : J'en parlerai, dit-il, h nos 
peres. lis y trouveront bien quelque reponse : nous en avons 
ici de bien subtils. Nous I'entendimes bien ; et, quand jo fus 
seul avec mon ami, je lui temoignai d'etre 6toim6 du renverse- 
ment que cette doctrine apportait dans la morale. A quoi il me 
repoudit qu'il t'tait bien etonnt< de mon etonnement. Ne 
savez-vous done pas encore que lours execs sont beaucoup plus 
grands dans la morale que dans les autres matieres'? II ni'eu 
donna d'etranges exemples, et remit le reste Ix une autre fois. 
J'espere quo ce que j'en apprendrai sera le sujet de notre 
premier entretien. Je suis, etc. 

1 A, 13, and C, "que dans la doctrine." 



r : 



1.1 



? i 



m 


■ 


■II 


H^i 


m 




.; 








FF" 


'* T^'SH 








' 


Hi 




.J J 


p -i 





124 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



NOTES ON LETTER IV. 



(1) On la Grdce actuelle and the so-called Peccatum philosophicum, see 
Introduction iii. The latter term was not generally employed till a period 
subsequent to the time of Pascal, when Arnauld obtained in 1690 the con- 
demnation of the doctrine at Rome. 

(2) On Bauny's life, see Index of Authors. The Somme dcs p4ckds was 
published in 1630, and was one of the first books of its class written in the 
vernacular, one reason for its immense success. It was condemned at Rome 
in 1640 and again in 1643. 

(3) See Index of Authors. The work of Annat's referred to was his 
B^ponse d quelques demandes touchant la premiere lettre de M. Arnauld 
published in the early part of 1655, one of the numerous attacks which 
provoked Arnauld's ftimous Seconde Lettre d un duo et pair. 

(4) Weudrock gives the original as follows :— " Primum aliquid suavi- 
"tatis \ Deo immittiin pra)ceptum : mox rebellem concupiscentia) motum 
"excitari : deinde adnioneri hominem infirmitatis sua) : tu i inseri cogni- 
" tionem medici : orandi desiderium et cogitationem instillari." (Nota 2 in 
Epist. Quart, p. 51.) 

(5) That an apologist like Maynard accepts this statement of the 
Molinistic theory (cf. i. 152), is a proof of Pascal's general fairness in the 
most difficult part of controversy. On the merits of the question, see 
Introduction in. 

(6) Maynard, in his note on the passage, concedes a great deal of the 
ground taken up at first, when he urges that "tout homme, meme infidi'le, 
"a, nonpas a chaqm testation, mais une fois att mains dam sa vie, la grace 
*' necessan-e pour cviter le mal et faire le bien." But, on the other hand, it 
IS clear that Pascal, notwithstanding the dialectical advantage he enjoys 
by the maclunery of his dialogue, signally f^xiled to establish his o;vn case 
as against the more subjective view of sin adopted by the Jesuits. 

(7) The references are to Job xii. 24, 1 Timothy i. 15, Luke xxiii. 34, 
and xii. 47, 48. Dreydorf remarks truly that this last passage can be 
turned more effectively against the Jansenistic position than in its favour. 
(Cf. Pascal, seui Lehen u. seim Kampfc, 1870, p. 161.) 

(8) Confess, lib. x. cnp. 30. Maynard riglitly considers that the Jesuit 
had no need to retreat : "il pouvait tenir bon et dcfcndrc sou priuoipe, a 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



125 



3 dcs p^cMs was 
! written in the 
smned at Rome 

•red to was his 

e M. Amauld, 

attacks which 

1 aliquid suavi- 
icentitC motum 
1 inseri cogni- 
ri." (Nota2in 

fcement of the 
fairness in the 
! question, see 



« I'cgard des pdcheurs aussi bien qu'k regard des justes," though naturally 
he ofltrs his own "sense." (i. 158. Note 2.) 

(9) 1 Cor. ii. 3. " I was with you in weakness, and in fear, and in 
"much trembling." 

no) "Sans doxite, lor.squ'on ignore la loi par sa faute, le pdchd est 

"• '.ssaire : mais dans ce cas seulement." (Maynard i. 162.) Nothing 

mgs out so clearly the chfference of principle between the two ethical 

schools, nor the impossibility of establishing either opinion. Dreydorf 

{loc. cit.) points out that " auf diesem Wege scholastischer Disputation der 

"Process zwi.schen jansenistischer und jesuitischer Lehre niemals zu 

"eiiiem entscheidenden Siege Pascals durchgefiihrt werden kann." (p. 161.) 

(11) The passage in the Nicomachean Ethics quoted by Pascal, or 
rather, misquoted by his imaginary Jesuit, will be found in the second 
chapter of the 3rd book -.— Ayvod. fiiv ovv nas 6 fioxdrjpos a 8ti nparTfiv koI 
0)1/ dcpeKTfov, Koi dm Tr]v roiavrrjv dfiapriav nSiKoi Kal oXcos kqkoI yivovrai. To 
fi' iiKova-iov ^ovXtToi Xtyfo-dai ovk (t ris dyvoti to avu^ipov' oii yap ij iv rfj 
Trpoatpcaei ayvoia ahia tov aKova-lov dWa ttjs fioxdrjpias, ovb' jJ KaBoKov 
{^(yovTai yap bid ye ravTr^v) dW i/j Kaff eKaara, iv oh Ka\ nep\ a i] npa^is- ev 
rovTois yap /cat eXeoj Kal (Tvyyvmp.r}- 6 yap Tovrwv ri dyvoav dKovaicos Trpdrrti. 
(ed. Bekker, ix. 42.) 

(12) Pascal freely paraphrases the passage from \he Retractationes 
(i. 15) :— " Quia voluit ergo fecit, etianisi non quia voluit peccavit, nesciena 
"peccatum esse quod fecit : ita nee peccatum sine voluntate esse potuit, 
"sed voluntate facti, non voluntate peccati, quod tamen factum peccatum 
"fait; hoc enim factum est quod fieri non debuit." (Opp ed Mio-ne 
1.56.) • a » 






I I 

i 



sat deal of the 
meme infidcle, 
sa vie, la grace 
other hand, it 
tage he enjoys 
: his own c;ise 
suits. 

Luke xxiii. 34, 

lassage can be 

in its favour. 



\\ 



, ..■A5-jJ|t|l 



;hat the Jesuit 
ion priucipe, a 






CINQUIEME LETTRE\ 






i 



Monsieur, 



De Paris, co 20 mars 1656. 



Voici CO quo je vous ni promis : voici les premiers 
traits (le la morale de ces bons peros JAuites, "de ccs hommes 
" ^minents en doctrine et en sagesso, qui sont tons conduits par 
^'1 la sagesse divine, qui est plus assurde que toute la philoso- 
" phie." Vous pensez peut-etre que je raille. Je le dis sdrieu- 
sement, ou plutot cc sont eux-memes qui le disent dans leur' 
livre intituld Imago primi sceculiW. Je ne fais que copier 
leurs paroles, aussi bien que dans la suite de cet ^loge : " C'est 
^"une socie'te d'hommcs, ou plutot d'anges, qui a 4te pre'dite par 
"Isaie en ces paroles: Alloz, anges prompts et legers." La 
prophdtie n'en est-elle pas claire? "Ce sont des esprits d'aigles; 
"c'est une troupe de phenix," un auteur ayant montrd depuis 
peu qu'il y en a plusieurs. "lis ont change la face de la clird- 
" tiente." II le faut croire, puisqu'ils le disent. Et vous I'allez 
bien voir dans la suite de ce discours, qui vous apprendra leurs 
maximes. 

^ J'ai voulu m'en instruire de bonne sorte. Je ne me suis pas 
fie h ee qie notre ami m'en avait appris. J'ai voulu les voir 
eux-memes ; mais j'ai trouve qu'il ne m'avait rien dit que de 

1 Modern editions give a heading : " Dessein des J^suites en 6taLlissant une 
nomelle morale. -Deux sortes de Casuistes parmi enx ; beaucoup dc rclach63, 
et quelques-uns de severes ; raison de cette differenee.-Explication de la doo- 
trme de la probabilitd. Foules d'auteurs modernes et inconnus mis h la place 
des sanits Teres." 

^ A, B, C, "Zt'livrc." 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



127 



vrai. Jo pense qu'il ne ment jamuis. Vous le verrez par le letter 
R'cit (le ces conferences. ^" 

Dans celle que j'eus avcc lui, il me (lit de si etranges* choses 
(|uc' j"a\ais jieine a le croire ; niais il me les montra dans les 
livres lie cos p^res : de sorte qu'il ne me resta a dire pour leur 
defense, sinon que c'etaient les sentiments de quelques particu- 
liers qu'il n'etait pas juste d'imputer au corps. Et, en efFet, je 
Tassm-ai quo j'en connaissais qui sent aussi s(^vercs que ceux 
(lu'il me citait sont relaches. Ce fut sur cola qu'il me d(^couvrit 
I'esprit de la Societe, qui n'est pas connu de tout le monde ; et 
vous sorez peut-etre Lien aise de I'approndre. Voici ce (ju'il 
inc dit. 

Vous pensez beaucoup faire en leur favour, de montrcr qu'ils 
out de lours peres aussi conformes aux maxiraes evangeliques 
que les autres y sont contraires ; et vous concluez de l^i que ces 
opinions largos n'apparticnnent pas h toute la Societe^. Je le 
sais bion; car si cola etait, ils n'en soufifriraient pas qui y fussent 
si contraires. Mais puisqu'ils en ont aussi qui sont dans una 
doctrine si licencieuse, concluez-eu de meme que I'esprit de la 
Societe n'est pas celui de la sevc^rit^ chretienne : car, si cela 
dtait, ils n'en soufifriraient pas qui y fussent si opposes. Eh 
quoi ! lui r(^p(3ndis-je, quel pout done etre le dessein du corps 
cntior? Cost sans doute qu'ils n'en ont aucun d'arrete', et que 
cliacun a la liberte de dire a I'aventure ce qu'il pense. Cela ne 
pent pas etre, me repondit-il ; un si grand corps ne subsisterait 
pas dans uue conduite temeraire, et sans une ame qui le gou- 
verne et qui regie tons ses mouvements; outre qu'ils ont un 
ordro particulier de ne rien imprimer sans I'aveu de leurs supe'- 
ncurs. Mais quoi ! lui dis-je, comment les memos sup(5rieurs 
peiivont-ils consentir a des maximes si dififerentes? C'est ce 
([u'il faut vous apprendre, me r(^pliqua-t-il. 

Sacbez done que leur objet n'est pas de corrompre les 
ra(Burs : ce n'est pas leur dessein. Mais ils n'ont pas aussi 
pour unique but celui de les reformer : ce serait une mauvaise 
politi.pie. Voici quelle est leur pensee. lis ont assez bonne 

' A, B and C, plai8ant<-R. Nicole : " tam joeularia mihi Jeraitarum dogmata 
menioravit." 



„ I 
I I! 



Hi 



f s 







'^^ 



128 



THE PROVINCIAL LETTERS, 



m 


m 






letter: opinion d'eiix-memes pour croire qu'il est utile et comme nc^ces- 
saire au bien de la religion que leur credit s'dtende partout, et 
qu'ils gouvernent toutes les consciences. Et, parce que les 
maximes (^vangtiliqucs et sdveres sont propres pour gouverner 
quelques sortes de personnes, ils s'en servent dans ces occasions 
ou elles leur sont favorables. Mais comme ces memos maximes 
ne s'accordent pas au desspin :? la pl.ipart des gens, ils les 
laissent k regard de ceux-.A. . "avoir de quoi satisfaire tout 
le monde. C'est pour cettt . • ,on qu'avant affaire a des per- 
sonnes de toutes sortes de conditions et de nations si diffdrentes, 
il est ndcessaire qu'ils aient des Casuistes assortis k toute cette 
diversite ('■^). 

De ce principe vous jugez aise'ment que s'ils n'avaient que 
des Casuistes relaches, ils ruineraient leur principal dessein, qui 
est d'embrasser tout le monde, puisque ceux qui sont vdritable- 
ment pieux cherchent une conduite plus severe. Mais comme 
il n'y en a pas beaucoup de cette sorte, ils n'ont pas besoin de 
beaucoup de directeurs severes pour les conduire. lis en ont 
peu pour pen ; au lieu que la foule des Casuistes relachds s'ofFre 
a la foule de ceux qui cherchent le relachement. 

C'est par cette conduite ohligeante et accommodante, comme 
I'appelle le P. Petau, qu'ils tendent les bras a tout le monde. 
Car, s'il se prdsente a eux quelqu'un qui soit tout re'solu de 
rendre des biens mal acquis, ne craignez pas qu'ils Ten ddtour- 
nent; ils loueront au contraire et confirmeront une si sainte 
resolution. Mais qu'il en vienne un autre qui veuille avoir 
I'absolution sans restituer ; la chose sera bien difficile, s'ils n'en 
fournissent des moyens dont ils se rendront les garants. 

Par la ils conservent tons leurs amis, et se defendent centre 
tons leurs ennemis. Car, si on leur reproche leur extreme rela- 
chement, ils produisent incontinent au public leurs directeurs 
austeres, avec' quelques livres qu'ils ont fait de la rigueur de la 
loi chrdtienne; et les simples, et ceux qui n'approfondissent 
pas plus avant les choses, se contentent de ces preuves (3). 

Ainsi, ils en ont pour toutes sortes de personnes, et rdpon- 
dent si bien selon ce qu'on leur demande, que, quand ils se 

^ A, B and C, et quelques. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



129 



trouvent en dos pays oil un Dieu crucifid passe pour folie, ils lltter 
suppnment le scandale de la croix, et ne pr^chent que J^sus- ""' 
Christ glorieux, et non pas J^sus-Christ souffrant : comme 
lis ont fait dans les Indes ct dans la Chine, oii ils ont permis 
aux chrdtiens ridoiatrie m^me, par cette subtile invention de 
leur faire cacher sous leurs habits une image de Ji5sus-Christ 
a laquelle ils leur enseignent de rapporter mentalement les 
adorations publiques qu'ils rendent k I'idole Cachinchoam et k 
leur Keum-fucum, comme Gravina, dominicain, le leur rcproche- 
et comme le t(^moigne le mdmoire, en espagnol, pr^sent^ au roi 
dEspagne Philippe IV par les cordeliers des iles Philippines 
rapport<^ par Thomas Hurtado dans son livre du Martijre de la 
M 427. De telle sorte que la congregation des cardinaux de 
propaganda fide fut oblige'e de defendre particuliferement aux 
Jesuites, sur peine d'excommunication, de permettre des ado- 
rations d'ldoles sous aucun prdtexte, et de cacher le mystere de 
la croix ji ceux qu'ils instruisent de la religion, leur commandant 
expressement de n en recevoir aucun au bapt^me qu'apr^s cette 
connaissance, et leur ordonnanf d'exposer dans leurs dglises 
hmage du crucifix, comme il est porte amplement dans le 
(lecret de cette congregation, donnd le 9« juillet 1G4G signe par 
le cardinal Capponi (4). ' ^ ^ 

^ Voil^ de quelle sorte^ ils se sont rdpandus par toute la terre 
a la favour de la doctrine des opiniom probables, qui est la 
source et la base de tout ce de'reglement. Cost ce qu'il faut 
que vous appreniez d'eux-n. mes; car ils ne le cachent k per- 
sonne, non plus que tout ce que vous venez d'entendre • avec 
cette seule difference, qu'ils couvrent leur prudence humaine 
et politique du prdtexte d'une prudence divine et chrdtienne • 
comme si Ja foi, et la tradition qui la maintient, n'etait pas 
toujours une et invariable dans tous les temps et dans tons les 
lieux ; comme si c'dtait k la regie k se fldchi; pour convenir au 
«ujet qui doit lui ^tre conforme, et comme si les Ames n'avaient 
pour se purifier de leurs taches, qu'^ corrompre la loi du' 
^ A, B and C omit leur ordonnant. 



^ Ibid, omit seule 
PASC. L 



1 i r 




!:{•' 



9 




' i 



130 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



LETTRR Seigneur ; au lieu " que la loi du Seigneur, qui est sans tache 
" et toute sainte, est celle qui doit convertir les ames," et les 
conformer a ses salutaires instructions ! 

AUez done, je vous prie, voir ces bons pbres, et je m'assure 
que vous remarquerez aisdment, dans le reldchement de leur 
morale, la cause de leur doctrine touchant la grace. Vous y 
verrez les vcrtus chr^tiennes si inconnues et si dupourvues de 
la cliarite, qui en est lame et la vie; vous y verrez tant de 
crimes pallies, et tant de desordres soufferts, que vous ne trou- 
verez plus dtrange qu'ils soutiennent que tons les hommes ont 
toujours assez de grace pour vivre dans la pietd, de la maniere 
qu'ils I'entendent. Comme leur morale est toute pai'enne, la 
nature suffit pour I'observer. Quand nous soutenons la neces- 
site de la grace efficace, nous lui donnons d'autres vertus pour 
objet. Co n'est pas simplement pour gue'rir les vices par 
d'autres vices, ce n'est pas seulement pour faire pratiquer aiix 
hommes les devoirs exterieurs de la religion, c'est pour une 
vertu plus haute que celle des pharisiens et des plus sages du 
paganisme. La loi et la raison sent des graces suffisantes pour 
ces effets. Mais pour de'gager I'ame de I'amour du monde, pour 
la retirer de ce qu'elle a de plus cher, pour la faire mourir a 
soi-meme, pour la porter et I'attacher uniquement et invariable- 
ment a Dieu, ce n'est I'ouvrage que d'une main toute-puissante. 
Et il est aussi peu raisonnable de pretendre que Ton* a toujours 
un plein pouvoir, qu'il le serait de nier que ces vertus destitutes 
d'amour de Dieu, lesquelles ces bons peres confondent avec les 
vertus chr^ticnnes, ne sent pas en notre puissance, 

Voila comme il me parla, et avec beaucoup de douleur ; car 
il s'affligo s^vieusement de tous ces ddsordres. Pour moi, j'esti- 
mai ces bons peres de I'excellence de leur politique ; et je fus, 
selon son conseil, trouver un bon Casuiste de la Socidtd. C'est 
une de mes anciennes connaissances, que je voulus renouveler 
expres. Et comme j'etais instruit de la maniere dont il les 
fallait'' traitor, je n'eus pas de peine a le mettre en train. II 
me fit d'abord mille caresses, car il m'aime toujours : et, apres 
(pielques discours indifferents, je pris occasion du temps ou 
1 A, B and C Von en a. « Ibid, il lesfaut trailer. 



sans tache 
nes," et les 

je m'assure 
jnt de leur 
e. Vous y 
lourvues de 
rez tant do 
IS ne trou- 
ommes ont 
la maniere 
pai'enne, la 
.8 la neces- 
.^ertus pour 
vices par 
itiquer aiix 
; pour une 
is sages du 
iantes pour 
aonde, pour 
e mourir a 
invariable- 
3-puissante. 
* a toujours 
3 destitudes 
Qt avec les 

Duleur; car 

moi, j'esti- 

; et je fus, 

idte. C'est 

renouveler 

dont il les 

1 train. II 

: et, apres 

temps oil 

trailer. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 131 

nous sommes pour apprendre de lui quelque chose sur lo jeftne 
aha d cntrer insensiblcment en matifere. Je lui te'moignai done 
que J avals de la peine' h le supporter. II m'exhorta a me fairo 
violence : mais, comme je continuai a me plaindre. il en fut 
louche et se mit k cliercher quelque cause de dispense. II 
jaen offrit en eflfet plusieurs qui ne me convenaient point 
lorsquil savisa enfin de me demander si je n'avais pas de 
peine a dormir sans souper. Qui, lui dis-je, mon p^re, et cela 
m oblige souvent a faire collation h midi et a souper le soir 
Je suis bien aise, me repliqua-t-il, d'avoir trouve ce moyen de 
vous soulager sans pdch.^- allez, vous n'^tes point obligd a 
jeunor Je ne veux pas que vous m'en croyiez, venez a la 
b.bhotheque Jy fus, et Ih, en prenant un livre: En voici la 
preuve, me dit-il, et Dieu sait quelle! c'est Escooar. Qui est 
Escobar, lui dzs-je, mon p^re ? Quoi ! vous ne savez pas qui 
est Escobar, de notre Socit^te, qui a compile^ cette The'olo.tie 
morale de vingt-quatre de nos pares; sur quoi il fait, dans°la 
pix'face, une "all^gorie de ce livre k celui de I'Apocalypse qui 
^^ etait scelld de sept sceaux ? " et il dit que " Ji^sus I'offre ainsi 
scelld aux quatre animaux. Suarez, Vasquez, Molina, Valentia 
en presence de vingt-quatre J^suites qui reprdsentent les 
vingt quatre vieillards?" II lut toute cette alldgorie. qu'il 
trouvait bien juste, et par oh il me donnait une grande idde de 
1 excel encode cet ouvrage (5). Ayant ensuite cherchd son pas- 
sage du jeiW: Le voici, me dit-il, au tr. 1, ex. 13, n. 68. 

iMllement. ^ N etes-vous pas content ? Non, pas tout k fait 

ui dis-je; car je puis bien supporter le je{lne en faisant colla- 
tion le matin et soupant le soir. Voyez done la suite, me dit-il • 
lis ont pense k tout. "Et que dira-t-on, si on pent bien se' 

passer d une collation le matin en soupant le soir? 3fe voM. 

On nest point encore obligd k je^ner; car personne n'est 

lui f it"T f'' ^' ''' ''^^'- ^ ^^ ^°«^^« ^-^^on! 
un ? . T' ''''''""^"^ <^ontinua-t-il, usez-vous de^ beau- 
coup de vm ? Non, mon pere, lui dis-je : je ne le puis souffrir 



LKTTKH 
V. 



i r 



^ A, B and C, "hkn de la peiue." 
" IWd. "si on se peut passer." 



' A, B and C omit dc, 
9-2 



132 



THE PROVINCIAL LETTERS. 






LETTEn je vous (lisais cola, mo rdpondit-il, pour voiis avertir que vou.s 
en pourricz boirc le matin, ct quand il vons plairait, sans rompre 
le jedne; et cela soutient toiijours. En voici la decision au 
meme lieu, n. 75 : " Peut-on, sans rompre Ic jeftne, boiro du vin 
"i\ telle heure qu'on voudra, et mfime on grando quantitd ? On 
"le pout, ct memc do I'hypocras." Je no me souvonais pas de 
cot liypocras, dit-il ; il font que je le mette sur men rccueil. 
Voi]{\ un honneto homme, lui dis-je, qu'Escobar. Tout le mondo 
Taime, repondit le pero. II fait de si jolie.s questions ! Voycz 
cclle-ci, qui est au memo endroit, n. 38 : "Si un homme doute 
"qu'il ait vingt-un ans, est-il oblig(^ de jeiincr? Non. Mais 
"si j'ai vingt-im ans cette nuit i\ uno lieure apres minuit, et 
"qu'il soit domain jeiine, scrai-jo oblige do jeuner domain? 
" Non ; car vous pourriez manger autant qu'il vous plairait 
"depuis minuit jusqua une heurc, puisque vous n'auriez pas 
"encore v"ngt-un ans: et ainsi, ayant droit de rompre le je^ne, 
" vous n'y etes point oblige." que cela est divertissant, lui 
dis-je (7). On no s'en pent tirer, me repondit-il ; je passe les 
jours et les nuits a le lire ; je no fais autre chose. Le bon pfere, 
voyant que j'y prenais plaisir, en fut ravi ; et, continuant: 
Voycz, dit-il, encore ce trait de Filiutius, qui est un de ce3 
vingt-quatre Jesuites, t. II, tr. 27, part. 2, c. 6, n, 123: "Celui 
"(^ui s'est fatigue a quelque chose, comme a poursuivre un^ 
"fille*, est-il obligd de jeiiner? Nullement. Mais s'il s'est 
" fatiguti expres pour etre par 1^ dispensd du jeune, y sera-t-il 
" tenu ? Encore qu'il ait eu co dessein formd, il n'y sera point 
" oblige." Eh bien ! I'eussiez-vous ciJ^ ? me dit-il. En vdritd, 
mon pere, lui dis-je, je ne le crois pas bien exicore (8). Eh quoi ! 
n'est-ce pas un peche de ne pas jeuner quand on lo pent? Et 
est-il pcniiis de rechercher les occasions de pdcher, on plutot 
n'est-on pas obligd de les fuir? Cela serait assez commode. 
Non pas toujours, me dit-il; c'est selon, Selon quoi? lui dis-je. 
Ho ho ! repartit le pere. Et si on recevait quelque incomnio- 
dit(^ en fuyant les occasions, y serait-on oblige, k votre avis? 
Ce n'est pas au moins celui du pere Bauny, que voici, p. 1084: 

1 A, B and C inserted ad persequendam amicam, which was omitted in the 8". 
Tlie Uxl of Filiucci gives ad iiiseqiiendiuii. (Cf. iSote 8.) 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



13:3 



" On ne doit pas refuser rabsolution a ceux ([ui demouretit dans li:t;h:h 
" les occasions prochaines du peclic', s'ils sout on tel dtat qu'ils ^" 
" ne puissent les quitter saus donner sujet au monde do parlor, 
" ou sans qu'ils en re9US3ent oux-niemes de rincornmoditc." Je 
ni'en rt^jouis, mon pore ; il ne resto plus (^u'li dire qu'on pout 
rccherchor les occasions de propos dehbc<ie, puisc^u'll est penuis 
de ne les pas fuir. Cola memo est aussi (piekpiefois pcrmis, 
iijouta-t-il. Le c<jlebre Casuiste Basile Ponce I'a dit; ot le pero 
Bauuy le cite, ot approuve son sentiment, quo voici dans le 
Traite de la Penitence, q. 4, p. 94: "On pent recliorcher une 
"occosion directement ot pour olis-meme'. primo et per se, 
" quand le bion spirituel ou ternporel de nous ou do notre pro- 
" chain nous y porte (9)." 

VraimoLt, lui dis-je, il me semble que je rove, quand j'en- 
tcnds des leL'gieux parlor do cette sorte ! Eh quoi ! mon perc, 
ditos-moi, en conscience, etes-vous dans ce sentiment-la ? Non 
vraiment, me dit le pl-re. Vous parlez done, continual-jei centre 
voire conscience ? Point du tout, dit-il. Je ne parlais pas en 
cela selon ma conscience, mais solon cello de Ponce ot du pore 
Bauny : et vous pourricz les suivre en silret^, car ce S(jnt d'ha- 
biles gens. Quoi! mon p^re, parco qu'ils ont mis ces trois 
lignes dans lours livres, sera-t-il devenu permis de rccherchor 
les occasions de pdcher ? Jo croyais ne devoir prendre pour 
regie que I'Ecriture ot la tradition do I'Eglise, mais non pas vos 
Casuistes. O bon Dieu, s'^cria le pore, vous me foites souvenir 
de ces Janst<nistes ! Est-ce que lo pore Bauny et Basilo Ponce 
ne peuvent pas rendre lour opinion probable ? Je ne me con- 
tente pas du probable, lui dis-jo, jo chercho le si^ir. Jo vois 
bien, me dit le bon p^re, quo vous ne savez pas ce que c'est 
que la doctrine des opinions probables : vous parleriez autre- 
ment si vous le savioz. Ah ! vraiment, il faut quo jo vous en 
nistruise. Vous n'aurez pas perdu votre temps d'etre venu ici ; 
sans cela vous ne pouviez rion entendre. C'est le fondement 
et I'a h c de toute notre morale. Jo fus ravi de lo voir tombe 
dans ce que je souhaitais; et, le lui ayant te'moigne, jo le priai 
de m'expliquer ce que c'e'tait qu'une opinion probable. Nos 
' B and C have: "une occasion de p^cM directement Qtpar elle-mcme." 



< . 




"m 




134 



THE rUOVINCIAL LCTTKKS. 





li m 



LirriKii aiiteurs vous y rc^poiulront micux que moi, dit-il. Voici commo 
ils en parlont tons gt'ia'ialeinont, et, oiitro autrea, nos vingt- 
qiintre, in princ. ex. ,S, ii. 8. " Une opinion est iippek'e pro- 
" htiblo, lorHqu'ullo est foiuieo sur <les raiaons do (luehine con- 
" sideration. D'ofi il urrivo (inehiuefois (pi'im seul ihjcteur fort 
"grave pent rendrc une opinion probable." Et en voici la 
raisoii': "Car un homme, adonne particulieretnent i\ I'dtude, 
"ne .s tacherait pas t\ une opinion, s'il n'y dtait attird par une 
"raison bonne et suffisante." Et ainsi, lui dis-je, un seul doc- 
teur pent tournor le.s consciences et les bouleverser h, son gr«^, 
et toujours en sdrete. II n'en faut pjus riro, mo dit-il, ni penser 
combattre cetto doctrine. Quand los Janst'nistes I'ont voulu 
faire, ils y' ont perdu leur temps. EUg est trop bieu dtiibliu. 
Ecoutez Sanchez, qui est un des plus celebres de nos peros, 
Som. 1. 1, c. 9, n. 7. " Vous doutorez pout-6tro si I'autorit^ 
" d'un seul docteur bon et savant rend uuo opinion probable. 
" A quoi je reponds que oui. Et c'est ce qu'assurent Angelus, 
" Sylvestre, Navarre, Emmanuel Sa, etc. Et voici comme on 
"le prouve. Uuo opinion in-obablc est cello (jui a un fonde- 
"mont considerable. Or I'autoritd d'un homme savant ot 
"pieux n'est pas de petite consideration, mais plutot do grando 
"consideration. Car (c^coutez bien cette raison) si le tdmoi- 
"gnago d'un tel homme est de grand poids pournous assurer 
"(lu'uno chose se soit passee, par exemple, h, Rome, pourquoi 
"ne le sera-t-il pas de meme dans un doute de morale ?" 

La plaisante comparaison, lui dis-je, des choses du mondo h, 
celles de la conscience ! Ayez patience : Sanchez respond a cela 
dans des lignes qui suivent immediatement. "Et la restriction 
" qu'y apportent certains auteurs ne lae plait pas : que I'autoritd 
"d'un tel docteur est suffisante dans les choses de droit huniain, 
" mais non pas dans celles de droit divin. Car elle est de grand 
" poids dans les unes et dans les autres (10)." 

Mon pero, lui dis-je franchement, je ne puis faire cas de cette 
rfegle. Qui m'a assure que, dans la libertd que vos docteurs se 
donnent d'cxaminer les choses par la raison, ce qui paraitra sur 

1 Some 4"' and B, C add au meme lieu. 
- Ibid. (7k out perdu. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



135 



i\ Tun lo paraissG t\ tons lea autros ? La diversity dcs jugomouts i.ettkr 
est si graiido... Vous no I'entendoz pas, dit lo pero en m'intor- ^" 
n)mp;iut; aussi sont-ils fort souvent do diffdronts avis: mais 
r.'hi n'y fait rien ; chacun rend le aien probable et sflr. Vraiment 
Ton sait bion qii'ils no sent pas tons du nionie sentiment ; ct cola 
n'on est qne inieux. lis no s'accortlent au contrairo presciuo 
jamais. II y a pen de questions oil vous no trouviez que I'un 
(lit oui, I'autre dit non. Et, en tous ces cas-Ii\, I'une et I'autro 
(Ics opinions contraires est probable. Et cost pourquoi Diana 
(lit sur un certain sujet, part. 3, t. 4, res. 244 : " Ponce et Sancbez 
" Hont de contraires avis : mais, parco qu'ils etaient tous deux 
"savants, chacun rend son opinion probable." 

Mais, mon pore, lui dis-je, on d(Mt etre bion embarrassd h 
choisir alors ! Point du tout, dit-il, il n'y a qu'A, suivre I'avis 
<Hii agrde le plus. Eh quoi ! si I'autre est plus probable ? 
11 n'importe, me dit-il. Et si I'autro est plus sdr? II n'- 
iiuporte, me dit encore le p6re ; le voici bion expliqud. Cost 
Emmanuel Sa, de notro Socidtd, dans son aphorismc De duhio, 
p. 17!i : " On pout faire ce qu'on pense etre pcrmis selon une 
"opinion probable, quoique le contraire soit plus sur. Or 
"I'opinion d'un soul docteur grave y suffit(ii)." Et si une 
opinion est tout ensemble et moins probable et moins stlre, 
.sera-t-il permis de la suivre, en quittant ce (jue Ton croit etre 
plus probable et plus sdr ? Oui, encore une fois, me dit-il : 
ecoutez Filiutius, ce grand Jdsuite do Rome, Mor. Qucest, tr. 21, 
c. 4, n. 128: " II est permis de suivre I'opinion la moins pro- 
" bable, quoiqu'elle soit la moins silre. Cost I'opinion commune 
"des nouveaux auteurs." Cola n'est-il pas clair ? Nous voici 
bien au large, lui dis-je, mon reVerend pere. Graces a vos 
opinions probables, nous avons une belle liberty de conscience. 
Et vous autres Casuistes, avez-vous la memo liberie dans vos 
re'ponses ? Oui, me dit-il ; nous repondons aussi ce qu'il nous 
plait, ou plutot ce qu'il plait k ceux qui nous interrogent. Car 
voici nos regies, prises de nos peres: Layman, Theol. Mor., 1. 1, 
tr. 1, c. 5, § 2, n. 9; Vasquez, t. L pars 2, disp. 62, c. 9, n. 47 ; 
Sanchez, Sum., 1. 1, c. 9, n. 19, et de nos vingt-quatre, in princ. 
ex. 3, n. 24. Voici les paroles dc Layman, que le livrc do nos 





136 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



If 



\ 



LioTTEH vingt-quatre a snivies : "Un docteur, (^tant consult^, pent 
" donner un conseil non-seulement probable selon son opinion, 
I'mais contraire k son opinion, s'il est estimd probable par 
"d'autres, lorsque cet avis contraire au sien se rencontre plus 
"favorable et plus agreable a celui qui le consulte : Si forte et 
" illi favorahilior seu exoptatior sit\ Mais je dis de plus qu'il 
"ne sera point hors de raison qu'il donne a ceux qui le consul- 
"tent un avis tenu pour probable par quelque personne sa- 
"vante, quand meme il s'assurerait qu'il serait absolument 
"faux (12)." 

Tout de bon, mon pere, votre doctrine est bien coniniode. 
Quoi ! avoir a rdpondre oui et non h. son choix ? on ne peut 
assez priser un tel avantage. Et je vois bien maintenant k 
quoi vous servent les opinions contraires que vos docteurs ont 
sur chaque matiere ; car I'une vous sert toujours, et I'autre ne 
vous nuit jamais. Si vous ne trouvez votre compte d'un cote' 
vous vous jetez de I'autre, et toujours en siiretd Cela est vrai,' 
dit-il; et ainsi nous pouvons toujours dire avec Diana, qui 
trouva le pere Bauny pour lui, lorsque le pere Lugo lui etait 
contraire : 

Sape, prcmente deo, fert dcus alter openi. 

Si quelque dieu nous presse, un autre nous d(^livre, 

J'ontends bien, lui dis-je ; mais il me vient une difficulte 
dans I'dsprit. C'est qu'apres avoir consulted un de vos docteurs, 
et pris de lui une opinion un pen large, on sera peut-etre 
attrap^ si on rencontre un confesseur qui n'ea soit pas, et qui 
refuse I'absolution, si on ne change de sentiment. N'y avez- 
vous point donnd ordre, mon pere? En doutez-vous? me 
r(?pondit-il. On les a oblige's k absoudre leurs pdnitents qui 
ont des opinions probables, sur peine de pdchd mortel, afin 
qu'ils n'y manquent pas. C'est ce qu'ont bien montri nos 
peres, et entre autres le pere Bauny, tr. 4, De pcenit, q. 18, 
p. 93. " Quand le penitent, dit-il, suit une opinion probable', 
"le confesseur le doit absoudre, quoique son opinion soit 
" contraire a celle du penitent." Mais il ne dit pas que ce soit 

1 The Latin words were omitted in B and C. 




THE PROVINCIAL LETTERS. 



137 



V. 



unpdch^morteldenelepasabsoudre. Que vous ^tes prompt ! letter 
me dit-il ; dcoutez la suite : il en fait une conclusion expresse : 
"Refuser I'absolution h. un pdnitent qui agit selon une opinion 
"probable, est un pdchd qui, de sa nature, est mortel." Et il 
cite, pour confirraer ce sentiment, trois des plus fameux de nos 
p^res, Suarez, Opera, t. xix. de sacram., pars 2, disp. 32, sect 
5; Vasquez, t. l pars 2, disp. 62, c. 7; et Sanchez, ut supra 
n. 29 (13). ^ ' 

mon p^re ! lui dis-je, voil^ qui est bien prudemment 
ordonne! II n'y a plus rien k craindre. Un confesseur n'o- 
serait plus y manquer. Je ne savais pas que vous eussiez le 
pouvoir d'ordonner' sur peine de damnation. Je croyais que 
vous ne saviez qu'6ter les p^chds ; je ne pensais pas que vous 
en sussiez mtroduire. Mais vous avez tout pouvoir, a ce que je 
vois. Vous ne parlez pas proprement, me dit-i). Nous n'intro- 
duisons pas les p^cbe's, nous ne faisons que les remarquer. J'ai 
deja bien reconnu deux ou trois fois que vous n'etes pas bon 
scolastique. Quoi qu'il en soit, mon pfere, voila mon doute bien 
rt^solu. Mais j 'en ai un autre encore a vous proposer : c'est que 
je ne sais comment vous pouvez faire, quand les P^res de 
I'Eglise'' sont contraires au sentiment de quelqu'un de vos 
Casuistes. 

Vous I'entendez bien peu, me dit-il. Les Peres etaieut 
bons pour la morale de leur temps ; mais ils sont trop dloignds 
pour celle du n6tre. Ce ne sont plus eux qui la reglent, co 
sont les nouveaux Casuistes. Ecoutez notre pere Cellot, de 
Hier., 1. 8, cap. 16, p. 714, qui suit en cela notre fameux p^re 
Reginaldus: "Dans les questions de morale, les nouveaux 
" Casuistes sont prdfdrables aux anciens P^res, quoiqu'ils fussent 
"plus proches des ap6tres." Et c'est en suivant cette maxima 
que Diana parle de cette sorte, p. 5, tr. 8, reg. 31 : " Les bdne- 
l^iiciers sont-ils obliges de restituer leur revenu dont iis dis- 
" posent mal ? Les anciens disaient que oui, mais les nouveaux 
"disent que non : ne quittons done pas cette opinion, qui 
"decharge de I'obligation da restituer (i^)." Voila de belles 
paroles, lui dis-je, et pleines de consolation pour bieu du monde. 
1 B and C <k rien ordonmr. -■ A, B and C omit de VEjUte. 





1 




'hf 




1 



lj{ 

! 

n 




138 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



LETTER 
V. 



!S i 



Nous laissons les P^res, me dit-il, k ceux qui traitent la 
positive : mais pour nous, qui gouvernons les consciences, nous 
les lisons peu, et v. citons dans nos dcrits que les nouveaux 
Casuistes. Voyez Diana, qui a tant' dcrit ; il a mis k I'entrt^e 
de ses livres la liste des auteurs qu'il rapporte. II y en a deux 
cent quatre-vingt-seize, dont le plus ancien est depuis quatre- 
vingts ans. Cela est done venu au monde depuis votre Society? 
lui dis-je. Environ, me r(^pondit-il. C'est-a-dire, mon pere, 
qu a votre arriv^e on a vu disparaitre saint Augustin, saint 
Chrysostome, saint Ambroise, saint Jc^rome, et les autres, pour 
ce qui est de la morale. Mais au moins que je sache les noms 
de ceux qui leur ont succdde' : qui sont-ils, ces nouveaux 
auteurs? Ce sont des gens bien habiles et bien c^lebres, 
me dit-il. Cost Villalobos, Conink, Llamas, Achokier, Deal- 
kozer, Dellacruz, Veracruz, Ugolin, Tambourin, Fernandez, 
Martinez, Suarez, Henriquez, Vasquez, Lopez, Gomez, Sanchez, 
de Vechis, de Grassis, de Grassalis, de Pitigianis, de Graphaiis, 
Squilanti, Bizozeri, Barcola, de Bobadilla, Simancha, Perez de 
Lara, Aldretta, Lorca, de Scarcia, Quaranta, Scophra, Pedrezza, 
Cabrezza, Bisbe, Dias, de Clavasio, Villagut, Adam a Manden, 
Iribarne, Binsfeld, Volfangi a Vorberg, Vosthery, Strevesdorf (15). 
O mon pere ! lui dis-je tout effrayd, tous ces gens-la etaient-ils 
chrdtiens ? Comment, chrdtiens ! me rdpondit il. Ne vous 
disais-je pas que ce sont les seuls par lesquels nous gouvernons 
aujourd'hui la chr^tient^ ? Cela me fit pitie' ; mais je ne lui 
en tdmoignai rien, et lui demandai seulement si tous ces auteurs- 
la i^taient J^suites. Non, me dit-il, mais il n'importe ; ils n'ont 
pas laiss^ de dire de bonnes choses. Ce n'est pas que la plupart 
ne les aient prises ou imit^es des notres ; mais nous ne nous 
piquons pas d'honneur, outre qu'ils citent nos peres a toute 
heure et avec (^loge. Voyez Diana, qui n'est pas de notre 
Socie'te; quand il parle de Vasquez, il I'appelle le phenix des 
esprits. Et quelquefois il dit " que Vasquez seul lui est autaut 
" que tout le reste des hommes ensemble* instar omnium" 
Aussi tous nos peres se servent fort souvent de ce bon Diana ; 
car si vous entendez bien notre doctrine de la probability, vous 
» A. B and C furleusement, * B and C omit ememhle 



THE PKOVINCIAL LETTERS. 



13.9 



verrez^ que cela n'y fait rien. Au contraire, nous avons bien lettew 
voulu que d'autres que les Jdsuites puissent rendre leurs ^' 
opinions probables, afin qu'on ne puisse pas nous les imputer 
toutes. Et ainsi, quand quelque auteur que ce soit en a avanct^ 
une, nous avons -droit de la prendre, si nous le voulons, par la 
doctrine des opinions probables ; et nous n'en somrnes pas les 
garants, quand I'auteur n'est pas de notre corps. J'entends tout 
cela, lui dis-je. Je vols bien par la que tout est bien venu 
chez vous, hormis les anciens Peres, et que vous etes les maitres 
de la campagne. Vous n'avez plus qu a courir. 

Mais je prdvois trois ou quatre grands inconvdnients, et de 
puissantes barrieres qui s'opposeront k votre course. Et quoi ? 
me dit le pere tout e'tonnd. C'est, lui repondis-je, r:6criture 
salute, les papes et les conciles, que vous ne pouvez dementir, 
et qui sont tons dans la voie unique de I'Evangile. Est ce 1^ 
tout ? me dit-il. Vous m'avez fait peur. Croyez-vous qu'une 
chose si visible n'ait pas e't^ prdvue, et que nous n'y ayons pas 
pourvu ? Vraiment je vous admire, de penser que nous soyons 
opposes a I'Ecriture, aux papes ou aux conciles ! II faut que je 
vous e'claircisse du contraire. Je serais bien marri que vous 
crussiez que nous manquons a ce que nous leur devons. Vous 
avez sans doute pris cette pense'e de quelques opinions de nos 
peres qui paraissent chequer leurs de'cisions, quoique cela ne 
soit pas. Mais, pour en entendre I'accord, il faudrait avoir plus 
de loisir. Je souhaite que vous ne demeuriez pas mal ^difie de 
nous. Si vous voulez que nous nous revoyions demain, je vous 
en donnerai I'c^claircissement. 

Voila la fin de cette conference, qui sera celle de cet entre- 
tien; aussi en voila bien assez pour une lettre. Je m'assure 
que vous en serez satisfait en attendant la suite. Je suis, etc. 

* A, B and C "vous verrez bien." 




'I 



140 



THE I'llOVINCIAL LETTKUS. 



NOTES ON LETTER V. 



"^^ I 



(1) Tho Imasfo primi swcuU was a collection of poems and essays in 
umour of the anniversary of the Society's foundation. It was published 
by certum Flennsh Jesuits, and certainly does not merit the importance 
Which later controversy gave to it, especially in the formal indictment of 
tho French Parliament in 1762. Anyone who is acquainted with the 
literature of tho 16"> and l?'" centuries, is well aware that a flood of lauda- 
tory prose and indifferent poetry was opened on every occasion ; and the 
Jma^/o IS only intin-esting as showing an exaggerated specimen of a common 
claas. The £nlumi,iiires had already pilloried the passages which Pascal 
quotes. 

(2) As to tho accuracy of Pascal's judgment upon the policy of the 
Jesuits, see Introduction iv. But it may here be noted that their apologists 
have found it needful to ignore the distinct declaration : ^^ Bac/icz done que 
" hur ohjct n'cst pas d<i corrompre les mwurs: ce n'est pas leur dcssciii," and to 
argue nulignantly against a charge which Pascal expressly repudiates. 
(Jrt<tinoau-Joly, for instance, quotes with approval Voltaire's falsehood : 
"on trichait dans ces lettres do prouver qu'ils avaient un dessein formd de 
"corrompi-e les mceurs des hommes." i;Su'cle do Louis A'lV., c. 37, quoted 
m Ilistoirc de la C. de J. iv. r,0.) IVlaynard, on the other hand, wlio is 
nearly always fair in dealing with historical points, a.liuits that Pascal's 
mdictment is totally different in nature from the loose and unscientific 
charges of tho Parlement of 1762. 

(3) Tho quotation from Petau in the former paragraph is from his 
JVnitcnce puUiquc, ii. 152, and in. p. 78, turned by de Saci in the JMimi- 
oiures into his usual halting couplets. -That there were severe directors 
among the Jesuits, is more capable of proof than the existence of "severe" 
authors. Of both Bourdalouo is the most striking instance, in spite of 
Madame Cornuel's epigram. (Cf Introduction iii. supra.) But of Bourda- 
louo, ;is of Massillon and Bossuot, it may be rightly .said that they were, in 
the doctrines of penitence at letwt, disciples of Arnauld. 

(4) The following is the article of the Decree referred to :— "/< is in nu 
" wise lawful for Christians to perform aets of reverence and public worship to 
"rtu Idol, umier the pretext or ivith the intention of adoriiuj the Cross which 
" IS held in the hand, or concealed amomj flowers upon the altar." The decree, 
vhich was published in 1645, and signed not by Cardinal Capponi but by 



THE PROVINCIAL LEtTERS. 



ui 



Cardinal Oinetti,\vas elicited by a demand of the Dominican Moralez; and 
the rule enacted was to apply ''omnibus et singulis missionariis cujuscumque 
" Ordtnis, Religionis et Jnstituti, etiam fSodetatis Jesu." The latter history 
of the Jesuit missions in China, the affair of Cardinal Tournon, &c., are an 
evident proof of the independence of Rome virtually claimed by the Society. 
(See on the Jesuit side, Cr(5tineau-Joly, tome iii. pp. 205—229 ; Maynard, i. 
221, note; and on the other side, Huber, Der Jeauiten Orden, pp. 187—192; 
Cartwright, The Jesuits, 90—114.) 

(r)) On EscoBAU see Index of Authors. The edition referred to by 
Pascal (cf. Letter VIII. ad fin.) was the 36'" edition, printed at Brussels in 
Kiol, one volume in 8" of 9,34 pages. It is dedicated by the printer Vivie- 
ims to Charles Vanden-Bosch, the new bishop of Bruges. A vignette 
depicts Clirist as the Good Shepherd bearing a sheep on His shoulders. 
Earlier editions had an engraving in this i)lace representing the Apocalyp- 
tic book with seven seals, the four f«a, and the 24 elders. (A later 
edition of Lugd. 1G59, lying before me, printed after the Provincial Letters, 
j,'ives the portrait of Escobar, sitting in his library, with the motto 
" Post viginti supra septem volumina edita, plura digerit.") These were 
supposed to typify Escobar's Jesuit authorities ; the C^a being Suarez, 
Molina, Vastpiez, and Valentia, while the "elders" were Sanch'ez, Azor, 
Toleto, Henriquez, Lessius, Rebellus, Coninck, Avila, Reginaldus, Filiucci| 
Salas, Hurtado do Mendoza, Caspar Hurtado, Layman, the two Lugos' 
{''sanguine et sapientia germani"), Becauus, Fagundez, Granada, Castro 
Talao, Gordon, Baldellus, Sa, and Maratius. In addition to these, Escobar 
(luotes as his authorities Tanner, Bellarmin, Gretser, Turrianus, Busajus, 
I'tilacus and Fernandez. 

The Approbation recites that no books of the Society are published 
without the sanction of the Superiors {Bibliopolis omnibus prohibetur, ne 
libros ab ejusdcm Societatis hominibus compositos absque Supcriorum permis- 
sione imprimant, permitto, etc.). But it must be added that the censors of 
the edition of l()r)9 are not Jesuits, being respectively a Carmelite and a 
Minorite. They declare that "...nihil in eo fidei Catholico!, Apostoli^ce, et 
" liomana', disso7mm deprehendisse. Idea dignum iudicamus qui publicis 
«' usihus tribuatur." 

((!) Even Maynard is forced to remark on this: "II faut passer coii- 
|Slauinati<Mi sur cette ridicule decision d'Escobar." But he adds, " Mais le 
"bonhonuue ne I'avait apprise ui des quatre animaux ni des vingt-quatre 
' vu'illards, et il en reste seul responsable." (i. 231, note.) This is some- 
what disrespectful language concerning an author whom he thus describes 
m another part :— « Homme de science et de vertu, Escobar est ordinaire- 
" ment solide et irr^prochahle dans les principes, en mhne temps qu'il vise 
"toujours ^ conserver pure et saine la morale dc VEvangiUr (ii. 4.54.) 
But tliis passage is possibly ironical. 









I' 







142 



THE PROVINCIAL LETTERS. 




(7) Escobar's subtlety can be supported by the authority of Aquinas 
to some extent. Cf. Simma, ii. 2, Qu. 147, art. 6 ad secundum. Maynard 
points out that Pascal omits a similar restriction in his quotation of 
Escobar : Immoderatio auton "potest temperantiam violare, sed non jeju- 
**nium." 

(8) Pascal here is gtiilty of the controversial fault of misquoting an 
adversary, a fault so rare on his part, that all the ingenuity of his critics 
cannot point to a second instance. Although the topic is unsavoury, it ia 
right, in justice to Filiucci, to quote his exact words : — 

"Dices secundo, an qui malo fine laboraret ut ad aliquem occidendum 
•' vel ad inscquendai7i amicam, vel quid simile, teneretur ad jejunium. Re- 
•' spondeo talem peccaturum quidem ex malo fine, at sequuta defatigatione 
" excusaretur a jejunio ; nisi fieret in fraudem, secundum aliquos ; sed melius 
*' ahi, culpam quidem esse in apponenda causa fractionis jejunii, at, ea 
" posita, excusari a jejunio." 

Sainte-Beuve {Port Royal in. m), from whom the quotation has been 
taken, refutes Wendrock's efforts to justify Pascal. The difference is 
obvious. In extenuation might be pleaded Pascal's own assertion at the 
beginning of the following Letter (in the original edition, cf. note), which 
may be taken to imply that his verification of extracts began then. 

(9) This is the error condemned by Pope Innocent XI. in § 63 of the 
Bull of 1679 in the exact words of Basile Ponce, quoted approvingly by 
Bauny. («' Licitum est quaerere directs occasionem proximam peccandi pro 
« bono spirituali, vel temporal! nostro, vel proximi.") Maynard points out 
that Suarez and other Jesuits have held the opposite opinion, which does 
not however affect Pascal's position. (Cf. Snares. Opera, tom. xix. de 
iSacram. pars 2, disp. 32, sect. 2, n. 4.) 

(10) On the Doctrine of ProbabilHy, see Introduction iii.-Pascal 
nowhere asserts that it was invented by the Jesuits, but he is unquestion- 
ably right in saying that it is " le fondement et Ya b c de toute notre morale » 
Hardly a snigle Jesuit, with the exception of Comitolo, could be mentioned 
who repudiated or ignored it. But it had first been practically advocated 
by the Domniicans Bauez (1577) and Medina (1584), and it was not until 
1598 that Vasquez developed it to more dangerous lengths. It was con- 
demned by Pope Alexander VII. in 1665 and 1666. Nicole ( ircWroc/-) 
has an elaborate dissertation (ed. 1665, pp. 76-138) on the subject The 
Jesuit Dechamps published a treatise in 1659, called Qucestio facti, attempt- 
ing to prove that Nicole had plagiarized from Comitolo. 

(11) The dictum of Emanuel Sa will be found in the edition of Douai 
(1623) at the page mentioned in the text. 

(12) Layman's words are :-« Imo arbitror, nihil a ratione alienum fore, 
"si doctor coasultus significut consulenti, oi^inionem a quibusdam viris 



ihiiiid. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



143 



"doctis tanquam probahilem defendi, quam proinde seqiii ipsi liceat; 
"quamvi& idem doctor ejusmodi sentcntiam speculative falsam esse certo 
"sibi persuadeat, ut proinde ipsemet in praxi earn seqni non possit." May- 
ncard quotes these words, and actually asserts that Pascal had not faith- 
fully rendered their sense, (i. 243, note.) 

(13) Maynard asserts that all these writers imply the correctness of 
the penitent's opinion. But this overlooks the fact that, by the nature of 
the hypothesis, the confessor dissents from it. 

(14) The reference to Diana will be found in the edition of 16G7, in t. 
4, tr. 7, res. 26. Cellot and Reginaldus speak of veteres, which does not 
necessarily mean only the Fathers, but by no means justifies Maynard in 
accusing Pascal of "falsification." (i. 246, note.) He is more successful in 
showing that Pascal foils to grasp the point of Reginald's distinction, viz, 
that while in matters of doctrine the earlier writers are to be preferred, in 
practical questions the later ones have better authority. There is no tmi- 
versal preference of the modern over the ancient. 

(15) Nouet {Impostures, !"> Partie, p. 31) drew up a list of writers, 
partly Protestant partly Jansenist, in imitation of the famous catalogue. 
It must be admitted that his orthography is not more careless than Pascal's, 
"Luther, Usser, Bucer, Tayler, Keiser, Groper, Tamber, Whittaker, Herman j 
"Tilleman, Calaghan, Hus, Thorp, Vrigth (? Wright), Hork, Schuch, Cran, 
"Whyght, Esch, Hall, Hun, Fryth, Pourceau, Testuot, lansen, Holden, 
"Kitten, SufTen, Hovenden, Zanchius, Brandius, Scharpius." Nouet asks 
"«i tons ces (/ens-Id estoietU veritahlement Ckrestiens ? " For a notice of the 
Casuists enumerated by Pascal, see Index of Authors. 



'■'f 




on of Douai 




'( I 



STXIEME LETTEE^ 



Do Taris, co 10 avrii 1056. 
MONSIEUH, 

Je vous al dlt, a la fin do nia (IcriiiiTo lottro, quo co 
bou pin-c Jesuite m'avait proinis do m'apprendre do (|uello sorte 
los Casuistcs accordont les contraridtds qui so roncontrcnt entre 
lours opiuions ot los duoisioiis dcs papes, dcs conciloa et do 
rKoritiu-o. II lu'en a iustruit, eii cffet, dans ma secondo visite, 
dont voici lo rdoit*. 

Co bou poro nio parla" de cotto sortc : Uno dos maniores 
dout nous accordous ces contradictions api)arontos, est par I'in- 
torprctatiou do quohpio ternio. Par exomplo, le papo Grdgoire 
XIV a ddclard quo los assassins sont indigues do jouir do I'asile 
dcs dgliscs, et qu'on les en doit arraclier. Co})endant nos vingt- 
(pnitro vioillards discnt, tr. (I, ox. 4, n. 27', (pio "tons ccux qui 
"tuont eu trahison no doivont jias encourir la peine do cette 
" bullo." Cela vous parait etro contrairc ; niais on laccordo, on 

' Modern editions add tho heading: "Pifferents artifices des Jesuites pour 
" eluder I'atitorit^ do riOvaiiKilo, doa concilon et des papes.— Quclqiies consijquen- 
"ces qui suivent do leur doctrine sur la probabilite.— Leurs rel.-kliements en 
'• favour des honeficicra, des pretres, des religicux, et des doniestiiiucs.— Histoire 
" de Jean d'Alha." 

- A, B and C add—" Je le ferai plus exactenicnt quo I'antre, car j'y porfai 
"dos tablettes pour luarqucr les citations dos passages, et jo fus bien fdclie de 
" n'on avoir point apport6 di>8 la preniioro fois. Noanmoins, si vous 6tes eu 
" peine do (piobiucs-nns de cenx quo jo vous ai cit^s dans Tautro Icttro, faites-Ie- 
" nuii savoir: jo vous satisferai facilomeut." 

* Ibid, "me parla done." 

* In this lotter A, B and C refer to the pages in Escobar. The change was 
duo lo the multiplicity of editions. 



THE PFtOVINCIAL LETTKRR. 



145 



VI. 



mtorpnJtant lo mot iVassassin, commo ils font par cos paroles • littkr 
" Lcs assussins ne sont-ils pas indignes do jouir du privik'ae des "" 
"r-liscs? O.u, par la bullo do Git%oiro XIV. Mais' nous 
"cntci.dons par to mot d'assas.sins coux qui ont rc^u do I'argont 
" pour tuor ((tiehiu'un on traluson. ])'ou il arrive quo coux qui 
" tiu'tit sans on rocovoir aucun prix, mais seulenient jmur obligor 
" k-urs amis, no sont pas api)oIds assassins (i)." Do memo il est 
(lit dans I'Evangilo: "Dotmoz I'aumono do votro superflu." 
Cependant plusiours Casuistcs ont trouvo moyen de dcchargor 
l(.'s porsonnos los plus riches do I'obligation de donner I'aumono. 
Ccia vous parait oncoro contrairo ; mais on fait voir facilement 
rucconl, en intcrpr(<tant lo mot do superjlw ; en sorto qu'il 
iranivc pi-os<iuc jamais (pio personne on ait. Et c'ost ce qua 
fait le docte Vascpiez en cetto sorto, dans son Tmite de I'awndne, 
c. 4, n. 14: "Co que les porsonnos du mondo gardcnt pour 
I' rclov.'r lour condition ct cello de lours parents n'est pas appele 
"suporflu. Et c'ost pourquoi i\ peine trouvera-t-on qu'il y ait 
"jamais do superflu chcz les gens du mondo, et non pas m6me 
" clu'z los rois (2)." 

Aiissi Diana ayant rapportd ces memos paroles de Vasqucz, 
oar d so fondo ordinairemont sur nos pL-res, il on conclut fort 
bicn quo, " dans la question, si les riches sont obliges do donner 
" I'aumone do lour superflu, encore que I'afiirmative fut vdritable, 
"d n'arrivcra jamais, ou presque jamais, qu'elle oblige dans la 
" prati(iuo (3)." 

Jo vois bien, men p^To, que cola suit de la doctrine de 
Vasqucz. Mais que rdpondrait-on, si I'on objoctait qu'afin do 
fairo son salut, il serait done aussi sftr, selon Vasquez, de ne 
ponit (lonner laumone, pourvu qu'on ait assez d'ambitio'n pour 
n^ivoir point de superflu, qu'il est sdr, selon I'Evangile, de 
n'avou' point d'ambition, afin d'avoir du superflu pour' en 
pouvou- donner I'aumdne' ? II faudrait rdpondre, me dit-il, que 
toutes ces deux voies sont silrcs selon le mCme Evangile : Tune, 

' A, B an.l C have:-" Mais que r^pondrait-on, ri on m'ohjcctait qu'afin do 
^ ■> son sah.t, il serait done aussi sur, selon Vasquez, d'avoir assez d'ambition 
:" •• nu,„,rpon,t do superflu, qu'il est sftr. selon l'l^>angile, de n'avoir point 
ci ambition, pour douuor raumonc de son superflu ? " 

l^ASC. L. jQ 




I 



!M 




146 



THE PROVIXCIAL T-ETTKRH. 



LRTTEii selon I'Evangile dans lo sens Ic plus Httdral et le plus facile k 
trouver; I'autre, selon lo meme Evangile, interprdtd par Vas- 
qucz. Vuus voyez par la I'utilitu des intcrprc'tations. 

Mais quand les termos sent si clairs qu'ils n'en souffrent 
auciino, alors nmis nous servons do la rcmarquo des circonstances 
favorables, connne vous verrez par cet cxemplo. Los papes out 
excomnuinie les religieux (pii quittont leur habit; et nos vingt- 
quatre vieillards ne laissent pas de parler en cette sorte, tr. G, 
ex. 7, n. 1 03 : " En quelles occasions un religieux peut-il quitter 
" son habit sans encourir I'excominunication V II en rappurte 
plusieurs, et entre autres celle-ci : " S'il lo quitto pour une 
"cause honteuse, comme pour aller filouter, ou pour aller incocf- 
"m'toendes lieux de debauche, le devant bientot reprendre." 
Aussi il est visible que les buUes ne parlent point de ces 
cas-la (■!). 

J'avais peine a croire cela, et je priai le ptre de me le 
montrer dans Toriglnal ; je vis que le chapitro ou sont ces 
paroles est intitule : " Pratique selon Tecole de la Soci(^td de 
J^sus ; Praxis e Societatis Jesu schola ; " et j y vis ces mots : Si 
hahitum dimittat nt fnretur occulte, vel fortiicetur. Et il me 
montra la meme chose dans Diana, en ces termes : lit eat incog- 
nitiis ad Ivpanar. Et d'ou vient, mon pere, qu'ils los ont 
decharges de rexcomiuunication on cette rencontre ? Ne lo 
comprenez-vous pas ? me dit-il. Ne voyez-vous pas quel scan- 
dale ce serait de surprendre un religieux en cet etat 9"ec son 
habit de religion ? Et n'avez-vous point oui parler, continua-t- 
il, coinment on rdpondit a la premiere bulle, Contra sollici- 
tantes ? et de quelle sorte nos vingt-quatre, dans un chapitre 
aussi de la Pratique de Vecole de notn Societe, expliquent la 
bulle de Pie V, Contra clericos etc. (5)? Je ne sais ce que cost 
que tout cela, lui dis-je. Vous ne lisez done guere Escobar? 
me dit-il. Je ne I'ai que d'hier, mon pere ; et meme j'eus de 
la peine a le trouver. Je ne sais ce qui est arrivd depuis peu, 
qui fait que tout le raonde le cherche. Ce que je vous disais, 
repartit le pfere, est au tr. 1, ex. 8, n. 102. Voyez-le en votre 
particulier ; vous y trouverez un bel exemple de la maniere 
d'intei'pi'uter favorableiiient les bulles. Je le vis en efft'L des 



THK I'ROVIXCIAI, LKTTKHS. 



147 



t "-ec son 



VI. 



lo soir memo; niais je u'o.e vous le rupporter. car c'est u„o lkttku 
chose cffroyablo {'>), 

Le boD pore continua d(^nc ninsi : Vous entendez bien main- 
tenant comment on se sert iles circonstances favorablea. Mais 
il y en a quelquefois de si precises, .ju'on ne pent accordor par 
la ies contradictions ; de sortc que ce serait bien alors que vous 
cioiiic;^ qu'il y on aurait. Par exemplo, trois papes ont ddcidd 
<|ue Ies rehgieux qui sont obliges par un va.u paiticulier h la 
vie (inadrage^simale n'en sont pas dispenses, encore qu'ils solent 
faits e'v6ques. Et cependant Diana dit qne, " nonobstant leur 
" decision, lis en sont dispenses." Et comment aecordo-t-il cela i 
l>ii dis-je. C'est, rt<pli(pia le pl're, par la plus subtile de toutcs 
Ies nouvelles mt^thodes, et par Ic plus fin de la probability Je 
vas vous I'expliquer. C'est (|ue, comme vous le vites I'autre 
jour, I'afKrmative et la negative de la plupart des opinions ont 
chacune quelque probabilite, au jugement de nos docteurs et 
assez pour etre suivies avec silrete de conscience. Ce n'est pas 
que le pour et le centre soient ensemble ve'ritables dans le meme 
sens, cela est impossible; mais c'est seulement qu'ils sont en- 
semble' probables, et siirs par consequent. 

Sur ce principe, Diana notre bon ami parle ainsi en la part. 
0, tv.Vi, r. 89 : " Je re'ponds k la decision de ces trois papes, qui 
'I est^ contraire k mon opinion, qu'ils ont parl^ de la sorte en 
"s'attacliant k I'affirmative, laquelle en effet est probable k 
"mon jugement m^me : mais il ne s'ensuit pas de 1^ que' la 
" nt^gative n'ait aussi sa probabilite (7)." Et, dans le meme traitd 
r. Co, sur un autre sujet, dans lequelil es^. encore d'un sentiment 
contraire k un pape, il parle ainsi: "Que le pape I'ait dit 
"commc chef de I'Eglise, je le veux. Mais il ne I'a fait que 
" dans 1 etendue de la sphere de probabilite' de son sentiment" 
Ur vous voyo^ bien que ce n'est pas \k blesser Ies sentiments des 
papes : on ne le souffrirait pas ^i Rome, on Diana est en si grand ' 
credit. Car il ne dit pas que ce que Ies papes ont ddcidd ne soit 
pas probable; mais, en laissant leur opinion dans toute la 
sphere de probability, il ne laisse pas de dire que le contraire est 
J A. B and C omit'ensemble. ? ina. omit ,7,-,/ ,,,«. 

A, B and C : si haut. (Nicole : magn& illic gratia pollens,) 

10—2 



If ■ 




I 



i\ 




148 



THE niOVINCIAL LETTKUS. 



lii 



ijcTTini ttussi probable. Cola est tres-roapectuoux, hii dis-jc. Kt otla 
eat phis subtil, ajouta-t-il, (juo la n'poiiso (pio lit lo jmto Haiiiiy 
qimiul on cut ccnsuro ses livrcs h llouio. Car il lui ucliapiia 
dV'crirc contro M. Hallicr, qui lu pcrst'cutait alors furictUHeinent: 
"Qua do conunun la cenauro do llonu! avoc ci'lU; dc; Franco W i" 
Vous voyoz assoz par li\ (juo, aoiL par Tintorprotatioii dos torinos, 
Boit par la romaniuo dos circonstaucoa tavurabloa, soit ciitiii jiar 
la double ])r()babilitt5 du pour ct du contro, on accorde toujours 
CCS contradictions prc'tondues, (jui vous otonnaii'ut auparavant, 
sans jamais blessor lea di'icisions de I'Ecriture, dos conoilea ou 
dos papea, conimo vous lo voyoz. Mon rdvt^rcnd pbre, lui dia-jo, 
<iuc lo nu)nde est lioureux de vous avoir pour nmitres '! Que ces 
probabilitos sont utiles ! Je no savais pourquoi vous avioz pris 
tant do soin d't^tablir <|u'un soul doctour, s^il est grave, pout 
rendro une opinion probable ; quo lo contrairo pout I'otre 
aussi ; ct qu'alors on ])eut choisir du pour ct du contro celui 
(pii agrde lo plus, encore (|u'on ne lo croie pas vdiitablo, et avec 
tant de si\retd de conscience, ([u'un confossour qui rot'userait de 
donner I'absolution sur la foi de ces Casuistes serait en dtat de 
damnation : d'oil je comprends qu'un soul Casuisto pout a sou 
gre t'aire de nouvellos regies de morale, et disposer, scion sa 
fantaisie, do tout co (jui regarde la conduitc dos nianirs*. II 
faut, me dit le pore, apporter (pielque tcmpdrament <\ ce que 
vous ditos. Apprencz bion coci. Voici notro nidthode, oti vous 
verrez le progros d'une opinion nouvcllc, dcpuis sa naissance 
jusqu'a sa maturite. 

D'abord lo doctour grave qui I'a inventee I'expose au monde, 
et la jette comme une semonce pour prendre racine. EUe est 
encore faible en cot etat, niais il faut que le temps la murisse 
pen a pou. Et c'ost pourcjuoi Diana, qui en a iutroduit plu- 
sieurs, dit en un endroit : " J'avance cette opinion ; mais parce 
" qu'elle est nouvcllc, je la laisse miirir au temps, relinquo tern- 
*' pori maturandam." Ainsi en peu d'anudes on la voit inseusi- 
blement s'affermir; et, apr^s un temps considdrablc, ellc se 
trouve autorisee par la tacite approbation de I'Eglise, selon cette 

' Ibid. "Que VEglhe est heurcuse de vous avoir pour dcfenseurs." 

- A, B and C: "la conduite de VKgUse." (Nicole: ecdesUe disciplinam.) 



THE rnoVINCIAL LETTERS. 



149 



VI. 



;;riintlo maxiine du pfjro Banny : "qii'ttno opinion t^tant avanci'o LKTTRre 
" par ([iKipio Casuisto, efc I'E^rliso no s'y etant point opiKweo, " 
"cV'st nn t('in.)i<rnag(! (pi'ello I'approtivo ('J)." Et cost en offot 
par c(! principo cpi'il autoriso un do ces sentiments dans son 
tr;iit<^ VI. (pi. !), part. 1, p. liVl Kh (pioi ! lui dis-je, mon pbre, 
I'K-lisc, k CO cotnpto-li\, approuverait done tons les abus (pi'ello 
sounVt!, ct toutcs les erreuf.s de.s livres (pi'ello no censure point ? 
Disputes, nie dit-il, contro le peio Bamiy. Jo vous fais un 
n'cit, ct vous (X)niestez contro inoi ! H no f'aut jamais disputer 
MM- uu' fait. Jo vous disais done (pio, (piand lo temps a ainsi 
iiiiui uiie opinion, alors cllc est tout h fait probable et sfiro. 
Et (le li\ vient cpie le docto Caramucl, dans la lettre oii il 
fidresHe a Diana sa ThMogie fumhimenUde, dit que ce grand 
"Diana u rendu plusieurs opinions probables qui no I'dtaient 
" pas auparavant, (piw antea mm entnt ; et qu'ainsi on no peciio 
"plus en les suivant, au lieu qu'on pt'cbait auparavant :. /cm 
" lion, peccant, licet ante peccaverint (i^)." 

En verite, mon pbre, lui dis-je, il y a bion h, profiter aupres 
do vos docteurs. Quoi ! do deux pcrsonnes qui font les memos 
choses, celui qui no sait pas leur doctrine peche ; celui qui la 
suit nc peche pas ? Est-elle ' done tout ensemble instructive ct 
justifiunte ? La loi do Dieu faisait des prevaricateurs, ^elon 
•siimt Paul ; colle-ci'' fait (|u'il n'y a presque que des innocents. 
Je vous Hupplio, mon pere, do m'en bien informer; je ne vous 
(luitterai point que vous ne m'ayez dit les principales maximes 
que vos Casuistes ont c'tablies. 

Helas ! mo dit le pere, notro principal but aurait ete de 
n'etablir point d'autres maximes que celles de I'Evangile dans 
toiite leur severitd ; et I'on voit assez par le reglement de nos 
nueurs (pic si nous souflfrons quelque relachement dans les 
iiutres, c'est plutot par condcscendance que par dessein. Nous 
y soninics forces, Les hommes sont aujourd'hui tellement cor- 
rompus, que, no pouvant los faire venir a nous, il faut bien que 
nous allions a eux ; autremont ils nous quitteraient : ils feraient 
pis, lis s'abandonneraient entieremcnt, Et c'est pour les rotenir 

' ^' ^ ^"'1 ^■- lefnif- ' Ibid. "Elle est done..." 

•* Ibid. "f<celle-ei." 



ill 






. i 




■; , ! 


j 1 

i 


; 


■■ 




\ 






\ 


ll 

i 
■i 


1 


1 







150 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



LETTER que nos Casuistes ont considdrd les vices auxquels on est le plus 
ported dans toutes les conditions, afin d'dtablir des maximes si 
douces, sans toutcfois blesser la verite', qu'on serait de difficile 
composition si I'on n'en etait content ; car le dessein capital que 
notre Socidtt^ a pris pour le bien de la religion est de ne rebuter 
qui que ce soit, pour ne pas desespe'rer le nionde (H). 

Nous avons done des maximes pour toutes sortes de per- 
sonnes, pour les beneficiers, pour les pretres, pour les religieux, 
pour les gentilshommes, pour les domestiques, pour les riches^ 
pour ceux qui sent dans le commerce, pour ceux (pii souu mal 
dans leurs affaires, pour ceux qui sont dans I'indigence, pour les 
femmes d(^votes, pour celles qui ne le sont pas, pour les geus 
maric's, pour les gens dert<gles. Enfin, rien n'a dchappe^ k 
leur prevoyance. C'est-a-dire, lui dis-je, qu'il y en a pour le 
c\erg4, la noblesse et le tiers-e'tat. Me voici bien disposd a les 
entendre. 

Commencjons,' dit le pere, par les bt^ne'ficiers. Vous savez 
quel trafic on fait aujourd'hui des bdndfices, et que, s'il fallait 
s'en rapporter a ce que saint Thomas et les anciens en ont dcrit, 
il y aurait bien des simoniaques dans I'Eglise. C'est^ pourquoi 
il a 4t6 fort ndcessaire que nos peres aient tempdrd les choses 
par lenr prudence, comme ces paroles de Valentk, qui est I'lm 
des quatre animaux d'Escobar, vous I'apprendront. C'est la 
conclusion d'un long discours, ou il en donne plusieurs expM- 
ents, dont voici le meilleur, t\ mon avis. C'est en la p. 20.^9 du 
t. in.^ "Si Ton donne un bien temporelpour un bien spirituel," 
c'est-a-dire de I'argent pour un bendtice, " et qu'on donne I'argent 
" comme le prix du benefice, c'est une simonie visible. Mais si 
" on le donne comme le motif qui porto la volontd du collateur^ 
" a le coufdrer', ce n'est point simonie, encore qui celui qui le 

1 A, B and C, "e* o'est pourquoi." 2 a, du Icnrficier. 

3 Ibid, rmgner. 'Non tanqumi pretimn hcneficii, sed tanqnam motivum ad 
' resninandum.' (B and C), ' tmuiuam motivum covfarndi spirituale.' This quota- 
tion IS not creditable to Pascal, as it is tnado up of separate words and clauses 
from Valentia. Nicole, in fact, was forced to give a totally different version in 
his translation. Still, the Jesuit doctrine was very loose, and lent itself to the 
gravest abuse. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



151 



" confere* considfere et attende I'argent comme la fin principale." 
Tannerus, qui est encore de notre Socidtd, dit la m6me chose 
dans son t. IIL p. 1519, quoiqu'il avoue "que saint Thomas y 
" est contraire, en ce qu' il enseigne absolument que c'est tou- 
" jours simonie de donner un bien spirituel pour un temporel, si 
" le temporel en est la fin." Par ce moyen nous empechons 
uno infinite de simonies. Car qui serait assez me'ehant pour 
refuser, en donnant de I'argent pour un bdndfice, de porter son 
intention k le donner comme im motif qui porte le bdndficier k 
le resigner, au lieu de lo donner comme le prix du bdndfice ? 
Personne n'est assez abandonnd de Dieu pour cela. Je demeure 
d'accord, lui dis-je, que' tout le monde a des graces suffisantes 
pour fairo un tel marchd. Cela est assure', repartit le jiere (12). 

Voila comment nous avons adouci les choses Ix I'egard des 
beueficiers. Quant aux pretres, nous avous plusieurs maximes 
qui lour sont assez favorables; par exemple, celle-ci de nos 
vingt-quatre, tr. 1, ex. 11, n. 90: " Un pretre qui a re9u de 
" I'argent pour dire une messe peut-il recevoir de nouvel argent 
" sur la mome messe ? Qui, dit Filiutius ; en appliquant la 
''paitie du sacrifice qui lui appartient comme pretre a celui 
" qui le paye de nouveau, pourvu qu'il n'en re9oive pas autant 
"qud pour une messe entiere, mais seulement pour une partie, 
"comme pour un tiers de messe (l^)." 

Certes, mon pere, voici une de ces rencontres ou le pour et 
le contre sont bien probables ; car ce que vous dites ne pent 
manquer de I'etre, apres I'autoritd de Filiutius et d'Escobar. 
Mais en le laissant dans sa'^ sphere de probability, on pourrr-jt 
bien, ce me semble, dire aussi le contraire, et I'appuyer par ces 
raisons. Lorsque I'Eglise permet aux pretres qui sont pauvres 
de recevoir de I'argent pour leurs messes, parce qu"il est bien 
juste que ceux qui servent k I'autel vivent de I'autel, elle n'en- 
tend pas pour cela qu'ils echangent le sacrifice pour de I'argent, 
et encore moins qu'ils se privent eux-memes de toutes les graces 
qu'ds en doivont tirer les piemiers. Et je dirais encore que 
" les pretres, selon saint Paul, sont obliges d'offrir le sacrifice, 

' A, B and C, qui resigne. 

■■' A, B and C, "dans hi spbc^re de probability." 



LETTER 
VI. 




\ f 







I 



152 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



LETTER 
VJ. 



ir 



" premierement pour eux-memes, et puis pour le peuple;" et 
qu'ainsi il leur est bien permis d'en associer d'autres au fruit 
du sacrifice, mais non pas de renoucer eux-memes volontaire- 
ment atoutle fruit du sacrifice, et de le donner a un autre pour 
un tiers de messe, c'est-a-dire pour quatre ou cinq sous. En 
verit(^, mon p^re, pour peu que je fusse grave, je rendrais cette 
opinion probable. Vous n'y auriez pas grand'peine, me dit-il; 
elle Test visiblement. La difticultd ^tait de trouver de la 
probabilite dans le contraire des opinions qui sont manifests- 
ment bonnes*; et c'est ce qui n'appartient qu'aux grands 
hommes. Le pl^re Bauny y excelle. II y a d plaisir de voir 
ce^ savant Casuiste penetrer dans le pour et le centre d'une 
m^me question qui regarde encore les pretres, et trouver raison 
partout, tant il est inge'nieux et subtil. 

II dit en un endroit (c'est dans le traite x, quest. 12, part. 1, 
p. 474) : " On ne pout pas faire une loi qui obligeat les cure's 
"a dire la messe tons les jours, parce qu'une telle loi les 
" exposerait indubitablement, hand duUe, au pt^ril de la dire 
"quelquefois en pe'chc' mortel." Et neanmoins, dans le m^me 
traite' 10, quest. 11, p. 441, il dit que "les pr^tres qui ont re(;u 
de 1 argent pour dire la messe tous les jours la doivent dire 
'|tous les j.urs;" et qu'ils ne "peuvent pas s'excuser sur ce 
"quils ne sont pas toujours assez bien prepares pour la dire 
" parce qu'on pent toujours faire Facte de contrition ; et que 
" s'lls y manquent, c'est leur faute, et non pas celle de celui qui 
" leur fliit dire la messe." Et, pour lever les plus grandes 
d.fticultes qui pourraient les en empecher, il rt^sout ainsi cette 
question dans le meine traite', quest. 33, p. 457 : " Un pretre peut- 
"il dire la messe le meme jour qu'il a commis un pt^cbe' mortel 
" et des plus cnminels, en se confessant auparavant ? Non dit 
" Villalobos, ^ cause de son impurete. Mais Sancius dit que'oui, 
I et sans aucun pdclid Je tiens son opinion sdre, et quelle doit 
" etre suivie dans la pratique : et tuta et sequenda in jjraxi d^)." 
Quoi ! mon pln-e, lui dis-je, on doit suivre cette opinion dans 
la pratique ? Un pretre qui serait tombe dans un tel de'sordre 
oserait-il s'approcber le meme jour de I'autel, sur la parole du 
' x\, 13 and C omit den cnjiniuii''.. bonnes. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



153 



pcre Bauny ? Et ne devrait-il pas> ddft^rer aux anciemies lois letter 
de 1 Lohse, qui excluaient pour jamais du sacrifice, ou au moins ''• 
pour un loDg temps'"', les pr^tres qui avaienc commis des pdches 
do cette sorte, plut6t que de s'arreter aux nouvelles^ opinions 
des Casuistes, qui les y admettent le jour mCme qu'ils y sent 
tombes ? Vous n'avez point de memoire, dit le pere. Ne vous 
appris-je pas I'autre fois que, selon nos peres Cellot et Eeo-i- 
naldus, " on ne doit pas suivre, dans la morale, les anciens 
"peres, mais les nouveaux Q^suistes^?" Je m'en souviens 
bien, lui repondis-je ; mais il y a plus ici, car il y a des lois de 
rEglise. Vous avez raison, me dit-il; mais c'est que vous ne savez 
pas^ encore cette belle maxime de nos Peres : " Que les lois de 
'• I'Eglise perdent leur force quand on ne les observe plus, cum 
"jam, desuetuchne ahierunt," comme dit Filiutius, t. Ji, tr. 25 
n. 33. Nous voyons mieux que les anciens les ne'cessites pre- 
seutos de I'Eglise. Si on etait si sdvere a exclure les pretres de 
I'autel, vous comprenez bien qu'il n'y aurait pas un si grand 
nombre de messes. Or la pluralite des messes apporte tant de 
gloire a Dieu et tant d'utilite aux ^mes, que j'oserais dire, avec 
notre pere Cellot, dans son livre de la Hierarchie, p. Gil de 
I'inipression de Rouen^ qu'il n'y aurait pas trop de pretres, 
" ([uaud non-seulement tons les liommes et les femmes, si cela 
"so pouvait, mais que les corps insensibles, et les betes brutes 
"meme, hnda animalia, seraient changes en pretres pour 
" celebrer la messe." 

Je fus si surpris de la bizarrerie de cette imagination, que 
je ne pus rien dire ; de sorte qu'il continua ainsi : Mais en voila 
assez pour les pretres ; je serais trop long ; venons aux relio-ieux 
Connne leur plus grande difficult*^ est en I'obeissance "qu'ils 
doivent a leurs superieurs, (Icoutez I'adoucissement qu'y appor- 
tent nos pbrcs. C'est Castrus Palaiis, de notre Socidte, Op mor 
p. I., tr. I, disp. 2, p. 6 : " II est hors de dispu.^e, non est con- 
troversia, que le religieux qui a pour soi une opinion probable 

3 !' K ''"'! S ""'^^ ^^""''- ' ^ ^"'^ ^ °"^^* «« «" >mim...tcmp... 

(\ntPi;,i "; ; '''.r''!' ""■'''' ''"' ''' nouvdUs, wWch, as Mayuard remarks 
(Aotc in loc), IS hardly French. 

^ Ibid, scion ma ph-es Cellot et Mrjinaldm, 

■' Tlic words de Vhiipresaion de Rouen are wanting in B and C. 





154 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



I.F.TTKR " n'est point tenii d'obeir k son superieur, quoique I'opinion du 
"supdrieur soit la pins probable; car alors il est permis au 
" religienx d'embrasser celle qui lui est la plus agrdable, quce 
" sibi gratior faerit, comnie le dit Sanchez. Et encore que le 
" commandement du superieur soit juste, cela ne vous oblio-e 
"pas de lui obdir, car il n'est pas juste de tons points et en 
"toutes ma^meres, nonundequaquej teste prcecip it, mais seulement 
" probablement ; et ainsi vous n'etes engagt^ que probablement k 
" lui obeir, et vous en etes probablement degag4 ; jn'ohabiliter 
" uhligatus, et prohaUliter deobligatus." Cert.s, mon pere, lui 
dis-je, on ne saurait trop estimer un si beau fruit de la double 
probabilite. Elle est de grand usage, me dit-il ; mais abrdgeons. 
Je ne vous dirai plus que ce trait de notre ct^lebre Molina, en 
favour des religieux qui sont chasses de leurs couvents pour 
leurs desordres. Notre pere Escobar le rapporte, tr. G, ex. 7, 
n. Ill, en ces termes: "Molina assure qu'un religieux chasse' 
"de son monastcire n'est point obliged de se corriger pour y 
'■ retourner, et qu'il n'est plus lie par son voeu d'obeissance." 

Voila, mon pere, lui dis-je, les eccle'siastiques bien k leur 
aise. Je vois bien que vos Casuistes les ont traitds favorable- 
ment. lis y ont agi comme pour eux-memes. J'ai bien peur 
(lue les gens des autres conditions ne soient pas si bien 
traites. II fallait que chacun fit pour soi. lis n'auraient pas 
mieux fait eux-memes, me repartit le pbre. On a agi pour 
tons avec une pareille charity, depuis les plus grands jusques 
aux moindres; et vous m'engagez, pour vous le montrer, a 
vous dire nos maximes touchant les valets. 

Nous avons considere, a leur egard, la peine qu'ils ont, 
quand ils sont gens de conscience, a servir des maitres dd- 
bauche's. Car s'ils ne font tons les messages oh ils les 
emploient, ils perdent leur fortune ; et, s'ils leur ob(?issent, ils 
en ont du scrupule. C'est^ pour les en soulager que nos vingt- 
(piatre peres, tr. 7, ex. 4, n. 223, ont marqud les services qu'ils 
peuvent rendre en surete de conscience. En voici quelques- 
uns : " Porter des lettres et des pre'sents ; ouvrir les portes et 
" les fenetres ; aider leur maitre a monter a la fenetre, tenir 

^ A, B and C, et cent. 



THE PROVINCIAL LETTPmS. 



155 



lechelle pendant qu'il y monte ; tout cela est permis et incHf- letter 
"ierent. II est vrai que pour tenir I'e'chelle il faut qu'ils ""'• 
"soient menacds plus qu'^ I'ordinaire, s'ils y manquaient; car 
"c'est foire injure au maitre d'une maison d'y entrer par 
"Jafenetre(15).» ^ -^ 

Voyez-vous combien cela est judicieux ? Je n'attendais 
rien moins, lui dis-je, d'un livre tir,^ de vingt-quatre Jt^suites. 
MaiR, ajouta le pere, notre pere Bauny a encore bien appris 
aux valets a rendre tons ces devoirs-jji innocemment k leurs 
niaitres, en fliisant qu'ils portent leur intention, non pas aux 
pe'ches dont ils sont les entremetteurs, mais seulement au o-ain 
.|ui leur en revient. C'est ce qu'il a bien expliqu(^ dans sa 
^Somme des pe'ches, en la page 710 de la premiere impression : 
" Que les confesseurs, dit-il, remarquent bien qu'on ne pent 
"absoudre les valets qui font des messages deshonn^tes, s'ils 
II consentent aux pe'ches de leurs maitres ; mais il faut dire le 
"contraire, s'ils le font iDour leur comniodit(^ temporelle (16)." 
Et cela est bien facile a faire ; car pourquoi s'obstineraieut-ils a 
conscntir ^i des pe'ches dont ils n'ont que la peine ? 

Et le meme pere Bauny a encore etabli cettegrande maxima 
en favour de ceux qui ne sont pas contents de leurs gao-es • 
c'est dans sa Somme, p. 213 et 214 de la sixiL^me dditfon : 
'• Les valets qui se plaignent de leurs gages peuvent-ils d'eux- 
'' mt^^mes les croitre en se garnissant les mains d'autant de bien 
" appartenant k leurs maitres, comme ils s'imaginent en ^tre 
'|ne'cessaire pour (^galer lesdits gages k leur peine? lis le 
"peuvent en quelquos rencontres, comme lorsqu'ils sont si 
'' pauvres en chercbant condition, qu'ils ont e'td obliges d'accepter 
lottre qu'on leur a faite, et que les autres valets de leur sorte 
" gaguent davantage ailleurs (17)." 

Voila justement, mon p^re, lui dis-je, le passage de Jean 
(I Alba. Quel Jean d'Alha ? dit le pere ; que voulez-vous dire ? 
Quoi! mon pere, ne vous souvenez-vous plus de ce qui se passa 
en cette ville» Tannde 1647? et ou etiez-vous done alors ^ 
Jenseignais, dit-il, les cas de conscience dans^ un de nos 

'^ A, B £111(1 C, dr ce qui se passa en VannCc 1647. 
" Ibid. (•)(. 





1 



MM% 




If 



if 



156 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



LETTER colleges assoz 6h[gn6 do Paris. Je vois done bien. mon p^re, 
que vous no savez pas cetto histoire ; il faut que je vous la die.' 
C etait une persoune d'honneur qui la contait I'autre jour en un 
heu ou j't^tais. II nous disait que ce Jean d'Alba, servant vos 
peres du college de Clermont de la rue Saint-Jacques, et n'dtant 
pas satisfait de ses gages, deroba quelque chose pour se rdcom- 
penser; que vos p^res, s'en ^tant aper9us, le firent mettre' en 
prison, I'accusant de vol domestique, et que le proems en fut 
rapporte au Chatelet le sixieme jour d'avril 1G47, si j'ai bonne 
mdmoire;car il nous marqua toutes ces particularites-la, sans 
quoi a peine I'aurait-on cru. Ce malheureux, etant interrogd, 
avoua qu'il avait pris quelques plats d'etain a vos peres ; mais 
il soutinf qu'il ne les avait pas voltes pour cela, rapportant pour 
sa justification cette doctrine du pere Bauny, qu'il presonta aux 
juges avec un dcrit d'un de vos peres, sous lequel il avait dtudie 
les cas de conscience, qui lui avait appris la meme chose. Sur 
quoi M. de Montrouge', I'un des plus considere's de cette com- 
pagnie, dit en opinant* qu'il n'etait " pas d'avis que, sur des 
" ecrits de ces pbres, contenant une doctrine illicite, pernicieuse, 
" et contraire a toutes les lois naturelies, divines et humaines, 
" capable de renverser toutes les families et d'autoriser tous les 
" vols domestiques, on diit absoudre cet accuse." Mais qu'il 
(^tait " d'avis que ce trop fidele disciple fut fouettd devant la 
"porte du college par la main du bourreau, lequel en meme 
" temps brulerait les e'crits de ces peres traitant du larcin, avec 
" ddfense a eux de plus enseigner une telle doctrine, sur peine 
" de la vie." 

On attendait la suite de cet avis, qui fut fort approuvd, 
lorsqu'il arriva un incident qui fit remettre le jugement de ce 
proces. Mais cependant le prisonnier disparut on ne salt com- 
ment, sans qu'on parlat plus de cette affaire-la; de sorte que 
Jean d'Alba sortit, et sans rendre sa vaisselle. Voila ce qu'il 
nous dit; et il ajoutait a cela que I'avis de M. de MontroufTe est 

^ A, B and C, qu'eiisuite vos jieres lejhan mettre. 

' Ibid, omit (7 soutint. 

•' B and C, feu M. dc Montrouge. 

' A, 1j and C, ophui cl dil. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



157 



VI. 



anx registres du Chatelet, oil chacun le pent voir. Nous primes letter 
plaisir ji ce conte (18). 

A quoi vous amusez-vous ? dit le pke. Qu'est-ce que tout 
cela signifie? Je vous parle des maximes de nos Casuistes ; 
j't'tais pret i\ vous parler de celles qui regardant les gentils- 
liomnies, et vous m'interrompez par des histoires liors de propos! 
Jo no vous le disais qu'en passant, lui dis-je, et aussi pour vous 
avertir d'une chose importante sur ce sujet, que je trouve que 
vous avez oubliee en ^tablissant votre doctrine de la proba- 
bilite. Et quoi ? dit le pere ; que pourrait-il y avoir de manque 
apres que tant d'habiles gens y ont passd' ? C'est, lui repondis- 
je, que vous avez bien mis ceux qui suivent vos opinions 
probables, en assurance k I'e'gard de Dieu et de la conscience : 
car, ^i ce que vous dites, on est en siirete de ce c6te-lt\ en 
suivant un docteur grave. Vous les avez encore mis en as- 
surance du cotd des confesseurs : car vous avez obligd les pretres 
a les absoudre sur une opinion probable, a peine de peche' 
mortel. Mais vous ne les avez point mis en assurance du cotd 
desjuges; de sorte qu'ils se trouvent expos(^s au fouet et a la 
potence en suivant vos probabiUtds : c'est un d4hnt capital que 
cela. Vous avez raison, dit le p^re ; vous me faites plaisir. 
Mais c'est que nous n'avons pas autant de pouvoir sur les 
raagistrats que sur les confesseurs, qui sont oblige's de se rap- 
porter a nous pour les cas de conscience : car c'est nous qui en 
jugeons souverainement. J'entends bien, lui dis-je; mais si 
(I'une part vous ^tes les juges des confesseurs, n'^tes-vous pas de 
I'autre les confesseurs des juges ? Votre pouvoir est de grande 
(^tendue: obligez-les d'absoudre les criminels qui ont une o°pinion 
probable, a peine d'etre exclus des sacrements ; afin qu'il n'arrive 
pas, au grand mepris et scandale de la probabilite, que ceux que 
vous rendez innocents dans la thdorie soient fouettes ou pendus 
dans la pratique. Sans cela, comment trouveriez-vous des 
disciples? II y faudra songer, me dit-il, cela n'est pas >i 
ndghger. Je le proposerai a notre pere provincial. Vous pouviez 
neanmoins reserver cet avis ^i un autre temps, sans interrompre 
ce que j'ai a vous dire des maximes que nous avons dtablies en 
' A, B and C, "apius tant d'habiles gens qui y ont passe." 







i! I 



Jj 


r" 









!■ 



158 



THE PROVINCIAL LKTTKllS. 



i.CTTKR fjiveur (les gcntilshomnics ; ct jo ne vous les apprcndmi qn'h h 
cIi;ir<,'o (jiio vous no mo forcz j)liis d'liistoires. 

Voihi tout CO quo vous iiuroz pour nujounl'liui ; car il fant 
plus il'uuo lottio pour vous niandor tout co (pio j'appris on une 
seulo couvcrsatiou. Copoudaut jo suis, etc' 

' FiU^r;^l•o givoH from tlio MS. a loiiR i)assnK(^ niion Diana, tlio topics of wliich 
nre partly mwlo iik,> of in tlic \'\ VIII'" airl XII"' Lottors. " // f,f p,nnis ,h< „, 
"point (hniirr !,■, I>n,rjir,>.i qui n'niit p<,.^ charpe (Vnmes mix pJm ,li,„i,'n. Lc Con- 
"cilo do Troiit<. s(Mul.l(> .lire lo ooiitraire: iimis void conime il le prouve: Cami 
" crh etmt, toiw les prcluU xerainit en rtat ,1c dumnution: car iU en uscnt Urns de 
" III sortc. 

" Lc roi et lc P,ipc uc nont pan oldir/rs dc choimr Ic^ plus diivien. Si cchi ctait 
"/.■ papc et le roi auruient iinc tcrrihlc cluirnc.O iiion pere, I'ui dis-je, la bonne 
"raison!~Oh! mo dit le pero, quo voila un homme commode !-0 mon pr.re 
" n.pondis-jo, sans vos Casuistes, qu'il y aurait de monde damne I O que vous 
" reudoz '.argo la voie qui mono au ciel !..." 



NOTES ON LETTER VI. 



(1) It IS alleged in defence of the Casuists, that they only repeat 
dehnitions established in the Ca,ion law, and that the wc.nls cmasmiii 
proditond occidere, used in the Dull ,,f (Jregory XIV, luu-e the restricted 
meamng given in Escobar. (Cf. Maynar.l i. 254, who refers to the Sunma 
ot Lajotan, s.v. Assassmus; and to that of Bonacina, t. iii. disp. 2, q. 3, 
punct. IG, § 9, n. 2.) But no such distinction is implied by the majority 
ot writers, nor recognised as having any authority. Cf. Diet, du Jh: Canon, 
s. V. Assassni; "I'assassinat es+ le nieurtre ou les exces conunis volontaire- 
" ment sur une persoinie, avec avantage, ou en trahison." 

(2) This is the error condemned by Pope Innocent XI. in § 12 of the 
Bull of 1679 :— " Vuv in Scecularihus inoenies, etiamni in Regihus] superfluum 

statui. Lt ita vix aliijuis tcnctur ad elcenios;,nam, quando tenetur tantum 
e^vsuperfluo statui." Maynard exerts nnich ingenuity to evade the force 

of this direct condenmation of Vasquez by precisely the same quibble 

which Port Eoyal adopted in the case of Jansenius and the five Points. 

(I. 255, note 1.) His note is an instructive example of the dialectic of his 

school. 



car il ffiut 
lis en uno 



pics of wliich 
pi' nil is (1c m 
en. Lo Con- 
Olive: Carxi 
ii^fiif tiiii.t de 

Si cela i-tait, 

je, la bonne 

3 nion \^h^Cy 

que vous 



inly repeat 
I assasninii, 
B restricted 
the Summa 
sp. 2, q. 3, 
e nuijority 
Jh: Canon, 
volontaire- 

12 of the 
superflimm 
tur tantum 
e the foi'ce 
le quibble 
ve Points, 
ictic of his 



THE PROVINCIAL LKTTKRS. 



159 



(3) Tho reforoiico to Diana will bo foniul in his En.,. Moral, e.l. lfi(;7, 
t. :v. tr. 7, res. 12. ^rayiifinl is wroiij; in implying (r. 2(;()) that tho words 
I' ,oiM prnie de pe,-h,i mortel" are supprossud by Pascal. Thoy occur neither 
in text nor context. 

(4) .Afaynard is forced to mhnit, for the number of extant copies of 
Escobar renders denial inipo.ssiblo, that the words are accurately quoted by 
Pascal. ("Lcs mots Latins... so li.sent textuellenient, en effet, dans une 
"edition d'Escobar, (|ui [laraltrait cello (pi'il aurait consultce." i. 2(il.) It 
is unworthy of a writer generally so candid, that because some .lifforences 
arc to be found in the forti/.two editions of Escobar, he can i)t>rnut him- 
self to say, " 0,1 ro!t. . .romlnen Pa.,<'„f a eW pvrfide:' (Ibid.) He was w^ll 
aware, when writing this, that if Pascal's aim had been to excite indi-,ia- 
tinn agamst Escobar, he could have .|uoted passages compared to which 
the one m cpiestion is innocent. (Cf. N°" 110 and 114, on pp. 752, 753 of 
the edition of Lyons, lO.'^O.) ' 

0) Pascal refers firstly to a Pull of Gregory XV. dealing with these 
Confessors who had tempte.I their penitents to sin while hearin- their con- 
fess.on,s. The second reference is to a JiuU of Pius V., Contra dericos sodo- 
md'.us a subject upon which it is not necessary to dwell. Maynard thinks 
It for the benefit of his cause to remark that Escobar "n'est pas le seul c.ui 
"ait produit de telles decisions » (i. 2(i(i), and to a.ld -Paimiuoi done cettc 
pudeur affect(^e, cat air ^pouvant^ de Pamil ? " ( Ibid.) Those who desire 
to see what answer can be made to this que.stion have only to con.sult the 
8'" Kxamcn of the P' Tractatu^, in any edition of Escobar, pa..!in. Put 
the Jesuits must not he made answerable for what is defended even at tho 
present day, as will be clear from the following specimens :— 

Thk Canon Law. Eccuosiastic.al Gloss. 

"Clerici, qui contra natnram luxuri- " Cette bulle [tlmt of Pius V.) n'est 

" antur, carceri perpetuo ad agendam " pas re<,nie en France, et np rcgarde que 



"perpetuam poenitentiam mancipan 

" tur, lit ab ociilis populi tanti sceleris 

" memoria removcatur." 

(Van Espen, Jus. eccl. cpit. ir. 344, ed. 

17.S4.) 



" le for exterieur. Elle ne peut rien 
" operer pour les cas occultes. Ajoutc!^ 
" que le mot exeiraites semble marquer 
"un peche d'liabitude." 

(Migne, Eiicycl. Theol. xix. 613.) 
(<!) See Maynard i. 2G5 (note 2); and Ellendorf, J/oral u. Politik der 
Jesuiien, y,. 104, who does not imitate Pascal's reserve. 

(7) It is hardly necessary to point out how completely the plea that 
It IS open to any writer to impugn the authenticity of a Papal decision 

do tills responsiondms non constare authentlce, etc.") runs counter to the 
teaching of the Roman Church. As to the limits of Probability, see Intro- 
tluetiou in. Diana, it must be added, was not a Jesuit. 

(8) Maynard wrongly asserts that it was an opinion "tolere par Rome 
''elle-meme," that the Inde.v had no binding force in France, (i. 269.) 





I ! 



C^ 



! \ 



I I 




ul 



\M '- 



loo 



THE PROVINCIAL LETTERS. 




(9) Tliis proposition of Bunny's was condennicd by tho 27"> Article of 
the J)ccrco of Aioxaiider VI F., unil by the 121" of the Assembly of 1700. 

(10) Probabilisn) hen: attains its most Io^mcuI resnlt. It is clear that 
the Ciisiii'^t.-, \\\HV. totally ddicifnt in one characteristic, to which tlin 
epithet ./asiiitui has been sometimes ai)pliud. The boldness with which 
they iHisFiod ilieii i-rinciplos to tho last conclusions, should be remembered 
in their favonr, as it has been of nuich ind. ct benefit. 

(11) This is simply a repetition, in other words, of tho statement of 
Jesuit policy given in Letter V. And yet IMaynard, who donounced the 
former acc(junt as a calumny, ndniita that this paragrajih expresses in sub- 
stance "la pn'ncipe dc cunUuite dan Jemltes dans In direction des dmes." 
(i. 272, note.) 

(12) On the Casuistic doctrines of Simony, see Notes on Letter XII., 
where Pascal deals more fully with the subjecL. It is sufficient to remark 
here that the doctrine in question was formally condemned in tho Bull of 
1(57!) (§ 4") and 40), in the sense and almost the precise words of Valontia, 
Tanncrus and others. Pascal is guilty of a little controversial unfair- 
ness in quoting Valentia's words, although he substantially furnishes their 
result. • 

(1.3) This is another opinion condemned by Rome (in 1665 and 1666, 
by Pope Alexander VII.), after it had been censiu-ed by Pascal. Maynard 
admits that " ce sont l!\ de manvaises suljtilites d'ec jIc contre losquelles on 
"a le droit de protester;" and he points out that many Jesuits, including 
Suarez, de Lugo, and Turrianus, totally disavowed them. 

(14) JIaynard's note on this passage is so instructive that it is here 
subjoined, a.s nothing else can give so clear, and at the same time so obvi- 
ously foir, a proof of the utter failure of any advocacy on behalf of Hauny :— 
"Mon Dien, la d(^ctrine de Bauny fiU-elle reMche'e, comment Pa.scal n'a-t-il 
"piusrougi de reveler i\un monde mediant les plaies honteuses du sanc- 
" tuaire. L'honneur sacerdotal etait-il si peu de chose pour lui, cpi'il se crut 
" en droit de I'immoler i\ sa passion contre un Jdsuite I D'ailleurs, Bauny 
"est-il si coupable/... Compreiidis bien le cas examine par lui. Unpretre, 
" d'uu cote, a eu le malhour de commettre un crime honteux : de I'autre, il 
" doit la messe k ses pai-oissiens qui la perdront, s'il ne la dit. Puis des 
"soupeons, w?i scandale peut-etre. Que faire ? Bauny decide alors qu'il 
"pent celebrer la messe ;\ Inquelle son ministerc '''oblige." Maynard con- 
cludes :— "Tout homme de bon sens, autre qu'un Janse'tmte d'un rigorisim 
*^ outre' et ahsurde, dira qu'il a lien decide, et trouvera fort ridicules et fort 
" suspectes les declamations et les epouvantes de Pascal." 

(15) The Casuists attempted to justify virtual cooperation in a bad 
action, if the assistant's share represented in and hy itself a harmless one. 
Maynard raises a cry of indignation be'.;ause Pascal omits to translate, after 



t 



THE PROVINCIAL LETTERS. Jgx 

o(p(;ii to grave commoiit. '^ 

(17) This doctrine was condemned by Innocent XI. in 1079 fs ,7, 
most m the very words of liauny, a censure rei^ated by th" ATmblv 3 

>-„,_...s,nsti,iabC:^^^ 

it r' b.^2*tt'Sttror :« :?ritv' "■" '™™ ■*«'-■ »"=' 

*wing is the te,t olthe K^;- ^atlbf S ^ .^^..^ n'S^ ..I^° 
" 35 aus, de Hondeneller pn T r,rro;.,„ i .Jean d Alba, Sgd de 

•ans qu'il a comL„ T rs^rvT es jlX" T ' *' r'" ^ " "'"^ 
•fondu les plats d'4tai„, etde wLn et d "^ ; n"'" °"°"'"' ""'" " 

"Alba mand^ et blfime de la falL ,„/"^^"P"f/W""="'o-^inaire, 
;e*i„t de se retl.r en :on;;tr^lrrsrrZt''llt;^i;-' 

.— Cities, With tLiioi^t rpo^r:^ ^rr ^"-^ '- 



PASC. L. 



11 




SErTIKME LETTREi. 



Do Piiris, (;i! 25 avril IGoG. 



MONSIEITR, 



Apres avoir ap.iisd Ic bon ptrc, dont j'avaia un pen 
tronbld le discours psir riiis^cire do Jeati d'Alba, il lo re])rit sur 
I'as.surauce quo jo hii dounai do no hii on plus t'airo do seniblablos; 
et il me paila dos niaxinies do sos Casuistos toncbant los gou- 
tilshoininos, a pon pros on cos toiincs : 

Vous savez, mo dit-il, (pio la passion dominante des per- 
sonnes do cotte condition est ce point d'bonneur qui los engage 
k toute heurc a dos violences qui paraissont bion contraires h la 
piete cbrdtionne ; de sorte qu'il faudrait los exclure prosque tons 
de nos confossionnaux, si nos pores n'cussont un peu relachd 
de la sevdrit(5 de la religion pour s'accommodor k la faiblessc 
des hommos. Mais conuno ils vonlaient demeuror attaches a 
I'Evangile par leur devoir envers Diou, et aux gens du moiule 
par leur cbarito pour le procliain, ils ont eu besoin de toute 
leur lumioro pour trouvor dos expedients qui temperassent les 
choses avec tant de justesse, qu'on piit maintenir et reparer son 
honneur par los moyens dont on se sert ordinairement dans le 
monde, sans blesser ne'anmoins sa conscience ; afin de conserver 
tout ensemble deux choses aussi opposees en apparence que la 
piete et Thonneur. 



^ Heading in moilern editions: — "De la methode de diriger I'intention, salon 
"les Casuistes. — De la permission qu'ilH donneut de tner pour la defense de 
" I'honneur et des biens, et qu'ils etendent jusqu'aux pi^etres et aux religieux.— 
*' Question curieuse proposee par Caramucl, savoir s'il est perinis aux Jesuites de 
" tUL't lus Jansi'inistus." 



THE PROVINCIAL LETTKRS. 



Uin 



a .l.thculto do cotto ontivpris... Kilo n.'otor.no. lui dis-jo ussez 
froulement . Kilo vous dtonno ? mo dit-il. Jo lo croi.s olio cti 
(-■N.nnerait b>on d'uutros. Ignorcz-vou.s quo d'uno part la loi do 
Ihvaiigde ordonne "do no point rendro le mal pour lo n.al et 
"d en laisser la vongoance h Diou?" Et que do I'autre los loi., 
du n.on.le dofondont do sourtrir les injures, sans en tirer raison 
s.n-incnio, ot souvont par la m..rt do sos ennemis ? Avez-vous 
jamais rion vu qui paraisso plus contrairo? Et copondant 
quand je vous dis quo nus p^ros ont accordd cos choses, vous 
me dites snnpleniont quo cola vous etonne. Jo no m'explinuais 
pas assez men p^ro. Jo tiendrais la chose impossible, si, aprt^s 
CO que J ai vudo vos pores, je ne savais qu'ils pouvont faire fa- 
clement ce qui est nnpossiblo aux autres hommes. C'est ce nui 
me fait cro.re qu'ils en ont bien trouvd quelquo moyen, quo 
J adm.ro sans le connaJtre, et quo je vous prio do me declarer 

Puisque vous le prone, ainsi. me dit-il. je no puis vous' lo 
refuser. Sachez done que ce principe merveilloux est notre 
grande methode do dinr;er Vintentiun, dont I'importance est 
telle dans notre morale, que j'oserais quasi la comparer h la 
doctrme do la probabilito'. Vous en avez vu quelques traits en 
passant, dans do certaines maximos que je vous ai dites. Car 
ors<iue je vous ai fait entendre comment les valets peuvent 
taire en conscience do certains messages fAcheux, n'avoz-vous 
pas pns garde que c'dtait soulement en detournant lour intention 
Uuiual dont lis sont les entremetteurs, pour la porter au gain 
qm lour en revient ? VoiU. ce que c'est que dirir;er VinteLn. 

fjT ZZr " ^.^"'' ^"^ "^"^ ^^^^ ^^^'^^"^^ ^^ I'^rgent 
pour des bendfices seraient de veritables simoniaques sans une 

pai-edle diversion. Mais je veux maintenant vous faire voir 
cette grande methode dans tout son lustre sur le sujet de 
1 homicide, qu'elle justifie en mille rencontres, afin que vous 
Jiigie^ par un tel effet tout ce qu'elle est capable de produire. 
Je ^ols deja, lui dis-je, que par la tout sera permis, rien n'en 
fcliappera. Vous allez toujours d'une extremity k I'autre, 
' A, B and C omit assez froidement. (Nicole : satis frigide.) 

11—2 



M 



t it'T 



1G4. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



i 



LiTTKu repondit le pere; corrigez-vous dc ccla. Car, pour vous t4- 
moigner que nous ne perniettons pas tout, sachez que, par 
exemple, nous ne soufifrons jamais d'avoir rintontion formelle 
de pechor pour le seul dessein de pecber ; et que quiconque 
s'obstine a n'avoir point d'autre fin dans le mal que le mal 
nieme', nous ronipons avcc lui ; cela est diaboiique: voila qui 
est sans exception d'age, de sexe, de qualite. Mais quand on 
n'est pas dans cetto nialheureuse disposition, alors nous essayons 
de mettrc en pratique notre methode de diriger Vintention, 
qui consiste a se proposer pour fin de ses actions un objet perniis. 
Ce n'est pas qu'autant qu'il est en notre pouvoir, nous ne 
detournions les hommes des choses d^fendues ; niais, quand 
nous no pouvons pas empecher Taction, nous purifions au moins 
I'intention ; ct ainsi nous corrigeons le vice du moyen par la 
puretd de la fin (l). 

Voila par ou nos peres ont trouve moyen de permettre les 
violences qu'on pratique en defendant son honncur. Car il n'y 
a qua detourner son intention du desir dc vengeance, qui 
est criminel, pour la jiorter au desir de defendre son homieur, 
qui est permis selon nos peres. Et c'est ainsi qu'ils accom- 
plissent tons leurs devoirs envers Dieu et envers les hommes : 
car ils contentent le nionde en permettant les actions ; et ils 
satisfont a I'Evangile en purifiant les intentions, Voila ce (|ue 
les anciens n'ont point connu ; voila ce cpi'on doit a nos peres. 
Le conq:)renez-vous niaintenant? Fort bien, lui dis-je. Vous 
accordez aux hommes I'etfet exterieur et materiel de raction", 
et vous donnez a Dieu ce mouvement interieur et'^ spirituel de 
I'intention ; et, par cet equitable partage, vous alliez les lois 
humaines avec les divines. Mais, mon pere pour vous dire la 
verite, je me dofie uu pen de vos promesses, et je doute que 
vos auteuvs en disent autant (|ue vous. Vous me I'aites tort, dit 
le pere ; je n'avance rien ([ue je ne prouve, et par taut de 
passages, que Icur nombrc, leur autorite et leurs raisons vous 
remjjliront d'admiration. 



' A, B iiiiil C, " s'obatinc a burner ifon dcnir (Inns le mal pour le mal mcmc. 
- ibid. /'( anhataiice (/rosaicre des ehoaes. 
•* T;''!. omit interieur et. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



1G5 



Car, pour vous foire voir I'alliance que nos peres ont faito LKTrni 
(los maximes de I'Evangile avec celles du mondo, par cette ^'"■ 
direction d'intention, e'coutez notre p^re Reglnaluus, in Pvaxi 
torn. II. 1. 21, n. Q2, p. 2G0 : "II est d^fendu aux particuliers de 
" se venger; car saint Paul dit aux Romains xii. 17 : ' Ne rendez 
'"a personnc le mal pour le mal' ; et I'EccIds. xxviii. 1 : 'Celui 
'"qui veut se venger attirera sur soi la vengeance de Dieu, et 
"•ses pdche's ne seront point oublids.' Outre tout ce qui est 
"(lit dans I'Evangile, du pardon des offenses, comme dans les 
"chapitres G et 18 de saint Matthieu." Certes. mon pere, si 
apros cela il dit autre chose que ce qui est dans I'Ecriture, ce'ne 
sera pas manque de la savoir. Quo conclut-il done cnfin'? Le 
voici, dit-il : "De toutes ces choses, il parait qu'un homme de 
" guerre pent sur I'heure meme poursuivre celui qui I'a blesse' ; 
" non pas, a la verite, avec Fintention de rendre le mal pour le 
" mal, mais avec celle de conserver son honneur : Non ut malum 
"pro mala reddat, sed ut conservet honorem '2)." 

Voyez-vous comment ils ont soin de de'fendre d'avoir I'inten- 
tioii do rendre le mal pour le mal, parce que I'Ecriture le 
condamne ? lis ne I'ont jamais souffcrt. Voyez Lessius de 
Just, lib. 2, c. 9, d. 12, n. 79. " Celui qui a re(;u un soufflet ne 
" pent pas avoir Fintention de s'on venger ; mais il pent bien 
"avoir celle d'eviter Finfamie, et pour cela de repoasser a 
l'1'instant cette injure, et meme k coups d'epe'e : etiam cam 
"ghidioC^)." Nous sommes si eloignds de souffrir qu'on ait le 
dessein de se venger de ses ennemis, que nos peres ne vpulent 
pas seulement qu'on leur souhaire la mort par un mouvement 
de haine. Voyez notre pfere Escobar, tr. 5, ex. 5, n. 145 : " Si 
"votre ennemi est dispos.' a vous nuire, vous ne devez pas 
"souhaitor sa mort par un mouvement de haine, mais vous le 
" pouvez bien faire pour evitcr votre dommage." Car cela est tol- 
lemeut Mgitime avec cette intention, (pie notre grand Hurtado 
(le Mendoza dit qu'on peut " prier Dieu de faire promptement 
" mourir ceux qui se disposent a nous pcrsc-cuter, si on ne le 
"peut eviter autrement." C'est au livre de Spe, v. 2, d. 15 3 
soct. 4, § 48. ' ' 

Mon reverend perc, lui dis-jo, FE-Usc a bien oublie de 



I 
I 




IGG 



THE PROVINCIAL LETTERS. 






? ; 



LKTTER mettre une oraison h cette intention dans ses prieres. On n'y 
a pas mis, me dit-il, tout ce qu'on pent demander k Dieu. 
Outre que cela ne se pouvait pas; car cette opinion-la est plus 
nouvelle que le breviaire : vous n'etcs pas bon chronologiste W. 
Mais, sans sortir de ce sujet, dcoutez encore ce passage de notre 
pere Gaspar Hurtado, de Suhj. pecc. disp. 4, diif. 9, cit^ par 
Diana, p. 5, tr. 13, r. 99. C'est I'un des vingt-quatre peres 
d'Escobar. "Un beneficier pent, sans aucun pe'clie mortal, 
" desirer la mort de celui qui a une pension sur son benefice ; 
" et un fils celle de son pere, et se rejouir quand elle arrive, 
" pourvu que ce ne soit que pour le bien qui lui en revient, et 
" non pas par une haine personnelle (5)." 

mon pere, lui dis-je, voila un beau fruit de la direction 
d'intention! Je vois bien quelle est de granilo etendue. Mais 
neanmoins il y a de certains cas dont la re'solution serait encore 
difficile, quoique fort necessaire pour les gentilshommes. Pro- 
posez-les pour voir, dit le pbre. Montrez-moi, lui dis-je, avec 
toute cette direction d'intention, qu'il soit permis de se battre en 
duel. Notre grand Hurtado de Mendoza, dit le pere, vous y 
satisfera sur I'heuro, dans ce passage que Diana rapporte, p. 5, 
tr. 14, r, 99 : "Si un geutilhomme qui est appele en duel est 
" connu pour n'etre pas devot, et que les peches qu'on lui voit 
" commettre a toute hcure sans scrupule fassent aisement juger 
" que, s'il refuse 1(^ duel, ce n'est pas par la crainte de Dieu, 
" niais par timiditc ; et qu'ainsi on dise de lui que c'est une 
" poulu et non pas un homme, gallina et non vir, il peut, pour 
" conscrver son honneur, se trouver au lieu assigne, non pas 
" veritablement avec I'intention expresse de se battre en duel, 
" niais seulemont avec celle de se defendre, si celui qui I'a 
" appele I'y vientattaquerinjustemcnt. Et son action sera toute 
" inditferente d'elle-merne ; car quel mal y a-t-il d'aller dans un 
" champ, de s'y promener en attendant un homme, et de so 
"defendre si on I'y vient attaquer? Et ainsi il ne peche en 
" aucuno maniere, puistpie co n'est point du tout accepter un 
" duel, ayant I'intention dirigde a d'autres circonstances. Car 
" racceptation du duel consistc en I'intention expresse de se 
" battre, hujuelle celui-ci n'a pas (<»)." 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



107 



Vous ne m'avez pas tenu parole, mon pere. Ce n'est pas letter 
la proprement permettre le duel ; au contraire, il le croit 
telloment defendu, que, pour le rendre permis, il dvite de dire 
que e'en soit un*. Ho! ho! dit le pere, vous cotnmencez a 
penetrer; j'en suis ravi. Je pourrais dire ndanmoins qu'il 
permet en cela tout ce que demandent eeux qui se battent en 
duel. Mais, puisqu'il- faut vous repondre juste, notre pere 
Layman le fera pour moi, en permettant le duel en mots 
jji-opres, pourvu qu'on dirige son intention h raccopter seule- 
ineiifc pour conserver son honneur ou sa fortune. G'est au 1. 3, 
tr. :], p. 3, c. 3, n. 2 et 3 : " Si un soldat a I'armee, ou un gentil- 
" homme a la cour, se trouve en etat de perdre son honneur ou 
"sa fortune s'il n'accepte un duel, je ne vois pas que Ton puisse 
" coiulaiuucr celui qui le re9oit pour se d(^fendre." Petrus Hur- 
tado dit la memo chose, au rapport de notre celebre Escobar, au 
tr. 1, ex. 7, n. 96 ; et au 98 il ajoute ces paroles de Hurtado: 
" Qu'on pent se battre en duel pour defendre meme son bien, 
" s il u'y a que ce moyen de le conserver, parce que chacun a le 
" droit de de'fondre son bien, et meme par la mort de ses en- 
"iicinis." J'admirai sur ces passages de voir que la piete? du 
ipi emploie sa puissance a ddfendre et a abolir le duel dans ses 
Etats, et que la piete des Jesuites occupe leur subtilite' a le 
ponuettre et b I'autoriser dans I'Eglise. Mais le bon pbre etait 
si eu train, qu'on lui eiit fait tort de I'arreter; de sorte qu'il 
puursuivit ainsi : Eufiu, dit-il, Sanchez (voyez un peu quelles 
gens je vous cite!) passe outre^;car il permet non-seulement 
do recevoir, mais encore d'offrir le duel, en dirigeant bien son 
iiitoution. Et notre Escobar lo suit en cela au meme lieu, 
n. 97. Mon pbre, lui dis-je, je le quitte si cela est ; mais je ne 
croirai jamais qu'il I'ait dcrit, si je ne le vois. Lisez-le done vous- 
meuie, me dit-il. Et je lus en effet ces mots dans la Theologie 
mmk de Sanchez, liv. 2, c. 39, n. 7 : " 11 est bien raisonnable 
'do dire qu'un homme pent se battre en duel pour sauver sa 
"vie, son honneur, ou son bien en une quantity considerable, 

' A, B and C, "Au coutraire, il evite do dire que e'en soit un, pour rendre la 

" those permise, tant il la croit defoudue." 
' A, B and C, fait plii'^. 




I '^ 



I 




168 



TRE PROVINCIAL LETTERS, 



LETTER 
Vll 



i( 



" lorsqu'il est constant qu'on les lui veut ravir injustement par 
" des proems et des chicaneries, et qu'il n'y a que ce seul moyen 
" de les conserver. Et Navarrus dit fort bien qu'en cette occa- 
"sion il est permis d'accepter et d'offrir le duel: Licet accep- 
" tare et offerre duellum. Et aussi qu'on pent tuer en cachette 
" son ennemi. Et meme, en cea rencontres-1^, on ne doit point 
" user de la voie du duel, si en peut tuer en cachette son homme, 
" et sortir par la d'afFaire : car, par ce moyen, on evitera tout 
" ensemble, et d'exposer sa vie dans un combat, et de participer 
" au pe^che que notre ennemi commettrait par un duel (7)." 

Voila, mon pere, lui dis-je, un pieux guet-apens : mais, 
quoique pieux, il demeure toujours guet-apens, puisqu'il est 
permis de tuer son ennemi en trahison. Vous ai-je dit, rdpliqua 
le p^re, qu'on peut tuer en trahison ? Dieu m'en garde ! Je 
vous dis qu'on peut tuer en cachette, et de la vous concluez 
qu'on peut tuer en trahioon, comme si c'e^tait la meme chose. 
Apprenez d'Escobar, tr. 6. ex. 4, n. 26, ce que c'est que tuer 
en trahison, et puis vous parlerez. " On appelle tuer en tra- 
" hison, quand on tue celui qui ne sen defie en aiicune maniere. 
•' Et c'est pourquoi celui qui tue son ennemi n'est pas dit le 
"tuer en trahison, quoique ce soit par derriere, ou dans une 
" embvlche : Licet per insidias aut a tergo jpercutiaf" Et au 
meme traite', n. .56 : " Celui qui tue son ennemi avec lequel il 
"s'etait re'concihe', sous promesse de ne plus attenter a sa vie, 
" n'est pas absolument dit le tuer en t ahison, a moins qu'il 
"n'y eM entre eux une amitie bien dtroite : arctior amicitiai^)." 

Vous voyez jJar la que vous ne savez pas seulement ce quo 
les terrnes signifient, et cependant vous parlez comme un 
docteur. J'avoue, lui dis-je, que cela m'est nouveau ; et j'ap- 
prends de cette definition qu'ou n'a peut-etre jamais tue per- 
sonne en trahison ; car on ne s'avise guere d'assassiner que ses 
ennemis. Mais, quoi qu'il en soit, on peut done', selon San- 
chez, tuer hardiment, je ne dis plus en trahison, mais seulement 
par derriere, ou dans une embuche, un calomniateur qui nous 
poursuit en justice ? Oui, dit lo pere, mais en dirigeant bien 
I'intention : vous oubliez toujour,? lo principal. Et c'est ce que 

' A, B and C o,>.iit done. 



THE PROVINCIAI. LETTERS. 1G9 

Molina soutient aussi, t. 4, tr. 3. disp. 12. Et m6me, selon letter 
uotre docte Reginaldus, aussi torn. ii. lib. 21, c. 5, n. 57 : " On ' "' 
" pout tuer aussi les faux temoins qu'il suscite contre nous." 
Et enfin, selon nos grands et cdlebres p^res Tannerus et Em- 
manuel Sa, on peut de m^ine tuer et les faux te'moins et le 
juo-e, s'il est de leur intelligence. Voici ses mots, tr. 3, disp. 4, 
q. 8, n. 83 : " Sotus, dit-il, et Lessius disent qu'il n'est pas 
"permis de tuer les faux te^moins et le juge qui conspirent k 
"lau-e mourir un innocent ; mais Emmanuel Sa et d'autres au- 
•' teurs ont raison d'improuver ce sentiment-L^, au moins pour 
"ce qui touche la conscience." Et il confirme encore, au m^me 
lieu, qu'on peut tuer et temoins et juge (9). 

Mon pere, lui dis-je, j'entends maintenant assez bien votre 
pniicipe de la direction d'intention ; mais j'en vcux bien en- 
t-K' i, an si les consequences, et tous les cas ou cctte metliode 
dcane lu pouvoir de tuer. Reprenons done ceu:: que vous 
m'avez dit, de peur de me'prise ; car lequivoque serait ici 
dangereuse. II ne faut tuer que bien a propos, et sur bonne 
opinion probable. Vous m'avez done assure' qu'en dirigeant 
bien son intention, on peut, selon vos peres, pour conserve* son 
honneur, et meme son bien, accepter un duel, I'offrir quelque- 
fois, tuer en cacbette un foux accusateur, et ses temoins avec 
lui, et encore le juge corrompu qui les favorise ; et vous m'avez 
dit aussi que celui qui a re^u un soufflet peut, sans se venger, le 
reparer \ coups d'epde. Mais, mon pere, vous ne m'avez pas 
dit avec quelle mesure. On ne s'y peut guere tromper, dit le 
pere ; car on peut aller jusqu'a le tuer. C'est ce que prouve 
fort bien notre savant Henriquez, liv. 14, c. 10, n. 3, et d'autres 
de nos peres rapportds par Escobar, tr. 1, ex. 7, n. 48, en ces 
mots : " On peut tuer celui qui a donne un soufflet, quoiqu'il 
"s'enfuie, pourvu qu'on (^vite de le faire par haine ou par 
" vengeance, et que par la on ne donne pas lieu k des meurtres 
'|excessifs et nuisibles a I'Etat. Et la raison en est qu'on peut 
''amsi' 30urir aj ■ s son honneur, comme apres du bien de'rcbe' : 
"car encore que v.^tre honneur ne soit pas entre les mains de 
"votre ennemi, comme seraient des hardes qu'il vous aurait 

' B and C orait ainsi. 






170 



THE PllOVINCIAL LETTERS. 



LRTTKR 
Vll. 



l!*l 



I 



:li 



" vol(^es, on pout ndanmoins le recouvrer en la meme maniere, 
"en (lonnant dcs marques do grandeur et d'autoritd, et s'ac- 
" que'rant par \k I'estime des hommes. Et, en effet, n'est-il pas 
"veritable que celui qui a re^u un soufflet est re'put^ sans 
" honneur, jusqu a CO qu'il ait tuu son ennemi (lO) ? " Cela me 
parut si horrible, que j'eus peine a me retenir ; mais, pour 
savoir le reste, je le laissai continuer ainsi. Et meme, dit-il, on 
pent, pour preveuir uu soufflet, tuer celui qui le veut donner, 
s'il n'y a ijuo ce moyen de I'eviter. Cela est cornmun dans nos 
peres. Par exemple, Azor, Inst, mor., part. 3, lib. 2, cap. 1, 
p. 127 (c'est encore I'un des vingt-quatre vieillards') : " Est-il 
"permis a un liomme d'honneur do tuer celui qui lui veut 
" donner un houfflet, ou un coup de baton ? Les uns disent que 
" non, et leur raison est que la vie du procliain est plus ^v4- 
" cifcuse que notre honneur : outre qu'il y a de la cruaute a 
" tuer un hornme pour eviter soulement un soufflet. Mais les 
"autres disent que cela est permis; et certainement je le trouve 
" probable, quand on ne pent I'eviter autremont ; car sans cela 
" I'honneur des innocents serait sans cesse exposd a la maUce 
" des insolents." Notre grand Filiutius, de meme, (t. 2, tr. 29, 
c. 3, n. 50); et le pere Hereau, dans se.s ecrits de V Homicide; 
Hurtado de Mendoza, (in 2. 2, disp. 170, sect. IG, § 137); et 
Bc^can, {Som., part. 3, tr. 2, c. G4, de llomicid.) ; et nos peres 
Flahaut et Lecourt, dans leurs dcrits que FUniversitd, dans sa 
troisieme Reqmte, a rapportes tout au long pour les de'crier, 
mais elle n'y a pas re'ussi ; et Escobar, au meme lieu, n. 48, 
disent tons les memes choses (H). Enfin cela est si ffe'nt^rale- 
ment soutenu, que Lessius le decide comme une chose qui n'est 
contestee d'aucun Casuiste, (1. 2, c. 9, d. 12, n. 77). Car il en 
apporte un grand nombre qui sent de cette opinion, et aucun 
qui soit contraire ; et meme il allegue, n. 78, Pierre Navarre, 
qui, parlant g^n(^ralement des affronts, dont il n'y en a point de 
plus sensible qu'un soufflet, declare que, selon le consentement 
de tous les Casuistes, ex sententia omnium licet contameliosum 
occidere, si aliter ea injuria arceri nequif. En voulez-voufe 
davantage (12) ? 

^ C omits vieillards, 

- A, B ami C, " EuHa, cda est si fjeueralemcnt aoutenu, que Lessius, 1. 2, c. 9. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



171 



Je Ten rernerciai, car je n'en avals que tvop entendu. Mais, letter 
p)ur voir jusqu'oii irait une si damnable doctrine, je lul dis : ^"" 
Mais, mon pere, ne sera-t-11 point permis de tuer pour un peu 
moins ? Ne saurait-on dinger son intention en sorte qu'on 
puisse tuer pour un dt'menti ? Oui, dit le p^re ; et, selon notre 
pere Baldelle, 1. 3, dub. 24, n. 24, rapporte par Escobar au 
merue lieu, n. 49, " 11 est permis de tuer celui qui vous dit : 
" Vuus avez menti, si on ne pent le reprlmer autrement." Et on 
peut tuer de la meme sorte pour des medisances, selon nos 
pores ; car Lessius, que le p^re He'reau entre autres suit mot k 
mot, dit, au lieu deja citd : "Si vous tacliez de ruiner ma 
" reputation par des calomnies devant des personnes d'honneur, 
" et que je ne puisse I'uviter autrement qu'en vous tuant, le 
" puis-je faire ? Qui, selon des auteurs modernes, et meme 
"encore que le crime que vous publiez soit vt^ritable, si toutefois 
'■ il est secret, en sorte que vous ne puissiez le decouvrir selon 
" les voies do la justice ; et en voici la preuve. Si vous me 
"voulez ravir I'honneur en me donnant un soufflet, je puis 
" renipecher par la force des armes : done la meme defense est 
" perniise quaud vous me voulez faire la meme injure avec la 
"knouc. De plus, on peut erapecher les affronts: done on 
" |M'ut empocher les medisances. Enfin, I'lionneur est plus cher 
" ([uo la vie. Or, on peut tuer pour defendre sa vie : done on 
" pout tuer pour defendre son honneur (13)." 

Voila des arguments en forme. Ce n'est pas la discourir, 
c'est prouver. Et enfin ce graad lessius montre au meme 
endroit, n. 78, qu'on peut tuer morue pour un simple geste, ou 
lui signe de mepris. " On peut, dit-il, attaquer et oter Ihonneur 
'' en plusieurs manieres, dans Icsquelles la ddfensc parait bien 
"juste; comme si on veut donner un coup de baton, ou un 
"soufHet, ou si on veut nous faire affront par des paroles ou par 
"des sigues : s!ve per signa." 

mon p^re ! lui dis-je, voila tout ce qu'on peut souhaiter 

'' a. 12, n. 77, en parle comme cl'unc chose autoriseo par le consentement iiniver- 
'• stl de tous les Casuistes. // est jn-niiL^, dit-il, selon le consentement de toius les 
" CasuLitcs, {ex sententia omnium,) dc tuer celui qui veut donner un soufflet ou un 
■' cmii) de baton, quand on ne le peut cviter autrement:'' 



! ! 








I 



172 



THE PROVINCIAL LETTERS. 




LKTTKu pour mcttre riionncur h convert ; mais la vie est bien exposeo, 
si, pour de simples medisances, ou' des gestcs ddsobligcauts, on 
pent tuer le monde en conscience. Cela est vrai, me dit-il; 
mais comme nos peres sent fort circonspects, ils ont trouve h 
propos de ddfendre de mettrc cette doctrine en usage en cos 
petites occasions^ Car ils discnt au moins " qu'a peine doit-on 
"la pratiquer: jnxitice vie jirohari potest." Et cc n'a pas ete 
sans raison ; la voici. Je le" sais bien, lui dis-je ; c'est parco 
que la loi de Dieu defend do tuer. lis ne le prcnnent pas par 
Itl, me dit le pere : ils le trouvent permis en conscience, et en 
ne regardant que la verite en olle-raeme. Et pourqu(n lo 
ddfendent-ils done ? Ecoutez-le, dit-il. C'est parce ({u'on de- 
peuplerait un Etat en moins de rien, si on en tuait tons les 
medisants. Apprenez-le de notre Reginaldus, torn, ii, 1. 21, n. 
63, p. 2(51: "Encore que cette opinidu, (ju'on pent tuer pour 
" une medisance, ne soit pas sans probabilitu dans la theorio, il 
" faut suivre le contrairc dans la prati(|ue ; car il faut toujovirs 
" eviter le dommage de I'Etat dans la maniere de se defendre. 
" Or il est visible qu'en tuant le monde de cette sorte, il se ferait 
"un trop grand nombre de meurtres." Lessius en parle de 
meme au lieu d(^ja cite : " II faut prendre garde que I'usage do 
"cette maxime ne soit nuisible h I'Etat; car alors il ne font pas 
" le permettre : tunc enim non est 2)enmttendus (!■*). " 

Quoi ! nion pere, ce n'est done ici qu'une defense de po- 
litique, et nou pas de religion ? Pcu de gens s'y arreteront, ct 
surtout dans la colere ; car il pourrait etre assez probable qu'on 
ne fait point de tort a I'Etat de le purger d'un me'cbant liomme. 
Aussi, dit-il, notre pere Filiutius joint a cette rai;!on-k\ une 
autre bien considerable, tom. il, tr. 29, c. 3, n. .51 : " C'est qu'on 
" serait puni en justice, en tuant le monde pour ce sujet." Je 
vous le disais bien, mon pere, que vous ne feriez jamais rien 
qui vaille, tant que vous n'auriez point les juges de votre cotd 
Les juges, dit le pere, qui ne p-^netrent pas dans les consciences, 
ne jugcnt que par le dehors de Taction, au lieu que nous 

1 A, B and Get. 

* Ibid, cii (le certaitMs occasions, comme powr les simples medisances. 

3 Ibid. " je /« sais bicu." 



Cc 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



173 



ro<,^ardnns principalemcnt k I'intention ; et de h\ vient que nos lettkr 
maxiines sont quelquefois un pen dittercntes des leurs. Quoi 
qn'il en soit, mnn pere, il se conclut fort bien des votres qn'en 
t'vitant les domnuiges de I'Etat*, on pent tuer les mddisauts en 
suretc de conscience, pourvu que ce soit en s<iret(i de sa 
personno. 

Mais, nion pere, aprus avoir si bien pourvu k I'lionncur, 
n'avcz-vous rien fait pour le bien ? Je sais qu'il est de moindre 
consideration, mais il n'iniporte. II me semble qu'on pent 
bien dinger son intention a tuer pour le conserves Oui, dit 
le pere, et je vous en ai touchd quelque chose qui vous a pu 
donner cette ouverture. Tons nos Casuistes s'y accordent, et 
meme on le perniet, " encore que Ton ne craigne plus aucune 
"violence de ceux qui nous otent notre bien, comine quand ils 
" s'eniuient." Azor, de notre Societe, le prouve, p. 3, 1. 2, c, 1, 
q. 20, p. 127 (15). 

Mais, nion pere, combien faut-il que la chose vaille pour 
nous i)orter a cette extremity ? " II faut, selon Reginaldus, 
"t. II, 1. 21, c. 5, n. 67, et Tannerus, t. ill. n. 2. 2, disp. 4, q. 8, 
"d. 4, n. G9, que la chose soit de grand prix au jugeraent d'un 
"hornme prudent." Et La /man et FUiutius en parlent de 
mtnue. Ce n'est rien dire, non pere : ou ira-t-on chercher un 
liomme prudent, dont la rencontre est si rare, pour faire cette 
t'stlniation ? Que ne determinent-ils exactement la somme ? 
Comment ! dit le pere, etait-il si facile, a votre avis, de com- 
parer la vie d'un humme et d'un chre'tien a de I'argent ? C'est 
ici oil je veux vous faire sentir la ne'cessit^ de nos Casuistes. 
Cliercbez-moi dans tous les anciens Peres pour combien d'ar- 
gent il est permis de tuer un homme. Que vous diront-ils, 
siuon : Xun occides, " Vous ne tuerez point ?" Et qui a done 
ose determiner cette somme ? re'pondis-je. C'est, me dit-il, 
notre grand et incomparable Molina, la gloire de notre Socie'te, 
qui, par sa prudence inimitable, I'a estimee " a six ou sept 
"ducats, pour lesquels il assure qu'il est peimis de tuer, encore 
"que cclui (pii les emporte s'enfuio (l^)." C'est en son t. 4, 



' A, B and C omit en evitant...Vktat. 

"damno..."). 



(Nicole: " secluso rei public8e 



\f\\\ 

If- 



ri'irii'ipp 



','?: 



ill! 



174 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



» 



LCTTicn tr. 3, (lisp. 10, d, 0. Et il dit do plus, an memo ondroit, (jn'il 
" n'oscrait coudamnor d'uncun prclie un hoinme (pii tue cclui 
"qui lui veut otor uno choso do la valour d'lm ocu, ou moins: 
"unius aiirei, vel minoris adhnc vnhris." Co qui a portu 
E.scobar i\ dtablir cotto roglo gJnorale, tr. I. a. 7, n. 44, que 
" rogulioromont on pi'iit tuor im liomme pour la valour d'uu 
"ecu, selon Molina (17)." 

O mon pero ! d'uu M(jlina a-t-il pu ('-tro eclairo pour d<'ter- 
minor une choso do cette importance, sans aucun socour^ do 
I'Ecriture, dos concilos, ni des Peros ? Je vois bien qu'il a ou 
des lumieres bion particulibres, ot bion oloigneos do saint Au- 
gustin, sur riiomioido, aussi bien (juo sur la grace. Mo voici 
bien savant sur co cliapitro; ot jo connais parlaitoniont qu'il n'y 
a plus que les gens d'Egliso (pii s'abstiondront do tuer ceux qui 
lour foront tort on lour honnour, ou on lour bion'. Quo voulez- 
vous dire ? repli(iua le pore. Cola sorait-il raisonnable, a votro 
avis, que ceux qu'on doit lo plus respecter dans lo monde fusseut 
souls exposes a I'insidence des mc'chants ? Nos pores out pro'- 
venu ce ddsordro ; car Tannorus, t. U, d. 4, q. 8, d. 4, n. 70 ct 
77, dit qu'il est "porniis aux ecclosiastiquos, ot aux religieux 
"memos, do tuor, pour defondro non-soulomont lour vie, niais 
"aussi lour bion, ou colui do lour conimunautd." Molina, 
qu'Escubar rappurte, n. 48 ; Bdcan, 8um. p;ir. 3, tr. 2, c. 04, (j.T, 
de Horn., conol. 2, n. 4; Roginaldus, t. ii. 1. 21, c. 5, n. 08; 
Layman, 1. 3, t. 3, p. 3, c. 3, n. 4 ; Lessius, 1. 2, c. 9, d. 11, n. 72, 
et les autros, so servent tons des memos paroles, 

Et memo, selon notre celobre pore L'Amy, il est permis aux 
pretros et aux roligioux de prdvenir ceux qui les voulent noircir 
par dos mo'disancos, en les tuant pour los en cmpochor. Mais 
c'est toujours on dirigeant bien I'intention. Voici ses tpnnes, 
t. 5, disp. 30, n. 118: "Host i^ormis a un occlesiastique, ou h 
■" un roligioux, do tuor un calomniateur qui menace de publier 
"des crimes scandaleux do sa communaute, ou de lui-mome, 
" quand il n'y a que co seul moyon de Ten empecher, conime 
" s'il est prot a rdpandre ses mddisances si on ne le tue prompte- 

1 A, B and C, "II n'y a plus que lew gens d'l'^glise qu'on puisse offoiser ct pour 
" llwnncur et poio- le bien, mnis craindre qxCiU tucnt ceux qni les offensent." 



I 



TIFF, PROVINCIAL LETTKUS. 



17") 



" nicnt: car, en co caa, c«)inmo il scrait pormis a co roHgiciix do 
" tuor celui qui lui voudiait oter la vii-, il liii est pcniiis aiissi 
"(le tuer colui qui hii veut otor riionueur, on celui do sa com- 
"munautd, de la m^ine sorte qu'aux gens du monde (18)." Je 
ne sayais pas cela, lui dis-je ; ct j'avais cm simi)Iement le 
contrairo sans y taire do rt'Hexion, s\ir ce que j'avais oui dire 
(1110 I'K-lise abhorro tellomont le sang, qu'elle ne permet pas 
seulenient aux juges ccclesiastiqucs d'assister aux jugcmcnts 
criminel Ne vous arretcz pas i\ cela, dit-il ; notre perc L'Amy 
prouve lurt bien cetto doctrine, quoiquo, par un trait d'huniilite 
bionsdant k ce grand liommo, il la soumette aux lecteurs pru- 
dents. Et Caraiuuci, imtre illustre defenseur, (pii la rap])orte 
dans sa Theohyle fondamentale, p. 543, la croit si certaine, 
qn'il soutient ([ue"lr contrairo n'est pas probable;" et il en 
tire des conclusions adrnirnbles, comme celle-ci, qu'il appelie 
"la conclusion des conclusions, co)iclitmmiim concliisio : Qu'un 
■•pretre non-seulenieut pent, en do cortaines rencontres, tuer 
'• un caloniniateur, mais encore qu'il y en a oii il lo doit faire : 
" etiam aliquando debet occulcre." II examine ])lusieurs ques- 
tions nouvelles sur co principe ; par cxeniple, colle-ci : savoir si 
les Jes Kites peuvent tuer leu Jansenistes i VoiU\, mon pere, 
m'ecriai-jo, un point do tlidologie bien surpronant ! et jo tiens 
los Jansenistes deja niorts par la doctrine du pere L'Amy. Vous 
voila attrape, dit le pore: Caramuer conclut le contraire 
des memos jn-incipes. Et comment cola, mon pere ? Parce, 
me (lit-il, qu'ils ne nuisent pas a notre reputation. Voici ses 
mots, n. 114() et 1147, p. 547 et 54S : "Les Jansenistes appel- 
" lent les Jesuites Pelagiens ; pourra-t-on les tuer pour cela ? 
"Non, d'autant que les Janse'nistes n'obscurcissent non plus 
"reclat do la Society qu'un biboii celui du soleil ; an contraire, 
" lis Font relevee, quoitpie centre leur ititention : occidi non 
"possnnt, quia nocere non potuerunt (I'J)." 

He quoi! mon pere, la vie des Jansenistes depend done 
seulenient de savoir s'ils nuisent a votre reputation? Je les 
tiens peu en surete, si cela est. Car s'il devient tant soit peu 
probable qu'ils vous fassent tort, les voila tuables sans diffi- 

' A, B and C, li conclut... 



Vll. 







• 




' . 


. ■■ : ■ f 




4 




IMAGE EVALUATION 
TEST TARGET (MT-3) 




// 










4/ / 




a 



1.0 



I.I 



■-IM 

|50 '""= 

«« »„. Ill 



m 

§40 



2.2 

1.8 





1.25 1.4 


^ 




., — 


6" — 




► 



c^. 






f*^ 



.^ ^"^ 



%'^^..^' m 



y 6 



"^^^.^^ 






Photographic 

Sciences 
Corpomton 



?3 WEST MAIN STREET 

WEBSTER, M.Y. 14580 

r/16) 872-4503 






^^ 



■O' 



v 





iV 



:\ 



\ 



^' 






% 



^ 
















fA 



^. 




176 



rHE PROVINCIAL LETTERS. 



LETTER 
VII. 




cultd Vous en ferez un argument en forme ; et il n'en faut 
pas davantage, avec une direction d'intention, pour expddier un 
homme en siiret<^ de conscience. O qu'heureux sont les gens 
qui ne veulent pas souffrir les injures d'etre instruits en cette 
doctrine! mais que malheureux sont ceux qui les offensent! 
En vdritd, mon pfere, il vaudrait autant avoir affaire h des 
gens qui n'ont point de religion, qu'4 ceux qui en sont 
instruits jusqu a cette direction ; car enfin I'intention de celui 
qui blesse ne soulage point celui qui est blesse : il ne s'aper- 
yoit point de cette direction secrete, et il ne sent que celle 
du coup qu'on lui porte. Et je ne sais m^me si on n'aurait 
pas moins de depit de se voir tuer brutalement par des gens 
emportds, que de se sentir poignarder consciencieusement par 
des gens ddvots. 

Tout de bon, mon p^re, je suis un peu surpris de tout ceci ; 
et ces questions du pere L'Amy et de Caramuel ne me plaisent 
point. Pourquoi ? dit le pere : etes-vous Jans^niste ? J'en ai 
une autre raison, lui dis-je. C'est que j'^cris de temps en 
temps a un de mes amis de la campagne ce que j'apprends des 
maximes de vos peres. Et quoique je ne fasse que rapporter 
simplement et citer fidelement leurs paroles, je ne sais ndan- 
moins s'il ne se pourrait pas rencontrer quelque esprit bizarre 
qui, s'imaginant que cela vous fait tort, ne tirat de vos principes 
quelque m^chante conclusion. Allez, me dit le pere, il ne vous 
en arrivera point de mal, j'en suis garant. Sachez que ce que 
nos peres out imprimd eux-m6mes, et avec I'approbation de nos 
supdrieurs, n'est ni mauvais, ni dangereux a publier. 

Je vous 4cYis done sur la parole de ce bon pere; mais le 
papier me manque toujours, et non pas les passages. Car il y 
en a tant d'autrcs, et de si forts, qu'il faudrait des volumes pour 
tout dire. Je suis, etc. 



1 n'en faut 
3xpddier un 
•nt les gens 
ts en cette 
i ofFensent! 
faire h des 
li en sont 
3n de celui 
ne s'aper- 
> que celle 
on n'aurait 
T des gens 
sement par 

tout ceci ; 
le plaisent 

? J'en ai 
' temps en 
prends des 
} rapporter 
sais n dan- 
Tit bizarre 
s principes 
il ne vous 
[ue ce que 
ion de nos 

5; mais le 

Car il y 

imes pour 



THE PROVINCIAL LETTERS. j^h. 



^OTES ON LETTER VII. 

he Cksui.st, and ignored by Pa.sc^ As 'fl^ ^ . -«trictio„s inserted 1.; 
to mnark that no orthodox ^.t^^^T'^'"'''^'^''^'^^-^ 
refrain fron. ^-en^eance, to the Cai tv .f ''^''^' *'^^ "'J^-^ion to 

the restriction, are of' a tot d ^ Corv T "'"•^.^'" ^' '' ^^e latter, 
y''^^>'-^^^^^nsJ.rulat^one,nI.r^^ ^"^' ^'^''y^ he urge, 

was a "probable" and therefore .' o ' ' 1 '' "" ^'**"' ^"^"I"' ^hut it 
speculation nnght be saielyp ^ ^ "r^r f ^ ^^" "I''-'>- i-tified in 
tlus "justifiable vengeanc/" nusfbe Tse Ut tf "t'"'^"'^^' ^"" "^"^ «>at 
ration afterwards, apparently upon tt 11 I' '""' ""^ "'*' "i'"" ^''^^■'-- 
y the technical expression LnJ^l^^^ i""™ *« *he Kon.an law 
<-'^'^l'el. -^ "•^'"''' ^'"t alt(jgether unknown to the 

(•■3) Le.ssius in this nlacp it io +„,, 
^on.niean, but he ^-l^^^ll^:^ ''' ^^'^"^^ "^ ^^^toria, a 

HuSdo'aS^^Jiir ^-^^l;'- the ^^^-to^ P«a,n. to justify 
1'^'" and 14". Articles of the Bull ofm7 '"""^'"'^ ''^''^"' "^ "^e 

-S t^ii^;::^.:- ::fxs:ri;T ^-r ^^- ^^-- ^-^ 

; was precisely the milder forrn -V // ^^^t*"/hstn.ction," forgot that 

"--") -hich the Pope deela;:i ernln^:;""^^""^ "'''"'" ^^^^^'"^ ^^ '^-^- 

t. ^l Wl^f ^^" ^^ ^^-^^^-- o^ 1-7, the passage will be ..und 

~rii::;^tj!:^ -^-I- - i-ify the 

'lefcnce (.«..,. c/.y^„,-,,;; ^,^,17^'^'^ " ^'""^ ■"" -ith the right of self- 

■n aduntted to be ba,l L^^mZ T' /^!^"^ ''^ '''''' ^''''^^ - 

t^ndant eirc.axstances. Mayna ^' T ?"'''' ^'^^ '^^ ^'"'^ ^^'"1 by 

-.Hies ofhi« task, and fin^;:^;"':^j;t "" "l" ^^^'^'S^' ^^Is the 
"■' ^^'•c'.v.v/.;,,,,^ ^, ^^^^^^ , thenT. the words : -/l ne s\>gU pns 

PASC. L. 

12 



f \ 



. 1^ 



I t ;•' 



178 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



> 



1; 



|!] \ 



K:V 



$ 



(8) See gupru, noto (1) on Letter VI. 

(9) Very Himilar opinions, although not pushed to equally cynical con- 
clusions, are found in many other Casuists of the time, not only of the 
Society of Jesus. 

(10) To the credit of Maynard, he "throws up his brief" tipon this 
outrageously anti-Christian utterance, although he somewhat detracts from 
the merit of this step, by a plea that Escobar is unintelligiljle. Against 
such an unfounded charge, even Pascal would protest. 

(11) Maynard protests against the authenticity of the extracts from 
Hcreau, on the hardly sufficient ground that they were taken from the 
I'roces-vcrhul drawn up in 1(343, by order of the University of Paris. Even 
if, as he alleges, the selections were made at the suggestion of Saint- Amour, 
they were taken from the actual writings of Hcreau. The indictment of a 
culprit is seldom drawn up by one of his adherents. 

(12) Navarre was not a Jesuit. Pascal's alteration in the edition of 
1059 (cf. variation) removed a slight ambiguity, although it did not really 
alter the case with regard to Lessius, who expressed his approval of 
Navarre's dictum elsewhere. 

(13) This occurs in the de Just, ct Jure of Lessius, 1. ii. c. 9, d. 12, 
n. 81. It is followed, in the next section, by the usual corollary : ' Verum 
'•hate quoque sententia mihi in praxi non probatur,' the value of which is 
discussed in the XIII"' Letter. 

(14) This is again a straightforward and necessary conclusion from the 
premises. Escobar, quoting L'Ami, expresses the same opinion. 

(15) The sentence " encore que ron...ils s'enfuient," given in italics in 
the original, and with in-'^erted connnas in later editions, is not an exact 
translation of Azor's words, though it distinctly gives his sense. 

(Hi) Molina denies that homicide is permissible to save "four or five 
" ducats." Pascal, therefore, does him small injustice in concluding that a 
larger sum would alter the case. 

(17) Molina's whole sentence is as follows: — "Quando quis injnst5 
" aggrederetur usurpare rem etiam valoris imins aurei, vel minoris adhuc 
" valoris, resistente domino aut custode ejus, certe neque ad culpam neque 
"ad pcenani auderem condemnare, qui defcndendo ilium, injustum aggres- 
"sum interfecerit." Pascal's quotation, therefore, is fully justified by the 
context. 

(18) It is right to state that this opinion of L'Amy (Amico) which 
appeared in the first edition of his Cursus T/ieolojiw, was sup^jressed in the 
later ones. It was condemned formally by Pope Alexander VII. in IGGo. 
But ncj better proof of the real consequences of the doctrine of Probability 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



179 

canbefiirni.shod, than inthefiictthnt T'Am.,' ^i ■. 

;: «"""■" » ■■■ ' .""y Kill a .,i„,„l: " ;, oil 't;;': ,? ° "'"*" 

"LAiiy," he remarks, "whose ojVlit v„l„,„ " "w™" »/ «" /»»«»? 
"l«klycan>. ".to „,y h ,„Js^Tl rot ve , ', ^"''"' """""'"" ""'? 

••»t™..the.,o,, it fa the rZof iz^izr- ■ ^"^ ■" ""■' "™ 

'■"'--■'.) A,,., h„ prooe* to t;^ Wmyt "^ .W ITm'''"'''' 
mwo„ii,g, viz. tlwt the honour of the rl™T, ,7 ^^ i" ' ''■"'" "' 

tha„ that of the laity „o„- the |!L ,'■•"■ '" "' '''='1'«'- «*.» 

t.. a parallel ease, in whieh Til „1 ' '"""'■■•, '=»"«™*' " by referenee 
l«li'-. :-•■ It is l,Jr,„itte,i to «re I^rarftl:: T'T" '°,^'-"- 
"sfcaro their iminortv if no otl,„„ '° '''"•>' » ">'«f '<> 

«™,„, their hon , X' fZ, tZ 17, " r""'''° ' «'«*'^ »■- "> 

comet. „otwithst..,ai„g Mayaar* doubts isel ' 3^ note'l.) '"'"'^ 



I ! I- 



M 



M 




of which is 



* ■!; 



ion from the 



12 2 



HUITIEME LETTRE'. 



II 



Hi 



I ' I 



De Paris, ce 28 mai ICSG. 

Monsieur, 

Vous ne pcnsicz pas quo liersonno cut la curiosite 
de savoir qui nous sommcs : cepondant il y a dcs gens qui 
cssaycnt do le de\?iner, mais ils rencontrent mal. Les uns me 
prennont pour un doctcur de Sorbonnc : les autros attribuent 
mes lettres a C[uatre ou cinq persoinics, qui, comme moi, ne soiit 
ni pretres, ni ecclesiastiques (i). Tons ces faux soup^ons mo 
font connaitre que je n'ai pas mal reussi dans le dossein quo 
j'ai eu de netre connu que de vous et du boa pore qui soufifro 
toiijours mes visites, et dont je souffre toujours les discours, 
quoicjiie avec bien de la peine. Mais je suis oblige a nie cou- 
traiudre ; car il ne les continuerait pas, s'il s'apercevait (|ue j'en 
fusse si cheque ; et ainsi je no pourrais m'acquittcr do la parole 
que je vous ai donneo, de vous faire savoir lour morale. Je 
vous assure que vous devez compter pour quelque cliose 
la violence que je me fais. II est bien penible de voir ren- 
verser toute la morale chrdtienue par des (igarements si 
etranges, sans oser y contredire ouvertement. Mais, apres 
avoir tant endure jjour votre satisfaction, je penso quTi la fin 
j'eclaterai pour la mienne, cpiand il n'aura plus rien a me dire. 
Cependant je me retiendrai autant qu'il me sera possible ; car 
plus jo me tais, plus ii me dit de choses. II m'en apprit taut 
la derniere fois, que j'aurai bien de la peine a tout dire. Vous 

^ Heading in the modem editions: — "Maximes corrompnes des Casuistcs 
"toucliant les juges, les usuiiers, le contrat Mohatra, les banqueroutiers, les 
"restitutions, etc — Diverses extravagances dcs m6mes Casuistes." 



I 



TirE PROVINCIAL LETTEIIS. 



ISl 



Car de quolciue man.Jro qu'il pdlio scs maximes, cellos que ""• 
J a, i vous a™ ne vont en effot qu% favoriser le juges cor! 

pcrJues et les sorciors, qu, sont tou, dispensds assez largoment 
.le ,est,t„er ce quM., g„,,„e„t cl.acun daus leur meatier C'e! 
ce que le bon p-,ro m'apprit par ce discours 

Des le commeuecnent de nos eutretioiis, me dit-il ie me 
SU.S engage a vous expliquer Ics maximes de nos aute r pou 
t utes sortes de conditions. Vous avez d,;ji vu celles nui ton 
enUes ben.flciers, les pretres, les religicL. leslllrq e ^ 
ct les ge„tdsI,omn,es: pareourons maintenant les autres et 
commeiu-ojisparlesjuges. ""nes, et 

Je vous dirai dabord une des plus importantes et des plus 
avantageuses maxunes que nos ptres aient enseignfe en L,r 
favour. Elle est de notre savant Castro Palao! I'un de no 
v.ngt.quatre vodlards. Void sos mots: " Un uge peut" 1 

u, qmttant 1 opinion la plus probable ! Oui, et memo centre 
on propre scnfment: I,,.o oontra propr!a,n ojnnione«^m" 

Uoostoe quo notre pfcre Escobar rapporte aussi.^au tr. C ex. 

(i. n i.. O mon pore, lui dis-je, voila „„ beau connnence- 
.»e.,t! les juges. vous sont bien oblig.=s; et je trouve bTen 

fange qu ds s opposent a vos probabilitds, comme nous I'avons 
.emarque quelquefois, puisqu'elles leur sont si favorablcs • ca 
vous donnez' par IJ. le memo pouvoir sur la fortune des „me 
. .0 vous vous 6tes donne sur les consciences. Vous voyez me 

;t-.. que ce nest pas notre intdret qui nous fait agfr, Lous 
navons eu c<gard qu'au repos de leurs consciences; e^ cCl 
quo, notre grand Molina a si utilement travailk^, sur le suiet des 
pAens qu-on leur fait. Car, pour lever les scrupule" qj^ 

ounaient avo.r den prendre en de certaines rene'ontres'il a 
1«> le som de fane le denombrement de tons les cas oil iis en 

■■l'Mi^,u!^M>7°"' '""■'" "" '" """ 'J » '" "'"" »«"«««« 5». la rU 

^ Ibid. Jcs valets. 

•' Ibid, "vous Z(,'«raoimez." 






pawaaAMK-M 





r 
t' 


■■ifw 


r ■• 



182 



THE PROVINCIAL LP:TTKRS. 



VIU. 



4 I 

i t 

1: 



LETTER peiivont rcccvoir en conscience, k moins ([nil u'y cdt' quolqiic 
loi particulioro qui lo luur defendit. C'cst cii son t. 1, tr. 2, 
(1. 88, n. (j. Los voici: " Les jnges peuvent recevoir des pre- 
" sents des parties, quand ils les leur donnent ou par amitie, on 
" par reconnaissance de la justice qu'ils out rendue, ou pour les 
" porter a la rendre a Ta^enir, ou pour les obliger i\ prendre un 
"soin particulier de leur atfaire, ou pour les engager a les 
" expedier pronipteraent." Notre savant Escobar en parle en- 
core au tr. (;, ex. G, n. 43, en cettc sorte : " S'il y a phisieurs 
" personnes ([ui n'aient pas plus de droit d'etre exp41ics I'uo 
"que I'autre, le juge qui prendra quelque chose de I'un, a 
"condition, ex pacto, de I'expedier le premier, p^cliera-t-il ? 
" Non, (certaiueraent, selon Layman (^) : car il ne fait aucune 
"injure aux autres, selon le droit naturel, lorsqu'il accordo a 
"I'un, par la considt^ration de son present, ce qu'il pouvuit 
" accorder a celui qui lui eut plu : et memo, etant egalemetit 
" obliged envers tons par I'egalite de leur droit, il le devieiit 
" davantage envers celui qui lui fait ce don, qui I'engage a Ic 
" preferer aux autres ; et cette preference semble pouvoir etre 
" estimde pour de I'argcnt : Quoo ohligatio videtur pretlo wsti- 

*' mabilisW." 

Mon reve'rend pke, lui dis-je, je suis surpris de cette per- 
mission, que les premiers magistrats du royaume ne savent pas 
encore. Car M. le premier president a rapporte un ordre dans 
le parlement pour empecher que certains greffiers ne prisscnt 
de I'argent pour cette sorte de preference : ce qui temoigne qu'il 
est bien (^loigne de croire que cela soit permis a des juges ; et 
tout le monde a loud une reformation si utile a toutes les parties. 
Le bon pere, surpris de ce diseours, me repondit : Dites-vous 
vrai ? je ne savais rien de cela. Notre opinion n'est que pro- 
bable, le contraire est probable aussi. En verite, mon pere, lui 
dis-je, on trouve que M. le premier president a plus que proba- 
blement bien fait, et qu'il a arrete par la le cours d'une corrup- 
tion publique, et soufferte durant trop longtcmps. J'en juge de 
la jneme sorte, dit le pere; mais passons cela, laissons les juges. 

1 All the original editions have: a moim qu'il y eut, without the negative 
particle. 



THE PROVINCIAL LETTEKS. 



18:3 



quolqiie 
1, tr. 2, 
(les prd- 
mitie, ou 
pour les 
nulre un 
er a les 
parlc en- 
phisieurs 
idles I'lui 
i I'uu, a 
lera-t-il ? 
t aucuiie 
iccordo a 
. pouvait 
galeinetit 
3 dcvieiit 
<>'a<ie a lo 
ivoir etre 
'etio o'sti- 

;ette per- 
avent pas 
irdre dans 
e prisscnt 
igiie qu'il 
jiiges; et 
OS parties. 
3ites-vous 
, que pro- 
1 pere, liii 
[ue proba- 
le cornip- 
3u juge (le 
1 les juges. 

the negative 



b 



Vous avcz raison, lui dis-jc ; aussi blen ne roconnaisscnt-ils pas iktter 
assoz ce (luo vous faitcs pnu- eux. Co n'est pas cela, dit lo '^'"" 
pore ; mais c'est qu'il y a tant de choses a dire sur tons, qu'il 
taut etre court sur chacun (5). 

Parlons maintenaut des gens d'affi^ircs. Vous savez que la 
plus graude peine qu'on ait avec eux est de les ddtourner de 
I'usuro, ct c'est aussi h quoi nos peres ont pris un soin par- 
ticulier ; car ils dt^testent si fort ce vice, qu'Escobar dit au tr. 3, 
ex. 0, n. 1, que "de dire que I'usure n'est pas peclid, ce serait 
" uno hdresio." Et notre pere Bauny, dans sa Somme dcs 
peches, ch. 14, rcmplit plusieurs pages dcs peines dues aux 
usuners. II les de'clare "infAmes durant leur vie, et indicr„es 
" de s(^pulture apr^s leur mort." mon pere ! je ne le croyais 
pas si sdvere. II I'cst quand il le faut, me dit-il ; mais aussi ce 
savant Casuiste ayant remarqud qu'on n'est attire h I'usure quo 
par le dt^sir du gain, il dit au m6me lieu: "L'on n'obligerait 
"done pas pen le monde, si, le garantissant des mauvais °effets 
"de I'usure, et tout ensemble du pdche qui en est la cause, on 
" lui donnait le moyen de tirer autant et plus de profit de son 
I' argent, par quelque bon et legitime emploi, que Ton en tiro 
" des usures." Sans doute, mon pere, il n'y aurait plus d'usu- 
liers apres cela. Et c'est pourquoi, dit-il, il en a fourni uno 
"methode gendrale pour toutes sortes de personnes, gentils- 
"hommcs, presidents, conseillers, etc.," et si facile, qu'elle no 
consiste qu'en I'usage de certaines paroles qu'il faut prononcer 
eu pretant son argent; ensuite des(iuelles on peut en prendre du 
piodt, sans craindre qu'il soit usuraire, comme il est sans doute 
([u'll I'aurait e'te autrement. Et quels sent done ces termes 
luystc'rieux, mon pere ? Les voici, me dit-il, et en mots pro- 
pres; car vous savez qu'il a fait son livro de la Somme des j>eches 
en fran^ais, "pour etre entendu de tout le monde," comme il 
le dit dans la preface : " Celui j\ qui on demande de I'argent 
" repondra done en cette sorte : Jo n'ai point d 'argent a preLr ; 
" si ai bien k mettre a profit honnete et licite. Si ddsirez la 
" somme que deraandez pour la faire valoir par votre industrio a 
''moitie gain, moitie perte, peut-etre m'y resoudrai-jo. Bien 
" est vrai qu'a cause qu'il y a trop de peine a s'accommoder pour 







184, 



THE PnoVINCIAL LETTERS. 



Vlll 



si t 



LKTTKu " lo profit, si vous voiiloz men assurer uii certain, ct quaut ct 
" (luaiit aussi inon sort principal, qu'il nc coure fortune, nous 
" tonibcrions bien plus tot d'acconl, et vous ferai toucher argent 
"dans cotto heuro (•'5)." N'ost-ce pas h\ uu moyon bieii aisc^ do 
jfagner do largent sans peclier ? et le pore Bauny n'a-t-il pas 
raison do dire cos paroles, par lcs(|uelles il conclut cette 
niethode : " Vuila, a nion avis, Ic moyen par lecpiel quantite do 
" personnos dans le monde, (|ui, par lours usures, extorsions et 
"contrat;. ilUcitos, se provo([ueut la juste indignation do ])ieu, 
" se peuvent sauver en faisant de beaux, honnctos et licitos 
"profits?" 

nion perc, lui dis-jo, voila des paroles bien puissantes' ! 
Sans doute elles ont quehpio vertu occulte pour cbasser I'usiire, 
quo je n'entends pas : car j'ai toujours pense (jue ce peche con- 
sistait a retiver plus d'argent qu'on n'en a prote. Vous I'en- 
tendcz bien pen, mc dit-il. L'usure no consiste pres([ue, selon 
nos pores, qu'on Tintention do prendre ce profit conuno usuraire. 
Et c'est pourquoi notre pere Escobar fait evitor I'usuro par \n\ 
simple dutoiir d'intention; c'est au tr. 3, ex. 5, n. 4, 33, 44< : "Ce 
"serait iisure, dit-il, de prendre du prolit de ceux a qui on 
" prete, si on I'exigcait conime du par justice : mais si on I'exige 
"conime du jiar reconnaissance, ce n'est point usure." Et n. 3: 
" II n'est pas permis d'avoir I'intention do profitor do Targont 
"prete inunodiatcment ; niais de le pretendro par rentrcmise de 
" la bionveillance de colui it qui on I'a prete^, media hoievo- 
" lentia, ce n'est point usure ((*)." 

Voila de subfiles mdthodes ; mais une des racilleures, a men 
fens (car nous en avons a choisir), c'est cello du contrat Mo- 
liatra. Le contrat Moliatra, mon pere! Je vois bien, dit-il, quo 
vous ne savez ce que c'est. II n'y a que le nom d'etrangc. 
Escobar vous I'expliquera au tr. 3, ex. 3, n. 36 " Le contnit, 
" Moliatra est celui par lequel on achete des etofifes chorement 
"et a credit, pour les revendro au meme instant a la nieme 






^ A, B and C add: — "Je vous proteste quo si jo no savais qn'cllcs vienncnt ilc 
"bonne part, je les prendrais pour quelqucri-uns de ces mots oncliantes qui out 
" pouvoir de ronipre un cbarmo."' 

2 Ibid, omit "de celui u qui on I'a prete." 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



185 



pcrsonno argont comptant ot k bon marchd." YoWh ce quo Lnrrr-.H 
cost quo lo cuutnit Mohatra: par ou vous voyoz qu'on rccoit '"'• 
tuie certaine sommo c.niptant, en .loiueurant obligt^ p.nir davaii- 
t.agc. Mais, mon p^ro, jo crois qu'il n'y a jamais eu qi.'Escbar 
qui so soit seivi (le co mot-h\ : y a-t-il d'antros livres qui en 
pailcnt? Quo vous savoz peu les cliosesi?)! mo dit lo pl-ro 
Lo donnor livro do tlidologio moralo .pii a 6t6 imprimd cotto 
annuo inoine, h Paris j.arlo du Mohatra, ot ductenient. II ost 
mtituld : J^Jpilogas Sununarum. Cost un Ahrege de toutes les 
Sommes de the^olorjle, pns de nos phes Smrrez, Sanchez, Lessius 
hagmdez, Hnrtado, et d\mtres Casnistes cTebres, c.in.no le titro 
le dit(H). Vous y vorroz done en la p. 54 : " Lo Mohatra o.st 
"<iuand un homnio (pu a affaire do vingt pistoles aeheto d'un 
"marcl.and des etoffos pour trentc pistoles, payables dans un 
"an, ot les lui rcvend a I'heure m6nie pour vingt pistoles comp- 
" tant.' Vous voycz bion par h\ quo le Mohatra n'ost pas un 
inot inoui. Eh bien ! mon pl-re. co contrat-la est-il permis ? 
Escobar, ropondit le pL're, dit au memo lieu, qu'il y a " des lois 
"•lUi lo defendent sous des peinos ties-rigoureuses." H est done 
."Utile, mon p5re ? Point du tout, dit-il : car Escobar en ce 
luoino endroit donne des expc'dients pour le rendre' permis- 
"encore m6me, dit-il, que celui qui vend et achete ait pour 
"nitontionpnncipalolodesscin .le profiter; pourvu seulement 
'qu on vondant il n'excode pas le plus haut prix des etoffos do 
I'cetto sorte, et qu'on raehetant il n'en passe pas lo moindre, et 
"qu'on n'en convienne pas auparavant en tonnes expies'ni 
•autrement." JMais Lessius, de Just, 1. 2, c. 21, d. 16, dit 
"qu'encore m6me qu'on out vendu dans I'intention de racheter 
"a moindre prix^ on n'est jamais obligd k rendre ce profit, si co 
" n'est peut-etre par charite, au cas que celui do qui on I'exigo 
'■ tut dans I'indigence, et encore pourvu qu'on le put rendre sans 
" s'lrcommoder : si commode potest:' VoiKi tout co qui se pent 
•lu'o. En effet, mon pere. je crois qu'une plus grande indul- 
gence serait vicieuse. Nos peres, dit-il, savont si bien s'arreter 
'"• il taut! Vous voyez assez'"" par la I'utilite du Mohatra. 



' A, 11 ami C, <h> le raulre. 

- 11)11. "qu'encore m6me qu'on en jYu conraiu.' 



'•* Ibiil. "vous voycz bien." 




\ :i 




HBHf '' 


'} 


iiiiuyKi) 


n 


- 1 
iiiiil 


y 



18G 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



li;ttiui 

Vlll. 



iifj,,; 
i H lib 



J'aurais bion encore d'autres metliodcH i\ voiis cnseigTicr; 
niais CL'lIf.s-la Huffiscnt, nt j'ai h vims eiitretenir de ceux (pii 
Boiit mal dans leur.s art'airun. Nos pores out ponsd i\ les soulagcr 
8t;lt)ii Tetat oil il.s Hoiit ; car, h'Wh n'oiit pas assez do biun pour 
BuUsistor lioiinetement, et tout ensemble pour payer lours 
dotto.s', on lour punnet d'cn mettro uiio partie i\ couvert en 
fai.sant banqueroute u leur.s ereaneier.s. C'e.st ce que notre pore 
LessiuH a decide, et qu'Escobar conHrnie an t. H, ex. 2, n, l(i.') : 
" Celui qui lait banqueroute peut-il en sdrete de conscience 
" retenir de ses biens autant qu'il est nt'cessaire pour faire sub- 
" sister sa faniiile avec lionneur, ne indecore vivat? Je soutiens 
" que oui avec LoshIus ; et rneme encore qu'il les cut gagnes 
"par des injustices et des crimes coiuius de tout le monde, Cf 
" injastltia et noturiu delicto, (pioicju'en ce cas il n'en puissc pas 
" retenir en unc aussi grande (piantito qu'autrenient," Cunirneiit, 
nion pore ! par (pielle c'trange cliarite voulez-vous que ces biens 
demeurent plutot a celui qui les a gagnes par ses voleries*, pour 
le faire subsister avec lionneur, qua ses creanciers, a qui ils 
apl)artiennent legitiincment* ? ()\i ne pent pas, dit le perc, 
contenter tout le inonde, et nos peres out pense particulierement 
h soulager ces miserablos, Et cost encore en favour des indi- 
gents (pie n(jtre grand Vasquez, cite' par Castro Palao, t. 1, tr. G, 
d. G, p. G, n. 12, dit que "(piand on voit un voleur resolu ct 
" pret a voler une porsonne pauvre, on pent, pour Ten de'tournor, 
"lui assignor quelcpio personne riche en particulier, pour la 
" voler au lieu de I'autre." Si vous n'avez pas Vascpiez, ni 
Castro Palao, vous trouvercz la memo chose dans votre Escobar : 
car, comme vous le savez, il n'a presque rien dit qui ne soit pris 
de vingt-([uatre des plus cc'lebres de nos pores : c'ost au tr. 5, 
ex. 5, n. 120 ; " La pratique de notre Socie'te pour la charite 
" envers le prochain (■')." 

Cotte charite est vdritablenicnt extraordinaire*, nion pere, 
do sauver la perte de I'un par le doininage de I'autre. Mais jo 

' K,'Q ani\. C, I't ihiijcr h'urs (Icttfx tout emcmhlc, 
- Ibid, "qui lew a voti'a )i<ir sen concmxioii>i.^' 

■' ibid, "a (j[iii ils appartiemicut Icgitiiueiiiont, et que rom rdduisez par U' 
'• dttns la 2Jaunrt(:." •• A, 13 ami C, i/m/u/c. 



THE PROVINCIAL LKTTERS. 



187 



crois (,u'il faudrait la fuiro ciitioro, ot quo colui ^^m a donnd i.cttpu 

<•(; conseil soruit ensuito oblijro en conscicncu do rciidn; a co 

rid.o lo l)ien qu'il lui aurait fait perdre. Point du tout, mo dit- 

il; car il no I'a pas voI(^ lui-tuoino, il n'a fait (pie lo conHoillor k 

im autre'. Or dcoutoz cotto sa^'o ros(jlution do notro poro 

li.uuiysurun cas qui vous dtonnora done oncoro* bien davan- 

ta-o, et oil vous croirioz (pi'ou sorait boaucou)) lAm' oh\\<j;ii do 

nstituer. Cost nu cli. V] do sa ,%7nme. Voiei sea proprcs 

t.'riiios fraiKjais : " Quohiu'un prio uii soldat do battro son voisiu, 

"uu do brulor la gningo d'uu liomnic (pii I'a offonsd. On do- 

" inaiido si, au ddfaut du soldat, I'autro <pii I'a prid do fairo tous 

"cos outrages doit rdparor du siou lo nial (jui en sera issu, 

" -Uoii sentiment est quo nou : car a rostituor mil n'ost tonu, 

"s'il n'a violc' la justice. La violo-t-on cpiand on prio autrui 

"(rune fiivour? Quohpio domaudo qu'on lui en fasso, il do- 

" niouro toujours libro do I'octroyer ou do la nier. Do (pielquc 

"cotd (pi'il incline, c'est sa volontd qui lyporto; rien no I'y 

" oblige que la bontd, que la douceur ot la facilitd do son esprit. 

" Si done CO soldat no rdpare lo mal (pi'il aura fait, il n'y faudra 

"ustroiudre celui a la prioro du(iuol il aura offense I'innocont." 

Co passage pensa rompro notre entrotien : car jo fus sur lo point 

(1 eelator do rire de la bonte et douceur d'un brideur do grange, 

ot do ces dtrangos raisonnomonts qui exomptent do restitution lo 

proniior et veritable autour d'un ineendio, quo Ics jugos n'ox- 

cinpteraiont pas de la niort : mais si jo no me fusso retenu, lo 

bun pL'ie s'en fut offonsd, car il parlait sdrieusemont, ot mo dit 

ciisuitc du niome air : 

Vous devrioz roconnaitre par tant d'dpreuves combien vos 
objoctiuns sont vaines ; coi)endant vous nous faite.s aortir par la 
lie notro sujet. llevenous done aux porsonnes incommoddos, 
pour le soulagemont dosquoUes nos pores, comme ontro autros 
Lessius, 1. 2, c. 12. dub. 12, n. 71, as.^urent .pril est "permis de 
^'ddrobor non-seuloment dans uno extreme ndeessitd, mais cn- 
" core dans une ndeessitd grave, quoic^ue non pas extreme (l")." 

' Ibul. " ('( qu'on scniit...\o bicn qu'on lui aurait fait perdre. Point du tout, 
" mo (lit-il; car on nc I'a paa vole xoi-mviiw, o« n'a fait, etc." 

- llnd. omit encore. 3 xhid. hicn plus. 






188 



I li 



I 



I 'I 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



^''v-'iTr"^ Escobtar lo ropporfo aussi au tr. 1^ ex. 9, n. 20. Cola est sur- 
prcnant, mon pure : il ay a gnere tie gens dans le monde i^ui 
lie troiivent leur neccssitt^ grave, et a qui vous ne donniez par hi 
le pouvoir dc derobcr en surote de consilience. Et quand vous 
en reduirioz la j)ermission aux seulcs personiics qui sont eftec- 
tiveiiient en cet dtat, c'est ouvrir la porte a une infinite de 
lareins que les juges puniraieiit nonobstant oette necessite grave, 
ct que vous devriez re[)rimer a bien plus forte raisou, vous qui 
devez mainteuir parivii les homnies non-seulemeut la justice, 
mais encore la charite, qui est detru'te par ce principe. Car 
enfin n'est-ce pas 1 1 violer, et fairo t(n't a son procliain, que de 
lui faire perdro son bion pour en profiler soi-meuie ? c'est cc 
qii'on m'a appris juhqu'ici. Cela, n'est pas toujours veritable, 
dit le pore ; car notro grand Molina nous a appris, t. 2, tr. 2, 
d. ;328, n. IG, (\ne " I'ordre dc la charite n'exigo pas qu'on sc 
"prive d'uu profit, pour sauver par la sou prochain d'uue perte 
"pareille." C'est ce qu'il dit pour uioutrer ce (pi'il avait 
entrepris de prouver en cet endroit-la, " ([u'uu n'est pas oblige 
" en conscience de vendre les bieus qu'un autre nous uiu'ait 
"donneK, pour en frustrer ses creancier,'-'." Et Lessius, ((ui 
soutieut la lueuie opinion, la confirme par co nieUje princijie au 
1. 2, c. 20, dub. 19, n. 108(11). 

Vous n'avez pas assez de compassion pour ceux (|ui sont mal 
a Iciu' aise ; nos peres ont eu ])lus de charite ([ue cela. lis 
rendent justice aux pauvres aussi bien (pi'aux riches. Jc dis 
bien davantage, ils la rentlent memo aux pecheurs. Car, encore 
([u'ils soieut foit opposes' a ceux qui commettent des crimes, 
ii'Janmoins ils ne laissent pas d'enseigner (pie les bieus gao-ues 
par des crimes peuvent etre legitiniement retenus. C'est ce 
que Lessiiis onseigue genoralement, I, 2, c. 14, d. 8. " On n'est 
" point, dit-il, oblige, ni par la loi de nat a'e, ni par les lois 
" positives, cest-d-'Uve par aiicune loi, dc rendre co (pi'on a re(;u 
" pou»' avoir coniiuis une action criminelle, commo pour uu 
"adultere, encore meme que cette actioii soit contraire a k 
"justice." Car, comme dit encore E:>cobar en citaut Lessius, 
tr. 1, ex. 8, n. 59: •• Les biens qu'uno femme acquiert par 

' A. B iUlll C, hiftl llj-i)l>.:c.i. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



189 



" I'aclulterc sont vdritablemcnt gagiwjs par iine voio illeg-itimc\ 
"mais neanmoins la possossion en est legitime : Qiurmvi'/mulier 
"iUJcits acquirat, licite tamen retlnet acqmsita\" Et c'est 
pourqnoi los plus celebres de nos peres decident formellemcnt 
quo CO qu'ini jnge prend d'une des parties qui a mauvals droit 
pour rendre en sa faveur un arret injuste, et ce qu'un soldat 
rcyoit poiir avoir tue un lionime, et ce qu'on gagne par les 
crimes infames, pent etre legitimement retenu. C'est ce i^u'Es- 
c(>lar ramasse de nos auteurs, et qu'il assondde au tr. 3, ex. 1, 
11. 2:}, ou il fait cette regie gt^nerale : "Les biens acqiiis par 
"dcs voios honteuses, comme par un mourtre, un6 sentence 
"iiiju.ste, une action deshonnete, etc., sont legitimement pos- 
"sede.s, et on n'est point oblige' a les restituer." Et encore au 
tr. 5, ex. 0, n. 53 : " On pout disposer de ce (pi'on re(;oit pour 
"dcs homicides, des sentences' iujustes, des peches' infames, 
"etc., parce que la possession en est juste, et qu'on acquiert le 
"doinaiae et la propriete des choses que I'on y gagne." mon 
perc! lui dis-je, je n'avais pas oui parler de cette voie d'ac- 
querir; et je doute que la justice I'autoriso, et qu'elle prenno 
pour un juste titre I'a-.sassinat, riiijustice et I'adultere. Je ne 
sais, dit le i^ere, ce que les livres de droit en disent: niaisje 
snis bien (pie les notres, qui sont les ve'ritables regies des con- 
sciences, en parlent comme moi. II est vrai qu'ils en exceptent 
un cas au-quel iis obligent a restituer. Cost " quand on a re(;u 
" (le raigent de ceux (pii n'ont pas le pouvoir de disposer do 
"k'ui bieu, tels (pie sont les cnfhnts de famille et les religieux." 
Car notio grand Molina les en excepte au t. 1 de Just, tr. 2, 
(1 n, n. l.j : Xisl mailer accepisset ah eo 'jni aUenare nan 
potest, Hi a rei.jioso et fiUafamllias ; car alors il taut leur 
rondio leur argent. Escobar cite ce passage au tr. 1, ex. 8, n. 
5'J, et il coiifirme la mCnne chose au tr. 3, ex. 1, n. 23 (lii). 

- Tilt luissiiKc bogiiu.iiiK "Cvst ce que Les.i,,. ,n>^e!inu'..." is thus Kivcn in 

tlie earlier odu,. ns:-"Cc.st cc que dit Lcssius, I. 2, c. 10, .1. 0, „. -Ifi : '/... hi,.,,, 

"Jao/ius pa>- laduWre sont vcritahhnwut firunics par uu^ voie ilJCiitinw; nmis 

I'vumnoins la pn.se.sUm en est h'sjitinic; (qttannis mulicr illiciteacQulrat, licit?' 
" ret I net (leiinisitu] '" ^ > - 

- A, I! and C, des <irr<Vs. 



LETTl'.Il 
VHI. 




nli*|l 




THE PROVINCIAL LETTERS. 



LKTTIOH 
VIII. 



!■! 



Mon rdvorcnd pore, lui dis-jo, jo vois Ics rcligieiix niicux 
traitds en cola (jue les autres. Point du tout, dit le pere ; n'en 
fait-on pas autant pour tons les mineurs gdneralemcnt, an 
nombre desquels les religieux sent toute leur vie ? II est juste 
do les excepter. Mais, a I'egard de tons les autres, on n'est 
point oblige de leur rendre ce qu'on re(;oit d'eux pour une 
niauvaisc action. Et Lessius le prouve amplement au 1. 2 de 
Just., c. 14, d. 8, n. 52. "Car, dit-il, une mechante action' pent 
" etre estimee pour de 1' argent, en considerant I'avantage qu'en 
" re9oit celui qui la fait faire, et la peine qu'y prend celui qui 
" I'execute : et c'est pourquoi on n'est point obligd a restituer 
" ce qu'on revolt pour la faire, de quelcpie nature qu elle soit, 
"homicide, sentence^ injuste, action sale (car ce sont les ex- 
"emples dont il se sert dans toute cette matiere), si ce n'est 
" qu'on eut re9u de ceux qui n'ont pas le pouvoir de disposer de 
"leur bien. Vous direz peut-etre que celui qui re(;oit de 
" I'argent pour un mechant coup peche, et qu'ainsi il ne pent ni 
"le prendre ni le retenir. Mais je reponds qu'apres que la 
"chose est executee, il n'y a plus aucun pechd ni a payer, 
" ni a en recevoir le payemcnt," Notre grand Filiutius entre 
plus encore dans le detail de la pratique ; car il martiue 
" qu'on est obligd en conscience de payer differemnient les 
"actions de cette sorte, selon les differentes conditions des per- 
" sonncs qui les comraettent, et que les unes valent plus que les 
" autn^s." C'est ce qu'il dtablit sur de solides raisons, au t. ii, 
tr. 31, c. 9, n. 281 : ' Occultce furnicarm debetur pretimii in con- 
' scientia, et midto majore ratione, quam puhlicce. Copia enim 
' quam occulta facitmulier sui corporis, imdto 2^lus valet quamea 
' quam puUica facit meretrix ; nee ulla est lex positiva quce red- 
' did earn incapacem pretii. Idem dicendum de pretio promisso 
' virgini, coiijugatw, moniall, et cuicumque alii. Est enim omnium 
' eadem ratio (l^).' 

II me fit voir ensuite, dans ses auteurs, des choses de cette 



1 A, B and C, " Cc qu'on rc^oit, dit-il, pour une action crimintllG, n'est point 
" sujct ii restitution par aucuno justice naturclle, parco qu'unc mechante action 
" etc." 

'^ Ibid, (irirt. 



IX niicux 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



lf)l 



VIM. 



nature si mfames, que jo n'osemis lus rapporter, ct dont il lktti-.u 
aumit eu horrour lui-m6ine (car il est bou hommo), sans lo "" 
respect qu'il a pour ses peres, qui lui foit recovoir avcc vt^dra- 
tion tout ce qui vient do lour part. Jo me taisais ccpondant 
moms par lo dessoin de I'ongager a continuor cotto niatiero, que 
par la surprise de voir dos livres do religieux pleins de decisions 
si horribles, si injustes et si cxtravagantes tout ensemble. II 
poursuivit done en liberte son discours, dont la conclusion fut 
amsi. Cost pour cela, dit-il, quo notre illustre Molina (jo crois 
(lu'aprl's cela vous serez content) decide ainsi cette question : 
"Quandonare(?ude I'argent pour faire uno mechante action 
"cst-on obligd ^i le reudro? II faut distinguer, dit ce grand 
Mionune : si on n'a pas fait Taction pour laquelle on a ete payd, 
" il fout rendre I'argent ; mais si on I'a faite, on n'y est point 
"obligd: SI non fecit hoo malum, tenetur restituere ; secus, si 
"fecit" Cost ce qu'Escobar rapporte au tr. 3, ex. 2, n. 138.' 

Voila quelques-uns de nos principes touchant la'restitution. 
Vous en avez bicn appris aujourd'bui, jc veux voir maintenant 
comment vous en aurez profite. Kepondez-moi done. "Un 
"jugo qui a re^u do I'argent d'une dos parties pour rendre un 
"jugoraent' en sa favour, ost-il obligd a lo rendre?" Vous 
veuez de me dire que non. men pere. Jo m'en doutais bien, 
dit-il; vous Fai-jo dit gtjneralement ? Je vous ai dit qu'il 
u'est pas oblige do rendre, s'il a foit gagner lo procbs k celui qui 
u'a pas bon droit. Mais quand on a droit, voulez-vous qu'on 
aeliete encore lo gain do sa cause, qui est dCi logitimement ? 
A ous n'avcz pas do raison. No compronez-vous pas que le jugo 
dnit la justice, et qu'ainsi il no la pout pas vend re ; mais qu°il 
lie doit pas I'injustice, ot qu'ainsi il pent en recovoir de I'ar- 
goiit ? Aussi tons nos principaux auteurs, commo Molina, t. i 
tr. 2, disp. 83 et 9-1 ; Reginaldus, t. i, 1. 10, n. 178, 184 et 185 • 
Filiutnis, t. II, tr. 31, n. 220 et 228 ; Escobar, tr. 3, ex. 1, n. 21 
ot 23 ; Lessius, 1. 2, c. 14, d. 8, n. 54, enseignont tons uniformd- 
meiit : " qu'un jugo est bien obligd de rendre co qu'il aro^u pour 
"tau-e justice, si co n'est qu'on lo lui cut donnd par liberalite ; 

* A, B nnd C, "pour fain vn arret." 






ii 



102 



7"HE PROVINCIAL LETTERS. 



I: 



LFTTRu "mais qu'il n'cst jamais oblige a rendrc ce qn'il a rc(ju d'un 
" liomme en favour cluqncl il a rendu un arret injuste." 

Je fus tout interdit par eette fantasque dc'cision(ll) ; ct, pen- 
dant que j'en considerais les pernicieuscs consequences, le pero 
me prt'parait une autre question, et nic dit : Repoudez done 
une autre fois avcc plus de circonspection. Jc vous demandc 
maintenant : "Un homme qui se melo de deviner est-il oblige 
"de rendre I'argent qu'il a gagne par cet exercice ?" Ce qu'il 
vous plaira, nion rdverend pere, lui dis-je. Comment, ce qu'il 
me plaira ! Vraiment vous etes admirable ! II semble, de la 
fa(;on que vous parlez, que la verite depende de notre volonte. 
Je vois bien que vous ne trouveriez jamais celle-ci de vous- 
meme. Oyez done resoudre cette difficulte-la a Sanchez ; mais 
aussi c'est Sanchez ! Premierement il distingue en sa Somnie, 
liv. 2, c. 38, n. 94, 95 et 9G : " Si ce devin ne s'est servi que de 
" I'astrologie et des autres moyens naturels, on s'il a employe 
"I'art diabolique:" car il dit qu'il "est oblige de restituor en 
"un cas, et non pas en I'autre." Diriez-vous bien maintenant 
auquel ? II n'y a pas la de difficulte, lui dis-je, Je vois bien, 
repliqua-t-il, ce que vous vouloz dire. Vous croyez qu'il doit 
restituer au cas qu'il se soit servi de I'entremise des demons? 
Mais vous n'y entendez ricn ; c'est tout au contraire. Voici la 
resolution de Sanchez, au memo lieu : "Si ce devin n'a pris la 
"peine et le soin de savoir, par le moyen du diablc, ce qui ne se 
"pouvait savoir autrement, si nullum operam apposuit ut arte 
, " (Uahuli id sc'ret, il faut qu'il restituo ; mais s'il en a pris la 
"peine, il n'y est point oblige." Et d'ou vient cela, mon pere? 
Ne I'entendez-vous pas ? me dit-il. C'est parce (ju'on peut bien 
deviner par I'art tin diablc, au licii que I'astrologio est un 
moyen faux. Mais, mon pere, si le diable ne repond pas la 
verite', car il n'cst guere plus veritable que I'astrologic, il faudra 
done que le devin restitue, par la memo raison ? Non pas tou- 
jours, me dit-il. Distinrpto, dit Sanchez sur cela: "car si le 
"devin est ignorant en I'art diabolique, si sit artis diaholim 
" if/mtrus, il est oblige a restituer: mais s'il est habile sorcier, et 
" qu'il ait fait ce qui est en lui pour savoir la veritd, il n'y est 
" point oblige ; car alors la diligence d'un tel sorcier peut etre 



THE PBOVINCUL LETTERS. 



193 



esfrade pour de 1 argent : daigeMa a mago appo^ia est pretio '■<^m 
<. fe»«fefe Cela est de bon sens, men pbre, lui dis-je; car '■"'■ 
vo,ia le moyen d'engager les sorciers k se rendre savants et 
experts.en leur art, par I'esp^rance de gagner da bien Mgitime- 
ment, selon vos maximes, en servant fidelement le pnblt Je 
cro,s que vous raillez, dit le p^re ; cela n'est pas bL : car si 
vous parhez ainsi en des lieux oi vous ne fussiez paa connu il 
po.,rra,t se trouver des gens qui prendraicnt mal vos discours 
et qm vous reprocheraient de tourner les choses de la religion' 
en radlene. Je me d^fondrais facile^ent de ce reproche rno^ 
pere ; oar je cro.s que si on prend la peir r, d'examiner ie v^r tile 
sens de mes paro es on n'en trouvera aucune qui ne marque pa ! 
fa.tement e contraire ; et peut-etre s'ofTrira-t-il un iour dans 
nos entrefens, I'ocoasion de le faire amplement paratlre h" 
ho , d,t le pere, vous ne riez plus. Je vous confesse', lui dis-ie' 
que ce soup5on que je n,e voulusse railler des choses saintes me' 
serau b,en sensible, comme il serait injuste'. Je ne le 7iZ 
pas tout de bon repartit le p^re; mais parlous plus s^rieu, ! 
mnt Jy su,s tout dispos,?, si vous le voulez, mon pke- cela 
depend de vous Mais je vous avoue que j'ai 4t4 Lr^^s de 
vo,r que vos pferes out tellement flendl lenrs soinsZoutt 

TJZttV"''' °"* ™."'" "^- '^«'- '^ gain CI" 
des sorciers 1»). On ne saurait, dit le pfere, ,$criro pour trop 

i monde, n, parfculariser trop les cas, ni r,5peter trop souvent 

les memes choses en diff,<rents livres. Vous le verrez b en pa 

fe passage d un des plus graves de nos p^res. Vous le pouvez 

juger,p,„squ-il est aujourd'hui notre pke provincial (Test e 

reverend p^re Cellot, en son liv. 8 * l, £rarMeo. 16, § 2 

Nous Savons, d,t-il, qu'une personne qui portait une grknde 
" Z arr-?. P°- '» rest tuer par ordre de son confesseur. 

mandd s,l n y avait nen de nouveau, num quid Jil il lui 

-ra ir "rr" ""^ ^^ *'"°'°Sie morale, et que, le feuiUo- 

ant avec ndghgence et sans penser A rien, il tomba , r son 

CIS, et y apprit qnil n'^tait p„i„t oblige 4 restituer: do s .rte 



P.>sr. r.. 



A, B an<l C, je vous atone 

aussi sensible 



il'Cil (lemit injiistf." 



II; 



13 



i I 



I! i^' 

I* 11 



194. 



THE PROVINCIAL LKTTKUS. 



LEiTKR 






" ([ue, s't^tant ddcharg^ du fartleau de son scrupule, et demeurant 
" toujours chargd du poids de son argent, il sen retourna bien 
" plus leger en sa maison : abjecta scrujndi sarcina, retento auri 
" ponder e, levior domwu repetiit." 

Eh bien ! dites-moi, apres ceU, s'il est utile de savoir nos 
maximes! En rirez-vous niaintenant? Et ne ferez-vous pas 
plutot, avec le pere Cellot, cette pieuse reflexion sur le bonheur 
de cette rencontre : " Les rencontres de cette sorte sent, en Dieu, 
" I'effet de sa providence ; en I'ange gardien, I'eifet de sa con- 
" duite ; et en ceux k qui elles arrivent, I'effet de leur prt^desti- 
" nation. Dieu, de toute eternite, a voulu que la chaine d'or de 
" leur salut dependit d'un tel auteur, et non pas de cent autres 
" qui disent la meme chose ; parce qu'il n'arrive pas qu'ils les 
" rencontrent. Si celui-la n'avait ^crit, celui-ci ne serait pas 
"sauv^. Conjurons done, par les entrailles de Je'sus-Christ, 
" ceux qui blament la multitude de nos auteurs, de ne leur pas 
" envier les livres que 1' (Election eternelle de Dieu et le sang de 
"Je'sus-Christ leur a acquis (16)." Voila de belles paroles, par 
lesquelles ce savant homme prouve si solidement cette propo- 
sition qu'il avait avancee : " Combien il est 'itile qu'il y ait un 
" grand nombre d'auteurs qui e'crivent de la theologie morale : 
" quam iitile sit de theologia morali multos scribere." 

Mon pere, lui dis-je, je remettrai a une autre fois a vous 
declarer mon sentiment sur ce passage ; et je ne vous dirai pre- 
sentement autre chose, sinon que, puisque vos maximes sont si 
utiles, et qu'il est si important de les publier, vous devez con- 
tinuer a m'en instruire : car je vous assure que celui a qui je 
les envoie les fait voir a bien des gens. Ce n'est pas que nous 
ayons autrement I'intention de nous en servir, mais c'est qu'en 
effet nous pensons qu'il sera utile que le monde en soit bien 
informe. Aussi, me dit-il, vous voyez que je ne les cache pas; 
et, pour continuer, je pourrai bien vous parler, la premiere fois, 
des douceurs et des commodit^s de la vie que nos peres per- 
mettent pour rendre le salut aisd et la devotion facile; afin 
qu'apres avoir appris jusqu'ici ce qui touche les conditions par^ 
ticulieres, vous appreniez ce qui est g^n^ral pour toutes, et 



"• 1,'i 



THE PROVINCIAL LETTERS, 



195 



qu'ainsi il ne vous manque rien pour une parfaite instruction. LrxTiou 
Apres que ce pfere m'eut parld de la sorte, il me quitta\ '"'• 

Je suis, etc. 

P.S J'ai toujours oublid ^ vous dire qu'il y a des ^.coJar 
de difFdrentes impressions. Si vous en achetez, prenez de ceux 
de Lyon, ou il y a a I'entrde une image d'un agneau qui est sur 
un hvre scelM de sept sceaux. ou de ceux de Bruxelles de 1651 
Comme ceux-I^ sont les derniers, ils sont meilleurs et plus 

r^4te?i746(i7)! '" ''''"" P^'"''^^*^^ '^ ^^^^ ^- -'^es 

"Depuis tout ceci, on en a imprimd une nouvelle Edition h Paris chez 
P^get, p us exacte que toutes les autres. Mais on peut encore bien ; Lux 




j» 



NOTES ON LETTER VIIL 



4" 11 00 i?7'^^^*^"" ^^' ^"^ Note (1) on R. du Prov. (supra, pp 
4. and 99). That anyone should have suspected Gomberville of wrltfng 
he P;.o.,„c.aJe., seems even stranger than the suspicion of Arnauld («un 
docteur de Sorbonne "), or of the " Messieurs de Port Royal." 

end ^% 7^1" ?P'"'*''' ""^ ^'"'^"^ P^'^'^" ^""^ Escobar was condemned by the 

2- article of the Bull of 1679. ("P.o5«Mm e.istimoJudic.n posse Jndt 

cavejuxta opinionem etiam minus probabilem.") In criminal case, if 

z^iiTiTXr'T^'^ '^' '''''^ ^^ - givinrnurth 

«tration '' ^"""'^^" ^" '^^^ '^''' ""^'^ '^^ d^"^^'^- 

^W,Jap. IV.79." ''''""" """ " ''^ '' ^°^' "' ^'-^ ^^-^^^- 
' This last sentence is wanting in the 4" and 1'"" 

f,.: i"!'" ir:r„t'r ■■ "'^ ■"*"' ''"'-'■" -'-"^ -^' «■« '■°"™ 

13—2 




'^H 


1 ' 




lj 


. 


: 



I'll 




19G 



THE PROVINCIAL LKTTKRS. 



(4) " Cette fois," remarks Mayiiard (i. 351, note), "Pascal a justement 
"accusd Escobar et Layman." The opinion had been condemned by Pope 
Alexander VII. (§ 2f5), and offers few facilities for a distinction. That of 
Molina appears to have been based on an examination of the laws of his 
coun try (" il discute mramment son opinion, surtout dUuprh les lois de 
*' PortiKjal et de VE»pagm^\ with the conclusion that these donations were 
not absolutely bad in foro externa, and therefore the more justifiable in 
conscience. 

(5) The Premier President was M. de Belli5vre. When the printing- 
I)res8es of Petit and Desprez had been closed, after the publication of the 
1" Provinciale, he permitted them to be re-opened, after receiving a copy 
of the 2"'' Letter. Pascal rewarded him by this complimentary mention. 
(Sainte-Beuve, I. 550.) 

(6) This attempt to evade the stringent ecclesiastical condemnation of 
Usury in all its forms was known in the literature of casuistry as the 
" three contracts." It may be described thus. A gives a sum of money 
to B, to be used in trade for their joint interest ; the former as sleep- 
ing partner, receiving half the profits. This is the first contract. ^1 
then relinquishes a certain percentage to insure his capital, and another to 
insure the interest. This somewhat elaborate substitute for interest was 
discovered by Navarre, and first employed in the service of the king of 
Portugal, although he modestly attributed the invention to Zonaras. 
Maynard remarks with great justice upon this expedient that, "de quelque 
" nom qu'on I'appelle, on pent ais(^nu'nt s'l/ trotnper." It is less easy to 
follow him in his complaint of Pascal's injustice in accusing the Jesuits of 
defending the practice of usury, or to agree with him in calling Bauny and 
Escobar ^^auteurs obscurs qui doivent d Pascal toiite leur celehrit4P (i. 356.) 
The works of each had passed through thirty or forty editions before 
Pascal wrote his Letters. Escobar's doctrine, it may be noted, was con- 
demned by Innocent XI. 

(7) The " Mohatra " was condemned by Pope Innocent XI. in the 40"" 
Article. In addition Escobar quotes Molina (t. ii. tr. 2, disp. 310, n. 5), 
who insisted that the intentio lueri should be mentally suppressed at 
the time of making the bargain. It is difficult to conceive any circum- 
stances under which the Mohatra would not partake of a fraudulent 
character, and the "state of nature," the ordinary refuge, is hardly 
available in such a case. 

(8) Tl.d Epilogtis Summanim was compiled by Soria-Buitron, a Fran- 
ciscan. 

(9) Maynard attempts to prove that the words of Lessius, "ne indecore 
'^vivat," do hot mean, as Pascal implies, "living honourably, i.e. in the 
" former scale of comfort," but simply, "that he be not reduced to beggary." 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



197 



".'severe" (i. 3(35), is as follows --^'faT? ?? '""' "'^'^^ ""^ 

" Pascal appears to be guilty of one more call;;"' (^L"" *'" ^"'•'^^*' 
(10) The thesis ^^ Permmum est furari, non solum in extrema necessi 
c nt XL It Aull be seen that these are the exact words of Lessius 

who has been the innocent acco^pHee 'in a ^rLZ:^t^:;t:Z 
morally obliged to restore the goods he had received. He ce Sv .^^U 
prove Bomuu^an in some few cases, according to the Roln Law uft 
hardly m equity. (.ALaynard i. 370.) '' ^"^^ 

(12) This is another instance of Pascal's error in attributing to the 
Jesuits the invention of an opinion, which thev found in +],« b t 

,not,„„ of the .. exterior ■• a,.d " interior f„n„>, '. and°.leclar .,"J n 
pcrm,»,hle m co„sc,„„ce, which was only not forbidden by the law or 
n»e correctly, with which the law did not occupy it„lf, c-Lider „! the 
lier,„„ who gave money for a dixgraccftd pur„o,e even .rdeser "L „f 
bene t than the ..ceiver. The Konran Lafv iys : - m ^.^^Z^ 

tatustinpis causa sit, possessorem potiorem esse" (1. 8, ff xir t v ,7. rL 
<^^_ on turp. „.). Aquinas appears to have 1^^^^^ 
distinguishing the act from the means of acquisition, and specifv-r the 
-e of a prostitute's earnings. (Cf. xx. 2, q. 32, art. 7 in corp.' l^if, fa- 
Ccmiment on Lombard's Sentences, xv. dist. 15, q. 2, art. 4.) 

tati!m in f!!l7f '''^•', ''"'' """f'^ ^""''^' '' '' ''''''''''^'' ^« *« «^«"t quo- 
ta ion m full, furnishing as it does another proof that the Jesuit Casuist, 

C t decision pourrait paraitre bizarre, si elle etait adressee a d'autres 
quaux confesseurs ; mais, quoi qu'en dise Pascal, elle est fondee surdl 
-W. raisons. Oui, une femme jusqu'alors honnOte pent se ven Ir^ht 

n^ou commc la prostM (sic), mais de caprice et de passion; il n'y ^ 





i ' I 






198 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



"done pas de prlx couraut dtabli pour ello." (i. 379.) It is needless to 
point out that this is only a logical, if a cynical conclusion from the princi- 
ple laid down by Aquinas, and quoted in the preceding note. 

(14) Here again, Maynard's stricture upon Pascal is well founded : 
" ce n'est pas Ih. une dt^emon fantasquc, niais uno consequence rigoureuso 
•' du principc general sur la restitution des gains provenants do causes hon- 

" tenses." (i. 381.) 

(15) Again the opinion ridiculed here, is to be found in the Roman 
Law: — "If an astrologer... consulted as to a theft, denounces another than 
" the tnio culprit, no action for damages can lie against him." (1. 15, 
fF. XLVii. t. X. de injitnis, § si quis ustroloyus.) Accursius gives as the 
reason, ^^quia non dulo, sed sua artis causa fecit." 

(16) Cellot was especially attempting to refute the criticisms of Pctrm 
Aurelius (Saint Cyran), directed against the multiplicity and diversity of 
the Casuists. 

(17) On the editions of Escobar, see Note (5) on Letter V., Sainte- 
Beuve, Fort Royal, in. 52, and Reuchlin, Pascals Leben, Beilage xi. p. 305. 



=1 



NEUVIEME LETTKE 



Monsieur, De Paris, ce 3 JuiUet 1656. 

^ Je ne yous ferai pas plus de compliment que le bon 

pere men fit la derni^re fois que je le vis. Aussit6t qu'il 

mapercjut il vmt .^ moi, et me dit en regardant dans un lire 

qui tenait^lamam: "Qui vous ouvrirait le paradis ne vous 

obhgcra.t-a pas parfaitement ? Ne donneriez-vous pas des 

millions dor pour en avoir une clef, et entrer dedans quand 

bn vous semblerait ? II ne faut point entrer en de si grands 

trais : en voici une, voire cent k meilleur compte (i) " Je ne 

savais SI le l)on pfere lisait, ou s'il parlait de lui-meme. Mais il 

mota de peine en disant: Ce sont les premieres paroles d'un 

beau iv,e du pere Barry, de notre Socie'te'; car je ne dis iama^s 

e titre, dit-il : Le Paradis ouvert a Philagie par cent dd- 

votions a la mere de Dieu, aisdes k pratiq^ier.'' Eh quoi I 

mon pere, chacune de ces devotions aisdes suffit pour ouvrir le 

ciel . Uui, dit-il ; voyez-le encore dans la suite des paroles que 

vous avez ouies: "Tout autant de ddvotions k la m£e de Dieu 

que vous trouverez en ce livre sont autant de clefs du ciel qui 

vous ouvriront le paradis tout entier, pourvu que vous les 

"nL^^fl"' -r '"°'!''" ^-^^^^""--"De la fausse devotion a la sainte Vier.e 
que 1 s Jesu^tes ont mtroduite.-Diverses facilites qu'ils ont invent"es pour s^ 
earner sans peine, et parmi les douceurs et les commodif.'« rlJu r 

::-imes sur IWbition. I'envie. la gou^anX T '^^^ Z^ 



1 1 

1 1 



f till .1 f ^ 




I ' 




200 



THE FttUViNclAL LETTERS. 



LKTTER 

IX. 



" pratiquiez ;" ct c'est pourquoi il dit dans la conclusion, qu'il 
est " content si on en prati(|ue line Meule." 

Apprenez-m'en done quehju'unc des plus faciles, tnon p^re. 
Elles le sont toutes, rdpondit-il : par exemplo, "saluer la sainto 
" Vierge an rencontre do srs images ; dire Ic petit chapelet des 
"dix plaisirs do la Vierge; prononcer sonvent le noni de Marie; 
"donner commission aux an;j;es de lui faire la r^vdrence de 
" notre part ; souhaitor de lui batir plus d'c^glises quo n'ont fait 
"tons les monar(]ues ensemble; lui donner tons les matins lo 
" bonjour, et sur le tard le bonsoir ; dire tons les jours VAve Maria 
" en I'honneur du coour de Marie." Et il dit (|uc cette devotion- 
li\ assure, de plus, d'obtenir le cneur de la Vierge. Mais, mon 
pere, lui dis-je, c'est pourvu qu'on lui donne aussi le sien ? 
Cela n'est pas nticessaire, dit-il, quand on est trop attaclid au 
monde. Ecoutez-le : " CcEur pour cceur, ce serait bien ce qu'il 
" faut ; mais le votre est un 2)eu trop attached et tient un peu 
" trop aux creatures : ce qui fait (pie je n'osc vous inviter k 
" offrir aujourd'hui ce petit esclave que vous appelez votre coeur." 
Et ainsi il se contente de VAve Maria qu'il avait demande. Ce 
sont les devotions des pages 38, 59, 145, 15G, 172, 258 et 420 
de la premiere Edition. Cela est tout a fait commode, lui dis- 
je, et je crois qu'il n'y aura personne de damne apres cela. 
Helas ! dit le pere, je vois bien que vous ne savez pas jusqu'ou 
va la duretd du crour de certames gens ! II y en a qui ne 
s'attacheraient jamais h, dire tous les jours ces deux paroles, 
hunjour, bonsoir, parce que cela ne se pent faire sans quelque 
application de mdmoire. Et ainsi il a fallu que le pere Barry 
leur ait fourni des pratiques encore plus faciles, comme d'avoir 
"jour et nuit un chapelet au bras en forme de bracelet," ou de 
"porter sur soi un rosaire, ou bien une image de la Vierge." 
Ce sont la les ddvotions des pages 14, 32G et 447. "Et puis 
"dites que je ne vous fournis pas des devotions faciles pour 
" acqudrir les bonnes graces de Marie !" comme dit le pere 
Barry, p. 106. Voil^, moa pere, lui dis-je, I'extreme facilitd 
Aussi, dit-il, c'est tout ce qv'oT) a pu faire, et je crois que cela 
suffira ; car il faudrait e*n. I'en mi?trable pour ne vouloir pas 
prendre un moment en toutc ;^.;! vie pour mettre un chapelet a 



THE PnOVINCIAL LKTTKRS. 



201 



son bras, on un rosaire dans sa poche. et assurer par \k son letteh 
salut avec tant do certitude, que ceux qui en font I'dpreuve n'y '''' 
ont jamais t<ti? tronipds, de quclque manil're (,u'ils aiont vecu 
(luci.iue nous consnllions do no laisser pas de bien vivro Jo 
lie vous en rapporterai (pie I'exeniplo de la page ^4 d'uno 
lemnio qui, pratiquant tons les jours la ddvotion do sal'uer les 
linages de la Vierge, vt<cut t<.ute sa vie en pdchc' niortel et 
mourut enfin en eet dtat, .t qui no laissa pas d'etre sauvt^e par 
le n.erite do cetto d.1votion. Et comment cela ? m't^criai-je 
Lost, dit-il. que notre Seijrneur la fit ressusciter cxprl's Tant 
il est sur qu'on no pent perir quand on pratique .p.elqu'une de 
ces devotions '-') 

En verity?, men i)ere, jo sais que les ddvotions k la Vierc^e 
sunt un puissant mojen pour lo salut, et que les moindres sont 
dun grand mdrite, quand elles partent d'un mouvement de foi 
de charite, comme dans les saints qui les ont pratiqudes. 
Mais de fa.re accroire .\ ceux qui en usent sans changer leur 
mauvaise vie, qu'ils so convertiront k la mort, ou que Dieu les 
ressuscitera, e'est ce que je trouve bien plus propre k entretenir 
les pdcheurs dans leurs ddsordres. par la fausse paix que cette 
conhance temerairo apporte, c^n'k les en retirer par une vdritable 
conversion que la gr4ce seule pent produire. Qu'importe. dit le 
pere, par oh nous entrions dans le paradis, moyennant quo 
nous y entnons? comme dit sur un semblable sujet notro 
celebre Binet. qui a etd notre provincial, en son excellent livro 
deh Marquee de predestination, n. 31, p. 130 de la l-f Edition. 
;Soit de bond ou de volde, que nous en chaut-il, pourvu quo 
nous prenions a ville de gloire V comme dit encore ce pero 

'lues. n est d. snvoir si on y entrera. La Vierge, dit-il, en 
a-po,.a Voyez-le dans les derniferes lignes du livre du pero 
J^arry: Sil arrivait qu'^ la mort I'ennemi eM quelque pre- 
tention sur vous, et qu'il y eht du trouble dans la petite ■ 
repubique de vos pensdes, vous n'avez qu'a dire que Marie 
r^^pond pour vous, et que c'est k elle qu'il faut s'adresser." 
Mais, mon pere, qui voudrait pousser cela vous embarras- 
serait; car enfin qui nous a assurd que la ViergP en rdpond ? 



il 





202 



THE PROVINCIAL LETTERS. 




I.KTTKII . Le ptre Barry, dit-il, en repond pour e!le, p. 4G5 : " Quant au 
"profit et bonheur qui vous en reviendra, je vous en rt^ponds, et 
" me rends pleige pour la bonne mere." Mais, mon p^re, qui 
repondra pour le pere Barry ? Comment ! dit le pere, il est de 
notre Compagnie. Et ne savez-vous pas encore que notre 
Socidt(^ rdpond do tous les livres de nos peres ? II faut vous 
apprendre cela ; il est bon que vous le sachiez. 11 y a un ordre 
dans notre Socie'td, par lequel il est ddfendu a toutes sortes de 
libraires d'imprimer aucun ouvrage de nos peres sans I'appro- 
bation des the'ologiens de notre Compagnie, et sans la per- 
mission de nos superieurs. C'est im reglement fait par Henri III 
ie 10 mai 1583, et confirme par Henri IV le 20 de'cembre 1603, 
et par Louis XIII le 14 fe'vrier 1612 : de sorte que notre corps 
est responsable des livres de chacun de nos peres. Cela est 
particulier a notre Compagnie ; et de 1^ vient qu'il ne sort 
aucun ouvrage de chez nous qui n'ait I'esprit de la Socidtd 
Voila ce qu'il etait a propos do vous apprendre. Mon pere, lui 
dis-je, vous m'avez fait plaisir, et je suis fache seulement de ne 
I'avoir pas su plus tot ; car cette connaissance engage a avoir 
bien plus d'attention pour vos auteurs. Je I'eusse fait, dit-il, si 
I'occasion s'en fut offerte ; mais profitez-en k I'avenir, et con- 
tinuons notre sujeti-"). 

Je crois vous avoir ouvert des moyens d'assurer son salut 
assez faciles, assez surs et en assez grand nombve: mais nos 
peres souhaiteraient bien qu'on n'en demeurat pas a ce premier 
degr^ ou Ton ne fait que ce qui est exactement ne'cessaire pour 
le salut. Comme ils aspirent sans cesse a la plus grande gloire 
de Dieu, ils voudraient dlever les hommes a une vie plus pieuse. 
Et parce que les gens du monde sent d'ordinaire ddtournds de 
la devotion par I'l^trange idee qu'on leur en a donnde, nous 
avons cru' qu'il etait d'une extreme importance de detruire 
ce premier obstacle ; et c'est en quoi le P. le Moine a acquis 
beaucoup de reputation par le livre de LA DEVOTION AIS^E, 
qu'il a fait a ce desseln. C'est la qu'il fait une peinture tout a 
fait charmante de la devotion. Jamais personne ne I'a connue 
comme lui. Apprenez-le par les premieres paroles de cet 
' A, B and C, noi iKrCiS ont cru. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



203 



ouvrage: "La vertu ne s'est encore montre'e k personne; on 
" n'en a point fait de portrait qui lui ressemble. II n'y a rien 
"d'dtrange qu'il y ait eu si peu de presse a grimper sur son 
" rocher. On en a fait une facheuse qui n'aime que la solitude ; 
" on lui a associd la douleur et le travail ; et enfin on I'a faite 
"ennemie des divertissements et des jeux, qui sont la fleur de 
"la joie et I'assaisonnement de la vie." C'est ce qu'il dit 
page 92. 

^lais, mon pere, je sais bien au moins qu'il y a de grands 
saints dont la vie a ^t^ extremement austere. Cela est vrai, dit- 
il; mais aussi "il s'est toujours vu des saints polis, et des de- 
"vots civilises," selon ce pere, page 191 ; et vous verrez, p. 8G, 
que la difference de leurs moeurs vient de celle de leurs 
humeurs. Ecoutez-le. "Je ne nie pas qu'il ne se voie des 
"deyots qui sont pales et melancoliques de leur complexion, 
"qui aiment le silence et la retraite, et qui n'ont que du flegme 
"clans les veines et de la terre sur le visage. Mais il s'en voit 
"aussi d'autres qui sont d'une complexion plus heureuse, et qui 
"ont abondance de cette huraeur douce et chaude, et de ce 
"sang bdnin et rectifie qui fait la joie." 

Vous voyez dj la que I'amour de la retraite et du silence 
u'est pas commun a tous les de'vots ; et que, comma je vous le 
(lisais, c'est I'effet de leur complexion plutot que de" la pic^td 
Au lieu que ces moeurs austeres dont vous parlez sont propre- 
ment le caractere d'un sauvage et d'un farouche. Aussi vous 
les verrez place'es entre les mc3urs ridicules et brutales d'un fou 
m(^lancolique, dans la description que le pere le Moine en a 
faite au 7" livre de ses Peintures Morales. En voici quelques 
traits: "II est sans yeux pour les beaute's de I'art et de la 
" nature. II croirait s'etre chargj d'un fardeau incommode, s'il 
"avait pris quelque matiere de plaisir pour soi. Les jours de 
" fetes, il se retire parmi les morts. II s'aime mieux dans un 
" tronc d'arbre ou dans une grotte, que dans un palais ou sur 
"uu tronc. Quant aux affronts et aux injures, il y est aussi 
"insensible que s'il avait des yeux et des oreilles de statuo. 
" L'honneur et la gloire sont des idoles qu'il ne connait point, et 
" pour lesquelles il n'a point d'encens a offrir. Tine belle per- 



LETTER 
IX. 




I !| 




ilij_i|a|m ii.il 




lt>i 



^11! 



204 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



t ! 



LETTER "Sonne lui est un spectre. Et ces visages impdricux et sou- 
l^verains, ces agreables tyrans qui font partout des esclaves 
"volontaires et sans chaines, ont le meme pouvoir sur ses yeux 
"que le soleil sur ceux des; hiboux, etc. (4)"' 

Mon reverend pere, je vous assure que, si vous ne m'aviez 
dit que le pere le Moine est I'auteur de cette peinture, j'aurais 
dit que c'eut ^te quelque impie qui I'aurait faite h dossein de 
tourner les saints en ridic ile. Car, si ce n'est 1^ I'image d'un 
homme tout k fait ddtache des sentiments auxquels I'Evangile 
oblige de renoncer, je confesse que je n'y entends rien. Voyez 
done, dit-il, combien vous vous y connaissez peu, car ce sont la 
^'1 des traits d'un esprit fail)le et sauvage, qui n'a pas les aflfec- 
" tions honnetes et naturelles qu'il devrait avoir," comme le pere 
le Moine le dit a la fin de cette description. C'est par ce moyen 
qu'il "enseigne la vertu et la philosophie chretienne," selon le 
dessein qu'il en avait dans cet ouvrage, comme il le declare dans 
I'avertissement. Et en effet on ne peut nier que cette mdthode 
de traiter de la devotion n'agree tout autrement au monde que 
celle dont on se servait avant nous. II n'y a point de com- 
paraison, lui dis-je, et je commence a espe'rer que vous me 
tiendrez parole. Vous le verrez bien mieux dans la suite, dit- 
il ; je ne vous ai encore parb) de la pie'te qu'en ge'ndral. Mais, 
pour vous faire voir en de'tail combien nos peres en ont ote' de 
peines, n'est-ce pas une chose bien pleine de consolation pour les 
ambitieux, d'apprendre qu'ils peuvent conserver une ve'ritable 
devotion avec un amour de'sordonnd pour les grandeurs ? Eh 
quoi! mon pere, avec quelque exces qu'ils les recherchent? 
Oui, dit-il ; car ce ne serait toujours que pdche' ve'niel, a moins 
' qu'on d^sirat' les grandeurs pour ofFenser Dieu on I'Etat plus 
commodement. Or les pdche's vdniels n'empechent pas d'etre 
ddvot, puisque les plus grands saints n'en sont pas exempts. 
Ecoutez done Escobar, tr. 5, ex. 5, n. 154 : " L'ambition, qui est 
" un app^tit desordonnd des charges et des grandeurs, est de soi- 
" meme un pdch<i v^niel : mais, quand on ddsire ces grandeurs 

' So in A, B, C, D. Modern editors have supplied the Tie which, at the time 
Pascal wrote, was not yet uniformly employei after ft moiiis and similar exprea- 
sions. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



205 



" pour nuire k I'Etat, ou pour avoir plus de commodity d'offenser letter 
"Dieu, ces circonstances extdrieures le rendent mortel." ^^' 

Cela est assez commode \ mon p^re. Et n'est-ce pas encore, 
contmua-t-il, une doctrine bien douce pour les avares, dc dire' 
comme fait Escobar, au tr. 5, ex. 5. n. 154 : « Je sais que les 
"riches ne pechent point mortellement, quand ils ne donnent 
>omt l'aum6ne de leur superflu dans les grandes ndcessites 
I'des pauvres: Scio in gravi pauperum necessitate divites non 
"dando superfiua, non peccare mortaliter (o) T' En v4nt4 lui 
dis-je, si cela est, je vois bien que je ne me connais guere ea 
p^ches. Pour vous le montrer encore mieux, dit-il, ne pensez- 
vous pas que la boDne opinion de soi-m^me, et la complaisance 
qu on a pour ses ouvrages, est un pdchd des plus dangereux ? et 
ne serez-vous pas bien surpris si je vous fais voir qu'encore 
meme que cette bonne opinion soit sans fondement, c'est si peu 
un pe'che, que c'est au contraire un don de Dieu ? Est-il pos- 
sible, mon pere ! Oui, dit-il, et c'est ce que nous a appris notre 
grand pere Garasse, dans son livre fran9ais intitule Somme des 
vmtes capitales de la religion, p. 2, p. 419. " C'est un effet, dit- 
"il, de la justice commutative, que tout travail honn^te soit 
" recompense ou de louange, ou de satisfaction. . . Quand les bons 
"esprits font un ouvrage excellent, ils sont justement recom- 
"pensds par les louanges publiques. Mais quand un pauvre 
"esprit travaille beaucoup pour ne rien faire qui vaille, et qu'il 
''ne pent ainsi obtenir des louanges publiques; afin que son 
"travail ne demeure pas sans recompense, Dieu lui en donne 
" une satisfaction personnelle qu'on ne pent lui envier sans une 
I' injustice plus que barbare. C'est ainsi que Dieu, qui est juste, 
" donne aux grenouilles de la satisfaction de leur chant (6)." 

Voila, lui dis-je, de belles decisions en faveur de la vanity, 
de I'ambition, et de I'avarice. Et I'envie, mon pere, sera-t-elle 
plus difficile k excuser? Ceci est d^licat, dit le p^re. II faut 
user de la distinction du p^re Bauny, dans sa Somme des 
pM. Car son sentiment, c. 7, p. 123, de la cinqui^me et sixieme 
tdition, est que 'Tenvie du bien spirituel du prochain est mor- 

' A, B and C. rdn rommrvre h!cn. 






LETTER 
IX. 



S ( 



206 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



"telle," mais que "I'envie du bien temporel n'est que ve^nielle." 
Et par quelle raison, mon pere ? Ecoutez-la, me dit-il. " Car 
" le bien qui se trouve es choses ♦^emporelles est si mince, et de 
"si peu de consequence pour le ciel, qu'il est de nulle con- 
" siddration devant Dieu et ses saints." Mais, mon pere, si ce 
bien est si lyiince et de si petite consideration, comment per- 
mettez-vous de tuer les hommes pour le conserver? Vous 
prenez nial les choses, dit le pere : on vous dit que le bien est 
de nulle consideration devant Dieu, mais non pas devant les 
hommes. Je ne pensais pas k cela, lui dis-je ; et j'espere que, 
par ces distinctions-la, il ne restera plus de pdchds mortcls an 
monde. Ne pensez pas cela, dit le pere; car il y en a qui sent 
toujours mortels de leur nature, comme par exeraple la paresse. 
O mon pere ! lui dis-je, toutes les commoditds de la vie sent 
done perdues ? Attendez, dit le pere ; quand vous aurez vu la 
definition de ce vice, qu'Escobar en donne\ tr. 2, ex. 2, n. 81, 
peut-etre en jugerez-vous autrement: dcoutez-la. "La paresse 
"est une tristesse de ce que les choses spirituelles sent spiri- 
" tuelles, comme serait de s'affliger de ce que les sacrements sent 
" la source de la grace ; et c'est un peche mortel." O mon pfere ! 
lui dis-je, je ne crois pas que personne se soit jamais avisd** 
d'etre paresseux en cette sorte. Aussi, dit le pere, Escobar dit 
ensuite, n. 105: "J'avoue qu'il est bien rare que personne 
"tombe jamais dans le pechd de paresse." Comprenez-vous 
bien par la, combien il importe de bien ddfinir les choses ? Oui, 
mon pere, lui dis-je, et je me souviens sur cela de vos autres 
definitions de I'assassinat, du guet-apens, et des biens superflus. 
Et d'oii vient, mon pfere, que vous n'dtendez pas cette methode 
a toutes sortes de cas, pour donner a tous les pe'che's des defini- 
tions de votre fa9on, afin qu'on ne pdchat plus en satisfaisant 
ses plaisirs(7)? 

II n'est pas toujours ndcessaire, me dit-il, de changci- pour 
cela les definitions des choses. Vous I'allez voir sur le sujet de 
la bonne chere, qui passe pour un des plus grands plaisirs" de la 

^ So in all the editions. This employment of the particle en is now obsolete. 
- A, B and C, " que personne ait jamais M assez bizarre pour s'aviser..." 
^ Ibid, "qui est mns doute un..."' 



THE PROVINCIAL LETTF.HS. 



207 



' Jl 



e v^nielle." 
t-il. « Car 
ince, et de 
nulle con- 
pere, si ce 
iment per- 
er ? Vous 
le bien est 
devant les 
jspere que, 
mortcls ail 
a qui sont 
la paresse. 
la vie sont 
Lurez vu la 
c. 2, n. 81, 
La paresse 
sont spiri- 
ments sont 
mon pfere ! 
fiais avisd'' 
Escobar dit 
) personne 
renez-vous 
ses ? Oui, 
vos autres 
superflus. 
e mdthode 
des ddfini- 
iatisfaisant 

,ngci pour 
e sujet de 
isirs" de la 

low obsolete. 
iviser..." 



Vie, et qu'Escobar permet en cette sorte, n. 102, dans la Pratique letter 
selon notve Societe: " Est-il permis de boire et de manger tout ^^' 
" son soul sans necessity, et pour la seule volupte ? Oui cer- 
" taineinent, selon Sanchez, pourvu que eela ne nuise point a 
" la sante, parce qu'il est permis k I'appetit natural de jouir des 
"actions qui lui sont prop res : An comedere et bibere nsque ad 
"satietatem absque necessitate, ob solam voluptatem, sit pec- 
"catum?^ Cam Sanctio negative respondeo, modo non obsit 
"valetudini, quia licite potest appetitus naturalis suis actibus 
"fridi^)." mon pere ! lui dis-je, voila le passage le plus 
complet et le principe le plus achevd de toute votre morale, et 
dont on pent tirer d'aussi commodes conclusions. Eh quoi ! la 
gourmandise n'est done pas meme un pdche veniel ? Non pas, 
dit-il, en la maniere que je viens de dire ; mais elle serait pechd 
veniel selon Escobar, n. 56, "si, sans aucune necessity, on se 
"gorgeait du boire et du manger jusqu'a vomir : si quis se 
"usque ad vomitum iugurgiteti^)." 

Cela suffit sur ce sujet ; et je veux maintenant vous parler 
des facilite's que nous avons apport^es pour faire e'viter les 
pech^s dans les conversations et dans les intrigues du monde. 
Une chose des plus embarrassantes qui s'y trouve est d'dviter le 
mensonge, et surtout quand on voudrait bien faire accroire une 
chose fausse. C'est a quoi sert admirablement notre doctrine 
des equivoques, par laquelle "il est permis d'user de termes 
"ambigus, en les faisant entendre en un autre sens qu'on ne 
"les entend soi-m^me," comme dit Sanchez, Oj). mor., p. 2,1. 3, 
c. 3, n. 13. Je sais cela, mon pere, lui dis-je. Nous Tavons 
tant publid, continua-t-il, qu'^ la fin tout le monde en est ins- 
tiuit{iO). Mais savez-vous bien comment il faut faire quand 
on ne trouve point de mots equivoques ? Non, mon pere. Je 
m'en doutais bien, dit-il ; cela est nouveau : c'est la doctrine 
(les restrictions mentales. Sanchez la donne au memo lieu : 
''On pent jurer, dit-il, qu'on n'a pas fait une chose, quoiqu'on 
''lait faite effective ment, en entendant en soi-meme qu'on ne 
"I'a pas faite un certain jour, ou avant qu'on fiit n^, ou en sous- 
" entendant quelqiie autre circonstance pareille, sans que les 
"paroles dont on se sert aicnt aucun sens qui le puisse faire 



''.in !■ :M 







208 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



LETTER 
IX. 



I ! i 



i a u 



liWi 



"connaitre. Et cela est fort commode en beaucoup de ren- 
"contres, et est toujours tres-juste quand cela est iK^cessaire ou 
" utile pour la sante', I'bonneur, ou le bien (H)." 

^ Comment ! mon pere, et n'est-ce pas \k un mensonge, et 
meme un parjure? Non, dit le pere: Sanchez le prouve au 
meme lieu, et notre pere Filiutius aussi, t. ii, tr. 25, ch. 11, n. 
331 ; parce, dit-il, que c'est " I'intention qui rfegle la qualitd de 
"Taction." Et il y donue encore, n. 328, un autre moyen plus 
siir d'dviter le mensonge. C'est qu'apres avoir dit tout haut, 
Jejure qiieje nai point fait cela, on ajoute tout bas, avjourd'hui ; 
ou qu'apres avoir dit tout haut, Je jure, on dise tout bas, que je 
dis; et que Ton continue ensuite tout haut, qve je nai point 
fait cela. Vous voyez bien que c'est dire la vdrite. Je I'avoue, 
lui dis-je; mais nous trouverions peut-etre que c'est dire la 
vdrite tout bas, et un mensonge tout haut : outre que je crain- 
drais que bien des gens n'eussent pas assez de presence d'esprit 
pour se servir de ces methodes. Nos peres, dit-il, ont enseigne' 
au meme lieu, en faveur de ceux qui ne sauraient pas user de 
ces restrictions \ qu'il leur suffit pour ne point mentir, de dire 
simplement qu'i7s n'ont point fait ce qu'ils ont fait, " pourvu 
" qu'ils aient en general I'intention de donner a leurs discours 
" le sens qu'un habile homme y donnerait." 

Dites la ve'ritd : il vous est arrive bien des fois d'etre em- 
barrasse', manque de cette connaissance ? Quelquefois, lui dis-je. 
Et n'avouerez-vous pas de meme, continua-t-iP, qu'il serait 
souvent bien commode d'etre dispense en conscience de tenir 
de certaines paroles qu'on donne ? Ce serait, lui dis-je, mon 
pere, la plus grande commodite du monde. Ecoutez done 
Escobar au tr. 3, ex. 3, n. 48, oii il donne cette regie gdne'rale : 
" Les promesses n'obligent point, quand on n'a point intention 
" de s'oblijjer en les faisant. Or il n'arrive guere qu'on ait cette 
" intention, a moins que Ton les confirme par serment ou par 
" contrat : de sorte que quand on dit simplement, Je le ferai, 
" on entend qu'on le fera si on ne change de volonte' ; car on ne 
veut pas se priver par la de sa liberty." II en donne d'autres 

' A, B and C, " qui ne sauraient trouvcr ces restrictions." 
* A, B and C, omit continm-t-ll. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



209 



que vous y pouvez voir vous-memo; et il dit h la fin que "tout 

-™'™ "' «'™- Et ains. on n'en peut pas douter (12) 
d'intentior SmI f" '""J''' J^■'^ "■'™'' ?- 1™ ''^ '"■'ection 
voyez, d,t le p^-e, que voilfi une grande facilit,? pour lo com 
morce d„ monde. Mai, ce qui uou. a donn^ le plus do peirT: 
et<! de rosier les conversations entre les horames et les feram s 
«.r nos peres sont plus reservA sur ce qui regarde la e ITet. 
Ce n est pas qu'ils ne traitent des quosLns Lsez curiWs et 

iro : 'T '' """-^'Pf'T™' P°" 'es personnes Ir e 
ou hancfe. Jappns sur cela les questions les plus extra«rdi 
nau-es. quW puisse s'imaginer. II m'en donna de quoi Ipl r" 
ph,s,e„rs lettres: mais je no veux pas seulement enla quX 
ta .o„s, parce que vous faites voir mes lettres k toutes s„r 
e porsonnes; et je ne voudrais pas donner IWasion de oette 
lecture a ceux qu. n'y chercheraient que leur divertissement i) 
la seulo chose que je puisse vous marquer de ce qu" me 
montra dans leurs livres, memo fran,ais, est ce que vous pouvez 
vo.r dans la Som,m des pe'cMs du p^r. Bauny'p. llTIeTr 
a.„es petrtes privaut^s qu'.l y explique', pour;u qu'on dir'e' 
b.en son .ntenfon, co,«,„e a yasser pour /alant : et vous se^z 
urpns d'y trouver, p. 148, un principe de morale touchane 
pouv„,r qu',1 d.t que les filles ont de disposer de leur vir'init^ 
ans leurs parents; voici ses termes: "Quand cekje M d, 
eousontement de la fille, quoique le pfero ait stjeT ,t s'en 

•■o^'"cks .'': "^'^VP- -■-"-- a- "adite fille oucluil 
qui clle sest prostitu<5e, lui aient fait aucun tort ou vioW 
our sou ,gard ,, j„,,,,^ ,„ ,^ ,„^ ^^ ^^ possess on del 
gnnte auss. bren que de son corps; elle en pent faire c^ 
que bon lu, semble, a I'exclusion de la mort ou du retran^he 
ent de ses membres." Jugez par E du reste(^ Jet 
^«"vms, sur cela, d'un passage d'un poete paleu qui a Z 

^ A, B and C add et les plus bniiales. 

• In a copy of A collated by M. Lesicur thprp ;« n ivra * 

PASC. L. 

14 



LETTER 
IX. 



i^ i 





210 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



|i V 



LETTKii meillenr casuistc que ces pbres, puis(iu'il a (lit quo " la virginitt? 
" d'une fillc ne lui appartient pas tout enti^re ; qu'uue partio 
" appartient au pure et I'autre t\ la mere, sane lesquels ello n'en 
"peut disposer, meme pour lo mariage." Et je doute qu'il y 
ait aucun juge qui ne prenne pour une loi le contraire de cette 
maxime du pere Bauny. 

Voila tout ce que je puis dire de tout ce qvie j'entendis, et 
qui dura si longtemps, que je fus oblige de prier enfin le pere 
de changer de matiere. II le fit, et m'entretint de leurs regle- 
ments pour les habits des femmes en cette sorte. Nous ne 
parlerons point, dit-il, de celles qui auraient I'intention im- 
pure; mais pour les autres, Escobar dit au tr. 1, ex. 8, n. 5 : "Si 
" on se pare sans mauvaise intention, mais seulement pour satis- 
" faire I'inclination naturelle qu'on a a la vanitd, ob natiiralem 
"fastus inclinationem, ou ce n'est qu'un pdchd vdniel, ou ce n'est 
"point p^ch^ du tout." Et le pere Bauny, en sa Somme des 
pe'ches, c. 46, p. 1094, dit que " bien que la femme eiit connais- 
" sance du mauvais efFet que sa diligence a se parer op^rerait et 
" au corps et en I'ame de ceux qui la contempleraient ornde de 
" riches et prdcieux habits, quelle ne pdcherait neanmoins en 
" sen servant." Et il cite entre autres notre p^re Sanchez pour 
" etre du meme avis (i^). 

Mais, mon pere, que rdpondent done vos aviteurs aux pas- 
sages de I'Ecriture qui parlent avec tant de vehemence contve 
les moindres choses de cette sorte ? Lessius, dit le pere, y a 
doctement satisfait, de Just, 1. 4, c. 4, d. 14, n. 114, en disant 
que "ces passages de TEcrituro n'dtaient des pre'ceptes qu'a 
"I'egard des femmes de ce temps-la, pour donner par leur 
" modestie un cxemple d edification aux paiens." Et d'oii a-t-il 
pris cela, mon ptire ? II n'importo pas d'oii il I'ait pris ; il sutiit 
que les sentiments de ces grands hommcs-la sont toujours pro- 
bables d'eux-memcs. Mais le pere le Moyno a apportt^ une 
moderation a cette permission generale, car il ne le veut point 
du tout souffrir aux vieilles: c'est dans sa Devotion aisee, et entre 
autres p. 127, 157, 163. "La jeunesse, dit-il, peut etre pare'e 
" de droit naturel. II peut etre permis de so parer en un age 
"qui est la fleur et la verdure des ans. Mais il en faut do- 



I 



;n faut do- H 



THE PROVINCIAL LETTERS. 211 

I'meurer \h: lo contre-temps serait dtr.inge do cherchcr des 
rosos snr la neigo Co n'est qu'aux dtoilos qu'il appartieut 
<letro tovyours au bal, parce qu'elles ont lo don do jounesso 
perpetuolo Lo medleur done en co point sorait do prondro 
oonseil do la raison ot d'un bon miroir, de so rondro k la 
■bienseanco ot .\ la ne<cossite, ot do so rotiror quand la nuit 
approcho Cola ost tout ^ fait judicioux, lui dis-jo. Mais, 
contuuua-t-d, ahn quo vous voyioz combion nos pl^ros ont ou 
soin do tout JO vous dirai quo. donnant permission aux fommos 
<lc jouer, ot voyant quo cetto permission lour serait souvont 
•untde SI on no lour donnait aussi lo moycn d'avoir <le quoi 
jouer, ds ont otabli une autre maximo en leur favour qui 
«e voit dans Escobar, au chap, du Lavcin, tr. 1, ex. 9, n' 13 • 
Une femme dit-il, pout jouer, ot prondro pour cola do I'argcnt 
a son man'. <= 

En ve'ritd, mon pore, ccla est bien achevd. II y a bien 

dautros choses neanmoins, dit le p^>re: mais il faut les laissor 

pour parlor des maximes plus importantes, qui facilitent I'usacro 

des choses saintes, commo. par exomple, la maniero d'assistor\ 

a mosse. Nosgrands theologiens Gaspard Hurtado, de Sacram., 

t. II, deSacrr/. 3Rss. d. 5, diff. 2, et Conink, de Sacrum., a. 83 

a. b n. 297, ont enseigne sur ce sujet qu'il "suffit d'etre present 

a la messo de corps, quoiqu'on soit absent d'esprit, pourvu 

quon cemeuro dans une contenance respectueuse exterieure- 

;men(i)." Et Va -so plus a.ant. car .1 dit "qu'on 

satisfait au precepte 'a mosse. encore m^me qu'on ait 

1 intention do n en rien -out cela est aussi dans Escobar, 

• I, ex. 11. n. 74 et 107; .. .ncore au tr. 1, ex. 1, n. 116, oil ii 

exphque par 1 exomple de ceux qu'on meno a la messo par 

torce, et qui ont 1 intention expresse do no la point entendre 

Il'ir'^F VT^r' ^" """ ^' ''''''''' J"™^^«' ^^ "" ^"tro me le 
^lisait. En efifet, dit-iJ, cela a quelque besoin do I'autoritt? de 

'^a'J'J-r^ ^ "°"'^"^° *^' paragraph thus:-" Jo vous dirai quo parce 
s on ne leur donnait aussx le moycn d'en faire la depense, on a itabli une 

14—2 



LKTTKIt 
IX. 



m 



III 



1 






! ■ ■' 




',■ 




■ . 






: 






'.!•■ 



\U) F'l 



. ri;' 1 




212 



THE PllOVIXniAL LKTTF.nS. 



■f ^ 1 



ucTTKit ces grands hommes; aussi bion (jiio co (|uu (lit Escobar, an tr. 1, 
ex. 11, n. 31 : " Qu'uno niechante intention, coinmo dc regarder 
"des femnies avoc un dtisir impnr, jointc a celle d'onir la messo 
"comme il faut, n'empecbe pas qn'on n'y satisfasse : Nee obest 
" alia prava iiiteiitio, lit aspiciendi lihkJiuose feniiiuifi (17)." 

JMais on trouvo encore nnc cliose commode duns notre sa- 
vant Turrianns, Select., ]). 2, d. 10, dub. 7 : " Qn'on pent ouir la 
"moitie d'nne messe d'un pretro, et ensuito nne antro moitiu 
"d'un antre; et nieme qn'on ])ent ouir d'abord la fin de I'luie, 
"et ensuite le commencement d'nne autre." Et je vons dirai 
dc plus (pi'on a " permis encore d'ouir deux moities de messe en 
"rnonie temps de deux dilferonts prutres, lorsijue I'nn coni- 
" mence la messe quand I'autre en est ti I'elevation ; parco ([u'on 
"pent avoir I'attention a ces deux cotes a la fois, et (pie deux 
" moities de messe font une messe entiere : iJiav viedietates 
"unam missam cuustituunt." Cost ce (pi'ont decidt^ nos pores 
Bauny, 1. 1, tr. 0, q. 1), p. 312 ; Hurtado, de Sacr., t. II, de Sacrif. 
Miss., d. 5, diff. 4; Azorins, 1. 1, 1. 7, c. 3, q. 3 ; Escobar, tr. 1, ex. 11, 
n.73, dans le chapitre de la Pniti<pie pour uu'ir la messe selon notre 
Socie'te'. Et vous verrez les consticpiences qu'il en tire, dans ce 
mome livre des t'ditions dc Lyon, des annees 1044 et 1040, en 
ces termes : " De la je conclus rpie vous pouvcz ouir la messe en 
" tres-peu de temps, si, par exemple, vous rencontrez quatre 
" messes a la fois qui soient tellenient assorties, que, quand I'une 
" commence, I'autre soit a I'Evangile, une autre a la consecra- 
" tion, et la derniere a la communion (l^)." Certainement, men 
pere, on entendra la messe dans Notre-Dame en un instant par 
ce moyen. Vous voyez done, dit-il, qn'on ne pouvait pas mieux 
faire pour faciliter la maniere d'ouir la messe (l"). 

Mais je veux vous faire voir maintenant comment on a 
ailouci I'usage des sacrements, et surtout de celui de la pt'ni- 
tence : car c'est la ou vous verrez la derniere beniuriite de la 
conduite de nos peres ; et vous admirerez (pie la dtivotion, qui 
(^tonnait tout le mondo, ait pu etve traitee par nos peres "avec 
" uno telle prudence, qu'ayant abattu cet (ipouvantail que les 
" demons avaicnt mis a sa porte, ils Vaient vendue plus facile 
" quo le vice, et plus ai.seo ([uc la volupte ; en ,sorte quo Ic simple 






l!iM':^l 



THE PROVINCIAL LKTTKHS. 



213 



', an tr. 1, 

regard cr 

la messo 

Nee ohent 



notro sa- 
il t ouir la 
ro moitit* 
(le I'line, 
ous dirai 
messe en 
un coni- 
rco qu'on 
jue deux 
ledietates 
IDS peres 
le Sacrif. 
l,ex. 11, 
don notre 
, dans ce 
164G, en 
mcsse en 
z quatre 
md I'une 
2onsecra- 
ent, mon 
;taut par 
IS mieux 

nt on a 
la pt'ni- 
itt^ de la 
ition, qui 
3S " avec 
que les 
us facile 
[c simple 



Mvo oat incomparableniont plu.s ma|ai,,i! ,,ue Ic bien vivre ■' ..^^ttbr 
l->ur u»cr des torraos du fl-ro lo M„i,„,, „, 244 ot 201 do T/ V ' ™ 

v-itc, 1„, d...je, mon poro, je „o puis „,'u.„p6cl,e; vl dfro 
-•' l«n.c.o, Jo orains quo vo„s no pronio^ Ll v„, rJZesZ 

: : :r r :: : r "? "v-'' ^^^"'"'^ '•« = i- hus dor; 

Til 1 on attno.. Car la mowo, par o.xemplo, ost uno cho^o ,i 
grando e «, .,an,to.,,u'il .suftirait, pour tairo po;dro iv , auteu 

^.:i:zjr "■.•"" •;'^' "'"^'""^^ '"■-»-• -'--'" 

<l t lo pcro, h 1 ogard de oortamos gons: n.ais no save.-vous pa 
<l»o nous nous accommodons k toute sorte do porsonnos » I 
»,nbIo ,|uo vous ayoz perdu la mc=,„„ire do co quo jo vrai .1 
s, .souvont sur oo .sujot. Jo voux dono vou, » Ltretonir h 
pren„oro fo.s a loisir, on diffo=rant pour oola notro entrefen d ^ 
a.l„uc,sson,onts do la oo„fo«sion. Jo vous lo forai si b ion on 
endro, quo vous no Toublioroz jamais. Nous nous sC™ " 
a-clo»sus; ams, jo m'in.agino quo notro promioro oonvom 
t.on sera do lonr politiquo. Jo suis, otc.' ■■» «nvorsa- 



NOTES ON LETTER IX. 



(1) The quotations f,,,„i Barry ami Uinct ii, »l„-» T„»» 

(2) Pascal is naturally cautious in his treatmnnf nf Afn • i t 
-Wi.,S il» »tr„„g i,„»i„„„ i„ t,,„ „„„„„, cL Si Wore l,ff ??' °°"; 

" piece. digneB d'^Le^i^!" ^ '-^-''««^,o„. par le pore Binet: co sont den 



iyMFfy 



214 



TUK PROVINCIAL LKTTERS. 




Hiii)i»os(!(l to poHSOHs iiiiruculoufj pdwurs. That tlio nttcmpted (listiuctioii 
l«!t\voun Xarptiii mid irpoaievvTjffis in the (Jreok, mid Lutria, Diilin, iiiid 
lli/perdaUa in tlii! Latin t.'iiurcli totally fuilod to ward ofl" tlio moHt norious 
ivbuHus, noodH no proof. Not a fow protests, bosidoH those of I'aMcal, catiic 
from tlio rank?' of the Roman Church itself, e.j,'. Widenfold'n ^1AwhjV« aaluta- 
ria a li. V. ad indiacreto8 cidtores, (Colon. 1G73.) 

(3) Tho Apologists for the Society deny that any real rcHpoiiMiliility 
was usHuniud by tho whole body for tho utterances of individual writers, 
although thoy admit that a formal approbation from the Provincial was in 
all cases rccpiired. The I'rovincial, on his side, delegated the othco to two 
or three theologians, who were the real censors. If tliis was the fi!ct, it 
Boems dithcult to justify tho official language of tho Constitutions, which 
clearly gave an authority to tho books which they did not possess. Cf. 
I'ars IV. c. (), § 1(5, note : " i»telUgi tamen oportet, d, nemine Uhrum %dlum 
" »ine examinationc, et approhatione speciali I'nejwsiti Oencralis, publican 
" debere." And this is repeated as emphatically, vi . 4, § 11 : "m lucem cdere 
" nu)t, debet idiijua scnpta, nisi pr ins Pnvpus. (Jen. ea videat, et Icc/i ac exami- 
*' nari faciat ; ut, si ud (cdijiratiunem fure videbuntur, et non id iter, in piihli- 
*^CH7n prododnt." The method of examination is stated in the 3'''' Part, 
(cap. I. § 18), where it is expressly [yrovidcd that "doctrime differentos non 
^^ndmittantur...sine approbatione ntquo consensu P. (J." ; and elsewhere, 
" Cnio et conforniitas inntuu dili(/entissi)ni curanda est." Tho fullest re- 
sponsibility is hero claimed, and Pascal's language is abundantly justified. 

(4) [On Lo Moyne see Index of Authors.] Ho is a favourable rc[)re- 
sentative of tho contemporary Jesuit culture, agreeable, polished, but with- 
out genius. To suppose with Maynard (i. 410, note) that it was the satirical 
sketch of a Port lioyal Solitaire which excited Pascal's strictures, is hardly 
necessary. Tho whole E2)icurean tone of Lo Moyne's ethical principle 
would disgust the friend of Arnaxdd and Singlin, as nmch as his literary 
minauderies. But it is ([uitc clear that the Devotion ais(fe was a long 
pamphlet against Jausenistic severity of direction. 

(.")) See supra, note 13 on Letter VL Mayuard admits that Escobar 
" a tort en prineipe" (l. 415). 

(fi) Oarasso would not have been called "?<». doctour grave" even by 
his friends, and was hardly worthy of naentiou iu the Letters. 

(7) Escobar's words "t',r co quod sint res spirituales," do not necessarily 
bear the ridiculous sense Pascal attributes to them. And those versed in 
the Scholastic ethics are aware that ^^Acecdia" always occupied a pronii- 
uent place in their eateg(jriew. 

(N) Tills proposition was condemned totidem verbis by the 8"' Article 
of Innocent XL (Cf. Appendix D.) The "Sanctius'' was not tho author 



lat Escobar 



TirE PROVINCIAL LETTERS. 



215 



of the d. M.,tnmomo, hut Jtmu Sanchez, not a .IcHuit. Maynanl remarks • 
Sa..,s vouIo,r excuHor Kscol.ar, ronmn.uon. pourtanC ,r.'il no parbTc t 
endn„t „uo .I'une natu^t^ ,,, ...uit pennis... ...lorn m6mo qu'ollo va ins 

"quau vouiiasoment. hI ello avait nn motif h-nnOto." (r. 41»! note.) 
(!)) BuHombaum, an author never mentione,! by Pascal, although his 

MaMUtAeolo,.^ ,noraU, ,,«., obtaino.l many cclitLs whJn the Le te^ 

wurc wntten, fully «u,portH Encobar. (« Jfu^ proMe est, Jil t, I 

'Ukmto pussit hibcre:' (Dub. v. Art. 1.) 'i"'<^ "'Jmui, ut 

JZJu.nun V7 "^ f^'''"*'^'."''--'^^''"- ana Equivocation, hco 
I..t>...l,ict. on , .] Ihe clearest exposition is furnished by the famous con- 
troversy wh.ch led to the publication of the Apolo.uc pro vita suT 

(1 1) Pascal's quotation from Sanchez is not to bo found continuously 

1'" '"' V^"'"'""' '^"' '' """'« "l» of various detached sentences from 
13 and 20'^ sections of the IIP^ J..ok, «". chapter. It very fa";^ " 

';a:^:'ti!:sf^^"^^"' ^''^' ' '^"^^^^ ^^^«^^ --^^ ^i^tiz^L. 

(12) The limits of a note do not permit of anv comnnr;«nn ^f +1 
to^hing c.l..hers and Canonists upo.^ the wido^S JX^ ^ 

.s sufhcient to adnnt that n.any writers before the Jesuits had i llud d 
an anmus ohlujnndi among the conditions of a valid promis. ^^Tl 
would have endorsed Escobar's .listinction bet^c fZmiso^ "' 
"in^.posal to do the thing'' (.,.c/ ../«;. ^.o^«.«,-,,,y„^^^^^^^ ^'"'"^^' '^"^ ^ 

(13) As t . Pascal's reserve, see Introduction. Mavnard u-l,n A. i 
that ".,«../.,,. aans ees r^tic.n..sr must 1 J C f ; itld 
by many other works, from the MoraU I>ratl,ue down to his own ite" 

(14) Bauny is not so absolutely cynical as might be inferred from 
ascds selection of this n>ost objectionable p.^sage. He is dealing with 

tlic (luostiou of compensation according to strict rifles of justice. 

c-ej^ iG^^lunrr'*'''" ^'''"' ^'"''^'°' '' *''^'" ^'''"' ^'' '^""''"''' ^"''- '• 

(Hi) This is of course the crucial question of the opus operatum on 
jvuch the osuits, according to their wont, favoured the extC It " 

te^tant tendency. It would be wrong, however, to suppose tha ho 
J.u.sen,sts were alone m the Roman Church in maintaining the ne c-esstv 
oU concurrent subjective devotion during the hearing of th^ Mass A o 








1 -it 




1 ' ' V 




11 ^U' 






216 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



(17) "Cette vilaine proposition est inexcusable, bien qu'elle suive assez 
^^ loffiqiiemeni du sentiment qice VEylise ne commande paslesactes intifrieurs." 
(Maynard, i. 437.) 

(18) These words were expunged in later editions. But they are 
clearly only a very rigid conclusion from the principle of opus operatum. 

(19) The 53'* Thesis condemned by Innocent XI in 1679, expressed 
the sense of Escobar's teaching :— " Satisfecit prcecepto Ecclesiw de audiaido 
^^ Sacro, guiduas ejus partes, immd quatuor simuC d diversis Celebrantihm 
" audit:' 




I ill 



1 1 
-1 



I 






le sulve assez 
•■8 int<f)'ieurs." 

t 

at they are 
operatum. 

9, expressed 
de audi'aido 
lelebrantihm 



DIXIEME LETTRE^ 

De Paris, ce 2 aoftt 1656. 

Monsieur, 

^ Ce n'est pas encore ici la politique de la Soci^te. 
mais cen est im des plus grands principes. Vous y verrez les 
adoucissements de la confession, qui sont assur^ment le meil- 
leur moyen que ces p^res aient trouvd pour attirer tout le 
monde et ne rebuter personne. II fallait savoir cela avant que 
de passer outre; et c'est pourquoi le pere trouva k propos de 
m en mstruire en cette sorte. 

Vous avez vu, me dit-il, par tout ce que je vous ai dit jusques 
ici, av-ec quel succes nos pkes ont travailld k decouvrir par 
leurs lumikes, qu'il y a un grand nombre de choses permises 
qui passaient autrefois pour defendues; mais parce qu'il rests 
encore des pe'chds qu'on n'a pu excuser, et que I'unique remede 
en est la confession, il a etd bien ndcessaire d'en adoucir les 
diftcultds par les voies que j'ai maintenant a vous dire Et 
ainsi apres vous avoir montr^^ dans toutes nos conversations 
precedentes comment on a soulagd les scrupules qui troublaient 
es consciences, en faisant voir que ce qu'on-croyait mauvais ne 
es pas, il reste a vous montrer en celle-ci la maniere d'expier 
acilement ce qui est ve'ritablement pdche, en rendant la con- 
tession aussi aise'e qu'elle dtait difficile autrefois. Et par quel 
moyeu, mon p^re ? C'est, dit-il, par ces subtilitds admirables 
qui sont propres k notre Compagnie, et que nos pferes de Flandre 

^^ > Tiie modem editions have the heading:-- A^^oucissements que les J^suites 
ont apportes au sacrements de penitence par leurs maximes touchant la con- 
ession, la satisfaction, I'absolution, les occasions prochaines de p^cher, la con- 
tmiou, et I'amour de Dieu." .«»-«« 







218 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



'm 



urrvKH appellcnt, dans V Image de notre premier siecle, 1. 3, or. 1, p. 408, 
de " pieuses et saintes finesses," et un " saint artifice de ddvo- 
" tion : jK'a?/i et religiosam calUditatem, et jnetatis solertiam" 
au 1. 3, c. 8. C'est par le moyen de ces inventions que " les 
" crimes s'expient aujourd'liui alacrius, avec plus d'alldgresse et 
" d'ardeur qu'ils ne se commettaient autrefois ; en sorte que 
"plusieurs personnes etfacent leurs taclies aussi promptement 
" qu'ils les contractent : plurimi vix citius maculas contrahunt, 
" quam eluunt," comme il est dit au menie lieu. Apprenez-moi 
done, je vous prie, mon pere, ces finesses si salutaires. II y en a 
plusieurs, me dit-il; car, comme il se trouve beaucoup de choses 
penibles dans la confession, on a apport^ des adoucissements h. 
chacune. Et parce que les principales peinos qui s'y rencon- 
trent sont la honte de confesser de* certains pdcbt^s, le soin d'en 
exprimer les circonstances, la penitence qu'il en faut faire, la 
resolution de n'y plus tomber, la fuite des occasions prochaines 
qui y engagent, et le regret de les avoir commis ; j'espere vous 
montrer aujourd'hui qu'il ne reste presque rien de facbeux en 
tout cela, tant on a eu soin d'oter toute I'amertume et toute 
I'aigreur d'un remede si nt^cessaire. 

Car, pour commencer par la peine qu'on a de confesser de* 
certains peches; comme vous n'ignorez pas qu'il est souvent 
assez important de se conserver dans I'estime de son confesseur, 
n'est-ce pas une chose bien commode de permettre, comme font 
nos peres, et entre autres Escobar, qui cite encore Suarez, tr. 7, 
ex. 4, n. 135, d'avoir "deux confesseurs, I'un pour les pdchds 
"mortels, et I'autre pour les veniels, afin de se maintenir en 
" bonne reputation aupres de son confesseur ordinaire, uti honam 
''famam upud ordinarium tueatur, pourvu qu'on ne prenne pas 
" de la occasion de demeurer dans Ic peche mortel ? " Et il 
donne ensuito un autre subtil moyen pour se confesser d'un 
pecbe, nieme a son confesseur ordinaire "■', sans qu'il s'aper9oive 
qu'on I'a commis depuis la derniere confession. " C'est, dit-il, 
"do faire une confession g(jnerale, et de confondre cc dernier 
" peche avec les autres dont on s'accuse en gros." II dit encore 

^ A, 15 ami C, "(le confesser certains peches." 
'■^ Ibid. " a son confesseur ordinaire meme." 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



219 



la memo chose, in Princ, ex. 2, n. 73. Et vous avouerez, je letter 
m'assuro, ^que cette decision du p^re Bauny, Theol mor., t. i, ''• 
tr. 4, q. 15, p. 137, soulage enco o bien la honte qu'on a de con- 
fesser ses reclmtes : " Que, hors de certaines occasions, qui n'ar- 
"riveiit que rarement, le coj osseur n'a pas droit de demander 
" SI Ic peche dont on s'accu^ est un pdchd d'habitude ; et qu'on 
"n'est pas oblig^ de lui epondre sur cela, parce qu'il n'a pas 
" droit de donner a son enitent la honte de declarer ses rechutes 
"frdquentes(l)." 

Comment, mon j-ere ! j'aimerais autant dire qu'un m^decin 
n'a pas droit de demander k son malade s'il y a longtemps 
qu'il a la fievre. Les pe'che's ne sont-ils pas tout diffdrents selon 
ces differentes circonstances? et lo dessein d'un veritable pdnitent 
ne doit-il pas ^tre d'exposer tout I'dtat de sa conscience a son 
coufesseur, avec la m^me sincdritd et la m^me ouverture de 
ccBur que s'il parlait k Jdsus-Christ, dont le pretre tient la 
place ? Or' n'est-on pas bien dloignd de cette disposition quand 
on cache ses rechutes frequentes, pour cacher la grandeur de 
son peche ? Je vis le bon p^re embarrassd la-dessus : de sorte 
qu'il pensa a eluder cette difficultt^ plut6t qu'j\ la rdsoudre, en 
ni'apprenant une autre de lours regies, qui e'tablit seulem'ent 
\xn^ nouvcau desordre, sans justifier en aucune sorte cette de- 
cision du pere Bauny, qui est, k mon sens, une de leurs plus 
pcnncieuses maximes, et des plus propres k entretenir les 
vicieux dans leurs mauvaises habitudes. Je demeure d'accord, 
me dit-il, que I'habitude augmente la malice du pdche, mais 
e le n'en change pas la nature : et c'est pourquoi on n'est pas 
oblige a s'en confesser, selon la regie de nos p^res, qu'Escobar 
i-apporto, in Prim., ex. 2, n. 39: "Qu'on n'est oblige' de con- 
^ tosser (pic les circonstances qui changent I'espece du pechd, et 
"lion pas cellos (jui I'aggravent ('4." 

C'est selon cette regie que notro pere Granados dit, in 5 

F"t, cont. 7, t. 9, d. 9, n. 22, cpie "si on a mange de la viande 

on c^vkni,, il suffit de s'accuser d'avoir rompu le jeime, sans 

clire si c'est en mangeant de la viande, ou en faisant deux 

1 A. B and C, Et n'est-ou pas... 



i ' 



220 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



LETTER 
X. 



m 



lilt 
im 



"repas maigrcs." Et, selon iiotre pere Keginaklus, tr. 1, 1. (j, 
c. 4, n. 114, "un devin qui s'est servi de I'art diabolique n'cst 
"pas oblige a declarer ectte circonstance ; mais il suffit de dire 
"qu'il s'est mele' do deviner, sans exprimer si e'est par la chiro- 
" mancie, ou par un pacte avec le demon." Et Fagundez, de 
notre Societe, p. 2, Eccl prcecept 1. 4, c. 3, n. 17, dit aussi: ''Le 
" rapt n'est pas une circonstance qu'on soit tenu de decouvrir, 
"(piand la fille y a consenti." Notre pere Escobar rapporte 
tout cela au meme lieu, n. 41, 61, 02, avec plusieurs autres de- 
cisions assez curieuses des circonstances qu'on n'est pas obiiTe' 
de confesser. Vous pouvez les y voir vous-meme. Voila, lui 
dis-je, des artifices de devotion bien accommodants. 

Tout cela ne'anmoins, dit-il, ne serait rien, si on n'avait de 
jilus adouci la pdnitence, qui est une des choses qui eloignait 
davantage de la confession. Mais maintenant les plus deficats 
lie la sauraient plus appr(^hender, apres ce que nous avons 
soutenu dans nos theses du college de Clermont : " Que si le 
" confesseur impose une pAiitence convenable, convenientem, et 
"qu'on ne veuille pas ne'anmoins I'accepter, on peutse retirer 
" en renon^-ant a I'absolution et a la pc^nitence imposee." Et 
Escobar dit encore, dans la Pratique de la jmiitence selon noire 
Soci^t^, tr. 7, ex. 4, n. 188: "Que si le pe'nitent declare qu'il 
" veut remettre a I'autre monde a faire penitence, et souffrir en 
" purgatoire toutes les peines qui lui sent dues, alors le confes- 
" seur doit lui imposer une pt^nitence bien leg^re, pour I'intdgrit^ 
" du sacrement, et principalement s'il reconnait qu'il n'en ac- 
"cepterait pas une plus grande." Je crois, lui dis-je, que, si 
cela etait, on ne devrait plus appeler la confession le sacrement 
de penitence. Vous avez tort, dit-il ; car au moins on en donne 
toujours quelqu'une pour la forme (3). Mais, mon pere, jugez- 
vous qu'un homme soit digne de recevoir I'absolution quand il 
ne veut rien ftiire de pe'nible pour expier ses offenses ? et quand 
des personnes sont en cet etat, no devriez-vous pas plutot leur 
retenir lours peche's que de les leur remettre ? Avez-vous I'idi^e 
veritable de I'dtendae' de votre ministere ? et ne savez-vous pas 

' A, B una C omit dc Vctenduc. (Nicole, An ministerii restri dionitatm 
satis altendis t) 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



221 



que vous y exercez le pouvoir de lier et de delier? Croyez- .kttkh 
vous qu il soit permis de donner I'absolution indiffdremment h ""■ 
tons ceux qui la demandent,. sans reconnaitre anparavant si 
Jesu.s-Chnst ddhe dans le ciel eeux que vous d^iez sur la 
terroO? Eh quoi ! dit le p^re, pensez-vous que nous ignorions 
que • e confesseur doit se rendre juge de la disposition de son 
penitent tant parce qu'il est oblige de ne pas dispenser les 
sacrements a ceux qui en sont indignes, Jdsus-Christ lui avant 
ordonne detre dispensateur Mhle, et de ne pas donner" les 
choses saintes aux chiens. que parce qu il est juge, et que c'est 
le devoir d un juge de juger justemcnt. en deliant ceux qui en 
^ son dignes et liant ceux qui en sont indignes. et aussi parce 
^^quil ne doit pas absoudre ceux que Jesus-Christ condamne?" 
^64111 .urn COS paroies-ia, mon pere ? De notre p^re Filiutius 
rephqua-t-il, t. 1, tr. 7, n. 354. Vous me surprenez, lui dis-ie ' 
je les prenais pour ^tre d'un des Fibres de I'Eglise. Mais mon 
pore, ce passage doit bien etonner les confesseurs, et les rendre 
b.on circonspects dans la dispensation de ce sacrenient, pour re- 
connaitre SI le regret de leurs pe'nitents est suffisant, et si les 
promesses qu'ils donnent de ne plus pecher k I'avenir sont 
recevables.^ Cela n'est point du tout embarrassant, dit le pere • 
J^ihutius n avait garde de laisser les confesseurs dans cette peine- 
et CCS pourquoi, ensuite de ces paroles, il leur donne' cette' 
mdU|ode focile pour en sortir : " Le confesseur pent aisement se 
ni ttre en repos touchant la disposition de son pdnitent: car 
^^ s il ne donne pas des signes suffisants de douleur, le confesseur 
Jia qua lui deinander s'il ne deteste pas le pe'chd dans son 
^ ame ; et, s il repond que oui, il est oblige de I'en croire. Et il 
^ au dire a meme chose de la re'solution pour I'avenir, ^t moins 
^ quil y cut quelque obligation de restituer, ou de quitter quel- 
que occasion prochaine (5)." Pour ce passage, mon p^re ie 
VO.S bien qu'il est de Filiutius. Vous vous troiup'e., dit I'^'re 
car II a pns tout cela mot a mot de Suarez. t. xix, de Sacram. 

de Iihntius ddtruit ce qu'il avait etabli dans le premier -car les 



A, 13 un.l C, // /( 



iir doll 



nr t'li.'^iiiti' (le 



■ ]:(in)l,' 



1 I r J ». ■' t 




222 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



LETTER confessGurs n'auront plus le ponvoir de se rendro jngcs do la dis- 
position do lours penitonts, puisqu'ils sont obliges de les en 
croire sur leur parole, lors meme qii'ils no donnent aucun signo 
suffisant de douleur, Est-ce qu'il y a tant de certitude dans ces 
paroles qu'on donne, que ce seul signe soit convaincant ? Je 
doute ([ue I'experience ait fait connaitro a vos pores que tons 
eeux qui lour font ces promesses les tiennont, et je suis ^ror..^.:' 
s'ils n'eprouvont souvent le contraire. Cela n'impor u 

pfere ; on ne laisse pas d'obliger toujours les confesseu; -. les 
croire : car le pore Bauny, qui a traite cette question h foiul 
dans sa Somme des pecMs, c. 4G, p. 1090, 1091 et 1092, conclut 
que " toutes les fois que ceux qui recidivent souvent, san.s ([u'on 
" y voie aucun amenderaent, se prdsentcnt au confesseur, et lui 
" disent qu'ils ont regret du joasse et bon dessein pour I'avenir, il 
" les en doit croire sur ce qu'ils le disent, quoiqu'il soit a pre- 
" sumer telles resolutions ne passer pas le bout des levres. Et 
'' quoiqu'ils se portent ensuite avec plus de libertd et d'exces que 
"jamais dans les memos fautes, on pent ndanmoins leur donner 
" I'absolution selon mon opinion." Voila, je m'assuro, tous vos 
doutes bien resolus. 

Mais, mon p^re, lui dis-je, jo trouve que vous imposez une 
grande charge aux confesseurs, en les obligeant de croire le con- 
traire de ce qu'ils voient. Vous n'entendez pas cela, dit-il ; on 
veut dire par la qu'ils sont obliges d'agir et d'absoudre, comme 
s'ils croyaient que cette resolution fut ferme et constante, encore 
qu'ils ne le croient pas en effet. Et c'est ce que nos pores 
Suarez et Filiutius pxpliquent ensuite des passages de tantot. 
Car, apres avoir dit que "le pretre est oblige de croire son 
" penitent sur sa parole," ils ajoutent qu'il n'est " pas ndccssaire 
" que le confesseur se persuade que la resolution de son penitent 
" s'executera, ni qu'il le juge memo probablement ; mais il suffit 
*' qu'il pense qu'il en a a I'lieure memo le dessein en gt^ne'ral, 
*' quoiqu'il doive retomber en bien peu de temps. Et c'est ce 
" qu'enseignent tous nos auteurs, ita docent omnes auctores." 
Douterez-vous d'une chose que nos auteurs enseignent ? Mais, 
mon pere, que deviendra done ce que le pere Petau a dte oblig(^ 
de recomiaitre lui-meme dans la pre'face de la Fen. puhl, p, 4, 



THE PROVINCIAL LETrPERS. 



223 



quo les saints Peres, les docteurs et Ics conciles sont d'accord, lettrb 
' comme d unc vdrite certaine, quo la penitence qui prc^pare a '^■ 
1 Eucharistie doit ^tre veritable, constante. courageuse, et non 
"pas laclie et endormio, ni sujotte aux rechutes et aux re- 
" prises m" Ne voyez-vous pas, dit-il, que le p^re Pdtau parlo 
de . anaenne Eglise ? Mais cela est maintenant si pen de saison 
pour user des termes de nos pkes, que, selon le p^re Baunv lo 
contraire est seul veritable ; c'est au t. i. tr. 4, q. 15, p 95 "H 
" y a des auteurs qui disent qu'on doit refuser I'absolu'tion ^I'ceux 
"qui retonibent souvent dans les rn^mes pe'ches, et prineipale- 
" nient lorsque. apr^s les avoir plusieurs fois absous, il n'en parait 
" aucun amendement : et d'autres disent que non. Mais la seule 
"veritable opinion est qu'il ne faut point leur refuser I'absolu- 
" tion : et encore qu'ils ne profitent point de tous les avis qu'on 
I' leur a souvent donn(^s, qu'ils n'aient pas gard^ les promesses 
' qu lis ont faites de changer de vie, qu'ils n'aient pas travailld k 
'I se purifier, il n'importe : et, quoi qu'en disent les autres, la 
veritable opinion, et laquelle on doit suivre, est que, m6me en 
"tous ces cas, on les doit absoudre." Et tr. 4, q. 22 p 100 
qu'on ne doit "ni refuser ni difft^rer I'absolution k ceux qui sont 
II dans des pdchds d'habitude contre la loi de Dieu, de nature, et 
I'de I'Eghse, quoiqu'on n'y voie aucune espdrance d'amende- 
" ment : etsi emendationis fiiturce nulla spes appareaC 

Mais, mon pL^re, lui dis-je, cette assurance d'avoir touiours 
I absolution pourrait bien porter les pe'cheurs... Je vous entends, 
dit-il en m'interrompant; mais dcoutez le p^re Ba> ay, q. 15 
p. 97: "On pent absoudre celui qui avoue que I'espdrance d'etre 
absous la portd k pdcher avee plus de facility qu'il n'eilt fait 
"saus cette espdrance (7)." Et le pke Caussin, defendant cette 
proposition, dit, pag. 211 de sa Rep. c\ la Theol. mor., que " si 
^^ elle „'e'tait ve'ritable, I'usage de la confession serait interdit 
^^ a la plupart du monde ; " et qu'il n'y aurait - plus d'autre 
remede aux pe'cheurs, qu'une branche d'arbre et une corde." 
mon pere! que ces maximes-la attireront de gens a vos con- 
iessionnaux! Aussi, dit-il, vous ne sauriez croire combien il y 
envient: "nous sommes accables et comme opprimes sous la 
touli; de nos pe'ni tents, jjcenitentium numero ohruimur" comme 





f ( 



224 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



I ' 




m 



i* 



LKTTF.R il est dit en VImage de voire premier siecle, 1. 3, c. 8. Je sais, 
lui dis-jc, \m moycn faeilo de vons ddcliargcr de cette pressc. 
Ce serait sevdement, mon pore, d'obliger les pdcheurs h, quitter 
les occasions procliaines : vous vous soulagericz assez par cette 
seule invention. Nous no cherchons pas ce soulagement, dit-il ; 
au contraire : car, comme il est dit dans le meme livre, 1. 3, 
c. 9, p. 374, " notre Societe a pour but de travailler h dtablir 
" les vertus, de faire la guerre aux vices, et de servir un grand 
" nombre d ames." Et commo il y a pen dames qui veuillent 
quitter les occasions procliaines, on a etd oblige de ddfinir ce que 
c'est qu'occasion prochaine ; comme on voit dans Escobar, en la 
Pratique de nut re Socie% tr. 7, ex. 4, n. 226 : " On n'appelio 
"pas occasion prochaine celle ou Ton ne peche que rarement, 
" comme de pechor par un transport soudain avec celle avec qui 
" on domeure, trois ou quatre fois par an ; " ou, selon le perc 
Bauny, dans son livre fran(;ais, une ou deux fois par mois, p. 1082 ; 
et encore p. 1089, oh il demande "ce qu'on doit foire entre les 
" maitres et servantes, cousins et cousines qui demeurent en- 
"semblc, et qui se portent mutuellement a pe'cher par cette 
"occasion." II les faut separer, lui dis-je. C'est ce qu'il dit 
aussi, " si les recliutes sont frequontcs, et presque journalieres : 
" mais s'ils n'ofFensent que rarement par ensemble, comme serait 
" une ou deux fois le mois, et qu'ils ne puissent se sdparer 
" sans grande incommodite' et dommage, on pourra les absoudre, 
" selon ces auteurs, et entre autres Suarez, pourvu qu'ils promet- 
" tent bien de ne plus pecher, et qu'ils aient un vrai regret du 
" passe." Je I'entendis bien; car il m'avait dtja appris de quoi 
le confesseur se doit contenter pour juger de ce regret. Et le 
pere Bauny, continua-t-il, permet, p. 1083 et 1084, a ceux qui 
sont engages dans les occasions procliaines, d'y " demeurer, quand 
"ils ne les pourraient quitter sans bailler sujet au monde de 
"parler, ou sans en recevoir de Fincomnioditd" Et il dit de 
meme en sa Theolocjie morcde, t. I, tr. 4, de Poemt, ({. 14, p. 94, 
et q. 15, p. 95, " qu'on pent et qu'on doit absoudre une femnie 
" qui a chez elle un horame avec qui elle peche souvent, si elle 
" ne le pent faire sortir honnctement, ou qu'elle ait quelque 
" cause do le retenir, ^i von ^wtest honeste ejicere, ant haheat 



THE PROVINCr L LETTERS. 



225 



"S'^^r::^!"' '""^^" ^"'"^ propose, bien dene ™ 

mon pfere I lui dis-je. I'obligation de quitter les occasions 

est bien adoucie si on en est dispense au3sit6t qu'on en recevrait 

de hucommoditd: ma.s je crois au moins qu'on y est obli.^ 

selon vos peres quand il n'y a point de peine ? Ou( dit le Jve 

quoique toutefois cela ne suit pas sans exception. Car le p^re' 

Bauny d.t au meme hou : " li est permis k toutea sortes de 

personnes d entrer dans des lieux de ddbauche pour y converti 

des femmes perdues, quoiqu'il soit bien vraisemblable qu'on y 

pe^chera: comme si or. a ddj4 dprouvd souvent qu'on s'est 

Waaler au pdchd par la vue et ]es cajoleries de ces femmes 

E^: encore qu il y ait des docteurs qui n'approuvent pas cette 

opinion, et qui croient qu'il n'est pas permis de mettre volon- 

tairement son salut en danger pour secourir son procbain. je ne 

"hZr^ v"; " ^f -^^^-*-- -tte opinion qu'ils lom- 
battent. Voila, mon pke. une nouvelle sorte de prddicateurs 

f" Tir ''t ^r '''' ^^"'^^ P°"^ leur donner cet" 
mission ? Cest. me d.t-il, sur un de ses principes qu'il donne 

au meme heu apr^s Basile Ponce. Je vous en ai pari' autrefo" 
et je crois que vous vous en souvenez. Cest qu'on peut "re' 
chercher une occasion directement et par elle-m^me. prima et 
per se, pour le bien tempore! ou spirituel de soi ou du prochain " 
Ces passages me firent tant d'horreur, que je pensai rompre 1^- 
ciessus : mais je me retins, afin de le laisser aller jusqu'au bout 
e me contentai de lui dire : Quel rapport y a-t-il^mon pie de 
cette doctrine 4 celle de I'Evangile, qui " oblige k s'arracher les 
^^ yeux, et a retrancher les choses les plus necessaires quand elles 
nuisent au salut ?" Et comment pouvez-vous concevoir qu'un 
homme qui demeure volontairement dan8 les occasions des 
peches les deteste sinc^rement ? N'est-il pas visible, au con- 
traire, quil n'en est point touchy comme il faut, et qu'il n'est 
pas encore arrivd k cette veritable conversion de cceur, qui fait 
autant aimer Dieu qu'on a aime les creatures (8) ? 

Comment ! dit-il, ce serait la une veritable contrition ? II 

JJtlf^ '^\ I'r^ "^''''''- " ^"'^"^ '' P^°ro«e,- i8. of course. mor« 
•■.oirect, and is substituted in most modern editions. 

PASC. L. 






,' ! i 


m 


: \'\\ 


^8 


>: 1 1 . 1 


[M^^l 


■ M^l , 


1 




22G 



TIFE I'ROVTXriAL LKTTKRS. 




LKTTKu semble que voiia no sachiez pas que, coinmo (lit Ic pore Piutoreau 
en la seconde pnrtie do VAbbe de Buisic, p. 50 : " Tous nos pbrcs 
'• enseignent, d'un commun accord, que c'est une errcur, et pros- 
" que une ht^rdsie, de dire que la contrition soit necessaire, et 
"que I'attrition toute seule, et menie cont;ue par le seul motif 
"des peines de I'enfer, (pii exclut la v<jlonte »rotienscr, ne sutfit 
" pas avec le sacrement." Quoi, men pere ! c'est pres(iuo un 
article de foi, que I'attrition con9ue par la seule crainte cks 
peines suffit avec le sacrement ? Je crois ([ue cela est particulier 
k vos peres ; car les autres, qui croient que I'attrition suffit avec 
le sacrement, veulent au moins qu'elle soit mel^e de quelqne 
amour de Dieu. Et, de plus, il me semble que vos auteurs 
memes ne tenaient point autrefois que cette doctrine fiit si cer- 
taine ; car votre pere Suarez en parle de cette sorte, t. XIX, de 
^acravi. p. 2, disp. 15, sect. 4, n. 17 : " Encore, dit-il, que ce soit 
" une opinion probable (jue I'attrition suffit avec le sacrement, 
" toutefois elle n'est pas certaine, et elle pent etre fausse : Non 
" est certa, et potest esse falsa. Et si elle est fausse, Tattrition 
" ne suffit pas pour sauver un liomme. Done celui qui meurt 
" sciemment en cet etat s'expose volontairement au peril moral de 
" la damnation (^ternelle. Car cette opinion n'est ni fort ancienno, 
" ni fort commune: nee vcdde antiqua, nee multum communis.'" 
Sanchez ne trouvait pas non plus qu'elle fut si ussuree, puisqu'il 
dit en sa Somme, 1. 1, c, 9, n. 34, que " le malade et son confesseur 
" qui se contenteraient a la mort de I'attrition avec le sacrement 
" pdcheraient mortellement, a cause du grand peril de damnation 
" ou le penitent s'exposerait, si I'opinion qui assure que rattritioii 
" suffit avec le sacrement ue se trouvait pas veritable ; " ni 
Comitolus aussi, quand il dit, Besp. w.or., 1. 1, q. 32, n. 7, 8, qu'il 
n'est " pas trop stir que I'attrition j'^frise avec le sacrement (•')." 

Le bon pere m'arreta la-dessus. P]h quoi ! dit-il, vous lisez 
done nos auteurs ? Vous faites bien ; mais vous feriez encore 
mieux de ne les lire qu'avec quelqu'un de nous, Ne voyez-vous 
pas que, pour les avoir lus tout seul, vous en avez conclu que 
ces passages font tort a ceux qui soutiennent maintenant notre 
doctrine de I'attrition ? au lieu qu'on vous aurait montrt^ qu'il 
n'y a rien qui les rclevc davantage. Car quelle gioire est-ce a 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



227 



i-ntraicmtnt loui op.m™ partout, quo, Iiors Ics tli<!olo..ion, il "' 

hdcles ! Et a,ns,, q,,a„J vous montrez, par nos pu os memes 
',|nl y a peu d'an„^os "quo oetto opinio l.toit p'a "So" 

tout 1 lionneur do cot dtablissement ? 

Aussi Diana, notro ami intime, a en. nous faire plaisir de 
marquer par ,,„ols dogr& on y est arriv,?. Cost ce S fak 

sou o„a,eut que a or ,tr,t,on ,5tait n&essaire a„sat6t qi'on 

ava, a t m pech^ n^ortol; mais que depuis on a oru qVo" 

ny etait obligd que les ionrq rlo Mf^ ^+ -^ 4^'"" 

« 1 ' juurs ae 1^310, et ensuite oup mmnd 

.|ue que grande calamity n,ena,ait to„t le poup c' '^ue' 1™ 
dautros, on dtait oblige? a ne la pas difffe l„n<,ten^,s ^Snd 

"par un7at' : '' ••?,?"""'' "" "'= P-™it etre absous 

par une autre voie, on k larticle de la niort." Mais „o„r 

oontmuer le rnorveiUeux progrfa do cette doctrine, jw'ut'e a 

,«e nos peres Fagunde., in Ecol. prcecept. t. n, lib. 2 c Tn 13 

Oranados, in 3 part., contr. 7, tr. 3, d. 3 sec. 4, „ if et Esco' 

:« :u:-^i:'ifv''»°\''' ^-''■^- -'» ™<- ^^^f::; 

"pa ce ^ sen il" 'm. "'''. ^"^ "^^^^^^ »«""' ^ '» "ort. 
parce, disent-,1 , q„e s, Tattntwu ave. le sacrement ne suffi-ai 

t I d, Zm Aa T : vf """■" ^""^ Hurtado, de Sacr. 

" cause l„ ' ^ T" '^ "°"^ I'*'''^' T"'"" »« <=»9«it Qui 
"el ,'"!"' "^^ '^P""' 1" - --ive, conrnr; dW 

»iici^ bi on ne pense pas que ce mal soit envoy,? de la main 
do D.e„, ce regret ne suffit pas; „ais si on croU que t I" 

' A, B an 1 C, "va encore plus loin, car il dit." 



i 







22S 



THE PROVINCIAL LETTERS. 




LUTTKll 
X. 




Mlfi 



lil^ 



"est envoyil tie Diou, fonime cu effet tout mal, ilit Diana, 
" oxceptu lo pt'clid, vient do lui, co regret est suffisant." C'est 
CO que (lit Escobar en la Pnitiqm de nutre Soci^t^. Notre pbre 
Francjois L'Amy soutient aussi la m6rae chose, tr. 8, disp. 3, 
n. 13. 

Vous me surprenez, men pl're ; car je ne vois rien on touto 
cette attrition-lil que do naturel ; ^ ainsi un pechour so pour- 
rait rcndre digne de Tabsolution sans aucuno grace surnaturelle. 
Or 11 n'y a pcrsonno qui no saclie quo c'est une ht^rosie condani- 
nde par le concilc. Je I'aurais pense comme vous, dit-il ; et 
cependant il i'aut bien que cela ne soit pas; car nos pferes du 
collt^sre de Clermont ont soutenu dans lours theses du 23 mai et 
du G juin IGM, col. 4, n. 1, " qu'une attrition peut etre sainte et 
"suffisante pour le sacrement, quoiqu'elle ne soit pas surnatu- 
"relle;" et dans colle du mois d'aodt 1643, "qu'une attrition 
" qui n'est que naturello suffit pour lo sacrement, pourvu qu'elle 
" soit honneto : Ad sacramentiim sufficit attritio naturalis, modo 
" honesta." Voil^ tout ce qui se peut dire, si ce n'est qu'on 
veuille ajouter une consequence, qui se tire aisdment de ces 
principes : qui est que la contrition est si pen ndcessaire an 
sacrement, qu'elle y serait au contraire nuisible, en ce qu'eflfa- 
^ant les pdcht^s par ello-meme, elle ne laisserait rien k faire au 
sacrement. C'est ce que dit notre pore Valentia, ce colebre 
Jdsuite, t. 4, disp. 7, q. 8, p. 4 : " La contrition n'est point du 
"tout ndcessaire pour obtenir I'effet principal du sacrement; 
" mais au contraire elle y est plutot un obstacle : imo vbstat 
" potiiis quominus effedus sequatur." On ne peut rien dosirer 
do plus a I'avantage de I'attrition. Je le crois, mon pere ; mais 
souffrez que je vous en dise mon sentiment, et que je vous fasse 
voir a quel excfes cette doctrine conduit. Lorsque vous dites 
que V attrition congue par la aeule crainte des peines suffit avec 
le sacrement pour justifier les pdcheurs, ne s'ensuit-il pas de la 
qu'on pourra touto sa vie expier ses pdchds de cette sorte, et 
ainsi §tre sauvd sans avoir jamais aimd Dieu en sa vie ? Or 
vos p^res oseraient-ils soutenir cela ? 

Je vois bien, rt^pondit le pfere, par ce que vous me dites, que 
vous avez besoiu de savoir la doctrine de nos peres toucbant 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



220 



lamofr de D.eu C'est le dornier trait de leur n.orale. et le lk™ 
1.1..S nnportar.t de tous. Vous devie^ I'avoir compris pur les ^ 
passages ,,uo jo yous ai cite% do la contrition. Mais en voici 
dautres plus procs sur I'amour de ]),eu; no m'interrompez 
done pas . car la suite m6rne en est considdrable. Ecoutez 
Escobar, qui rapporte les opinions difft^rentes do nos auteurs 
8ur ce sujot. dans la Pratique de I'amour de Dieu selon notre 
M^n tr 1, ex. 2, n. 21. et tr. 5. ex. 4. n. 8, sur cette ques- 
tion : Quand osteon oblige^ d'avoir affection actuollement pour 
D.eu? feuarez dit que cost assez. si on I'aime avant I'article 
(le la mort, sans determiner aucun temp.s ; Vasquez. qu'il 
sufht encore ^ article do la n.ort; d'autres, quand^n re'c 
baptemo; dautres, quand on est oblige' detro contit; 
dautres les jours de f^tes. Mais notre pbre Castro Palao 
combat toutes ces opinions-1^. et avec raison : merito. Hur- 
tado de Mondoza prdtend qu'on y est obligd tous les ans. et 
^ qu on nous traite bien favorablement encore, de ne nous v 
^_ obligor pas plus souvent. Mais notre p^re Coninck croit qu'on 
y est obhgd en trois ou quatre ans; Henriquez. tous les cinq 
^ ans; et Jihutius dit qu'il est probable qu'on n'y est pas obligd 
c\ la rigueur tous les cinq ans. Et quand done ? H le remet 
"au jugement des sages(io)." Je laissai passer tout ce badinage 
oh 1 esprit de 1 homme se joue si insolemment de I'amour de 
Uieu. Mais, poursuivit-il, notre p^re Antoine Sirmond, qui 
^•lomphe sur cette mati^re dans son admirable livre de la 
Defense de la vertu. oU il parle frangais en France, comme il 
dit au lecteur, discourt ainsi au 2^ tr., sect. 1, p. 12, 13, 14, etc : 
^^^aint Thomas dit qu'on est obligd ^ aimer Dieu aussit6t apr^s 
^1 usage de raison: c'est un peu bientdt. Scotus, chaque di- 
manche : sur quoi fondd? D'autres, quand on est gri^vement 
^^ entd : oui, en cas qu'il n'y eAt que cette voie de fuir la tenta- 
_tion. Sotus, quand on revolt un bienfait de Dieu : bon pour 
len remercier. D'autres, h la mort: c'est bien tard. Je ne 
erois pas non plus que ce soit k chaque reception de quelque 
sacrement: Attrition y suffit avec la confession, si on en a la 

» A, B and C, Mais en voici d'autres, et ne m'interrompez done pas. 



% 



I. 




230 



THE PROVINCIAL LETTERS. 






LETT 



TTKR "commoditd. Suarez dit qu'on y est obligd eu un temps : niais 
"en quel temps ? II vdiis en fait juge, et il n'en salt rien. Or 
" ce que ce docteur n'a pas su, je ue sais (pii Ic salt." Et il 
conclut enfin qu'on n'est oblige a autre chose, a la rigueur, c[u'ti 
observer les autres commandemcnts, sans aucune affection ])our 
Dieu, et sans que notre coeur soit a lui, pourvu qu'on no le 
liaisse pas. Cost ce qu'il prouve en tout sun second traite. 
Vous le verrez ix cliaque page, et entre autres pages 16, 19, 24, 
28, 0^ il dit ces mots : " Dieu, en nous commandant de I'aimer, 
" se contente que nous lui obeissions en ses autres commando- 
" ments. Si Dieu eut dit : Je vous perdrai, quel(j[ue obeissanco 
" que vous me rendiez, si de plus votre coeur n'est a moi ; ce 
"motif, a votre avis, eut-il etd bien proportionne a la fin que 
" Dieu a dil et a pu avoir ? II est done dit que nous aimerons 
" Dieu en lai.sant sa volonte, comme si nous I'aimions d'affection 
" conuiie si le motif de la charite nous y portait. Si cela arrive 
" reellement, encore mieux : sinon, nous ne laisserons pas pour- 
" taut d'obeir en rigueur au commandement d'amour, en ayant 
" les oeuvres, de fa(;on que (voyez la bontd de Dieu !) il ne nous 
"est pas tant commaude de I'aimer que de ne le point hair(ii)." 
C'est ainsi que nos peres ont decbarge les lionunes de I'obli- 
gation " penible " d'aimer Dieu actuellemcnt. Et cette doctrine 
est si avantageuse, que nos peres Aunat, Pintereau, le Moiue, 
et A. Sirmond memo, Tout defendue vigoureusemont, quaud on 
a voulu la combattre. Vous n'avez qu'a le voir dans leurs 
Reponses i\ la Tlu'ologie morale ; et celle du pere Pintereau on 
la 2*^ partie de \Abhe de Boisic, p. 53, vous fera juger de la 
valeur de cette dispense par le prix qu'il dit (ju'elle a coute, 
qui est le sang de Jesus-Christ. C'est le couronnement de cetto 
doctrine. V^ous y verrez done que cette dispense de 1' obligation 
"faclieuse" d'aimer Dieu est le privilege de la loi evangeli(i[uo 
par-dessus la judaique. "II a ete raisonnablc, dit-il, que, dans 
" la loi de grace du Nouveau Testament, Dieu levat robligation 
"faclieuse et difficile, qui dtait en la loi de rigueur, d'exercer un 
" acte de parfaite contrition pour etre justifie ; et qu'il instituat 
"des sacrements pour suppie'er a son defaut, it I'aide d'une dis- 
" position plus facile, Autremont. certes, les chrdtiens, qui 



THE rUOVlNCIAL LETTERS. 



231 



" sunt les ciifauts, n'auniieut pas luaintenant plus de fticilitt^ a letteii 
" so remettro aux bonnes graces de leur pere, qua les Juifs, qui 
"e'taient les esclaves, pour obtenir mise'ricorde de leur Sei- 
"gneur(12)." 

O mon pere ! lui dis-je*, il n'y a point de patience que vous 
lie mettiez a bout, et on no pent ou'ir sans liorreur les choses 
(juo je viens d'entendre. Ce n'est pas de moi-meme, dit-il(^3). 
Je le sais bien, luon phvc, mais vous n'en avez point d'aversion ; 
ct, bien loin do dt^tester les auteurs de ces maximes, vous avez 
de I'estime pour eux. Ne craignez-vous pas que votre conscnte- 
ment ne vous rende participant de leur crime ? et pouvez-vous 
ignorer que saint Paul juge " dignes de mort non-seulement les 
"auteurs des maux, niais aussi ceux qui y consentent?" Ne 
siiffisait-il pas d'avoir permis aux hommes tant de choses ddfen- 
dues, par les palliations que vous y avez apportees ? fallait-il 
encore leur donner ]'occa«ion de comniettre les crimes memos 
que vous n'avez pu excuser, par la facility et I'assurance de 
I'absolution que vous leur en offrez, en detruisant a ce dessein 
la puissance des pretres, et les obligeant d'absoudre, plutot en 
esclaves qu'en juges, les pecheurs les plus envieillis', sans 
changement de vie, sans aucun signe de regret, que des promes- 
ses cent fois viole'es; sans pe'nitence, s'ils n'en veulent point 
accepter ; et sans quitter les occasions des vices, sHls en regoivent 
de V incommodite ? 

Mais on passe encore an dela, et la licence qu'on a prise 
d'ebranler les regies les plus saintes de la conduite chrdtienne 
se porte juscpi'au renversement entier de la loi de Dicu. On 
vide le grand commandement, qui comprend la loi et les pro- 
phetes : on attaque la piete' dans le coeur ; on en ote I'esprit qui 
donne la vie : on dit que I'amour de Dieu n'est pas ndcessaire 
au salut ; et on va memo jusqu'a pretendre que cette dispense 
d aimer Dieu est Vavantage que Jesus-Christ a apporte au monde. 
C'est le comble de I'impiett^. Le prix du sang de Jesus-Christ 
.sera de nous obtenir la dispense de I'aimer ! Avant I'incarnation, 

' A, 15 and C omit bti dis-jc. 

" A, |{ and C add jflfi,? (f »(.'?/« (tmr-v//- (/c />/(.«. 





it 



( m 




li 



til 



232 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



I,} rf f WWW- 




LETTER on ^tait oblige d'aimer Dieu ; mais depuis que Dieu a tant aivi^ 
le monde, quHl lui a donn4 son Fils imique, le monde, rachetd 
par lui, sera ddcharge^ de Taimer ! Etrange th. jlogie de nos 
jours ! on ose lever Vanathhne que saint Paul prononce contre 
ceux qui n'aiment pas le Seigneur Jesus ! on ruine ce que dit 
saint Jean, que qui naime point demeure en la mort; et ce que 
dit J«^sus-Christ m^me, que qui ne Vaime point ne garde point 
ses pr^ceptes! Ainsi on rend dignes de jouir de Dieu dans 
I't^ternitd ceux qui n'ont jamais aimt^ Dieu en toute leur vie ! 
Voila le mystere d'iniquitt^ accompli. Ouvrez enfin les yeux, 
mon pere; et si vous n'avez point 4t4 touched par les autres 
dgarements de vos casuistes, que ces derniers vous en retirent 
par leurs exces. Je le souhaite de tout mon coeur pour vous et 
pour tous vos pbres ; et je prie' Dieu qu'il daigne leur faire con- 
naitre combien est fausse la lumiere qui les a conduits jusqu'^ 
de tels prdcipices, et qu'il remplisse de son amour ceux qui en 
osent dispenser*^ les hommes. 

Aprils quelques discours de cette sorte,je quittai le p^re; et 
je ne vols guhre d'apparence d'y retourner. Mais n'y ayez pas 
de regret ; car, s'il dtait ndcessaire de vous entretenir encore de 
leurs maximes, j'ai assez lu leurs livres pour pouvoir vous en 
dire a pen pres autant de leur morale, et peut-Stre plus de leur 
politique, qu'il n'eut fait lui-meme. Je suis, etc. 



NOTES ON LETTER X. 

(1) On this special point, Maynard first alleges on Bauny's behalf the 
plea that the same sins need not be twice confessed, then admits that the 
whole decision is wrong, and finally rejects Bauny once more, "meme double 
" d' Escobar," as in no sense representative of the Society, (ii. 13, note.) 



' A, B and C, et prie Dieu. 

' A, B and C, ceux qui en dinpement. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



233 



X 'lui en 



(2) Suarez (pars in. t. 4, dub. 22, § 3), and the less relaxed Casuists, 
affirm the necessity of full confession. 

(3) "Escobar, toujours Escobar, et rien qu'Escobar !— Ce n'est pas 
vrai en principe, qmiqu'en fait U en soif. prcsque toujours ainsi, dPaprh 
^^Vumge universel oil on est dans VEglise de n'imposer que de» penitences 
"le'(/ercs." (Maynard ii. 16.) 

(4) This sentence, it is needless to say, expresses tersely the whole 
position of the Jansenists on the subject of Absolution. That they found 
copious support in the writings of the Fathers, is also clear. (See Arnauld's 
Fr^quente Communion, passim.) Maynard (ir. 17) is right in pointing out 
its opposition to Trideutine teaching. 

(5) The exact words of Filliutius are as follows :-" Ad explorandam 
"(hsphcentiam tria observanda sunt. Primum, quando ex modo se accu- 
"sandi poenitens praibet signa doloria, vel pa;nitens est ben6 moratus, et 
"sen6se accusat, id satis est, ut sibi Confessor possit satisfacere." Pascal, 
it will be seen, omitted the context. But, on the other hand, he mi"ht 
have strengthened considerably the charge of laxity by quoting the words 
in the next section (§ 35fi),-",i«,i est necesse, ut Confessor sibi persuadeat 
"ant probabiliter judicet futurum, ut poenHens d peecato abstineatP (Fil- 
huthis qvMst. Moral, torn. i. tr. vii. c. 12, § 355, 356, p. 162 of the edition 
of 1634.) It is right to note that an identical opinion is given by the strict 
Sainte-Beuve : — 

Q. Si I'on pent refuser la Communion Pascale \ des paroissiens qui 
m^nent une vie ddrdglee. 

^- Le Curd, quoique convaincu du ddsordre de oes personnes par 

des voies publiques, et u'ayant nuUe marque de leur amendement, mais au 
contraire etant tri;s-persuadd par I'expdrience qu'il en a, qu'ils retourneront 
incontment ,\ leur dereglement ordinaire, ne peut n^anmoins leur refuser la 
Sainte Communion quand ils s'y pr<fsentent. 

(Cas XV. Tome in., p. 51 et seq.) 

(6) Petau wrote his work de la Penitence Publique in the year 1645 aa 
an answer to Arnauld's Fri^quente Communion. Although he was opposed 
to many of the Jansenist views, so profound a student of the Fathers could 
not but be averse to the novelties of the later Casuists, whom the passage 
quoted by Pascal implicitly condemns. 

(7) Bauny's doctrine is but slightly qualified by the sentence found in 
the same chapter : " Dummodo poenitem dolore necessario iiistructus ad con- 

fmwnem vitce mdioris comilium a.fferat:' Maynard, who quotes this 
(after the nitelligible ejaculation, "Encore Bauny! Quo c'est ennuyeux '") 
udmitathat the doctrine as a whole is "un peu relache." He states his 



8 




I 



riW WT 



fl 






234 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



opinion that "absolution, frequently repeated, will often be the only means 
" of snatcliing a sinner from his vicious habits." 

(8) On the doctrine of Occasions prochaims see Letter V, and Note 
(9). 

(9) Pascal seems a little inconsistent in his implied charge of inconsis- 
tency. One of the main counts in his indictment of the Jesuits is that 
they had severe as well as lax casuists, a charge which he further strength- 
ens in the XIII"' Letter, where he shows that some writers were lax on 
one commandment, and strict on another. (" Vasquez parlem en pawn de 
fawnone, et en chre'tien de Vkomicide:') Suarez and Comitolus were among 
those who more closely adhered to the severity of earlier times, the latter 
indeed vigorously combating the inroads of Probabilism,, 

(10) Maynard in his note on tiiis passage accuses, not Pascal, but 
Escobar, of t^arbled (luotations. (ii. 34.) The passage of Suarez, for in- 
stance, which will be found in t. xi. de Fide, spe, ct char., tr. 3, disp. 5, 
sect. 3, n. 4, is not so bad as he represents it. 

(11) Antoine Sirmond was the nephew of the more famous Jacques, 
and but for Pascal's notice of his heresy, would hardly have been known 
beyond his generation. The apologists, finding it impossible to justify or 
palliate the doctrine, fell back on the rather lame resource of accusing 
Pascal of confounding wilfully the obscure Antoine with his celebrated 
uncle. That there was not the faintest shadow of foundation for this is 
clear. Pascal, in quoting Sirmond, mentions his Christian name, which he 
never does in the case of other writers. 

(12) Under the title of the Ahhe de Boisic, Pintereau published in 
1648 a reply to the Theologie Morale. 

(13) "Quod si sffipe videor me laxioribus opinionibus adhajrescere, id 
"cert5 nou est definire quod sentio, sed exponere quid sine conscientiaj 
" Lnesione Docti jioterunt, cum eis visum fuerit expedire, etc." (Escobar's 
preface to the Theol. Moralis.) 



ONZIEME LETTREi. 



^ >• 



AUX REVERENDS PERES JESUITES. 



Du 18 aoat 1G56. 

Mes r^v^rends p£;res, 

J'ai vu les lettres que vous debitez centre celles que 
j'ai Veritas h un de mes amis sur le sujet de votre morale, ou 
Tun des principaux points de votre defense est que je n'ai point 
parle assez serieusement de vos maximes : c'est ce que vous 
repetez dans tous vos dcrits, et que vous poussez jusqu'a dire 
que "j'ai tournd les choses saintes en raillerie(l)." 

Ce reproche, mes peres, est bien surprenant et bien injuste ; 
car en quel lieu trouvez-vous que je tourne les choses saintes en 
raillerie ? Vous marquez en particulier le contrat Mohatra, et 
rhistoire de Jean d'Alba. Mais est-ce cela que vous appelez 
des choses saintes? Vous semble-t-il que le Mohatra soit une 
chose si venerable, que ce soit un blaspheme de n'en pas parler 
avec respect ? Et les lemons du p^re Bauny pour le larcin, qui 
porterent Jean d'Alba a le pratiquer centre vous-m^mes, sont- 
elles si sacre'es, que vous ayez droit de traiter d'impies ceux 
qui s'en moquent ? 

Quoi ! mes peres, les imaginations de vos auteurs'' passeront 

> Modern editions add the heading:-" Qu'on peut refuter par des railleries 
Jes erreurs ndicules.-Precautions avec lesquelles on le doit faire; qu'eUes ont 
ete observdes par Montalte, et qu'elles no Font point 6t6 par les J6suites.- 
iJouffonneries impies du pere le Moync et du pere Garasse." 
= Some of the 4°= and B and C, icrivaim." 





ii :i 



236 



THE PROVINCIAL LETTERS. 







t 

i 





l«lls 



LETTER pour les vdrit^s de la foi, et on ne pourra se moquer des pas- 
sages d'Escobar, et des decisions si fantasques et si peu chrd- 
tiennes de vos autres auteurs, sans qu'on soit accusd de rire de 
la religion ? Est-il possible que vous ayez osd redire si souvent 
une chose si peu raisonnable ? et ne craignez-vous point, en me 
blamant de ni etre nioque de vos egarements, de me donner un 
nouveau sujet de me moquer de ce reproche, et de le faire 
retomber sur vous-memes, en montrant que je n'ai pris sujet de 
rire que de ce qu'il y a de ridicule dans vos livres ; et qu'ainsi, 
en me moquant de votre morale, j'ai e'td aussi eloign^ de me 
moquer des choses saintes, que la doctrine de vos Casuistes est 
dloigne'e de la doctrine sainte de I'Evangile ? 

En verite, mes peres, il y a bien de la difference entre rire 
de la religion, et rire de ceux qui la profanent par leurs opinions 
extravagantes, Ce serait une impiete de manquer de respect 
pour les verite's que I'esprit de Dieu a rdv^l^es : mais ce serait 
une autre impiete de manquer de mdpris pour les faussetds que 
I'esprit de I'homme leur oppose. 

Car, mes peres, puisque vous m'obligez d'entrer en ce dis- 
cours, je vous prie de conside'rer que, comme les verite's clird- 
tiennes sont dignes d'amour et de respect, les erreurs qui leur 
sont contraires sont dignes de me'pris et de haine ; parce qu'il y 
a deux choses dans les vdrites de notre religion: une beaite 
divine qui les rend aimables, et une sainte majeste qui les rend 
vdn^rables; et qu'il y a aussi deux choses dans les erreurs; 
I'impidtd qui les rend horribles, et I'impertinence qui les rend 
ridicules. Cost pourquoi, comme les saints ont toujours pour 
la verite ces deux sentiments d'amour et de crainte, et que leur 
sagesse est toute comprise entre la crainte qui en est le principe, 
et I'amour qui en est la fin, les saints ont aussi pour I'erreur ces 
deux sentiments de Haine et de mdpris, et leur zele s'emploie 
(Jgaiement a repouaser avec force la malice des impies, et a 
confondre avec risde leur e'garement et leur folie. 

Ne pr(<tcndez done pas, mes peres, de faire accroire au 
monde que ce soit une chose indigne d'un chretien de trailer 
les erreurs avec moquerie, puisqu'il est aisd de faire connaitre a 
ceux qui ue le sauraient pas que cette pratique est juste, qu'elle 



|1 



i( 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



237 



est commune aux P^res de I'Eglise, et qu'elle est autorist^e par lkttkh 
I'Ecriture, par I'exemple des plus grands saints, et par celui de ^'' 
Dieu memeM2). 

Car ne voyons-nous pas que Dieu hait et m^prise les 
p^cheurs tout ensemble, jusque-1^ meme qu a I'heure de leur 
inert, qui est le temps oh leur dtat est le plus de'plorable et le 
plus triste, la sagesse divine joindra la moquerie et la ris^e k la 
vengeance et b, la fureur qui les condamnera k des supplices 
e'ternels: In interitu vestro rideho et suhsannaho (Prov. i. 2G). 
Et les saints, agissant par le meme esprit, en useront de meme, 
puisque, selon David, quand ils verront la punition des mediants, 
"ils en trembleront et en riront en meme temps: Videbun't 
"justi et timehimt, et super eum ridebunt (Ps. LI. 8)." Et Job en 
paile de meme : Innocens suhsannabit eos (xxii. 19). 

Mais c est une chose bien remarquable sur ce sujet, que, 
dans les premieres paroles que Dieu a dites a Thomme depuis 
sa chute, on trouve un discours de moquerie, et une trom'e 
piquante, selon les Peres. Car, apr^s qu'Adani eut d^sobdi, 
dans I'espdrance que le demon lui avait donnt^e d'etre fait sem- 
blable a Dieu, il parait par I'Ecriture que Dieu, en punition, le 
rendit sujet a la mort ; et qu'apres I'avoir r^duit k cette misera- 
ble condition qui ^tait due a son pdchd, il se moqua de lui en 
cet etat par ces paroles de rise'e : " Voila I'homme qui est devenu 
" comme I'un de nous : Ecce Adam quasi itnus ex nobis:" ce qui 
est une ironie sanglante et sensible dont Dieu le piquait vive- 
ment, selon saint Chrysostome et les interpretes (3). " Adaiu, 
"dit Rupert, me^ritait d'etre raille par cette ironic, et on lui 
"faisait sentir sa folie bien plus vivement par cette expression 
"ironique que par une expression sdrieuse." Et Hugues de 
Saint- Victor, ayant dit la meme chose, ajoute que " cette ironie 
"^tait due a sa sotte crddulite ;" et que "cette espece de raille- 
"rie est une action de justice, lorsque celui envers qui on en 
"usel'ameriteeW 

Vous voyez done, mes peres, que la moquerie est quelquefois 
plus proprc a faire revenir les hommes de leurs dgarements, et 




' A, B and C, et par I'exemple... cf d& Dieu meme. 



i ii 



238 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



I 1 ii' 



! J| 



LF.TTKR qu'elle est alors une action de justice ; parce que, comme dit 
Jc^emie (Li. 18), "les actions de ceux qui errent sont dignes de 
" risde, a cause do lour vauite' : vana sunt, et risu digna (5)." Et 
c'est si peu une irapiote de s'en rire, que c'est I'effet d'une 
sagesse divine, selon cotte parole de saint Augustin : " Les sao^es 
"rient des insense's, parce ([u'ils sont sagos, non pas de leur 
" propre sagesse, mais de cotte sagesse divine qui rira de la mort 
" des niechants (C)." 

Aussi les prophetes romplis de I'esprit de Dieu ont usd de 
ces moqueries, comme nous voyons par les exemples de Daniel 
et d'Elie (7). Enfin il s'en trouve des exemples dans les discours 
de Je'sus-Christ memo'; et saint Augustin remarque que, quand 
il voulut humilior Nicodeme, qui se croyait habile dans Tintelli- 
genco de la loi, " comme il le voyait enfle d'orgueil par sa 
" qualite' de docteur des Juifs, il exerce et etonne sa presomp- 
" tion par la hauteur de ses demandes ; et, I'ayant re'duit a 
" I'impuissance do re'pondro : Quoi ! lui dit-il, vous etes rnaitre 
"en Israel, et vous ignorez ces choses ? Ce qui est le meme 
"que s'il out dit: Prince superbe, reconnaissez que vous ne 
" savez rien." Et saint Chrysostome et saint Cyrille disent sur 
cela qu'il mdiitait d'etre joue de cette sorte (8). 

Vous voyez done, mes p^res, que, s'il arrivait aujourd'hui 
que des personnes qui feraient les maitres envers les chre'tiens, 
comme Nicodeme et les pharisiens enveis les Juifs, ignoraient 
les principes de la religion, et soutenaient', par exemple, qu'on 
peut etre " sauve^ sans avoir jamais aimd Dieu en toute sa vie," 
on suivrait en cela I'exemple de Je'sus-Christ, en se jouant de 
lour vanite et de leur ignorance. 

Je m'assure, mes peres, que ces exemples sacr^s suffisent 
pour vous faire entendre que ce n'est pas une conduite contraire 
ix celle des saints, de rire des erreurs et des e'garements des 
hommes: autrement il faudrait blamer celle des plus grands 
docteurs de I'Eglise qui I'ont pratique'e, comme saint Jerome 

1 A, B and C, Enfin les discount de Jesus-Christ meme rCen sont pas sans 
e.rcniple. 

- MoJern editions alter the construction to if))wrnssent...soutiimeut. The 
text has the reading of all the original editions. 



THE PKOVINCIAL LETTERS. 



2:W 



.1 . 



dans ses lettres et dans ses Merits contre Jovinien, Vigilance, et lkttfb 
les pelagiens; Tertullien, dans son Apologt^tique contre les ""'•' 
folies d.es idolatres; saint Augustin, contre les religieux d'Afric.ue 
qu'il appelle les chevelus ; saint Irt^nde, contre les cr„ostiques • 
saint Bernard et les antres Fibres de I'Eglise, qui. ayant ete' les 
nnitateurs des ap6tres, doivent 6tre imitds par les fideles dans 
touto la suite des temps, puisqu'ils soiit proposes, quoi qu'on en 
(hse, comme le ve'ritable modele des ehrdtiens, m^me d'auiour- 
d'liui (9). '' 

Je n'ai done pas cru faillir en les suivant. Et, comme je 
pense I'avoir assez montre, je ne dirai plus sur ce sujet que ces 
excellentes paroles de Tertullien. qui rendent raison de tout 
mon proedde : " Ce que j'ai fait n'est qu'un jeu avant un veri- 
"table combat. J'ai plutot montre^ les blessures qu'on vous 
"pent faire que jene vous en ai fait'. Que s'il se trouve des 
"endroits ou Ton soit excite a rire. c'est parce que les sujets 
"memes y portaient. II y a beaucoup de choses qui meritent 
"detre moquees et jouees de la sorte. de peur de leur donner du 
" poids en les combattant serieusement. Rien n'est plus du a la 
"vanite' que la rise'e; et c'est proprement a la veritt^ qu'il ap- 
"partient de rire, parce qu'elle est gaie, et de se jouer de ses 
"ennemis, parce qu'elle est assuree de la victoire. II est vrai 
"qu'il fout prendre garde que les railleries ne soient pas basses 
" et mdignes de la verite. Mais, a cela prl^s, quand on pourra 
" s en servir avec adresse, c'est un devoir que d'en user{lO) " Ne 
trouvez-yous pas, mes pferes, que ce passage est bien juste a 
liotre sujet ? Les lettres que j'ai faites jusqu'ici ne sent qu'un 
jeu avant un veritable combat ^ Je n'ai f\ut encore que me 
Jouer, et vous montrer plut6t les blessures qu'on vous peut faire 
que je ne vous en ai f-iit. J'ai expose simplement vos pas- 
sages sans y faire presque de reflexion. " Que si on y a dte 
"excite a rire, c'est parce que les sujets y portaient d'eux- 
' memes." Car qu'y a-t-il de plus propre k exciter a rire. que 
de voir une chose aussi grave que la morale cbre'tienne remplie 

^^ '^ The translation from Tertullian was given thus in A, B and C, " J ai mon- 
tre. ..plutot que je ne vous en ai fait." 
"- 1 W<1. " ( V qur fnifait ,\;t qu'un jeu avant un v.M-itfihle combat. " 




Wli 




210 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



iilPN 



LETTKR d'imaginations aussi grotescjues que les votres ? On con^oit une 
si haute attente de ces maximea, " qu'on dit quo Jesiis-Christ a 
" lui-meme n^veldes h des p^res de la SocicU^," que quand on y 
trouve "qu'un prtitre qui a re(ju de I'argent pour dire une messe 
"peut, outre cola, en prendre d'autres ijersonnes, en leur cddant 
" toute la part qu'il a au sacrifice ; qu'un religieux n'est pas ex- 
"communie pour quitter sun habit lorsfjue c'est pour danser, 
" pour filouter, ou pour aller incognito en des lieux de debauche ; 
•' et qu'on satisfait au prdcepte d'ouir ia messe en entendant 
" quatre quarts de messe k la fois de difFe'rents pretres ; " lors, 
dis-je, qu'on entend ces ddcisions et autres semblables, il est im- 
possible que cette surprise ne fasse rire, paroe que rien n'y porte 
advantage qu'une disproportion surprenante entre ce qu'on 
attend et ce qu'on voit. Et comment aurait-on pu traiter 
autreme'.t la plupart de ces matieres, puisque ce serait "los 
" autorise.: que de les traiter serieusement," selon Tertul* 
lien (11) ? 

Quoi ! fa\;t-il employer la force de I'Ecriture et de la tradi- 
tion, pour moQtrer que c'est tuer son ennemi en trahison, quede 
lui donner d&i coups d'dpe'e par derriere, et dans une emb^che ; 
et que c'est acheter un bdne'fice que de donner de I'argent coinme 
un motif pour se le faire rdsigner ? II y a done des matieres qu'il 
faut me'prif er, et ' qui meritent d'etre joue'es et moqudes." En- 
fin, ce que dit cet ancien auteur, que " rien n'est plus du a la 
" vanity que la ris^e," et le reste de ces paroles, s'applique ici 
avec tant de justesse et avec une force si convaineante, qu'on ne 
saurait plus douter qu'on peut bien rire des erreurs sans blesser 
la bie. iseance. 

Et je vous dirai aussi, mes peres, qu'on en pent rire sans 
blesser la charit(^, quoi que ce soit une des choses que vous me 
reprochez encore dans vos e'crits. Car " la charitd oblige quel- 
" quefois k rire des erreurs des hommes, pour les porter eux- 
" memes a en rire et a les fuir, selon cette parole de saint 
" Augustin : Hcbc tu misericorditer irride, ut eis ridenda ac 
"fugienda commendes." Et la meme charitd oblige aussi quel- 
quefois a les repousser avec colore, selon cette autre parole de 
saint Gr<^goire de Nazianzc : " L'esprit de charitt? et de douceur 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



241 



lirtinT"™:;* .f,,-'^'^™." En effet, comme dit saint .^.. 

"d'effravcr k, ^.vf' ^ ^ ™" ""'' enncmis do la foi 

< ettraye, les fiddes par des paroles fortes, et de les rdiouir Dar 

e., rencontre, d'espritagrc^bles; rnais qne le, oath jZes n" 

-i..i.!:.:^\ix?r;rt;:sirr'f^'°'' ""^'^™' »'- 

Je peur a.tre aeeus. de L.™: t ^1^0::;.^;: lo^tn' 
^^.e^aveo vehe'.enoe, de peur d.tre aocns. do .tnirer^do" 

nu?;-;- r;riiivrnr- ;r?. ^!, r™ -' 

Fnnis de r^futer publi,u«„ent „ne err !;:« ^ .WeT 
oo„se<que„eo ? Vou, aure. la liberty de dire qu'un jul^ "l 
"en conscience rotenir ce qu'il a reoi, no„r (•„■ ■* *^ ^^ 

«.s quon ait la liberty do'vl conLd re / v ""' "'■'"'"°^'" 
- pHvile^e et approbation deC tlL,^ .r^^^rX: 

bteseraientlacharitcMlefilre onvolsft' '" t" t""' 1"'"^ 

•ttention d'ou nllfj""' '"'" 1" '''^ ""^inassent aveo 
viiuiv^u u ou nait en eux ce <!Pntirnov,f r^ 

«»»agine„f qu'il part de leur Lie „ i n' '' '"T- ''"''' 

«ndale de voir accuser leur pr" , 'in^ LI '"'■ ™''*;"' ■'""' 

*rer qu,i .est pas i»possiur:::!:rrne':ir; : ;:-; 

est meme assez vraisemblable qu'il vient dn d.'r.! • ' ^ "^"^ '^ 
»-t cac^. . nous-n.,nes, q\e ,e r,btrSrdsT'e:: 

'"^ve substituted. ^' "««f^'■"«...»^ which most modern editors 

I'ASC. L 

16 



Ft* 



5^ 



I 

II 



ii\\ 



242 



THE PROVIMCTAI. I.KTTF.RS. 




1 HP 






i.RTTKii cn nous no tnanriuc jamais d'cxcitiT contif crux (|iii H'opjuwnt 
uu relachoiiicnt dcs niojtus. Kt, ponr li'ur donniT unc ntyU' (|ui 
lour en fasso reconnaitro le vt'iitabli! [)rini'i|)e, jc luur (k'niandt'iai 
si, on ini'ine tenn)s (pi'lls so j)lai[,'ncnt de ec <iu'on a traitd do la 
Borto doa rcligioux, ila hc plaignont encoro davantago de ce qiie 
dea roligioux ont traitd la verito do la sorto. Quo s'ils sunt 
irritoH non-soidonioiit onutro U's Lottios, niais oncoro plus coiitie 
loa maxinios (pii y sont ia|iportoos, j'avouorai <ju'il so pout t'airo 
quo lour rossuntiuiout })aitu' do (piohpiu zolo, niais pou oclaird; 
et alors loa passagos cpii sent ici sufKrout fxiur los oolainur. 
Mais s'ils aVnuportont souloiuont contro loa roprohonsions, ot non 
paa contro los oliosos ([u'ou a vcpriscs; on voritt^, moa pores, je 
no ni'onipochorai jaiuaia do lour diro (piils aont grossioronicnt 
abusos, et (pio lour zolo est biou avcuglo. 

Etrango zolo (|ui s'irrito oontro coux <pu accusent dos fuutcs 
pul)li(iuos, ot non pas contni coux (|ui los (•(•iiiniottont ! Quelle 
nouvollo oliaiitt' ijui s'otit'onsu do voir coutoudro dos orrours ma- 
nifoatos", ot cpii no s'otfonso point do voir ronvorsor la lorale par 
coserreurs! 8i cos porsonucs otaiont cn danger d'etre assas- 
sinoes, s'offonsoraiont-oUos de ce qu'on loa avertirait do rond)riche 
qu'on lour drosso ; et, au lieu do so ddtourner de leur cheinin 
pour IV'viter, s'aniusoraient-ollos {\ se plaindro du pen de cliarite 
<pi'on aurait on de docouvrir le de^sein criniinol do cos assassins 1 
S'irritont-ils lorstpi'on lour dit de no manger pas d'uno viamle, 
paroe (pi'oUo est onipoisonnoo ; ou de n'aller pas dans une ville, 
parce qu'il y a do la posto ? 

D'ou viont done qu'ils trouvont qu'on manque de cliarite 
qiiand on dooouvre dos maximos nuisiblcs li la religion, et 
qu'ils croient au contraire ([u'on manquorait de cliarite si on ne 
leur decouvrait pas^ lea choses luiisiblea a lour sante et h leur 
vie, sinon parco (pie I'amour qu'ils ont pour la vie leur fait 
recevoir favorablonient tout ce qui contribue a la conserver, 
ot quo I'indilVoroncc qu'ils ont pour la verite fait que non- 



' A, I? and C, part. 

-' A, B iviid (" adil: par In .-.■<'«/<' <\rpn>iitioii que I'oii cn fait. 

■' IliiiL (l<' lie pax (Irfciin-rir. 



TIIK PROVrNCUI, LCTTKRS. 



a4:l 



soi.Iomont iU no promicnt aucmo part ,\ «a .ldf™,o nmi.nn'ir 

Qu .!» c„n,„ cVont ,!„„,. .levm.t JJiou co.nbio,, la mora elo 
vo, CasuMo, rcV.„„lont ,1., to„t., parts est hontcuso,. 0^1 
0.0,,*. ,V Ifighso ; eo,„bio„ la lie,,,. n„'il,s i„t„,d.,i,o„t dan, To, 
™rs est ,ca,„lalouso ot ,l.<,„™,.r.:„ ; eo,„bio„ la l.ar.liotavee 
1^"|,..' lo vo„8 le. s„„tuno. est opi„iAtro et violent.,. Kt sih,!, 
J..S.'„ ,1„,1 e.,t te,„p., do s'dlover contro do tol, ,lc;,ord,o, U r 
av..„s. on.ent sora aussi .\ plaindro quo 1„ voero, mos pores, pui,- 
-|,,o et V,,,,, et e,rx avoz „„ pared a„jot ,lo crai„,lro c'etto p™ e 
c .a „t A„,M,st,„ s„r oelle de J&,.,-CI,ri.,t dans I'KvaLile ■ 
Mall,e„raux avengle, q„i c„„,l„isent ! malheur a„x avo,!!!,' 
2J,»t oondu.ts! K«, c«« d,.cenUh.s, „ o.ois ..^ 

Mais, afin que vo,,s n'ayez plus lie,, ,lo douner cos impres- 
»on, aux antres. n, de les p,e„dre vous-,ne,„e». jo vous 2Z 
«,o»pt,« (et je suis houtoux ,lo ee q„o vous m-ongaje. Iv u 
dire CO ,„e JO devrais apprendre de vous), je vous°lirai Zo 
q„onos marques los P6ros do TEglise nous out donndo p ^ 
juse », les „;p,-dl,onsions partent d'un esprit de pidtd oHo 
el.ar,td, ,.„ d'„„ esp,it d'i.npic'td et do l,ai„e ^ 

La pre„„6re do eos regies est quo losprit do pie'td porto 
oujours ,\ parlor avoc verity ot sinodritd ; au'liou quo I'enWo 

rhmentu,, s^l rebm vens, dit saint Augustin (13), Quiconque 
e c,t du mcnsonge agit par l'esp,it du diable. II ,1 °2Z 
e. roct,„,, ■i„tenti„n qui puisse rectifier la calonrnio ; It qC, d 
I sag,.a,t ,lo oo„vort,r toute la torro, il ne sorait pas pormis do 
o,rc,r . OS personnos innocentos ; paree qu'on nolit pas flir! 

'■ vS tr' ""^ '''"T '"^'"^ '" P'- '='-'' b-. et^-e " 
ture ' e r7 7"- f " t """' ""'^""'"^ '" ^^'°" ''J'-- 
H,laue, ,lo n avaneer quo des choses vraies." Aussi mcs nJ^ro, 

t'\t que (le blesser tant soit pou a vdrite • et nnp i'ni f., • 

qui serait horrible, mais de ne pas altc^r ou ddtourner lo 

16—2 






-A 



I 



TF 


1 '^i i ■ 

i 


1 ■ 





244 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



LETTKii iiiuins du nioude le sens d'nu passage. De sorte que si j'osais 
me servir, eii cette rencontre, dcs paroles du meme saint Hilaire, 
je pourrais bien vous dire avec lui : " Si nous disons des choses 
" fausses, que nos discours soient tenus pour infamcs : mais si 
'• nous montrons que ccUes que nous produisons sont publiques 
" et manifestes, ce n'est point sortir de la modestie et de la 
" liberte apostolique de les reprocher (l^)." 

Mais ce n'est pas assez, nies peres, de ne dire que des choses 
vraies\ il faut encore ue i)as dire toutes celles qui sont vraies; 
parce qu'on ne doit rapporter que les choses qu'il est utile de 
dticouvrir, et non pas celles qui ne pourraient que blcsser, sans 
apporter aucun fruit. Et ainsi, comme la premiere regie est de 
parler avec vt^rite, la seconde est de parler avec discretion. 
" Les mdchants, dit saint Augustin, persdcutent les bons en 
" suivant ravcuglemcnt de la passion qui les anime ; au lieu 
" que les bons persecutent les rnechants avec une sage discretion: 
" de meme que les chirurgiens considerent ce qu'ils coupent, au 
" lieu que les meurtriers ne regard ent point oil ils frappent(15)," 
Vous savez bien, mes peres, que je n'ai pas rapporte des maxinies 
de vos auteurs celles qui vous auraient t^te les plus sensibles, 
quoique j'eusse pii le faire, et meme sans pt^cher centre la dis- 
crt^tion, non plus i\ue de savants liommes et tres-catholiques, 
mes peres, qui Tout fait autrefois. Et tons ceiix qui ont lu vos 
auteurs savent aussi bien que vous combien en cela je vous ai 
(^pargnes : outre que je n'ai parle en aucune sorte contro ce qui 
vous regarde chacun en particulicr ; et je serais fache d'avoir 
rien dit des fautes secretes et personnelles, quelque preuve que 
j'en eusse. Car je sais que c'est le propre de la haine et de 
1'a.nimosite, et qu'on ne doit jamais le faire, h moins qu'il y en 
.ait* line necessite bien pressante pour le bien de I'Eglise. II est 
done visible que jo n'ai manqut^ en aucune sorte a la discretion 
dans ce (pie j'ai ete obl'nre de dire touchant les maximes de votre 
morale, et que vous avez plus de sujet de vous louer de ma retcuue 
que de vous plaindre de mon indiscretion. 

' A, B and C, rerituhles. 

'^ So in all the original editions. The niodfrns usually add the ncKitive 
j'i-.iticlo " qu'i! ?)'»/ on ait." ■ 



THE PROVINCIAL LETTEllS. 



24; 



Id tlio neKative 



La troisieme regie, mes peres. est que, quand on pst oblige lettkh 
d user de quelqucs railleries, I'esprit do pie'te porte a ne les em- ""• 
ployer que contre les erreurs, et uon pas centre les clioses saintes- 
au heu que 1 esprit de bouffonnerie, d'inipidte et d'hert'sie, se rit 
dc oe quil y a de plus sacre'. Je me suis deja justifie sur ce 
pomt; et on est bien dloignd d'etre exposd a ce vice, quand on 
u a qu a parler des opinions que j'ai rapportdes de vos auteurs. 

i^uhn, mes p^n-es, pour abrc^ger ces regies, je ne vous dirai 
plus que celle-ci, qui est le principe et la fin de toutcs les autres: 
cest que 1 esprit de charitd porte a avoir dans le coeur le desir 
du salut de^ceux contre qui on parle, et k adresser scs priercs a 
l^ieu en meme temps qu'on adresse ses reproches aux liommes 
"On doit toujours, dit saint Augustin, conserver la cliarite dans 
h coeur, lors meme qu'on est obligd de faire au dehors des 
choses qui paiaissent rudes aux hommes, et de les frapper avec 
uno aprete dure, mais bienftiisante ; leur utilite devant ^tre 
pieteree a leur satisfaction dC)." Je crois, mes peres, qu'il n'y 
a rieu dans mes lettres qui temoigne que je n'aie pas eu ce 
desu- pour vous ; et ainsi la charite vous oblige a croire que je 
lai eu en ettet, lorsque vous n'y voyez rien de contraire. II 
parait done par \h que vous ne pouvez montrer que j'aie pe'chd 
contre cette regie, ni contre aucune de celles que la dmvit4 
oblige de suivre ; et c'est pourquoi vous n'avez aucun droit de 
dire que je I'aie blessee en ce que j'ai fait, 

Mais si vous voulez, mes peres, avoir maintenant le plaisir 
de voir en pen de mots une conduite qui peclie contre chacune 
de ces regies, et qui porte ve'ritablement le caractere de I'esprit 
de Doutfonnerie, d'envie et de haine, je vous en donnerai des 
exemples ; et, afin qu'ils vous soient plus connus et plus familiers 
je les prendrai de vos (Merits memes. 

Car, pour commencer par la maniere indigne dont vos auteurs 
parlent des choses saintes, soit dans leurs railleries, soit dans 
leurs galanteries, soit dans leurs discours sdrieux, trouvez-vous 
que tant do contos ridicules de votre pere Binet, dans sa Conso- 
iahon des malades, soient fort propres au dessein qu'il avait pris 
ao consoler chretiennement ceux que Dieu afflige (17) ? Direz- 
vous que la maniure si profane et si coquette dont votre pere le 




i;li 




■i 



246 



THE PROVINCIAL LETTf:RS. 



i.i;tti:h Moine a parld de la pidtt^, dans sa Devotion aisee, soit plus propre 
a donner du respect (jue du mdpris pour I'idee qu'il forme de la 
vertu chretienno ? Tout son livre des rdntures morales respire- 
t-il autre chose, et dans sa prose et dans ses vers, qu'un esprit 
pleiu de la vanite et des folios du nioiide ? Est-ce une piece 
digne d'lui pretre que cette ode du VJP livre, iiititulee Eloge 
de la pndeur, ou il est montre que toutes les belles clioses sont 
rouges, ou sujettes a rougir ? C'est ce (pi'ii fit pour consoler 
une dame, qu'il appellc Delpliiue, de ce qu'elle rougissait 
souvent. II dit done, h cliaque stance, que quekpios-unes des 
clioses les plus estiniees sont rouges, connnc les roses, les 
grenades, la bouclie, la langue ; et c'est parnii ces galanteries, 
lionteuses a un religieux, qu'il ose nieler insolemrnent ces esprits 
bienheureux qui assistent devant Dieu, et dont les chrdtiens no 
doivcnt parler qu'avec veneration : 

Li>s c'honihiiis, ces Klorieux 
Composes (le tOte et de plume, 
(Jiic Bieu de son esprit allume, 
Et (pill eclaire de sos yeux; 
Ces illushvs ftiees volantcs 
Sont toujonrs rouges et brfdantes, 
Soit du feu do Dieu, soit d". leur, 
I'lt dans leurs tiammes -.autuclles 
Font du monvcment do leurs ailes 
Un eventail a leur cbaleur. 

Mais la rougcur eclate en toi, 
I^KLi'iiixK. avec plus d'avnntage, 
(i^uand riionueur est sur ton visage 
Vetu de pourpre comme um roi, etc. (18) 

Qu'en ditcs-vous, mcs percs ? Cette preference do la rongeur 
de ])olpiiine Ji I'ardeur de ces esprits tpii n'en out point d'autie 
que la cbarite ; et la conq)araison d'un eventail avec ces ailes 
nijstt^rieuses, vous parait-elle fort cbretienne dans une bouclie 
qui consacre le corps adorable de Jesus-Christ? Jo sais qu'il ne 
I'a dit que pour faire le galant et pour rire ; niais c'est cela qu'ou 
nppelle rire des clioses saintes. Et n'est-il pas vrai que, si on lui 
faisait justice, il ne se garaiitirait pas d'une censure, quoiqne, 
pour s'en de-fendrc, il sc servit de cette raison, qui n'cst pas cllo- 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



24,7 



iiieine moins censurable, (jiril rapporte au livre P"": que "la lkttkii 
" Sorbonne n'a point de juridiction sur lo Parnasse, et que les ^^' 
"erreurs de ce pays-la ne sont sujettes ni aux censures, ni a 
" I'inquisition," comme s'il n'dtait ddfendu d'etre blasphdmateur 
et iiiipie (pi'en prose '{ Mais au moins on n'en garantirait pas 
par III cet autre endroit de I'avant-propos du merne livre : que 
" lean de la riviere au bord de kupielle il a composd ses vers 
" est si propre a faire des poetes, que, quand on en ferait de I'eau 
"beuite, elle ne cliasserait pas le demon de la podsie;" non plus 
(luo celui-ci de votre pore Garasso dans sa Somme de.s verites 
C(i}:'''iles de la religion, p. 04-0, ou il joint le blaspheme a 
ria'resie, en parlant du mystore sacrd de Tincarnation en cette 
sorte : " La pcrsonualite' humaine a dte' comme entde ou mise a 
" cheval sur la porsoimalitd du Verbe ; " et cot autre endroit du 
monie auteur, pag. 510, sans en rapporter beaucoup d'autres, ou 
il dit sur le sujet du uom de Jesus, figurd ordinairement ainsi, 
IH.S, que " quelques-uns en ont otd la croix pour prendre les 
"sGuls caracteres en cctte sorte, IHS, qui est uu Jesus dd- 
valisd (19)." 

C'est ainsi que vous traitez indignement les vdritds de la 
religion, centre la regie inviolable qui oblige a n'en parler 
(luavec rdvdrence. Mais vous ne pdchez pas moins centre celle 
qui oblige a ne jiarler qu'avec vdrite et discretion. Qu'y a-t-il 
lie plus ordinaire dans vos dcrits que la calomnie ? Ceux du 
pere Brisacier sont-ils sinceres ? Et parle-t-il avec vdritd, quand 
il dit, ¥ part., pag. 24 et V' p., pag. 15, que les religieuses de 
Port-R(.yal ne prient pas les saints, et qu'elles n'ont point 
'riniages dans leur dglise ? Ne sont-ce pas <le faussetds bien 
liardies, puiscpie le contraire parait a la vue de tout Paris ? Et 
parle-t-il avec discrdtion, quand il ddchire 1' innocence de ces 
tilles, dont la vie est si pure et si austere, quand il les appelle 
<les"fillos impdnitentes, asacramentaires, incommuniantes," des 
"vierges folles, fantastiques, calaganes (20), ddsespdrdes, et tout 
"ce ([u'il vous plaira;" et qu'il les noircit par tant d'autres 
medisances, qui ont merite la censure de feu M. I'archeveque de 
Paris : quand il calomnie des pretres dont les moeurs sont irrd- 
prochablcs, jusquVi dire, part. 1, p. 22, qu'ils " praticpient des 








i, 


i^r^ 




i 

1 

y 





248 



THE PEOVINCIAL LETTERS. 



1^1 ii 



LCTTER "nouveautds dans les confessions, pour attraper les belles et les 
"mnoeentes;" et qu'il aurait "horreur de rapporter les crimes 
I' abominables qu'ils commettent ? " N'est-ce pas una tem^^rit^ 
insupportable d'avanccr des impostures si noires, non-seulement 
sans preuve, mais sans la moindre ombre et sans la moindre 
apparence ? Je ne m'etendrai pas davantage sur ce sujet, et je 
remets k vous en parler plus au long une autre fois : car j'ai k 
vous entretenir sur cette mati^re, et ce que j'ai dit suffit pour 
fan-e voir combien vous pe'chez centre la verite et la discretion 
tout ensemble (21). 

Mais on dira peut-etre que vous ne pe'cliez pas au moins 
centre la derniere regie, qui oblige d'avoir le desir du salut de 
ceux qu'on decrie, et qu'on ne saurait vous en accuser sans violer 
le secret de votre ccBur, qui n'est connu que de Dieu seul. 
Cost une chose etrange, mes peres, qu'on ait neanmoins de quoi 
vous en convaincre ; que, votre haine centre vos adversaires 
ayant ete jusqu'a souhaiter leur perte eternelle, votre aveugle- 
ment ait ete jusc^u'a decouvri:- un souhait si abominable ; que, 
bien loin de former en secret des desirs de leur salut, vous ayez 
fait en public des va3ux pour leur damnation ; et qu'apres avoir 
produit ce malheureux souhait dans la ville de Caen avec le 
scandale de tout I'Eglise, vous ayez ose depuis soutenir encore a 
Paris, dans vos livres imprimes, une action si diabolique. II ne 
se pent rien ajouter a ces exces centre la pietd : railler et parler 
indignement des choses les plus sacrees ; calomnier les vierges 
et les pretres faussement et scandaleusement, et enfin former 
des desirs et des voeux pour leur damnafon. Je ne sais, mes 
peres, si vous n'etes point confus ; et comment vous avez pu 
avoir la pensde de m'accuser d'avoir manque de charite, moi 
qui n'ai parle qu'avec tant de verite et de retenue, sans fai're de 
reflexion sur les horribles violeraents de la charite, que vous 
faites vous-memes par de si dt^plorables emportementsM22). 

Enfin, mes peres, pour conclure par un autre reproche que 
vous me faites de ce qu'entre un si grand nombre de vos 
maximes que je rapporte, il y en a quelques-unes qu'on vous 



' A, B and C, e.rces. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



249 



u on vous 



avait dt^ja objectdes, sur quoi vous vous plaignez de ce que " je lftter 
" redis contro vous ce qui avait etd dit'." je reponds (lue c'est au ""'■ 
coutraire parce que vous n'avez pas profit^ de ce qu'ou vous I'a 
ddja dit, que je vous le redis encore. Car quel fruit a-t-il paru 
do ce que de savants docteurs et I'Universite entiere vous en 
out repris par taut de livres? Qu'ont fait vos p^res Annat, 
Caussin, Pnitoreau et le Moine, dans les rdponsos qu'ils y ont 
faites, sinon de couvrir d'injures ceux qui leur avaieut donnd 
CCS avis salutaires? Avez-vous supprinid les livres ou ces 
-:iecliantes rnaximes sont enseignees ? En avez-vous rc'primd 
les auteurs? En etcs-vous devenus plus circonspccts ? Et 
ii'est-ce pas depuis ce temps-la qu'Escobar a tant ete' imprime 
de fois en France et aux Pays-Bas, et que vos peres Cellot 
Bagot, Bauny, L'Amy, le Moine et les autres, ne cessent de 
publier tons les jours les monies clioses, et de nouvelles encore 
aussi licencieuses que jamais ? Ne vous plaignez done plus, 
mes pbres, ni do ce que je vous ai reprocbe des niaximes que 
vous n'avez point quittees, ni de ce que je vous en ai objecte de 
nouvelles, ni de ce (pie j'ai ri de toutes. Vous n'avez qu'a les 
considerer, pour y trouver votre confusion et ma defense. Qui 
pourra voir, sans en rire, la decision du pere Bauny pour celui 
qui fait briiler une grange ; colle du pere Cellot, pour la resti- 
tution; le rbglement de Sanchez en favour des sorciers ; la 
maniere dont Hurtado fait e'viter le peclie du duel en se prome- 
nant dans un champ, et y attendant un homme ; les compliments 
(lu pke Bauny pour dviter Insure ; la maniere d'eviter la simo- 
nic par un detour d'intention ; et cello d'eviter le mensonge, en 
parlant tantot haut, tantot bas ; et le reste des opinions de'vos 
docteurs les plus graves? En faut-il davantage, mes p^res 
pour me justifier ? Et y a-t-il rien de mieux " dfi a la vanite et 
" a la faiblesse de ces opinions que la risee?" selon Tertullien. 
Mais, mes pbres, la corruption des moeurs que vos maximes 
apportent est digne d'une autre consideration ; et nous pouvons 
bien faire cette demando avec le memo Tertullien : " Faut-il 
"rire de leur folio, ou ddplorer leur aveuglement ? Mideam 

Mbid. "CG qui avait (ftya ete flit." 






;l 






i; 






Ir 



LKTTKR 
XI. 



250 



THE PROVINCIAL LETTEUS. 



" vanitatem, an e^rjjrohrem ccecitatem (23) ? " Je crois, mes pferes 
qu'on pent en rire et en pleurer h son clioix : " Hcec tolerahiUus 
" vel ndentur, vel Jientur (24)," dit saint Augustin. Reconnaissez 
(lone "qu'il y a un temps de rire et im temps de pleurer," selon 
I'Ecriture; et je souhaite, mes p^res, quo je n'eprouve pas en 
vous la verite' de ces paroles des Proverbes : " Qu'il y a des 
" personnes si pen raisonnables, qu'on n'en pent avoir de satis- 
'• faction, de quolque maniere qu'on agisse avec eux, soit qu'on 
" rie, soit (ju'en se mette en colere' (25)." 



NOTES ON LETTER XI. 

(1) Some mention was made in the Tutnxluction {supra, p. 54) of the 
answers to tlio Lette.'s of l>ascal. On the chronology of the subject many 
inaccuracies will be found in most histories; Cretineau-Joly, for insta. ce 
assertnig that the Jesuits made no reply for a considerable time. In realitv' 
but a few months elapsed before Nouet published the first of the Lrpol 
tures, and they followed the Letters rapidly. Nouiit was a more skHful 
controversialist than Pirot, whose Apologie pour les Casuistes was speedily 
censured both at Paris and Rome. The Impostures contained, it is true a 
gwxl deal ot special pleading, and one or two aiuhicious contradictions but 
their author was irresistible in his demonstration that the basis of Casuis- 
try, inchulmg Probability, is to be found long before the time of Loyola. 

(2) The materials c f this letter are taken from a treatise of Arnauld's 

published in l«o4, with the title - E.'pon.c a la lettre d^cne personnc de 

condition touchant les regies de la conduite des saints Peres dans la compo- 

situm deleurs ouvrajcs, pour la defense des verltes eombattues ou de I'umo- 

' eence calomn>ee>> one of the replies to the famous Almanac of the Jesuits 

As was noticed witli regar.l to other letters (Introd. iii.), Pascal often does 

little more than add style (not even arrangement) to the materials of his 

predecessors. 

_^ 1 A, B and C add the followinp; postscript:-" P. S. En ache vant cette lettre, 
]a. vu imecrit que vous avoz publie, oii vous m'accusez d-imposture sur le 
Hujet de ,s,x de vos maximes que j'ai rapportees, et d'intelligence avec les 
lieretiques : j csptTO quo vous y verrez una rej.ouse exacte, et dans peu de 
temps, mes peres, ensuite de laquelle je crois qu- vous n'aurez pas envie de 
continucr cette sorte d'accusation." 



m 



THE PllOVIXCIAL LETTERS. 



251 



(3) Chrysostom does not make use of the expression in his xviii"" 
Homily, but it will be found in the glosses of Vatablus and Mercerus. 

(4) " Irrisio est, qure respicit ad stultam credulitatera ejus de verbis 
"seqientis: Eritls sicut dii, etc.... ThHh auteni irrisio aliqviando fit merito 
" i)iitieutis et justt', ut hie ; aliipiando nequitia insultantis, et est sarcasmoa 

"tigura." 

(Hugo do S. Victor in Oen. iii. 22, ap. Migne, Patr. Lat. clxxv. 4S:.) 

"Gravissima ha3c n!ore Domini Dei et acerba nimis ironia est. ..Ergo 
"non vero sed ironice dictum aut dicendum est. Et cur tali ironia irriden- 
" dus est \ Videlicet quia stulte et superbc fallacissimo diabolo credidit 
" dicenti : et eritis sicut dii." 

(Kupertus Abb. Tuitiensis De Trmitate et ojjeribics ejus, iii. 28, 
J'utrol. Lat. CLXvii. 315.) 

(")) The passage in Jeremiah ([uotcd by Pascal d(>es not gain its full 
force ir the A. V. The LXX. has /naram iariv 'i^ya ixfixaKrjiMfva. (Germ. 
" Spottijemiichte?'') 

(6) The reference is to Sermon xxii. de VerhU Domini, cap. 8, and 
Pascal very freely paraphrases, as is his wont :— "Xon enim de suo sapien- 
"tes erant, sed ilia in illis erat sapientia, de qua scriptum est: et ego vestrce 
^^penlitioni superridebo." Pascal might have chosen an even stronger quo- 
totion from another writer, the famous passage in Tertullian (de Spectaculis, 
ad Jul). But his consummate literary taste recognised its disadvantages. 

(7) The references are to Daniel xiv. 18, and 1 Kings xviii. 27. 

(8) "lUo magisterio inflatus erat, et alicujus momenti sibi esse vide- 
"Itatur, quia doctor erat Judasorum : deponit ei superbiam,...7'(i es magis- 
" tvi' in Israel, et hiec ignoras? Tanquam dicens, Ecce nihil nosti, princeps 
"fsuporbus." (Augustin. in Joann. Tract, xii. cap. 6. 0pp. ed. jNIigne in. 
1S19.) The passages referred to in Cluysostom and Cyril will be found in 
Horn. XXV. in Joann., and lib. ii. in Joann. cap. 2, respec';ively. 

(!)) ^Maynard is naturally charmed to find an assailant of the Jansen- 
ists in the person of the Protestant Jurieu, whose strictures were provoked 
by Arnauld's polemics, and certainly not unmerited by the later and in- 
ferior generations. " Ces messieurs, sous pretexte de venger Dieu des 
" outrii^es qu'on lui fait, satisfont leurs passions particuli6res. Nous pou- 
"vons dire (pie de tons les saints il n'y en a jamais eu de plus desesperd- 
"nient vindicatifs que les Jansenistes." {Esprit do M. Arnauld, i. 73.) 

It is needless to say that Pascal's armour is impervious to such a post- 
humous onslaught. The question of how far tlie polemical style of Jerome 
against Vigilantius and Jovinian deserves to be considered a model for 
Christian writers of later times, need not here be discussed. It is sufficient 




1.S i 



i 



ifj 




252 






THE PROVINCIAL LETTERS. 



justice ^""'^ ''''^"'^ ^'"'''^ ''"^"''*'^ ^'''°' '* "' ^'"^ ^^"'^'^*'"" «f ^'isnity and 
Jurieu's irnpurtiulity nmy l,c ju-l.^ed I.y the fact tl.at ho believed or 

spiMry Jit Ji.xirgfontaiiie. (Jbtd. r. 220, ed. 1G«4.) 

(10) "CoMKressio..i.s hLsiouern dcimta, lector, ante pngnam. Osten- 
chun sed nou uaprnnan. vulnera. 8i et ridebitur alic.ii,^naterii. ipl 
.ati..het : rnu ta sunt .s,c n.digna revinci, ne gravitate adorentur. vLi- 

aunul. .sus ludere, ,pna secura est. Curandum plan^ ne ri«us ejus 
;;n ..tu.. f^.nt uKbgnu. (Menu, ubicunup. d!gnu. ri.., offi.^ 
tbt. {Ado. I a/6'«^. cap. vi. Pair. Lat. ii. 5o0.) 

nJdlv /'m'^'' '''"^"' "•'' "^ "disproportion" will l.ave been noticed 
Hudly anythmg can surpass the effect of Eeginald's conclusion in the 
Vll'" Letter. {.Sujjra, p. 105.) 

(1 2) Augtistin. contra Faust um, x v. 4.-Greg. Nazianz. Or. xliv -Au- 

^^ m nadefensonbus .su,s niermen. debere consistere veritatem : nt videlicet 
111 qui res fiilsas persuadere conantur, noverint auditoreni vel benevohnn 
vel uxtentun, vel docilem procmio facere; isti autem non noverint i"' 

(13) Augustin. do Boctr. christ. iv. 28. 

" -mnL lil™ " "f "?• """"^'^^ ^°''* ^^'" proferre....Si falsa dicimus, 

" In us no, f "'■ ^' ''"■" ^"^'^"^■'^''^ '^^^'^ "-^^^^^ ^««e osten- 

d n U.S non sunuis extra apostolicani Hbertatem et modestiam post loncnnn 
ha3c silentuun arguentes." (Hilar, contra Const, cap. vi.) ° 

(15) The passage qnoted is from thp Inno- T?,,; fi i-i 
numbered as 48, but now is Q-? Th ^^"S^l^/^^le winch was formerly 
nrp ■ " « 1 7 ^^^ ^^*''''^'''' fr'^'-^ly paraijhrased bv Pascal 

M nt maloi ,11 noceudo per mjastitiam, illi consulemlo per disc „li,nm- 

admod,,,,, lanieti qui aute.u curat, considerat quemadmodum Let- 

„ Jlo""" '""■'"""""" '•■""""'"■ '"" l««i-m.- (Aug. 0pp. .,; Ce.' 

(IV)^ Pascal had already criticised another work of Binet's the Maraue 
feeen, by no means the strong side of the Society. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



253 



(18) On Le Moyne nee Index of Authors, aii.l Xoto (4) on Letter ix. 
{.wpm, p. 214). A favourable critio made the aiiiigrani on his name: 
AlfonsuH Le Moine = 'y^;^' fons cmoenus.' He left an epic in 18 c;vnto,s, on 
the suhject of Saint Louis, which r>oileau should have deemed worthy of a 
place in the Liitrin. Several variations are to he found in the edition of 
Le Alojne's poems, published in 1072, in wliich the passage quoted by 
Pascal runs : 

" Les cbernLins snnt f,'lorioLx 
.T)<( I'oHiirit dunt Diou les allumo, 
etc. etc." 

(19) Garasse had been condemned by Saint-Cyran, and disavowed by 
his colleagues, thirty years before; so that Pascal was hardly attacking a 
present grievance, 

(20) Callaghan was an Irish emigrant first protected by the Jesuits, 
hut who finally espoused the other side. He was attacked by Brisacier 
in a sermon, and afterwards (upon Arnauld coming to his rescue) in a 
pamphlet entitled : leJans^nmne confondu dans Vavocat du si'eur Callafjhan 
(IGiM). The charges brought by Brisacier, false and absurd as they were, 
did not refer to the Nuns of Port Royal, but to some who were under Cal- 
laghan's direction. See Sainte-Beuve, Port Eojal, ii. 502, and Maynard 
11. 70. 

(21) Pascal deals with the accusations of the Jesuits more thoroughly 
in Letters XV. and XVI. ; in the former expounding the principles con- 
sidered lawfi'l by the assailants of Port Royal, in the latter describing and 
refuting the accusations themselves. ]\Iaynard has a long note (ir. 70—76) 
by no means worthy of his usual candour, in which, after admitting that 
"j7 est impossible den venir au.v pretivcs,'" he insinuates the truth of these 
;ilauders. How different the conduct of Pascal, who steadfestly ignored 
the persons of his foes, and dealt only with their writings ! 

(22) Pascal alludes to a performance at the Jesuit College at Caen in 
^.653, in which a prayer was uttered to the Virgin against the salvation of 
certain persons who denied that Christ had died for all. This incident, 
although instructive in its way as to the character of the new devotions 
hardly merited the solemn invectives of the Jansenists. 

(23) Tertull. adv. Talent, cap. (5; and ad Xat. II. 12. 

(24) Angustin. contr. Faust, xx. (5. 

(25) Eccles. iii. 4; Prov. xxix. 9. 





f 



t ; 



» 



m 









DOUZIEME LETTRE. 

AUX RKVEREXDS PERES JESUITES'. 



Mes rf5v]5uexds pkres, 



Du 9 8ei)tembrc 1650. 



J etais pret a voiis ecrire sur le sujet cles injures que 
voiis mo dites dopuis si longtemps dans vos ecrits, on vous 
mappelez "impie, bouffon, ignorant, forceur, impostcur, calcn- 
"niateur, fourbe, l.c'retique, calviniste dt'giiise, discii^Ie de du 
" Moulin, possedd d'une legion do diabies," et tout ce qu'il vous 
plait. Je voulais faire entendre au monde pour.pioi vous me 
traitez de la sorte, car je serais fdclK^ qu'on crut tout cela da 
nioi; et j'avais rdsolu de me i.laindrc de vos calomnies et 
de vos impostures, lorsque j'ai vu vos reponscs, ou vous m'en 
accusez moi-nie,ne. Vous m'avez obligd par la de changer nion 
desscni; et neanmoins" je ne laisserai pas de le continuer en 
quelcpie sorte, pui.sque j'espere, en me defendant, vous con- 
vaincre de plus d'impostures vc'ritables que vous ne m'en avez 
imputd de faussos. En verite, mes peres, vous en etes plus 
suspects que moi ; car il n'est pas vraisemblable qu'etant seul 
comme je suis^ sans force et sans auciin appui humain contra 

1 Heading iu modern editions:-" ECfutation des chicanes des Jesuitcs sur 
" 1 aunione et sur la simonie." 

" A, B and C, "et ncanmoins, mes 2>er(:'i." 

3 "Je suis seul contro trente mille? Point. Gardez, vous la cour, vous, 

"I'lmposture; moi, la veritC Mais jai la verite, et nous verrons qui 

"Icmportcra." (MS. note.) 



THE PROVINCIAI. LKTTKItS. 



2, 



)i) 



Ji'suitrs sur 



un SI granrl corps, a n'c'tivnt scutonu (luo par la vc^riti? ot la lrttiu 
SM.cdntd, jo me sois expose' a tout penlre, eii m'exposant a etre ""'■ 
convaincu d'imposture (1). II est trop aise tie dt'couvrir les 
t'aussott^H dans les questioiiH de fait, comme celle-ci. Je ne 
iiiaiKiuerais pas de gens pour m'en accuser, ot la justice ne leur 
cu serait pas refusee. Pour vous, mes peres, vous n etes pas 
eu cos termes; et vous pouvcz dire coutre moi ce que vous 
voulez, sans (jue je trou\e a qui m'en plaindre. Daus cette 
(litlerence de nos conditions, je ne dois pas etre peu retenu, 
(luand d'autres considerations ne m'y engngeraient pas. Cepen- 
dant vous me traitez comme un iniposteur msigne, ot ainsi vous 
me forcez a rei)artir : mais vous savez que cela ne so pout faire 
sans exposer de nouvoau, et nieme sans decouvrir plus a fond 
les points de votre morale ; en quoi je doute que vous soyez 
bons politiques. La guerre so fait chez vous et a vos dejjens ; 
et, quoique vous ayez pensd (lu'en embrouillant les questions 
par des termes d'ecole, les reponses en seraient si longues, si 
obscures et si dpineuses, qu'on en perdrait le gout, cela no sera 
peut-etre pas tout a fait ainsi ; car j'essayerai de vous ennuyer 
le moius qu'il so pent eu ce genre d'ecrire. Vos maxiuies ont 
je ne sais quoi de divertissant qui rejouit toujours le monde. 
Souvenez-vous au moins que c'est vous qui m'engagez d'en- 
trer dans cot eclaircissement, et voyons qui so defendra le 
mieux. 

La premiere de vos impostures est " sur I'opinion de Vasquez 
"touchant I'aumdne." Souffrez done que je I'explique nette- 
ment, pour oter toute obscurite de nos disputes. C'est une 
chose assez connue, mes peres, que, selon I'esprit de I'Eglise, il 
y a deux preceptes toucbant l'aum6ne : " I'un, de donner do son 
"superHu dans les ndcessites ordinaires des pauvres; I'autre, de 
"donner m6me de ce cpii est neces.saire, selon sa condition, dans 
"les uecessites exhremes.'* C'est ce que dit Cajetan, apres saint 
Uiomas: de sorte (pie, pour faire voir I'esprit de Vasquez 
tonchant I'aumone, il faut montrer comment il a regie, tant 
celle qu'on doit faire du superflu, que celle qu'on doitlaire du 
iieccssaire. 



Celle du superllu, qui est le plus ord 



inaire secours des 




11 



256 



THE PROVINCIAL LETTKRS. 



LCTTrcn punvros, est ontil.roment abolie par cetto sctile maxi.no, De El, 
c. 4, u. 14, <iue j'ai nipportJo diuis mcs l(.'ttroa: "Co quo les 
"ffons du nion.le -ardent potir rduvor Ic-ur ccnditi.m ot cello de 
"lours i^aronts nont pas appek^ lo sui.orfl.i ; et uinsi t\ peine 
"trouvcra-t-un qu'il y nit jamais do sniunfiu dans k-s gens du 
"monde, et non pas niouK' ,lans K-s rois." Vous voyez lien 
mcs p^res, quo, par cetto definition', tons ceux (p,i auront de 
1 ambition n'auront point do supeiflu ; et .pi'ainsi laumono on 
est andantie I, regard de la plupart du monde. Mais quand il 
arrivorait memo (pron en aurait, on serait encore dispense d'en 
donner dans les ne<cessitos comnumos, selon Vasquez, qui s'oppose 
h ceux qui veulent y obligor ks ricbes. Voici ses termes ch ] 
d. 3, n. 32 : "Corduba, .Ut-il, enseigne quo, lorsqu'on a du super- 
" flu. on est oblige' d'en donner a ceux (pii sunt duns uno neces- 
" sitd ordmairo, au nioins uno partio, afin d'aecumplir lo precepte 
•• en quolciue cboso ; mais cola no me plait pas. sed hoc non 
' placet: car nous avons montre' lo contrairo contro Cnjotan et 
"Navarro." Ainsi, mes pores, I'obligation de cetto aumdne est 
absolumont ruindo, selon co qu'il plait a Vasquez. 

Pour cello du necossaire, qu'on est obligd do' fairo dans les 
ne'cossites oxtrt^mes et pressantos, vous verroz, par les conditions 
qu il apporte pour former cetto obligation, que les plus riches de 
Pans peuvent n'y 6tro pas engnges une souk fois on lour vie 
Je n'en rapportorai que deux. L'uno, "quo I'on sache que le 
"pauvre no sera secouru d'aucun autre : Here intelligo et cootera 
"omnia, quandb scio nullum alium opem latunimr cap. l,n. 28. 
Qu'en dites-vous, mes p^res? Arrivera-t-il souvent que dans 
Pans, oti il y a tant de gens cbaritables, on puisse savoir qu'il 
ne se trouvera porsonno pour socourir un pauvre qui s'uffie a 
nous ? Et cependant. si on n'a pas cotte connaissance, on pourra 
k renvoyer sans secours, selon Vasquez. L'autre condition'^ est 
que la necessite do ce pauvre soit telle, "qu'il soit menace' de 
" quelque accident mortel, ou de perdre sa reputation," n. 24 et 
26, ce qui est bien pen commun. Mais ce qui en marque encore 



' A, B, C, par cetto definition, quo... 
' A, B, C omit condition. 



mffn | i r i ii )■ ijl 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



257 



h; aretd, cest qud d.t. n. GO. que lo pauvre. qui e«t en cet dtat l.tt.h 
ou 1 dit qu on est obhgd h lui donnor raum6nc. " peut voler le '"'• 

nche en conscience." Et ainsi il faut (luo cela soit bien extra- 
onhnaire, si ce n'est qu'il veuille cju'll suit ordinairemcnt permi.<, 
do voler. De sorto qu'aprb. avoir ddtruit I'obligation de donner 

aumone c u superflu. qui est la plus grande source des charitds 
Jl n oblige les nches dWister les pauvres de leur ndcessaire que 
brsquil permet aux pauvres de voler les riches. Voiia la doc 

fication'2r'^"''' "^ ''"' ''"''^^''^ ^'' ^^^*^"^« P«^^^ ^'^' ^Ji- 

Je viens niaintenant k vos impostures. Vous vous dtendez 
abonl sur I'obhgation que Vasquez impose aux eccldsiastique 
delaire laum6ne; mais je n'en ai point parld. et j'en parlerai 
quand d vous plaira. II n'en est done pas question ici Pou 
cs laiques desquels seuls il s'agit. il semble que vous vouliez 
aue entendre que Vasquez ne parle. en I'endroit que j'ai e it/ 
ue selon le sens de Cajetan, et non pas selon le sien prop e 
Ma,s comme d n'y a rien de plus faux, et que vous ne I'avez pas 
ncttement je veux croire pour votre honneur que vous'ne 
lavez pas voulu dire. 

Vous vous plaignoz ensuite hautcment do ce qu'apre., avoir 

■■ZtsT T"'™ f ^^'^"^^■- "^ P"- - tro'vertt i 

supe.flu, J en a. couclu que les riches sout douc k peine obliges 

e donner 'aumone de leur superflu. Mais que voulez-v™ 

<l.re, mes peres? S'il est vrai que les riches n'ontpresZ 

jama,sde superflu, n'est-il pas certain qu'ils ne seront p esn e 

ama,3 obhge-s de donner l'aun>6ne de leur superflu T J vl 

If :u-in>r'7°f "': ■"""'' '' ^'^"^' ^•'' ^'«»^ '-' V- 

rrje V '"«™7""'='P«; ^-. aprfes avoir rapportd cette 
maxm,e de Vasquez, ,1 en conclut que « dans la question, savoir 

■■ ulueton- ' "-^f '' '™"^^ '■"""^"^ "''«- ™P-fl» 

JoX 'J P''^''".'' J"™'^' l-'^ll" "WigeAf dans la pratique m." 
Jena, fa,t que su.vre mot i mot tout ce discours. Que veutdonc 

'■ A, B and 0, oblige. 
PASC. L. 

17 




!■?; 







258 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



Ill 



'm 



LETTER dire ceci, mes p^res? Quand Diana rapporte avec dloge les 
^"' sentiments de Vasquez, quand il les trouve probables, et tres- 
commodes poior les riches, comme il le dit au meme lieu, il n'est 
ni calomniateur, ni faussaire, et vous ne vous plaignez point 
qu'il lui impose : au lieu que, quand je represento ces memes 
sentiments de Vasquez, mais sans le traiter de j^henix, je suis un 
imposteur, un faussaire, et un corrupteur de ses maximes. Cer- 
tainement, mes peres, vous avez sujet de craindre que la differ- 
ence de vos traitements envers ceux qui ne different pas dans le 
rapport, mais seulement dans I'estime qu'ils font de votre doc- 
trine, ne dccouvre le fond de votre coeur, et ne fasse juger que 
vous avez pour principal objet de maintenir le credit et la gloire 
de votre Comp..i.-nie ; puisquo, tandis que votre theologie accom- 
modante passe pour une sage condescendance, vous ne ddsavoaez 
point ceux qui la publient, et au contraire vous les louez comme 
contribuant a votre dessein. Mais quand on la fait passer pour 
un relachement pernicieux, alors le memo interet de voire 
Socidtt^ vous engage a desavouer des maximes qui vous font 
tort dans le monde ; ct ainsi vous les reconnaissez ou les rcnon- 
cez, non pas selon la veritd qui ne change jamais, mais selon les 
divers changements des temps, suivant cette parole d'un ancicn: 
Omnia pro tempore, nihil pro veritate. Prenez-y garde, mes 
peres ; et, afin que vous ne puissiez plus m'accuser d'avoir tire 
du principe de Vasquez une consequence qu'il eut desavouee, 
sachcz qu'il I'a tirec lui-meme, c. 1, n. 27. "A peine est-ou 
" oblig^ de donner I'aumone, quand on n'est oblige a la doimer 
" que de son superflu, selon I'opinion de Cajetan ET SELON LA 
"MiENNE, et secundum nostram." Confesscz done, mes peres, 
par le propre temoignage do Vasquez, que j'ai suivi exactement 
sa pensee ; et considerez avec quelle conscience vous avez ose 
dire que, " si Ton allait a la source, on vcrrait avec etonncmeut 
" qu'il y enseigne tout le contraire." 

Enfin, vous faites valoir, par-dessus tout cc que vous dites, 
que si Vasquez n'oblige pas les riches dc donner I'aumone do 
leur superliu, il les oblige en recompense do la donner de Icur 
necessaire. Mais vous avez oublie de marquer I'assemblage des 
conditions qu'il declare etre nece^saires pour former cette oblige- 



•Tl*'' 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



259 



tion lesquellcs j'ai rapporte'es, et qui la restreignent si fort, ..ttku 
qudles landantissent presque cnti^rement : et, au lieu d'ex- ''"• 
phquer amsi sinclM-ement sa doctrine, vous dites gdn^ralement' 
qn .1 oblige las riches k donner m^me ce qui est ndcessaire k 
hnr condition. C'est en dire trop, mes p^res : la r^gle de 
Evangile ne va pas si avant : ce serait une autre erreur, dont 
\ as(iuoz est bien eioigne. Pour couvrir son reldchement, vous 
lui attnbuez un cxces de sdvdrit^ qui Ic rendrait rdprdhensible 
et par la vous vous 6tez la creance de I'avoir rapportd fidele- 
mont. Mais ilnest pas digne de ce reproche, aprks avoir 
etabl,, comme je lai fait voir^ que les riches ne sont point 
obliges, ni par justice ni par charitd, de donner de leur superflu 
et encore moins du ndcessairo, dans tons les besoins ordinaires 
•les pauvrcs; et qu'ils ne sont oblige's de donner du ndcessaire 
•lu en des rencontres si raros, qu'elles n'arrivent presque jamais. 
\ous nemobjectez rien davantage; do sorte qu'il" ne me 
resto qu a faire voir combien est faux ce que vous pretendez, que 
Vascjuez est plus scVere que Cajetan. Et cela sera bien facile 
puisque ce cardinal enseigne qu'on est "oblige' par justice de' 
^ donner laumone de son superflu, meire dans les communes 
^_ necessites des pauvres : parce que, selcn les saints Peres, les 
^ riches sont sen ement dispensateurs do leur superflu, pour le 
donner a qui ils veulcnt d'entre ceux qui en ont besoind)" 
U uins, au lieu quo Diana dit des maximes <le Vasquez qu'elles 
se ont bien commodes et bi.n agreables aux riches et L leurs 
cou esseurs, ce cardinal, qui n'a pas une pareille consolation >. 
le bnnei^decla^^^^ 

'. W r ""' ^"'"^"' '^' J-us-Christ: Qu'il est plus focile 

lu un riche entre dans le ciel ; " et a leurs confesseurs : « Si 
^ un avcugle en conduit un autre, ils tomberont tons deux dans 

Aussi c est ce ciue les P^>res et tons les saints ont etabli comme 

''^~::^:^^^^^^^^ '•— - -- - 

17—2 





ij 




MM, 

It 

it 



w 

is j1 1 




"^~ 



H'^ip 



2G0 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



LETTER une v4rit6 constante. " II y a deux cas, dit saint Thomas, 2. 2. 
" q. 118, art. 4, ad. 2, oh Ton est obligd de donner I'aumone par 
" un devoir do justice, ex debito legali : Tun, quand les pauvres 
" sont en danger ; I'autre, quand nous possddons des biens super- 
" flus." Et q. 87, a. 1, ad. 4 : " Les troisi^mes decimes que les 
Juifs devaieut manger avec les pauvres ont dte augment^es dans 
" la loi nouvelle, parce que J£sus-Christ veut que nous don- 
" nions aux pauvres, non-seulement la dixieme partie, mais tout 
" notre superflu." Et cependant il ne plait pas a Vasquez qu'on 
soit obligd d'en donner une partie seulement, tant il a do com- 
plaisance pour les riches, de duretd pour les pauvres, d'opposition 
a cos sentiments de charitd qui font trouver douce la verite do 
ces paroles de saint Grdgoire, laquelle parait si rude aux riches 
du monde : " Quand nous donnons aux pauvres ce qui leur est 
" ndcessaire, nous ne leur donnons pas tant ce qui est a nous que 
" nous leur rendons ce qui est a eux ; et c'est un devoir de 
"justice plutot qu'une oeuvre de niis(3ricordc (5)." 

C'est de cette sorte que les saints recommandent aux riches 
de partager avec les pauvres les biens de la terre, s'ils veulent 
posseder avec eux les biens du ciel. Et au lieu que vous 
travaillez a entretenir dans les hommes 1' ambition, qui fait qu'on 
n'a jamais de superflu, et I'avarice, qui refuse d'en donner quand 
on en aurait ; les saints ont travailld au contraire h porter les 
hommes a donner leur superflu, et a leur fnire connaitre qu'ils 
en auront beaucoup, s'ils le mesurent, non par la cupiditt^, qui 
ne souffre point de bornes, mais par la pie'te, qui est ing^nieuse 
a se rctrancher, pour avoir de quoi se re})andre dans rexercico 
de la charitd. " Nous aurons beaucoup do superflu, dit saint 
" Augustin, si nous ne gardens que le ne'cessaire ; mais si nous 
" recherchons les choses values, rien ne nous suffira. Recher- 
" chez, mes freres, ce qui suffit a I'ouvrage de Dieu," c'est-a-dire 
a la nature ; " et non pas ce qui suflit h, votre cupidite'," qui est 
I'ouvrage du demon: "et souvenez-vous quo lo superflu des 
" riches est le nt^ccssaire des pauvres (<5)." 

Je voudrais bien, mes peres, que co que je vous dis servit 
non-seulement a me justifier, ce serait pen, mais encore a vous 
faire sentir et abhorrer ce qu'il y a de corrompu dans les maximes 



|ii| 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



261 



(le vos Casuistes, afia de nous unir sinc^rement dans les saintes littter 
regies de 1 Evangile, scion lesquelles nous devons tous ^tre juge's. """• 

Pour le second point, qui regards la simonie, avant que^de 
repondre aux reproches que vous me faites, je commencerai par 
Iccliurcissement de votre doctrine sur ce sujet. Comme vous 
vous etes trouves embarrasse's entre les canons de I'Eglise qui 
iniposent d'horribles peines aux simoniaques, et I'avarice de tant 
de personnes qui recherchent cet infamc trafic, vous avez suivi 
votre me'thode ordinaire, qui est d'accorder aux hommes ce qu'ils 
desirent, et donner^ k Diou des paroles et des apparences. Car 
qu'ost-ce que demandent les simoniaques, sinon d'avoir de 
IWgent en donnant leurs bdnefices ? Et c'est cela que vous 
avez exempted de simonie ! Mais parce qu'il faut que le nom de 
simonie demeure, et qu'il y ait un sujet ou il soit attache' vous 
avez choisi pour cela une id(^c imaginaire, qui ne vient jamais 
dans 1 esprit des simoniaques, et qui leur serait inutile • qui est 
d'estimer I'argcnt considered en lui-meme, autant que le bien 
.spintuel consid(^r(^ en lui-m^me. Car qui s'aviserait de comparer 
des choses si disproportionndes et d'un genre si different ? Et 
cependant, pourvu qu'on ne fasse pas cette comparaison mdta- 
physique, on pent donner son benefice k un autre, et en recevoir 
de I'argent sans simonie selon vos auteurs (7). 

C'est ainsi que vous vous jouez de la religion pour suivre la 
passion des hommes; et voyez ndanmoins avec quelle gravity 
votre pere Valentia dt^bite ses songes a I'endroit citd dans mes 
lettres, t. 3, disp. 6, q. 16, punct. 3, p. 2045 : " On pent, dit-il 
II donner'' un temporel pour un spirituel en deux manieres': Tune 
"ea prisant davantage le temporel que le spirituel, et ce serait 
"simonie ; I'autre en prenant le temporel comme le motif et la 
" fin qui porte a donner le spirituel, sans que ne'anmoins on prise 
Jle temporel plus que le spirituel, et alors ce n'est point simonie. 
U la raison en est, que la simonie consiste k recevoir un tem- 
porel comme le juste prix d'un spirituel. Done, si on demande 
ie temporel, si petatur temporale, non pas comme le prix mais 
' comme le motif qui de'termine a le confdrer, ce n'est point du 

1 Modern editions give "et de donner," which is more correct. 
- A, B and C more correctly : un bien temporel. 



"^,1>T 





I 



MM 




! 






'it ' 


Ni 





LETTER 
XII. 



262 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



" tout simonie, encore qu'on ait pour fin et attente principale la 
" possession du temporel : mmime erit simonia, etiamsi temporale 
" principaliter intendatur et expectetur." Et votre grand Sanchez 
n'a-t-il pas eu une pareille re'velation, au rapport d'Escobar, tr. 
G, ex. 2, n. 40 ? Voici ses mots : " Si on donne un bien temporel 
"pour un bien spirituel, non pas comme prix, mais comme un 
" MOTIF qui porte le collateur a le douner, ou comme une recon- 
" naissance, si on Ta deja re^u, est-ce simonie ? Sanchoz assure 
" que non." Vos theses de Caen, de 1G44 : " C'est une opinion 
" probable, enseignde par plusieurs catholiques, que ce n'est pas 
"simonie de donner un bien temporel pour un spirituel, quand 
" on ne le donne pas comme prix." Et quant a Tannerus, voici 
sa doctrine, pareille a celle de Valentia, qui fera voir combien 
vous avez tort de vous plaindre de ce que j'ai dit quelle n'est 
pes conforme a celle de saint Thomas; puisque lui-meme I'avoue 
au lieu cit^ dans ma lettrc, t. 3. disp. 5, p. 1520 : " II n'y a 
" point, dit-il, proprement et ve'ritablement de simonie, sinon c\ 
"prendre un bien temporel comme le prix d'un spirituel : mais 
" quand on le prend comme un motif qui porte a donner le 
" spirituel, ou comme en reconnaissance de ce qu'on I'a donnt^, cc 
" n'est point simonie, au moins en conscience." Et un peu apres: 
" II font dire la meme chose, encore qu'on regarde le temporel 
" comme sa fin principale, et qu'on le prefere meme au spirituel; 
" quoique saint Thomas et d'autres semblent dire le contraire, 
" en ce qu'ils assurent que c'est absolument simonie de donner 
" un bien spirituel pour un temporel, lorsque le temporel en est 
" la fin (8)." 

Voila, mes periS, votre doctrine de la simonie enseignde par 
vos meilleurs auteurs, qui se suivent en cela bien exactement. II 
ne me reste done qu'a repondre a vos impostures. Vous n'avez 
rien dit sur I'opinion de Valentia, et ainsi sa doctrine subsiste 
apres votre rdponse. Mais vous vous arretez sur celle do Tan- 
nerus, et vous dites qu'il a seulcment d(^cide que ce n'etait pas 
une simonie de droit divin ; et vous voulez faire croire que j'ai 
supprim^ de ce passage ces paroles, de droit divin, sur quoi' vons 
n'etes pas raisonnablcs, mes pores: car ces termes, de droit 

^ A, B and C omii aur quoi. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



2G3 



divin, ne furent jamais dans ce passage. Vous ajoutez ensuite letter 
que Tannerus de^clare que c'est une simonie de droit positif. ^"' 
Vous vous trompez, mes peres : il n'a pas dit cela g^nt^ralement, 
mais sur des cas particuliers, in casibus a jure expressis, comrae 
il le dit en cet endroit (9). En quoi il fait une exception de ce 
qu'il avait e'tabli en gt^ne'ral dans ce passage, que " ce n'est pas 
" simonie en conscience ; " ce qui enferme que ce n'en est pas 
aussi une de droit positif, si vous ne voulez faire Tannerus 
assez impie pour soutenir qu'une simonie de droit positif n'est 
pas simonie en conscience. Mais vous reclierchez a dessein ces 
mots de " droit divin, droit positif, droit naturel, tribunal in- 
" terieur et extdrieur, cas exprimes dans le droit, prdsomption 
"externe," et les autres qui sont peu connus, afin d'echapper 
sous cette obscuritd, et de faire perdre la vuc de vos egaremonts. 
Vous n'echapperez pas nea - Aiiz mes p^res, par ces vaines 
subtilites : car je vous ferai des questions si simples, qu'elles ne 
serout point sujettes au Distinguo. 

Je vous demande done, sans parler de droit piositif, ni de 
pnsomption de tribunal exteneur\ si un be'neficier sera simonia- 
que, selon vos auteurs, en donnant un benefice de quatre mille 
livres de rente, et recevant dix mille francs argent comptant, 
non pas comme prix du be'ndfice, mais comme un motif qui le 
porte a le donner. Repondez-moi nettement, mes peres : que 
faut-il conclure sur ce cas, selon vos auteurs? Tannerus ne 
dira-t-il pas formellement que " ce u'est point simonie en con- 
" science, puisque le temporel n'est pas le prix du bdnt^fice, mais 
"seulement le motif qui le fait donner ? " Valentia, vos theses 
de Caen, Sanchez et Escobar, ne decideront-ils pas de meme 
"que ce n'est pas simonie," par la meme raison ? En ftiut-il 
davantage pour excuser co be'neficier de simonie? et oseriez- 
vous le traiter de simoniaque dans vos confessionuaux, quelque 
sentiment que vous en ayez par vous-memes, puisqu'il aurait 
droit de vous fermer la bouche', ayaut agi selon I'avis de tant 

_ 1 So in A, E, C, D. Later editors have altered the. sentence unjustifiabiy 
into " ni do presomption externe, ni de tribunal e-'.teiieur." Pascal uses the 
tPchnical terms ironically. 

= B and C (and some copies of the 4to) read as follows :~"osc>'<;«.vou3 le 






=f ! 






2G4 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



LETTE 

XXX. 



ff 



I m ^ 





^ de docteurs graves ? Confessez done qu'un tel bdndficier est 
excuse de simonie, selon vous ; et d«^fendez maintenant cette 
doctrine; si vous le pouvez. 

Voila, mes peres, comment il faut traiter les questions pour 
les deiaeler, au lieu de les embrouiller, ou par des termes d'dcole, 
ou en changeant I'e'tat de la question, comme vous faites dans' 
votre dernier reproche en cette sortc. Tannerus, dites-vous, 
declare au moins qu'un tel ^change est un grand pdchd; et vous 
me reprochez d'avoir supprim^ malicieiisement cette circonstance 
qui lejustifie entierement, k ce que vous prdtendez. Mais vous 
avez tort, et en plusieurs manieres. Car, quand ce que vous 
dites serait vrai*, il ne s'agissait pas, au lieu ou j'en parlais, de 
savoir s'il y avait en cela du pdcbd, mais seulement s'il y avait 
de la simonie. Or, ce sont deux questions fort s^pardes; les 
pdchds n'obligent qu'^ se confesser, selon vos maximes; la 
simonie oblige k restituer; et il y a des personnes k qui cela 
paraitrait assez different. Car vous avez bien trouv^ des ex- 
pedients pour rendre la confession douce, mais vous n'en avez 
point trouvt^^^ pour rendre la restitution agrdable. J'ai k vous 
dire de plus que le cas que Tannerus accuse de pdche' n'est pas 
simplement celui ou I'on donne un bien spirituel pour un tem- 
porel, qui en est le motif memo principal ; mais il ajoute : 
" encore que I'on prise le temporel plus que le spirituel," ce 
qui est ce cas imaginaire dont nous avons parl(^, Et i' ne 
fait pas de mal de charger celui-1^ de pecb(3. puisqu'd faudrait 
etre ken m(Jcliant, ou bien stupide, pour ne vouloir pas dviter 
un pdchd par un moyen aussi facile qu'est celui de s'abstenir de 
comparer les prix de ces deux cboses, lorsqu'il est permis de 
donner I'une pour I'autre. Outre que Valentia, examinant. au 
lieu d^j^ cit^, s'il y a du pdchd k donner un bien spirituel pour 
un temporel, qui en est le motif principaP, rapporte les raisons 
de ceux qui disent que oui, en ajoutant : Sed hoc non videtur 
vdki satis certum : cela ne me parait pas assez certain. 



traiter autrement dans vos confessionaux.. 
// obliger? 

' A, B and C, v4ntahle. 

^ B and C omit principal. 



puisqu'il aurait droit de vom 
^ Ibid, au lieu que vous... 



Iroit de rous 



THE PROVINCUL LETTERS. 



2G5 



Mais, depuis, votre p^re Erade Bille, professeur des cas de better 
conscience k Caen, a decide qu'il n'y a en cela* aucun pdchd : ^''* 
car les opinions probables vont toujours en mClrissant. C'est ce 
qu'il declare dans ses Merits de 1644, contre lesquels M. Duprt^, 
docteur et professeur h. Caen, fit cette belle harangue imprim(^e, 
qui est assez connue. Cui, quoique ce p^re Erade Bille recon- 
aaisse que la doctrine de Valentia, suivie par le p^re Milliard, et 
condamnde en Sorbonne, soit " contraire au sentiment commun, 
" suspecte de simonie en plusieurs choses, et punie en justice, 
" quand la pratique en est ddcouverte," il ne laisse pas de dire 
que c'est une opinion probable, et par consequent siire en con- 
science, et qu'il n'y a en cela ni simonie, ni pdche'. " C'est, dit- 
" ii, une opinion probable et enseignde par beaucoup de docteurs 
" catholiques, qu'il n'y a aucune simonie Ni aucun PECHE h. 
"donner de I'argent, ou une autre chose temporelle, pour un 
"bdndfice, soit par forme de reconnaissance, soit comme un 
" motif sans lequel on ne le donnerait pas, pourvu qu'on ne le 
" donne pas comme un prix dgal au be'ne'fice." C'est la tout ce 
qu'on peut ddsirer. Et, selon toutes ces maximes, vous voyez, 
mes pares, que la simonie sera si rare, qu'on en aurait exempt^ 
Simon memo le magicien, qui voulait acheter le Saint-Esprit, en 
quoi il est I'iniage des simoniaques qui achfetent ; et Giezi, qui 
re^ut de I'argent pour un miracle, en quoi il est la figure des 
simoniaques qui vendent. Car il est sans doute que quand 
Simon, dans les Actes, offrit de Vargent aux apotres pour avoir 
leur puissance, il ne se servit ni des termes d'acheter, ni do 
vendre, ni de prix, et qu'il ne fit autre chose que d'offrir do 
I'argent, comme un motif pour se faire donner ce bien spirituel. 
Ce qui etant exempt de simonie, selon vos auteurs, il se fiXt bien 
garanti de I'anatheme de saint Pierre, s'il eilt 6te instruit de vos 
maximes'. Et cette ignorance fit aussi grand tort k Giezi, quand 
il fut frappd de la Ifepre par Elise'e ; c:v, n'ayant regu I'argent de 
ce prince g\i4n miraculeusement que comme une reconnaissance, 
et non pas comme un prix egal a la vertu divine qui avait opt^rd 
ce miracle, il eut oUig6 Elise'e a le gut^rir, sur peine de pt^chd 

1 A, B and C omit en ccUi. 

" A, B and C, " s'il eOt su leurs maximes." 



» 




jj-fTpr^ 




26G 



Ttfi PROVINCIAL LETTERS. 



LETTER mortel, puisqu'il aurait agi selon tant de tlocteurs graves, et 
qu'eu pareils cas vos confcsseurs sont obliges d'absoudro luurs 
penitents*, et de les laver de Ja lepro spirituello, dont la cor- 
porelle n'est que la figure. 

Tout de bon, mes peres, il serait ais(^ de vous tourner \k- 
dessus en ridicule; je ne sais pourquoi vous vous y exposez. 
Car je n'aurais qu't\ rapporter vos autres maximes, comme eelle 
ci d'Escobar dans la Pratique de la Simonie selon la Societe de 
Jesus, tr. G, ex. 2, n. 44 : " Est-ce simonie, lorsque deux religieux 
" s'engagent I'un a I'autre en cette sorte : Donnez-moi votre 
" voix pour me faire elire provincial, et je vous donnerai la 
" mienne pour vous faire prieur ? Nullement." Et cette autre, 
tr. 6, n. 14: " Ce n'est pas simonie de se faire donner un 
" benefice en promettant de I'argent, quand on n'a pas dessein 
"de payer en effet; parce que ce n'est qu'une simonie feinte, 
" qui n'est non plus vraie que du faux or n'est pas du vrai orV 
C'est par cette subtilite' de conscience qu'il a trouve le moyen, 
on ajoutant la fourbe a la simonie, de fiiire avoir des benefices 
sans argent et sans simonie. Mais je n'ai pas le loisir d'en dire 
davantage ; car il faut que je pense a me defendre centre votre 
troisieme calomnie sur le sujet des banqueroutiers (10). 

Pour celle-ci, mes peres, il n'y a rien de plus grossier. Vous 
me traitez d'imposteur sur le sujet d'un sentiment de Lessius 
(pie je n'ai point cit^ de moi-meme, mais qui se trouve all&me 
par Escobar, dans un passage que j'en rapporte : et ainsi, quand 
il serait vrai que Lessius ne serait pas de I'avis qu'Es^obar lui 
attribue, qu'y a-t-il de plus injuste que de s'en prendre a moi? 
Quand je cite Lessius et vos autres auteurs de moi-meme, je 
consens d'en rdpondre : mais comme Escobar a ramassd les 
opini.>ns de vingt-quafcre de vos peres, je vous demande si je 
dois etre garant d'autre chose que de ce que je cite de lui ; et 
s'il faut, outre cela, que je r^ponde des citations qu'il fait lui- 
meme dans les passages que j'en ai pris ? Cela ne serait pas 
raisonnable. Or c'est de quoi il s'agit en cet endroit. J'ai 
rapporte dans ma lettre ce passage d'Escobar traduit fort fidele- 

' A, B and C, "ct que vos co))ffsscurs .lont. ohligc:: (Vabsoud.'c Icurs penitents 
" en yarcil cas." ' Ibid. " non plus v4ritable... veritable or." 



THE PROVINCIAL LETTERS, 



2G7 



tncnt, et sur lequel aussi voua no elites rien : " Celui qui fait letter 
" banqiieroute peut-il en siirete de conscience retcnir de ses 
" biens autant qu'il est necessaire pour vivre avec honneur, ne 
" indecore vivat ? " Je reponds que oui avec Lessius, ciwi Lessio 
assero posse, etc. Sur cola vous me dites ([ue Lessius n'est pas 
do CO sentiment. Mais pensez un peu oil vous vous engagez. 
Car s'il est vrai qu'il en est, on vous appollera imposteurs, d'avoir 
assure le contraire ; et s'il n'en est pas, Escobar sera I'imposteur: 
do soi te qu'il faut maintenant, par necessite, que quelqu'un de 
la Society soit convaincu d'imposture. Voyez un peu quel scan- 
dale ! Aussi, vous ne savez* prevoir la suite des choses. 11 
vous semble qu'il n'y a qu't\ dire des injures aux personnes ^ 
sans penser sur qui elles retombent. Quo no faisiez-vous savoir 
voire difficultt^ a Escobar, avant de la publior ? il vous out satis- 
faits. II n'est pas si raalaisd d'avoir des nouvelles de Valladolid, 
oil il est en parftiito sante, et ou il aclievo sa grande Theologie 
morale en six volumes, sur les premiers desquels je vous pourrai 
dire un jour quelque chose. On lui a envoyt^ les dix premieres 
Lottros ; vous pouviez aussi lui envoyer votre objection, et je 
in'assure qu'il eiit bion rdpondu : car il a vu sans dt ute dans 
Lessius ce passage, d'ou il a pris le 7ie indecore vivat. Lisez-le 
l)ien, mes pores, et vous I'y trouverez comme moi, lib. 2, c. 16, 
11. 4o : Idem colligitur aperte ex juribus citatis, maxime quoad 
ea bona quoi j)ost cessionem acquirit, de quibus is qui debitor est 
etiam ex delicto, potest retinere quantum necessarium est, ut pro 
sua conditione NON indecore vivat. Petes an leges id permit- 
tant de bonis qu'cv tempore instantis cessionis habebat? Ita 
videtur colligi ex DD (H). 

Je ne m'arreterai pas a vous montrer que Lessius, pour 
autoriser cette maxime, abuse de la loi, qui n'accorde quo le 
simple vivre aux banqueroutiers, et non pas de quoi subsister 
avoc honneur. II suffit d'avoir justifie Escobar contre une telle 
accusation, c'est plus que je ne devais faire. Mais vous, mes 
pores, vous ne faites pas ce que vous devez : car il est question 
do repondre au passage d'Escobar, dont les decisions sont com- 

* A, B and C, " vou3 ne savez p««." 
2 Ibid. " des injures au vwndc." 







J>- r-" 




s. 




i \ 




*■ :■■ 



lif 







2(SH 



TIIK niOVINClAI, I.ITTKIIS. 



Mo-mi ,uo,lrH. rn n< ,,uVf„nl i,..l,V.L.lMn(..s ,1.. .|„vunt. vt Ar I 



i\ VoM «lisiiiu-|i()iiM. ,1 



.M' vol 



II Hllllo. Ot 
l<« HOIlt |IIIM HIlji'tt.CM 

IS III ri(»^ Mtiii piiMMfij^P <<iiti(M-, <|iii iirniK't, 
'V iviix .,1,1 loiil, rrssioi, .lo - ivlniir ,|o |,.uih l.iri.H. .,iiui,|n,. 
'•m-.niis injusd.iiu-iir. pour Caiiv .siilisist.-r l.-iir rMiiiillo uwc linii- 
" iHMir." Siir (iiioi j,. u\o siiis ,vno daiis m.-s la-Miv.s: "(!,.iii. 
••'•"'•>»' ni.-M ,»N|vs. par .,n..||o rli,ni,i.,. HiMiil,; voiilL/.-voim niio 
•'l«'H iMoiiH uppaiti.MiiuM.I pliit.U. A .v.ix .,iii l.'s ...,(, m,il nnMiis 
".p.aux nvanri.MM Iv^Umws I" ('\.s«. ,\ .pioi il ImiiI ,vp,„i,liv • 
o.ais ,Ts« »v .pu vo.is m..| .bus iin rAHi,.|ix niibamis. .p„. v.mis 
t'ssay.v. ni vaiii .I'rlu.lrr vn ,l.:ioiinm..(, la, .pi,.sli.m. ,.(, .•iluiit 
trinitivs passa^vs Av L.-ssiuH. .h.s.pu-l.s il no sa^it point Jo 
vo.is ,loi.,aiulo .loMo si ooth- immnuuo .rKso.l.ar pout rdo siiivio 
«'M .-onsnoiuv par oouv .p,i i;„it. l.aiupioiouto { K\ pn-iioz ganio 
»y*v quo vous ,liiv/. Car si vous ivpon.lo/. .pi.. „o,i. .p,o ,|,.- 
vioiuliH votiv .l..doiir. ,.f v,.(,v .lo.-tiiiu. .1,. la piol.al.ilil.: f Kt, 
SI v.Mis .li(,vs ,pio oui. jo vous iviivoio all parl».|ii.-ii(. 

.lt> vous laisso .lans o.-tf.. p.-in... nu-s p.^|vs ; nvr j.» inil plus 
t.M i\o pla.v p.Mif.-ntivpivn.liv rimpostmv siiivaiif.> stir lo passa^v 
.lo Lossius t.viu.lwml riioiuin.U> ; .v soni pour la piviui,N|v lois.'ot 

lo ^l^^(^' .MlSlllto. 

.lo no vous .liiai ii,-n .•.-poiulaut siir l.-s avcM'tissonuMils ploins 
i\o tauss.-'.-s soaiulalousos par oil vous tinissoz dia.pio iiup..stMiv 
JO ivpartiiai A tout .via .laus la lolliv ofi jVsptN|v m..utivr la 
souivo tlo vos oaloumios. Jo vous plains.' luos p^Nivs, Javoir 
ivoouis A a., tols ivuuM.-s. Los injmvs cpio v.>us nu> ilitos 
nVolaiivuont pa.s nos .lilVoiviuls. ot los tnoinuvs .p.o v..us nio 
taitos on taut ilo ta^^-ons no mVnipoi-luM-ont pas do nu> tii<t\Mu!iv. 
Vous oio.vo.- avoir i.i tonv ot ritnpunito. luais jo on.is avoir la 
vonto ot riniuvonoo. Cost uno otran-o ot Kniouo gnorro .pio 
ooilo oi\ la violoiuv ossayo .ri>ppriiuor la vorito. T.nis los otVorts 
do la violoiuv no pouvoiit atVaihlir la vorito. ot no sorvont .prA 
hx ivlovor davantaoo. Toutos los luiui.N.vs Jo la voritt< no pou- 
voiit rion pour arrotor la viv>louoo. ot no font ,pio I'irritor onooro 
plus. Quail J la loivo ooinbat la toroo. la plus puissaiito ilotruit 
l>i nioiiuhv : ipiaiul on opposo los Jisoours aux Jisoours. ooux 
.pii sont voritablos ot convaiuoant.s ooulouJont ot dissipout coux 



TlIK I'ltOVINCrAI, r.KTTKUH. 



2fi0 



(|iii ii'ont. (|iu) la vunit,<' ri l«' iimiismijro ; muJH la vi<»l(!n(H) et la lkttkii 
vt'rili' lui jKUivt'iit rion I'iiik^ hup i'autrci. Qii'on no pnUciido \iiiH ''"" 
<l«> la iiraniiiciitis <|Uti Ioh {Uuhvh Hoioiit t^j^'alcH; rar il y a cotto 
«'\livnu* (JilVt'itMU'c, (jiMi ' 1 vi(»l»(iic() ri'a (in'iiii couih horiio par 
roidn" (1(1 |)i(Mi, (|(ii (>ii ihijitil, Ifs i'tt'v.lH i\ l;i i^'lmro do la voritd 
tiu'ttllo al(a(|ii«* ; an lien <|Uo la vi'rilo Hul).si.sl<' (jtoiiu'liomoiit, ot 
tritiinplH' ciiliii (|(^ M«n (Miiiomis, parco <[u'o[lo eat (jtorncllu ot 
|»iii.s.saii(,o('(»miiio Diou inoiuoC'^). 



^mm 



NOTKS ON LKTTKII XII. 

(I) TliK MS. iiolii is iiiU'niMliiii,', not only uh ilio lir.st hIv.IcIi hy a 
yjvM. liti-riiry luli.st,, luit. iih iiutliidiii^' a pliru.sn orupiiriiiiatioii ol' liis lulvcr- 
Hfirics, tlio oniiMsion ofwliirli uiuy wull Ui rojjinUnd. ".In im nu'-riU) pus do 
"(li'l'i'iiilri* la i'i'lij;iuii, iiku'h roiin iif nn'rld'^ /nm ilr. iliiffiulrc I'fnriir ct Cinjutt- 
'•ti<r." lUil, it must, lui rciniMiilM'riMl iiiat I'ort lloyal was (-ii^'aj^cMl in ii 
Nlni,i,',i,'li', not, liir glory, luit, lor nxisU'in'o ; uud luudiig its advorsarios, tho 
t'auMsiiis, HiisariiTs, and .Viiuals, thoni was no Mdllanuino or I'otaii. 

(•2) ScK tim Vi."' la'ttcr (.s/^/*nr, p. II.'')). As usual, Va-sijuoz (|uali(ioH 
a pcruicious ni/r hy a {^ood many ri'slrietioMs, from which hi! lioiiciudfH :~~ 
"('oiistat...(iuod iiou soluiu ('xlrcma ni'ccssita.s, swl aliio multiu urgi;nto8 
•'itl>lii;aiit ad i>!(H>mosyuam.'' Ou tho practioal C(>usc(pionoo.s of tills 
niotluul, SCO liitriHluctiou ill. 

(;<) 'The (luotatii'u iVom Diana ori'urs in tho A'c.W. Moral., Pars U., 
tr. l.'i, rosol. \V1. Maynard urges that both Diana and Vusiiiioz rofor only 
to "ordinary noods" {^^ niWsnitt's com iii tines''). 

(I'l Cajotan is a sporiiuoii of tho older and .severer Holiool of Casuists. 
Tiu' passage lefi rred to l»y Taseal oi'ours in his commentary upon ll. 2, (pi. 
1 IS, art. ;?, of the iSi(iniiiii ot .Vipiiiias. 

(.">'i A',y. /xiKf., p. n, c. 21, adm. 2fJ. With Maynanl's note wo can 
heartily agree : " Lo debit um leiiah: do S. Thoma.s, do S. Oregoiro ot do 
■•plusieui-s IM*. est uno doctrine fort ilolicate, ot (pii pourrait faeilemont 
''lievenir ilangereuso" (ii. !)1). llo opposes to it rightly tho Ordo diarilatis, 
which he considers tho opinion of Vas(iue/, "6/t.vt cntcndu." 

((>) " Multa superflua haliemus, si nonnisi nocessaria tcncamua. Nam 
'■si inain'a (iiuvranms, iiiliil sutlieit. Fratros, ((ua'rito (puHl suflicit operi 



i 




1 i i.- ( 



f •^ ' I 




IMAGE EVALUATION 
TEST TARGET (MT-3) 




1.0 



I.I 



1.25 



If 1^ IM 

I -^ llllffl 

U 1 1.6 




Photographic 

Sciences 
Corpomtion 




m 



E-b 



iV 



A 



M 





:\ 



\ 



^<b 



V 








6^ 



23 WEST MAIN STREET 

WEBSTER, NY. 14580 

(716) 872-4503 



^ 



^'h 



V 












* 



% 



% 






\ 



s 



o 



\ 







iP|r 






i 



It < 



: ,1 


I^^^H 


1^ 


i 


' ' ' ' ■ * 




Kl 


i 


i 




H >' 








H t 






1 ■ ■ 
1 






f 


■'■/■ 

fil 









270 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



^' Dei, non quod aufficit cupiditati rostra,." (Augustin. Fnarr. in Psalm, 

ThF^ f ^" *^' f f *'''" ^^ ^'°'''"^' '^' ^P'^^ Letter VI. and Note im 
cots rth^f '.^ f T'^^'"''^ '^^" ^^^^^ -^ P-«^ t« Maynard 

of tie Patln T?" ,'"^^ *' '" ^"'"""^* '« ^ ^^^--^ on the mind 
01 the 1 atron. It is only necessary, however, to read through Valenth^ 

Ind Vr t r""^'!^' - -1- *« P-eive that this defence is ntsor 
And a Cathohc might well ask : whom then did Pope Innocent XI con" 
demn, when he quotes the substance ofValentia's words rwithont\t 
indeed,) and declares them erroneous ? ^ ^'' ''^'^'' 

ttnt'i?- °" "'°,*''f °' *" *"■" "^^ f™"' Escobar, Maynard ronnrk, 

(11) See Letter Vni.(«y™, p. 180). The espresrion <'m 7)n» d«, 

le oSf to tlta^i* ~" '""'■""'' ** S-t» a daily aIIo.v. 

(12) Pascal seems to have taken thp iVIpo r^f +t.- 

"potest'' ' ^'"'''' "^^ *^^i^"^ ^"^^I'^t-^J P^rn^aner: non 



Answe to it ?I ^\ '\^t "'^'""^' ^^ "^^^'^*^^ '^ ^^^f-^-tion of an 

fronTh tern al eviln^Tf . T "•;"•*'"' "' *^" ^'^^'^^-'^ ^'^ -^nown: 

alone, brl^ X Po^t ^ 1 ''^ "^ ^ ^''''''' '^^^ ^^^^^^ 
Tm.in.. n,^-. +1 ■^ lascal, like Junius with his Philo- 

Mm,;lei aud therefore less importaul ,vork. Besides, tliis llc/ulalion 



m 



larr. in Psalm. 



THE PROVINCIAL L) TERS. 



271 



involved going once more over the ground already twice discussed, Simony, 
Almsgiving, &c., which would have been an artistic blot on the Letters. 
The writer does his work efficiently, though he repeats many of Pascal's 
points unnecessarily. He concludes by placing the Jesuits once more 
on the horns of this dilemma with regard to Escobar's dictum concerning 
fraudulent bankrupts (cf. Letter VIII. supra, p. 186), and this time, not 
in reference: to the much-debated "«e indecori vivat," but to the far more 
objectionable assertion, that this should hold good, even though the pro- 
perty had been obtained " ex injustitia et notorio delicto" Is this opinion 
one that can be safely followed inforo conscientice ? He reminds them that 
if they shrink from disavowing their colleague, they must reckon with the 
Courts of Justice.] 



i: I;. 



r : f. ! 



If 





^v. 



\ ' 



f 




TEEIZIEME LETTEE. 



AUX R6v]&REND8 PERES JjfcSUITES '. 



-, ^ Du 30 septembre 1656. 

JVlES E^V^RENJDS Pi:RES, 

Je viens de voir votre dernier ^crit, ou vous 
continuez vos impostures jusqu'^ la vingtieme, en declarant 
que vous finissez par Ik cette sorte d'aceusation, qui faisait 
votre premiere partie, pour en venir k la seconde, oh vous 
devez prendre une nouvelle maniere de vous d^fendre en 
montrant qu'il y a bien d'autres Casuistes que les v6fcres' qui 
sont dans le relachement, aussi bien que vous. Je vois done 
maintenant, mes p^res, a combien d'impostures j'ai k r^pondre; 
et, puisque la quatrieme oh. nous en sommes demeures est sur 
le sujet de I'homicide, il sera k propos, en y r^pondant, de satis- 
faire en m^me temps aux 11, 13, 14, 15, 16, 17 et 18«, qui 
sont sur le merne sujet (l). 

Je justifierai done dans cette lettre la vdritd de mes citations 
centre les faussetds que vous m'imposez. Mais, parce que 
vous avez os^ avancer dans vos dcrits "que les sentiments 
"de vos auteurs sur le meurtre sont conformes aux decisions 
"des papes et des lois eccle'siastiques," vous m'obligerez k 
ddtruire , dans ma lettre suivante, une proposition si t^mdraire 
et SI mjuneuse k I'Eglise. II importe de faire voir qu'elle est 

1 Heading in modern editions :_» Que la doctrine de Lessius sur I'homicide 
est la meme que celle de Victoria.-Combien il est facile de passer de la 
speculation a la pratique.-Pourquoi les J&uitea se sent servis de cette vaine 
"distinction. ' 

^ A, B and C, renverser. 




THE PROVINCIAL LETTERS. 



273 



SS'. 



3mbre 1656. 

rit, ou vous 
n declarant 
, qui faisait 
de, oh. vous 
i^fendre, en 
!S v6tres qui 
re vois done 
h r^pondre; 
ures est sur 
mt, de satis- 
et 18«, qui 

nes citations 

parce que 

sentiments 

IX decisions 

obligerez a 

si t^mdraire 

qu'elle est 

sur I'bomicide 

) passer de la 

de cette vaine 



cxempte' de vos corniptions, afin que Ics heretiques no puissent lf^ttkr 
pas so prdvaloir de vos egarements pour en tircr des const'- '^"'' 
([ucncos qui la dcshonorent. Et ainsi, en voyant d'unc part vos 
pGrnicieuses maximes, ct de I'autre les canons de I'Eglise qui 
les^ out toujours condamndes, on trouvera tout ensemble, et ce 
qu on doit eviter, et ce qu'on doit suivre. 

Votre quatrieme Imposture est sur ime maxime touchant 
le meurtrc, quo vous pretendez que j'ai faussomcnt attribuee 
aLessms. C'est celle-ci : "Celui qui a rec^u un soufflct pent 
"poursuivre a I'heure m6me son ennemi, et meme a coups 
"(lepde non pas pour se vcnger, mais pour reparer son lion- 
"neur." 8ur quoi vous dites que cette opinion-Ki est du 
casuisto Victoria. Et ce n'est pas encore Ik' le sujet de la 
dispute : car il n'y a point de re'pugnance h dire qu'elle soit 
tout ensemble de Victoria et de Lessius, puisque Lessius dit 
lui-m6me qu'elle est aussi de Navarre et de votre pere Henri- 
quez,qui enscignent "iruo celui qui a re^u un soufflet pent a 
I'l'Iieure m6me poursuivre son bomme, et lui donner autant 
"do coujxs qu'il jugera necessaire pour rt'parer son honneur." 
II est^donc seulement question de savoir si Lessius est du senti- 
ment' de ces auteurs, aussi bien que son confrere. Et c'est 
pourquoi vous ajoutez que "Lessius ne rapporte cette opinion 
^lue pour la refuter; et qu'ainsi je lui attribue un sentiment 
"qu'il n'allegue que pour le combattre, qui est Taction du 
"monde la plus laclio et la plus hontcuse a un ecrivain." Or 
je soutiens, mes peres, qu'il ne la rapporte que pour la suivre. 
C'est une question de fait qu'il sera bien facile de decider. 
Voyons done comment vous prouvez ce que vous dites, et vous 
verrez ensuite comment je prouve ce que je dis. 

Pour montrer que Lessius n'est pas de ce sentiment, vous 
dites qu'il en condamne la pratique. Et, pour prouver cela, 
vous rapportez un de ses passages, liv. 2, c. 9, n. 82, oil il dit 
ces mots: " J'en condamne la pratique." Je demeure d'accord 
que, si on chcrche ces paroles dans Lessius, au nombre 82, oii 
vous les citez, on les y trouvera. Mais que dira-t-on, mes percs, 

' ^^^^^- P"'-''- " A and C omit la. 

•■' A, B and C, "est aussi du sentiment." 

PASC. L. 18 





^?W' 



i k 


\ \' [' 


' ■■ff^ ' ■■' 





274 THE PROVINCIAL LETTERS. 

LCTTF.U quand on vcrra en meme temps qu'il traite en cet cndroit d'nno 
question toute diffurentc do cello dont nous parlous, ct que 
I'opinion, dont il dit en ce lieu-la qu'il en condamne la pra- 
tique, n'est en aucune sorte cello dont il s'agit ici, niais une 
autre toute separde? Cependant il ne fjxut, pour en etre eclairci, 
qu'ouvrir Ic livre nicmc ' on vous renvoycz ; car on y trouvera 
toute la suite de son discours en cetto maniere. 

II traite la question, " savoir si on pent tuer pour un 
" soufflet," au n. 79, et il la finit au n. 80, sans qu'il y ait en 
tout cela un seul mot de condamnation. Cettc question etant 
terminde, il en commence une nouvelle en I'art, 81, "savoir si 
" on pent tuer i^our des medisances." Et c'est sur celle-la qu'il 
dit, au n. 82, ces paroles que vous avez citees : " J'en condamne 
" la pratique (2)." 

N'e-t-ce done pas une chose lionteuse, mcs pores, que vous 
osiez produirc ces paroles, pour fiiire croire que Lessius con- 
damne I'opinion qu'on pent tuer pour un soufflet, et que, n'en 
ayant rapporte en tout que cette seule preuve, vous trioinpliiez 
la-dessus, en disant, comme vous faites : " Plusieurs personnes 
" d'honneur dans Paris ont dt^a reconnu cette insigne faussete 
"par la lecture de Lessius, et ont appris par la quelle crdance 
" on doit avoir a ce calomniateur ?" Quoi ! mes pores, est-ce 
ainsi que vous abusez de la creance que ces personnes d'hon- 
neur ont en vous? Pour leur faire entendre que Lessius 
n'est pas d'un sentiment, vous leur ouvrez son livre en un 
endroit ou il en condamne un autre. Et comme ces personnes 
n'entrent pas en defiance dj votre bonne foi, et ne pensent 
pas c\ examiner s'il s'agit en ce lieu-la de la question con- 
testt^e, vous trompez ainsi leur cre'dulite. Je m'assure, mes 
peres, que, pour vous garantir d'un si honteux mensongo, 
vous avez eu recours a votre doctrine des Equivoques, et que, 
lisant ce passage tout hmit, vous disiez tout has qu'il s'y agis- 
sait d'une autre matiere. Mais je ne sais si cette raison, qui 
suffit bien pour satisfaire votre conscience, sufRra pour satis- 
faire la juste plainte que vous feront ces gens d'honneur 
(juand ils verront que vous les avez jouds de cette sorte. 
1 A, B anil r, " le livre au lieu meme." 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



275 



cndroit d'nno 
rlons, et que 
imnc la pra- 
ci, mais line 
etre eclairci, 
II V trouvcra 

ler pour iin 
u'il y ait en 
lestion tjtant 
ll, "savoir si 
celle-la qu'il 
?n condamne 

'es, que voiis 
Lessius con- 
et que, n'en 
IS trioinpliiez 
rs personnes 
gne faussete 
iielle crdance 
peres, est-ce 
jnnes d'hon- 
que Lessius 
ivre en im 
es personnes 

no penseiit 
aestion con- 
I'assure, mes 
: mensongo, 
{ues, et que, 
Li'il s'y agis- 
3 raison, qui 

pour satis- 
3 d'honneur 
)rte. 



Empechez-les done bien, mes p^res, de voir mes lettres, i.F-TTr.n 
pmsque c'est le seul moyen qui vous resto pour conserver encore '^'"' 
quelque temps votre crddit. Je n'en use pas ainsi des v6tres : 
j'en envoie h. tous mes amis; je souhaite que tout lo monde les 
voie; et je crois que nous avons tous raison. Car enfin, apres 
avoir publid eette quatrieme imposture avec tant dVclat, vous 
voila dt^crie's. si on vient a savoir que vous y avez supposd un 
passage pour un autre. On jugera facilement que, si vous 
eussiez trouvd ce que vous demandiez au lieu m^me ou Lessius 
traite' cette matil^re, vous ne I'eussiez pas etd cberclier ailleurs ; 
et que vous n'y avez eu recours que parce que vous n'y voyiez 
rien qui fut favorable a votre dessein. Vous vouliez faire trouver 
dans Lessius ce que vous dites dans votre imposture, pag. 10, 
lig. 12 : " Qu'il n'accorde pas que cette opinion soit probable' 
" dans la speculation;" et Lessius dit expressdme-t en sa con- 
clusion, n. 80 : " Cette opinion, qu'on peut tuer pour un soufflet 
" re9u, est probable dans la spdculation." N'est-ce pas 1^ mot a 
mot le contraire de votre discoufs ! Et qui peut assez admirer 
avec quelle hardiesse vous produisez on propres termes le con- 
traire d'une vdritd de fait ; de sorte qu'au lieu que vous con- 
cluiez, de votre passage suppose', que Lessius n'etait pas de ce 
sentiment, il se conclut fort bien, de son veritable passage, qu'il 
est de ce meme sentiment ? 

Vous vouliez encore faire dire h. Lessius qu'il en « condamne 
'•la pratique ;" et, comme je I'ai dej-i dit, il he se ti.uve pas 
uneseule parole de condamnation en ce lieu-Ik; mais il parle 
amsi : " Tl semble qu'on n'en doit pas facilement permettre la 
" pratique : in jtraxi non videtur facile permittenda." Est-ce 
la, mes peres^ le langage d'un homme qui condamne ^,ne 
maxinie ? Diriez-vous' qu'il ne faut pas permettre facilement, 
dans la pratique, les adulteres ou les incestes? Ne doit-on 
pas conclure au contraire que, puisque Lessius ne dit autre 
chose, smon que la pratique n'en doit pas ^tre facilement per- 
mise, son sentiment est que cette pratique peut ^tre quelquefois 

^ A, B and C, traitait. 

" A, B and C omit mes pcrcs. 

=* Ibid. " diriez-vous, jHcs 2)e;-<;i)-." 

18—2 



m 



s * 




( ' ';■ 


■w ::■«; 

h 

n: , ■ 

i 1 ■ 








I.KTTI 
XIII. 



27G 



THE PROVIN'CIAL LCTTKRS. 



:« permise, (luoiquc raroment'? Kt, commc s'il cut vonlii a])prcn- 
ilro a tout lo inoiide ([uaiul on la doit juTinottro, v.t utw aux 
ponsonnos ofiU'iisecs Ics scrupulcs qui los pourraieut trouhler inal 
a propos, no sacliant en ([uelles occasions il lour est })onnis do 
tuer dans la prati((iie, il a eu soin do lour manpier co qu'ils 
doivent ovitor pour j»iati([uor cotto doctrine en conscionco. 
Ecoutoz-lo, niL'S pores. " 11 sonible, dit-il, (pi'on ne duit })as 
" le perniottro faciloniont, A causi-: du danijfor qu'il y a ([u'on 
" agisso en cola par liaino ou j)ar vengeance, ov. avec excos, on 
" quo cola no causjit trop do niourtres." Do sorto qu'il est clair 
quo ce niourtre restcra tout a fait permis dans la prati([uo, selon 
Lossius, si on evite cos inconvenionts, c'ost-a-diro si Ton petit 
agir sans liaino, sans vcngoanco, et dans dos circonstances 
qui n'attirent pas boaucoup do nieurtros. En voulez-vous iin 
exeniplo, mos peres ? on voici un assez nouveau : c'est colui du 
soufflot do Coinpiogno (•'). Car vous avonorcz quo celui qui I'a 
re<;u a tdmoigne, par la maniore dont il s'est conduit, qu'il e'tait 
assez maitre des mouvomonts do liaino ot do vengeance. II ne 
lui restait done qu'a dviter un trop grand noniLro do meurtrcs: 
et vous savez, nies pores, (pi'il est si rare quo des Jdsuites don- 
nont des souftlets aux officicrs <lo la rnaison du roi, qu'il n'y avait 
pas a craindro qu'un niourtro en cotto occasion en ciit tire beau- 
coup d'autres en consd(pienco. Et ainsi vous no sauriez nier 
que ce Jesuitc ne fut tuable en suretd do conscience, et (jue 
I'offense' ne piit on cette rencontre pratiquer envcrs lui'' la doctrine 
do Lossius. Et peut-etre, mos pores, qu'il I'eiit fait s'il eut 6t4 
instruit dans votro ecole, ot s'il out appris d'Escobar "qu'un 
" homnio qui a re^u un soufflot est rdputd sans honnour jusqu'a 
" ce (ju'il ait tud colui qui lo lui a tlonnd." Mais vous avez sujet 
do croiro que les instructions fort contraires qu'il a revues d'un 
cure quo vous n'aimez pas trop, n'ont pas pen contribud en cette 
occasion h sauver la vie a un Jdsuite. 

Ne nous parlez done plus de ces inconvdnients qu'on peut 

1 A, B andC, "Ne doit-on pas permise, que la pratique m6me en peut Ctre 

" quelquofoi.s permise, quoique rarement?" The alteration in D was sugBL'sttid 
in a MS. note on the margin of a copy of the Quarto, collated by M. Lesieur. 

- Ibid, "pratiquer oi son cndroit." 



THE PIIOVINCIAL LETTERS. 



277 



dvitcr on tant do rencontres, ot liors Icsqucla lo mcurtre est '-''ttku 
ponnis, scion Lcsaius, duns lu pniticine nieme. Cost ce (lu'ont ■'^"'' 
bicn reconnu vos amours, cites par Escobar dans la Pmtiq„e de 
Ihomicide selon votre Sode'te. " Est-il perrnis, dit-il, do tuer 
" celui qui a donnd un soufflet ? Lessius dit quo cola est perrnis 
" dans la spdcuiation, mais qu'on no Ic doit pas conscillor dans la 
•' praticjuo, non consulendum in praxi, a cause du danger de la 
" haino ou des meurtros nuisiblos Ix I'E'tat qui en pourraiont 
"arrivor. AIais les autres ont juge qu'en evitant ces Ix\- 

"CONVENIENTS, CELA EST PERMIS ET SU|{ DANS LA PRATIQUE: 

" in praxi prohahilem et Maw judicarunt Ileni-iquez, etc" Voil^i 
comment les opinions s-dloveut pen a pou jusciu'au comblo do 
laprobabilitd; car vous y avoz p..rtd coilo-oi, on la pormottant 
onhn sans aucune distinction de spdcuiation ni do prati.pio on 
ces tormes: "II est perrnis, lorsqu'on a rcc^.i un soufflet, <le d'on- 
"nor inc<mtinent un coup d'dpdo, non pas pour so venger, mais 
"pour consorvor son honnour." Cost cc ([u'ont ensoignd vos 
pores a Caen, on 1044, dans lours dorits publics, que I'uulversitd 
produisit au parloment, lorsqu'olle y prdsenta sa troisi^me re- 
(luete centre votre doctrine de I'liomicide, comme il so voit en la 
page 831) du livre qu'olle on fit alors imprimor'. 

Romar.piez done, mes pores, (pic vos propres auteurs ruinent 
d oux-m6mos cctte vaine distinction de spdcuiation et de prati- 
que, quo I'universitd avait traitdo de ridicule, et dont I'invention 
est un secret do votre politi(pie (pi'il est bon de faire entendre. 
Car, outre que rintolligence en est ndcossaire pour les quinze 
seize, dix-sopt ct dix-liuitiome Impostures, il est toujours a' 
propos do ddcouvrir peu a pou les principos de cette politique 
mystdrieuse. 

Qmuid vous avez entrepris do ddcidor les cas do conscience 
d unc manioro fav.jrable et accommodante, vous en avez trouvd 
ou la religion seule dtait intdressde, comme les questions de la 
contrition, de la pdnitence, de I'amour de Dieu, et toutes celles 
qui no touchont que rintdrieur des consciences. Mais vous en 

^^ 1 A, I] and C, "quo runiversito produisit au parlemont dan.'< sa troisiemo 
lequutc contre votre doctrine do I'liomicide, p. ;i3U." 






iMi ; 



»:VW- 



f 



Iw 



ti 



lipi'i 



,• 





278 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



^xlTi?" ^^^^ trouvd' (I'autrcs on I'Etut a Intt^rot aiissi bicn ([ue la 
religion, conimo sont ccIIcm do I'usuro, dcs banqucroutcs, do 
riioniicido, et autrea scmblablcs. Et c'est line chose bien sen- 
sible a ceux qui ont iin vdritablo amour pour I'EgHse, de voir 
<iu'en uno infinite d'occasions oil vous n'avez eu que la relio-ion 
li combattre, vous en avez renversil les lois sans reserve, sans 
distinction ct sans crainte, commo il so voit dans vos opinions 
si hardies centre la penitence et larnour de Dieu; parce que 
vous saviez quo ce n'est pas ic= le lieu ou Dieu exerco visible- 
ment sa justice. Mais dans celles ou I'Etat est interessd aussi 
bien que la religion, lapprehension que vous avez eue de la 
justice des homines vous a fait partager vos decisiors, et former 
deux questions siir ces matieres': I'uno que vous appelcz de 
speculdtion, dans laquelle, en considerant cos crimes en eux- 
memcs, sans regarder a I'interet do I'Etat, mais seulement k la 
loi do Dieu qu^ les de^fend, vous les avez permis sans hesiter, 
en renversant ainsi la loi do Dieu pii les condamne ; I'autre 
quo vous appelez de pratique, dans laquelle, en considerant le 
dommage que I'Etat en recevrait, et la pre'sence des magistrats 
qui maintiennent la surete publique, vous n'approuvez pas 
tuujours dans la pratiipie ces meurtres et ces crimes que vous 
trouvez permis dans la spdculation, afin'' de vous mettre par la 
a convert du cote des juges. C'est ainsi, par exemple, que, sur 
cette question, " s'il est permis de tuer pour des mddisances," 
vos auteurs, Filiutius, t. ii, tr. 29, c. 3, n. 52 ; Reginaldus, t. ii, 
1. 21, c. 5, n. 03, et les autres, respondent ; " Cela est permis 
"dans la speculation, ga; jjro6a6i7i opinione licet; mais je n'en 
" approuvc pas la pratique, a cause du grand nombre de meur- 
" tres qui eu arriveraient et feraient tort a I'Etac, si on tuait 
" tons les me'disants ; et qu'aussi on serait puni en justice en 

1 A, B and C, rencontre. 

* Ibid. "Et c'est a combattre, comme cc u'efit pas id le lieu oh 

"Dieu exerce riniblenient m justice, iwus en avez renversS les lois sans aucune 
"crainte, sans reserve et sans distinction, comme it se voit dans vos opinions 
"si hardies contre la penitence et l\nnour de Dieu. Mais, dans celles oh la 
"religion ct VEtat ont part, vous avez partaye vos decisions, et forme deux 
"questions sur ces matieres, etc." 

•■^ Ibid. ^WHc vous mettle... 



THE PUOVINCIAL LETTF.IIS. 



279 



bicn ([ue la 
iciuoroutes, de 
lose bien sen- 
'iglise, (le voir 
ue la religion 
reserve, sans 
vos opinions 
!u; parce quo 
xorco visible- 
iterossd aussi 
ez eue de la 
)rs, et former 
IS appclez de 
mes en eux- 
ulement i\ la 
sans liesiter, 
mine ; rautre 
ionsiderant le 
es magistrats 
iprouvez pas 
lies que vous 
(lettre par la 
nple, que, sur 
mddisances," 
naldus, t. ir, 
a est permis 
mais jo n'eii 
)re de nieur- 
, si on tuait 
sn justice en 



ici le lieu Oil 
lois sans aiicune 
ms vos opinions 
ans celles ou la 
, ct forme deux 



"ttiant pour co atijct." Voih\ do quelle sorto vos opinions 
roniniencent j\ paraitro sous ectto distinction, par lo nioyen de 
huiuelle vous no ruinez que la religion, sans blesser encore 
scnsibleinent I'Etat. Par h\ v(jus croyez etre en assurance ; car 
vous vous iinaginez (pie lo credit quo vous avez dans rEgliso 
enipechera (lu'on no punisse vos attentats contre la vt'rite, et 
([lie les precautions que vous apportez pour no niettre pas fa- 
cilcnient ces permissions en prati([uc vous inottront {\ convert 
do la part des magistrats, (pu, netant pas jugos des cas de 
conscience, n'ont proproment interet qu'i\ la prati(jue exterieure. 
Ainsi une ojiinion ([ui serait condaninee sous le nom de pratitpie 
so prodtiit eu surete sous le nom do speculation. Mais, cette 
base etant afferniio, il n'est pas difficile (Vy dlever lo reste de 
vos maximes. II y avait une distance infinio cntro la defense 
que Diou a faite do tuer, et la permission speculative que vos 
auteurs en out doniiee. ]\Iais la distance est bien petite do 
cette permission Ti la prati(pio. II no reste seulement qu'il 
niontrer (pie ce qui est permis dans la speculation Test bien 
aussi dans la pratique. Or on^ no mampiera pas de raisons 
pour cola. Vous en avez bien trouvd en des cas plus difRciles. 
Voulez-vous voir, mes i)eres, par oil Ton y arrive? suivez ce 
raisonnement d'Escobar, qui I'a decide nettement dans le premier 
des six tomes de sa grande Theologie muraJe, dont je vous ai 
park', oil il est tout autrement c'claire que dans ce recueil qu'il 
avait fait de vos vingt-quatre vieillards : car, an lieu qu'il avait 
peiisu en ce temps-la qu'il pouvait y avoir des opinions pro- 
bables dans la speculation ipii ne fussent pas sures dans la 
l)rati(pie, il a connu le contrairc depuis, et I'a fort bien etabli 
dans ce dernier ouvrage : taut la doctrine do la probabilite en 
general re{;,oit d'accroissenient par le temps, aussi bien que cba- 
que opinion probable en particulier. Ecoutez-le done in Fneloq., 
c. 3, n. 15. " Je no vois pas, dit-il, comment il so pourrait faire 
"que ce qui parait permis dans la spdculation ne le fiit pas 
" dans la pratique; puis(iue ce qu'on pent faire dans la pratique 
"depend do ce qu'on trouve permis dans la spdculation, et que 
" ces choses no different I'uno de I'autre que conime I'etfet de 

1 A, B and C omit Or. 



r.lTTKll 

Mil. 






..y^y ii pi 



j 

I i I'll 
Ml 



! 





2.S0 



THE PIIOVINCIAL I.KTTKIW. 



'••^7„';:'i *'Ia cat.so: car la siK^ulation est co ,,ui ddtcrmino il Taction. 
"D'ou iL .s'ensuit qu'on pkut kn suhkti': dk (JONSCIKNCK 

"SUIVItK DANS LA I'UATrQUK LKS OPINIONS PItOIJAIILFS DANS LA 

" SPia;ULATioN, et moino avcc plus do sftretd quo cellea qn'on 
" n'u pas si bien oxamindos spt'eulativi'inentfl)." 

Mm vc'rito, rncs pores, voire Escobar raisonnc assez bini 
(|uel.iuefuis. Et, on et»et, il y a tant do liaison entro la spdcu- 
lation ct la praticpio, quo, (piand I'lino a pris racinc, vous no 
taitos plus^ (lillicultti do porniottro I'autro sans (k^-iiisomont. 
Costco (lu'on a vu dans la permission do tuor pour un souttlet, 
qui, do la sinq.lo spjculati..n, a t<td portde banlimont par 
L(;ssiu.s h une prati.p.o <jn'on ve dolt pas fac 'dement accorder, 
et ,lo la, par Escobar, d „ue pmUqne facile; dou vos pores do' 
(Wu I'ont eonduito a une permission ploino, sans distinction 
do theorio et do iwitiquo, commo V(jus I'avoz ileja vu. 

Cost ainsi cpjo vous faites croitre pen >x pen vos opinions 
Si olles paraissaient tout a coup dans lour dernier exeos, elles 
causeraiont de I'borreur; niais ce pro<,rro3 lent ct insensible 
y accoutumo doucenient los hommes, (;t on uto lo scandalo 
Et par CO moyen la permission do tuor, si odiouso k I'Ktat 
et a rKglise, s'introduit premiercment dans rE..Hso, et ensuito 
do I'Kulise dans I'Ktat. 

On a vu un semblablo succes de I'opinion do tucr pour 
dc^ mt'disances; car ello est aujourd'lmi arrivde Ix une per- 
mission pareille sans aucuno distinction. Jo no m'anoterais 
pas j\ vous en rapportor les passages do vos pores, si cela 
n'c'ta.t necessairo pour confondro I'assurance quo vous avez 
euo de dire deux fois dans votro (luinziomo imposture, p. 26 
ot no, (lu'il n'y a " pas un Jdsuito qui permetto do tuer pour 
"des luddisanees." Quaiul vous dites cela, mos ptros, vous 
devrioz cmpeclier cpie je ne lo visse, puisqu'il most si facile 
d'y iei)oiidro. Car, outre (pie vos pores Reginaldus, Filiutiiis, 
etc., I'ont pormis dans la speculation, commo jo I'ai dcja dit. 
et (pie de la lo princijie d'Escobar nous mono suroiuent a la 
prati(pie, j'ai a vou.s dire de plus que vous avez plusieurs 
auteurs cpii Font pormis en mots i)ropies, et eiitrc autres lo 
j.ore Ilereau dans ses lemons publicpie.s, cnsuitc desquelles lo 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



281 



roi le fit mcttrc en arret en votro maiaon, pour avoir cnscignc<, Lrrrrrn 
outre plusiuurs orreurs, quo, " (pmnd cclui (jui iwm dt'crio de- ''""■ 
" Viuit desgens d'liui:r;cui continue apriis I'avoir avert! de cesser, 
"il nous est permia do le tuer, non pas veritablenient' en 
"public, do peur do scandalo, niais en caclietto, skd clam." 

Jo vous ai dej{\ parld du pero L'Aniy, et vous n'i{,'norez 
pas (pio sa doctrine sur co sujot a dtd censureo en 104!) j)ar 
rmiiverHitd do Louvain. Et ncanmoins il n'y a pas oncoro 
(Irux mois (pio votro ijore des Boi.s a soutenu tY Rouen cetto 
(l.iftrino censureo du pore L'Aniy, et a enseignd qu'il est 
" pennis i\ un rollj,'ieux do defeudro I'honneur (pi'ii a accpiis 
"par sa vertu, Mkmk kn tuant celui qui attaque sa reputation, 
KTiAM CUM MORTE iNVASORis." Co (pii a causd un tel scandalo 
en cetto ville-l{\, (jue tons les curds so sont uni , pour lui faire 
iiiiposer silence, et rohlioer a retractor sa doctrine i)ar les 
voics canoni([ues. L'affairo on est a I'officialitd (•'''). 

Quo voulez-vous done dire, ines pores ? Comment cntrc- 
pivncz-vous do soutenir apros cola "qu'aucun Jdsuite n'est 
"d'avisqu'on puisso tuer pour dos mddisances ?" Et fallait-il 
iiutru chose pour vous on convaincro quo les opinions memos 
(lu vos pores quo vous rapportoz, puis([u'ils no ddfendent pas 
Hpcculativcment do tuer, mais soulemont dans la prati([Uo, " a 
" cause du mal (pii on arriverait a I'Etat?" Car jo vous 
(Icmande sur cola, mes percs, s'il s'agit dans nos disputes 
(rautro chose, sinun iroxaminer si vous avoz renversd la loi 
(Ic i)ieu (pii ddtoud riiomicido. II n'est pas question do savoir 
si vous avez blossd I'Etat, mais la religion. A quoi scrt-il 
(Iniic, dans CO genre do dispute, do montrer que vous avoz 
cpargnd I'Etat, quand vous faitos voir en mome temps que 
vous avoz ddtruit la religion, en disant, commo vous faitos, 
p. 2S, 1. I], quo " le sens do Reginaldus sur la question de tuer 
"pour dos mddisances, est qu'un particulier a droit d'user 
" (hi cetto sorto do defense, la considdrant simplement en elle- 
"incnie?" Jo n'on veux pas davantage quo cot avcu pour vous 
coufondie. " Un particulier, dites-vous, a droit d'user do cettc 




A, 15 iiiul C omit virituhlcmcnt. (Nicole, nun upcrtc occidendus.) 



♦, .' . *, 



282 



THE PROVINCIAL LETTITvS. 



*H 



i |,j 


■ 1 ■ 


1 I'M 


^ p^; 




tl 



LCTTKii |Sk<fensc," c'est-a-dire do tuor pour des nu^disnncGS, "en con- 
" sidenmt la cluse en elle-menio;" ct par consequent, mes percs, 
lalol de Dion qui defend de tiier est ruinee par cctte decision. ' 
P]t il no sert do rien do dire cnsnito, coinmo vous faites, "quo 
" cela est illegitinio et criniinol, memo scion la loi de Dieu, a 
" raisoii des meurti-es et des dosordres qui en arriveraient dans 
"I'Etat, parce qu'on est oblige', selon Dieu, d'avoir egard an 
" bien de I'Etat." Cost sortir de la question. Car, mes pores, 
il y a deux lois Ti observer : I'une qui defend de tuer, I'autre qui 
defend de nuire a I'Etat. Regiualdus n'a pas peut-etre vioU la 
loi qui de'fend do nuire a FEtat, mais il a violo certainonicnt 
cello qui do'fond do tuov. Or il no s'agit ici que de celle-E seule. 
Outre que vos autres pores, qui ont permis ces meurtrcs dans la 
pratique, ont mine Tune aussi bien que I'autre. Mais alloiis 
plus avant, mes pores. Nous voyons bien que vous defondcz 
quelquofois de nuire a I'Etat, et vous dites que votre dessein on 
cela est d'()bserver la loi do Dieu qui oblige a lo maintenir. 
Cela pout etro veritable, quoi(iu'il no soit pas certain ; puisqiie 
vous potirriez faire la mome chose par la seule crainte des juges. 
Examinons done, jo vous prio, de cpiel piincipe part ce mome- 
niont. 

N'cst-il pas vral, mes pores, que, si vous rogaixliez veritable- 
ment^ Diou, et que I'observation tie sa loi fut le premier et 
principal objet de votre pensee, ce respect regnorait uniforme- 
ment dans toutes vos decisions importantes, et vous engaorrait 
^i prendre dans toutes ces occasions I'interot do la religion? 
Mais si Ton voit au contraire (pie vous violez e)i tant de rencon- 
tres les onh'os les plus saints que Dieu ait imnosos aux honnnep, 
quand il n'y a (pio sa loi k combattro ; et qu., dans les occasions 
memos dont il s'agit, vous anoantissez la loi do Dieu, qui (k'fend 
eos actions comme criminellos en clles-memc5(<i), et ne tdmoignez 
craindro do les approuver tlaus la pratiiiue que par la crdiite 
des juges, no nous donncz-vons pas sujot de juger que ce n'est 
point Dieu que vous considerez dans cet^o crainte ; et que, si en 
apparonco vous n;aintonez .sa loi on ce qui regar(io I'obligation 
de nc pas nuire a I'Etat, ce n'est pas pour sa loi mOmermais 

' A, 13 ami C, f7 fjrt'o;; t%M' o//?/</t'. . 



meme, niais 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



283 



l)our arriver ii vos fins, comrao ont toujours fait les moins lcttkr 
rdigieux politiques j ''^^"' 

Quoi ! mes pores, vous nous direz qu'en no regardant que la 
loi <]e Dieu, qui defend riiomicide, on a droit de tuer pour des 
medisances', et, apres avoir ainsi violt^ la loi t'ternelle de Dieu, 
vous croirez lever le scandale que vous avez cause, et nous per- 
suader de votre respect envers lui, en ajoutant (jue vous en 
tlefcudez la pratique pour des considerations d'Etat, et par la 
craiute des juges ! N'est-ce pas au coutraire exciter un scandale 
iiouveau ? non pas par le respect que vous te'moignez en cela 
pour les juges : car ce n'est pas cela que je vous reproche ; et 
vous vous jouez ridiculement la-dessus, pag. 29. Je ne vous 
reproche pas de craindre les juges, mais do ne craindre ([ue les 
juges*. Cost cela que je blame, parce que c'est faire Dieu 
moins ennemi des crimes que les liommes. Si vous disiez qu'on 
pent tuer un medisant selon les liommes, mais non pas selon 
Dieu, cela serait moins insupportable : mais quand vous pre'ten- 
doz' (pie ce qui est trop crirainel pour etre souffert par les 
liommes soit innocent et juste aux yeux de Dieu qui est la 
justice meme, que faites-vous* autre chose, sinon montrer a tout 
le moude que, par cet horrible rcnversement si contraire h I'csprit 
des saints, vous etes hardis contre Dieu et timides envers les 
lionuucs ? Si vous aviez voulu condamner sincerement cos 
homicides, vous auriez Irissd subsister I'ordre de Dieu qui les 
defend ; et si vous aviez ose permettre d'abord ces homicides, 
vous les auriez permis ouvertement, malgre les lois de Dieu et 
d.'s hommes. Mais commc vous avez voidu les permettre insen- 
sjblement, et surprendre les magistrats qui veillent ji la surete 
publique, vous avez agi finement en separant vos maximes, et 
pn)posant d'un cote qu'il est " permis dans la speculative de 
"tuer pour des niedisances " (car on vous laisse examiner les 
choses dans la speculation), et produisant d'un autre cote cette 

1 A, B and C, " Voun nom direz qu'on a droit de tuer pour des viMsanceSf 
•■ .'» /(/• reiitirdant que la loi de Dieu, qui dcfe d Vhoviicide V 
^ Ibid, et uou pes le Ju'ie (/c-i juiiea. 
■' Ibiil. omit quiiml roun prctcndez. 



Ibid. 



qu'eat-ee faire. 








I ■ 


i 


f 


i [ 








11 



! V:\\ 




284. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



L^TER maxime d^tachde, que « ce qui est permis dans la speculation 
"lest bien aussi dans la pratique." Car quel intdr^t I'Etat 
semble-t-il avoir dans cette proposition gi^ne'rale et m^taphysi- 
que? Et ainsi, ces deux principes peu suspects t^tant rectus 
s^pare'ment, la vigilance des magistrats est trompde ; puisqu'il 
ne faut plus que rassembler ces maximes pour en tirer cette 
conclusion oh vous tendez, qu'on pent done tuer dans la pratique 
pour de simples medisances(7). 

Car c'est encore ici, mes peres, une des plus subtiles adresses 
de votre politi.pi.e, de S(5parer dans vos ecrits les maximes que 
yous assemblez dans vos avis. C'est ainsi (lue vous avez etabli 
a part votre doctrine de la probability, que j'ai souvont expliqu(?e. 
Et, ce principe general etaut afifermi, vous avancez st^parement 
des choses qui, pouvant etre iunocentes d'elles-memes, devien- 
nent horribles etant jointes h ce pernicieux principe. J'en 
donnerai pour exemple ce que vous avez dit, p. 11, dans vos 
impostures, et a quoi il faut que je rt'ponde : "Que plusieurs 
I' theologiens celcbres sont d'avis qu'on pent tuer pour un soufflet 
"re9U." II est certain, mes peres, que si une personne qui ne 
tient point h la probability avait dit cela, il n'y aurait rien k 
reprendre, puisqu'on ne ferait alors qu'un simple recit qdi 
n'aurait aucune consecpience. Mais vous, mes peres, et tons 
ceux qui tiennent cette dangereuse doctrine, que " tout'ce qu'ap- 
" prouvent des auteurs celebres est probable et s{ir en cons- 
"cience;" quand vous ajoutez a cela que "plusieurs auteurs 
" celebres sont d'avis qu'on pout tuer pour un soufflet," qu'est-ce 
faire autre chose, sinon de mettre a tons les chretiens I'e poignard 
a la main pour tuer ceux qui les auront offenses, en \enx de- 
clarant qu'ils le pouvent foire en si'u-ete de conscience, parce 
qu'ils suivront en cela I'avis de tant d'auteurs graves ? 

Quel horrible langage qui, en disant cpie des auteurs tiennent 
une opinion damnable, est on meme temps une decision en 
favour de cette opinion damnable, et qui autorise en conscience 
tout ce qu'il ne fait que rapporter ! On I'entend, mes peres, ce 
langage de votre ecole. Et c'est une chose c^tonnante (pie vous 
ayez le front de le parler si haut, puisqu'il manpie votre senti- 
ment SI a, de^couvcrt, et vous convainc dc tonir pour sure on 



THE TROVINCIAL LETTERS. 



285 



conscience cotto opinion, qu'on peut "tuer pour un soufflet," 
aussitot que vous nous avez (lit que plusieurs auteurs celebres 
la souticnnent. 

Vous ne pouvez vous en defendre, mes peres, non plus que 
Vdus prevaloir des passages de Vasquez et de Suarez que vous 
m'opposez, oh. ils condamnent ces meurtres que leurs confreres 
approuvent. Ges t^moignages, separes du reste de votre doctrine, 
pourraiont ^blouir ceux qui ne I'entendent pas assez. Mais il 
faut joindre ensemble vos principes et vos maximes. Vous dites 
douc ici que Vasquez ne souffre point les meurtres. Mais que 
dites-vous d'un autre cote, mes peres? "Que la probabilite 
" d'un sentiment n'empeche pas la probabilite du sentiment con- 
"traire." Et, en un autre lieu, qu'il est "permis de suivre 
"I'opinion la moins probable et la nioins stire, en quittant 
"I'opinion la plus probable et la plus sure." Que s'ensuit-il 
de tout cela ensemble, sinon que nous avons une entiere libertd 
de conscience pour suivre celui qui nous plaira de tons ces avis 
oppos(^s? Que devient done, mes peres, le fruit que vous 
esperiez de toutes ces citations ? II disparait, puisqu'il ne faut 
pour votre condamnation que rassemblcr ces maximes que vous 
separez pour votre justification. Pourquoi produisez-vous done 
ces passages de vos auteurs que je n'ai point cites, pour excuser 
cpux quo j'ai cite's, puisqu'ils n'ont rien de commun ? Quel droit 
cela vous donne-t-il de m'appeler imposteur^ .? Ai-je dit que 
tous vos peres sent dans un meme d<^reglemcnt ? Et n'ai-je pas 
fait voir au contraire que votre principal intdret est d'en avoir 
de tous avis pour servir k tous vos besoins ? A ceux qui vou- 
dront tuer on presentera Lessius, a ceux qui ne voudront pas 
tuer' on produira Vasquez, afin que personne ne sorte malcontent, 
et sans avoir pour soi un auteur grave. Lessius parlera en paien 
do I'homicide, et peut-etre en chrdtien de I'aumone ; Vasquez 
parlera en pai'en de I'aumone, et en chretieu de I'homicide. 
Mais par Ic moyen de la probability que Vasquez et Lessius 

' A MS. variation, discovered by M. Faugere, is as follows: ''Qu'avez-vom 
"P'Wne en m'accusant de railler des choses saintes ? Vous ne ga(]nercz j)as plus en 
" iii'dreuMint dHuqwsture." 



LKTTEU 
XUI. 




A, B and C, n c 



eu.v qui ne le voudront paif 




28G 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



if 




LKTTEa tiennent. et qui rend toutcs vos opinions communes, ils se 
preteront lours sentiments les uns aux autres, et seront obliads 
dabsoudreceuxqui auront agi selon les opinions que chacun 
deux condamne. C'est done cette varidte qui vous confond 
Uavantage. L uniformite' serait plus supportable : et il n'y a 
nen de plus contraire aux ordres exprl^s de saint Ignace et de 
vos premiers gdneraux, que ce melange confus de toutes sortes 
d opinions. Je vous en parlerai peut-6tre quelque jour, nies 
peres ; et on sera surpris de voir combien vous ^tes dechus du 
premier esprit de votre institut, et que vos propres ge'neraux ont 
prdvu que le d^^reglement de votre doctrine dans la morale 
pouiTait etrefuneste non-seulement a votre Societe, mais encore 
a 1 JLghse umverselle (8). 

Je vous dirai cependant que vous ne pouvez pas' tireraucun 
avantage de 1 opinion de Vasquez. Ce serait une chose dtran^e 
SI, entre tant de J^^suites qui ont dcrit. il n'y en avait pas un ou 
deux qui eussent dit ce que tons les chretiens confessent. II n'y 

luZ "; ^t^ " T'''''' ^'^'°^ "^ P^"* P'^^ tuer pour un 
soufflet selon I'Evangile; mais il y a une horrible honte h le 

mer. De sorte que cela vous justifie si peu, qu'il n'y a rien qui 

vous accable davantage ; puisque, ayant eu parmi vous des 

dans la v^nte, et que vous avez mieux aimd les tdnebres que la 
Imniere. Car vous avez appris de Yasquez, " que c'est une 
^^ opinion pai-enne, et non pas chrdtienne. de dire qu'on puisse 

donnerun coup de bfiton a celui qui a donnd un soufflet-" 
que cost "miner le Decalogue et I'Evangile, de dire qu'on puis'se 
^^tuer pour ce sujet," et que "les plus scdldrats d'entre les 

hommes le reconnaissent." Et cependant vous avez souFert 
que centre ces veritds connues, Lessius, Escobar et les autres, 
aient decide que toutes les defenses que Dieu a faites de I'homi- 
cide nempechent point qu'on ne puisse tuer pour un soufflet 
A quoi sert-il done maintenant de produire ce passage de 
Vasquez centre le sentiment de Lessius, sinon pour montrer que 
Lessius est im paten et un scelerat, selon Vasquez ? et c'est ce 



' So in A, B, C and D. Tho modem editors omit 



X>as. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



287 



que je n'osais dire. Qu'en peut-on conch;re, si ce n'est que i-kttkr 
Lessius 7niine le Decalogm et VEvanfjile; qu'au dernier jour 
Vasqucz condamnera Lessius sur ce point, comme Lessius con- 
damnera Vasquez sur un autre, et que tons vos auteurs s't'leve- 
ront en jugement les uns centre les autres pour se condamner 
reciproquement dans leurs effroyables exces centre la loi de 
Jesus-Christ ? 

Concluons done, mes peres, que puisque votre probabilitd 
rend^ les bons sentiments de quclques-uns de vos auteurs inutiles 
f\ I'Eglise, et utiles seulement h votre politique, ils ne servent 
qu'a nous montrer, par lour contrariete, la duplicity de votre 
coeur, que vous nous avez parfaitement d<^couverte, en nous 
declarant d'une part que Vasqucz et Suarez sent contraires a 
r homicide ; et de I'autre que plusieurs auteurs celebres sont 
pour I'homicide: afin d'ofFrir deux chemins aux hommes en 
dc^truisant la simpliciti^ de I'esprit de Dieu, qui maudit ceux qui 
scut doubles de coeur, et qui se prc'parent deux voies : Fee du- 
plici corde, et ingredienti duabus viis (9) .' 



NOTES ON LETTER XIII. 

(1) See Note (1) on Letter XI {siipm^ p. 250.) 

(2) As Piisciil states, subsequently, Lessius offers a vei'y faint restric- 
tion in tlie words '■^ in praxi non videtur faciU permittenda." This had 
liuon ]M)iuted out by Nouet in his reply to Letter VII, and made the 
foundation on his side for ri charge of wilful suppression of the truth. 
Pascal simply replies : " Is that, my Fathers, the language of a man who 
'^condemns a maxim ? To say merely that ' it does not seem to him that 
'"the maxim should be easily permitted in practice'." 

(3) The history of the * sovfflet de Compiegne' has been lost, and wo 
can only lefi-i fnm Pascal's two allusions to it in Letters XIII and XIV, 
tliiit a Jesuit u;. 1 struck one of the officers of the Royal household. Nouct, 
in his reply to this Letter, thought it necessary to deny tlie truth of the 
incident altogether. 




II 







288 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



(4) [On the connection of Speculation and Practice, .^ee Introduc- 
tion III. J 

(5) The doctrine of L'Aray was condomne.l hy the Tlieological Faculty 
t cc^I^'r'l^ '^ ^""''"'"' "" ^^' ^"' "f «^Pt«'»l'«r, and again on the 

"ukU ;;";.'' T."''^'" '^ ^'"''' '™'^ ^^'-^"^^^^-^ ^« *he human r 
and to the .state." The pansage.s especially implicated were in Tom v of 

his Cursus neolofficus, di«p. 3U, sect. 7, n. 118, and «ect. 8, n 131 U^ 
respectively. ' ' ^^"i 

(6) Pascal hardly foresaw that an apologist for his a<lversaries, two 
hundred years afterwar.ls, would courageously traverse this assertion 
with the words, -J/cus rhomicide n^ est pas cnmind en soi/" (MaynanI 

(7) See Introduction iir. 

(8) Some of the notes collected by M. Faugi;re from the MS., shew 
clearly tliat another ProvmcMe on this subject was contemplated l,y 
Pascal. lor instance :~" Nous-mCmes" (the Jesuits are supposed to be 
speaking) "navons pu avoir de maximes generales. Si vous voye. nos 

constitutions, h peine nous connaltrez-vous ; elle nous font mendiants et 
ennemis des cours et eependant...etc. Mais ce n'est pas les enfreindre, 
car la gloire de Dieu partout.-Il y a diverses voies pour arrivcr. S 
Ignace a pris les unes ; et maintenant d'autrcs. II etait meilleur, ,.our 

' e commencement, de proposer la pauvrete et la retraite. II a etc lueil- 

eur ensuite de prendre le reste ; car cela eut effrayd de commencer par 

lehaut: cela est centre nature. -Ce n'est pas que la r5gle gendrale „e 

soit quil faut sen tenir aux instituts, car on en abuserait. On en 

trouverait pen comme nous qui sachions nous elever sans vanitd- 

^^ \ oyez combien la prevoyanee des hommes est faible ! Toutes les choses 

4ri>.7'T''"'? °'""''"-' ^^'^'Snaient la perte de notre Societe, c'e.st 
par l>i quelle s est accrue, par les grands, par la contrariety h nos consti- 
tutions, par a multitude des religieux, la diversity et nouveaute des 
opinions, etc. 

(9) Eccl. ii. 14. 



i i 



CO, ,^ee Iiitroduc- 



QUATORZIEME LETTRE. 



AUX R^V^RENDS PERES J^SUITES'. 



Hi I 



Du 23 octobre 1656, 
MeS RlfiV^RENDS P^RES, 

Si je n'avais qu'^ rdpondre aux trois impostures 
qui restent sur I'homicide, je n'aurais pas besoin d'lm lon^ 
discours ; et vous les verriez ici rdfutdes en peu de mots : mais 
commeje trouve bieu plus important de donner au monde de 
liorreur de vos opinions sur ce sujet. que de justifier la fiddlitd 
(ie mes citations, je serai obligd d'employer la plus grande 
partie de cette lettre a la refutation de vos maximes, pour vous 
representer combien vous etes dloignes des sentiments de I'EcIise 
c-t meme de la nature. Les permissions de tuer, que vous ac' 
oordez en tant de rencontres, font paraltre qu'en cette matike 
vous avez tellement oublid la loi de Dieu, et tellement dteint les 
umieres naturelles, que vous avez besoin qu'on vous remette dans 
les principes les plus simples de la religion et du sens com- 
mun; car qu'ya4-il de plus naturel que ce sentiment: qu'un par- 
Jicuier n a pas droit sur la vie d'un autre ? « Nous en sommes 
tellement instruits de nous-m^mes, dit saint Chrvsostome, que 
quand Dieu a e'tabli le prdcepte de ne point tuVr, il n'a pas 
ajoutd que c est a cause que Thomicide est un mal; parce, dit 
ceyere, que la loi suppose qu'on a d<ja appris cette verite 
<le la nature." 

"ae?2«!!!;!l;'° "^n'™ editions:-.. On r,^fute par les saints Peres les maximes 

■■ aomnrs I ^ '^""^^^^^^^ "''" "'■^'^"' ^" P^"^"^"* ' Quelques-uncs de lours 
caiomnies, et on compare enr doptrine avw !n form^ „,; • i i 

-jUKements criminelR.- '^ " " "^"'''''' '^^"'^ ^'■■' 

PASO. L. ,j^ 



r ^ 


W^''"^ 








•\P', 




B 




1 



290 



THE PROVIXriAL LETTERS, 



i.rriTr.u 

XIV. 



=i< i • 1 1 i i 






Aussi CO coiniuaiidonieut a etc impost aux hommcs dans 
tons les temps. L'Evangile a confirme oelui do la loi ; et 
le Decalogue n'a fait quo renouveler celui que les hommcs 
avaient re^u do Dieu avant la loi en la personne de Nod, dont 
tou.s les hommcs dovaient naitre ; car, dans ce renouvellemcnt 
du mondo, Dieu dit a ce patriarche: "Jo demanderai compte 
"aux hommes do la vie des hommcs, et an frere de la vie 
"de son frere. Quiconquo versera le sang humain, son sang 
"sera rt^pandu; parce que I'homme est cre'e a rimaf^e de 
"DieuU)." 

Cette de'^3nse ge'nerale oto aux hommes tout pouvoir sur la 
vie des hommes; et Dieu so I'est tollement re'serve h lui soul, 
que, selon la vdrite' chrdtienno, opposde en cola aux fausses' 
maximes du paganisme, I'homme n'a pas memo pouvoir sur .sa 
propre vie. Mais parce qu'il a plu k sa providence de conserver 
les socidte's des hommes, et de punir les mdchants qui les 
troublont, il a dtabli lui-meme des lois pour oter la vie aux 
criminals; et ainsi cos meurtres, qui seraient des attentats 
punissables sans son ordre, deviennent des punitions louables 
par son ordre, hors duquel il n'y a rien que d'injuste. C'est ce 
que saint Augustiu a repre'sentd admirablement au liv. 1 de la 
Cite de Dieu, c. 21. " Dieu, dit-il, a fait lui-meme quelques ex- 
" ceptions a cette defense ge'nerale de tuer, soit par les lois qu'il 
" a dtablies pour faire mourir les criminels, soit par les ordres 
" particuliers qu'il a donne's quelquefois pour faire mourir qucl- 
" ques personnes. Et quand on tue en ces cas-la, ce n'est pas 
"I'homme qui tue, mais Dieu, dont Thomme n'est que I'instru- 
" ment, comme une epee entre les mains de celui qui s'en sert. 
" Mais, si on excepte ces cas, (juiconcpie tue so rend coupable 
" d'homicide (2)." 

II est done certain, mes pores, que Dieu soul a le droit 
d'oter la vie, et que neanmoins, ayant e'tabli des lois pour fiiire 
mourir les crirainels, il a rendu les rois ou les rdpubliqucs de- 
positaircs de ce pouvoir. Et c'est ce que saint Paul nous 
apprend, lorsquo, parlant du droit que les souverains ont de 
ftiire mourir les hommes, il le fait descendre du ciel, en disaut 
" que cc n'est pas on vain qu'ils purteut i't'pe'c, parce qu'ils sont 



THE PROVrN'CIAL LETTKHS, 



291 



"ministres do Dieu pour ext'cuter ses vengeances contro los lrtteu 
' coupables." -^'v- 

Mais comme cVst Dieu qui leur a donnt? ce droit, il les 
oblige k I'excrcer ainsi qu'il le fcrait lui-m6me, c'osUVdire avec 
justice, selon cctto parole de saint Paul au memo lieu: "Les 
" princes ne sont pas t'tablis pour se rondro terribles aux bons, 
" mais aux me'cbants. Qui veut n'avoir point sujet de redoutor 
" leur puissance n'a qu'^i bien faire ; car ils sont ministres de 
" Dieu pour le bien." Et cetto restriction rabaisse si peu leur 
puissance, qu'clle la releve au contraire beaucoup davantao-e ; 
parce que c'est la rendre semblable k celle de Dieu, qui est hn- 
pmssant pour faire le mal, et tout-puissant pour foire le bien ; 
et que c'est la distinguer de celle des demons, qui sont impuis- 
sants pour le bien, et n'ont de puissance que pour le mal. II y 
a seulement cette difference entre Dieu et les souverains, que, 
Dieu dtant la justice et la sagesse meme, il pent faire mourir 
sur-le-champ qui il lui plait\ et en la maniero qu'il lui plait ; 
car, outre qu'il est le maitre souverain do la vie des hommes! 
il est sans doute qu'il ne la leur 6te jamais ni sans cause, ni 
sans connaissance^ puisqu'il est aussi incapable d'injustice que 
d'erreur. ^ Mais les princes ne peuvent pas agir de la sorte ; 
parce qu'ils sont tellement ministres de Dieu, qu'ils sont 
liommes neanmoins, et non pas dieux. Les mauvaises im- 
pressions les pourraient surprendre, les faux soup9ons les pour- 
laient aigrir, la passion les pourrait emporter ; et c'est ce qui 
les a engage's eux-memes a descendre dans les moyens humains, 
et a etablir dans leurs Etats des juges auxquels ils out com- 
munique ce pouvoir, afin que cette autorite que Dieu leur a 
(lonnee ne soit employee que pour la fin pour laquelle ils I'ont 
ro^ue. 

Concevez done, mes p^^res, que, pour etre exempt d'liomicide, 

> A, B and C, " qu'il lui plait, quaml il lui plait, et en la mani^re qu'il lui 

" plait." 

■' There are differences in A, B and C, in the sentence beginning after "...vio 
"des hommes." The earliest form seems to be, " ,7 w peut la leur oter ni 
-mu cause ui s,ai^ coinmlsgaure." A lator reprint of the 4to givc« "«« «,;;.■ 
■'ivn/.sc OH...," while C omits the particle altogether. 

1!)— 2 




'^'Pll 



i 



ft I: 




h 



I 



292 



THE PROVlNtTAL LETTERS. 




i-^Y^EH il faut figir tout ensemble et par I'uutoritd de Dieu, et selon la 
justice de Dieu ; et que, si ces deux conditions no sont jointes, 
on pMie, soit en tuant avec son autoritd, mais sans justice '; 
soit en tuant avec justice, mais sans son autorite. De la ndcos- 
sitd de cette union il arrive, selon saint Auyustin, que " celui 
" qui sans autoritt^ tue un crimincl se rend criminel lui-m6me, 
" par cette raison principale qu'il usurpe uno autoritd que Dieu 
"ne lui a pas donne'e;" et les juges au contraire, qui ont cette 
autorite, sont ndanmoins homicides, s'ils font mourir un innocent 
contre les lois qu'ils doivent suivre. 

Voila, mes peres, les principes du repos et do la sftret^ pu- 
blique qui ont etti re9us dans tons les temps et dans tons les 
lieux, et sur lesquels tons les legislatcurs du monde, sacrds ct 
profanes, ont dtabli leurs lois, sans que jamais les paiens memes 
aient apportd d'exception k cette regie, sinon lorsqu'on ne peut 
autrement eviter la perte de la pudicite ou de la vie ; parce 
c|u'ils ont pensd qu'alors, comme dit Cicdron, " les lois memes 
" semblent offrir leurs armes a ceux qui sont dans une telle 
" ndcessite (3)." 

Mais que, hors cette occasion, dont je ne parle point ici, il y 
ait jamais eu de loi qui ait permis aux particuliers de tuer, et 
qui I'ait souffert, comme vous faites, pour se garantir d'un 
affront, et pour eviter la perte de I'honneur ou du bien, quand 
on n'est point en memo temps en pdril de la vie ; c'est, mes 
peres, ce que je soutiens que jamais les infideles memes n'ont 
fait. lis I'ont, au contraire, defendu expressdment ; car la loi 
des douze Tables de Rome portait qu'il n'est " pas permis de 
" tuer un voleur de jour qui ne se ddfend point avec des armes." 
Ce qui avait deja et«^ de^fendu dans I'Exode, c. 22. Et la loi 
Furem, ad Legem Corneliam, qui est prise d'Ulpien, " de'fend de 
"tuer memo les voleurs de nuit qui ne nous mettent pas en 
" peril de mort." Voyez-le dans Cujas, in tit. Dig. de Justit. et 
Jure, ad leg. 8(^). 

Dites-nous done, mes peres, par quelle autoritt^ vous per- 
mettez ce que les lois divines et humaines de'fendent ; et par 
(luel droit Lessius a pu dire, 1. 2, c. 9, n. (iG et 72 : " L'E.voJo 
"defend de tuer les vtileur.s de jour (pii ne .se ddfendent i)a.savec 



THK PItOVINCIAL LETTKUS. 



2y;J 



des annes et on piinit en justice ceux qui tueraient de cettc i-KXTint 
sorto. Mais neanmoins on n'en scrait pas coupable on con- '""• 
"science, Iors,,u'on nest pas certain de pouvoir recouvrer ce 
"<H'-on nous dt'robo, et qu'on est en doute, comme dit Scotus • 
" parce (pi on n'est pas obligd de s'exposer au pe'ril de perdre 
" .luelque cliose pour sauver un voleur. P:t tout cela est encore 
•'pormis aux eccMsiastiques monies." Quelle dtrange hardiosse ' 
La loi de Moise punit ceux qui tuent lea voleurs, lorsqu'iis 
n'attaquont pas notre vie, et la loi de I'Evangile, selon vous les 
absoudra! Quoi! mes ptres, Jesus-Ciirist est-il venu pour 
detnure la loi, et non pas pour I'accomplir? "Les ju^res puni- 
" raient. dit Lessius, ceux qui tueraient en cette occasion ; mais 
"on nen serait pas coupable en conscience." Est-ce done que 
la morale de Jesus-Christ est plus cruelle et moins ennemie du 
meurtre que celle des paiens, dont les juges ont pris ces lois 
civiles qui le condamnent? Les chrdtiens font-ils plus d'etat 
des biens de la terre, ou font-ils moins d'etat de la vie des 
hommes, que n'en ont fait les idoUtres et les infidMes ? Sur 
quoi vous fondez-vous, mes p^res? Ce n'est sur aucune loi 
expresse ni de Dieu, ni des hommes, mais seulement sur ce 
raisonnement dtrange : "Les lois, dites-vous, permettent de se 
•'defendre centre les voleurs, et de repousser la force par la 
'' force. Or, la defense dtant permise, le meurtre est aussi rdpute 
" permis ; sans quoi la defense serait souvent impossible." 

Cela est faux\ mes p^res, que, la defense ^tant permise le 
meurtre soit aussi permis. Cost cette cruelle manike de' se 
defendre qui est la source de toutes vos erreurs, et qui est 
appelde, par la Faculty de Louvain, une defense meurtriJire 
rfe/e/wio occisiva, dans leur censure Me la doctrine de votre pfere 
L'Amy sur I'homicide. Je vous soutiens done qu'il y a tant de 
difference, selon les lois, entre tuer et se defendre. que, dans les 
memes occasions oil la de'fense est permise, le meurtre est 
defendu quand on n'est point en peril de mort. Ecoutez-le 
mes peres, dans Cujas, au m^me lieu: "II est permis de' 
" repousser celui qui vient pour s'emparer de notre possession, 

1 A. BandC, 7/,></rt„,r. 
' Ibid, "dans hi censmc." 




1 






20+ 



THK I'UOVINCIAI- I.KTTIMIS. 



I.KTTK.U 
XIV. 



"MAIS II, n'kst I'As I'Kimis in: lk tukk." Fa. encore : "Si 
"([U('lt|u'im vicnt pour lums tVn|>|R'r, ot iion pus pour nous tu< r, 
" il «'Ht bii'u pcrrnis do lo rcjioussur, MAis ii, n'est pas teumis 

" DE LE TUEK (•"')." 

Qui vous !i (lone ilonne le pouvoir de ilire, comme font 
Moliiui, IlcgiiialduH, Filiutius, Escobar, Lessius, et les mitres: 
" II est perniis de tuer celui (pii vient pour nous I'rapper?" Et 
uilleurs : " 11 est perniis de tuer celui <{ui veut nous fnire uu 
" affront, st-lon I'avis lie tons les Casuistes, e.r senlentia onininin," 
comme dit Lessius, n" 7.S:' Par ([uello autorite, vous, (jui netes 
(jue des particuliers, doiinez-vous ce pouvoir de tuer aux ])ar- 
ticuliers et aux religieux memes ? Et comment osez-voiis 
usurj)er co droit de vie et de mort (pii n'appartient essentiellement 
«[u'i\ Dieu, et qui est la plus glorieuse marque de la puissance 
souverainc? C'est sur cela (|u'il fallait repondre ; et vous 
pensez y avoir satisfait en disant simplement, dans votiv 
treizieme Liij)osture, " ipio la valeur pour la<iuelle Molina ])fr- 
•'met do tuer un voleur (jui s'enfuit sans nous faire aucunc 
"violence, n'est pas aussi petite" quo j'ai dit, et qu'il " faut 
" qu'ello soit plus grando que six ducats." Que cela est faiblc, 
mes peres ! Oil voulcz-vous la determiner ? a ([uinze ou seize 
ducats ? Je no vous en f(n-ai pas moins de reproches. An 
moins vous ne sauriez dire (pielle passe la valeur d'un cheval; 
car Lessius, 1. 2, c. 9, n. 74, de'cide nettement qu'il est "pcrmis 
" de tuer un voleur ([ui s'enfuit avec notre cheval ; " mais jc 
vous dis de plus ([ue, selon Molina, cette valeur est determineo 
a six ducats, comme je I'ai rapporte ; et, si vous n'en voulez pas 
demeurer d'accord, prenons un arbitre que vous no puissiez 
refuser. Je choisis done pour cela votrc pfere Eeginaldus, qui, 
expliiiuant ce meme lien dt .)Jolina, t. ir !, 21, n. 08, de'clurc 
([lie " Molina y DETErtAUisi. la valeur pour la([uclle il n'est pas 
" perniis do tuer, a trois, ou quatre, ou cinq ducats." Et ainsi, 
mes ])eres, Je n'aurai pas seulement Molina, mais encore Rogi- 
naldus. 

II ne me sera pas moins facile de refutcr votre quatorziemo 
Imposture, touchant la permission " de tuer un voleur qui nous 
" vent otcr un ecu," .scion Molina. Cela est si constant, qu'Es- 



THK I'UOVIN(JIAL I.K'ITKHS. 



293 



."..bar voi.s lo u<iuuignom, tr. 1, ox. 7, ii. 44, ou il dit ,|,„. i.i;ttki, 
'• Molina (It'torinin.; n«giilioivnu;nt k valour pour laqudlo on ^'^' 
" pout tuor, t\ uu ecu." AuMsi vous nw ro[)roclioz m^uloniont, 
dans la quatorziome Itiipusture, (pie j ai supprimo los derniorcs 
paroloa do co passago : cpie " I'uu doit gardor on cola la niodora- 
"tion d'uno jiisto dofonso." Quo no vous i)laignez-vou8 dune 
atissi^do CO (pi'Escobar no Ion a point oxpriinoos? Mais cpir 
\M3us t:»tos pou fins ! Voua croyoz ipi'on n'ontend pas co (pio 
c'ost, solon vous, (pio so dofondro. No savons-nous pas ([uo 
cost usor d'uno (b'/eme vieurtriere ? Vous voudrioz' fairo on- 
tondro (pio Molina a voulu diro par la (pio, (piand on so trouvo 
on i)dril do la vio on gardant son ocu, alois on pout tuor, puiscpio 
c'ost pour dof(.-ndro sa vio. Si cola dtait vrai, mos poros, pom- 
ijuoi Molina dirait-il, au moino lieu, qu'il est contmive en cela a 
Carrerus et BalrhUus, qui permottont do tuor pour sauvor sa 
VIO ? Je vous doclaro done (ju'il ontend simplomont que, si Ton 
l)cut sauvor' son ecu sans tuer le voleur, on no doit pas le tuor ; 
iiiais (|uo, si Ton ne pout le sauvor" (pi'on tuant, encore memo 
(|u'on no couro nul ris(pio do la vio, commo si lo volour n'a point 
(rarmcs, (pi'il est pormis d'on prendre et de le tuer jwur sauvor" 
son ecu ; et (pi'en cela on ne sort i)oint, scion lui, do la modera- 
tion d'une juste defense. Et, pour vous le montrer, laissez-lo 
s'expli(iucr lui-m(^mo, t. 4, tr. 3. d. 11, n. 5: "On ne laisse pas 
"do domeurer dans la moderation d'uno juste defense, quoi(iu'on 
" ))ronnc dos armos centre ceux qui n'on ont point, ou qu'on en 
" pronn(3 de plus avantagcuses (pi'oux. Je sais qu'il y en a qui 
" sont d'un sentiment contrairo ; raais je n'approuve point lour 
" opinion, memo dans le tribunal oxtdriour." 

Aussi, mes pferes, il est constant (|uo vos auteurs pormottcnt 
(lo^ tuer pour la defense do son bien et de son honnour, sans 
<lu'ou soit on aucun peril de sa vie. Et c'est par ce memo 
principe ([u'ils autoriscnt les duels, conime je I'ai fait voir par 
tiuit do passages sur lescjuels vous n'avez rien repondu. Vous 
n'attaqucz dans vos ecrits qu'un soul passage de votre pere Lay- 
man, (lui le pormot, " lorsque autroment on serait en pe'ril do 
"perdro sa fortune ou son honnour; " ct vousditcs quo j'ai su})- 
' A, B and C, vous voulcz. - Ibid, unrdcr. 







20 (j 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



Li^m:ii piiind ce qu'il ajoute, quo ce cas-hl est fort rare. Je vous 
admire, mos percs ; voilk de plaisantes impostures quo vous m(; 
reprochez. II est bien question do savoir si ce cas-la est rare ! 11 
s'agit de savoir si Ic duel y est perm is. Ce sont deux vquestious 
separees. Layman, en qualite do Casuiste, d(nt juger si le duel 
y est permis, et il declare que oui. Nous jugei-ons bien sans lui 
si ee cas-la est rare, et nous lui d^clarerons qu'il est fort ordinaire. 
Et si vous aimez mieux' en croire votre bon ami Diana, il vous 
fkha. iixxil est fort cuvmun, inwi. 5, tract. 14, misc. 2, resol. f)!). 
Mais qu'il soit rare on non, et que Layman suive en cela 
Navarre, comme vor~ le faites tant valoir, n'est-ce pas unc chose 
abominable qu'il consente a oette opinion : que, pour censor ver 
un faux honneur, il soit permis en conscience d'accepter un duel, 
centre les ^dits de tous les Etats chretiens, et centre tous les 
canons de I'Eglise, sans que vous ayez encore ici, pour autoris(.'r 
toutes ces maximes diaboliques, ni lois, ni canons, ni autorites 
do I'Ecriture ou des Peres, ni example d'aucun saint, mais seule- 
ment ce raisonnement impie : " L'honneur est plus cher que la 
" vie. Or, il est permis de tuer pour defendre sa vie. Done il 
" est permis de tuer pour defendre son honneur." Quoi ! mes 
peres, parco que lo dereglement des hommes leur a fait aimer 
ce faux honneur plus (pie la vie que Dieu leur a donnec pour le 
servir, il leur sera i^ermis de tuer pour le conserver ! Cost cela 
meme qui est un mal horrible, d'aimer cet honneur-la plus que 
la vie. Et cepcndant cotte attache vicieusc, (pi serait capable 
de souiller les actions les plus saintes, si on les rapportait a cotte 
fin, sera capable de justitier les plus criminelles, parce qu'on les 
rapporto a cetto fin. 

Quel renversement, mes peres! et qui ne voit a quels cxces 
il i^eut conduire? Car enfin il est visible qu'il jiortera jusqa'a 
tuer pour les moindres choses, quand on mettra son honneur a 
les conserver; je dis memo jusqu'a tuer pour une imnme! 
Vous vous plaindriez de moi, mes peres, et vous diriez que je 
tire de votre doctrine des consequences malicieuses, si je n'etais 

• I have preserved micux in the text, thougli it is omittea in the Svo, 
believing witli Ma.ynard that tlie oniihsioji i» simply a printer^s error. 



•«re. Je voiis 



THE PROVINCIAL Ll-rTTERS. 



297 



iippuye sur I'autoritd du grave Lossius, qui parle ainsi, n. 68 : lkttkii 
"II n'est pas permis de tuer pour conserver uno chose do petite 
"valeur, comme pour un e'eu, ou pour une pomme, owip-o 
"porno, si ce n'est qu'il nous fut honteux de la pcrdre. Car 
" alors on peut la reprendre, et meme tuer, s'il est ndcessaire, 
" pour la ravoir : et si opus est, occidere ; parce que ce n'est pas 
" tant defendre son bien que son honneur." Cela est net, mes 
peres. Et, pour finir votre doctrine par une maxime qui com- 
prend toutes les autres, ecoutez celle-ci de votre jiere Hereau, 
qui I'avait prise de Lessius : " Le droit de se defendre s'e'tend a 
" tout ce qui est ne'cessaire pour nous garder de toute injure (6)." 

Que d'e'tranges suites sent enferme'es* dans ce principe in- 
liumain ! et combien tout le monde est-il oblige de s'y opposer, 
et surtout les personnes publiques ! Ce n'est pas seulement 
I'inte'ret general qui les y engage, mais encore le leur propre, 
puisque vos Casuistes cite's dans mes lettres e'tendent leurs per- 
missions de tuer jusqu'^ eux. Et ainsi les factieux qui craindront 
la punition de leurs attentats, lesquels ne leur paraissent jamais 
injustes, se persuadant aisement qu'on les opprime par violence, 
croiront en meme temps que " le v' 'oit de se defendre s'e'tend a 
" tout ce qui leur est ne'cessaire pour se garder de toute injure." 
lis n'auront plus a vaincro les remords de la conscience, qui 
arretent la plupart des crimes dans leur naissance, et ils no pen- 
seront plus qu'a sur"\onter les obstacles du dehors. 

Je n'en parlerai point, ici, mes peres, non plus que des autres 
mcurtres^ que vous avez permis, qui sont encore plus abomina- 
blos et plus importants aux Etats que tous ceux-ci, dont Lessius 
traito si ouvortement dans les Doutes quatre et dix, aussi bien 
(|ue tant d'autres de vos auteurs. II sorait a de'sirer quo ces 
horribles m.aximes ne fussent jamais sorties de I'enfer, et que !(.' 
diable, qui en est le premier auteur, n'eut jamais trouve des 
hommes assez devoues a ses ordres pour les publier parmi les 
Chretiens (7). 

II est aise do juger par tout ce que j'ai dit jusqu'ici combien 

' A, B and C omit sont. 

■ A, " Jc n'en parlerai point ici, mes p6res, da^ mcurtrcf::' B and C omit 




1 1 



ivitn 






hf:\ 



t i 




298 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



i-CTTKU b roiacheniout do vos opinions est contraire a la scH't'rite dvs 
lois civilcs, et ni6me paiennes. Que sora-ce done si on les com- 
pare avec les lois ecclesiastiques, qui doivent etre incomparable- 
ment i)lus samtes, puisqu'il n'y a que I'Eglise qui connaisse et 
qui possede la veritable saintete ? Aussi cette chaste e'pouse du 
fils de Dieu, qui, h I'imitation de son epoux, sait bien repandro 
son sang pour les autres, mais non pas repandre pour elle celui 
des autres, a pour le nieurtre uno horreur toute particuli^re^ et 
proportionnee aux lumieres particuliere^^ que Dieu lui a com 
muniquees. Elle considlM'e les hommes non-seulement connm. 
iiommes, mais comrae images du Dieu (lu'ello adore Elle -i 
pour chacun d'eux un saint respect (pii les lui rend tons ve'nt^ra- 
bles corame rachetes d'un prix infini, pour etre faits les temple, 
du Dieu vivant. Et ainsi elle croit que la mort d'un hon'me 
que Ion tue sans I'ordre de son Dieu n'est pas seulement un 
homicide, mais un sacrilege qui la prive d'un de ses mombre.s • 
puisque, soit qu'il soit fidele, soit qu'il ne le soit pas, elle Ic' 
considere toujours, ou comme etant I'un de ses enfants ou 
comme etant capable de I'etre. ' 

. Ce^sont, mes pkes, ces raisons toutes saintes (jui, depuis (.ue 

Dieu s est fait homme pour le salut des hommes, ont rendu leur 
condition si considerable -t I'Eglise, qu'elle a toujours puni 
1 homicide qui les detruit, comme un des plus grands attentats 
qu on puisse commettre centre Dieu. Je vous en rapporterai 
<iuel(iues exemples, non pas dans la pensee que toutes ce. 
severites doivent 6tre gardees (je sais que I'Eglise pent disposer 
<hversement de cette discipline exterieure), mais pour faire en- 
tendre quel est son esprit immuable sur ce sujet. Car les peni- 
tences qu'elle ordonne pour le meurtre peuvont 6tre difft'rcntes 
selon la diversitt^ des temps ; mais I'horreur qu'elle a pour le 
meurtre ne pent jamais changer par le changement des temps 

LEghse a etd longtemps a ne reconcilier qu'a la mort ccuv 
(lui dtaient coupables d'un homicide volontaire, tels que sont 
ceux que vous permettez. Le celebre concile d'Ancvre les son- 
met a la penitence durant toute leur vie (8); et I'EVJise a cin 
<lepuis (^tre assez iudulgente cnvers eux en reduisant'cc temps a 
' A, 15 and C. "a unc horreur toute purliculiere pour le meurtre.- 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



209 



un tres-grand nonibre d'annt^os. Mais, pour dc^tourner cncoro i^KTr!'-'' 
davautage les chrtitiens des homicides volontaires, ello a puni 
tres-severement ceux memes qui dtaient arrives par imprudence, 
comme on peut voir dans saint Basile, dans saint Grdgoire de 
Nysse, dans les ddcrcts du pape Zacharie et d'Alexandre II. 
Les canons rapportes par Isaac, e'veque de Langres, tr. 2, c. 13, 
ordouuent " sept ans de penitence pour avoir tu^ en se de'- 
" fendant." Et on voit que saint Hildebert, dveque du Mans, 
repondit a Yves de Cliartres: qu'il a " eu raison (I'interdire un 
" pretre pour toute sa vie, qui, pour se defendre, avait tud un 
" voleur d'un coup de pierre^ (9)." 

N'ayez done plus la hardiesse de dire que vos decisions sont 
conformes a, I'esprit et aux canons de I'Eglise. On vous defie 
d'en montrcr aucun qui permette de tuer pour defendre son 
bicu seulenient; car je ne parle pas des occasions ou Ton aurait 
a defendre aussi sa vie, se suaqiie liherando: vos propres auteurs 
cuufessent qu'il n'y en a jioint, comme entre autres votre pere 
L'Amy, tr. o, disp. 3G, num. 136 : "II n'y a, dit-il, aucun droit 
" divin ni liumain qui permette expressdment de tuer un voleur 
" qui ne se defend pas." Et c'est ne'anmoins ce que vous per- 
inettez expressement. On vous de'fie d'en montrer aucun qui 
permette de tuer pour I'lionneur, pour un soufflet, pour une 
injure et une medisance. On vous de'fie d'en montrer aucun qui 
permette de tuer les te'moins, les juges et les magistrats, quel- 
(jue injustice qu'on en appreliende. L'esprit de I'Eglise'' est en- 
tierement eloigne de ces maximes se'ditieuses qui ouvrent la 
porte aux soulevements auxquels les peuples sont si naturelle- 
nient portes. Elle a toujours enseigne a ses enfants qu'on ne 
doit point rendre le mal pour le mal; qu'il faut ce'der a la 
colore; ne point resistor a la violence; rendre a chacun' ce 
([u'on lui doit, liouneur, tribut, soumission ; obeir aux magistrats 
et aux superieurs, memo injustes ; parce qu'on doit toujours 
respecter en eux la puissance de Dieu, qui les a e'tablis sur nous. 
Elle leur defend encore plus fortement que les lois civiles de se 
t'aire justice a eux-niemes ; et c'est par son esprit <|ue les rois 

' A, B aud C, qui avoit ttie un voleur (Viin coup <Ie pierrc, pour se defendre. 

- ibid. Son eifprit. 






m 



m 


p '" 


V 


1 


f 




m 


h 

• 

j 

1 

i ■ i 



HI 



If 



! I 



300 



THE PKOVINCIAL LKTTKIIS. 



i-RTTna Chretiens ne se la font pas dans les crimes m^rnes de l^sc- 
majestd au premier chef, et qu'ils remettent les criminels entre 
les mams <les .juges pour les faire punir selon les lois et dans les 
ormes de la justice, qui sent si contraires h votre conduite, que 
1 opposition qui s'y trouve vous fera rougir. Car, puisque ce 
discours m'y porte, je vous prie de suivre cette comparaison 
entre la mamere dent on pent tuer ses ennemis, selou vous, et 
celle dont les juges font mourir les criminels. 

Tout le raonde salt, mes pL>res, qu'il n'es.t jamais permis aux 
particuhers de demander la inert de personne ; et que quand un 
homme^ nous aurait mine's, estropies, brvlle' nos maisons, tue 
notre pere, et qu'il se disposerait encore a nous assassiner et k 
nous perdre d'honneur, on n'dcouterait point en justice la 
demande que nous ferions de sa mort : de sorte qu'il a Mh 
etabhr des personnes publiques qui la demandent de la part du 
roi, ou plut6t de la part de Dieu. A votre avis, mes peres, est- 
ce par grimace et par feinte que les juges chretiens ont etabli ce 
regement ? et ne I'ont-ils pas fait pour proportionner les lois 
civiles a cellos de I'Evangile, de peur que la praticpie exterieuro 
de la justice no fut contraire aux sentiments interieurs que des 
Chretiens doivent avoir ? On voit assez combien ce commence- 
ment des voies de la justice vous confond ; mais le reste vous 
accablera(lO). 

Supposez done, mes peres, que ces personnes publiques de- 
mandent la mort de cclui qui a commis tons ees crimes ; que 
tera-t-on la-dessus ? Lui portera-t-on incontinent le poicrnard 
dans le sein ? Non, mes pferes ; la vie des hommes est%rop 
importante ; on y agit avec plus de respect : les lois ne I'ont pas 
soumise a toutes sortes de personnes, mais seulement aux iu-^es 
dont on a examine la probitd et la naissance. Et croyez-vous 
quun seul suffise pour condamner un homme a mort ? II ou 
fluit sept pour le moins, mes p^res. II fout que de ces sept il 
ny en ait aucun qui ait ete offense par le criminel, de peur que 
la passion n'alt^re ou ne corrompo son jugement. Et vous 
savez, mes p^res, qu'afin (|ue leur esprit soit aussi plus pur, on 
observe encore de donner les heures du matin a ces fonctions : 
tant on apporte do soin pour les preparer a une action si gnuidcv 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



801 



oil ils tiennent la place de Dieu, dont ils sont les ministres, pour lkttru 
no condamner que ceux qu'il condamne lui-meme. 

Et c'est pourquoi, afin d'y agir comme fiddles dispensateurs 
(le cctte puissance divine, d oter la vie aux hommcs, ils n'ont la 
liberte' de juger que selon les depositions des te'moins, et selon 
toutes les autres formes qui leur sont prescrites ; ensuite des- 
<|aelles'ils ne peuvent en conscience prononcer que selon les lois, 
ni juger dignes de mort que ceux que les lois y condamnent. Et 
alors, nies peres, si I'ordro de Dieu les oblige d'abandonner au 
siipplice le corps* de ces mise'rable.", le meme ordre de Dieu les 
oblige de prendre soin de leurs ames criminelles ; et c'est meme 
parce qu'elles sont criminelles qu'ils sont plus obliges a en 
prendre soin ; de sorte qu'on ne les envoie a la mort qu'apres 
leur avoir donnd moyen de pourvoir a leur conscience. Tout 
cela est bien pur et bien innocent; et neanmoins I'Eglise abhorre 
tellcment le sang, qu'elle juge encore incapables du ministere de 
ses autels ceux qui auraient assistt^ a un arret de mort, quoique 
accompagnd de toutes ces circonstances si religieuses : par oii il 
est aise do concevoir quelle idee I'Eglise a de 1 'homicide. 

Voila, mes peres, de quelle sorte, dans I'ordre de la justice, 
on dispose^ de la vie des hommes: voyons maintenant comment 
vous en disposez. Dans vos nouvelles lois il n'y a qu'un juge, et 
ce juge est celui-la meme qui est offense. II est tout ensemble 
le juge, la partie et le bourreau. II se demande a lui-meme la 
mort de son ennemi, il I'ordonne, il I'execute sur-le-champ ; et, 
sans respect ni du corps ni de lame de son frere, il tue et damne 
celui pour qui Jt^sus-Christ est mort, et tout cela pour dviter un 
soufflet, ou une m^disance, ou une parole outrageuse, ou d'autres 
offenses semblables, pour lesquelles un juge, qui a I'autorite 
legitime, serait criminel d'avoir condamn^ a la mort ceux qui 
les auraient commises, parce que les lois sont tres-eloigne'es de 
les y condamner. Et enfin, pour comble de ces exces, on ne 
contracte ni pechd, ni irregularity, en tuant de cette sorte sans 
autorite et centre les lois, quoiqu'on soit religicux, et meme 
pretre. Ou en sommes-nous, mes peres ? Sont-ce des relirrieux 

'A.I? ;inl C (moiT correctly), Ii\^ corps. 
• I'lid. (Ir quilli- xovli' on diy-pone en juitirc. 








" II 



is; 





! J 
i i 



.SO 2 



THE PROVINCIAL LKTTKUS. 



''';'i;T|;'t et des pretrcs (pu parlent de cetto sorte? Sont cc des cliretiens^ 
Sont-co d(js Tiircs? Sont-ce des liommes? Sont-ce des demons^ 
Et sont-co la des viysteres re've'les par VAfjneau a ceux de su 
Suciete, ou des abominations suggere'cs par lo Dragon a ceux (|iti 
suivent son parti (H) ? 

Car enfin, mes peros, pour^ qui vouloz-vous (pi'on voiis 
prenne ? pour des enfants de I'Evangilo, ou pour des ehnerris 
de I'Evangile ? On ne peut etre que d'un parti ou de I'autre, il 
n'y a point de milieu. "Qui n'est point avcc Jesus-Christ est 
"contre lui." Cos deux genres d'hommes partagont tons los 
hommes. II y a deux peuples et deux mondes r^pandus stu- 
toute la terre, scion saint Augustin : le monde des enfants de 
Dieu, qui forme un corps, d(jnt Jesus-Christ est Ic chef et le roi; 
et lo monde ennemi de Dieu, dont le (liable est lo chef et le roi! 
Et c'est pounpioi Jesus-Christ est appele le roi et le dieu dii 
monde, parce qu'il a pai-tout des sujets et des adorateurs, et que* 
le diable est aussi appele dans I'Ecriture le prince du monde et 
le dieu de ee siecle, parce qu'il a partout des suppots et des 
esclaves. Jesus-Ciirist a mis dans I'Eglise, qui est son empire, 
les lois qu'il lui a plu, selon sa sagesse eternelle ; et le diable a 
mis dans le monde, qui est son royaume, les lois (pi'il a voulu y 
etablir. Jdsus-Christ a mis I'honneur a souitrir ; le diable a ne 
point souffrir, Jesus-Christ a dit a ceux qui re9oivent iiii 
soufflet de tendre I'autre joue ; et le diable a dit a ceux a qui 
on veut donner un soufflet de tuer ceux qui voudront leur faire 
cette injure. Jesus-Christ declare heureux ceux (pii participoiit 
a son ignominie, et le diable declare raalheureux ceux qui sont 
dans I'ignominie. Jesus-Christ dit : Malheur a vous quaud les 
hommes diront du bien de vous ! et le diable dit : Malheur a 
ceux dont le monde ne parle pas avec estinie (12) ', 

Voyez done maintenant, mes peres, duquel de cos deux 
royaumes vous etes. Vous avez oui le langagc do la ville de 
paix, qui s'appelle la Jerusalem mystique, et vous avez oui le 
langage de la ville de trouble, ciuo I'Ecriture appelle la sjnnttielle 
Sodome : lequel de ces deux langages entendez-vous ? leciuel 
parlez-vous? Ceux <pn sont a Jesus-Christ ont les momcs wii- 



A. I! 



:(1 C 



oinit (pir 



TFIE PROVINCIAL LETTERS. 



303 



timents que Jesus-Christ, selon saint Paul ; et ceux cpii sont i.kttku 
cnfaiits du diable, ex patre dlaholo, (lui a 4i6 homicide dt;s le 
commencement (hi moude, suivent les maximes du diable, selon 
1,1 parole de Jesus-Christ. Ecoutons done le langage do votro 
w'ole, et demandons h vos auteurs : Quand on nous donne un 
SDufflut, doit-on Tendurer plutot (jue de tuer celui qui le veut 
(lonner ? ou bien est-il permis de tuer pour eviter cet affront ? 
II est^ 2^^^'^nis, disent Lessius, Molina, Escobar, Keginaldus, 
Filiutius, Baldellus et autres Jesuites, de tuer celui qui veut 
nons donner un suufflet. Est-ce la le langage de Jesus-Christ? 
Ri'l)<>»^lGz-nous encore. Serait-on sans houneur en souffraut un 
souttiet, sans tuer celui qui I'a donnd ? " N'est-il pas veritaHe. 
" (lit Escobar, que, tandis qu'un homme laisse vivre celui qui 
"hii a donnd un soufflet, il demeure sans honneur?" Qui, 
mes peres, sans cet honneur'^ que le diable a transmis de son 
esprit superbe en celui de ses superbes enfants. C'est cot 
honneur qui a toujours ete' I'idolo des hommes possede's par 
I'csprit du monde. C'est pour se conserver cette gloire, dont le 
(lemon est le ve'ritable distributeur, qu'ils lui sacrifient leur vie 
par la fureur des duels a laquelle ils s'abandonnent, leur hon- 
neur par I'ignominie des supplices auxquels ils s'exposent, et 
leur salut par le pe'ril de la damnation auquel ils s'engagent, et 
qui les a fait priver de la s(5pulture meme par les canons ecclt'- 
siastiques. Mais on doit louer Dieu de ce qu'il a eclairt' I'esprit 
du roi par des lumieres plus pures que celles de votre theologie. 
Sos t^dits si se'veres sur ce sujet n'ont pas fait que le duel fut un 
cnine ; ils n'ont fait que punir le crime qui est inst^parable du 
(-hu'l. II a aiTet(^, par la crainte de la rigueur de 5a justice, ceux 
qui n'etaient pas arrete's par la crainte de la justice de Dieu ; 
et sa pi(jt(5 lui a fait connaitre que I'honneur des chretiens 
oousiste dans I'observation des ordres de Dieu et des reo'les du 
clu-istianisme, et non pas dans ce fantome d'honncur que vous 
preteudcz, tout vain qu'il soit, etre une excuse legitime pour les 
nieurtres{13). Ainsi vos de'cisions meurtrieres sont maintenant 
en aversion a tout le monde, et vous seriez mieux conseilles de 

^ The italics are Pascal's. 




! 



I 




.'lOi 



TlIK I'ROVINX'IAL LETTKRS. 



'•'^TTP't clianger de sentiments, si ce n'est par priucipc de religion, au 
inoins par maxime de politique. Prt^venez, nies pbres, par uiie 
condanmatiou volontaire de cos opinions inlnunaines, les mauvais 
etfets qui en pourraicnt naitre, et dont vous seriez responsabks. 
Et, pour recevoir' plus d'horreur de riiomicide, souvenez-vous 
que le premier crime des hommes corrompus a etc' uu homicide 
en la personne du premier juste j que leur i^lus grand crime a 
etd un homicide en la personne du chef de tons les justes ; ut 
quo I'homicide est le seul crime qui ddtruit tout ensemble I'Etat, 
I'Eglise, la nature et la pie'tti. 

P. S. Je viens de voir la reponse de votre apologiste a ma 
treizieme lettre. Mais s'ii no respond pas mieux a celle-ci, (jui 
satisfait a la plupart de ses difficultt'S, il ne meritera pas de 
replique. Je le plains de le voir sortir i\ toute heure hors du 
sujet, pour s'etendre en des calomnies et des injures centre les 
vivants et centre les niorts. Mais, pour donner cr(^ance aux 
niemoires que vous lui fournissez, vous ne deviez pas lui fairs 
de'savouer publiquement une chose aussi publique qu'est le 
soufflet de Compiegne. II est constant, mes peres, par I'aveu 
de I'offensd, qu'il a re9u sur sa joue un coup de la main d'un 
Je'suite ; et tout ce qu'ont pu faire vos amis a 6i6 de mettre en 
doute s'il I'a re^u de I'avant-main ou de I'arriere-main ; et 
d'agiter la question si un coup de revers de la main sur la joiie 
doit etre appeld soufflet ou non. Je ne sais a ' ' aonartient 
d'en decider; mais je croirais cependant que c'e .^ns un 

soufflet probable. Cela me met en suretd de conscv "^ 

' A and B, concevoir. 



tie loli'Mon, au 



THE PROVLVf'IAL LETTEKS. 



3().> 



iii 



NOTES ON LETTER XIV. 



(1) Genesis ix. 5, G. (Chrysostom. Homil. xxvir. in Gen. cap. 5, e.l 
Migue, IV. 245.) 

(2) " Quasdam vero exceptioncs eadem ipsa divina fecit auctoritas, ut 
"mn hceat Imannom occidi. Sed his exceptis, quos Deus occidi jubet, 
|isive data lege, .sive ad personam pro tempore expressa jus.sione : noii 
'^ autem ipse occidit, qui niinisterium debet jul)enti sicut adminiculum 

gladuis utenti : et ideo nequaquam contra hoc prrcceptum fecerunt, quo 

^ cbctmn est non occinES His igitur exceptis, quos vel lex justa gene- 

rahter, vel ipso fons justiti* Deus specialiter occidi jubet; quisquis 
houiinem vel se ipsum, vel quemlibet occiderit, homicidii crimine innec- 
"titur. {De Civ. Dei, i. 21, ed. Migne, vii. 30.) 

^^ (3) "Qui nulla superior! et legitima potestate vel jubente vel con- 
cedente in .sanguinem alicujus armatur." (Auguatin. contra Fav^t 
lib. XXII.) 

^ (4) " ...quod notandum, nam nominatim ea lex ait, furem nocturnum 
^^non posse occidi, nisi iu extremo vitie periculo, id est cum quis cum 
servare non potest, quiu perdat se."' (Cujacius In tit. Uij. de Jmt et 
Jure, ud leg. 3.) 

^^ (o) " Licet quidera etiana repellere eum, qui venit feriendi, non occi- 
cl^nuh causa, qu6d ex genere teli cognoscitur." (1. i. § Bivm ad I. Cornel. 

de suxir.) " Sed non licet occidere Ergo si non prajcessit inferendas 

caidis voluntas, sed vapulandi tantfim, aut diloricandaj vestis gratia, 

yure cmum non videri. Et eodem modo licet repellere eum, qui venit 

'eripienda) possessionis gratia, sed non licet occidere:' (Ibid. Jac. Cujacii 

Recitationes ad tit. Dig., Spira), 1595, pp. 40, 41 ) 

((5) See Notes (10) and (17) on Letter VIL, and Note on Letter XIII 
ivpra, pp. 178 and 287. 

(7) This is Pascal's only allusion to the .subject of Tyrannicide, and 
^^oluler has sometimes been expressed that he did not treat more fully on 
a point where his materials were so ample. But those who rea«.l the 
Letters in the light of his character, can see two reasons for this silence 
^a the first place, the book of the Jesuit Mariana {De rege et regis insti- 
Mione, Tolet. 1598,) ha.l been burnt by the hangman in' IGIO, and it was 
"ot hiscals bent to make any easy appeal to the political pas.sious of the 
PASC. L. .9Q 







u 






w—m- 



11 



\A 




yoc 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



j,'encral public. But a deeper reason still was suggested by Vinet, a 
writer eminently capable of grasping tiie spirit of Pascal's writings. 
"The quality of manhood seemed to liim superior to all other aspects'." 
So that in his protest on behalf of the sacredness of human life, the King 
was included in the :Man. [On the general subject see Ellcndorf, M<mil 
u. I'oUtik- d<r ^hmdfe)^, pp. 300 fF., and Maynard, u. 170, note 2.] Tlio 
second i)oint noticed by Pascal in Lessius can only be Ijrielly alluded to. 
The question mooted by the casuist was: "ntnttn ad consercatioiim 
" nuttn'ti liivat prwhere platnnacum quo proles putctur moritura." The 
matter belongs to the sphere of medical jurisprudence, as Maynard urges, 
but is not, on that account, to be regarded as ipso facto renutved from the 
cognizance of the moralist. For if so, why did Lessius meddle with it ] 
His decisions on this and kindred subjects, excellent in their inten- 
tion, are the clearest proof of the inherent weakness of a moral hete- 
ronomy. 

(8) The Council of Ancyra was held some years before that of Nicaca, 
prohahhj in 314. The 22""* Canon is as follows :— Ilfpi (kov<ti(ov (f)6va>v, 
vTToninTfTmcrav fxtv, rov 8e xfXfiov «V tw Tt'Xft tov ^iov KaTn^iovaQmaav, 
("Concerning voluntary homicide, the perpetrators are to be substrati, 
and only deemed worthy of perfecting, sc. of the Commtmion, at the end 
of their lives.") See Ilefele, Condliengeschichte, 2" Ausg. I. 241, and 
Mansi, li. 520. 

(9) In addition to the authorities quoted by Pascal, it may be men- 
tioned that the Lateran Council of 1139 deprived those who perished in 
duels, or even tournaments, of Christian burial : Canon viii, " quod si 
"quis corum ibidem mortuiis fnerit, quamvis ei posccnti pcenitentia et via- 
" ticzim non negetur, ceclesiastica tamen careat scpidtura."" (Labbe x. 999.) 
The celebrated interdiction of any clerical participation in a capital sen- 
tence, was the 18'" Decree of the Lateran Council of 1215 : " Sententiam 
"sanyninis nidlus derieus dictet aut proferat: sed nee sanguinis vindictam 
^^ exerceat, aut ubi excrcetur intcrsit." 

(10) For a very striking instance of the same contrast, see supra, 
Note 5 on Letter VL 

(11) To this indictment the Apologists once more oppose the dis- 
tinction of the " state of Nature," and that of Society, which was examined 
in the Introduction (p. 3"). 

(12) Maynard (ii. 182, Note 1,) raises the question of Counsel and 
Precept, a doctrine of the Roman church wliich, as we have shewn, was 
practically ignored in the ethical code of Jansenism. 



* Moralhtes des xvi et xvii Sierica, \k ijl. 



istcd hy Vinet, a 
Pascal's writings. 
11 otluT aspects'.'' 
man life, tho King 

Ellcndorf, Moral 
.70, note 2.] Tlio 

briefly allutled to. 
ud conserratioiiom 

moritura." The 
[IS Maynard urges, 
removed from the 
s meddle with it ] 
it in their inten- 

of a moral hete- 

'ore that of Nicsca, 
31 (Kovaiuv (f)6va>i>, 
w KaTa^iovadaxrav. 
•e to be substmii, 
ninioii, at the end 
Ausg. I. 241, and 

1, it may be man- 
se who perished in 
ion VIII, " quod si 
' poenitentia et via- 
," (Labbe x. 999.) 
a in a capital sen- 
215: '■'■ Sententiam 
xnguinis vindictam 

)ntrast, see supra, 



re oppose the dis- 
hich was examined 



on of Counsel and 
e have shewn, was 



THE PROVINCIAL LETTERS. go7 

(13) From the earliest times, laws on the subiect of n„pn;n„ i, a 
found a place in French statute-books. A. Hrst r c Cnld as^ o^ 

^7 C "; ^"r ''''' '^'^'^^^S'^ '^' ^^'^t --^^ never of prTcticd 

fleet. Capital punishment was threatened by Henry III and Tv Tn 

lact that 4000 Irench noblemen lost their lives in duels during the latter 
re.gn. Eicheheu put the law in force in 1627, when Boutev 1^ Mnnf 

;::! x^'^^^T't yt'- ^-^ ^* '-" -rrtrr^t:; 

OU.S XIV. that the evil was finally abolished. The edict referred to bv 
lascal was published on the 5- of September, IG51, the firs dly of thi 
k.ng s majority. (Brillat Savarin, Bssui kist. et J, sur le dZ, Paris! 

arled^ Utv T^" '"' "^'^ ^ ^^""^'^^ ^«-* -' pleasantry^re- 
'' S Jar ouol f " "" '"''"'■ ^'^^' ''' ''^'^ «--^"* bien a tra- 

" 'a ol eir/e ? fT "^ ^'^ ^^ '^^^^""^ ^^ ^^ P-'abilitd, 
Vll Vlt.^ P v^^^ V '''' ""^ "P''^^'^'^ P^^bable, secundum 





20—2 



f ' ^!W^" 




QUINZIEME LETTRE. 



IV ill- 1 



I 



AUX REVERENDS PERES JESUITES'. 



Du 25 novembre 1656. 

Mes Reverends p^res, 

Puisque vos impostures crolssent tous les jours, et 
que vous vous en servez pour outrager si cruellement toutes les 
personnes de piet«5 qui sont contraires ^ vos erreurs, je me sens 
obligd, pour leur iiiteret et pour celui de I'Eglise, de ddcouvrir 
un mystere de votre conduite, que j'ai promis il y a longtemps, 
afin qu'on puisse reconnaitre par vos propres maximes quelle foi 
Ton doit ajouter h vos accusations et k vos injures. 

Je sais que ceux qui ne vous connaissent pas assez ont peine 
k se determiner sur ce sujet, parce qu'ils se trouvent dans la 
ndcessite ou de croire les crimes incroyables dont vous accusez 
vos ennemis, ou de vous tenir pour des imposteurs, ce qui leur 
parait aussi incroyable. Quoi ! disent-ils, si ces choses-la 
n'etaient, des religieux les publieraient-ils, et voudraient-ils 
renoncer a leur conscience, et se damner par ceS calomnies? 
Voiltl la maniere dont ils raisonnent : et ainsi les preuvcs visi- 
bles par lesquelles on mine vos fausset^s, rencontrant lopinioii 
qu'ils ont de votre sincdritd, leur esprit demeure en suspens 
entre I'^vidence et la v^ritd qu'ils ne peuvent dt^mentir, et le 
devoir de la charite qu'ils apprehendent de blesser. De sorte 

» Heading in modern editions:— " Que les Jesuites otent la caloinnic lin 
" nombre des ciiineB, et qu'ils ne se font point de scrupule de sVn t^eivir pour 
" deciier leurs ennemis." 



THE PKOVINCIAL LETTERS. 



309 



ovembre lCu6. 



qtie comme la soule chose qui lea empMie de rejeter vos m^di- 
«unces est I'estime qu'ils ont de vous, si on lour fait entendre 
(lue vous u'avez pas do la calomnio I'idde qu'ils s'imaginent quo 
vous en avez', et quo vous cn.yoz pouvoir* faire votre salut en 
calomniant vos ennomis, il est sans doute que le poids de la 
vt'i-itcUesdc'torniiiicra incontinent k ne plus croire vos impos- 
tures. Ce sera done, nies pores, le sujet de ccttc lettre. 

Je no ferai pas voir seulement que vos ecrits sunt romplis 
de calomnies. je veux passer plus avant. On pout bien dire des 
Glioses fausses en les croyant vc'ritables, mais la qualitt^ de 
nionteur enferme I'intention de mentir. Je ferai done voir, mes 
pL-res, que votre intention est de mentir et do calomnier, et que 
c'est avec connaissance et avec dessein que vous imposez k vos 
ennemis des crimes dont vous savcz qu'ils sont innocents, parce 
quo vous croyez le pouvoir faire sans ddchoir de I'dtat de grace. 
Et quoique vous sachiez aussi bien que nioi ce point de 'votre 
morale, je ne laisserai pas de vous le dire, mes peres, afin que 
personne n'en puisse douter, en voyant que je m'adresse k vous 
pour vous le soutenir h vous-m6mes, sans que vous puissiez avoir 
1 assurance de le nier, qu'en confirmant par ce ddsaveu meme le 
reproche que je vous en fais. Car c'est une doctrine si commune 
dans vos dcoles, que vous I'avez soutenue non-seulement dans 
vos livres, mais encore dans vos thl'ses publiques, ce qui est de 
la dernierc hardiesse ; comme entre autres dans vos theses de 
Louvain de I'annde 1045, en ces termes: "Ce n'est qu'uu pdchd 
" vdniel de calomnier et d'imposer de faux crimes pour ruiner 
'•de crdance ceux qui parlent mal de nous. Quidni non nisi 
"vemale sit, detrahentis auctoritatem magnam, tihi noxiamjalso 
'' cnmine elidere ?" Et cette doctrine est si constante parmi 
vous, que quiconque I'ose attaquer, vous le traitez d'ignorant et 
de temdraire (1). 

C'est ce qu'a dprouvt' depuis pen le pere Quiroga, Capucin 
allemand, lorsqu'il voulut s'y opposer. Car votre pl-re Dicastillus 
lentrepnt mcontinent, et il parle de cette dispute en ces termes 
l>e Just, 1. 2, tr. 2. disp. 12, n. 404: " Un certain relio-ieux 



LKTTER 
XV. 




A, B and C omit que vmts en avez. 




' Ibid, omit pouvoir. 




-' m - *' i'y i 



310 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



LKTTKK " grave, pieda nus et encapuchonnd, cucullatus gymnopoda, que 
" je ne nomme point, eut la te^mdrit^ de ddcrier cette opinion 
" parmi des fommes et des ignorants, et de dire qu'elle dtait 
" pernicieuso et scandalonse contre les bonnes moeurs, centre la 
" paix des Etats et des societds, et enfin contraire non-seulement 
" i\ tous les docteurs catholiques, mais a tons ceux qui peuvent 
" etre catholiques. Mais je lui ai soutcnu, comme je soutiens 
" encore, quo la calomnie, lors(][u'on en use contre un calomnia- 
" teur, quoiqu'elle soit un mensonge, n'est point ndanmoins un 
" pe'clid mortel, ni contre la justice, ni contre la charitd ; et, 
*' pour le prouver, je lui ai fourni en foule nos peres et les 
" universitds entieres qui en sent composdes, que j'ai tous con- 
" suites, et, entrc autres, le revdrend pere Jean Gans, confesseur 
" de rempcrcur ; le reverend pere Daniel Bastele, confesseur de 
" I'archiduc Leopold ; le pere Henri, qui a ete precepteur de ces 
" deux princes ; tous les professeurs publics et ordinaires de 
" Tuniversitd de Vienne (toute composee de Je'suites) ; tous les 
" professeurs de I'universitd de Gratz (toute de Jesuites) ; tous 
" les professeurs de I'universitd de Prague (dont les Jesuites 
" sont les maitres) : de tous lesquels j'ai en main les approba- 
" tions de mon opinion, dcrites et signees de leur main : outre 
"que j'ai encore pour moi le pere de Pennalossa, Jesuite, prd- 
" dicateur de I'empereur et du roi d'Espagne ; le pere Pillicerolii, 
" Jdsuite, et bien d'autres qui avaient tous juge cette opinion 
" probable avant notre dispute." Vous voyez bien, mes peres, 
qu'il y a peu d'opinions que vous ayez pris si a tache d'etablir, 
comme il y en avait peu dont vous eussiez tant de besoin. Et 
c'est pourquoi vous I'avoz tellement autorisee, que les Casuistes 
s'en servent comme d'un principe indubitable. " II est constant, 
" dit Caramuel, n. 1151 (ou 1588), que c'est une opinion pro- 
" bable qu'il n'y a point de pechd mortel k calomnier faussement 
" pour conserver son honneur ; car elle est soutenue par plus de 
" vingt docteurs graves, par Gaspard Hurtado et Dicastillus, 
" Jesuites, etc. ; de sorte que, si cette doctrine n'e'tait probable, 
" a peine y en aurait-il aucune qui le fiit en toute la the'o- 
" logie (2)." 

O theologie abominable, et si corrompue en tous ses chefs, 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



311 



que si, selon scs maximes', il n'dtait probable et stir en cons- li;ttkr 
cience qu'on pent calomnier sans crime pour conserver son ^'^' 
honneur, h peine y aurait-il aucune do ses decisions qui filt 
sure'! Qu'il est vraisemblable, mes peres, que ceux qui tien- 
nent ce principe le mettent quelquefois en pratique ! L'inclina- 
tion corrompue des homines s'y porte d'elle-meme avec tant 
d'impdtuosite, qu'il est incroyable qu'en levant I'obstacle de la 
conscience, elle no se repande avec toute sa vehemence naturelle. 
En voulez-vous un exemple ? Caramuel vous le donnera au 
memo lieu. " Oette maxime, dit-il, du pere Dicastillus, Jesuite, 
" touchant la calornnie, ayant ete enseignee par une comtesse 
"d'Allemagne aux filies de I'imperatrice, la crdance qu'elles 
"eurent de ne pecher au pkis que ve'niellement par des calom- 
" nies en fit tant naitre en pen de jours, et tant de medisances, 
"et tant de faux rapports, quo cela mit toute la cour en corn- 
"bustion et en alarmes; car il est aise do s'imaginer I'usao-e 
" qu'elles en surent faire : de sorte que, pour apaiser ce tumulte, 
" on fut oblige d'appeler un bon pere Capucin d'une vie exem- 
"plaire, nonime le pere Quiroga (et ce fut sur (pioi le p^re 
" Dicastillus le querella tant), qui vint leur declarer que cette 
"maxime etait tres-pernicieuse, principalement parmi les 
" femmes ; et il eut un soin particulier do faire que rimp(^ra- 
" trice en abolit tout a fait I'usage." On ne doit pas etre 
surpris des mauvais cffets que causa cette doctrine. II faudrait 
admirer au contraire qu'elle ne produisit pas cette licence. 
L'amour-propre nous persuade toujours assez que c'est avec 
injustice qu'on nous attacpie ; et a vous principalement, mes 
peres, que la vanite aveugle de telle sorte, que vous voulez faire 
croire en tous vos e'crits que c'est blesser I'honneur de I'^lise 
que de blesser celui de votre Societe. Et ainsi, mes peres, il y 
aurait lieu de t.ouver etrange que vous ne missiez pas' cette 
maxime en praticpie. Car il ne taut plus dire de vous comme 
tont ceux qui ne vous connaissent pas : Comment ces bons peres' 
voudraient-ils calomnier leurs ennemis, puisqu'ils ne le pour- 
laient faire (jue par la perte de leur salut ? Mais il faut dire au 



tous ses chefs, 



' A ami B omit selon scs ma.rimes. 
' A. B ami C omit jms. 



11' 



' A, B and C qui la fiU, 

* A, B and C omit ecu boim p>ret. 



Il 




LirrTER 

XV. 



Ill 



312 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



contraire : Comment ces bons pores' voudraient-ils perdre I'avan- 
tage de decrier leurs ennemis, puisqu'ils le peuvent faire sans 
hasarder leur salut ? Qu'on ne setonne done plus de v« ir les 
Jt^suites calomniateurs : ils le sont en surety de conscit uce, et 
rien ne les en pent empecher ; puisque, par lo credit f 'ils ont 
dans le monde, ils peuvent calomnier sans craindr^ t justice 
des hommes, et que, par celui qu'ils se sont donne' i. les cas de 
conscience, ils ont etabli des maximes pour le poi , i^oir faire sans 
craindre la justice de Dicu (3). 

Voila, mes peres, la source d'ou naissent tunt de noires im- 
postures. Voila ce qui en a fait repandre a votre pere Brisacier, 
jusqu'^ s'attirer la censure de feu M. I'archeveque de Paris. 
Voila ce qui a porte votre pere d'Anjou a de'crier en pleine 
cliaire, dans I'e'glise de Saint-Benoit, a Parish le 8 mars 1655, 
les personnes de qualite qui recevaient les aumones pour les 
pauvres de Picardie et de Champagne, auxquelles ils con- 
tribuaient tant eux-memes; et de dire', par un mensonge hor- 
rible et capable de faire tarir ces charitds, si on eut eu quelque 
cr^ance en vos impostures, " ou'il savait de science certaine que 
"ces personnes avaient ddtourne cet argent pour lemployer 
" contre I'Eglise et contre I'Etat : " ce qui obligea le curd de 
cette paroisse, qui est un docteur de Sorbonne, de monter le 
lendemain en chaire pour de'mentir ces calomnies. C'est par ce 
meme principe que votre pere Crasset a tant prdcht^ d'impostures 
dans Orle'ans, qu'il a fallu que M. I'eveque d'Orleans I'ait interdit 
comme un imposteur public, par son mandement du 9 septembre 
dernier*, ou il declare " qu'il defend a frere Jean Crasset, pretre 
" de la compagnie de Jdsus, de precher dans son diocese ; et a 
" tout son peuple de I'ouir, sous peine de se rendre coupable 
" d'une ddscb(^issance mortelle, sur ce qu'il a appris que ledit 
" Crasset avait fait un discours en chaire rempli de faussetds et 
" de calomnies contre les ecclesiastiques de cette ville, leur im- 

' A, B and C omit ces bons peres. 

* Ibid, omit a Paris. 

» et a dire is alone correct, according to the rules of modern French, but the 
reading de is found in all the original editions. 

* A, B and C omit dernier. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



S13 



n French, but the 



"posant faussement et malicieusement qu'ils soutenaient ces letter 
" propositions h^rdtiques et impies : Que les commandements de ^^ ' 
•^ Dieu sont impossibles ; que jamais on ne resiste a la grace 
"iixterieure; et que Jesus-Christ n'est pas mort pour tous les 
" horames ; et autres semblables, condamne'es par Innocent X." 
Car c'est la, mes peres, votre imposture ordinaire, et la premiere 
que vous reprochez a tous ceux qu'il vous est important de 
decrier. Et, quoiqu'il vous soit aussi impossible de le prouver 
de qui que ce soit, qu'a votre pere Crasset de ces eccle'siastiques 
d'Orldans, votre conscience ndanmoins demeure en repos, parce 
que vous croyez que " cette maniere de calomnier ceux qui vous 
" attaquent est si certainement permise," que vous ne craignez 
point de le de'clarer publiquement et a la vue de toute une 
ville i^h 

En voici un insigne te'moignage dans le dem^l^ que vous 
eutes avec M. Puys, curd de Saint-Nisier, a Lyon : et comme 
cette histoire marque parfaitement votre esprit, j'en rapporterai 
les principales circonstances. Vous savez, mes peres, qu'en 
1649, M. Puys traduisit en fran^ais un excellent livre d'un autre 
pere' Capucin, touchant "le devoir des chrt^tiens a leur paroisse 
"centre ceux qui les en detournent," sans user d'aucune invec- 
tive, et sans de'signer aucun religieux ni aucun ordre en par- 
ticulier. Vos peres nt^anmoins prirent cela pour eux ; et, sans 
avou- aucun respect pour un ancien pasteur, juge en la primatie 
<le France et honor^ de toute la ville, votre pere Alby fit un 
livre sanglant centre lui, que vous vendites vous-memes dans 
votre propre dglise le jour de I'Assomption, ou il I'accusait de 
plusieurs choses, et entre autres de "s'etre rendu scandaleux par 
"ses galanteries, et d'etre suspect d'impidt^, d'etre hc^rdtique, 
" excommunit^, et enfin digne du feu." A cela M. Puys rdpondit! 
et le pere Alby soutint, par un second livre, ses premieres accu- 
sations. N'est-il done pas vrai, mes peres, ou que vous 4tiez 
des calomniateuis, ou que vous croyiez tout cela de ce bon 
pretre; et qu'ainsi il fallait que vous le vissiez hors de ses 
erreurs pour le juger digne de votre amitie ? Ecoutez done ce 



^ Ibid, omit pire. 



■ 



Hi 



IN 



3U 



THE PROVINCIAL LETTERS. 







LETTER qui se passa daus raccommodement qui fut fait en presence d'un 
grand nombre des prenn?3res personnes de la ville, dont les noms 
sont au bas de cette pngoi"'); comme ils sont marques dans I'acte 
qui en fut dressed le 25 septembre 1650. Ce fut en presence de 
tout ce monde que Isl. Puys ne fit autre chose que " declarer que 
" ce qu'il avait dcrit no s'adiessait point aux peres Je'suites : 
" qu'il avait parle en general centre ceux qui eloignent les 
" fideles des paroisses, sans avoir pense en cela attaquer la 
" Societd, et qu'au contraire il I'honorait avec amour." Par ces 
seules paroles, il revient* de son apostasie, de ses scandales et de 
son excommunication, sans retractation et sans absolution ; et le 
■phre Alby lui dit ensuite ces propres paroles : " Monsieur, la 
" creance que j'ai eue que vous attaquiez la compagnie dont j'ai 
" I'honneur d'etre, m'a fait prendre la plume pour y re'poudre ; 
" et j'ai cru que k maniere dont j'ai use m'etait perjilse. Mais, 
" connaissant mieux votre intention, je viens vous declarer qu'il 
" n'y a PLUS RIEN qui me puisse empecher de vous tenir pour 
" un homme d'esprit, tres-dclaird, de doctrine profonde et ORTHO- 
" DOXE, de mceurs IRReprehensibles, et, en un mot, pour digne 
" pasteur de votre Eglise. C'est une declaration que je fais avec 
"joie, et je prie ces messieurs de s'en souvenir(6)." 

Ils s'en sont souvenus, mes peres ; et on fut plus scandalis(^ 
de la re'conciliation que de la querelle. Car qui n'admirerait ce 
discours du pere Alby! II ne dit pas qu'il vient se retracter, 
parce qu'il a appris le cliangement des mceurs et de la doctrine 
de M. Puys; mais seulement parce que, " connaissant que son 
" intention n'a pas et^ d'attaquer votre compagnie, il n'y a plus 
" rien qui I'empeche de le tenir pour catholique." II ne croyait 
done pas qu'il fut heretique en effet : et neanmoins, apres Ten 
avoir accuse centre sa connaissance, il ne de'clare pas qu'il a 
failli ; mais il ose dire'\ au contraire, qu'il croit que " la maniere 
" dont il en a usd lui ^tait permise." 

A quoi songez-vous, mes peres, de temoigner ainsi publique- 
ment que vous ne mesurez la foi et la vertu des hommes que 
par les sentiments qu'ils ont' pour votre Socidte'? comment 

' A, B and C, revint. » Ibid, et il ose dire. 

^ Ihid. •' que p&r VinteiHion qu'on a." Nicole anticipated the rrading of the 



THE PROVI^X'IAL LETTERS. 



315 



n'avez-vous point appr^hendd de vous faire passer vous-memes, le;ttkk 
et par votre propre aveu, pour des imposteurs et des calomnia- 
teurs? Quoi ! mes peres, un meme homme, sans qii'il se passe 
aucun changement en lui, selon que vous eroyez qu'il honore ou 
qu'il attaque votre compagnie, sera " jneux ou impie, irr^pre- 
"hensihle ou excomnmnie, digne pxisteur de VEtjlise ou digne 
"d'etre mis au feu, et enfin cathoUque ou hereiique'?" C'est 
done une meme chose, dans votre langage, d'attaquer votre 
Socidt(^, et d'etre herdtique ? Voila une plaisante ht<resie, mes 
peres ; et ainsi, quand on voit dans vos e'crits que tant de per- 
sonnes catholiques y sont appele'es heretiques, cela ne veut dire 
autre chose, sinon que " vous eroyez qu'ils vous attaquent." II 
est bon, mes peres, qu'on entende cet dtrange langage, selon 
lequel il est sans doute que je suis un grand heretique? Aussi 
c'est en ce sens que vous me donnez si souvent ce nom. Vous 
ne me retranchez de I'Eglise que parce que vous cmvez que mes 
lettres vous font tort: et ainsi il ne me reste, pour devenir 
catholique, ou que d'approuver les exces de votre morale, ce que 
je ne pourrais faire sans renoncer a tout sentiment de piete ; ou 
de vous persuader que je ne recherche en cela que votre veritable 
bien ; et il faudrait que vous fussiez bien revenus de vos dgare- 
ments pour le reconnaitre, De sorte que je me trouve ^trange- 
raent engage dans I'heresie, puisque, la purete^ de ma foi ^tant 
inutile pour me retirer de cette sorte d'erreur, je n'en puis 
sortir, ou qu'en trahissant ma conscience, ou qu'en rdformant la 
v6tre(7). Jusque-la je serai toujours un mdchant et un im- 
posteur ; et, quelque fiddle que j'aie ete a rapporter vos passages, 
vous irez crier partout qu'il "faut etre organs du demon pour 
" vous imputer des choses dont il ny a ni marque ni vestige dans 
"vos livres;" et vous ne ferez rien en cela que de conforme a 
votre maxime ct a votr.- pratique ordinaire, tant le privilege 

8- edition by his version: Ut quhque de societate vestrd seutiat, perinde vos 
de ipsiusfide, de ipsius virtute sentire > 

' " Quand vous croyiez M. Pays ennemi de votre Society, il 6tait indigne 
"pasteur de son eglise, ignorant, heretique, de niauvaise foi et moeurs. Depuis 
'' il est digne pasteur, de bonne foi et ma'urs." (.MS. variation discovered bv 
M, laug^re.) . 





u 



\l it t- 



31G 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



M 




LETTER que vous avez de nientir a d'dtendue. Souffrez que je vous en 
donne un exemple (^ue jo clioisis a dessein, parce que je t4- 
pondrai en iueme temps h la ncuvibme de vos impostures; aussi 
bieu olles no meriteut d'etre reiiitees qu'eu passant. 

II y a dix a douze aiis qu'on vous reproclia cette maxime du 
pere Bauny : Qu'il est " permis de rechercher directcment, 
"PKIMO ET T'ER SE, une occasion procliaine de pechor pour le 
" biei "• -'\el ou temporel de nous ou de notre procliain," 1. 1, 
tr. 4, , p. 94, dout il apporte pour exemple : " Qu'il est 

" permis a cliacun d'aller en des lieux publics pour convertir des 
" femmes pordues, encore qu'il soit vraisomblable qu'on y pdchera, 
" pour avoir deja expe'rimente souvent qu'on est accoutumc^ de 
" se laisser aller au peche par les caresses de ces femmes." Que 
repondit a cela votre pere Caussin, en 1644, dans son Ajyologie 
pour la compagnie de Jesus, p. 48 ? " Qu'on voie I'endroit du 
"pere Bauny, qu'on lise la page, les marges, les avant-propos, 
" les suites, tout le reste, et meme tout le livre, on n'y trouvera 
" pas un seul vestige de cette sentence, qui ne pourrait tomber 
" que dans I'ame d'un homme extremement perdu de conscience, 
" et qui semble ne pouvoir etre suppose'e que par I'organe du 
"de'mon!" Et votre pere Pintereau, en meme style, premiere 
partie, p. 24 : " II faut etre bien perdu de conscience pour en- 
" seigner une si de'testable doctrine ; mais il fiiut etre pire qu'un 
" demon pour I'attribuer au pere Bauny. Lecteur, il n'y en a ni 
" marque ni vestige dans tout son livre." Qui ne croirait que 
des gens qui parlent de ce ton-la eussent sujet de se plaindre, 
et qu'on aurait en effet impose au pere Bauny? Avez-vous 
rien assure centre moi en de plus forts termes ? Et comment 
userait-on s'imaginer qu'un passage fut en mots propres au lieu 
meme ou Ton le cite, quand on dit qu'il n'y en a ni marque ni 
vestige dans tout le livre (8) ? 

En veritd, mes peres, voil^ le moyen de vous faire croire 
jusqu'k ce qu'on vous reponde; mais c'est aussi le moyen de 
faire qu'on ne vous croie jamais plus, apres qu'on vous aura 
rt^pondu. Car il est si vrai que vous mentiez alors, que vous ne 
faites aujourd'hui aucune difficulte' de reconnaitre, dans vos 
ri^p<Mises, que cette maxime est dans Ic pere Bauny, au lieu 



' "■ ' i" n't 



1 on vous aura 



THE PROVINCIAL LETTERS, 



317 



meme qu'on avait cite : et, ce qui est admirable, c'est qu'au lieu lettkr 
quelle 4tait detestable il y a douze ans, elle est maintenant si 
innocente, que, dans votre neuvibine Impostxire, p. 10, vous 
m'accusez " d'ignorance et de malice, de quereller le pere Bauny 
" sur une opinion qui n'est point rejetde dans I'dcole." Qu'il est 
avantageux, mes peres, d'avoir affaire a, ces gens qui disent le 
pour et le contro ! Je n'ai besoin que de vous-memes pour vous 
contondre. Car je n'ai a montrer (pie deux choses : Tunc, que 
cotte maxime ne vaut rien ; I'autre, qu'elle est du pere Bauny ; 
et je prouverai I'une et I'autre par votre propre confession. En 
1G4.4, vous avez reconnu qu'elle est detestable, et, en 165G, vous 
avouez qu'elle est du pere Bauny : Cette double reconnaissance 
me justifie assez, mes peres ; mais elle fait plus, elle ddcouvre 
I'esprit de votre politique. Car, dites-moi, je vous prie, quel est 
le but que vous vous proposez dans vos dcrits ? Est-ce de parler 
avec sincerite' ? Non, mes peres, puisque vos rdponses s'entre- 
detruisent. Est-ce de suivre la verite de la foi ? Aussi peu, 
puisque vous autorisez une maxime qui est detestable selon vous- 
memes. Mais considerons que, quand vous avez dit que cette 
maxime est detestable, vous avez nid en meme temps qu'elle fiit 
du pere Bauny; et ainsi il etait innocent : et quand vous avouez 
qu'elle est de lui, vous soutenez en meme temps qu'elle est 
bonne; et ainsi il est innocent encore. De sorte que, I'innocenco 
de ce pere etant la seule chose commune a, vos deux reponses, 
il est visible que c'est aussi la seule chose que vous y recher- 
che; et que vous n'avez pour objet que la defense de vos pere?^ 
en disant d'une meme maxime qu'elle est dans vos livres et 
qu'elle n'y est pas ; qu'elle est bonne et qu'elle est mauvaise : 
non pas selon la ve'ritd, qui ne change jamais, mais selon votre 
interet, qui change a toute heure. Que ne pourrais-je vous dire 
la-dessus ? car vous voyez bien que cela est convaincant. Co- 
pendant rien ne vous est plus ordinaire*; et, pour en omettre 
une infinite d'exemples, je crois que vous vous contcnterez que 
je vous en rapporte encore un. 

On vous a reproch^ en divers temps une autre proposition 

1 A, B anrl C, Cependavt ecla vous est taut ordinaire 




t(i 




]v ri 



.•?KS 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



' r-T^ 



ihi 







i 

\ 

r 







LETTER du meme p^re Bauny, t. I. tr. 4, quest. 22, p. 100 : " On ne doit 
" ddnier ni diffdrer I'absolution h ceiix qui sorit dans les habi- 
" tudes de crimes eontre la loi de Dieu, de nature' et de I'Eglise, 
" encore qu'on n'y voie aucune espdrance d'amendcment : etsi 
" emendatioms futurce spes nulla appareat." Je vous prie sur 
cela, mes p^res, de me dire lequel y a le mieux rdpondu, selon 
votre gout, ou de votre pere Pintereau, ou de votre p^re 
Brisacier, qui ddfendent le p^re Bauny en vos deux mani^res : 
Tun en condamnant cette proposition, mais en de'savouant aussi 
qu'elle soit du p^re Bauny ; I'autre, en avouant qu'elle est du 
p^re Bauny, mais en la justifiant en meme temps. Ecoutez-les 
doncdiscourir. Void le p^re Pintereau, l--^ part., p. 19, 21 : 
'' Qu'appelle-t-on franchir les bornes de toute pudeur, et passer 
" au dela de toute impudence, sinc>n d'imposer au pere Bauny, 
" comme une chose avdrde, une si damnable doctrine ? Jugez,' 
" lecteur, de I'indignit^ de cette calomnie, et voyez a quisles 
" Jesuites ont affaire, et si I'auteur dune si noire supposition ne 
" doit pas passer ddsormais pour le truchement du pere des men- 
" songes ? " Et voici maintenant votre pere Brisacier, 4« part., 
pag. 27: "En effet, le pere Bauny dit ce que vous rapportez." 
(C'est dementir le pfere Pintereau bien nettement.) "Mais," 
ajrute-t-il pour justifier le pere Bauny, " vous qui reprenez cela, 
" attendez quand un penitent sera k vos pieds, que son ange 
"gardien hypotheque tons les droits qu'il a au ciel pour etre sa 
"caution: attendez que Dieu le Pere jure par son chef que 
" David a menti, quand il a dit, par le Saint-Esprit, que tout 
" homme est menteur, trompeur et fragile ; et que ce penitent 
" ne soit plus menteur, fragile, changeant ni pecheur comme les 
" autres ; et vous n'appliquerez le sang de Jesus-Christ sur 
" personne(-^)." 

Que vous semble-t-il. mes pkes, de ces expressions ex- 
travagantes et impies, que, s'il fallait attendre qu'il y edt quel- 
que esperance d'amendement dans les pdcheurs pour les absoudre, 
il faudrait attendre que Dieu le Pere jurat par son chef qu'ils 
ne tomberaient jamais plus ? Quoi ! mes p^res, n'y a-t-il point 

' A, B and C, dc la nature. 



T^IE PROVINCIAL LETTERS. 

de (liff(?rence entre I'espt^rance et la certitude? Quelle injure letter 
cst-ee faire k la grace de Jdsus-Christ de dire qu'il est si peu 
l)ossible que les chr(^tiens sortent jamais des crimes centre la loi 
do Dieu, do nature et de I'Kglise, qu'on ne pourrait I'esp^rer 
sans que le Saint-Esprit eiU menfi : de sorte quo, selon vous, si 
on ne donnait labsolution a ceux dont on nesphre aiicun amende- 
ment, le sang de Jt^sus-Christ demeurerait inutile, et on ne 
I' appliquermt jamais sur personnel A (juol titat, mes peres, 
vous rdduit le ddsir immoderd de conserver la gloire de vos 
auteurs, puisque vous ne trouvez que deux voies pour les 
justifier, I'imposture ou I'impidtd; et qu'ainsi la plus innocente 
maniere de vous defendre est de ddsavouer hardiment les choses 
les plus evidentes ! 

De 1^ vient que vous en usez si souvent. Mais ce n'est pas 
encore \k tout ce que vous savez faire. Vous forgez des dcrits 
pour rendre vos ennemis odieux, commo la Lettre d'un ministre 
a M. Arnaidd, que vous debitates dans tout Paris, pour faire 
croire que le livre de la Fre'quente Communion, approuvd par 
tant d'eveques et tant de docteurs, mais qui, h, la vdritd, vous 
dtait un peu contraire, avait dte' fait par une intelligence secrete 
avec les ministres de Charenton. Vous attribuez d'autres fois k 
vos adversaires des Merits pleins d'impietd, comme la Lettre cir- 
culaire des Jansenistes, dont le style impertinent rend cette 
fourbe trop grossiere, et dt^couvre trop clairement la malice 
ridicule de votre pere Meynier, qui ose s'en servir, pag. 28, pour 
appuyer ses plus noires impostures. Vous citez quelquefois des 
litres qui ne furent jamais au monde, comme les Constitutions 
du Saint-Sacrement, d'ou vous rapportez des passages que vous 
fabriquez a plaisir et qui font dresser les cheveux a la tete des 
simples, qui ne savent pas quelle est votre hardiesse k invBnter 
et publier les mensonges : car il n'y a sorte de calomnie que 
vous n'ayez mise en usage. Jamais la maxime qui I'excuse ne 
pouvait etre en meilleure mainMlO). 

Mais celles-la sont trop aise'es k ddtruire ; et c'est pourquoi 
vous en avez de plus subtiles, ou vous ne particularisez rien, 

' A, B and C, meilleures mains. 




.1 I) 




m 
•1 * 1 



LKTTICH 
XV. 



320 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



afin (1 oter toute prise et tout moyeu d'y rt'poudre ; comiria 
quand lo pero Brisacier dit " que ses ennemis conimetteiit des 
" crimes aboininablcs, mais qu'il ne les veut pas rapporter." No 
semble-t-il pas (ju'on ne peut convaincre d'imposture un reproche 
si indeterminti ? Un habile homme nt^annioins en a trouvd lo 
secret, et c'est encore un Capucin, rncs peres. Vous etes 
aujourd'hui nialheureux en Capucins, et je prevois qu'une autre 
fois vous le pourriez bien etre en Beuedictins. Ce Capucin 
s'appelle le pere Valerien, de la maison des comtcs de Magnis. 
Vous apprendrez par cette petite histoire comment il repondit \ 
vos calomnies. 11 avait heureusement reus?i i\ la conversion dti 
prince Ernest, landgrave de Hesse-Rbeinsfelt*. Mais vos peres, 
comme s'ils eussent eu quelquo peine do voir con vertir un prince 
souverain sans les y appeler, firent incontinent un livre conire 
lui (car vous persecutez les gens de bien partout), oil, falsifiant 
un de ses passages, ils lui imputent une doctrine here'tiqite^. lis 
firent aussi courir une lettre centre lui, oil ils lui disaient : " Oh 
" que nous avons de clioses k ddcouvrir, sans dire quoiy dont vous 
" serez bien afflige ! Car, si vous n'y donnez ordre, nous serons 
" obligds d'en avertir le pape et les cardinaux." Cela n'est pas 
maladroit ; et je ne doute point, mes peres, que vous ne leur 
parliez ainsi de moi : mais prenez garde de quelle sorte il y 
respond dans son livre imprim^ k PragLie I'ann^e derniere. pag. 
112 et suiv. "Que ferai-je, dit-il, contre ces injures vagues et 
" indetermindes ? Comment convaiacrai-je des reproches qu'on 
'* n'explique point ? En voici ne'anmoins le moyen. C'est que 
" je declare hci.itement et publiquement a ceux qui me menacent, 
" que ce sont des impusteurs insignes, et de tr^s-habiles et trfes- 
" impudents menteurs, s'ils ne de'couvrent ces crimes a toute la 
" terre. Paraissez done, mes aceusateurs, et publiez ces choses 
" sur les toits, au lieu que vous les avez dites h, rorcille, et que 



1 I follow the modern editors in correcting Pascal's mistake, The original 
editions have da landfjrare de Darmstat. The prince in question was son of 
Prince Maurice, Landgraf of Hesse. 

* A, B and C add: et certes vous aviez grand tort, car il rCavait pas attaque 
votre Compacinie. Nicole also gives the parenthesis: "nam ille S. vestrani iion 
impugn A rat." 




I^'- 



^ ^ 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



km 



321 



I' vous avcz menti on assurance en Ics disant h I'orcillo. II y en 
"a qui s'iniagincnt quo cos disputes sont scaudalousos. II est 
" vrai (luo c'cst exciter un scandalo horrible quo do ni'imputor 
" un crane tel quo I'lidrosic, et do mo rendro suspect do plusiours 
"autres. Mais jo ne fais que rcmedier k co scandalo en soute- 
" nant men innocence." 

En vdritd, mes pores, vous voil-i malmonos, et jamais hommo 
na 6t6 mieux justifio. Car il a fallu (pio les moindres ap- 
paronces do crime vous aient manque contre lui, puisfpie vous 
u'avez point ropon.lu a un tel ddfi. Vous avez quol.iuefois de 
facl.euses rencontres a essuycr, mais cola no vous rend pas plus 
sacros. Car, quel.iue temps apr^s, vous I'atta.iuatos encore de la 
memo sorte sur un autre sujet, et il so defondit aussi do memo 
pag. lol, en cos termos : " Co genre d'hommes, qui se rend in- 
" supportable k toute la chretientd, aspire, sous le pre^texte dos 
"bonnes oouvres, aux grandeurs et ^t la domination, en do- 
" tournant a lours fins pres.pve toutes les lois divines, humaines, 
" positives et natuiellos. lis attirent, ou par leur doctrine, ou 
"par crainte, ou par esperance, tous les grands de la terra, de 
"lautoritd dosquels ils abuscnt pour faire rdussir leurs dd- 
'• testables intrigues. Mais leurs attentats, quoique si criminels 
"no sont m punis ni arr^tds: ils sont recompenses an contrairo' 
" et lis les commcttent avee la mkne haidiesse que s'ils rcndaient 
" un service a Dieu. Tout le monde le reconnaifc, tout le monde 
''en parle avee execration; mais il y en a pen qui soient 
capables de s'opposer a une si puissante tyrannie. Cost ce 
"que j'ai fait ndanmoins. J'ai arr^te leur impudence, et je 
" 1 arreterai encore par le m^me moyen. Jo declare done qu'ils 
"out menti tres-impudeinment, mentiris impudentissime Si 
Mes choses qu'ils mont reprochees sont veritables, qu'ils les 
prouvent', ou qu'ils passent pour convaincus d'un meusoncre 
plein d impudence. Leur procedd sur cela ddcouvrira qui°a 
'raison Je prie tout le monde de I'observer, et de remarqucr 
__ copendant que ce genre d'hommes, qui ne souffrent pas la 
momdre des injures qn'iis pouvent repousser, font semblant de 



' A, B and C, quUls h's prouvent done. 



LiriTKIl 
XV. 



! ■ "1 



PASC. L. 



21 



m 



322 



THE IMIOVINCIAL LETTERS. 



Ill II* 




I hf 







LCTTKH " soiifTrir trJ)s-pati('intnc'nt cellos tlont ils nc so pouvent (U'foiidro, 
^'" "(ft oiivrent cl'iino luusso vertu lour voritablo impuissanco. 
"C'est pourquoi j'ai voulu irritcr plus viveuiont lour p\i(U'ur, 
" afin que les plus gvossiors reconnaissent ([uo, s'ils se taisent, 
" lour patience ne sera pas uu eftet de lour douceur, inais du 
" trouble de lour consoionco." 

V(.ih\ CO qu'il dit, mos i.ores, et' niusi : " Ces gons-la, dont 
"on salt los histoiros par tout lo niondo, sont si ovidoninient in- 
"justes et si insoleuts dans lour inqtunito, ([u'il i'audrait (juc 
" j'eusse rcnunco tt Josus-Christ ct Ti son Eglise, si je ne dotestais 
" lour conduite, et mome publi(iuement, autant i)our mo justifier 
"que pour empecher les simples d'en etre seduits(ll)." 

Mes reverends pores, il n'y a plus moyen de reculor. II fant 
passer pour des calomniateurs convaincus, et recourir a votre 
niaxime, (pie cettc sorte de caloninio n'est i)as un crime. Ce 
pore a trouv(5 le secret de vous former la bouche : c'est ainsi 
qu'il faut faire tontes les fois ([ue vous accusoz les gens sans 
preuves. On n'a ([u'a rt'pondro a chacun de vous comrne Ic 
ptjre Capucin, 3Ientiri<i iiiijmdentissime. Car que rt'pondrait-on 
autre chose, quand votre jiere Brisacier dit, par exemple, ciuc 
ceux centre qui il dcrit " sont des portes d'enfer, des pontifes du 
" diable, des gens dt'chus de la foi, de I'esperance et de la cliarito, 
" c^ui batissent le tr(3Sor de I'Antt^christ ? Co que je no dis pas, 
" ajoutc-t-il, par forme d'injure, mais par la force de la vt^rito." 
S'amuserait-on a prouvcr (pi'on n'est pas " porto d'enfer, et qu'on 
" ne bjitit pas le trtisor de I'AntdcliristllS) ?" 

Que doit'on r(^pondre de meme h tcxis les discours vagues do 
cette sorte, q'ii sont dans vos livres et dans vos avertisseinents 
sur mes Lettres ? par exemple : " Qu'on s'appli(iue les rcstitu- 
" tions, en rdduisant les crtianciers dans la pauvret(^ ; qu'on a 
"offert des sacs d' argent k de savants religieux, qui les ont 
"refuses; qu'on donne dos bt3n(3fices pour faire semer des 
" hdrdsies coutre la foi ; qu'on a des pensionnaires parmi les plus 
" illustres ccck'siastiques et dans tes cours souveraines ; que jo 
"suis aussi pensionnaire de Port-Royal, et que je faisais des 

1 A, B, and C, ft il J'liiit aiiixi. Modern editors have usually restored the 
words, which are certainly an improvement. 



I 



TllK I'UUVIXCIAL LCTTKHS. 



;i2a 



rn.nans avant .nos L..t,tr.s;' uun .,ui n'eu ai jan.uis lu aucun, ..ktt.h 
^'t <|.n no sa.s pas soul.Mu.nt lo num de crux ,,„ a faits vot.v ^'• 
apolopstod^)? g„-y ,,.t.a > ,,i,.^. ^^ ^^,,^ ^.^.j^^^ ^^^^^^ ^^.^,^^^^ ^.^^^^^^ 

Menttns xmpudentiHdme. lA v.,uh no man)noz toutrs cos porson- 
nes, lours paroles, lo ton.ps, lo lion ? CJar il fant so tairo ou 
rapportor ot prouvor t.utos los circonstances. com.no je fais 
<i;.aml JO vous conto los hi.stoires du pko All.y ot do Joan 
.1 Alba. Autrornont, vous no foroz cp.o vous nuiro k vons-m6mos. 
loutos vos fables' ponvaiont pout-6tro vous sorvir avant c.n'on 
sut vos pnnc,j,es; niais h p.dsont ,,no tout ost docouvort. .umnd 
vous ponsoroz diro k I'oroillo ".,u'u„ honnno d'honnon;. qui 
(lesn-o cacher son nom, vous a appris do torriblos ch-,sos do cos 
gons-h\. on vous fora souvonir incontinent du Mentiris innm- 
dentmime .lu bon p^ro Capucin. II n'y a q,ie trop lonc^tomps 
quo vous trompoz le mondo, ot quo vous abusoz do la croance 
quon avait on vos imposturos. II ost tonips de rendre la ropu- 
tation^ a taut do porsonnos calomnidos. Car quelle innocence 
pent etro si genoraloment roconnuo, qu'olle no souffro quelque 
attouite par les in.po.turos si hardies d'une compagnie repanduo 
par toute la torre, et qui, sous dos habits roligioux, couvro dos 
amos SI irrehoieuses. q.i'ils commettent dos crimes tels que la 
oalomnie, non pas centre leurs maximes. mais selon leurs proi.ros 
maxunes ? ^ Ainsi I'on no me bUmera point d'avoir ddtruit la 
croance .lu on pourrait avoir on vous, puisqu'il est bien plus 
juste de conservor a tant do porsonnos que vous avcz do<crieos la 
reputation de pietd qu'ils no mdritent pas de pordre, que de vous 
hi.sser la reputation do sincdritd que vous no mdritez pas d'avoir 
U comme 1 un ne so pouvait fairo sans I'autro, combien dtait-il 
important de fane entendre qui vous ^tes! C'o:it ce que j'ai 
commence de faire ici ; mais il faut bien du temps pour achevJr. 
Ua le verra. mes p^res, et toute votre politique ne vous en pout 
garant^r, puisque les efforts que vous pourriez foire pour I'em- 
pecher ne serviraicnt qu'a iaire connaitre aux moins clairvoyants 
que vous avez eu pour, et que. votre conscience vous reprochant 
cequejavais a vous dire, vous avez tout mis on usage pour le 
jH'Ovenir. 

■ A, B and C, Toutex ces fables. 

21—2 




.1 a 5 







324 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



NOTES ON LETTER XV. 

(!) Notwithstanding Maynnrd's fl.'it denial (ii. 187) of tlic authenticity 
of tlie Louvain Tlicse.s, the opinion quoted by Pascal was condennied liy 
the Archbishop of Maliucs in 1G54, among other pernicious doctrines of 
the Louvain Jesuits : 



§ VI. " Licet aliqnanclo intcrficcre 
" adversarinm, aut ilium infamaro 
" (etiam imponendo illi falsa crimiua) 
" sine peccato mortali." 



" It is .sometimes allowaLlo to kill 
" an arlversary, or to defame him (even 
" by impiitinfi; crimes falsely to him), 
" without mortal sin." 



At the same time it must be admitted tliat these college theses were 
often mere exercLses for 'chopping logic,' and should never, by themselves, 
be deemed suffi.^ient evidence of official or even personal opinion. 

(2) [On Dicastillus and the other Jesuits see Index of Authors.] 
Maynard declarer that Dicastillus referred to the authority of Banez, 
but as he gives no reference, the assertion cannot be verified, (ir. 189.) . 

(3) See Reuchlin, Pascal's Lehen, p. 141; Maynard, ii. 192, note 1 ; 
and Ellendorf, Moral chr Jesuiten, p. 107. 

(4) Crasset and Anjou do not appear to have much transcended the 
usual license of the pulpit up to this time. But it is curious that tlic 
Jesuits, whose writers contributed much to im[)rove the tone of what n)iiy 
be called " polite literature," were so unscrupuhnis in controversy. 
The explanation is naturally to be found in ethical rather than literary 
grounds. 

(5) The Declaration was signed by the following personages : — ]\I. de 
Ville, vicaire general de M. le cardinal de Lyon ; j\[. Scarron, chanoin et 
cure de Saint-Paul ; j\I. Margat, chantrc ; MM. BouA'aud, Stive, Auliert et 
Dervieu, chanoines do Saint-Nizier ; M. de Clue, president des tresoriers 
de France ; M. Groslier, prevot des marchands ; M. de Flechere, president 
et lieutenant general ; M^L. de Boissat, de Saint-Roniain et de Bartoly, 
gentilshomraos ; ]\I. Bourgeois, premier avocat du roi an bureau des treso- 
riers de France ; MM. de Cotton pere et fils ; M. Boniel ; as well as by M. 
Puys and Father Alby. 

(6) Maynard (ii. 197) cpiotcs from Alby's second pidilication to shew 
that, while the falr^e charges of inmiorality were repeated, that of heresy 
was somewhat (iua!iii(Ml. His coiiehision is: " /i? v'li ((niit done iiointeu 



de rail 



oiniu'e, et par cons/'/n 



cut la 



recuitc 



illation etait facde. 



2>0I! 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



325 



, II. 192, note 1 ; 



(7) Pascal forgets that the charge of heresy had been freely made use 
of by his own friends. Indeed, as a matter of chronology, the attacking 
party (as we have seen in the Introduction) was that of Port Eoyal, and 
the nivectives against the orthodoxy of the Auijustinus the consequence of 
the attaclis contained in that work upon the doctrine of the Molinists, 
thndy disguised as Massilienses. The XVIIP" Letter, accordingly, in 
which Pascal inidertakes to shew that " there is no heresy in the Church," 
is, to some extent, a refutation of Janscnius and Saint Cyran. 

(8) If ever there was need to find inaccuracy in Pascal's quotations, it 
was here ; but all research can only find a few verbal differences in Pinte- 
reau and Caussin, e. g. 

7 O 



Caussin (ap, Maynabd). 
" Sur cela on va voir rondroit qu'il 
" cite, ou lit ]a page et les marges, les 
" antoceileats et consequents, on court 
" tout le traite et meme tout le livre : 
" on n'y trouve pas un seul vestige de 
" cette sentence qui ne pouvait tomber 
"que dans I'iime," etc. 



Caussin (ap. Pascal). 
"Qu'on vole I'endroit du pere 
"Bauny, qu'on Use la page, les mar- 
" ges, les avant-propos, les suites, tout 
" le reste, et meme tout le livre, on n'y 
" trouvera pas un seul vestige de cette 
"sentence, qui ne pourrait tomber que 
"dans rjlme d'un liommo extreme- 
" ment perdu de conscience, etc." 

Maynard remarks : "Que de bruif pour rien, ou prcsque nen '" fix 
202). • V • 

(9) Another ingenious, if not ingenuous expedient of the Jesuits was to 
disi)rove the allegations made from one edition by reference to a later one. 
Tliis was done by Caussin and Pintoreau in their defence of Bauny, whose 
first edition of 1039 had been greatly expurgated in later reprints. The 
whole case is given, with full quotations, in the Annales de la iiociete des 
Je'suites (iii. 855). 

(10) The forgeries alluded to by Pascal were specimens of a polemical 
weapon then in not unfrequent use. A famous instance is the Pnedesti- 
natus, a supp.wcd work of tiie 5"' century, first edited by Sirmond in the 
year 1()43, but which most critics ascribe to a far later date. Routh 
speaks of it (Itel. Sacr. ii. 378) as a " liber amlwjiuv Jidei." It describes an 
imaginary sect of " Predestinarians," who went even beyond Prosper and 
Fulgentius in the exaggeration of Augustine's opinions of Grace. 

(11)^ The book alluded to by Pascal "imi)rime i\ Prague I'annee der- 
I'ni^re" (sc. ]()55), was probably that entitled " de llomine infami per- 
''miato sub tltuUs M. Jocod ,Sccerii medii," from which Dannhauer quotes 
some passages in liis Vide Triumphal.,', (pp. 8, 9, and 13(>). 1 l)a.ve before 
lac a later work in the conivoxcvay, Apolojia ValerianiMagni contra Im- 



v\ 





I fl 



m 







1 M 



!l 



32G 



THE PROVINCIAL LETTEIRS. 



posturas Jesuitarum (Francof. IfiOl), written in his prison*, from which 
I extract tlie following :— " Ego sum solus : illi vero triginta millia, stipati 

"favore et auctoritate Princiinmi, Rcguni, Cresarum, Pontificum Quod 

" est mourn pcceatimi ? Scis Tlicopliile / Dicam. Fama tulit, me conver- 
"tissead fidcm catholicam duos Principes : id facti est iuexpiabile apud 

" illos socios Heu, mcndacia mvlta, conspicua, impvdcntlssima ! Quid 

" dicam de sublata mihi opportunitate defensionis ? De libellis anonymis? 
" De criniino falsi ? Ha)ccine est Vita Jesu I" (pp. 104, 105). 

(12) To those acquainted with the polemical amenities of the XVI"' 
and XVII"' centuries, Brisacier's language will not appear very outrageous. 
C'ompare, for instance, tlie language here with that of Milton against 
Saumaise. (Cf. Note 4, supra.) 

(13) Pascals denial here and elsewhere of being connected with Port 
Royal is justly open to criticism. The supposed writer of romances was 
Gomberville. (See Introduction iv.) The "Apologist" referred to was 
Desmarets de Saint-Sorlin, iuithor of the comedy Les Visiomiaires, a name 
taken up by Nicole as a title for a series of letters. But Pascal was 
wrong ni his guess, as he afterwards discovered. It was not till later that 
Desmarets wrote against the Jansenists. 

1 -'ex carccrc, (lie 2^ Feb. IGGl." 




SEIZIEME LETTKE. 




f Milton against 



AUX REVERENDS PERES JESUITES^ 



Du 4 dfeembre 1656. 
MeS REVEEENDS PERES, 

Voiei la suite Je vos Ccalomnies, oh je rdpondrai d'abord 
a celles qui restent de vos Avertissements. Mais comme tous 
vos autres livres en sont dgalement remplis, ils me fourniront 
assez de matiere pour vous entretenir sur ce sujet autant que je 
le jugerai ne'cessaire. Je vous dirai done en un mot, sur cette 
fable que vous avez seme'e dans tous vos dcrits contre M. d'Ypres, 
que vous abusez malicieusement de quelques paroles ambigues 
d'une de ses lettres, qui, e'tant capables d'un bon sens, doivent 
etre prises en bonne part, selon I'esprit de I'Eglise, et ne peuvent 
etre prises autrcment que selon I'esprit de votre Socidtdl Car 
poiu-quoi voulez-vous qu'en disant a son ami : " Ne vous mettez 
" pas tant en peine de votre neveu ; je lui fournirai ce qui est 
"ndcessaire de I'argent qui est entre mes mains," il ait voulu 
dire par la qu'il prenait cet argent pour ne le point rendre, et 
non pas qu'il I'avan^ait seulement pour le remplacer ? Mais ne 
faut-il pas que vous soyez bien imprudents d'avoir fourni'' vous- 
memes la conviction de votre mensonge par les autres lettres de 
M. d'Ypres que vous avez imprimdes, qui marquent visiblement* 

1 Heading in modern edition-?:— " Calomnies horribles des Jesuites contre de 
"pieux ecclesiastiques et de saintes roligieusea." 

" A, B and C, "selon I'esprit charitable de I'Eglise, I'esprit vialin de 

"votre Societ6." 

3 Ibil. "pui8<2uc vom avez fourni." * Ibid. parfaitemcnt. 




i t 






M m 




328 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



LF/TTRii que CO n'dtait cu offet que ties avances qu'il dcvait remplaccr ! 
C'est ce qui parait dans cello que vous rapportez, du 30 juillet 
1619, on ces tonnes qui vous confondent : " No vous souciez pas 
"Di:s AVANCES; il no lui manquera rion tant qu'il sera ici." 
Et par celle du Janvier 1G20, ou il dit : " Vous avez trop do 
" hate ; ct quand il serait question do rendre compte, le peu de 
" crddit que j'ai ici me forait trouver de I'argent au bosoin(l)." 

Vous etes done des imposteurs, mes peres, aussi bicn sur ce 
sujet que sur votre conte ridicule du tronc de Saint-Merri. Car 
quel avantage pouvez-vous tirer de I'accusation qu'un de vos 
bons amis suscita a cot ccclesiastiquc que vous voulez ddchirer ? 
Doit-on conclure qu'un liomme est coupable parce qu'il est 
accuse' ? Non, mes peres : des gens de pietd comme lui pourront 
toujours etrc accuses tant qu'il y aura au monde des calomnia- 
teurs comme vous. Ce n'est done pas par I'accusation, mais par 
I'arret, (pi'il en faut juger. Or I'arret qui en fut rendu, le 23 
fevrier 1656, le justifie pleinement; outre que celui qui 
s'e'tait engagt^ tdmerairement dans cette injuste proce'dure fnt 
desavoud par ses collegucs, ct force lui-memo a la re'tracter. Et 
quant a ce que vous dites au memo lieu de ce " fameux directeur 
"qui se fit riche en un moment de ncuf cent mille livres," il 
suffit de vous renvoyer a MiM. les cures de Saint-Koch et de 
Saint-Paul, qui rendront temoignage a tout Paris do son parfait 
desinteressement dans cctte affaire, et de votre malice inex- 
cusable dans cette imposture (2). 

En voila assez^ pour des faussetds si values. Ce ne sent la 
que les coups d'essai de vos novices, et non pas les coups d'im- 
portance de vos grands profes. J'y viens done, mes peres ; je 
viens a cette calomnie, I'une des plus noires qui soient sorties de 
votre espi'it. Je parle de cette audaco insupportable avec 
laquelle vous avez ose imputer a de saintes religieusos et ix 
lours dirccteurs" "de ne pas croire le mystere de la transsub- 
" stantiation, ni la presence reelle de Ji5sus-CuR[ST dans I'Eu- 
" charistie." Voila, mes peres, une imposture digne de vous; 
voilc\ un crime que Dieu soul est capable do punir, comme vous 



A aucl B, 



c i'H est asscz. 



^ B and C, leurs docteurs. 



, comme vous 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



329 



souls etcs capablcs do Ic commcttre. II faut etre aussi liumblo lrttrr 
((110 cos humbles calomnieus, pour le souffrir avcc patience; et ''^^'' 
il faut etre aussi mediant que de si mechants calomniateurs, 
pour le croire. Je n'entrcprends done pas de les en justifier; 
ellcs n'en sont point suspeetes. Si elles avaient besoin de 
defenseurs, elles en auraient de meilleurs quo moi. Ce que j'en 
du-ui ici ne sera pas pour montrer leur innocence, mais pour 
montrcr votre malice. Je veux seulement vous en faire horreur 
a vous-m6mes, et faire entendre a tout le monde qu'apres cela 
il n'y a ricn dont vous ne soyoz capables. 

Vous ne manquerez pas neanmoins de dire que je suis de 
Port-Royal ; car c'est la premiere chose que vous dites a qui- 
conque combat vos exces : comme si on ne trouvait qua Port- 
Royal des gens qui eussent assez de z^le pour defendre contre 
vous la purete de la morale chretienne. Je sais, mes percs, le 
merito de cos pieux solitaires qui s'y (^taient retirees, et combien 
l'i^:gliso est rodovable a leurs ouvrages si edifiants et si solides. 
Jo sais combien ils ont do pic'te et de lumieres; car encore que 
jo n'aie jamais eu d'etablisscment avec eux, comme vous le 
voulcz faire croire sans quo vous sachiez qui je suis, je ne laisse 
pas d'en connaitre quelques-uns, et d'lionorer la vcrtu de tons. 
Mais Dieu u'a pas renferme dans ce noinbre seul tons ceux qu'il 
veut opposer a vos dt'sordres. J'espore avcv; son secours, mes 
pbrcs, de vous le faire sentir ; et, s'il me Mt la grace de me 
soutenir dans le dessein qu'il me donne d'employer pour lui 
tout ce que j'ai regu de lui, je vous parlerai de telle sorte que jo 
vous ferai pout-etre regretter de n'avoir pas affaire a un bomme 
de^ Port-Royal. Et pour vous le temoigncr, mes pores, c'est 
qu'au lieu que ceux cpie vous outragez par cette insigne calom- 
iiie so contentent d'offrir a Dieu leurs ge'missements i30ur vous 
eu obtenir lo pardon, je me sens oblige, moi qui n'ai point de 
part a cette injure, de vous en faire rougir a la face do touto 
I'Eglise, pour vous procurer cette confusion sahitaire dont pailo 
rEcnture, qui est prcsque i'un'ciue rcmede d'un endurcisscmeiit 
tel ([ue le votre: Imple fades eorum iguuinima, et qiatrent 



no)iie)} til urn, Dominei-^). 





11 faut arreter cett 



e insolence, (pii uV'paignc point les lieux 



330 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



m 



i i 



If i'»i 



11 



LKTTF.R Ics plus saiiits. Car qui ponrra etre en s6ret^ apr^s une oalom- 
nie do cette nature? Quoi ! mes peres, afRcher vous-memos 
dans Paris un livre si scandaleux, avec le nom do votre p^re 
Meynier a la tete, ct sous cet iufame titro : " Le Port-Royal et 
"Geneve iV intelligence contre le trh-saint Sacrement de I'autel," 
ou vous accusez do cette apostasie non-seulement M. I'abbd de 
Saint-Cyran' et M. Arnauld, mais aussi la mere Agnes sa scBur, 
et toutes les religieuses de ce monastere, dont vous dites, p. 90, 
" que leur foi est aussi suspecte touchant FEucliaristie, que celle 
" de M. Arnauld," lequcl vous soutenez, p. 4, etre " efifectivemeiit 
" Calviniste ! " Je demands la-dessus a tout le monde s'il y a 
dans I'Eglise des personnes sur qui vous puissiez faire tomber 
un si abominable reproche avec moins de vraisemblance. Car, 
dites-moi, mes peres, si ces religieuses et lours directeurs dtaient 
" d'intcUigence avec Geneve contre le tres-saint Sacrement de 
" I'autel" (ce qui est horrible a pcnser), pourquoi auraient-elles 
pris pour le principal objet de leur pie^te' ce Sacrement qu'elles 
auraient en abomination ? Pourquoi auraient-elles joint a leur 
regie Tinstitution du Saint-Sacrement? Pourquoi auraient-elles 
pris I'habit du Saint-Sacrcmcnt, pris le nom de Filles du Saint- 
Sacrement, ajopele leur eglise I'Eglise du Saint-Sacrement? 
Pourquoi auraient-elles demande et obtenu de Rome la con- 
firmation de cette institution, et le pouvoir de dire tous les 
jeudis I'office du saint Sacrement, ou la foi de I'Eglise est si par- 
faitcment exprimee, si elles avaient conjure avec Geneve d'abolir 
cette foi de I'Eglise ? Pourquoi so seraiont-ellcs obligees, par 
une devotion particuliere, approuvee aussi par le pape, d'avoir 
sans cesse, nuit et jour, des religieuses en presence de cette 
sainte hostie, pour reparer, par leurs adorations perpetuelles 
envers ce saerilice perpetuel, I'impiete de I'heresie qui I'a voulu 
andantir? Dites-moi done, mes peres, si vous le pouvez, pour- 
quoi de tous les mysteres de notre religion elles auraient laisse 
ceux qu'elles croient, pour cboisir celui qu'elles ne croient pas ; 
et pourquoi elles se seraient devouees d'une manierc si plciueet 
si entiere a ce mystere de notre foi, si elles le prenaient, comme 

^ A, 1) aud C, .1/. de Saint-Cyran. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



331 



' '. <i 



Jeueve d'abolir 



los ht^rt^tiques, pour le mystere d'iniquitd ? Que rt^pondez-vous, letter 
mes peres, a des tt^ioignages si ^vidents, non pas seulement de 
paroles, mais d'actions; et non pas de quelques actions par- 
ticulieres, mais de toute la suite d'une vie entiercment consacree 
a I'adoration de Ji^:sus-Christ residant sur nos autels ? Que 
repondez-vous de mome aux livres que vous appelez de Port- 
lioi/al, qui sont tous remplis des termes les plus prdcis dont les 
Peres et les conciles so soient servis pour marquer I'essence de 
ce mystere ? C'est une chose ridicule, mais horrible, de vous y 
voir repondre dans tout votre libelle en cette sorte : M. Arnauld, 
(lites-vous, parle bien de tmnssnhstantiation, mais il entend 
pcut-etre une transsahstantiation sirjnificative. II te'moigne bien 
croire la j^rffsence reelle ; mais qui nous a dit qu'il nel'entend 
pus d'une fifjure vmie et reelle? Ou en sommes-nous, mes 
ph-es ? et qui ne forez-vous point passer pour Calviniste quand 
il vous plaira, si on vous laisse la licence de corrompre les 
expressions les plus canoniqiies et les plus saintes par les 
malicieuses subtilites de vos nouvelles equivoques? Car qui 
s'est jamais servi d'autres termes que de ceiix-la, et surtout dans 
(le simples discours de piete', ou il ne s'agit point de con- 
troverses ? Et cependant I'amour et le respect qu'ils ont pour 
ce saint mystere leur en a tellement fait remplir tous leurs 
ecrits, que je vous dc^fie, mes peres, quelque artificieux que vous 
Hoyez, d'y trouver ni la moindre apparence d'ambiguite', ni la 
moindre convenance* avec les sentiments de Geneve. 

Tout le monde salt, mes peres, que I'he'rdsie de Geneve 
consiste essentiellement, comme vous le rapportez vous-memes, 
a croire que Jesus-Christ n'est point enferme dans ce sacre- 
niont ; qu'il est impossible qu'il soit en plusieurs lieux ; qu'il 
ii'est vraiment que dans le ciel, et que ce n'est que 1^ ou on le 
doit adorer, et non pas sur I'autel; que la substance du pairi 
(lemeure ; que le corps de Jesus-Christ n'entre point dans la 
bouche ni dans la poitrine; qu'il n'est mange que par la foi, et 
qii'aiusi les mediants ne le mangent point ; et que la messo 
II est point un sacritico, mais une abomination. Ecoutez done, 



I 



' A, B and C, " d'y trouver la moindre omhrc d'ambiguito ct dc convcnance." 




332 



THE PROVINCIAL LETTERS. 




LF.TTTO mcs pures, de quelle maiiiere "Port-Royal est (rintolligcnce 
" avcc Geneve dans leurs livrcs." On y lit, h votre confusion ; 
"que la chair at le sang do Jesus-Chkist sont contenus sous les 
" espeecs du pain et du vin " (2" Lettre de M. Arnauld, p. 250); 
" que le Saint des saints est present dans le sanctuaire, et qu'on 
"I'y doit adorer" {ibid., Y>. 203(1)); "que Jesus-Ciiuist liabite 
" dans les pt^cheurs ([ui eomniunient, par la presence reelle et 
" veritable de son corps dans leur poitrine, quoique non par la 
" presence de son esprit dans leur coeur" {Fn'q. Comm., 3° part., 
" c. 10); "que les cendres mortes des corps des saints tirent leur 
" principale dignite de cette semence de vie qui leur reste de 
" I'attouchement de la chair imniortello et vivifiante de Jesus- 
" CiiuiST " (P" part., c. 40) ; "que ce n'est par aucune puissance 
" naturelle, mais par la toute-puissancc de Dieu, a laquelle rien 
" n'est impossible, que le corps de Jesus-Christ est enferme 
"sous I'hostie, et sous la moindre partie de chaque hostie" 
{Tlieulor/. fam., le^. 15); "que la vertu divine est presente 
"pour produire I'eiFet que les paroles de la consecration sig- 
"nifient" {ibid.); "que Jesus-Christ, qui est rabaiss(^ et 
" couche sur I'autel, est en meme temps eleve dans sa gloire; 
" qu'il est, par lui-meme et par sa puissance ordinaire, en 
" divers lieux en meme temps, an milieu de l'P]glise triomphante, 
" et au milieu de I'Egliso militante et voyagere" (naisons de la 
Sus2)e)isioii du Saiiit-Sacrement, r. 21) ; " cpie les especes sacra- 
" mentales demeurent suspendues, et subsistent extraordinaire- 
" ment sans etre appuyees d'aucun sujet ; et que le corps de 
" Jesus-Chhist est aussi suspendu sous les especes ; ... qu'il ne 
" depend point d'elles, comme les substances dependent des 
" accidents " (ibid., 23) ; " que la substance du pain se change 
" en laissant les accidents immUables" (Heures, dcms la prose du 
^Sa^nt-Sac}'e))lent) ; "que Jesus-Chkist repose dans I'Eucliari.stie 
" avec la meme gloire qu'il a dans le ciel " {Lettres de M. de 
Saitd-CUjran, t. i, lettre 93 (^)); "que son humanite gloricuse 
" reside dans los tabernacles de I'Eglise, sous les especes du })aiu 
" qui le couvrent visiblement ; et (pie, sachant que nous soinmes 
" grossiers, il nous conduit ainsi a I'adoration de sa divinite 
" pre'sente en tous lieux, par celie de son humanite prt'sente en 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



333 



" iin lieu particulier" (ibid.) ; " quo nous rocevoiis le corps de lkttku 
' Jksus-Ciuust hur hi languo, et (^u'll la sanctifio par son divin 
"attouchemont" (Lettre 32); " (pi'il entre dans la bouche du 
"protre" (Lettre 72); "quo, quoique Jesus-Christ so soit 
" rendu accessible dans le saint Sacremcnt, par un effet do son 
"amour et do sa cleinenco, il ne laisse pas d'y conserver son 
" inaccessibilitd comuio uno condition inseparable de sa nature 
"divine; parco (|ue, encore que le soul corps ot le seul sang y 
"soit par la vertu des ])arolos, vi verhurum, comnie parle lecolo, 
" cela n'cmpecho pas quo toutc sa divinitc, aussi bien que toute 
"sou humanite, n'y soit par une conjonction' ndcessairc" (De- 
fense da chapelet du saint Sacrement, p. 217); et enfin "que 
" rEucharistie est tout ensemble sacremcnt et sacrifice " {Theol. 
fam., le(;. 15); " et qu'encore que ce sacrifice soit une com- 
" nidmoration do celui de la croix, toutefois il y a cette differeuce 
" que celui de la messe n'cst offert que pour I'Eglise seule, et 
" })our les fidelos qui sont dans sa comuiunion ; au lieu que 
"celui de la croix a e'te offert pour tout le mondo, commo 
"I'Ecriture parle" (ibid., p. 153). Celu suffit, mes peres, pour 
faire voir clairement qu'il n'y eut peut-etre jamais une plus 
grande impudence que la votre. Mais je veux encore vous faire 
prononcer cet arret a vous-memes contre vous-memos. Car que 
demandez-vous, afin doter toute apparcnce qu'un homme soit 
d'iiitelligcnce avec Geneve? "Si M. Arnauld, dit votre pere 
" Meynier, p. 83, cut dit qu'en cet adorable mystere il n'y a 
" aucune substance du pain sous les especes, mais seulement la 
" chair et le sang de Jesus-Chkist, j'eusse avoue qu'il se serait 
" declare' entierement contre Geneve." Avouez-le done, impos- 
tcurs, et fiiites-lui une reparation publiquel Combien de fois 
I'avez-vous vu dans les passages que je viens de citer ! Mais, do 
plus, la Theulof/ief.tmilitre de M. de Saint-Cyran e'tant approuvde 
par M. Arnauld, elle contient les sentiments de I'un et de I'autre. 
Lisez done toute la le^'on 15, et surtout I'article second, et vous 
y trouverez les paroles que vous demandez, encore plus for- 
niellcment que vous-memes ne les exprimez. " Y a-t-il du pain 



A, L aiul C, 



A, 1] and C add <le cette i 



jiitr line suite ct uno conjonotion possible. 



ujure imhliquf, 



I \, 



Hi 





11 



334 



THE PROVINCIAL LKTTKRS. 



'''xv™ " ^''"''"^ I'liostio, ct ilu via dans lo calico ? Non ; car toute la 
"substance dii pain ct clu via' sont otees pour fairo place k 
" celle du corps et du sang do Jesus-Christ, laquello y dc- 
*' meure seulo couverte des qualites ot dcs espoces du pain et 
"du vin." 

Eh bien ! mes peres, direz-vous encore que le Port-Jloyal 
n'enseigno rien "que Geneve ne ro(;oive," et que M. Arnauld 
n'a rion dit, dans sa seconde lettvc, "qui ne put 6tre dit par un 
" ministre " de Charenton ? Faites done parlor Mostrezat 
comme parle M. Arnauld dans cette lettre, p. 237 et suiv. ; 
faitcs-lui dire " que c'est un mensonge infame de I'accuser de 
" nier la transsubstantiation ; (ju'il prend pour fondernent de ses 
" livres la veritd de la presence reelle du Fils de Dieu, opposde 
" a rh(^re'sie des Calvinistes ; qu'il se tient heureux d'etre en un 
" lieu oh Ton adore continuellenient le Saint des saints present 
" dans le sanctuaire ; " ce qui est beaucoup plus contraire k la 
crc^ance des Calvinistes que la prdsence reelle memo, puisqiie, 
comme dit le cardinal de Richelieu dans ses Controverses, p. 305: 
" Les nouveaux ministres de France s'etant unis avec les Luthe- 
" riens, qui croient la presence reelle de Jesus-Christ dans 
" I'Fucharistie, ils ont declare qu'ils no demeurent S(/pares de 
"I'Eglise, touchant ce mystere, qu'a cause de I'adoration quo les 
"catholiques rendcnt a, FEucharistie (*>)." Faites signer a 
Geneve tons les passages que je vous ai rapportes des livres 
de Port-Royal, et non pas seuiement les piissages, mais les 
traites entiers touchant ce mystere, comme le livre de la Fre- 
quente Communion, VExplication des ceremonies de la messe, 
rErercice durant la messe, les liaisons de la suspension du saint 
Sacrenient, la Traduction des hynines dans les Henres de Fort- 
JRoijal, etc. Et enfin faites dtablir ji Charenton cette institution 
sainte d'adorer Kins ccr-ise jESUS-CfiRiST enfermd dans I'Eu- 
charistie, comme on fait a Port-Royal, et ce sera le plus signale 
service que vous puissioz rendre a I'EgUse, puisqu'alors le Port- 
Roya l ne sera pas " d'intelliger.ce avec Geneve," mais Geneve 
d'intelligence avec le Port-Royal et toute I'Eglise. 



J A. r> Mil 1 C. (■,•//,' (111 viu 



THE PROVINCIAL LETTEUS. 



335 



En v(5rik', mes pores, voiis no poiivio;^ pins niiil clioisir que i-cttkm 

.laccusor le Port-Royal do no pas croiro rKncl.aristie; niais jo ''"' 

veux faire voir ce qui vous y a engagds. Vons savoz (juo 

j'entends un peu votre politi(inc. Vop.a I'avez bien stiivio en 

cotte rencontre. Si M I'abbo de Saint-Cyran ot M. Arnaul.l 

n'avaiont fait (pie dire co qn'on doit croire touclmnt ce mystore, 

vt non pas ce (lu'on doit faire pour s'y preparer, ils auraient t^ti 

les meilleurs catbolic.u.s du nionde, et il ne se serait point 

trouvd d e(iuivo((Ues dans leurs ternies de presence reelle et de 

transsubstantiation. Mais, parco qu'il faut quo tous ceux qui 

combatteut vos relacbenients soicnt lu'reti(iues, et dans le point 

nieme oti ils les combattent, comment M. Aruauld ne le serait-il 

pas sur I'Eucharistio, apres avoir fait un Jivro expres contre les 

profanations que vous faites de co sacrement ? Quoi ! mes 

pores, il aurait dit impunement " qu'on ne doit point donner le 

"corps do Jesus -Christ a ceux qui retombent toujours dans 

" les monies crimes, et auxciuols on ne voit aucune esperanco 

" d'amendement ; et qu'on doit les separer (pielquo temps de 

" I'autel, pour se purifier par une penitence sincere, afin de sen 

"approcber onsuite avec fruit?" No souffrez pas qu'on parle 

ainsi, mes peres ; vous n'auriez pas tant de gens dans vos con- 

fessionnaux. Car votre pere Brisacier dit que, " si vous suiviez 

"cctte metbode, vous n'appliqneriez le sang de Jesus-Christ 

" sur personne." II vaut bien mieux pour vous qu'on suive la 

pratique de votre Socidte, que votre pere Mascareidias rapporto 

ilans un livre approuvd par vos docteurs, et memo par votre 

reverend pere gendral ; qui est : " (pie toute sorto de personnes, 

"et memo les pretres, peuvent recevoir le corps de Jesus- 

" Christ le jour meme qu'ils se sunt souilles jjar des pecbe's 

" ahominablcs ; que, bien loin qu'il y ait de I'irrevdrence en crs 

"communions, on est louable au contraire d'en user de la sorte; 

"que les confesseurs ne les en doivent point dt'tourner, et qn'ils 

"doivent an contraire conseiller a ceux qui viennent de com- 

"mettre ces crimes, de communier a I'beure meme; parce que, 

"encore que I'Eglise I'ait defendu, cette defense est abolie par 
"la -• • .. ^ i' 



pratique universelle do toute la terre." 
lisp. 5, n. 284 et 28.5(7).) 



(Mascar., tr. 4, 






f: ':?i 



330 



THE PRcn'INCLVr LKTTKRS. 



LKTTRlt 
XVI. 



. \ I 



i: ri 



I 



V(jilj\ cc quo c'ost, mes percs, d'avoir dcs Jt'snitos par tnuto 
la terrc ; voili\ la pniti(pie univeraclle que vousy avoz introdiiito 
at que vous y voulez iiiaintcuir. II n'importc (pie lea tables do 
Jksus-Chhi.st soicnt rcinplies d'aboniinations, pourvu quo voa 
dglises soieut pleines do mondo. Rendcz done ceux qui s'y 
opposcnt ln'rdticiUL'H sur lo saint Saorenient : il lo faut, i\ ([ucl- 
([uc jnix (pie ce soit. Mai.s comment lo pourrcz-von.s fairo, 
apros taut do tc'nioignagos invineibles qu'ils out donnes do leur 
foi ? N'avez-vous point do pour que jo rapporto les (piatro 
grandes preuvos que vous donnez do leur heresio ? Vous lo 
devriez, mes peres, et jo no duis point vous en epargner la honte. 
Examinons done la premi5re. 

" M. de Saint-Cyran, dit le pere Meynier, en consolant un 
" do scs amis sur la mort de sa mhro (t. 1, lett. 14), dit <pio lo 
"plus ngreable sacrifice (pi'on puisse offrir ti Dicu dans cos rcn- 
" contrcs est celui de la patience : done il est Calviniste." Ceia 
est bien subtil, mes pores, et jo ne sais si personnc en voit la 
ra* ,on. Apprenons-la done di; lui : " Parce, dit ce grand con- 
" troversiste, (ju'il no croit done pas le sacrifice de la messc ; car 
"cost celui-la qui est le plus agrdable a Dieu, de tous(«)." 
Quo Ton disc maintenant quo los Jdsuites ne savent pas 
raisunner. lis le savent de telle sorte, qu'ils rendront hi^rdticpie 
tout ce (pi'ils voudront', et memo rEcriture sainto; car ne 
serait-ce pas^ une beresie de dire, commo fait rEcclesiastique : 
"II n'y a rien de pire quo d'aimor I'argent, niliil est vmquius 
" qiuim amare jiecuniam (x. 10 ap. Vulg.) ;" comme si les 
adulteres, les homicides et I'idolatrie n'^taiont pas de plus 
grands crimes ? Et a qui n'arrivo-t-il point do dire a toiitu 
heure des choses somblables ; et que, par exemple, le sacrifice 
d'un coour cojitrit et bumilie est lo plus agreable aux yeux de 
Dieu ; parce qu'en cos dJscours on no pense (pi a comparer quel- 
ques vertus inte'rieures les unes aux autres, et non pas an 
sacrifice de la messe, qui est d'un ordre tout different et infiui- 
mcnt plus relev(5? N'etos-vous done pas ridicules, mes percs? 
et faut-il, pour achever de vous confondre, que jc vous rcpresente 

' A, B iiiul C, "qu'ils rcii lionl lu'ivtiiincs tfls diitcourn qu'ilij voudiont." 



Tin: PuoviN'crAL lkttkfis. 



837 



l.'s tonnes do cette nu.uo lettro ..u M. do Saint-( ^ran parlo d„ ..httku 
sacrifice ,le la niesse co.nmo di. pins exoclleut do t..u.s, oi. di.sant ''"' 
" M" "" ortio a Dieu tons Ion j„urs et on tons lioux lo saciHcv dti 
"corps do son Fils, (pii n'a point trouvd dk plus KX.'iiLLFM 
"MOVKX quo colui-h\ pour lioncrc-r son Pcre?" Et cnsuito • 
•■quo JK:sus-Chfi.st nous u ol.li,^.ds do prondro vn nmurant son 
"corps suor.f.c, pour rondro plus agrJablo h DicMi lo sacrifico d,i 
;; notro et i.,nr so joiudro h nous' lorsque no,.s numrons, afin do 
^ nous fort.hor. on s.vuctiliant par sa prc'scnco lo dornior saoriHco 

'quo nous faLsons h ])iou do notro vie ot do notro corps." J)is. 
suMulez tout cola, n.os p^roH. ot no lai.ssez pas do diro quil 
.Irtournait do connnunior a la mort, comnio vous faites, pnc^o .S.S 
et .pul no croyait pas le sacrifico do la niosso ; car rion'n'est 
tr.jp har.h p.,ur dos calomniatours do profession. 

Votro socotulo lavuvo oa est un grand tenioignage. Pour 
rendro Calv-nnsto eu M. do Saint-Cyran, K ,pn vo.^s at'tribuoz lo 
I'vro do letrus Aurelins, vous vous serve/ d'un passa-^o oh 
Aurehusoxphquo (VuuUcia', p. Hi)), do quelle mani^ro FEo.]]., 
se coud.ut a Fegard des pretres. ot n.omo dos eveques q.i^ello 
vent doposer ou clegrader. " L'Egliso, dit 11, no pouvant pas 

lour oter la pu.ssanco do Tordro. parco que le caractL-ro est 

aneffac:ablo, olio fait co qui est on olio ; olio ote do sa mc^moire 
^cocarac ere cpi olio no pout oter do Fame do ceux q,u Font 
_re,;u: olio les considero conuue s'ils n'etaient plus pretres ou 

fveques: do sorto (p.e, selon lo langago ordinaire do FEc-lise 
_on pent d,ro qu'ils no lo sont plus, quoiqu'ils le soient touj;)urs 

•in.'u.tau caractere: Ob Indelelnlitutou character," Vons 

^';}^;^. n.os pk-os, ,pie cot auteur, approuvc' par trois assemblt'os 

gcneralos du clorgd do FrancoOO, dit claire.nent quo lo cai-acu": 

e a p,etn.^ est meffac,-able, et cepondant vous lui faites diro 

t Hu contrairo, en co lieu m6me, que " lo caractl^ro do la 

notnso nes pas inoffac-able." Yoiia uno insigno calon.nio, 

vn M-t?' ! " '^'"'' "" ^''''' ^"^'^'^ ^■^^"•^'^- G^^^- c« livro vous 
vait ait ort, ayant refute les lieresies do vos confreres d'Anole- 

tene touchant I'autorito episcopalo. Mais voici uno insione'ex- 



1 ^, 



« nous is wanting in tlie 8" p,obabIy through a printer's .rror. 

PASO. L. 

00 








Hi 




338 



thp: provincial lettrrs. 



ij 



LiypTKu travagance': c'est qu'ayant faussement supposti que M. de Saint- 
Cyran tient que ce caract&re est eifa^able, vous en coucluez qu'il 
ne croit done pas la presence reelle de Jl5sus-CimiST dans 
rEucharistie. 

N'attendez pas que je vous reponde la-dessus, mes peres. 
Si vous n'avez point de sons commun, jo ne puis pas vous en 
donner. Tons ceux qui en out se mocpieront assez de vous, 
aussi bien que do votre troisietne preuve, qui est fondee sur ces 
paroles de la Fn'q. Gomm., 3" part., cli. 11: "Que Dieu nous 
" donne dans rEucliaristie LA MEME viaxuk (^u'aux saints dans 
" le ciel, sans qu'i' y ait d'autrc ditference, sinon qu'ici il nous en 
" ote la vue et le gout sensible, rc'servant Fun et I'autre pour lo 
" ciel." En verite. mes pores, ces paroles expriment si naive- 
inent le sens de I'Eglise, que joublio a toute heure par ou vous 
vous y prenez pour en abust.. Car je n'y vols autre chose, sinon 
que le concile do Trente enseigne, sess. 13, c. 8, qu'il n'y a point 
d'autre ditference entre Ji^sus-CiiRlsT dans I'Eucliaristie et 
Jfeus-CiiRiST <lans le ciel, sinon qu'il est ici voile, et non pas 
la (10). M. Aruauld ne dit pas qu'il n'y a point d'autre ditference 
en la maniere de recevoir JesUS-Chuist, mais seulement qu"il 
n'y en a point d'autre en JesuS-ChrIST que Ton re^^-oit. Et 
cependant vous voulez, contre toute raison, lui faire dire par ce 
passage qu'on ne mange non plus ici Jfeus-CilRiST de bouclie 
que dans le ciel : d'oii vous coucluez son liert'sic. 

Yous me fliites pitit^, mes peres. Faut-il vous expliquer 
cola davantage ? Pourc^uoi confondez-vous cette nourriture 
divine avec la maniere de la recevoir? II n'y a qu'une seule 
ditft'rence, comme je le viens de dire, dans cette nourriture sur 
la terre at dans le ciel, (pii est qu'elle est ici cachdc sous dcs 
voiles qui nous en otent la vue et le gout sensible : mais il y a 
plusieurs ditferences dans la maniere de la recevoir ici ct la, 
dont la principale est que, commo dit M. Arnauld (3" part., 
c. 10), "il entre ici dans la boucbe et dans la poitrine et des bons 
" et des me'cbants ; " ce qui n'est pas dans le ciel. 

Et si vous ignorez la raison de cette diversite, je vous dirai, 

' A, 15 and C add un //ros iwrhc mortcl contre la rnhon. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



.•}39 



(( mi.'^oii. 



mes peres qne la cause pour laquelle Dieu a etabli ces diffc^rentes i^ettrh 
niani^res de recevoir une m^me viando, est la ditft^rence qui se -^"• 
rouve entre I'elat des cl.rdtiens en cotte vie, et celui des bie..- 
heureux dans le ciel. L'etat des chretiens, comme dit le ear- 
dina Du Perron apr5s les Pln-es, tient le n.ilieu entre I'e'tat dos 
b.enheurenx et I'etat des Juifs. Les bienbeureux possedent 
Jesus-Christ rt^ellement, sans figure et sans voile : les Juifs 
n mit possdde de J£sus-Christ que les figures et les voiles 
conune etait la manne et I'agneau pascal. Et les chretiens pos- 
.odent Ji5sus-Christ dans I'Eucbaristie veritablement et reelle- 
ment, mais encore convert de voiles. " Dieu, dit saint Eucber 
's est fait trois tabernacles: la synagogue, qui n'a eu que les 
on^bres sans verite ; I'Eglise, qui a la verite et les ombres ; et 
leciel, ou il ny a point d'ombres, mais la seule verite(ll)" 
]Sous sortmons de I'otat oh nous sommes, qui est I'etat de la foi 
que sanjt Paul oppose tant a la loi qu'a la claire vision, si nous 
no possedions que les figures sans Jfeus-CHRIST, parce que c'est 
■ propre de la loi de n'avoir (pie I'ombre, et non la substance 
.les choses. Et nous en sortirions encore, si nous le possedions 
visiblement, parce que la foi, co.nme dit le nienie ap6tre n'est 
ponit des choses qui se voient. Et ainsi I'Eucbaristie est parfai- 
tement proportionnc^e a notre dtat de foi, parce qu'elle enferme 
veritablement J^us-Christ, mais voilt<. De sorte que cet (?tat 
scrait detruit, si Ji^sus-Ciirist n'e'tait pas rdellement sous les 
especes du pam et du vin, comme le prdtendent les he<retiques • 
et il serait detruit encore, si nous le recevions h decouvert comme 
' aus le ciel, puis.pie ce serait confondre notre c'tat, ou avec I'dtat 
uiijiulaisme, ou avec celui de la gloire. 

Voila, mes p5res, la raison ''mysteriouse et divine de co 
mystere tout divm ; voil^i ce qui nous fait abhorrer les Calvinis- 
tes, comme nous reduisant a la con.lition des Juifs; et ce qui 
nous fait aspirer h la gloire des bienl.eureux, qui nous donnera 
la pleme et dternelle jouissance de Jfeus-CUiRisT. Par oii vous 
vnyez .[u il y a plusieurs difierences entre la maniere dont il se 
conununique aux chretiens et aux bienbeureux, et <fu'eutre 
autres on le rec^oit ici de bouche, et uon r]n,i« h cie! 



mai:- 




22 2 



ill 




JJ40 



THE I'llOVINCIAL LETTERS. 



III Dpi 



i 


Ni \ii\ 



LKTTF.Ti qu'ellcs dependent toutes de la scule difference qui est entre 
I'etat de la foi ou nous sommes, et I'^tat de la claire vision ou 
ils sont. Et c'est, mes peres, ce que M. Arnauld a dit si claire- 
ment en ces termes: "Qu'il faut (ju'il n'y ait point d'autre dif- 
"ference entre la purete de ceux (|ui re(;oivent J]5sus-Christ 
"dans rEucharistie et celle des bienlieureux, qii'autant qu'il y 
" en a entre la foi et la claire vision de Dieu, de la(|uelle seulc 
" depend la ditterente mauiere dont ou le mange s\u' la terre et 
" dans le ciel." Vous devri(.'Z, mes peres, avoir v6\4x6 dans ces 
paroles ces saintes veritds, au lieu de les corrompve pour y 
trouver une heresie qui n_, fut jamais, et ([ui n'y saurait etre: 
qui est qu'on ne mange J]5sus-CimiST que par la foi, et non par 
la bouclie, comme le disent malicieusement vos peres Annat et 
Meynier, qui en font le capital do leur accusation. 

Vous voila done bien mal en preuves, mes peres ; et c'est 
pour(|uoi vous avez eu recours a un nouvel artifice, qui a ete de 
falsifier le concile do Trente, afin de fairc que M. Arnauld n'y 
fut pas conforme, taut vous avez de moyens de rendre le mondo 
hereticiue. C'est ce (pie fiiit le i)ere Meynier en cinquante en- 
droits de son livre, et huit ou dix fois en la seule pag. 5-i, oil il 
pretend que, pour s'exprimer en catlioIi(pie, ce n'est pas assez de 
dire : Je crois (pie Jesus-CJhrist est present rc'ellement dans 
I'Eucliaristie ; mais ((u'il fiiut dire: "Je crois, avec le concile, 
" qu'il y est prt'seut d'une vraie iwesence locale, ou locale- 
" ment." Et siir cela il cite le concile, sess. 13, can. 3, 4, 6. 
Qui ne crr)irait, en voyant le mot de presence locale cite de trois 
canons d'un concile universel. qu'il y serait effectivement ? Cela 
vous a pu siTvir a\ ant ma quinzieme Lettre ; mais a pre'sent, 
mes peres, on ne s'y ])reiul plus. On va voir le concile, et ou 
trouve (|ue vous etes des imposteurs ; car ces termes de presence 
locale, localement, localite, n'y furent jamais{l-). Et je vous 
dt'claro de plus, mes peres, (ju'lls ne sont dans aucun autre lieu 
de ce concile, ni dans aucun autre concile precedent, ni dans 
aucun Pere de I'Kgliso. Je vous prie done sur cela, mes peres, 
de dire si vous pretendez rendre suspects de Calvinisme tons 
ceux (pii n'ont point use de ce terme. Si cela est, le concile do 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



341 



Trente en est suspect, et tous Ics saints Peres' sans exception'. 
N'avez-vous point d'autre voie pour rendre M. Arnauld he:re'tique, 
sans offenser tant do gens qui ne vous ont point fait de inal, et 
entre autres saint Thomas, qui est un des plus grands defenseurs 
de rEucliaristie, et qui s'est si peu sorvi de ce tenne, qu'il I'a 
rejete au contrairo, 3 i\ qucest 7(5, a. 5, ou il dit : Nulla modo 
corpus Chrlsti est in hoc Sacramento localiter? Qui etes-vous 
done, mes peres, pour imposer, de votre autorite, do nouveaux 
termes, dont vous ordonnoz de se servir pour bien exprimer sa 
foi, comnie si la profession de foi dressee par les papes, scion 
I'ordrc du concile, ou ce ternio no se trouve point, etait de- 
fectueuse, et laissait une anibiguitd dans la crcance des fideles, 
que vous seuls eussiez decouverte ? Quelle teinerite' de prescriro 
ces termes aux docteurs memes ! quelle ffuissetd de les imposer 
ci (les concilcs generaux ! et quelle ignorance de ne savi^ir pas 
les difficulte's que les saints les plus eclaire's ont faites de les re- 
cevoir! liuufjissez, mes peres, de vos impostures ignorantes, 
connne dit FEcriture aux imposteurs ignorauts comme vous : 
De mendacio ineruditionis tuai confundere^^'^). 

N'entreprenez done plus de fiiire les maitres ; vous n'avez ni 
le caractere ni la suffisance pour cola. Mais si vous voulez 
faire vos propositions plus modestement, on pourra les dcouter. 
Car encore que ce mot do presence locale ait etd rejete' par saint 
Thomas, comme vous avez vu, a cause que le corps de Jesus- 
Christ n'est pas en I'Eucharistie dans 1 etendue ordinaire des 
corps en leur lieu, neanmoins ce terme a etc re(;u par quekpies 
nouveaux auteurs de controverse, parce qu'ils entendent seule- 
ment par la, que le corps de Jj^sus-Christ est vraiment sous les 
especes, lesquelles etant en un lieu particulier, le corps de 
Jesus-Christ y est aussi. Et en ce sens M. Arnauld ne fera 
point de difficulte de radmcttre, puisque j\I. de Saint-Cyran et 
lui ont declare tant de fois que Jesus-Christ, dans I'Eucharistie, 
est ve'ritablement en un lieu particulier, et miraculeuscment en 
plusieurs lieux a la fois. Ain^:.! tous vos raftinements tombent 

' A, B and C omit saint!^. 
^' A, B and C add Voux ctcs trap ajuitabh'it pour /aire un >^i grand jyacas duiu< 
I'E'jlhe pour uno qucrcUc particulirrc. 



LF.TTKU 
XVI. 







»• 



342 



THE PROVINCIAL LKTTEllS. 



;, 



LETTKK par tcire, et vous n'avez pu donuer la inoiiiJre r.pparencc a unc 
accusation qu'il n'eut etd permis d'avancer qu'avec des preuves 
invincibles. 

Mais a quoi sort, mes peres, d'opposer leur innocence k vos 
calomuies ? Vous ue leur attribuez pas ces erreurs dans la 
cr^ance qu'ils les soutiennent, mais dans la creance qu'ils vous 
nuisent*. Con est assez, selon votre theologie, pour les calom- 
nier sans crime, et vous pouvez, sans confession ni penitence, 
dire la messe en meme temps que vous imputez a des jiretres 
qui la disent tons les jours de croire que c'est une pure idolatrie: 
ce qui serait un si horrible sacrilege, que vous-memes avez fait 
peudre en effigie votre j)ropre pere Jarrige, sur ce qu'il avait dit 
la messe au temps ou il etait d'intelligence avec Geneve^{l4). 

Je m'etonno done, non pas de ce que vous leur imposez avec 
si peu do scrupule des crimes si grands et si faux, mais de ce 
que vous leur imposez avec si peu de prudence des crimes si peu 
vraisemblables. Car vous disposez bien des pe'ches a votre gre' ; 
mais pensez-vous disposer de meme de la creance des hommes ? 
En verite, mes peres, s'il fallait que le soup^on do Calvinisme 
tombat sur eux ou vous, je vous trouverais en mauvais termes. 
Leurs discours sont aussi catholiques que les votres ; mais leur 
conduite confirme leur foi, et la votre la dement. Car si vous 
croyez aussi bien qu'eux (pie ce pain est reellement change au 
corps de Jesus-Christ, pourquoi no demandez-vous pas conime 
eux que le coiur do pierre et de glace do ceux a qui vous con- 
seillez de s'en approcher'' soit sincerement change en un coeur 
de chair et d'amour ? Si vous croyez que Jesus-Christ y est 
dans un dtat de mort, pour apprendre a ceux qui s'en approchent 
h mourir au monde, au peche et a eux-memes, pourquoi portez- 
vous a en approcher ceux en qui les vices et les passions crimi- 
nelles sont encore toutes vivantes? Et comment jugoz-vous 
dignes de manger le pain du ciel ceux qui ne le seraient pas de 
manger celui de la terre ? 

grands venerateurs de ce saint mystere, dont le zele 
s'emploie a persecutor ceux qui I'honorent par tant de com- 

1 A, B and C, qu'ils vous/oh« tort. ^ Ibid, ctant d'intelligence. 

3 Ibid, d'en approcher. 



THE PROVINCIAL LETTKllS. 



o-to 



d'intelligence. 



miinions saiiites, et a, flatter ceux qui le dcshunoreut par taut letter 
de commuuious sacrileges ! Qu'ii est digue de ces defeuseurs 
d'uu si pur et si adorable sacrifice de fuire euvirouner* la table 
de Jesus-Chiust de pecheurs envieillis tout sortaut do leurs 
iufamies, et de placer au uiilieu d'uux uu pretre que son con- 
fesscur mouio euvoie de scs impudicites a I'autei, pour y offrir, 
eu la place de Jesus-Chkist, cette victiuio toute saiute au Dieu 
de saintete, et la porter de ses maius souille'es en ces bouches 
toutes souillees! Ne sied-il pas biou a ceux (pii pratiqueut 
cette conduite par toute la terre, selon des maxinies approuvees 
de leur propre general, d'iniputer ii I'auteur de la Frequente 
Cummiuiiun et aux Filles du Saiut-Sacrement de ne pas croire le 
Saiut-Sacrerncnt ? 

Cependant cela ne leur suffit pas encore. II faut, pour satis- 
faire leur passion, qu'ils les accusent enfin d'avoir renonce a 
Jesus-Christ et a leur bapteme. Ce ne sent pas la, mes peres, 
des contes en I'air comnie les votres ; ce sent les fuuestes ein- 
portements par ou vous avez conible la mesure de vos caloninies. 
Une si insigne faussete u'eiit pas e'fcd en des mains digues de la 
soutenir, en demeurant eu celles de votre bou ami Filleau, par 
qui vous I'avez fait naitre : votre Societe se Test attribuee 
ouvertement ; et votre pere Meynier vient de soutenir, " comme 
"une ve'rite certaiue," que Port-Royal forme une cabale secrete 
dcpuis trente-cinq ans, dont M. de Saint-Cyran et M. d'Ypres 
out c'te lesjcbefs, "pour miner le mystere de I'lncarnation, faire 
"passer I'Evangile pour une liistoire apocryphe, exterminer la 
" religion chretienne, et dlever le deisms sur les mines du chris- 
" tianisme." Est-ce la tout, mes peres ? Serez-vous satisfaits 
si Ton croit tout cela de ceux que vous haissez ? Votre animosite 
serait-elio enfin assouvie, si vous les aviez mis en horreur, non- 
seulemeut a tons ceux qui sent dans I'Eglise, par " I'intelligence 
" avec Geneve," dont vous les accusez, mais encore a tons ceux 
qui croient en Jesus-Chkist, quoiquc liors I'Eglise par le deisme 
(jue vous leur imjiutezll*^) ? 

Mais a qui pretendez-vous persuader, sur votre seule parole, 
sans la moindre apparence de preuve, et avec toutus les contra- 

1 Ibid, d'environner. 



r* 1 






i[iik< 



344 



THE PROVINCIAL LETTERS. 





LCTTKii dictions imaginablcs, (jue ties pretrcs ([iii ne prechcnt quo la 
grace de Jiosus-CiiRisr, la purcte do I'Evangile et les obligations 
du baptomc, ont renonce a leur baptenie, a I'Evangile et a 
J£sus-Ciirist'? Qui le croira, mes peies ? Le croyez-vous 
vous-memcs, miserables que vous etes ? Et a quelle extreuiite 
etcs-V(nis reduits, puisqu'il faut nc'cos.sairenient ou que vous 
prouvicz qu'ils ne croicnt pas en Ji5si;s-Christ^ ou que vous 
passiez pour les plus abandonnes calomniateurs qui furcnt 
jamais! Prouvez-Ie done, mes pcrcs. Nommez cet "ccck'sias- 
" tique de mt'rito," (|uo vous dites avoir assiste a cotte assemblee 
de Bourg-Fontaine cu 1()21, et avoir decouvert a votro Filleau 
le desscin qui y fut pris vie detruirc la religion cbretienne, 
Nommez ccs six pcrsonnes que vous ditcs y avoir formd cette 
conspiratiiiii. Nonunez "ceiui qui est de'signe par ces lettros 
" A. A.," ([ue vous dites, pag. 15, "n'etre pas Antoine Arnauld," 
parce qu'il vous a convaincus qu'il n'avait alors ((ue neuf ans, 
" mais uu autre que vous dites etre encore en vie, et trop bon 
" ami^ de M. Arnauld pour lui etre inconnu." Yous le connaissez 
done, mes ptires ; et par consequent, si vous n'etos vous-memes 
sans religion, vous etes obliges de deferer cot irapie an roi et au 
parloment, pour le faire punir comme il le mdriterait. II faut 
parler, mes peres : il faut le nomnu'r, ou souffrir la confusion de 
n'etre plus regardes que comme dos meuteurs indignes d'etre 
jamais cms. C'est en cette maniere que le bon joere Valerien 
nous a appris qu'il lallait " mettre Ji la gene" et pousser a bout 
de tels imposteurs. Votre silence la-dessus sera une pleine et 
entiere conviction de cette calomuio diabolique. Les plus 
aveugles de vos amis seront contraints d'avouer que " ce ne 
" sera point un effet de votre vertu, mais de votro impuis- 
"sance;" et d'admirer que vous ayez ete' si mediants que de 
I'etendre jusqu'aux religieuses de Port-Royal ; et de dire, connne 

1 A, B and C, ''Mais qui iw ,wra siirjin's de Varcughnnunt de votre condiiite? 

"Car a qui contiadictions imaginablcs, quo des t'n'ques ct den juetres qui 

" ii'ont fiiit (iiiire rAo.sr '/»' preclier la Kmcc avaioit renonce qu'ils n' out 

" travaille que pour elaolir cette aj)ost(i^ie, et que le Port-lu.yal ij travailk 
*^ encore? Qui le croiia etc." 

2 Ibid, "on one vous prouviez cette accusation." 

3 Ibid, "mais un uutiu qui fst encore en via, et qui c^l elc." 



THE PROVINCIAL LETTERS, 



a45 



vous faites, pag. 14, qne le Chapelet secret du mint Sacrement, ^■^■^rf^ 
compose par I'nne d'elles, a etc le premier fruit do cctte con- 
spiration contre Jesus-Chiust ; et dans la page 95, qu'on " Icnr 
" a inspire toutes lap detostables maximes de cot ecrit," qui est, 
selon vous, une instruction de de'isme. On a dejji mine invinci- 
blement vos impostures sur cot dcrit, dans la defense de la 
censure de feu M. rarcheveque do Paris contro votre perc Brisa- 
cier. Vous n'avez rien i\ y repartir, et vous ne laissez pas d'en 
abuser encore d'une maniere plus bonteuse quo jamais, pour 
attribuer a des lilies d'une piete connue do tout le mondc le 
comble do I'impiete. Cruels et bicbes persecuteurs, faut-il done 
que les cloitres los plus retires ne soient pas des asiles contro 
vos calomnies ! Pendant quo cos saintes viorges adorent nuit et 
jour Jesus-Christ au saint Sacrement, selon lour institution, 
vous ne cessez nuit et jour de publier qu'ellos ne croient pas 
qu'il soit ni dans rEucbaristie, ni memo a la droito de son Pero, 
et vous les retrancbez publiquement de I'Eglise, pendant qu'ellos 
prient dans le secret pour vous et pour ton to I'EgHsc. Vous 
calomniez cellos qui n'ont point d'oreilles pour vous ouYr, ni de 
boucho pour vous rdpondre, Mais Jesus-Christ, en qui olios 
sont cacheos pour ne paraitre qu'un jour avec lui, vous dcoute et 
repond pour elles. On I'ontend aujourd'bui cette voix sainto et 
terrible, qui dtonne la nature et qui console I'Eglise (if^). Et jo 
crains, mes peres, quo ceux qui endurcissent leurs coeurs, et qui 
refusent avec opiniatrete' de I'ouifr quand il parlo en Dieu, ne 
soient force's de Touir avec effroi quand il lour parlera en 
j"ge. 

Car onfin, mes peres, quel compte lui pourrez-vous rendro 
de tant de calomnies, lorsqu'il les oxaminera, non sur les 
fantaisies de vos peres Dicastillus, Gans et Penalossa, qui les 
excusent\ rnais sur les regies do sa verite eternelle et sur les 
saintes ordonnances do son Eglise, qui, bien loin d'excuser co 
crime, I'abborrc tellement, qu'elle I'a puni de memo qu'nn 
homicide volontaire ? Car elle a differe aux calomniateurs, 
aussi bion qu'aux meurtriers, la communion jusqu'a la mort, par 






^ A, B and C omit qui les cxcment. 





34G 



THE PIIOVINCIAL LETTERS. 



LKTTF.R le premier et second eoncilo d'Arles. Le concile dc Latran a 
juge indigues de I't'tat eeclesiasti(iuo ceux (|iii en out ete con- 
vaincus, (luouiu'ils s'eu fussent corrir-es. Lt's papes out niemc 
menace ceux qui auraieiit calonmie des eveciues, des pretres, on 
des diacres, de no leur point donnor la communion a la nioit. 
Et les auteurs d'un ecrit ditTamatoiro, qui ne peuvent prouver 
ce qu'ils ont avance, sont condamnes par le pape Adrien " j • 
"etre fouettes," mcs reverends \)hivH, jiat/e/leiitiir : taut I'EoHs,. 
a toujours ete eloignee des erreurs de votre Societe,si corionipno 
qu'elle excuse d'aussi grands crimes (pie la calomnio, jwur les 
commettre elle-meme avec plus de liberte(17). 

Certainement, mes peres, vous soriez capaldes de produim 
par la beaucoup de maux, si Dieu n'avait permis que vous ayez 
fourui vous-memes les moycns de les empeclier, et de rendre 
toutcs vos impostures sans effet. Car il ne faut que publicr 
cette Strange maxime ([ui les exempto do crime, pour vous otcr 
toute crdance. La calomnie est inutile, ai elle n'cst jointe jtune 
grande reputation de sincdrite. Un medisant ne pent re'ussir, 
s'il n'est en estime d'abhorrer la mt'disance, comme un crime 
dont il est incapable. Et ainsi, mes peres, votre propro principe 
vous traliit. Vous I'avez t'tabli pour assurer votre conscience. 
Car vous vouliez me'dire sans etre damnes, et etre "do ces 
"saints et pieux calomniateurs " dont parle saint Atbanase. 
Vous avez done embrasse, pour vous sauver de I'enfer, cette 
maxime qui vous en sirtve sur la foi de vos docteurs: maiscetto 
maxime memo, qui vous garantit, selon cux, des maux que vous 
craignez en I'autre vie, vous oie en celle-ci I'utilite que vous en 
esperiez: de sorte qu'en pensant eviter le vice do la mi^disance, 
voua en avez perdu le fruit: tant le mal est contraire a soi- 
meme, et tant il s'embarrasse ct se detruit par sa propre malice, 

Vous ealomnieriez done plus utilement pour vous, en faisant 
profession de dire avec saint Paul (pie les sinqiles medisants, 
maledici, sont iudignes de voir Dieu, puisqu'au moins vos medi- 
sances en seraient plutett crues; quoi(pi'a la verit(3 vous vous 
condamneriez vous-memes. Mais en disant, comme vous faites, 
que la calomnie centre vos ennemis n'est pas un crime, vos 
medisauces ne serout point crues, et vous ne laisserez pas de 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



347 



vous d.aniner. Car il est certain, mos pores, et quo vos anteurs lfttru 
graves n'andantiront pas la justice do Dieu, et que vous ne pou- 
viez donner uue preuvo 2>liis certaino quo vous ii otos pas dans 
la vcritt^, qii'en recourant au monsonge. Si la vdritd etait pour 
vous, elle com})attrait pour vous, elle vaincrait pour vous; ec, 
quelcpios ennomis quo vous eussiez, la verite vous en delivremit, 
scion sa promosso. Vous navoz recours au mensongo quo pour 
soutenir les erreurs (hmt vous tlattoz: Ics pecheurs du mondc, 
ct pour appuyor les caloninios dont vous opprinez les porsonnos 
do piote (pii s'y opposeut. La voritd etant contraire a vos fins, 
il a fallu niettre voire coiifiance uii mensouge, comme dit un 
prophete. Vous avez dit: "Les malheurs qui affligont les 
"liommes no vicndront pas juscpi'a nous; car nous avons esperd 
"au mensonge, et Ic monsonge nous protegera." Mais (pie 
Icur rdpond lo proi)heto? " D'autant, dit-il, quo vous avez mis 
"votre esperanco on la calomnie et an tumulte, sperastis in 
"cahwinia et in tmnidtn, cotte ini(piitd vous sera imputee, ot 
"votre ruine sera semblablo a celle d'une liaute muraillo qui 
" tombe d'uno chute imprdvuo, et Ji celle d'un vaissoau do terre 
" (lu'on brise et qu'on dcrase en toutes ses parties, par un effort 
" si puissant ot si universel, qu'il n'en restera pas un tet avec 
"lequel on puisse puiser' un pen d'eau, ou porter un pen de 
"feu; parce que (comme dit un autre prophete) vous avez afflige' 
"le ca3urdu juste, quo jo n'ai pouit afHige moi-meme, et vous 
" avez fiatte et fortifid la malice des impies. Je retirerai done 
"mon peuple de vos mains, et je ferai conaaitre que je suis leur 
" Seigneur et le votre (i«)." 

Oui, mes peres, il faut espdrer que, si vous ne changez 
d'esprit, Dieu retirera^ de vos mains ceux que vous trompez 
depuis si longtemps, soit en les laissant dans leurs ddsordres par 
votre raauvaise conduite, soit en les ompoisonnant par vos 
medisances. II fora concevoir aux uns que les fausses regies do 
vos casuistes ne les mettronc point a convert de sa colore; et il 
iraprimera dans I'osprit dos autres la juste crainte de se perdre 
en vous ecoutant, et en ajoutanc foi' a vos impostures; comme 

^ A, B and C, ou Vnn pinsse puiser. • Ibid, il retlrera. 

'^ Ibid, et en donnant creance. 



! 




fi fl 



348 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



m 




LFTTRR vous vous ponlcz voiis-mnmcs on los invoiitnnt et en Ics semant 
dans lo mondo. Car il iic s'y fant pas trompiM.- on ne se mofpu' 
point do Dion, et on no violo point iinpnnotnoni lo comniaiKK'- 
niont (pi'il nons a fait dan;^ rKvan«,dl<,', do ne point condnninor 
notre pro^lmin sans otro bion nssiird qn'il est coni»al)lo. Et 
ainsi, qnoUino ^..-olcssion do pioto (piofUssont conx (pii .sorondcnt 
facilos it rooovoir vos monsongos, ot sons quohino ])rotoxte du 
dL'voti(jn qn'ils le fassont, ils doivont approhondc r d otre exclu.s 
du royanme do Dion ponr ce sonl crinio, d'avoir impnte' d'aussi 
grand.s crimes qne I'litjrosio et lo schismo a dcs protros oatlioli(iue.s 
et {\ do saintos roliL,donsos', sans antros pronvos que dcs impos- 
tures aussi grossioros quo los votros. " Le domon, dit M. de 
"Geneve, est snr la langue de cehii qui mddit, et dans I'oreille 
"de colui qui rdcouto. Et la mddisaneo, dit saint Bernard 
" (Serm. 24 in Cant), est un poison cpii dtoint la charitd on I'uu ot 
" on 1 autre, J3e sorte qu'une seule calomnie pout otre mortollo 
"a nne intinitd d'ames, imis(pi'elle tuo non-senlement ceux (nii 
"la publient, niais encore tons ceux qui ne la rejottent pas (I'J)." 
Ales rdvdrends peros, mes lettres n'avaient pas accontunie 
de so suivre do si pros, ni d'etre si dtonduos. Le pen de temps 
que j'ai on a dtd cause de I'un et de Tautro. Jo n'ai fait celle- 
ci plus longue que parce que jo n'ai pas eu le loisir de la faire 
plus courte. La raison qui m'a oblige de me Later vous est 
niieux connue qu'a moi. Vos roponses vous rdussissaient nial. 
Vous avez bien fait do changer de methodo; mais je ne sais si 
vous avez bien choisi, ot si le mondo no dira pas que vous avez 
eu peur des Bdnddictins. 

Jo viens d'apprcndre quo colui quo tout le mondo fliisait 
auteur de vos apologies los ddsavoue, ot so facbe qu'on los lui 
attribue. II a raison, et j'ai eu tort de Ten avoir soupromie; 
car, quelque assurance qu'on m'en out donndo, jo devais penscr 
qu'il avait trop de jugement pour croire vos impostures, et trop 
d'honneur pour les publier sans les croire (20). H y a peu de gens 
du mondo cai^bles de ccs exces qui vous sout propres, et qui 
marqiient trop votre caractere, pour me rendre excusable de ne 



m 



It 



* A, J5 luul C, ft des reUqiemca. 



THE rnoVlNClAL LKTTKRS. 



340 



voua y avoir pas reconiuis. Le bruit comniun m'avait emportu. Li:n r,u 
Mais cette excuse, qui serait trop boiino pour vous, ii'ost pas 
suffisauto pour luoi, qui fais profession ile ne rieu dire hans 
preuvo certaine, et qui n'en ai dit aucunc que eelle-la. Je m'eii 
repeus, je la ddsavoue, et jo souhaito que vous profitiez do mon 
exeuiple. 



NOTES TO LETTER XVI. 

(1) It will 1)0 liiinlly croditod that a ijiodurii apologist for the Jesuits 
should resort to such pitiful istraits of polemic, and perhaps the fact that 
Maynard attempts to defend these .slanders is the stn)n;.jL'st conft'ssiiin of 
the weakness of his cause. ("Co iietaient ([ue dcs avances, dit-on, et Jaii- 
"s(5nius voulait [dua tard remettre. I'eu importo le mot ; e'etaii toujours 

" do I'argent donne i\ iJarcos, (/';'<7 ctU ou nan intention dc rcm/nmrscr 

" Jirc la iiiciHeiire vulonte dit m(mdc(\), tout cola ne .s'e.Npliquo guere,'' etc. 
(11. 233, 234.) 

(2) The Cure^ of I'aris, and indeed nearly the whole of the secular 
clergy at the time, were more or less strongly opposed to the Jesuits. 
Those of the metroiiolis sup[)lcmented the I'rurinrialcs by six exhaustive 
memoirs on the same suliject. The story oS ihv " tronc do tidint-JIcrri" 
is now unkuiiwn. The '^/(oneux direeteiir" was a certain Duhamel, a 
strong adherent of Janseuins, who became Cure of Saint-Merri. lie was 
accused of scandalous conduct by the Jesuits, and through the influ- 
ence of Annat, tiien the confessor of Louis XiV, was relegated to 
Brittany. 

(3) Psalm Ixxxii. 17. On Pascal's disclaimer of counectiou with Port 
Royal, see Introduction v. 

(4) Sec Arnauld's Complete Works, vol. xix. p. 549. 

(5) Ed. KMS, p. G(U;. 

(0) Jean Mestrezat was then the most famous Protestant minister in 
France, (b. l,j!)2, f IG.^T). Cardinal Richelieu wrote several theological 
works iu his early life, the most celebrated being the Manuel des Contro- 

verses. 

(7) "Quant i\ Mascarenhas, Pascal a l)ien un pen force son texte; mais 
" c'est ,\ pen pros le fond do pa pensee." (]\Iaynard, ii. 245.) 

(8) Notwithstanding Pascal's protest, Saint-Cyran undoubtedly taught 
tliata state of inward devotion and sclf-eftacenicnt was equivalent in manv. 




n:>o 



THK PROVIXCIAL LKTTKns. 



uiul Hiipon..r in s,.i,„, aisL>H, to actual purtioipution in tl.o Kiurliuri.st. In 
vol. I. p. 101 of tho edition ruforml to, we find tlio following : " H n'y a 
"point (In plus puissant nioycn d'assisti-r cos riniu.s (i.e. tho dond), qm 
yoWnv h Di.Mi pour elk's lo .sacntico do la pati..nn>, ,|no Dieu 'ainu, 
^uutant en cvtto occasion (pio celui do la inisericonlc. Tout autre s.,i,- 
1^ la-e.u.-nt ,|,ron pnurrait leur desiror n'est rion pour cIIch ni poiir.ious e„ 
cuniparaKson do celui (jui procedo do nous," etc. 

(!)) Tl.o /V//-V, .\„rrfi», was written l.y Saint-f'vran and l.i.s noplunv 
15arco,s (first puMisluMl U',:V.\), in defence of ti.e ri-l.ts of tl.o ei.ise.maey 
against certain claims and opinions put forth l.y tho Knglish and Fivnel, 
.Tesuits. It was warmly appr.,ved l.y tin,, whole ho.ly of the Fivneli 
clergy. 

^^ (10) »' Kundem panein angelorum, .piem modo sid. saeris velaminih.H 
flunt, ahsqne ullo vdamino mai.dueaturi." (Sess. xm. cap. H, od Li,H 

Jl I) Euchori /J/xr Fonmdanun »pintali,^ oitdHjentUv, c. iv. (.Mi.r,ie 
li. 74(j.) ° ' 

iVi) Van. lu. "Si quis nogaverit, in voneral.ili sacramento euclia- 
J-istiio sul. uiimiuaque specie, et sul. singulis cujus,p,e speeiei partihas 

'separationo facta, totum Christum contiiieri : A. S." iv. "Si (piis dixerit' 
"poracta c.msecratione in admiral.ili eueiiaristifo Hacramcnto non esse 

' corpus et sanguinem 1). \. [. C, scd tantum in usu A. S." vi " Si 

"(luis dixerit, in saiieto euoharistiaj «acrameuto Christum non esso "cuitu 

latriiT), etiamoxtcrno, adorandum, A. S." If the actual wonl ' hvaliter^ 

IS not found HI those canons, tho thing sign i tied by it i.s expressed plainly. 

(i;?) On this cU,f„m of A.pn'nas, Jeremy Taylor makes tho following 
pertinent remarks : » Aquinas hath yet another device to make nil whok^ 
"saying that one body cannot be in divers places h„'aJlter but saemnml 
J tahtcr. But I wish the wor.ls were sense, and that I could tell tlic 
^^meannig of being in a place locally and not locally, unless a thing can ho 
^m a place aiul not in a place, that is, so to bo in that it is also ont : but 
''so long as it is a <listinction it is no matter, it will amuse and make wav 
to escape if it will do nothing else." ()lo./.,., vr. 111.) And he points 
out that Lellarniine (lib. m. Kuch. c. 3) especially negatives the assunie.l 
reason :— " Si non pomt es^e nnum corjnis locaUh-r in chiobm loris, profecto 
''«c'^ m-e pn,,it Haa-ami;itah-tc>' cadem ratione." Ho could also have re- 
ferred to the scholastic writers, such as Alexander of Hales, (luoted by 
Maynard (ii. 25r), note). > i j 

(14) On Jarrige, -see Index of Authors. 

(15) In the year 16o4, Filleau, an arocat at Poitiers, published a nar- 
rative l.ase.l, according to his account, npn,, the evidonco of an ccclcsiastir 



TIIK PROVINCIAL LCTTKUS. 



HjI 



'<«', c. IV. (Migne, 



wild wiMhc'd to iviiiiiiii iiiikiKiwii, with tho titlo ; " Jlifationjuridif/vn tie co 
••</iii. g\>Ht piimf (I /'(n'tifr.i, toiir/nnit l<i mmiwHe diHirum df.i Jtin.'«''iiist,'H.'' 
'I'lio Mtory of his iiifoniiaiit was, in fact, tlio ri'vohitioii of a MiippoHod plot 
nil thi^ part of the .Faii.sfiii.sts a,L;aiiist tht; wholn system of ( 'hriMtiaiiitv, and 
thi'ir leathers \\\'iv di'sij^'iiated ]>y tin; transparent initials, J. 1). V. H. {.hnin 
I'll Vergior <lo Iliuiranno, hettor known us tho Al)ht' do Saint-Cyran) ; 
('. J. (Cornelius Jansonius) ; P. ('. (Piorro Cospean, iiftorwards l)isIiop of 
Lisieiix) ; P. C. (Piern^ Cuniiis, hishop of P.elley, the friend of Franeis do 
Sales) ; A. A. ( Ariianld d'Andillyj ; and S. \'. (Simon Vi,L,'or). It scorns 
wtranj,'o that, oven in the WH"' contnry, so clumsy a fahrioation could 
tind supporters, as in .lurieu ((;f. h'.f^>rif dc M. Anuiiild, i. 22(1), and hardly 
erodililo that Maynard shoidd huvo defended it. (Cf. Introihirtldii h la 
XVl'"" J'i-(iriiiriii/r, ir. I'l.")— :21H.) It soeins almost us wurprisini,' that 
I'aseal sliould havo deemed it worthy of his indignant olocpionco. Tho 
seornfu! apnstro[iho : " Voiix m,' jUitrs ju'lic', mcs jii'/r.'< /" would huvo huon 
nmri! in place. 

(Hi) On the alleged miracle of the ' Holy Thorn,' alluded to l.y Pascal, 
see Sainto-Pouvo, /'(>rt-/i<u/(d, \u. lOC- 12!) ; l?euchlin, <,'i'sr/,ir/it<' mn /'. /{.i. 
()77— 083 ; and Maynard's curious noto (ii. 2()2), in which, after enumerutiiig 
all the suspicious circumstances, ho concludes : "en tout cas, nous aimons 
"mieux croiro au miracle (pio do rocourir i\ la singulicrc cxi)licution do ]\I. 
" Stiinto-Uouvo," — tho said oxplanution hoing that a sharp pressure of tho 
thorn had caused tho/intida to opon and discharge the matter. On the whole, 
the A1)1)0 clearly inclines to think the affair a .Tansenist intrigue. All 
those views arc based upon the original accounts, to ho found in tho 
Recneil d'Ctrcclit, pp. 282—305 ; Jacqueline Pascal's Litters, pj). 37r)— 3!)I ; 
and Fontaine's JUmain-s, toni. ii. p. r}')'.). It is characteristic of tho age, 
that twenty times more space is given in these wi-rks to tliis uiirucle, than 
to the Jjvttres J'rnrincicdex. 

(17) " Do his qui fulso accusant fratros suos, placuit cos usque ad 
"exitum uon comtuunicivre." (Canon xiv. Cone. Arclat. i.) 

(18) The quotations are Isaiah xxviii. lo, and xxx. 12 — 14, Ezekiel 



xni. 



•>■) 



2, 23. 



(1!)) " Forit charitatem in onniibus qui se audiunt lingua maledica, et 
"quantum in so est nccat funditus et extinguit. Non solum autem ; sed 
"et in alisentilius iiiuversis ad (pios v<ilans vcrbum per eos (pii pncsentea 
"sunt, venire contigerit, ut hrcvi ingcntem niultitudinem animarum velo- 
"citcr currous.sermo talio malitiiv hujus inhcero possit." (Bernard. tHerm. 
24 iu Cant.) 

(20) See Note (13) to Letter XV. 





DIX-SEPTIEME LETTEE. 



AU Pt. P. ANNAT, JESUITE". 




i 



f ; 



Vi 



Du 23 Janvier lfi57. 
MON REVEREXD PERE, 

Votrc pvoct'de ni'avait fait croirc que vovis clesiricz 
que nous deniourassions en vepos de part et d'autre, et je m'y 
e'tais dispose. Mais vous avez depuis produit tant d'ecrits eu 
peu de temps, (pi'il parait bien qu'une paix n'est guere assure'e 
quand elle depend du silence des Jesuites. Je ne sais si cette 
rupture vous sera fort avantageuse ; mais, pour moi, je ne siiis 
pas faelie' quelle me donne le mojeu de detruire ce reiDroclie 
ordinaire d'ht'resie dont vous remplissez tons vos livres. 

II est temps que j'arrete, une fois pour toutes, cette hardiesse 
que vous prenez de me traitor d'ljereti(pie, qui s'augmente tons 
les jours. Vous le faltes dans ce livre ([ue vous venez de publier 
d'une nianiere cpii ue se pent plus soutirii-, et qui nie rendrait 
eufin suspect, si je ne vous y repoiidais comine le merite iiu 
reproche de cette nature. J'avais mepiibo cette injure daus ks 
t'erits de vos confreres, aussi bien qu'une infinite d'autres qu'ils 
y melent indiffereiumert. Ma ([uinzieme Lettre y avait assuz 
repondu; mais vous en parlez maintenant d'un autre air; vou.s 
en faitos serieusement le capital de votie defeiiSe, e'est prestiue 
la seule chose que vous y employez. Car vous dites que, " pour 

1 Heiuling in modern editions:— "On fait voir, en levant reiiuivoqiie du 
" sens de Jiuisenius, qu'il n'y a aucune heresie dans FK^riij^e.— On niontre, inir 
"le consentcmeut unaninio de tons los theologien.s, et piineiiialenuut dt-.s 
"Jesuites, que I'autorite des Tapes et des conciles coeunn'iiiciucs n'est point 
" infaillible dans les nucstions de fait." 



3 Janvier lfi57. 



i 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



353 



" toute re'ponse k mes quinze Lettres, il suffit de dire quinze fois lktter 
" que je suis herdtique ; et qu'e'tant ddclard tel, je ne inerite ^^"" 
" aucune crdance." Enfin vous ne mettez pas mon apostasie en 
question, et vous la supposez comme un principe ferme, sur 
lequel vous batissez hardiment. C'est done tout de bon, mon 
pere, que vous me traitez d'herdtique ; et c'est aussi tout de bon 
que je vous y vas repondre*. 

Vous savez bien, mon pere, que cette accusation est si im- 
portante, que c'est une tdmdrite' insupportable de Favancer, si on 
n'a pas de quoi la prouver. Je vous demande quelles preuves 
vous en avez. Quand m'a-t-on vu a Charenton ? Quand ai-je 
manque' a la messe et aux devoirs des chrdtiens a leur paroisse ? 
Quand ai-je fait quelque action d'union avec les he're'tiques, ou 
de schisme avec I'Eglise ? Quel concile ai-je contredit ? Quelle 
constitution dv> pape ai-je violee ? II fliut re'pondre, mou pere, 

ou Vous m'entendez bien. Et que rdpondez-vous ? Je prie 

tout le monde de I'observer. Vous supposez premierement que 
"celui qui dcrit les lettres est de Port-Royal." Vous dites 
ensuite que " le Port-Royal est declare he'retique ; " d'oti vous 
coiicluez que " celui qui ecrit les lettres est declare he're'tique." 
Ce n'est done pas sur moi, mon pere, que tombe le fort de cette 
accusation, mais sur le Port- Royal ; et vous ne m'en chargez que 
parce que vous supposez que j'en suis. Ainsi jc n'aurai pas 
grand'peine h m'en defendre, puisque je n'ai qu'a vous dire que 
je n'en suis pas, et k vous renvoyer a mes Lettres, oh j'ai dit 
"que je suis seul," et, en propres termes, que "je ne suis point 
" de Port-Royal," comme j'ai ftiit dans la seizieme, qui a pre'cdde' 
votre livre^ 

Prouvez done d'une autre maniere que je suis hdrdtique, ou 
tout le monde reconnaitra votre impuissance. Prouvez par mes 
(Merits que je ne re^ois pas la constitution. lis ne sent pas en si 

' Faugc!re gives the following notes from Pascal's MSS.:— "Je ne suis point 
"h6rutique; je n'ai point soutenu les cinq propositions. Vous le dites, et vous 
" ne le prouvez pas. Je dis que vous avez dit cela, et je le prouve.- -Vous dites 
"que jc suis he'retique: cela est-il permis ? Et si vous ne craignez pas que les 
'■ liommes rendent justice, ne craignez-vous pas que Dieu ne la rende ? " 

- Ibid. "Quelle raison en avez-vous? Vous dites quo jo suis Jans(?nistc; 
"que le Port-Royal soutient les cinq propositions, et qn'ainsi je les soutiens." 
PASC. L. 23 










NPii' 



3j4 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



'''x\Vi." g^'^^"*^ nombre ; il u'y a que seize Lettres a examiner, ou je vous 
dt^fie, et vous, ct toute la terre, d'en produiro la moindre marque. 
Mais je vous y ferai bieu voir le contraire. Car, quand j'ai dit, 
par exemple, dans la quaiorzieme, "qu'en tuant, selon vos 
" maximes, scs freres en peclie mortel, on damne ceux pour qui 
" Jksus-Christ est movt," n'ai-je jsas visiblement reconuu que 
J^sus-Christ est mort pour ces damnt^s, et " (|u'ainsi il est faux 
" qu'il ne soit mort que potu" les souls predestines," ce qui est 
eondanme dans la cincpiieme proposition ? II est done sur, mon 
pore, (pie je n'ai rien dit pour soutenir ces propositions impies, 
que je deteste de tout mon eoeur. Et (piand le Port-Royal los 
tiendrait, je vous de'clare (pu) vous n'en pouvez rien conckue 
centre moi, parce (pie, graces a Dion, je n'ai d'attache sur la torre 
(pi'a la seule Eglise catlioli([ue, apostolique et romaino, dans 
hupielle je veux vivre et mourir, et dans la comnnuiion avee le 
l)ape sou souverain chef, liors de laquelle je suis tres-persuade 
qu'il n'y a point de salut(l). 

Que ferez-vous j\ inie personne qui parle de cette sorte, ot 
par oil m'attaquerez-vous, puiscpie ni mes discours ni mes e'crils 
ne donnent aucun prdtexte a vos accusations d'heresie, etqueje 
trouve ma surete centre vos menaces dans I'obscurite qui me 
couvro ? Vous vous sentez frappe par une main invisible, qui 
rend vos egarements visibles Ji toute la terre ; et vous essayez en 
vain de m'attaquer en la personne de ceux aux([uels vous me 
croyez uni. Je ne vous crains ni pour moi ni pour aucun autre, 
n'etant attache ni a (^uehpie communaute ni a quelque par- 
ticulier que ce soit. Tout le cre'dit que vous pouvez avoir est 
inutile ;i mon egard. Je n'espere rien du monde, je n'en appre- 
hende rien, je n'en veux rien ; je n'ai besoin, par la grace de 
J)ieu, ni du bien ni de rtuitorit^ de personne. Ainsi, mon pero, 
j't'chappe a toutes vos prises. Vous ne me sauriez prendre', de 
(piel(]ue cote que vous le tentiez. Vous pouvez bien toucher le 
Port-lloyal, mais non pas moi. On a bien delogc!; des gens de 
Sorbonne ; mais cela ne me deloge pas de clicz moi. Vous 
pouvez bien preparer des violences centre des pretres et des 



' A, B and C, rous )ie poiirez me saisir. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



ioo 



1 jiretres et des 



(locteurs, mais non pas centre moi, qui n'ai point ces qualitds. lettku 
Et ainsi peut-etre n' eutes-vous jamais affaire a une personne qui 
fut si hors de vos atteintes et si propre a combattre vos erreurs, 
etaut hbre, sans engagement, sans attaclien.jnt,sans liaison, sans 
relation, sans affaires ; assez iustruit de vos maximes, et bien 
rdsolu de les pousser autant quo je croirai que Dieu ra'y enga- 
gera, sans qu aucune consideration humaine puisse arreter ni 
ralentir mos poursuites. 

A quoi vous sert-il done, inon pere, lorsque vous ne pouvez 
rien centre moi, de jMiblier tant de calomnies centre des per- 
sounes qui ne sont point melees dans nos differends, corame font 
tons vos peres ? Vous n'echapperez pas par ces fuites, vous sen- 
tirez la force de la verite (pie je ^^ous oppose \ Je vous dis que 
vous aneantissez la morale chretienne en la separant do I'amour 
de Dieu, dent vous dispensez les hommes ; et vous me parlez de 
" la mort du pere Mester," que je n'ai vu de ma vie. Jo vous 
dis que vos auteurs permettent de tuer pour une pomme, quand 
il est honteux de la laisser perdre ; et vous me dites qu'on " a 
"ouvert un tronc a Saint-Merri." Que voulez-vous dire de 
ineme, de me prendre tons les jours a partie sur le livre de la 
sainte Virjinite, fait par un pere de I'Oratoire que je ne vis 
jamais, non jJus que sou livre (^) ? Je vous admire, mon pere, de 
considerer ainsi tons ceux qui vous sont contraires comme une 
seule personne. Votre haine les embrasse tous ensemble, et en 
forme comme un corps de reprouves, dout vous voulez que 
cliacun reponde pour tous les autres. 

II y a bien de la difference entre les Jesuites et ceux qui les 
combattent, Vous composez v<jri tablemen t un corps uni sous 
uu seul chef; et vos regies, comme je I'ai fait voir, vous dc^fendent 
do rien imprimer sans I'aveu de vos superieurs, cpii sont rendus 
rosponsables des erreurs de tous les particuliers, "sans qu'ils 
"piiissent s'excuser en disant qu'ils n'ont pas remarque les 
" erreurs qui y sont enseignees, parce qu'ils les doivent remar- 
"quer," selou vos ordonnances, et selon les lettres de vos 
geueraux Aquaviva, Vitclleschi, etc. Cost done avec raison 

' MS. note : " vous sentuez la force tie la vt<ritt<, et vous lul cuderez." 
(Faufjerr.) 



n 



23—2 



I 
I 



356 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



il^ 



III 
I 



^¥\n^ ^^'o>^ vous reproche les ^garements de vos confreres, qui se 
trouvent dans leurs ouvrages appronvt^s par vos superieurs et 
par les thdologiens de votre compagnie(3). Mais quant a moi, 
mon pere, il en faut juger autrement. Je n'ai pas souscrit lo 
livre de la sainte Virghiite. On ouvrirait tous les troncs de 
Paris sans que j'en fusse moins catholique'. Et enfin je vous 
declare hautement et nettement que personne ne rdpond de mes 
lettres que moi, et que je ne re'ponds de rien que de mes 
lettresW. 

Je pourrais en demeurer la, mon p^re, sans parler de ces 
autres personnes que vous traitez d'heretiques pour me com- 
pvendre dans cette accusation, Mais comme j'en suis I'oecasion, 
je me trouve engage en (pielque sorte a me servir de cette meine 
occasion pour en tirer trois avantages ; car e'en est un >iien con- 
siderable de faire paraitre I'innocence de tant "* pc: .^nnes 
calomniees. C en est un autre, et bien propre a mon sujet, de 
montrer toujours les artifices de votre politique dans cette 
accusation, Mais celui que j'estime le plus est que j'apprendrai 
par la a tout le monde la faussete de ce bruit scandaleux que 
vous semez de tous cotds, que "I'Eglise est divisee par una 
" nouvelle heresie," Et comme vous abusez d'une in^nite de 
personnes en leur faisant accroire que les points sur lesquels 
vous essayez d'exciter uu si grand orage sout essentiels a la foi, 
je trouve d'une extreme importance de detruire ces fausses 
impressions, et d'expliquer ici nettement en quoi ils consistent, 
pour montrer qu'en effet il n'y a point d'herdtiques dans I'Eglise. 
Car n'est-il pas vrai'^ que, si Ton demande en quoi consiste 
rhoresie de ceux que vous appelez Jansenistes, on repondra in- 
continent que c'est en ce que ces gcns-la disent que " les com- 
"mandements de Dieu sont impossibles; qu'on n'a pas la liberie 
" de faire le bien et le mal ; que J^sus-Christ n'est pas mort pour 
" tous les hommes, mais seulement pour les jjrAlestinds; et enfin 
"qu'ils soutiennent les cinq propositions condamndes par le 

suje' 



"pape?" Ne faites-vous pas entendre que c'est pour ce 



1 MS. note: "On ouvrirait tous les troncs de Saint-Merry, sans que vous en 
" fussiez moins innocent." 
* A, B and C, vvritalh:. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



357 



<f, sans fiue vous en 



que vous persecutez vos adversaires? N'est-ce pas ce que vous letter 
dites dans vos livres, dans vos entrotiens, dans vos cateclnsmes, *''^"" 
comme vous fites encore les fete:, do Noel a Saint-Louis, en 
demandant a une de "'os petites bergeres: "Pour qui est venu 
" J^SUS-Christ, ma filie?— Pour tons les liommes, mon pere.— 
" Eh quoi ! ma fille, vous n'etes done pas de ces nouveaux ht^re- 
"tiquesqui disent qu'il n'est venu que pour les prddestiues?" 
Les enfants vous eroient 1^-dessus, et plusieurs autres aussi; car 
vous les entretenez de ces memes fables dans vos sermons, com- 
me votre pere Crasset a Orleans, qui en a ete' interdit. Et je 
vous avoue que je vous ai cru aussi autrefois. Vous m'aviez 
donnd cette meme idde de toutes ces personnes-la. De sorte 
que, lorscpie vous les pressiez sur ces propositions^ j'observais 
avec attention quelle serait leur rdponse; et j'e'tais fort dispose 
^ ne les voir jamais, s'ils n'eussent de'clare qu'ils y renon^aient 
comme a des impiete's visibles. Mais ils le firent bien haute- 
ment. Car M. de Sainte-3euve, professeur du roi en Sorbonne, 
censura dans ses Merits publics ces cinq proitositions long'emps 
avant le pape; et ces docteurs firent paraitre plusieurs ecrits, et 
entre autres celui de la grace victorieuse qu'ils produisirent en 
meme temps, ou ils rejettent ces propositions, et comme liere^ti- 
ques, et comme etrangeres. Car ils disent, dans la preface, que 
" ce sent des i^ropositions he'retiques et lutbdriennes, fabrique'es 
" et forge'es a plaisir, qui ne se trouvent ni dans Janse'niuf^, ni 
"dans ses defenseurs;" ce sent leurs termes. lis se plaignent 
de ce qu'on les leur attribue, et vous adressent pour cela ces 
paroles de saint Prosper, le premier disciple de saint Augustin 
leur maitre, a qui les Semi-Pelagieus de France en imputerent 
de parodies pour le rendre odieux. " II y a, dit ce saint, des 
" personnes qui ont une passion si aveugle de nous d(^crier, qu'ils 
" en ont pris un moyen qui ruine leur propre reputation. Car 
"ils ont fabrique a dessein de certaines propositions pleines 
" d'impie'te's et do blasphemes, qu'ils '^nvoient de tous cote's pour 
"faire croire que nous les sout.nons au meme sens qu'ils ont 

' A, B and C, quand vous commeiticUes a les accuser de tenir ces propositions. 



i 



I 



m 



■"?»*■ 



mi 



! • ■ ! 




358 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



I.KTTKIl 
XVII. 



I'll i' 



"exprimd par leiir dcrit. Mais on verra par ccttc rdponse, et 
" notre innocence, et la malice do ceux qui nous ont imputd ces 
"impietds, dont ils sont les uniques inventeurs (5)." 

En vdrite, mon pere, lorsque je les ow'is parler de la sorto 
avant la constitution; (|uand je vis qu'ils la rp';urent ensuito 
avec tout ce (jui se pent de respect; qu'ils offrirent de la sous- 
crire; et que M. Arnauld cut declare tout eela, plus fortement 
que je ne le puis rapportcr, dans toute sa seconde Lettre, j'eusso 
cru peclier do dDutcr de leur fui. Et en effct, ceux qui avaicnt 
voulu refuser I'absolution a leurs amis avant la lettre de M. 
Arnauld ont declare depuis qu'apres qu'il avait si nettement 
condamne ces erreurs qu'on lui imputait, il n'y avait aucune 
raison de Ic rctranchcr ni lui, ni ses amis, de I'Eglise. Mais 
vous n'en avez pas us4 de meme; et c'est sur quoi je commen<jai 
a me ddfier que vous agissiez avcc passion. Car, an lieu quo 
vous les aviez menaces de leur faire signer cette constitution 
quand vous pcnsiez qu'ils y resisteraient, lorsque vous vites 
([u'ils s'y portaient d'eux-mcmes, vous n'en parlates plus. Et 
quoiqu'il semblat que vous dussiez apres eela etre satisfait de 
leur conduite, vous ue laisstites pas de les traitor encore d'lidrc^- 
tiques, "parce, disiez-vous, que leur cceur dementait leur main, 
" et qu'ils dtaient catholiques extericurement et he'rdtiques inte'- 
"rieurement," comme vous-mer-'e I'avez dit dans votre ^e/j. cl 
quelques demandes (p. 27 et 47). 

Que oe precede me parut etrange, mon pere! Car de qui 
n'en peut-on pas dire aiitant? Et quel trouble n'exciterait-on 
point par ce pretexte! "Si Ton refuse, dit saint Gregoire, 
"pape, de croire la confession de foi de ceux qui la donnent 
" conforme aux sentiments de I'Eglise, on remet en doute la foi 
"de toutes les personnes catboliques." (IlegisL, I. 5, ep. 15.) 
Je craignis done, mon pere, que "votre dessein ne fut de rendre 
" ces personnes heretiques sans qu'ils le fussent," comme parlc 
le memo pape sur une dispute pareille de son temps; "parce, 
" dit-il, que ce n'est pas s'opposer aux heresies, mais c'est faire 
' une heresie, que de refuser de croire ceux qui par leur confes- 
"sion temoignent d'etre dans la veritable foi: Hoc non est hce- 



a:.'^f 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



359 



vesim purgare, sed facere" {Ep. 10) (O). Mais jt 



. . , ^ conniis en 

vt'ritc qu'il n'y avait point en etfet (l'li<.'reti(iues dans I'Eglise, 
quanJ je vis (lu'ils s'etaient si bien justifies de toutes ces here- 
sies, (jue vons no putes plus Ics accuser d'ancune erreur contrc 
la foi, et que vons futes re'duit k les entrcprendre seulement sur 
des questions de fait touchant Janseuius, qui ne pouvaient etre 
matiere d'lieresie. Car vous les voulutes obliger a " reconnaitre 
" que ces propositions etaient dans Jansenius, mot ji mot, toutes, 
"et en propres termes," commo vous I't'crivites encore vous- 
meme: Shujnlures, imliridiav, tutidem verbis apud Jansenium 
contentce, dans vos Cardli, p. ,S<)(7). 

Des lors votre dispute commen(;a a me devenir inditlurente. 
Quand je cvoyais (pie vous disputiez de la veritc' ou de la faus- 
sete' des propositions, je vous ecoutais avec attention, car cela 
touchait la foi: mais quand je vis que vous ne disputiez plus 
([ue pour savoir si clles etaient mot d, mot dans Jansenius ou 
non, comtne la religion n'y etait plus interessee, je ne m'y inte'- 
ressai plus aussi. Ce n'est pas qu'il n'y cut Lien de I'apparcnce 
que vous disiez vrai : car de dire que des paroles sont mot a mot 
dans un auteur, c'est a, quoi Ton no pent se mtqirendre. Aussi 
je ne m'etonne pas quo tant de personnes, et en France et a 
Rome, aient cru, sur une expression si peu suspecte, que Jan- 
senius les avait enseignees en effot. Et c'est pourquoi je ne fus 
pas peu surpris d'niiprendre que ce meme point de ftiit, que 
vous avicz propose comme si certain et si important, t^tait faux, 
et qu'on toul -J.'ifia de citor les pa-es de Jansenius on vous aviez 
trouve ces propositions mot a mot, sans que vous I'ayez jamais 
pu faire (^). 

Je rapporte toute cette suite, parce qu'il me semble que cela 
dc'couvre assez I'esprit de votre Socie'te' en toute cette affaire, et 
(lu'on admirera de voir que, malgre tout ce que je viens de dire, 
vous n'ayez pas cesst< de publicr (ju'ils etaient toujours here'ti- 
ques. Mais vous avez seulement change lour heresie selon le 
temps; car, a mesurc qu'ils se justifiaient de I'une, vos peres en 
substituaient une autre, afin qu'ils n'en fussent jamais exempts. 
Ainsi, en 1658, leur here'sie etait sur la (uialite' des propositions. 
Ensuite elle fut sur le mut a viot. Depuis, vous la mites dans 



LRTTKIl 
XVU. 





IHIt 



I 




im 



THE PROVINCIAL LKTTKUS. 



m 



''xVu'* ^^ cu3ur'. Mais aiijourd'hui on ne parle plus de tout cela; ct 
Ton vcut qu'ils soicut lieretiipics, s'ils no signont quo "lo sens 
" de la doctrine du Jansunius so trouve dans le sens de ces cinq 
'* propositions (y)." 

Voila le sujet de votrc dispute prescntc. II ne vous suffit 
pas qu'ils coudamnent les cin(i propositions, et encore tout ce 
qu'il y aurait dans Jansenius qui pourrait y ctre confornic, et 
contraire a saint Augustin; car ils font tout cela. De sorte 
qu'il n'cst pas (juestion de savoir, par exeniple.si "J]':sus-ClilusT 
" n'est mort que pour les predestines," ils condanincnt cela aussi 
bien que vous; niais si Jansenius est de ce sentiment-la ou non. 
Et c'est sur quoi je vous declare plus que jamais que votre 
dispute me touche pen, comme elle touclie pen rKglise. Car, 
encore que je no sois pas docteur non plus que vous, mon pore, 
je vois bien neanmoins (ju'il n'y va j)oint de la foi, puisqu'il 
n'est question que de savoir quel est le sens de Jansenius. S'ils 
croyaient (jue sa doctrine tut conforme au sens propre et litteral 
de ces propositions, ils la condamneraient; et ils ne refusent 
de le faire que parce (pi'ils sont persuades qu'elle en est bien 
diffe'rente: ainsi, quand ils I'entendraient mal, ils ne seraient 
pas lidretiques, puisqu'ils ne I'entendent qu'en un sens catholique. 
Et, pour expliquer cela par un exemple, je prendrai la 
diversity de sentiments qui fut entro saint Basile et saint 
Athanase, toucliant les dcrits de saint Denis d'Alexandrie, dans 
lesquels saint Basile croyant trouver lo sens d'Arius contre 
I'egalite du Pere et du Fils, il les condamna comme he'retiques ; 
mais saint Atlianase, au contraire, y croyant trouper le veritable 
sens de I'Eglise, il les soutint ccmme catlioliques Pensez-vous 
done, mon pere, que saint Basile, qui tenait ces ecrits pour ariens, 
out droit de traitor saint Atlianase d'h^retique, parce qu'il les 
defendait ? Et quel sujet en eut-il eu, puisque ce n'dtait pas 
I'Arianisme qu'il^ defendait, mais la verite de la foi qu'il pensait 

^ MS. note: " II y a deux ans que leur h6resie ^tait la bulle; I'ann^e pass^e, 
"c'etait interieur ; il y a six mois que c'etait totidem; k present c'est le sens" 
(ap. Fangere). 

2 por il, found in all original editions, most modern editoi^ substitute 
Athanase, to make the sense clearer. Maynard notes that some of the i"'. 
read quHl y defendait. 



ill 



THE PllOVINCIAL LETTERS. 



3G1 



y etre ? Si ces deux suints fussent conveuus du veritable sens i<in'Ti:u 
ue ces ecrits, ot (ju us y uussout tous deux recuunu cette lieresie, 
sans doute saint Athanase n'eilt pu les approuver sans huresie ; 
niais, coninie ils etaient en differend toucliant ce sens, saint 
Athanase dtait cathulique en les soutenaut, quand nieine il les 
cilt nial entendus ; puisque ce n'eAt ete qu'une erreur do fait, et 
([u'il ue defeudait, dans cette doctrine, quo la foi cathulique qu'il 
y supposait(l*^). 

Je vous en dis do memo, men pevo. Si vous convcnicz du 
sens de Jansenius, et que vos adversaires* fussent d'accurd avoc 
vo\is qu'il tient, par exen^ple, qu'on ne 'peut resister a la grdce, 
ceux qui refuseraient de le condaniner seraient lidreticjues. 
Mais lorsque vous disputez de son sens, et (^u'ils croient que, 
selon sa doctrine, on peut resistei' a la grdce, vous n'avez aucun 
sujet de les traitor d'hdretiijues, (juelque heresio que vous lui 
attribuiez vous-niemes, puis((u'ils condamnent le sens que vous 
y supposcz, et que vous n'oseriez condamner le sens qu'ils y 
supposent. Si vous voulez done les convaincre, montrez qtie le 
sens qu'ils attribuent a Jansenius est heretique ; car alors ils le 
seroi t eux-inemes. Mais comment le pourriez-vous faire, puis- 
(^u'i^ est constant, selon votre propre aveu, que ceiji qu'ils lui 
donnent n'est point condamn^ ? 

Pour vous le montrer clairement, je prendrai pour principo 
ce que vous reconnaissez vous-memes, que "la doctrine de la 
" grace efficaco n'a point ett^ condamn^e, et que le pape n'y a 
" point touclie par sa constitution." Et, en effet, quand il vouhit 
juger des cin(i propositions, le point de la grace efficace fut mis 
a couvert de toute censure. C'est ce qui parait parfaitement 
par les avis des consulteurs auxquels le pape les donna a exa- 
miner. J'ai ces avis entre mes mains, aussi bien que plusieurs 
personnes dans Paris, et entre autrcs M. I'dveque de Montpellier, 
qui les apporta de Kome. On y voit que leurs opinions furent 
partag(^es, et (^ue les principaux d'entre eux, comme le maitre du 
sacre palais, le commissaire du saint-office, le general des augus- 
tins, et d'autres, cro3^ant que ces propositions pouvaient etre 

' A, B and C, qu'ils fussent (Vacconl... 







~fp» 



3G2 



THE PROVINX'IAL LETTEIfS. 




i-KTTKit prises ail sens du la giiwo efficacc, fiin-nt d'avia (in'ollos nc 
devaieiit point etru consurucs: an liou (|uo h-s aiitres, deineurant 
d'accord qu'elles ii'cussent pas du etro cmhuiiut'es si olli.s 
eusscnt eu ce sons, cstitnerent qu'ollcs In d, Jont of ve ; pane 
que, selon ce (jirils declarent, leur sens piopro et nat-urel en 
t'tait trL's-dloignd. Et e'est jjourquoi le pnpe les condanma, et 
tout le nionde s'est rendu a son jugoment(ll). 

II est d(.nc sur. mon pere, que la ^riuce officaco n'a point ete 
condanmec. Aussi est-elie si puissuuinieut soutenue p, saint 
Augustin, par saint Tlionias et touto sou ecole, par tant de pajMs 
et de conciles, et par toute la tradition, que ce serait une impiete 
de la taxer d'lidresie. Or tons ceux que vous traitez d'hdretiques 
duclai-ent qu'ils no trouvent autre chose dans Jansenius que cetto 
doctrine de la grace cfficace. Et e'est la seule chose qu'ils (jnt 
soutenue dans Rome. V..us-nieme I'avez reconnu, Cavilli, pag. 
35, ou vous avez declare qu'en parlant devant le pape, " ils n^e 
" dirent aucun mot des propositions, iie verhnm qnidem, et qu'ils 
"employerent tout le temps a parler de la grace efficacod-')." 
Et ainsi, soit qu'ils se trompent ou non dans cette supposition, il 
est an moins sans doute que le sens qu'ils sujaposent n'est point 
heretique, et que par consequent ils ne le sent point. Car, pour 
dire la chose en deux mots, ou Jansenius n'a enseignd que la 
grace efficace, et en ce cas il n'a point d'erreur; ou ila enseigne 
autre chose, et en ce cas il n'a point de defenseurs^ Touto la 
question est done de savoir si Jansenius a cnseigne en effet 
autre chose que la grace efficace ; et, ?: Ion trouve que oui, vcus 
aurez la gloire de I'avoir mieux entendu ; mais ils n'auront point 
le malheur d'avoir erre dans la foi. 

II f\uit done louer Dieu, mon pere, de ce qu'il n'y a point en 
effet d'heresie dans I'Eglise, puisqa'il ne s'agit en cela que d'un 
point do fait qui n'en pent former. Car I'Egiise decide les points 
de foi avec une autorite divine, et elle retranche de son corps 
tons ceux qiu refusent de les recevoir. Mais elle n'en use pas 
de memo pour les clioses de fait. Et la raisou en est que notre 

1 MS. note: " Ou cela est dans Jansenius ou non. Si cela y est, le voila 
"condamne en cela; sinon, pourquoi voulez-vous lo faire condamner?" 
(Faugere.) 



THE rUOVlNCIAL LKTTKUS. 



363 



salut est attticlie t\ la foi fjui nonH a (^te ruvuldo, et qui se con- mhticu 
siTViMlans rE<jlise par la tradition; inais qii'il no dupeml point 
ilt'3 autres faits particuliers qui n'ont point t'td revf.'k's do Dion. 
Aiiisi on est obligt^ do croire quo k'S conmuuidonioiits do Diou 
no sent pas impossibles ; rnais on n'est pas oblij^o dc savoir co 
que Jansenins a enseignt* sur co snjot. Cost pounpioi Diou con- 
duit I'Egliso dans la determination dos points d^i la foi, par 
I'assistanco de son Esprit, qui ne peut error ; au lieu ({ue, dans 
les Glioses do fait, il la laisso agir par les sens et par la raison, 
(|ui on sont naturcUomcnt les juges. Car il n'y a quo Diou qui 
ait pu instniire I'Egliso do la foi ; mais il n'y a qu'a lire Jan- 
sonius pour savoir si dos propositions sont dans son livre. Et do 
ia vient que c'est une heresio dc rdsistor aux decisions de la fc ', 
parce quo c'est opposer son esprit pnjpre a I'Esprit do Diou. 
Mais ce n'est pas une horesie, quoiquo co puisse etre une 
tenie'ritd, que de ne pas croire certains faits particuliers, parco 
(jue ce n'est qu'opposer la raison, qui peut etre claire, a une 
autoritt^ qui est grando, mais qui en cela n'est pas infailliblo. 

C'est ce que tons les thdologiens reconnaissont, conime il 
])arait par cette maximo du cardinal Bollarmin, do votre Societe: 
" Les conciles gendraux et legitimes ne peuvent errer en de- 
"finissant les dogmes do foi ; mais ils peuvent errer en des ques- 
" tions do fait." Et ailleurs : " Lo pape, comme papo, et meme 
" a la tete d'un concile universel, pout error dans les controvorses 
" particuliorcs do fait, qui dependent principalement de I'infor- 
"mation et du temoignage des hommes (i-^)." Et le cardinal 
Baronius dc memo : " II fout se soumettro entiferement aux dd- 
" cisions des conciles dans les points do foi ; mais pour ce qui 
" concerne les personnes et leurs dcrits, les censures qui en ont 
" dte faites ne se trouvent pas avoir dte gardees avec tant de 
" rigueur, parce qu'Il n'y a personne a qui il ne puisse arrivcr 
" d'y etre trompd (l-i)." C'est aussi pour cette raison que M. 
I'archeveque de Toulouse a tird cette regie des lettres de deux 
grands papes, saint Ldon et Pdlage II : " Que le propre objet 
"des conciles est la foi, et que tout ce qui s'y rdsout liors de la 
" foi peut etre revu et examine de nouveau ; au lieu qu'on ne 
'doit plus examiner ce (jui a ete e'ecide on matiere de foi ; parce 




HI 







IMAGE EVALUATION 
TEST TARGET (MT-3) 




!.0 



I.I 



1.25 



■^ lilM 

• 50 ™"^= 
Ml 

i m 

us 



i J 



I 1^ 1 2.0 



1.8 



\A. IIIIII.6 





jnic 
Sciences 
Corporation 



23 WEST MAIN STREET 

WEBSTER, NY. 14980 

(/16) 872-4503 








t 





^q\' 



:\ 



\ 



^-. 
<» 



"^h 



V 



^i> 






o 




\ 



s^ 



^ 









& 



fA 







f I 



;i {| 



! I 



364 



THE PROVINCIAL LETTERS. 





!^: 1 



LCTTER " que, comme dit Tertullien, la r^gle de la foi est scule immobile 
" et irrdtractable (15)." 

De Ik vient qu au lieu qu'on n'a jamais vu los conciles 
gdndraux et legitimes contraires les uns aux autres dans les 
points de foi, " parce que, comme dit M. de Toulouse, il n'est 
"pas seulemeuL permis d'examiner de nouveau ce qui a e't^ 
" ddia ddcid^ en matiere de foi ; " on a vu quelquefois ces memes 
conciles opposes sur des points de fait, ou il s 'agissait de I'in- 
telligence du sens d'un auteur, " parce que," comme dit encore 
M. de Toulouse, apr^s les papes qu'il cite, "tout ce qui se 
"r^sout dans les conciles hors de la foi pent etre revu et examind 
" de nouveau." C'est aicsi que le quatri^me et le cinqui^me 
concile paraissent contraires I'un a I'autre (16), en I'interpre'tation 
des memos auteurs ; et la meme chose arriva entre deux papes, 
sur une proposition de certains nioines de Scythie. Car, apres 
que le pape Hormisdas lent condamn^e en I'entendant en un 
mauvais sens, le pape Jean II, son successeur, I'examinant de 
nouveau, et I'entendant en un bon sens, I'approuva, et la de'clara 
catholique (17). Diriez-vous, pour cela, qu'un de ces papes fut 
h^rdtique ? Et ne faut-il done pas avouer que, pourvu que Ton 
condamne le sens hdr^tique qu'un pape aurait suppose dans un 
^crit, on n'est pas hdr^tique pour ne pas condamner cet ^crit, en 
le prenant en un sens qu'il est certain que le pape n'a pas con- 
damnd, puisque autrement I'un de ces deux papes serait tombd 
dans I'erreur ? 

J'ai voulu, mon pere, vous accoutumer a ces contraridt(5s 
qui arrivent entre les catholiques sur des questions de fait tou- 
chant I'intelligence du sens d'un auteur, en vous montrant sur 
cela un Pere de I'Eglise centre un autre, un pape centre un 
pape, et un concile centre un concile, pour vous mener de la a 
d'autres exemples d'une pareille opposition, mais plus dispropor- 
tionnde. Car vous y verrez des conciles et des papes d'un cot^ 
et des Jdsuites de I'autre, qui s'opposeront a leurs dt^cisions 
touchant le sens d'un auteur, sans que vous accusiez vos con- 
freres, je ne dis pas d'hdresie, mais non pas meme de tdmdritd 

Vous savez bien, mon pere, que les Merits d'Origene furent 
condamnds par plusieurs conciles et par plusieurs papes, et 



scule immobile 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



se- 



meme par le cinqui^me concile g^ndral, comme contenant des letter 
h(^rdsies, et entre autres celle "de la reconciliation des demons ^^"' 
" au jour du jugement (18)." Croyez-vous sur cela qu'il soit d'une 
n^cessite absolue, pour etre catholique, de confessor qu'Orig^ne a 
tenu en effet ces erreurs, et qu'il ne suffise pas de les condamner 
sans les lui attribuer? Si cela dtait, que deviendrait votre 
p^re Halloix, qui a soutenu la puret^ de la foi d'Orig^ne, aussi 
bien que plusieurs autres catholiques qui ont entrepris la meme 
chose, comme Pic de la Mirande, et Genebrard, docteur de Sor- 
bonne? Et n'est-il pas certain encore que ce meme cinquieme 
concile general coudamna les e'crits de Thdodoret contre saint 
Cyrille, "comme impies, contraires k la vraie foi, et contenant 
" I'h^r^sie nestorienne ? " Et cependant le pere Sirmond, Jesuite, 
n'a pas laiss^ de le defendre, et de dire dans la vie de ce P^re 
"que ces memos dcrits sont exempts de cette hdrdsie nesto- 
"rienne(l9)." 

Vous voyez done, mon pere, que quand I'Eglise condamne 
des Merits, elle y suppose une erreur qu'elle y condamne, et alors 
il est de foi que cette erreur est condamnde; mais qu'il n'est pas 
de foi que ces e'crits contiennent en effet I'erreur que I'Eglise y 
suppose. Je crois que cela est assez prouvd; et ainsi je finirai 
ces cxemples par celui du pape Honorius, dont I'histoire est si 
connue. On sait qu'au commencement du septieme siecle 
I'Eglise t^tant trouble'e par I'hdrdsie des monothdlites, ce pape, 
pour terminer ce diffe'rend, fit un de'cret qui semblait favoriser 
ces ht^rdtiques, de sorte que plusieurs en furent scandalises. 
Cela se passa neanmoins avec peu de bruit sous son pontificat : 
mais, cinquante ans apres, I'Eglise etant assemblee dans le 
sixifeme concile general, oh. le pape Agathon prdsidait par ses 
le'gats, ce ddcret y fut defdre; et, apres avoir 6t4 lu et examine', 
il fut condamnd comme contenant Fbdresie des monotheiites, et 
brMd en cette quality en pleine assemblde, avec les autres e'crits 
de ces her^tiques. Et cette de'cision fut re^ue avec tant de 
respect et d'uniformitd dans toute I'Eglise, qu'elle fut confirmde 
ensuite par deiix autres conciles g(^n(^raux, et meme par les 
papes L^on II et Adrien II, qui vivait deux cents ans apres, 
saus que personne ait troubld ce consentement si universel et si 



i 



irt; 




, 




"1" 

A 


iy 


kjii^j; 





3(]0 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



''xv'ii:" P'^siblo duraiit sept ou huit sicclos. Cepondant quolciuos 
autours do ces dorniurs temps, et entre autres le cardinal Jiellur- 
min, u'oat pas oru sc reudre hdieti(pies i)our avoir soutenu 
centre tant de papcs et de conciles (pie les ecrits d'Honorius 
sent exempts de I'erreur qu'iLs avaient declare y etre, "parce, 
"dit-il, que des conciles generaiix pouvant crrer dans les ques- 
" tions do fait, on pout dire eu toute assurance quo le sixieme 
"concile s'est trompd en ce fait-la; et ([ue, n'ayant pas bieu 
" entendu le sens des lettres d'Honorius, il a mis h tort ce pape 
" an nombre des lieretiques{20)." 

Remanjuez done bien,mon pere,quo ce n'est pas etre lidrdtiquo 
de dire que le pape lionorius no I'etait pas, encore i\\\e plusieurs 
papes et plusieurs conciles I'eussent declard, et memo apres 
I'a/oir examine. Je viens done maintenaut ti notre question, ct 
je vous permets de faire votre cause anssi bonne que vous le 
pourrcz. Que direz-vous, mon ptjre, pour rendre vos adversaires 
heretiques? > Que le pape Innocent X a declare que "I'orrear des 
" cinq propositions est dans Jansc'nius ?" Je vous laisse dire tout 
cela. Qu'en concluez-vous? Que " c'est etre hdretiquo de ne 
"pas reconnaitro que I'erreur des cinq propositions est dans 
" Janse'nius?" Que vous en semble-t-il, mon pere? N'est-ce 
done pas ici une question de fait, de meme nature que les pre'ce- 
dentes? Le pape a declare que I'erreur des cinq propositions 
est dans Jansenius, de meme que ses predecesseurs avaient 
declare que I'erreur des Nestoriens et des Monotbelites dtait 
dans les ecrits de Theodoret et d'Honorius. Sur quoi vos peres 
ont t'crit qu'ils condamnent bien ces bdresies, mais qu'ils ne 
demeurent pas d'accord que ces auteurs les aient tenues: de 
meme que vos adversaires disent aujourd'bui qu'ils condamnent 
bien ces cinq propositions, mais qu'ils ne sent })as d'accord que 
Jansenius les ait enseignc'es. En verite, mon pere, ces cas-la 
sont bien semblables; et, s'il s'y trouve quel(iue difference, il est 
aise de voir combien elle est a Tavantage de la question preseute, 
par la comparaisou de plusieurs circonstances particulieres qui 
sont visibles d'elles-memes, et que je ne m'arreto pas a rappor- 
ter. D'oii vient done, mon pere, que, dans une meme cause, vos 
peres sont catholiqnes et vos adversaires beretiques? Et par 



THE rnoviNciAL lktteus. 



:UJ7 



(jucillo c'trange exception les privez-vous d'une liberty que vous lkttku 
(loiinez {\ tout le reste des ficlelcs? 

Que direz-vous sur cela, mon pfere? Quo "le pape a con- 
"finn<^ sa constitution par un brcf?" Je vouh n'jxjndiai que 
tleux conciles gdneraux et deux papes out coufirnio la condant- 
nation des lettres d'Houorius. Mais quel fond pretendez-vous 
(aire sur les paroles de ce brut", par lescpielles le pape declare 
([u'il a "condamnd la doctrine de Jansenius dans ces cinq pro- 
" positions?" Qu'est-ce que cela ajoute a la constitution, et que 
s'ensuit-il de li\? sinou que, coniine le sixieiue concile condamna 
la doctrine d'Honorius, parce qu'il croyait ([u'elle etait la meme 
(pie celle des Monotlielites, de inenie le })ape a dit qu'il a con- 
(lauine la doctrine de Jatisenius dans cos ciiKj ])rop()sitions, parce 
(pi'il a supposd (pi'elle etait la nionie <iue cos ciiKj propositions, 
Et comment ue I'eiit-il pas cru? Votre Societe no public autre 
chose; et vous-meme, mon i)ere, qui avez dit qu'elles y sent mot 
(t mot, vous etiez a Rome au temps de la censure; car je vous 
rencontre partout So fut-il defie de la sinceritu ou de la suffi- 
sance de taut de roligieux graves? Et comment n'eut-il \vAd cru 
que la doctrine de Jansdnius etait la meme que celle des cin(i 
])ropositions, dans I'assu ranee qu . vous lui aviez donne'e qu'elles 
etaient niut a mot de cet auteur? II est done visible, mon pore, 
que, s'il se trouve que Jansenius no les ait pas tenues, il ne 
faudra pas dire, comme vos peres ont fait dans leurs exemples, 
que le pape s'est trompd en ce point de fait, ce qu'il est toujours 
facheux de publier: mais il ne faudra que dire que vous avez 
trompt' le pape; ce qui n'apporte plus de scandale, tant on vous 
connait inaintenantM2i). 

Ainsi, mou pere, toute cette mati^re est bien dloignde de 
pouvoir former une lieresie. Mais comme vous voulez en faire 

1 MS. note:— "Lo pape n'a pas condamne deux choses: il n'a condamn6 
"que le Hens des propositions. Direz-vouH qu'il no I'a pas condamne? Mais 
" le sens de Jansdnins y est enferm^, dit le Pape. Je vols bien que le pape le pense, 
" a cause de vos totidrm. Mais il ne I'a pas dit sur peine d'excommunication. 
"Comment ne I'eut-il pas cru, et les 6vi'ques de Franco aussi? Vous le disiez 
" totidem, et ils ne savaicnt pas que vous fitcs en pouvoir de le dire, encore 
" que cela ne fut pas. Imposteura, on n'avait pas vu ma quinzieme Lettre." 
(I'auKr're.) 




11 



.iir b; 



liHf 




IM 




\A 



368 



THE TROVINCIAL LETTERS. 















^Pjn 


. f : 




1 


i 


i 








LCTTER une h quelque prix que ce soit, vous avez essayd de ddtourner la 
questiou du point de fait pour la mettre en un point de foi; et 
c'est ce que vous faites en cette sorte. " Le pape, dites-vous 
"declare qu'il a condamn^ la doctrine de Jansdnius dans ces 
"cinq propositions: done il est de foi que la doctrine de Jan- 
"sdnius touchant ces cinq propositions est ht^rc^tique, quelle 
"qu'elle soit." VoihV, mon pere, un point de foi bien etrange, 
qu'uno doctrine est hdrdtique, quelle qu'elle puisse etre. Eh 
vjuoi! si, selon Jausdnius, "on peut resistor k la grace intt?- 
"rieurc," et s'il est faux, selon lui, "que Jesus-Christ ne soit 
"niortque pour les seuls predestines," cela sera-t-il aussi con- 
damne, parce que c'est sa doctrine ? Sera-t-il vrai dans la cons- 
titution du pape " que Ton a la liberte de faire le bien et le 
"mal?" et cela sera-t-il faux dans Jansdnius? Et par quelle 
fatality sera-t-il si malheureux, que la veritd devienne herdsie 
dans son livre'^ Ne faut-il done pas confessor qu'il n'est hdrdti- 
que qu'au cas qu'il soit conforme a ces erreurs eondamne'es? 
puisque la constitution du pape est la regie a laquelle on doit 
appliquer Jansenius pour juger de ce qu'il est, selon le rapport 
qu'il y aura: et qu'ainsi on resoudra cette question, "savoir si 
"sa doctrine est ht^re'tique," par cette autre question de fait, 
" savoir si elie est conforme au sens naturel de ces propositions;" 
dtant impossible qu'elle ne soit hdretique, si elle y est con- 
forme, et qu'elle ne soit catholique, si elle y est contraire. Car 
enfin, puisque, selon le pape et les dveques, les "propositions 
"sent condamnees en leur sens propre et naturel," il est 
impossible qu'elles soient condamnees au sens de Jansdnius, 
sinon au cas que le sens de Jansdnius soit le meme que le 
sens propre et naturel de ces propositions, ce qui est un point 
de fait. 

La question demeure done toujours dans ce point de fait, 
sans qu'on puisse en aucune sorte Ten tirer pour la mettre dans 
le droit. Et ainsi on n'en peut faiie une matiere d'hdre'sie; 
mais vous en pourriez bien faire un prdtexte de persecution, s'il 
n'y avait sujet d'espdrer qu'il ne se trouvera point de personnes 
(^ui entrent assez dans vos interets pour suivre un proce'de si 
injuste, et qui veuillent contraindre de signer, comme vous le 



TME PROVINCIAL LETTKRS. 



sni) 



snms aans ces 



5ouhaitez, "que I'on condamne ces i)roj)ositioiis au sens de Janst'- 
" nius," sans expli(iuer ce que e'est que ce sens de Jansdnius. 
Peu de gbns sent disposes a s\<rxKn- une confession de foi en blanc. 
Or e'en serait signer une en blanc, qu'on remplirait ' onsuite de 
tout ce qu'il vous plairait ; puisqu'il vous serait libre d'interprd- 
ter k votre grd ce que c'est que ce sens de Jansdnius qu'on 
n'aurait pas expliqud. Qu'on l'expli<iue done auparavant ; 
autrement vous nous feriez encore ici un pouvoir prochain, 
(thstrahendo ah omni sensu. Vous savez que cela ne rdussit pas 
dans le nionde. On y hait ranibiguitd, et surtout en matiere de 
foi, ou il est bien Juste d'entendre pour le nioins ce (pie c'est que 
Ton condamne. Et comment se pourrait-il faire que dcs docteurs, 
qui sout persuades que Jansenius n'a point d'autre sens quo 
celui de la grace efficace, consentissent k declarer qu'ils con- 
damnentsa doctrine sans I'expliquer; puisque dans la crdance 
qu'ils en ont, et dont on ne ler. retire point, ce ne serait autre 
chose que condamner la grace efficace, qu'on ne pent condamner 
sans crime ? Ne serait-ce done pas une dtrange tyrannie de les 
raettre dans cette malheureuse necessitd, ou de se rendre coupa- 
bles devant Dieu, s'ils signaient cette condamnation centre leur 
conscience, ou d'etre traite's d'hdrdtiques, s'ils refusaient de le 
faire (22) ? 

Mais tout cela se conduit avec mystbre. Toutes vos d-- 
marches sent politiques. II faut que j'explique pourquoi vous 
u'expliquez pas ce sens de Jansdnius. Je n'dcris que pour 
ddcouvrir vos desseins, et pour les rendre inutiles en les dd- 
couvrant. Je dois done apprendre a ceux qui I'ignorent que 
votre principal intdr^t dans cette dispute dtant de relever la 
grace suffisante de votre Molina, vous ne le pouvez faire sans 
rumer la grace efficace, qui y est tout opiaosde. Mais comme 
vous voyez celle-ci'^ aujourd'hui autorisde a Rome, et parmi tons 
les savants de I'Eglise, ne la pouvant combattre en elle-mgme, 

' A, B and C, Or ce serait en signer une, que mux rempliriez. Modern 
editors generally prefer this reading, adding en blanc after une, for the sake 
of clearness. The reasons for not tampering with the text liave been already 
explained. 

" A, B and C, "Mais comme vous la voye/." 

PASC. L. 24 



i.rTirre 
xvn. 








** 


1 


I'M 


1 . 


11 


! IIP 




if 



! 



s i 




370 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



MTTKii vous vous etes avisos de rattaqtier sans qii'on s'cn aper(;oivp, 
sous le nom do la doctrine (h Jansc'nius, sans rexpli(iuor' ; ot 
que, pour y rc^ussir, vous aycz fait entendre que sa doctrine n'est 
point celle de la grace efficace, afin qu'on evoie pouvoir cou- 
damner I'une sans I'autre. De Ih, vient que vous essayez au- 
jdurd'hui de le persuader a ceux qui n'ont aucune connaissance 
de cet auteur. Et c'est ce que vous faites encore vous-menie, 
nion pfere, dans vos Cavilli (p. 23), par ce fin raisonnement : 
" Le pape a condamnd la doctrine de Jansenius ; or le pape n'a 
" pas condanin(^ la doctrine de la grace efficace : done la doctrine 
" de la ffrace efficace est diffe^lrente de celle de Jansenius." Si 
cette preuve dtait concluante, on montrcrait de nieme qu'Ho- 
norius, et tons ceux qui le soutiennent, sent liert^tiques en 
cette sorte. Le sixifeme concile a condamnd la doctrine d'Ho- 
norius : or le concile n'a pas condamne la doctrine de I'Eglise : 
done la doctrine d'Honorius est diffdrente de celle de I'Eglise ; 
done tons ceux qui le ddfendent sont heretiques. II est visible 
que cela ne conclut rien, puiscpie le i)ape n'a condamnd (jue la 
doctrine des cinq propositions, qu'on lui a fait entendre etre celle 
de Jansdnius. 

Mais il n'importe ; car vous ne voiilez pas vous servir long- 
temps de ce raisonnement. II durera assez, tout faible qu'il est, 
pour le besoin que vous en avez. II ne vous est ndcessaire que 
pour faire que ceux qui ne veulent pas condamner la grace 
efficace condamnent Jansenius sans scrupnle. Quand cela sera 
fait, on oubliera bientot votre argument, et, les signatures de- 
meurant en tdmoignage dternel de la condamnation de Jan- 
sdnius, vous prendrez I'occasion d'attaquer* directement la grace 
efficace par cet autre raisonnement bien plus solidc, que vous 
formerez* en son temps, " La doctrine de Jansenius, direz-vous, 
"a dtd condamnde par les souscriptions universelles de toute 
" I'Eglise ; or cette doctrine est manifestement celle de la grace 
" efficace ; " et vous prouverez cela bien facilement : " Done la 



I A, B and C, "de la doctrine de Jansenius. Armi il afalbi qve vous ayez 
"recherche de faire condamner Jamenius sans Ve.rpJiquer, et que...." 

^ Ibid, pour attaquer. ^ Ibid, que vous ev formerez. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



871 



" doctrine do la gvtxva officace est condamnt^e par I'uveu meme do i.ktti:ii 
" ses ddfenseurs C-iS)." '^^■"• 

Voili\ pourquoi vo,is proposez do signer cette eondamnation 
d line doctrine sans I'expliquor. Voih\ I'avantage (pie vous prd- 
tendez tiror de ces souscriptions. Mais si vos adversaires y 
msistont, vous tendcz un autre pidge h lour rofus. Car, ayant 
joint adroitomont la question de foi k cello de fait, sans vouloir 
permettre qu'ils I'en sdparent, ni qu'ils signent Tune sans I'autre 
comme ils ne pourront souscrire les deux ensemble, vous irez 
pubher partout qu'ils ont refusd les deux ensemble. Et ainsi 
quoiqu'ils ne refusent en eflfet que de reconnaitre que Jansdnius 
ait tenu ces propositions qu'ils condamnent, co qui ne pout faire 
d hdrdsie, vous direz hardimont qu'ils ont refusd do condamner 
les propositions en elles-memes, et que c'est lc\ lour hdrdsio. 

Voilji le fruit que vous tirerez de leur refus, qui ne vous sera 
pas moms utile que celui que vous tireriez' de leur consente- 
ment. De sorte que si on exige ces signatures, ils tomberont 
toujours dans vos embilclies, soit qu'ils signent ou qu'ils ne si- 
nent pas, et vous aurez votre compte do part ou d'autre : tant 
vous avez eu d'adresse a mettre les choses en etat de vous ^tre 
toujours avantageuses, quelque pente qu'elles puissent prendre ! 
Que jo vous connais bien, mon p^ro ! et quo j'ai de douleur ^ 
de voir quo Dieu vous abandonne, jusqu'^ vous faire rdussir si 
heureusome)it dans une conduito si malheurouso ! Votre bon- 
heur est digno de compassion, et ne pent etre envid que par 
ceux qui ignorent quel est le veritable bonheur. Cest etre 
charitable que de traverser celui que vous recherchoz eu toute 
cette conduito, puisque vous ne I'appuyez que sur le mensoncre 
et que vous ne tendez qu'^ faive croire I'une do cos detix 
faussotds : Ou que I'Eglise a condamnd la grice efficace, ou que 
ceux qui la ddfendent soutiennent les cinq erreurs condamndes. 
II faut done apprendre a tout le monde, et que la gr^ce 
efficace n'est pas condamndo par votre propre aveu, et que per- 
sonne no soutient ces erreurs ; afin qu'on sache que ceux qui 
refuseraient de signer co que vous voudriez qu'on exigent d'eux. 

J^ A, B and C, " Voila le fruit que vous tirerez sera " 

- Ibid, de regret. 

24—2 










'[ I 




872 



TlIK IMIOVIN'CIAL LKTIKIIS. 



i.t"ni:a jio lo n'fnsont (iu'i\ ciiiist.' du la (inostion dc fait; ct (luV'tinit 
prots j\ signer cfllo do foi, ds no saiiiaiout otre lidrctiiiuos par co 
refus, ]mis(ju'i'ntin il ost bii'U do fol (juo ecs propositioii.s sont 
lu1rL'ti(|U0.s, mais (pi'il no .sora jamais do foi qu'ollos soicnt do 
Jansdnius. lis sont sans orrour, cola sviffit. Pout-otre intorpro- 
teut-ils Jansdnius trop favorablomont ; mais junit-otro ne rintcr- 
prdtoz-vous i)as assoz favorablomont. Je u'ontre pa;; Itl-dodaus. 
,lo snis au nioins (pio, solon vos maximos, vous croycz pouvoir 
sans crimo ])ublior (pi'il ost lidrdti(pio contre vutro propro con- 
iiaissanoo, au liou (pio, solon los lours, ils ne pourraiont suns 
crime diro (pi'il ost catbolicpio, s'ils n'en dtaiont ])orsuadds. lis 
sunt done plus sinct'ros (pic vous, men poro; ils out plus examind 
Jansdnius (pie vous ; ils ue sent pas moins intolligents (pie vous; 
ils ne sont done pas moins croyablos cpio vous. Mais, quoi (ju'il 
ea soit do ce point de fait, ils sont certaincment catholi(|ues, 
puis([u'il n'ost pas ndcossaire pour Totro de diro qu'un autre ne 
Test pas ; ot (pio, sans cbargor ]i(Msonno d'errour, c'ost assez de 
s'on ddcliargor soi-meino*. 

1 A, 15 and C add this postscript: -"Mon ruv6rond pei-c, si vous avez peine 
" il lire ootto Icttre, pour n'otre pas <'n asso7. lioau caractc'rc, nc vous en prcnez 
" qu'il vous-niOmo. On ne me donne pas des i)rivilc'gos coniuie i\ vous. Vous en 
"avez pour combuttro jusqu'aux miracles; je n'en ai pas pour me ddfendre. 
" On court sans cesse les imprimeries. Vous ne me conseilleriez jias vous-mOnio 
" de vous ^erire davantase dans cette dilHeultt?, car c'est un trop grand eni- 
" barras d'etre rdduit a I'impression d'Osnabruck." This postscript api)Hed only 
to the original 4° editions of eight pages in very small and inferior type, {Vitif 
supra, Introduction V.) Maynard is right in considering it a piece oi pemjlunc 



TIIR PUOVINCIAI, MTTluHS. 



37n 



NOTES ON LETTKU XVII. 

(1) See Introduction i. § 4, und ii. § 8. 

(2) The hook in question, which appuiirod in 1038, wan niainly tran.s- 
Intcd from Augustine, hy (*iau(i(* Segucnot,H [n-iuMt of the Oratory, hut wum 
McvertholcHH censured hy tlie Sorhonnc?, und disjivowtid i)y tlio Orahoriuns 
themselves. It is said tliat Saiiit-Cyran was the autlior of the notes, hut 
no Hufticient ovidenco wius over adduced, (t.'f. Maynard, ii. 21)8.) 

(3) Hoo Note (3) on Letter IX. 

(4) Pascal's statement can only l)o descrihed as misleading, if not tni- 
truo. The "solidarity" of the .Jesuits was real in its way, hut practically 
(as has hcen shcnvn) allowed of much individual latitude. Now, the 
scihool of Port Jloyal, while professin-,' no vow of literary .self-effacement, 
carried it in practice to the extrcmest limits. 

(o) [S. Prosi)er Acpi. pro Aug. Rap. ad cap. ohj. Vine, rrwfatio.] 
(Migne, Patr. L<if. m. 177.) 

(()) The i)assage first referred to by Pascal is in fJregory's ei)istle to 
the hishop .Johannes of Constantinople (lih. vi. indict. 14. ep. 1.'). Patrol. 
1. XXVII. 807):— "iVam si credi Jidditer eonjltcatl dcspicitiir, cunctorum in 
" dnhimnjidcs addiicitur." From the next letter {Ad Mauricium A ugua- 
tiim) Pascal extracts the following sentence : " nam veraciter projitenti non 
"credere, non est lavrcsiin purgare, sed Jacere" 

(7) Annat j»ul.lished in IGM a book witli the title '^ Jammiamrum 
" CavUli contra latam in ip.ws a scde apontolica mitentiam." Its object was 
to prove that the five Propositions were textually contained in the Augux- 
tiiuis. (Cf Introduction ii., supra.) Pascal finds it convenient to forget the 
language of the first Letters, particularly the " Je n'ai encore vu pcrsomie 
" (lui niait dit les y avoir vues." 

(8) Pascal's polemic is here hardly worthy of him. To condescend to 
the ground of debating whether the exact syllables contained in the Propo- 
sitions are to be found in the same order in the Auc/Hstinm, is to be guilty 
of the same prevarication which he had .so scornfully expo.sed in the very last 
Letter (ride supra, p. ,3.j!)) in the case of his Jesuit antagonist. And if the 
ground of objection be admitted, it would equally have benefited J3auny 
and E.scobar a few years later, for the implicated t/ieses from their 
writings were seldom quoted with verbal accuracy in the censures of 
if'fiO and 1670. 



h 






I 



Hi 



T ' 




1 


Ml 


! 


i' 


1 


i 

\ 

i 


1 


1' 

■ 



374 



THE PROVINCIAL LKTTKRH. 



■ 1 i:. 



(!») Hero I'liMcul n'liii(|uiMhort tim (liiii>,'i'r<>u8 dofcnco, mid onco tiioro 
pftHHOH over to tho luiich moro HuaiewHtul iittiick. Tliu iiulictmoiit of tho 
jillit'd ciu'init'M oF tlie Aiiifiinfimin had (U'ltiiiidy varitul in itM form iw inucli 
lus the [tk'dH of its di-l'ondor.s. (Suo liitmdiietion H.) 

(10) Some frugnientH of Dioiiysiiis' ?X*yxos Ka\ nno\nyia nro prcaorvcd 
in the works of AtlianjiMiiis and I5a.sil. Dionysiuis wan acciisod of having 
di'Mcrihed tho relation of tho Father to tho Son (in an opintlo addroNNed to 
Eii|iiiraiior and AninionitiM) a.s tliat of tho vino-droHser to tlio vino, of tiio 
Hiiil>-buildcr to thu whii), oto. In another place ho oven wen*, ho far an to 
admit ovk dtl ^v 6 &*()s nar^p, ovk dfi ^v 6 v'lus, and is said to have used 
tho oruoial Arianistic phrase, ijv nnrt on ovk ^v. Ho suhmitted to the 
pressvn-o of tho hishoi) of Home, and finally ai'eopted tho ' Flomoiisiou,' 
tiiongh under protest that it was not to he estahlished either by Scripture 
or tradition. Later teachers on tho orthodox side attempted to exciiMo 
l)io)iysius by tho plea that lie employed the words witii an 'economical' 
purpose. Athanasius attribvited them to his anti-Sabellian zeal. (n(,,\ 
Aiowaiov rei tn. 'A\. Opp. I. 243.) liasil, us rascal remarks, con- 
ilemned him. 

(11) See Introduction ii. § 10, stipm. 

(12) Annat's words are as follows :— "Cum dietnri essent de (juinque 
" pro[)ositionibus, c(uporunt dicere de Josuitis, dueto ab illia verbis exordio, 
^'^scmipeUufiamt JemiitariaH il^'ocietas ;' tenuitcpie duas horas iuvectiva, 
"pugnanto in onuiium auditorum aiumis cum indignatioue patioiitiii. 
*' Satiram illam excepit eft'usa, in commendationem S. Augustiiii et gratite 
" per .seipsam etJicacis oratio, de quibus nulla erat controversia ; et poet 
'• longa cpiatuor circiter horarma tastidia, compertum est nouduni ca;piss& 
"dicere de inbus ca pell is." 

(13) Bellarmine, as an acute controversialist, was not likely to have 
left any unguarded utlerance on the question of the Papal power. But he 
does not seem to have foreseen the rapid encroaclinieuts of Ultramon- 
tanism, brought about by tho intiueueo of tho Jesuits. Accordingly we 
find 80 very unimpeachable a witness as Cardinal Newman quoting him in 
precisely tho sense ascribed to him by Pascal. " All catholics and heretics, 
" says Bellarmine, agree in two things : first, that it is possible for the 
" Poi)e, even as pope, and with his own assembly of councillors, or with 
" General Council, to err in particular controrersies of fact, which chiefly 
" depend on hunuxn infonimtion mid testimony." {De Rom. I'ont. IV. 2, 
cpioted in Esmy on Derelopment, ed. 1878, p. 87.) This is a sufficient 
answer to Maynard's question : '^ Mais Bellarmin a-t-il bien soutena la 
" doctrine qu'on luiprHef That the Church of Rome has since disavowed 
this doctrine, is a matter of history. 

(14) Baronius ad Ann. 681, n. 30. 



A \ .aw^mM. 






TIIK PIIOVINCIAL LKTTKUS. 



.•)7.'. 



(Ifl) Tho ftr(!hl)isli<i|» of Toulduso was tho hiuiio l)v Marcn who Htroim- 
oiiMly Hupported tlio iiiililiciitioii of thi. Korimilary. It wiw, tlnTofore, it 
rttrokci of irony on Piwcul's part to (|iiot(! Iiiin us an authority. TIic autho- 
rity of Lr.n aiiil IVIuj^iiiM II. is clear and miinqu'aciialilu, and niii,'ht ho 
conliriiieil hy countless other utterances. 

(HI) Many of tho clorj,'y had rofu.sed to sid)seriho the Edict aj^ainst tho 
Throe Chapters, uii<lor tho holiof that hy so (h)inj,' they woidd iiupugii the 
authority of the ('ouni:il of Chalcedoii. Tho diU'iciilty was increased liy 
the fact that the Pope (V'igilius) iiad hoon cccoinniunicated hy Facuiidus 
and other African hishops. Tho Fifth (ioneral Council was therefore 
convened at Constantinople in 5r)3, directly under tho authority of Jus- 
tinian. Its eiifiit SO' sions, or conferiMiccs, resulted in a renewe<l con- 
(h'lnnation of tlas Antiochenu school, and of tho Three Chapters, together 
with a Holetnn continuation of tho decrees of Chnlcedon. (Munsi ix, 167 if.) 
Kor a loni,' time tho a'ctuncuical character of this Council was denied in 
Spain, France and Africa U[)on tho ground already uiontionod. 

(17) In the year r)20 soine Scythian monks nttenii)tod to procure the 
addition of the words '■^ aiKtiiidc TriintDk'. jxiuhhiii e.wi" to the fornuda of 
the Council of (Jhalcedon. A groat controversy has always existed us to 
tho geiHiiiieness of the letter Ad I'oMcsxurein (Ep. 70 in llormisihe P(tpw 
(>/>ent, Migne i.xiii. 490); see Haronius in aim. 520, and (jieseler, § 111 
(a. !)!) in Engl, transl.). Maxcntius, one of tho monks, denied that it was 
genuine, since " in ea nihil rationia aut conseijuentiw reperiatur, sed tota 
" criminationibus obtnxtationihimpM van in . . . videutur refvrtur" The inonks 
took an active i)art in the Pelagian controversy, a fact which secured to 
them tho lavoiu-ablo notice of Port Ro}al. 

(IH) The best authorities are of opinion that the Canons of tho 
Fifth Council Ueneral, referred to by Pascal, are not genuine. They are 
preserved, to the mimber of 15, with the title : "Canons of the 1(50 
"Fatlicrs iussembled in council at Constantinople," but there is no evi- 
dence to prove that they were ever formally sanctioned. That the majority 
of tho Council were hostile to Origen's opinions, is very probable, and the 
omission was nossibly due to the fact that a formal censure had been 
already i)ronouncod at the previous Synod of the year 538. (Mansi ix. 
15711'.; Uiesoler m ^c.) 

(19) Although Theodoret, upon his not very dignified submission, 
had been declared orthodox at the Council of Chalcedon, an attack was 
made upon his writings in the next century by the Eutychian party, in 
the so-called Three-Chapter controversy. The emperor Justinian was 
persuaded to publish an edict, in the year 544, condenniing him, as well 
as Theodor of Mopsuestia and Ibas of Edessa. This action provoked 
strong resistance, especially from the African Church, while Vigilius, the 



WBB. «l 






,if 



l-f 




I ■ 

•I I 



i?7G 



THE PROVINCIAL LKTTERS. 



liisl!uj< of Ri>me, wavered from one side to the other, first condemning 
jiiid then defending the "Three Chapters." Finally, after some persie- 
ciition, he was induced to agree to the auatliemas of the Fifth Council. (See 
Schrockh, K. G. xviii. 570 fi". ; Mansi, ix. ; Neander, K. G. ii. 3. 1144 ff.) 

(20) The famous history of Honorius has given birth to a literature 
of its own, to which naturally no reference can be made here. It is suf- 
ficient to note that the view of Pascal has been adopted by \nany notable 
theologians within the Roman Communion, such as Du Pin, Richer, Bossuet, 
and Launoy, and that most modern historians on the Catholic side have 
abandoned the defence of Honorius. JMaynard attempts to overthrow 
Pascal here, with certaijily more chivalry than success. 

(21) Pascal'." argument in this paragraph can hardly be called 'serious.' 
iJe did not venture to urge the true state of the case, that the Pope had 
decided in favour of the majority against the minority, in the interests of 
peace and policy. And his plea that the Pope's decision was formed 
solely on the representations of the Jesuits, is untenable. If the Pope 
were not himself a theologian, the members of the Congregation were quali- 
fied. But he is impregnable in hi,-; parallel with the case of Honorius. The 
di.stinction attempted by Maynard, ("in one case the text itself was ex- 
"amined, in the other thn per.sonal intention of the author,") can hardlv 
be called effective. For the words of Jansenius were admittedly taken 
from Augustine, and the only possible point for his accusers was in the 
'personal intention' behind them. 

(22) " Peu de gen? sont disposes a signer vv cmifession da foi en blanc." 
Pascal here ' utters a great saying lightly,' and if the whole of his theology 
could be judged by it, might well be deerued on the road to Protestantism'. 
P>ut great writers also have the privilege of inconsequence, and he could 
say in the same letter {s^tpra, p. 354) "je n'ai d'attaehe sur la terre qn'k la 
" seule Eglise Ccitholique, apostoliqvie, et romaine." 

(23) This prediction was more ingenious than successful, and prove ■ 
tliat Pascal failed to grasp the real standpoint of his adversaries. The 
Jansenif-s, on their side, held to the opinions r.f Augustine as ol)jective 
truths, and would rather tacitly admit illogicalities in practice, than the 
minutest verba! dissidence. But to the Jesuits, a dogma was but a part of 
a great syst'^m of practical wo"king, and they espoused the semi-Pelagian 
views of their colleague IMolina, not only by esprit de corps, but because it 
logically harmonized with tlieir general scheme. The sceptical frame of 
mind induced by tiie theory of Probability, alone precluded bigotry of this 
sort. Accordingly, their warfare was against the heretic rather than the 
heresj', and they chcerfuDv conceded the grmfia efficax to the Dominicans, 
as !"'>-'i as the (,V>ngKegatiou Dn Ax.eiliis enabled tlu-m to retire with the 
honours of wnr. 



: j: 


i f[ 


"-1 

■;■■ h 



ers was in the 



DIX-HUITIEME LETTRE. 



AU RJ&VEREND PEEE ANNAT, J^SUITE' 



Du 24 mars loS7. 



MON R^V^EEND pfeEE, 



II y a iongtemps que vous travaillez a trouver quel- 
que erreur dans vos adversaires ; mais je m'assure que vous 
avouerez k la fin qu'il n'y a peut-etre rien de si difficile que de 
rendre li4retiques ceux qui ne le sont pas, et qui ne fuieni rien 
tant que de I'etre. J'ai fait voir, dans ma derniere lettre, com- 
bien vous leur aviez impute d'he'rdsies I'une apres I'autre, manque 
d'en trouver une que vous ayez pu Iongtemps maintenir; de sorte 
qu'il ne vous ^tait plus restd que de les en accuser, sur ce qu'ils 
refusaient de condamner le sens de Jansdnius, que vous vouliez 
qu'ils condamnassent sans qu'on I'expliquat. C'e'tait bien man- 
cjuer d'hdrdsies a leur reprocher, que d'en etre reduits la: car 
qui a jama,is oui parler d'une hdrdsie que Ton ne puisse ex- 
]trimer? Aussi on vous a faciiement repondu, en vous repv^- 
sentant que, si Jansdnius n'a point d'erreurs, il n'est pas juste de 
)e condamner ; et que, s'il en a, vous deviez les declarer, afin que 
Ton s\it au moins ce que c'est que Ton condamne. Vous ne 

' Heading in modern editions:— "On fait voir plus invinciblement, par la 
"r^ponse meme du pfere Annat, qu'il n'y a aucune h(5r(5sie dans rEglise; que 
" tout le monde condamne la doctrine que les J^suites renfermeat dans le 
" s^ns de Jans^nius, et qu'ainsi tous les fideles sont dans les uiemes sentiments 
• sur la matitie des cinq proporitions. — On marque la difference qu'il y a entre 
■• les disputes de droit ct celles de fait, et on montre que dans les questions 
' de fait on doit plus s'en rapporter h ce qu'on voit qu'a aucune autoritd 
" lumiaine." 






fi 



378 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



? i 



It r 



■f: 



i.: :li: tiiii^ 




^xvin'^ 1 aviez ndanmoins jamais voulu faire ; mais vous aviez essayd de 
fortifier votre pretention par des de'crets qui no faisaient rieu 
pour vous, puisqu'on' n'y explique en aucune sorte le sens de 
Jansdnius, qu'on dit avoir ete' condamnd dans ces cinq proposi- 
tions. Or ce n'dtait pas la le moyen de terminer vos disputes. 
Si vous conveniez de part et d'autre du veritable sens de Jansd- 
nius, et que vous ne fussiez plus en diffe'rend que de savoir si ce 
sens est he'rdtique ou non, alors les jugements qui declareraient 
que ce sens est hdrdticpie toucheraient ce qui serait* vdritable- 
meni en question. Mais la grande dispute dtant de savoir quel 
est ce sens de Jansdnius, les uns disant qu'ils n'y voient que le 
sens de saint Augustin et de saint Thomas ; et les autres, qu'ils 
y en voient un qui est he'rdtique, et qu'ils n'expriment point ; il 
est clair qu'une constitution qui ne dit pas un mot touchant ce 
diffe'rend, et qui ne fait que condamner en general le sens de 
Jansdnius sans I'expliquer, ne decide rien de ce qui est en 
dispute. 

C'est pourquoi Ton vous a dit cent fois que votre diffe'rend 
n'dtant que sur ce fait, vous ne le finiriez jamais qu'en declarant 
ce que vous entendez par le sens de Jansenius. Mais comme 
vous vous e'tiez toujours opiniatre a le refuser, je vous ai enfin 
poussd dans ma derniere lettre, ou j'ai fait entendre que ce n'est 
pas sans mystere que vous aviez entrepris de faire condamner ce 
sens sans I'expliquer, et que votre dessein dtait de faire retoniber 
un jour cette condamnation indeterminde sur la doctrine de la 
grace efficace, en montrant que ce n'est autre chose que celle de 
Janse'nius, ce qui ne vous serait pas difficile. Cela vous a mis 
dans la necessite de rdpondre. Car, si vous vous fussiez encore 
obstind apres cela a ne point expliquer ce sens, il eut paru aux 
moins eclaire's que vous n'en vouliez en effet qu'a la grace 
efficace ; ce qui eut ete la derniere confusion pour vous, dans la 
ve'ne'ration qu'a I'Eglise pour une doctrine si sainte. 

Vous avez done ete obligd de vous declarer ; et c'est ce que 
vous venez de faire en repondant a ma lettre, ou jo vous avals 
represent^ "que si Jansenius avait, sur ces cinq propositions, 



" A, i;. and C. car on n'y explique... 



Ibiil. ce qui est... 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



379 



" quelque autre sens que celui de la graxje efficace, il n'avait i-rttiiu 
" point de defenseurs ; mais que, s'il n'avait point d'autre sens 
" que celui de la grace efficace, il n'avait point d'erreurs." Vous 
n'avez pu ddsavouer cela, mon pere ; mais vous y faites une dis- 
tinction en cette sorte (p. 21) : " II ne suffit pas, dites-vous, pour 
"justifier Jansdnius, de dire qu'ilne tient que la grace efficace, 
" parce qu'on la pent tenir en deux manieres : I'une ht^rdtique, 
" selon Calvin, qui consiste a dire que la volontd mue par la 
" grace n'a pas le pouvoir d'y resister ; I'autre or^^hodoxe, selon 
" les Thomistes et les Sorbonistes, qui est fondde sur dos principes 
" dtablis par les conciles, qui est que la grace efficace par elle- 
" meme gouverne la volenti de telle sorte qu'on a toujours le 
" pouvoir d'y rdsister(l)." 

On vous accorde tout cela, mon pere, et vous finissez en disant 
que " Jansdnius serait catholique, s'il ddfendait la gr^ce efficace 
" selon les Thomistes ; mais qu'il est hdr^tique, parce qu'il est 
"contraire aux Thomistes et conforme k Calvin, qui nie le 
" pouvoir de resister a la grace," Je n'examine pas ici, mon 
p^re, ce point de fait : savoir, si Jansenius est en effet conforme 
a Calvin. II me suffit que vous le pr^tendiez, et que vous nous 
fassiez savoir aujourd'hui que, par le sens de Jansenius, vous 
n'avez entendu autre chose que celui de Calvin. N'dtait-ce done 
que cela, mon pere, que vous vouliez dire? N'dtait-ce que 
I'erreur de Calvin que vous vouliez faire condamner sous le nom 
du sens de Jansenius ? Que ne le declariez-vous plus tot ? vous 
vous fussiez ^pargne bien de la peine ; car, sans bulles ni brefs, 
tout le monde evit condamne cette erreur avec vous. Que cet 
(^claircissement etait n^cessaire ! et qu'il leve de difficultes ! 
Nous ne savions, mon pere, quelle erreur les papcs et les 
(^veques avaient voulu coudamner sous le nom du sens de Jan- 
sduius. Toute I'Eglise en etait dans une peine extreme, et per- 
sonne ne nous le voulait expliquer. Vous le faites maintenantj 
mon pere, vous que tout votre parti considere comme le chef et 
le premier moteur de tons ses conseils, et qui savez le secret de 
toute cette conduite. Vous nous I'avez done dit, que ce sens de 
Jansenius n'est autre chose que le sens de Calvin condamne par 
le concile. V^oila bien des duutcs resohis. Nous savons main- 



III 






380 



THE PROVIXCIAL LETTERS. 




i 



t ! 




¥vm" ^^"''^"* n"e I'eiTGur qu'ils ont eu dessein de condamner sous ces 
termes du sens de Jansenius n'est autre chose que le sens de 
Calvin, et qu'ainsi nous demeurons dans I'obe'is.sance k leurs 
de'crets, en condamnant avec eux ce sens de Calvin qu'ils ont 
voulu condamner. Nous ne sommes plus etonne's de voir que 
les papes et quelques dveques aient dtd si zc^les centre le sens de 
Jansenius. Comment ne I'auraient-ils pas 6i6, men pere, ayant 
creance en ceux qui disent publiquement que ce sens est le meme 
que celui de Calvin (2) ? 

Je vous d(^clare done, mon p^re, que vous n'avez plus rien k 
reprendre en vos adversaires, parce qu'ils detestent assurdment 
ce que vous de'testez. Je suis seulement dtonne' de voir que 
vous I'ignoriez, et que vous ayez si peu de connaissance de leurs 
sentiments sur ce sujet, qu'ils ont tant de fois declare's dans leurs 
ouvrages. Je m'assure que si vous en dtiez mieux inform^^, vous 
auriez du regret de ne vous etre pas instruit avec un esprit de 
paix d'une doctrine si pure et si chretienne, que la passion vous 
fait combattre sans la connaitre. Vous verriez, mon pere, que 
non-seulement ils tiennent qu'on re'siste effectivement L ces 
graces faibles, qu'on appelle excitantes, ou inefficaces, en n'ex^- 
cutant pas le bien qu'elles nous inspirent, mais qu'ils sont 
encore aussi fermes k soutenir centre Calvin le pouvoir que la 
volontd a de resister meme a la grfice efficace et victorieuse, qu'^ 
de'fendre centre Molina le pouvoir de cette grace sur la volontd, 
aussi jaloux de Tune de ces vt^rites que de I'autre. lis ne savent 
que trop que I'homme, par sa propre nature, a toujours le pouvoir 
de pe'cher et de re'sister k la grace, et que, depuis sa corruption, 
il porte un fonds malheureux de concupiscence, qui lui augmente 
infiniment ce pouvoir; mais que ndanmoins, quand il plait k 
Dieu de le toucher par sa misericorde, il lui fait faire ce qu'il 
veut et en la maniere qu'il le veut, sans que cette infaillibilitd 
de I'ope'ration de Dieu dt^truise en aucune sorte la liberte 
naturelle de I'homme, par les secretes et admirables manieres 
dont Dieu opere ce changement, que saint Augustin a si ex- 
cellemment expliquees, et qui dissipent toutes les contradictions 
imaginaires que les ennemis de la grace efficace se figurent entre 
Je pouvoir sonverain de la grace sur Je lil)re arl^tre, et la puis- 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



381 



' " r- 



nance qua le libre arbitre de idsister k la <jrace. Car, selon ce 
grand saint, que les papes et I'Eglise ont donne pour r^gle en 
cette mati^re, Dieu change le coeur de I'homme par une douceur 
ct^leste qu'il y rdpand, qui, surniontant la delectation de la chair, 
fait que rhomme, sentant d'un cotd sa mortality et son ndant, et 
ddcouvrant de 1 'autre la grandeur et I'eternitd de Dieu, con^oit 
du ddgout pour les delices du pe'cht^ qui le se^parent du bien in- 
corruptible. Trouvant sa plus grande joie dans le Dieu qui le 
charme, il s y porte infailliblenient de lui-meme, par un mouve- 
ment tout libre, tout voloutaire, tout amoureux ; de sorte que ce 
lui serait une peine et un supplice de sen separer. Ce n'est pas 
qu'il ne puisse toujours s'en eloigner, et qu'il ne s'en ^loignat 
etfectivemeut, s'il le voulait ; mais comment le voudrait-il, 
puisque la volontt^ ne se porte jamais qu'^ ce qui lui plait le 
plus, et que rien ne lui plait tant alors que ce bien unique, qui 
coraprend en soi tons les autres biens ? Quod enim amplius nos 
delecta, secundum id opei^emur necesse est, comme dit saint 
Augustin (*^). 

C'est ainsi que Dieu dispose de la volontd libre de I'homme 
sans lui imposer de necessity ; et que le libre arbitre, qui pent 
toujours r^sister a la grace, mais qui ne le veut pas toujours, se 
porte aussi librement qu'infailliblement k Dieu, lorsqu'il veut 
I'attirer par la douceur de ses inspirations efficaces. 

Ce sont la, mon pere, les divins principes de saint Augustin 
et de saint Thomas, selon lesquels il est ve'ritable que " nous 
" pouvons re'sister a la grace," contre I'opinion de Calvin ; et que 
ndanmoins, comme dit le pape Cldment VIII, dans son dcrit 
adressd a la congregation de Aiixiliis : " Dieu forme en nous le 
" raouvement de notre volontd, et dispose efficacement de notre 
" coeur, par I'empire que sa majestt^ supreme a sur les volont«^s 
" des honnnes aussi bien que sur le reste des creatures qui sont 
" sous le ciel, selon saint Augustin," 

C'est encore selon ces principes que nous agissons de nous- 
memes ; ce qui fait que nous avons des merites qui sont verita- 
blement notres contre I'erreur de -' ,'vin; et que "neanmoins 
" Dieu extant le premier principe de nos actions, et faisant en 
"nous ce qui lui est agr(5able," comme dit saint Paul, "nos 



LUTTHU 

xvm. 




i = i 



I ■'■ 



^M: 



u ; 







38: 



THE PROVINCIAL LKTTERS. 



'xvm'' " m^^ntes sont des dons de Dieu," comme dit le concile de 
Trente(^). 

C'est par \h qu'est ddtriiite cette impidtd de Luther, con- 
damnde par le meme concile: "Que nous ne coop^rons eu 
"aucune sorte a notre salut, non plus que des choses iu- 
"^ auimdes ; " et c'est par-la qu'est encore ddtruite I'impidt^ de 
I'dcole de Molina, qui ne veut pas reconnaitre que c'est la force 
de la grace meme qui fait que nous coopdrons avec elle dans 
I'oeuvre de notre salut ; par oh. il ruine ce principe de foi dtabli 
par saint Paul : " Que c'est Dieu qui forme en nous et la volont^ 
" et Taction." 

Et c'est enfin par ce moyen que s'accordent tous ces passages 
de I'Ecriture, qui semblent les plus opposds : " Convertissez-vous 
" a Dieu ; Seigneur, convertissez-nous a vous. Kejetez vos 
" iniquites hors de vous. C'est Dieu qui ote les iniquitds de 
" son peuple. Faites des oeuvres dignes de penitence : Seigneur, 
"vous avez fait en nous toutes nos oeuvres. Faites-vous un 
" cceur nouvcau et un esprit nouveau : Je vous donnerai un 
" esprit nouveau, et je cr^erai en vous un cceur nouveau, etc. (5)." 

L'unique moyen d'accorder ces contrarie'tds apparentes, qui 
attribuent nos bonnes actions tan tot a Dieu, et tantot k nous, 
est de reconnaitre que, comme dit saint Augustin, " nos actions 
" sont notres, a cause du libre arbitre qui les produit ; et qu'elles 
" sont aussi de Dieu, a cause de sa grace qui fait que notre 
"arbitre les produit' ;" et que, comme il dit ailleurs, Dieu nous 
fait faire ce qu'il lui plait, en nous faisant vouloir ce que nous 
pourrions ne vouloir pas : A Deo factum est tit vellent quod nolle 
potu/'ssent. 

Ainsi, mon pere, vos adversaires sont parfaitement d'accord 
avec les nouveaux Thomistes memes ; puisque les Thomistes 
tiennent comme eux, et le pouvoir de rt^sister k la grace, et I'in- 
faillibilitd de I'efFet de la grace, qu'ils font profession de soutenir 
si hautenient, selon cette maxime capitale de leur doctrine, qu'Al- 
varez, I'un des plus considerables d'entre eux, rdpete si souvent 
dans son livre, et qu'il exprime, disp. 72, 1. viil, n. 4, en ces 

' A, B ami C, que notre Hire arbitre... 



"^ l?"^'. 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



383 



le concile de 



termes : " Qiiand la grace efficace meut le libre arbitre, il con- 
" sent infailliblement ; parce que Teffot de la gr&ce est de faire 
"qu'encore qu'il puisse ne pas consentir, il coiisonte ndanmoins 
"en effet." Dont il donne pour raison celle-ci de saint Thomas, 
son maitre : " Que la volont(^ de Dieu ne peut manquer d'etre 
" accomplie ; et qu'ainsi, quand il veut qu'un homme consente h 
" la grace, il consent infailliblement et meme n^cessairement, 
"non pas d'une ndcessitd absolue, mais d'une necessity d'in- 
" taillibilite(C)." En quoi la grace ne blesse pas le " pouvoir 
" qu'on a de r^sister si on le veut ; " puisqu'elle fait seulement 
qu'on ne veut pas y rdsister, comme votre pere Pdtau le recon- 
nait en ces termes : " La grace de Jesus-Christ fait qu'on 
"persdvere infailliblement dans la pietd, quoique non par 
" n^cessite. Car on peut n'y pas consentir si on le veut, comme 
" dit le concilo ; mais cette meme grace fait que Ton ne le veut 
" pas(7)." 

C'est h\, mon pere, la doctrine constante de saint Augustin, 
de samt Prosper, des Peres qui les ont suivis, des conciies, de 
saint Thomas, et de tons les Thomistes en general. C'est aussi 
celle de vos adversaires, quoicjue vous ne I'ayez pas pens^. Et 
c'est enfin celle que vous venez d'approuver vous-meme en ces 
termes : " La doctrine de la grace efficace, qui reconnait qu'on a 
" le jiouvoir d'y re^sister, est orthodoxe, appuyee sur les conciies, 
" et soutenue par les Thomistes et les Sorbonistes." Dites la 
veritd, mon pere: si vous eussiez su que vos adversaires tiennent 
effectivement cette doctrine, peut-etre que I'int^ret de votre 
Compagnie vous eut empechd d'y donner cette approbation 
publique: mais vous f^tant imaging qu'ils y dtaient opposes, ce 
meme interet de votre Compagnie vous a porte k autoriser des 
sentiments que vous croyez contraires aux leurs; et par cette 
meprise, voulant minor leurs principes, vous les avez vous-meme 
parfaiteraent dtablis. De sorte qu'on voit aujourd'hui, par une 
espece de prodige, les d(^fenseurs de la grace efficace justifies par 
les d^fenseurs de Molina : tant la conduite de Dieu est admirable 
pour faire concourir toutes choses k la gloire de sa vdritd! 

Que tout le rnonde apprenne done, par votre propre declara- 
tion, que cette vdritd de la grace efficace, necessaire a toutes les 



MTTF.R 

xvni. 



iV. 



nl 



; 



! I 



1 



; 



i I 



h- H 



384 



THE J'HOViXCIAL LETTERS, 





i-ETTija actions (le pidtd, qui est si ch^re k I'Eglise. et qui est le prix du 
sang de son Sauveur, est si constaniment catliolique, qu'il n'y a 
pas un catholique, jusqu'aux Jesuites niemes, qui ne la recon- 
naisse pour orthodoxe. Et Ton saura en meme temps, par votre 
propre confession, qu'il n'y a pas le moindre soup^on d'erreur 
dans ceux que vous en avez tant accust^s. Car, quand vous leur 
en imputiez de cachees sans les vouloir ddcouvrir, il leur dtait 
aussi difficile de sen ddfendre qu'il vous etait facile de les en 
accuser de cette sorte; mais inaintenant (^ue vous venez de 
ddclarer que cette erreur qui vous oblige k les combattre est 
celle de Calvin, que vous pensiez qu'il- soutinssent, il n'y a per- 
sonne qui ne voie clairement qu'ils sont exempts de toute erreur, 
puisqu'ils sont si contraires a la seule que vous leur imposez, et 
qu'ils protestent, par leurs discours, par leurs livres, et par tout 
ce qu'ils peuvent produire pour t(^moigner leurs sentiments, 
qu'ils condamnent cette heresie de tout leur coeur, et de la meme 
maniere que font les Thomistes, que vous roconnaissez sans diffi- 
cult^ pour catholiques, et qui n'ont jamais 4t6 suspects de ne le 
pas etre(8). 

Que direz-vous done maintenant centre eux, mon pfere? 
Qu'encore qu'ils ne suivent pas le sens de Calvin, ils sont ndan- 
moins hdrdtiques, parce qu'ils ne veulent pas reconnaitre que le 
sens de Jansdnius est le meme que celui de Calvin! Oseriez- 
vous dire que ce soit 1^ une matike d'hdrdsie ? Et n'est-ce pas 
une pure question de fait qui n'en peut former? C'en serait 
bien une de dire qu'on n'a pas le pouvoir de rdsister a la grace 
efficace; mais en est-ce une de douter si Jansenius le soutienti' 
Est-ce une veritd revelee? Est-ce un article de foi qu'il faille 
eroire sur peine de damnation? Et n'est-ce pas malgrd vous un 
point de fait pour lequel il^ serait ridicule de pretendre qu'il y 
eiit des hdretiqnes dans I'Eglise ? 

Ne leur donnez done plus ce nom, mon pere, mais quelque 
autre qui soit proportionne a la nature de votre diffdrend. 
Dites que ce sont des ignorants et des stupides, et qu'ils enten- 
dent mal Jansdnius; ce sei-ont des reproches assortis a votre 
dispute: mais de les appeler hert^tiques, cela n'y n nul rapport. 
Et comme c'cst la seule injure dont je les veux dt'fendre, je ne 



h I 



THE PltOVINCIAL LETTERS. 



.•385 



me mettrai pas boaucoup en peine de montror qn'ils entondcnt lrttkr 
bien Jansdiiiiis. Tout ce que je vous en dirai est qu'il me ''^^"'" 
semble, mon pere, qu'en le jtigeant par vos propros regies, il est 
difficile qu'il ne passe pour catholicpie: car voici ce (pie vous 
^tablissez pour I'examiner. 

"Pour savoir, dites-vous, si Jansdnius est k convert,, il fant 
" savoir s'il defend la grace efficace h la mani^re de Calvin, qui 
"nie qu'on ait le pouvoir d'y rt^sister; car alors il serait hdre- 
"tique: ou k la maniere des Thomistes qui I'admettent; car 
"alors il serait catholique." Voyez done, mon pere, s'il tient 
qu'on a le pouvoir de re'sister, quand il dit, dans des traitds 
entiers, et entre autres au torn, in, liv. 8, c. 20: " Qu'on a tou- 
" jours le ponvoir de rt^sister k la grace, selon le concile: QUE 
" LE LIBRE ARBITRE PEUT TOUJOURS AGIR ET N'AGIR PAS, vouloir 
"et ne vouloir pas, consentir et ne consentir pas, faire le bien 
"et le mal; et que Thomme en cette vie a toujours ces deux 
"libertes, que vous appelez de contrarie'te' et de contradiction." 
Voyez de meme s'il n'est pas contraire a I'erreur de Calvin, telle 
que vous-meme la reprdsentez, lui qui montre, dans tout le chap. 
21, "que I'Eglise a condamnt^ cet hert^tique, qui soutient que la 
" grace efficace n'agit pas sur le libre arbitro en la maniere qu'on 
" I'a cru si longtemps dans I'Eglise, en sorte qu'il soit ensuite au 
" pouvoir du libre arbitre de consentir ou de ne consentir pas : 
" au lieu que, selon saint Augustin et le concile, on a toujours le 
"pouvoir de ne consentir pas, si on le veut; et que, selon saint 
" Prosper, Dieu donne k ses 4l\xs memes la volontd de persdvdrer, 
" en sorte qu'il ne leur ote pas la puissance de vouloir le con- 
" traire." Et enfin jugez s'il n'est pas d'accord avec les Thomis- 
tes, lorsqu'il d«^clare, c. 4, "quo tout ce que les Thomistes ont 
" e'crit pour accorder I'efficacite^ de la grace avec le pouvoir d'y 
" re'sister est si conforme a son sens, qu'on n'a qu'a voir leurs 
" livres pour y apprendre ses sentiments. Quod ipsi dixevunt, 
" dictum jnitai^)." 

Voila comme il parle sur tons ces chefs, et c'est sur quoi je 

m'imagine qu'il croit le pouvoir de r(^sister k la grace; qu'il est 

contraire k Calvin, et conforme mix Thomistes, parce qu'il le dit, 

et qu'ainsi il est catholique selon vous. Que si vous avez quel- 

PASC. L. 




25 



.SSG 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



■! 



\h\\ 



\ \m 

■ ' '131 



w 


^i- "j 


1 


■^ 


' 


1 


I^HIP' 




1 


Hlu 


r* ■ 

4i^ 


J 



'vvlii'* *1"® ^^'^ ipouT connaitrc k; sens d'un auteur uutreineut (jue par 
ses expressions, et que, sans rapporter aucun de ses passages, 
vous vonliez soutenir, contre toutes ses paroles, i\n\\ uio le pou- 
voir de rt^sister, et qu'il est pour Calvin contre les Thoniistes, 
n'aycz pas pour, mon pere, que je vous accuse d'hdresie pour 
cela: je dirai seu lenient (]u'il semble que vous entcndez nial 
Jansdnius; inais nous n'en serous pas nioins enfants de la niume 
Eglise. 

D'oti vient done, mon pere, que vous agissez dans ce differend 
d'une maniere si passionnc'e, et que v(nis traitez comme vos plus 
cruels enneniis, et comme les plus dangereux herdtiques, ceux 
que vous ne ])ouvez accuser d'aucune erreur, ni d'autre chose, 
sinon qu'ils n'entendcnt pas Jansdnius comme vous? Car de 
quoi disputez-vous, sinon du sens de cet auteur ? Vous voulez 
qu'ils le condamnent, mais ils vous demandent ce que vous on- 
tendez par h\. Vous dites que vous entendez I'erreur de Calvin ; 
ils rdpondent qu'ils la condamnent: et ainsi, si vous n'en voulez 
pas aux syllabes, mais a la chose qu'elles signifient, vous devez 
etre satisfait. S'ils refusent de dire qu'ils condanment le sens 
de Jansenius, c'est parce qu'ils croient que c'est celui de saint 
Thomas. Et ainsi ce mot est bien ei^uivoque entro vous. Dans 
votre bouche il signifie le sens dc Calvin ; dans la leur, c'est le 
sens de saint Thomas; de sorte que ces diffdrentes iddes que vous 
avez d'un memo terme causant toutes vos divisions, si j'etais 
maitre de vos disputes, je vous interdirais le mot de Jansdnius 
de part et d'autre. Et ainsi, en n'exprimant que ce que vous 
entendez par 1^, on verrait que vous ne demandez autre chose 
que la condamnation du sens de Calvin, a quoi ils consentent; 
et qu'ils ne demandent autre chose que la defense du sens de 
saint Augustin et de saint Thomas, en quoi vous etes tons 
d 'accord. 

Je vous ddclare done, mon pere, que, pour moi, je les tien- 
drai toujours pour catholiques, soit qu'ils condamnent Jansdnius 
s'ils y trouvent des erreurs, soit qu'ils ne le condamnent point 
quand ils n'y trouvent que ce que vous-meme ddclarez etre 
catholicpie, ut que je leur parlerai comme saint Jdrome a Jean, 
dveque de Jerusalem, accusd de tenir huit propositions d'Ori- 



THE PROVINCIAL LCTTKRS. 



.•i87 



;,'ene. 



"On comlamnez OripfiMie, disait ce saint, si vous recon- 
"naisscz (lu'il a tenu ces orrour.s; ou bien nioz qu'il los ait 
"tenues: ant iwr/a hoc dl.nsse eiini qui arguitur; ant, ni locntns 
"est talia, danina qui dLreriK^^)" 

Voila, inon pcrc, coinmont agissent ctMix qui ii'en vculent 
qu'anx crrcurs, et nun pas aux pcrsonncs; aii li(!u quo vous, qui 
en vouloz aux porsonnes plus qu'aux erreura, vous trouvez que 
oe n'est rien de coiidaniner Ics erreurs, si on no condanme los 
personnes a (pii vous les voulez iniputer. 

Que votre precede' est violent, mon pere, mais qu'il est pou 
capable do reussir! Je vous I'ai dit ailleurs, et jo vous le redis 
(mcore, la violence et la verite no peuvent rien i'uno sur I'autre. 
Jamais vos accusations no furent plus outragcuses, ct jamais 
I'innocence de vos adversairos ne fut plus connue; jamais la 
gra,ce efficace ne fut plus artificieusement attaquee, et jamais 
nous ne I'avons vue si afformie. Vous employez vos derniers 
efforts pour faire croire que vos disputes sont sur des points do 
foi, et jamais on no connut mieux que toute votre disj)ute n'est 
que sur un point de fiiit. Enfin vous remuez toutes chosos pour 
faire croire que ce point de fait est veritable, et jamais on ne 
flit plus disposi^ h en douter. Et la raison en est facile. C'est, 
mon pere, q\ie vous ne prenez pas les voles naturellos pour faire 
croire un point de fait, qui sont de convaincre les sons, et de 
montror dans un livre les mots que Ton dit y etre. Mais vous 
allez chercher des moyens si dloigntjs de cette simplicite^, que 
cela frappe necessairement les plus stupides. Quo no prenicz- 
vous la memo vole que j'ai tenue dans mes Lettres pour de'cou- 
vrir tant de mauvaises maximes de vos auteurs, qui est de citer 
fidelement les lieux d'ou dies sont tiroes? C'est ainsi qu'ont 
fait les curds do Paris; et cela no manque jamais de persuader 
le monde. Mais qu'auriez-vous dit, et qu'aurait-on pense', lors- 
qu'ils vous reprocherent, par exemple, cette proposition du pere 
L'Amy: "Qu'un religieux pout tuer celui qui menace depublier 
" des calomnies centre lui ou centre sa communautd, quand il 
"ne s'en pout defendre autrement," s'ils n'avaient point cite 
le lieu o{, elle est en propres termcs; que, quelque demando 
qu'on lour en out foito, ils se fusseut toujours obstines a Ic 

25—2 



l-FTTF.a 

xvm. 






388 



THE rUOVINCIAT. LETTKUS. 





1 


. 


i 




i 








1 ' 












1 

r 





1 i 



I < ^ 



.1 L 

■■ I i 



M 



i.KTTKii rc'fnHor; ot qu'iui lieu du cola, ils eussont c^to i\ Homo obtonir 

XVIII. . 

lino biillo (jUi onlonnat jI tout lo luoiulo do li' ri-conuaitro? 
N'auniit-on jkis jnge sans doiito (iii'ils Muraiont smpris lu papo, 
et (lu'ils n'auraiont cu rocours j\ co tnoyiMi cxtraonliiiairo (pui 
man<)uo dos nioyons natuivls (|m' los voritos do I'ait mottout on 
main }\ tons ci'ux cpii Ics souticnnont? Anssi ils n'ont fait (|uo 
niar(|uc'r (pie U' poro L'Ainy onsuignc cotto doctrino an torn. 5, 
disp. '](>, n. 118, J). 'Ai, do I'odition do Donai; ot ainsi tonsooux 
qui I'ont voulu voir I'ont tronvdo, ot persoinio ii'on a pu doutcr. 
Voil}\ uno inanioro bion faoilo ot bion pionipto do vider los (pics- 
tions do fait oil Ton a raison. 

D'oh vicnt done, nion pbro, rpio vons n'en nsez pas do la 
sorte? Vons avoz dit, dans vos CoviUi, "(pio los ciiu| proposi- 
" tions sent dans Jansonins mot si mot, toutos on propivs tonnes, 
" IISDKM VKUlUs'." On vons a dit (pio non. Qn'y avait-il k 
fairo h\-dossns,;Sinon on do citor la pat^o si vons los avioz vues 
en effet, ou do confosser quo vons vons otioz trompd. Mais vous 
ne faites ni I'nn ni I'antro; et, an lion do oola, voyant bion (|ue 
tons les endroits de Jansonins, <pio vous alldgnoz (piohpiofois 
pour dblonir Ic mondo, ne sont point "los propositions oondani- 
" ndes, individuolh^s ot singnlioros," (pio vons vons dtioz ongagd 
de fixiro voir dans son livro, vons nous pidsontoz dos constitu- 
tions qui ddcliiront qn'ollos on sont oxtraitos, sans manpior lo 
lieu (11). 

Je sais, nion pore, lo respoct (pie los chrdtiens doivcnt au 
Saint-Sidge, et vos adverisaires tdmoignont assez d'etre tros-rdso- 
lus i\ ne s'on ddpartir jamais. Mais ne vous imaginez pas que 
ce flit en mampier (pie de roprysentor au pape, avec touto la 
soumission que dos cnfants doivont j\ lour pore, et L s mond^ios 
a lour chef, (pi'on pout I'avoir suipris on ce point d f- 1 '/;'il 
ne I'a point fait examiner dcpuis son pontificat, ot t(Uo son prd- 
ddcesseur Innocent X avait fait seulomcnt examiner si los pro- 
positions dtaient hdrdtiques, mais non pas si elles dtaient do 
JansdniuR(li^). Ce qui a fait dire au commissaire du saint office. 
Tun des pn ae'paux examinateurs, "qu'elles ne pouvaient etre 
"censv.:ec3 :!i i'-k'-cis d'auciin auteur: no7i sunt qiialificahiles in 

' A, B and C, totidem verbis. 



THK I'ltoVINriAF, I.KrrKIlH. 



380 



"smsit pvufereutis; purcu (lu'cllos Iciir ivvaiont «<tc< i>iiWiiU<(..s i.KTTRfi 

" l)()ur C'tre c«xiimiiK<o.s en clIos-ni^meH, vt saiiH t'onsidi^ror do fiut-l ^^'"' 

•'m.t(Mircllr.spouyuioiit(itrc: in abstracto, et at prn'sclmlaut ah 

"omni pro/eirnte," c(.iiuii(> il h(. voit (l.in.s li-m-H aurtVii^'os noiivel- 

lom.^iit iinpiiim's; tiuc phis do si.ixunto dookmrs, ot un j,'rand 

nuiiil)ie ,rui,tr,..s pi-iHoimcs liabilcs ot picuscH, out In co^livro 

cxactoinont Hans los y avoir jamais vuos, ot (prilsy ci, <,nt tiuiivt^ 

do contniiius; <pic ooiix (pii i.nt douiu^ crtto iiiipicsHion an papo 

poiin-aiont bicu avoii- abiisi^ do la cn^aiico (pi'll a on oux, t'tant 

ink'ioHHds, connno lis lo sont, ,\ dc'crior cot aut.Mir, (pu ii cm- 

vainru Molina d,. p|„,s d,, ciiupuuiU! oiroiirs; (pio ,■,. (pii roiid la 

di,>s(« plus cn.yablo ost cpi'ils ont cotto niaximo, hnio dos plus 

autoiisdoH do ji-ur tl.doluuio, cprils " pouvo.it calotnnior sans 

"crmio coux dont il.s so cunv.nt injiisU'inont attmpu's;" ot 

(pi'ainsi, lour tdnu.ijriinjro (<tant si suspoct, ot lo tt^inoijrt.a-o dcs 

autros c'taiit si consi.k'iablo. on a (piolcpio si.jot do suppMor Sa 

Saintoto avi,c touto I'liundlitd possiblo, do faiVo oxaminor co fait 

on prdsorifo dos doctours do I'un ot do rautre parti, utin d'cn pou- 

voir Connor nno decision soloiniollo ot rdgnlii\'ro. " Qn'on assoni- 

"blo dos jnn-os babiloH, ,h"suit saint IJasilo snr un soniblablo 

"sujot; (pjo ohacnn y soit libro; (pi'on oxan.ino nies Merits; 

"qu'on voio s'il y a dos orrours oontro la foi; (pion liso los ob- 

"joutions ot Ics rdponsos, afin (pio oo soit un jugoniont rondu 

" avec coiuiaissauoo do cause ot dans los forrnos, ot non pas uuo 

" diliiunation sans oxamon (!•')," 

No prdtondoz pas, mon p6ro, do fairc pjusscr pour pen sounds 
au Saint-Sidgo coux qui en usoraiont do la sorto. Los papes 
sont bion dloiguds do traitor los clirdtiens avoc cot cmpiro (pio 
I'ou voudrait oxorcor sous lour noni. "L'Eglise, dit lo papo 
"saint Grdgoirc, (pii a dtd formdo dans I'doole d'humilitd, no 
"commando pas avec autoritd, mais persuade par la raison cc 
" (pi'elle onseigne j\ ses enfants (lu'ollo croit engage's dans quel- 
" que erreur: 7-ecta qim errantibus (licit, non quasi ex auctoritate 
" i>rwcipit, sed ex ratione persuadetil^h" Et, bien loin de tenir 
a ddshonneur do rdformor un jugoment oh on les aurait surpris, 
ds en font gloiro au contraire, commo le tdmoigno saint Ber- 
nard: "Lo sidge apostolique, dit-il, a cola do reoommandablo, 




r;". 




390 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



l! i 




M-.TTKll 
XV 111. 



" (|u'il ne se pique pas d'lionneur, et se portc volontiers a rdvo- 
" quer cu qu'on en a tirti par surjjiise: aussi est-il bien juste que 
•'personnc ne profite de I'injusticc, et principalement devant 
"]e Saint-Siege (15)." 

Voilii, nion p^re, les viais sentiments qu'ii faut inspirer aux 
papes : puiscpie tous les theologiens denieurent d'accord qu'ils 
peuvent etre surpris, et que cette qualite supreme est si eloiguee 
de les en garantir, qu'clle les y expose au cuntraire davautage, 
a cause du grand nonibre do soins qui les paitagent. C'est ce 
que dit le meme saint Gregoire a des persounes qui s'etonnaient, 
do ce qu'un autre pape s'etait laisse tromper. " Pourquoi admi- 
"rez-vous, dit-il, que nous soyons trompes, nous qui sommes des 
" homnics? N'avcz-vous pas vu que David, ce roi qui avait 
"I'espritde propiietie, ayant donne creance aux impostures de 
"Siba, rendit un jugement injus^e contre le fils de Jonathas? 
" Qui trouvera done etrange que des imposteurs nous surpreu- 
"nent queJquefois, nous qui ne sommes point proplietes? La 
"foule des affaires nous accable; et notro esprit, qui, dtant 
" partagc en tant de choses, s'applique nioins a chacune er par- 
" ticulior, en est plus aisement trompe en une(l*^)." En verite, 
mon pere, je crois que les papes savent mieux quo vous s'ils 
peuvent etre surpris ou non. lis nous de'clarent eux-inemes que 
les papes et que les plus grands rois sent plus exposes a etre 
trompes que les personnes qui ont moins d'occupations impor- 
tantes. II les en faut croire. Et il est bien aise de s'iinao-iner 
par quelle voie on arrive a les surprondre. Saint Bernard en 
fait la description dans la lettre qu'il ecrivit a Innocent II, en 
cette sorte: "Ce n'est pas une chose etonnante, ni nouvelle, (jur 
" I'esprit de I'hommo puisse tromper et etre tronqid. Des reli- 
"gieux sent veuus a vous dans un esprit de mensonge et d'illu- 
"sion; ils vous ont parle contre un eveque qu'ils lia'issent, et 
" dont la vie a ete' exemplaire. Ces personnes mordent comme 
" des cliiens, et veulent faire passer le bien pour le mal. Ce- 
" pendant, tres-saint pere, vous vous mettez en colore contre 
" votre ills. Pourquoi avez-vous donnd un sujet de joie a ses 
"adversaires? No croyez pas a tout esprit, rnais dprnuvez si les 
" esprits sont de Dieii. J'es})ere que, quand vous aurez conriu 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



S91 



XVllI. 



"la verite, tout co qui a dtd fomU sur uu faux rapport sera hKrrm 
"dissipe. Jo prie I'esprit de vt^rite do vous donnor la gr/.ce do 
" separor la lunuere des tenebros, et do reprouvor lo inal pour 
"favori.ser lo bien." Vous voyoz done, inou pere, ([ue le doo-rd 
Eminent ou sont Ics papos no los oxouipto pas de surprise, et 
([u'il no fait autvo chose que rcndre lours surj)rises plus danL,fe- 
reusos ot plus iniportautes. Cost ce (jue saint Bernard rcprd- 
sente au pape Eugene: " II y a un autre defaut si general, quo 
"jo n'ai vu porsonne des grands du monde (pii I'c'vite. Cost, 
" saint pore, la trop grando credulite d'oii naissont tant de desor- 
"dres: car c'ost do lii (juo viennont les persecutions violentes 
" contro les innocents, les prejugt's injustos contre les absents, 
"et los coleros torriblos pour des clioses do nt'ant, pro nihilo. 
" Voila, saint pero, un mal universel; ducjuol si vous etes 
" exempt, jo diiai quo vous etes le soul qui ayez cot avantage 
" entro tons vos confreres(i7)." 

Jo ni'iniagino, mon pere, que cela commence a vous persuader 
que les pa2:>cs sont exposes a etre surpris. Mais, pour vous lo 
montror ])arfaitoment, jo vous ferai seulcmcnt ressouvenir des 
exomples (jue vous-meir.e rapportez dans votro livre, de papes v '■ 
d'ompcreurs (|Uo des bereti(|uos out surpris etfectivenient. Car 
vous dites (lu'Apollinairo surprit lo pape Damase, do memo que 
Celestius surprit Zozimo. Vous dites encore (ju'un nonime 
Atbanase tronipa remperour Heraclius, et le po ta a persecutor 
los catlioli<iues ; et tpi'enfin Sergius obtint d'Honorii's co decret 
qui fut briile au bixiemo conciio, en faisant, dito^-vous, le bon 
valet aupres de ce pupei^"^). 

II est done constant par vous-meme que ceux, mon pere, qui 
en usent ainsi au})res des rois et des papes los engagent quelque- 
fois artificicusoment a persecutor ceux <jui dt'fendent la verite 
de la foi, en ponsant i)ersecuter des heresies. Et de la vient 
que les papes, qui n'ont rien tant en horreur que cos surprises, 
ont fait d'une lettro d'Alexaudre III uno loi ecclesiastique, 
inseree dans le droit canonique, pour permettre de suspendre 
I'execution de lours buUes et de lours dt'crets, ([uand on croit 
qu'ils ont ete tronipds. " Si (pielquefois (dit co pape a rarciic- 
" ve(|ue de Ravenno) nous envoyons a votre fraternity des deerets 






I 




392 



THE PROVINCIAL LETTERS. 





LETTKR " qui clioquent vos sentiments, ne vous en inquietez pas. Car 
" ou vous les exdcuterez avec rdve'rence, ou vous nous manderez 
" la raison que vous croyez avoir de ne le pas faire ; parce que 
" nous trouverons bon que vous n'exe'cutiez pas un ddcret qu'on 
" aurait tire' de nous par surprise et par artifice (19)." C'est ainsi 
qu'agissent les papes, qui ne cherchent qua dclaircir les dif- 
f "trends des chretiens, et non pas a suivre les passions de ceux 
qui veuJent y jeter lo trouble. lis n'usent pas de domination, 
comme disent saint Pierre et saint Paul apres Jiisus-CHRIST ; 
mais I'esprit qui parait en toute leur conduite est celui de paix 
et de veritd. Ce qui fait qu'ils mettent ordinairement dans leurs 
lettres cette clause, qui est sous-entendue en toutes : Si ita est, 
si preces veritate nHantur : " Si la chose est comme on nous la 
" fait entendre, si les faits sont ve'ritables." D'ou il se voit que, 
puisquc les papes ne donnent de force a leurs bullos qu'a mesure 
qu'elles sont appuye'es sur des faits ve'ritables, ce ne sont pas les 
bulles seules qui prouvent la vdritd des faits ; mais qu'au con- 
traire, selon les canonistes memos, c'est la veritd des faits qui 
rend les bulles recevables(20). 

D'ou apprendrons-nous done la verite des faits? Ce sera 
des yeux, nion pere, qui en sont les It^gitimes juges; comme la 
raison Test des choses naturelles et intelligibles, et la foi des 
choses surnaturellcs et rdvdlees. Car, puisque vous m'y obligez, 
mon pere, je vous dirai que, selon les sentiments de deux des 
plus grands docteurs de I'Eglise, saint Augustin et saint Thomas, 
ces trois principes de nos connaissances, les sens, la raison et la 
foi, ont chacun leurs objets sdpards, et leur certitude dans cette 
dtendue. Et comme Dieu a voulu se servir de I'entremise des 
sens pour donncr ontrde a la foi, fides ex auditu, tant s'en faut 
que la foi de'truise la certitude des sens, que ce serait au con- 
traire ddtruire la foi, que de vouloir rdvoqucr en doute le rapport 
fidele des sens. C'est pourquoi saint Thomas remarque ex- 
presse'ment que Dieu a voulu que les accidents sensibles sub- 
sistassent dans TEucharistie, afin quo les sens, qui ne jugent que 
de ces accidents, ne fusscnt pas trompes : Ut sensus a deceptione 
reddantur hnmunes. 

Concluons done de la que, quelque proposition qu'on nous 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



393 



1 qu on nous 



prdsente ^ examiner, il en faut d'abord reconnaitre la nature lkttkh 

Jk V 111* 

pour voir auquel de ces trois principes nous devous nous en rap- 
porter. S'il s'agit d'une chose surnaturelle, nous n'en jugerons 
ni par les sens, ni par la raison, mais par I'Ecriture et par les 
decisions de I'Eglise. S'il s'agit d'une proposition non r^v^lde, 
et proportionnee a la raison naturelle, elle en sera le propre juge. 
Et s'il s'agit enfin d'un point de fait, nous en croirons les sens, 
auxquels il appartieut naturellenient d'en connaitre. 

Cette regie est si generale, que, selon saint Augustin et saint 
Thomas, quand I'Ecriture memo nous prdsente quelque passage 
dont le premier sens litteral se trouve contraire a ce que les sens 
ou la raison reconnaissent avec certitude, il ne faut pas entre- 
prendre de les desavouer en cette renconti'e, pour les soumettre 
a I'autoritd de ce sens apparent de I'Ecriture; mais il faut inter- 
preter I'Ecriture, et y chercher un autre sens qui s'accorde avec 
cette v(^rite sensible : parce que, la parole de Dieu etant infail- 
lible dans les faits memos, et le rapport des sens et de la raison 
agissant dans leur ^tendue etant certain aussi, il faut quo ces 
deux Veritas s'accordent : et comme I'Ecriture se peut interpreter 
en differentes manieres, au lieu que le rapport des sens est 
unique, on doit, en ces matieres, prendre pour la veritable inter- 
pretation de I'Ecriture celle qui convient avi rapport fidele des 
sens. " II faut, dit saint Thomas, observer deux choses, selon 
" saint Augustin : I'une, qvie I'Ecriture a toujours un sens 
"veritable; I'autre, que, comme elle peut recevoir plusieurs 
" sens ; quand on en trouve un que la raison convainc certaine- 
"ment de faussete, il ne faut pas s'obstiner a dire que e'en 
"soit le sens naturel, mais en chercher un autre qui s'y 
" accorde (21)." 

Cost ce qu'il explique par I'exemple du passage de la Genese 
oil il est ecrit que " Dieu crea deux grands luminaires, le soleil 
" et la lune, et aussi les etoiles ; " par ou I'Ecriture semble dire 
que la lune est plus grande que toutes les dtoiles : mais parce 
qu'il est constant, par des dt^monstrations indubitables, que cela 
est faux, on ne doit pas, dit ce saint, s'opiniatrer a ddfendre ce 
vsens litteral ; mais il faut en chercher un autre confornie a cetto 
v^rit^ de fait ; comme en disant "que le motde grand luminaire 



•ii: i 



I' 



n 




It » )i 

1 • II 



I : III 



1 



394 



THE niOVINCIAL LETTERS. 



LRTTKR " no marque que la grandeur de la lumiere do la lune k mtiv 



" c'gard, et non pas la grandeur de son corps en lui-memc." 
^ ^^ Que si Ton voulait en user autrement, ce ne serait pas rendre 
I'Ecriture venerable, nuiis ce serait an contraire I'exposer au 
mepris des infideles. " Parce, coinmo dit saint Augustin, que, 
" quand ils auraient connu que nous croyons dans I'Ecriture des 
" choses qu'ils savent certainenient' etre fausses, ils se riraieiit 
" de notre credulitd dans les autres choses qui sont plus cachecs, 
"coninie la resurrection des morts, et la vie eternelle." Et 
ainsi, ajoute saint Thomas, " ce serait leur rendre notre religion 
" meprisable, et meme leur en former I'entrde (2^)." 

Et ce serait aussi, mon pero, le moyen d'en fermer rentreo 
aux hereti(]ues, et de leur rendre I'autorite du pape meprisable, 
(jue de refuser de tenir pour catholiques ceux qui ne croiraient 
pas que des paroles sont dans un livre oil elles ne se trouvent 
point, parce qu'un pape I'aurait declare par surprise : car ce n'est 
que I'examen d'un livre qui pent faire savoir que des paroles y 
sont. Les choses de fait ne se prouvent (jue par les sens. Si ce 
que vous soutenez est veritable, montrez-le ; sinon, ne sollicitez 
personne pour le faire croire, ce serait inutilemont. Toutes les 
puissances du monde ne peuvent par autorite persuader un point 
de fait, non plus que le changer ; car il n'y a ricn (^ui puisse 
faire que ce qui est ne soit pas, 

C'est en vain, par exemple, que des religieux de Ratisbonne 
obtinrent du jmpe saint Leon IX un decret solennel, par lequel 
il de'clara que le corps de saint Denis, premier eveque de Paris, 
(lu'on tient communement ^tre I'areopagite, avait 6te' enleve do 
France et porte dans I'e'glise de leur monastere. Cela n'empecli.e 
pas que le corps de ce saint n'ait Loujours ete et ne soit encore 
dans la celebre abbaye qui porte son nom, dans laquelle voiis 
auriez peine a faire recevoir cette bulle, quoique ce iDape y 
tdmoigne avoir "examine la chose avec toute la diligence possi- 
" ble, diUgentissime, et avec le conseil de plusieurs eveques et 
" prelats : " de sorte qu'il " oblige etroitement tous les Fran9ais, 
" distriGte pnecipientes, de reconnaitre et de confessor qu'ils n'ont 
" plus ces saintes reliques." Et ndanmoins les Fran^ais, qui 

' A, 15 aiiJ C, par/uitemcnt. 



THE PllOVINCIAL LETTERS. 



30.5 



savait'iit la fausscte de co fait par leurs propres yeux, ct (pii, i''>''"'''j'* 
ayaut ouvert la chasse, y trouverent toutes ces reliques entieres, 
cuinme le teinoigncnt lus liistorieiis de ce temps-ltl, crurent alors, 
comme on I'a toujours cru depuis, le contraire de ce que ce saint 
pape leur avait eiij(jint de croiro, sacliant bien quo menie les 
saints et les propliutes sont sujcts a etro surpris ('■^•^). 

Ce fut aussi en vain que vons obtintos contrc Galilde un 
d^cret de Rome, qui condamnait son opinion touchant le niouve- 
ment de la terre. Ce ne sera pas cela (pii prouvera (pi'elle 
demeure en repos ; et, si Ton avait des observations constantes 
qui prouvassent que c'est elle qui tournc, tons leb homnies 
ensemble ne I'empecheraient pas do tourner, et ne s'empe- 
cheraient pas de tourner aussi avec elle (2^). Ne vous imagiuez 
pas de rneme que les lettres du pape Zacharie pour I'excom- 
munication de saint Virgile, sur ce (ju'il tenait qu'il y avait des 
antipodes, aient aneanti ce nouveau monde ; et qu'cncore qu'il 
eut ddclart^ que cette opinion etait une erreur bien dangereuse, 
le roi d'Espagne ne se soit pas bien trouv(^ d'en avoir plutot cru 
Christoplie Colomb qui en venait, que le jugement de co pape 
([ui n'y avait pas t^tt^ ; et que I'Eglise n'en ait pas re9U un grand 
avantage, puisque cela a procure la connaissancc dc I'Evangile a 
tant de peuples qui fussent pdris dans leur infidelite C-'^). 

Vous voyez done, mon pere, quelle est la nature des choses 
de fait, et par quel principe on en doit juger : dou il est aise de 
conclure, sur notre sujet, quo si les cin<i propositions ne sont 
point de Janst^nius, il est impossible qu'elles en aient etc 
extraites ; et que le seul moyen d'en bien juger et d'en persuader 
le monde, est d'examiner ce livre en une conference reglee, 
comme on vous le demande depuis si longtemps. Jusque-la, 
vous n'avez aucun droit d'appeler vos adversaires opinidtros : 
car ils seront sans bkinie sur ce point de fait, conime ils sont 
sans erreur sur les points de foi ; catholi(|ues sur le droit, 
raisonnables sur le fait, et innocents en Fun et en I'autre. 

Qui ne s'dtonnera done, mon pere, en voyant d'un cote une 
justification si pleine, de voir de I'autre des accusations si 
violentes ? Qui pensorait cpi'll n'est question entre vous que 
d'un fait dc nulle importance, qu'on veut faire croire sans le 



■ 






39G 



THE PROVINCIAL LETTERS. 




1 ! 



|i ! 





!■ 


\ l' 

i ' '' ' 

■ 


i 
1 




1 


1 


•y 


1 



LKTTr.u montrer? ct qui oscrait s'imaginor qu'on fit par toute I'EglJso 
tant do bruit pour riun, pro nihilo, mon pure, commo le dit 
saint BernanP? Mais cost ccla nit'mo qui est lo principal 
artifice do vutre conduito, do fairo croiro (pi'il y va do tout en 
une afifairo qui n'ost do rion ; ot do donnor k entendre aux pcr- 
sonnos puissantos qui vous dcoutent (pi'il s'agit dans vos disputes 
dos erreurs les plus porniciouses do Calvin, ot dos principes Ics 
plus importants do la fui ; afin que, dans cotto persuasion, ils 
oniploient tout lour zh\e ot toute lour autoritd centre coux quo 
vous combattez, commo si lo salut do la religion catholiciue ou 
ddpondait: au lieu quo, s'ils venaient a connaitre qu'ii n'est 
(piestion que do ce petit i^oint do fait, ils n'on soraient nullement 
touches, ot ils auraiont au contraire bien du regret d'avoir ftiit 
tant d'etforts pour suivro vos passions particuliores on uno 
affaire qui n'ost d'aucune const'([uencc pour I'Egliso. 

Car enfin, pour prendre les chosos au pis; quand meme il 
serait veritable quo Janst'nius aurait tenu cos propositions, quel 
malheur arriverait-il do ce quo quelques personnes en doute- 
raiont, pourvu (ju'lls les ddtostent, comme ils le font, publique- 
ment? N'est-ce pas asscz qu'elles soient condamnees par tout 
le monde sans exception, an sens memo ou vous avez explique 
que vous voulez qu'on les condamne? En seraiont-elles plus 
censurdes, quand on dirait que Jansenius les a tenues? A quoi 
servirait done d'exiger cetto rcxionnaissance, sinon k decrier un 
docteur ot un ev^que .pii est mort dans la communion do 
I'Egliso? Jo no vois pas quo ce soit \k un si grand bien, qu'il 
faille I'achetor par tant do troubles. Quel intdret y a I'Etat, lo 
pape, les eveques, les doctours et toute I'Egliso? Cola no 'les 
touche en aucune sorto, mon p^ro; et il n'y a (pie votre seulc 
Socidte qui recevrait veritabloment (pielque plaisir de cotto dif- 
famation d'un autour qui vous a fait (piolciue tort. Cependant 
tout so remue, parce que vous faites entendre quo tout est 
menacd C'est la cause secrete qui donne le branle a tons ces 
grands mouvements, qui cesseraient aussitot (p'on aurait su lo 
veritable etat do vos disputes. Et c'est pourquoi, comme le 

' MS. note: " Vous rtes bien ridicnles de faire du bruit pour les propositions. 
"Co n'est rien. II faul .^11011 eutende." (Faugere.) 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



397 



repos do I'Eglise ddpend do cot dclaircissomcnt, il otait d'uno 
oxtremo imi)()vtanc(; do lo doiiner; afin qua, tous vos deguiso- 
ments etaiit docouvcrts, il paraisso a tout lo inoiulo quo vos 
accusations soiit sans tondeinout, vos advorsairos sans orreurs, et 
I'Eglisc sans horosio. 

Voilt\, moil poro, lo bion quo j'ai on pour objot do procurer, 
qui mo somblu si considdrablo pour touto la religion, (juo j'ai do 
la peino a coinprondre comment ccux a qui vous donnoz tant do 
sujet de parlor pouvent domouror dans lo silence. Quand les 
injures que vous lour ftiitos no les toucheraient pas, cellos quo 
I'Eglise souffle devraient, co me scmble, les porter k s'en plain- 
dre : outre que jo doute que des ecclesiasti(jues puissent aban- 
donner lour rdj^utation ji la calomnio, surtout en matiere de foi. 
Cependant ils vous laissent dire tout ce qu'il vous plait; de sorto 
que, sans I'occasion que vous m'en avoz donn<je par liasard, peut- 
etre (juo rien no se serait oppose' aux impressions scandaleuses 
que vous semez de tous cotes. Ainsi lour patience m etonne, et 
d'autant plus quelle no pent m etre suspecte ni de timidite, ni 
d'impuissance, sachant bien qu'ils ne manquent ni de raisons 
pour Icur justification, ni de zele pour la verite. Jo les vois 
neanmoins si religieux a so tairo, que jo crains qu'il n'y ait en 
cola de I'exces. Pour moi, mon pere, jo no crois pas pouvoir lo 
faire. Laissez I'Eglise en paix, et jo vous y laisserai do bon 
cceur. Mais, pendant que vous ne travaillcrez qu'a y entre- 
tenir le trouble, ne doutez pas qu'il ne se trouve des enfants de 
la paix qui se croiront obliges d'employer tous leurs efforts pour 
y conserver la tranquillity. 



ijriTi'.ii 
win. 



11 






1 




.'}!)S 



TIIK PUOVINCIAT, MITTKKS. 



Si.'S 



i '! 



!' i 



i I M 



NOTES ON LKTTKll Will. 

(I) Si'c Iiitroiluctioii II. § I I, IV. § 5. 

(-2^ Tlic wl.olc i.r-ui.HM.t (,r tills |„.tl,.r, <'..ntrov.TsiiiIIv ("ir.'cffv.' ns \t is 
is l.as,",! u|Mi, (Ir. fallacy .-f a s..i.|.<,s,..l .lilfoiviuv iM'tur.'... Mi.- trariiiiin „|' 

Aiij,Mi.sliiio aii.l .luiisciiiiis. ,.1, 111. ,. suU; aii.l ..f Calvin .>ii tl,,^ oUwv 

Tliat no Mi,.I, ,lilH'ivu.v,'xistnl wo have .sl...un aliva.lv (int.ro.ludi.m ii.) 
A can.lKl a,lniir.T<.f I'as.'al nmst. u.liiiit, (liat. in tlicso last, Icttors. h,. is 
Kiiilt.v, .MtJuT ..f writin- .L.-nuiticaliy ..n sul.j.vts lu« was iuni.irant of .„• „f 
a still -nuvr .Tr.-r. Many ..f tlu- .losnits, „„ tl... ..IIi.t liaiid, mail.- ,„. 

s.Tni)U« ..f a.lniittin- that, Au-iistin.'s writ,iii,:;s were tho ival a,r iiry ..f 

iM.th IV.. test ant, an.l ,Ian,s..nist,, an.l .l.-an A. lam .Ic-n.MMi.r.l ih,. i-xa-rVni- 
ti..ns .>!■ the "h..l.-h.M,lol AlVican'' with an ImiK-sty W-youA all praLs...^" 

{li) Tlu' roi'.'nMuv is t., tju- A'.r/H^sin'o A),/.,./. ,„/ a„/,((,i.^, ai[K •(:). 
(August. ()|.i>. cl. Mi-n.', 111. 12701.) 

(4) Pascal al.l.reviat,.-s the wonls .,r ('l..niLMit, VJil. in his tmu.sluti.m. 
The original to.vt is as follows : •' /),•>,»> „;/,■;■ in <'ordil>,u li,miu„m ,m,t,tm 
" rohnitoti.^ coninuf,w!,;i,lo r.r i,„/,;i/i/„fs m/r,,/,:^, r.r rrp,i,ina„tihii>i ,vi,s,;i. 
" fiviif,:-<, r.r op/Ht./ii,nifil>//s nnHtnte.'^, prr uratiam ,/u,r /,al,H .vanu rf/irarmm 
"ah on,n!pnt,'>itia Jki, rt <) ,loinin!n ,iii,h/ Kuiuiiut ilh-hia wajrsfa's /t„U/ f„ 
''r„hi,it,(tvA hnniiii.i(,)},Hr„t. in. nrtrru onnila qinv .v/h nrh .■iant, .wninhim 
'• Divii,,, An<p,stiniimr ^Quoted l.y Xicolu in Wi'ii.ln.ck, i-,l. Hit;:,, p. f.iiO.) 
It will 1)0 soon that n.) str.)ngor language e.nii.l have I.een .lesiml l.y tlio 
<lofeii.ler.s of ' Kth.^aeioiis Craee,' so far as this oi.inion „lon,: was ooii- 
eorno.l. Tho .lu.itation from tho Canons of 'J'ront is from Sess. vi. can. K! : 
"cC conim refit cm,' nirrifa, ,//<„■ .mnt iprnm ihmit" the words hoing, in 
fa.t, a (iuotati..n fn.ni tiio KpisMe of I'opo Celo.stinus I. to the (ialh.' 
lush.ips. 

(")) The rofi'iviKH's are to Soss. vi. do Jnt^tijir. can. n, and to tho fol- 
h.wing passages of Scripture :lio.soa.xii. t; ; I'salm Ixx.xv. 4; Isaiah i. Hi; 
Hebrews ix.iiti; Matth. iii. S ; i'hiiippians i. (i ; Kzekiel xviii. .31, aii.l 
xxxvi. :.'(!. 



(U) Tiie pas.sage in tho Smnnid of A.(uinas .|U()to.l Iiy Alvart 



z IS Irmii 



r. 2, qu.ll:.', art. 3 in corp. " X„w intent in Dei defieere n<>a pntext. Cn/e 
yi c.v intent ione Dei mnrenti.-^ <'><t, quod homo cvjn's cor worct, consent iat et 
"■con,^cquatur iinitlxin, ii>faUihd iter cam conm/idtiir, ct wrem/rio neeessito/e 
" iiifidlihilitatix, non (tntem c.r neec.fxitate (dn^o/iito." Tli 
deveh)ped in li. 2, qu. 24, art. 1 1 in cor 



ame princij 



tie IS 



V- 



Tin; I'ROVINCFAI, M'-.TTKIW. 



:}!)!) 



('I1'i'ctf\(< as it is, 
I 111' ic.u'liiiiin (if 

ri on i\u\ dtiici'. 

iitniductioM II.). 

1st. letters, lie i.s 

^iinraiit 111', or of 
iiaiid, made iio 

fi'al armoury ef 

•d ilio e.\a},',i;ei',i- 
fdl |>rai.st^ 

iilattti^, ca[). •(!). 

lii.s translation. 
'nnnitiitm nuitinn 
iiaiiti/ii/i^ coiisni- 
siKvn i'jliraridiu 
'litJcx/i/K liiilirt ill 

Kimf, ni'cnm/inii 
1. KK)."), p. fiL'O.) 

desired by tlie 
(i/iiiic. was eon- 
ess. VI. can. Mi : 
voi'ds hein^H', in 
. to tlie (lallie 

;ind to tlio fo!- 

4 ; Isaiali i. 1(1; 

xviii. 31, and 

Vlviuvz is from 

( /)(>t('xt. L'/h/c 
'('/, coiisnifiKf i't 
Mtn'o iXU'c'Ksi/dfi' 
mo jmnciple is 



(7) " Hind ([iiod per Cliristi merila tril.iiitiir doniim, mm hoIiiiu dat 
"posse .si veliiit, sed ehani wile (|iind possniit : et OHt tiilo, lit eo dul.o noli 
" nisi perseverantes siiit, id est, lit eerto, et<piod in hcIioIIk dieitiir, iiilallihi- 
"lil.er perHeverent, tanietsi liliin-e .i,'rutiie illi dono(|iie eonsentiant, non iie- 
"ee.s.sario; ,sed it,a nt dissentire possint si velint, ipiod 'i'ri.lentina, Hci.seit 
"Syiiodiis, (piamvis iit non diHseiitire velint, eodeni illo perseveivuitijo doiio 
"perlieitur." (I'etaAiii.s, '."/ir,,/. /)o;f„i. i. Ml.. i\. cap. 7, § (1.) 

(H) 'I'hti vital disiiiK^tioii, \vlii(di I'ilsciiI i^jm.rantly or uiifullv over- 
looks, is eoiituini'd in tlie words " power of resistini,'" (/-nA,v^M jr.v'sfrni/i). 
Now, fis we have seen, /lotrrr in the AiiLjiistino-.lan.seni.st sense, is sim|i!v 
fotrMas xi mil. 'I'lie late Professor Mo/.Iey, in a nol,i^ appended to his 
Ainjiistlin'dii Ihwtriii,' of I'mleMliKiliiin, ailmiralily refutes the fallacy. 
I'ascal, in fai^t,, is i^nilty of Jii^',i,'liii^' with a meallin^d(^ss word, prei^isely us 
his oppunents did, on tlawr sidi!, with the very .same word {//oin'oir '^'ro- 
1'//'^///), on another occasion. ( 'f. Letter I. 

(!)) .laiisenins devoted, howe\cr, an entire ehapler of tlu^ .\ in/n.^fiin/n 
(VIII. 2) to exiilainin,!,' tlu! dillerences existing between his own do('triiie of 
the (I'nilio r//ir,i.i; and the /'nimofiu /i/iz/s/i'ii of (,h(! Thomists. In one 
I'hice he calls them "di.sciplcs of Aristotle rather than of Saint Aii- 
"i.,'ustin." 

(ID) A'/), ml .liiiiiiiiriil ;{H, alias (i. 

(11) That I'ascal is hen^ completely mistakiMi, and lha,t elaboratly 
tables of parallel pa.ssai;es had been repeatedly dra,wn up, has bei'n jwoved 
in the [ntrodiictioii, iv. § ."?, and Appendix A. 

(12) Tl'is statiMiieiit was formally contradicted by Alexander V'll., 
Ill the I'.rief addnsssed to t,h(! i'ari.siaii f/r<t,n>h-n'"<un!t<, and as he had 
'"'''■' '*' ■' iiiendier c'' the (,'oni,'re,^atioiis in (piestion, his denial 
''■■^""<''' ■"• At the same time, tiie opposite opinion, held by the 
Commissi "le Holy Ojli,.,', and (|ii(.f,(;d by Pascal, is a proof of the 
cautiously uw manner by which papal decisions were <,ruarded. 

(i;j) i'ascal tnmslates freely from iiasil'.s 204"' Kj.istle, sli,i,ditly traiis- 
posin,^r the order : 'aW thni^ eViWon-oC K^riOC^nv th- ,]Ki„'„i,nw. "Kan 
KXrifins KilTii niKTUv Tiw Bfou noixiiKLiw- (rvviixf^riTOKTiiv n'l ^nKifKoTiiToi. AcyiTo) 



lifTu nai>ijr}(nits o /iiouAo/xfi/oy, hm tAf y;^oy ij ri, yivoixfvw, Kiti fif) AotSo/n'u. 
lu' fif TTfju n'uTTiv Til (rf/)(jA/tfi, ^inxOnTo ijulv jJ (Tvyyimrptj. 

(14) E[t. 204, in Mi.t^ne, J'(f/.r. (,'nn;,, x.xxii. 7 11). '' l-Wlc^ia. crnnilm 
''sl:ifM rtliiniibn.'i n'rocftrc. (^)iiia vc^i'o sancta Kcclesia ox maj,d.sti;ri() 
" hiimilitatis institnta, I'ecta (pi;u errantibus (licit, non (|uasi o.x auctori- 
" Late ))riocipit, si^d ex r.-diom; 




I p. -1, I'litr. Lat. i,xxv. HY.\. 



porsuadet." [Crog. JIaga. i„. Joh, lib. v 



-U, h . 




li 



■ 




■ 



400 



TTIK PROVINCIAT, LETTKnS. 



(15) "Hoc c.olot lml)oro imurijmum apostolioa SimIcm, ut iioii pijjoat 
"rovomro (|uo(l ii ho forto (loprclioiidiTit fraudo oliiitmn, iioii vcritato 
"l>n)iiioritiun. Hoh ploiia iV(|uitato, et lando (li,u;iia, ut do niondacio nemo 
" liKiivtur, pra'sci-tiiii apud saiictain et auiumani Sedeni." (Kp. 180 ad Tap. 
Innocent. I'atr. Lnt. ci-xxxil. 343.) 

(1(5) " Quid niirari.s, Potro, quia falHiuur qui lioniiiics Hunt ? K\\ nii-uto 
"oxoidit f[U()d David, cpii pmpiiutiiu Hpii-ituni liahiTo c-oiiHuevcrat, coutia 
" innoLTutoni Jonatlia! filiiuu siMitciitiani dcdit, tnini vcrlia jtucri nit'iiii- 
"eiitin audivit / Quod tauii'M ([iiia ptT David factum ont, ct owuito \\\ 
"judicio juHtum cmliunis, et tunion iuunaiia ratione (pialiter justuni 
"fucrit, non vidennin. Quid ergo luinuu si ore niontientiuni aliipiaudo in 
"aliud dueiniur, (pu proplieta' non siniuis \ Multuni vero est (piod uuius 
"eujus(pie pnesulis nieuteni ouraruni densitas devastat. Cunapie aiiinuiH 
"dividitur ad nndta, lit minor ad Hiugula : tantoipio ei in una (pialiliet re 
"sul)rii>itur, (piaiido latiu.s in inultin oocupatur." (Oreg. Magn. Dkihuj. i. 
cap. 4, ap. Migne, l\ar. Lat. Lxxvii. ITU.) 

(17) [IVrnard. Ep. 339, ap. Vatr. hat. ci.xxxii. p. 544.] Pascal, it will 
bo Heen, freely eonq)rosses Bernard's somewhat prolix style. The second 
quotation, treated in the same way, in from the 2'"' IJook of the l)e (\y,m- 
demtione (cap. 14):— "Est item vitium, eujus si te imnumem sentiH, inter 
" onmes cpios novi ex his cpii catliedras ascenderunt, ,sedul)is me jndiee .soli- 
"tarius. Facilitas credulitatis ha-c est. Inde eis iiisis nu) mhii.o inu 
" nudtcT, inde iimocentium frequens addictio, inde prajudicia in alisentes." 

(18) The cases of Zosimus and Ilonorius are well known. On 
Dama.sus aial Apollinaris cf. Thcodoret, Hist. KccL v. 10, and Baronitis 
ad ann. 373. 

(19) Cap. f), cxtr. do Ucm-ipt.:—" kXninn tua< fraternitati dirigimus, 
"qua) aninnun exasperarc videntiu-, turbari non debes. Qualitatem ne- 
"gotii pro (pio tibi .scribitm- <liligenter considerans, aut mandatum no.struia 
"reverenter adimpleas, aut per literas tuas (juare adimplere non possis 
" rationabilcm causam pra>tendas. Quia patientcr sustinebinuis si non 
" feceris cpiod prava nobis fuerit insinuatione Huggestum." 

(20) The doctrine of the Canon Law on the reception of Papal PjuIIs 
does not bear out Pascal'.s statement. The only case in which acceptance 
might be deferred is when a distinct divci-gence appears between the lan- 
guage of the bull itself, and of the analysis subjoined to the .signature. 
See Bictiomuiire de Droit Canon., s. v. Bulle, in iAIigne's Enn/d. ThM. 
IX. 339 :— "S'il ar.ivait (pi'il y eut do la contradiction entre \\\ bulk et la 
"signature en ties points importants, on aurait recours an. registre dcs 
" abbreviateurs, charges de dres.ser les minutes, et la signature serait pre- 
" force ;\ la />«/A;; mais s'il se rencontre en Tun et en Tautrc de cos actes 



I- i 



THK PROVlNCIAr, l.KTTKUS. 



401 



11, noil voi'itato 
iiiciKliicio nemo 
Kp. 180 ;ul Pup. 

mt ? An iiK'nto 
iuuvcriit, coiitrii 
>u ])ut'ri nieiiti- 
t't Duulto Dt'i 
pialitiT Jiistiiiii 
m nli(|iijiii(li) in 
est (|u<)(l iiiiiuH 
'uiii(|uo ;uiiiniis 
iiii.'i (|ualilii^t ro 
iliign. /Jidliii/. I. 

Pascal, it will 
e. Tlic .second 
f tlio /)(! Coiisi- 
•111 scntiH, inter 
nio judiuo noli- 
'uo MHiLo inu 
ia in ahsentes." 

known. On 
, and Baronitis 

itati diriginius, 
'Jnalitatcin lu'- 
latuni no.stniia 
lore non jiowsis 
ebinnis .si mm 



of Papal Bnlls 
rich accoptaiRC 
itwecn the laii- 
the signature. 
Enri/cL riwoL 
Q la bulla et la 
III rcgi.stre dcs 
ure serait prc- 
I'c do CCS actos 



dcs <.rrcnr,s grossi.Ves ct Uianifcstcs, on nc .loit .lor,, ajonl.M- f.,i K nncnn " 

1 Hero were, howcvrr, many wavH in which tlic rc.rptio,, of a Hull niiul.t he 

evaded: if, lor in.stancc, a vc'rhal soiccisn. was r„und in it, winch ,.rc- 

Hun.^l haste and surprise. (|)e(.-ee of I'„pe ia.cins ill., e. ud ,n„lin,Ln, 

tit. d,' l{,',rr,i.t,,.) Another can.se <.f non-reception in I'rance was the 

""'"'"'■' "I jKUialties ipm farM inrurmul,\ wldeh nl.s sly olVercd a 

jn.ie loophole. In a.Idition to these the writer of the spui-n.ns XIX'" 
In.vn.e.id Letter (prolahly Nicole), ennn.erates .several other technical 
pleas, which the e.Ntreiue (iallicans made use of. 

(-21) TI'-'rA-VIII'-'QueMi..,, in the First l'art,.fthe,SV.,»,,Mle,ds will, 
the work ol( reation on the seeond day,and itsti.st arliele with M„. period ol- 
io Wnient. A.iuinas declares : - K...s, leo dieen.ln.n ,p..Sd, sicnt An- 

^^g..,st.nus ,loeet (,S,f, o'n... ad tdt. lib. ,. .....p. ,M; Co„f. x„. L>3 LM) in 

jM.jnsn.odi <M,a.stionil.ns .Ino .sunt ohservanda. iViinnm quid..,..,' lit 
^^ Veritas Senptune mconcuss^ teneatur. Secundun,, .•.(,.,. S.riptura .livina 
^^ mnltiphciter oxponi possit, ,p„\l nnlli expositioni ali.piis ita pnvci.s5 
^^ uihicreat, ut si ,.erta ratio.ie constiterit hoc es.se fal.sum .iiuxl ali(|ui.s 
^^sen.snni S.,.,ptnra. esse credei.at, id nihilon.inus a.s,serero pra..sinnat; no 
^^ Scnptura ex hoe ,d. inhdelilms .lerid..itnr. et ne eis via cre.Ien.li pra'clu- 
datur. (S. '\ honiie Sunnitu, (;d. iN77, i. M\.) 

(22) Summa (Ihid.) The words r..ferred to in Augustine arc the.s.^ — 
^^ In relms ohseuris at.p.e a nostris <K.ulis n-n...ti,ssiini,s, .si ,p,a inde scripta 
^^etiam divina legerimu.s, qua- possint salva (i<le qua inihuiniur, alias aUiuo 
^ alias parere .sententias ; in nullan. eariim n..s pra-cipiti afiirniatione ita 

projiciamu.s, ut .si i'orte diligentius di.scus.sa Veritas earn recte lal-efac'ta- 
||vent,corruanius: non pro sententia .livinarum Scripturariun, .se<l pro 
^^ no.stra ita diniicantcs, ut eaui velin.us Scripturariun cs.so, qua) no.stra est- 

cum potnis earn .piie Seripturarun, est, no.slrani esse velle .leheanuis " 
(Aug. Opp. ed. Migue, iii. -IW).) 

(23) Ban^nius {nd mm. 10,^2, n. 3) remarks that the French clergy 
never acknowledged the genuinenesH of the P.ull quoted l.y l'a.scal. See 
on the long controversies as to the genuineness of the relics, tlie QaUia 
Clivistiana, i. 403; and the treati.se of De Laun.,i, I)r duohm I)iom,m,. 

(24) The latest researches on tlie historv of (Jidilci have exploded the 
once-prevailing notion that he was tortured. But the artirl.;s of condem- 
nation still remain, in which the Infallible Church declared that ^^tosmf 
''the Sun is the ceidre of the universe and withovt motion is a proposition 
'• absurd, philosophienlly false, and formalh, /uvr.tir.dr (Brewster, Life of 
(lalileo, 1841. Lihri, Vie et trarav.r, de Ordih': m /,'<',: d,-., f) ]fn>,d,'>i 
JMI.) ' 

I'ASCI.. 0(J 



II 



It 




402 



THE PROVINCIAL LETTKRH. 




(2^) Tho case of Virgilius is iilnioHt m (liuniigiiiK rh that of llonoriua 
to tlio ciiuso of Papal Iiifallihility. I fa was an Irisliiiiaii hy hirtli, and 
hccanio nn opponent of JJonifacc'n exclusively Roman .Hy.steni in ( lerniimy, 
while holding the (lioceso of Sal/,l)urg, ulmut the year A. D. 744. The tirst 
dispute was upon tho sulgect of baptismal eoromonies, and Virgilius' pro- 
test was supptirted l>y Pope Zaeharias. The second coinplaint of PMinif'ace 
had reference to certain heretical opinions of Virgilius, one of them iieing 
apparently a lielief in tho antipodes. This is tho only reasonable infer- 
ence from tho words of tho Pope's reply: — "/>e perversa autem doctrimi 
'^cjiis .... (jiKxl (tliitu mvndua et <illi liomincn oih ti'rra sinf," etc. (Epist. 
Zach, Pap. in Ep. IJonif. H2.) Zaeharias, in the same letter, implied the 
strongest condemnation of Virgiliu;j A latev Pope, Gregory IX., in tho 
year 1233, sanctioned his canonization. (;!?<•, on this Roman side, Mi^imirci 
de Tr(fi'ou.v,j!in. 1708 : on the other, Rottbcrg, Kirchengeschichte Jkutitcli.- 
lands, II. 233—237, and Schroeckh, xix. 219 ft'.) 



iliii 



mt of Honoriua 
1 by birth, mid 
in ill (Icrniiiiiy, 
744. 'I'ho tirst 
I Virj^iliuH' pro- 
liiit of l^mifauo 
i of tliom lieiiig 
iiisoiiublo iiifor- 
autem doctrhni 
>f," etc. (I<:i)iMt. 
er, iiupliutl the 
ory IX., in the 
1 side, Mt/int)ir<'ii 
chichte Deutsch- 



APPENDTX A. 



TA15LK OF THE FIVE PROPOSITIONS. 



I. Tlic five I'ropnsltloiH. 



1. "Alli)ua Di'i iirmccptii IkiiiiI- 
niliiis jiiHtis VdlciitilxiH L't ('(inaiiti- 
liits, nch'iiikIOiii pntisi'iiti'H, i\\\nt 
liiilii'iit vires Hi:.VT iMriiKsjHii.iA ; 
(Icc'st i|ii(ii|iiu iin gratia quA luin.ti- 
Itiliu limit." 



2. "IntiTiori (irutiro in sfiitu 
imtiino liijiHaj iiuiKiuuiii rcsi.stitiir." 



3. "Ad niurenduni ot denipren- 
(luni ill statu niiturOB lapsic, ikhi 
ri'(iuiritiir in lioiiiiiie lil)ertii» :"l 
iii'ci'ssilate, sed sufficit libertas il 
coiictione." 



4. " SoniipiMiiKiani iidmittclinnt 
|iriL'vinii.'nti< (tratinj inlcriorisiieces- 
sitati'Mi aii viiLguldri actus, itiaiii ail 
iiiitiuni tiiU'i ; ct in hoc I'raiu 
luurctici, iiuod vellent I'liiii uratiaiii 
talt'iu esse cui [lossut liuuiaiia V(i- 
luiitaa rusistere vel obteuiperuro." 



.I. "SemipelnKinnum est dicoro 
Cliristuni jiro (luiuilms oninino tin- 
i)niiil)u.s iiiiirtuuui fssc, aut saiiyui 
laiii ludissL'. ' 



l'as«a/os In thn Aiu}ii>lliiiiii 
implicated. 



" I'Uhu prmccpt i quiodam (iiire lioinl- 
iiibus iiiiii tantuiii iiilldi'lilius, t'\('jt'i.'atiN 
ct iilHluriitIs, si'd liili'lilius ipiiMpie ct 
Justis viiliuitilius l't ciiiiantlliMs, mmmiii 
diini pncsiiitcs (piax lialierit vires si Nl' 
iMl'Dssiiui.iA ; diesse quiKlue uratiani 
i|UU liaiit pDssilillia." (I'lillnwed liv tlie 
example (if St I'eter and (illii'i's. I.ib. 
ill. Uf (Jr. Clir. Su i: c. i:).) 



"Huaniiilireiii Knitiain Mi'i AuKUsti 
iiiis ita vieii'iceiii statuit supra vnluii 
talis jirliitiiuni. ut iiim nini dicat 
hiiinliu'in iiperaiiti Kcii per Ki'atiam nun 
I'DSSB llKSKSTKHK." (Ibid. lib. 11. cup. H.) 



ill. 



I'assauoH luldiiced by its 
deli'lldurit. 



" I'RiKCRI'TA I>KI HINT HOMINI 
I'lissiiiiLiA, sell piissunt lib lioniilio 
iieri, et ediisiMiueiiter ea licimo 
piptest faeere. litenliii si jaiu justl- 
ticatus est, ballet cliaritatein sell 
liiinain Vdliintateiii.peripiam Deiiiii 
dlli-'ere, et ennseipniiter tdtaM 
I.KIiKM IMri.KIlK I'liTKsT." (.iailSell. 

lib. III. ilcdrali'iClit: Salrul.c. 1.1.) 



".siiiiclissiml et i-ruditissinii viri 
iiniinimiter cnnstantissinie<|ue ddceiit, 
vdluntatfiii, iu)0 ipso (pio rutioiiaiis 
Vdliintas est esse lilierani ', nee ullain 

iimiuitaliilititis, iiuvitabilititis sed 

Sdlam cdaetionis neeessitateui ei repuy- 
iiare." (Ibid. vi. ;iS.) 



" I'riL'ietermlimtio pbysioa tails 
I'sse dieitui', III ill i|uibiiKCUiiii|iU' 
eiicuiii-.taiitiis VdliliiUis Cdiidcitiir, 
si'iiiper laciat liicere et operetui' 
e.fectiiin suuiii diiineliKpie siiperet 
r.sistentiam ; Cliii ti adjutnriuin 
iiiiilii iiidili)." (Ibid. lib. VIM. cap. 'J.) 



" lldiiiiniim vlatoriini nnn Aoliim 

Cdiiclidiiis e\perteiii es'se libertatelil, 
sed eti.iin necessitatis iiniiiutaljilis 
Vdluiit iriie, line est earn ad utruiii- 
((ue iiidirt'erenteni esse cum Scrip- 
tiiris, .\u«ustiiid, et I'l". et Catli- 
diica I'ide fateinur peililicnter." 
(Il)id. VI. ,'I4) 



". Villi ciiim exclusisse Masailienses ab 
Ilia credeiidi vdluntate (irali.iiii cpiie 

interim adjiivuret In lidc pnipi-ie 

.Massilieiisium error est situs, ipiud ali- 
(piiil priniievic liliertatis relii|uiiiii 
piitant, (|U() siciit Adam, si Vllbl1^sl■t. 
diiterat perseveriiuter operari bdiium. 
ita lapsus lidiiiii saltem credere ptissit 
si vellet: neuter taiiwii absipie interior.s 
urutiie adjiitdriii, cujiis usih vei aliusiis 
relictus esse in uniuscujiisMiie arliilrio 
et potestate." (Ibid. vur. o.) 



"Nee pro diuiiilius omiiiiio Cbristiis 
possus aut mnrtuus est, nut pro omni 
bus dinnino tam ueiieraliter san.,'uinem 
fudit." (Ibid. in. -11.) 



" Diiiiiinns ita movet, ut 

qiiamvis infallibiliter convertatur 
et djieretur, possit taiiieii motioni 
Dei rel'raKuri, aut dbteniperare, sell 
ut Cdiieiliiiin Tridentinuui loipiitur, 
•il/i ilixsviiliri' si filil.' I'dteiitia 
(piippe disseiitieiidi iion repiiiiiiat 
actiiaii Ki-atiiu motidiii." (Ibid. 
Vlll. -».) 



"t'liristiis se dedit redeuiptiouein 
sell pretiiim I'uo oMMlir.- iiMMNo 
-ifpicikntkh, (piia siifiiciens jire- 
tium dlitiilit ; lion tanieii pro dinni- 
liiis diimiiid KPFiciKNTHK ; iiuia noii 
diunilius iipplicatur ista rpdemptio. 

Cbristu- pro peecatis diniiiuin 

lidelium reilemptioati|Uepiopiti,itio 
est." (Iliid. III. -Jl.) 

■2(j—'2 



If 



ii 



It 





APPENDIX II 



THE CENSURE OF THE SORBONxNE UPON THE SSECOXD 
LETTER TO A DUKE.' (Puhlislu..! irir.O.) 

CensuraSacm'^ FacultatlH Thcohnjicv Parme,»<h, lata hi Uhlhim 
cm iitnlHs est: 'Seconde Lottro a uu Due et P.-iir ,le Franco vie 
A Paris lGr>rh' ' ' 

Cum ante menses aliquot :\ragi.st<>r Anlonii.s Ar.nul.l, Doctor 
Sorbonicus gallicS scni,siss..t, ot in vnlgus odi.lisset Ej.istolam .iua,i- 
dani, hoc titulo: ^Woud, Ldtre, <>tc., Magistor Dionvsius Ciuyart, 
Synchcus, quartu mensis Novenihri.s ejusdem anni Kjjy in C;omitiis 
Generalibus S. Fac. Thcol. Par. a,,. Sorb., post Mi.ssarn, nt nmris est, 
de Spintu Sancto celebratani, dixit ista in Epistola a viris doctis 
et pns qnaMlan. notari, qua. tun. Sui.nni I\.nti(i,.is ot Episcoporum 
auctontat. advorsarontur, tuni otian, cum fid(> catliolica et dcTreti. 
Faeultat.s pugnaront. Cui roi ut niatur6 ac sorio providorot Facultas 
Epistok-e dhus legondix, et oxaminanda. curani connnisit sex o sapien- 
tissimis I\Iagi8tris No..tris, una oun, Doniinis Docano et Syndico 
Qui qunloMi, oiun per nionsoni Ts^ov.Mnbroni ean, in roni soduR, er, 
diligontor n.cub.dssent, at.p.e into,, se diii ac mnltun. contulissont 
prima die mensis Doceml.ris ojusdo,,, anni 1055, in Goneralibns 
Comitus ut supra, Facultati- retul,.-unt ilia in Epistola inter alia 
reprei.ens.one dignissima, ea se ,,ra>sertiui observasso qua> por- 
spicuitatis et comi.eudii causa re.h.ci pos.e viderentur ad'duo oapif, 
sive acl duas qua-stiones vol IV.qmsition.s ; QfAKr.n altkr. Lyi 
KETUR FACT!, ALTKUA JURIS : prior.mquo illa.u his continori verbis :1- 
(Pagina 49.) "6'. Seuj.our a fort him j>,,,^, ^.. cette f-prnnr. 
delhuvuhte ct de la moderation de .. ann. justijioit, .jne aa.a,,, 
defendu que la pnre dortrinc dc S. August i., et nan de, proposition. 



Al'l'liNDIX IJ. 



40i 



coiulainuMs, iiu'lls uid tuujuurs rajanUt's comme Joi'yf-.es par lea parti- 
sans di'ti scntlineMx coiitraires d, ceu.r. da ce (jrand Doctenr." 

(Piiginii 1:50.) ''Main ponrquoi done, disent-ils, n-ton fait deux 
Apoloijic)! pour Jansiiuiiis / 

" /'(lire qiroii a cm rjn.'i/ // alloit de HintcrH de Dica, et do 
Vlioniiiiir dr r iUflixi', do. )ic, pus sviij/'rir, que, sous le nom. de Jansentas, 
0)1. I'd passer en p/eiiie eliaire les phis eoiistanles maximes de la 
doctrine celeste de S. A iiijustiii, pour des iiupiites et diis heresies : 
qiion les coin'mflU par des anathenies de J'au.r. Conciles, }iar des iijuo- 
ra.uc.es i/rnssiires dans rhisloire ecclesiasliqne^ jiar des passaije.s de 
VEcritnre, ou falsijiee dans les paroles, on eorronipiis dans h sens : 
et qii\)n imposdt en plusieurs points des heresies et des erreiirs ci uii 
Eceipie qui a etc tres-eloii/ne de les ensenjuer ." 

Quil.us iUuUiis, Sacra Facultiis de ro tota per duos menses 
iiitegros, liabitis i'vrn ([uotidie apud eandcnn Sorbonam sohuruiibus 
(loiiiitiis, (Iclibcriivit : et im.st aeouratam disijuisitionern, tandem 
doonnit pinoi-cm ilium (iiiiestioiicm sive proixisitioiicm qme est taoti, 
esse temerariam, seandalo.sam, injuriosam Summo J'oiititiei et Kpis- 
«'opis (Jallia\ attpio etiam pi\'cl)er(! oocasionem rcnovandae ex 
iiit(\ifro pust damnationem Jaiisenii doctriiia;. Ifaiic autem poste- 
riorem, (luto jiiriH dicitur, (^sse temerariam, impiain, blaspliemam, 
anathemate damnatam, et luereticam. 

Optaret sane, et ex aiiimo optai-et Siicra I^Vultus, prsedicti 
]\Iagistri Aiitonii Arnaidd damnata doctriiia, i)erw)nam servari, 
(piippe sil)i cliarisHiiiiaiii, tamcpiam Kiliiim Matri : (it earn m rem 
wepo ipsiim ])er amicos liortata est, >it vniinit ad Cuiiutia, Matri se 
subjiceret, ejurarctcpie falsam et pestilentem doctrinam, idem cum 
ea .S(!utiret, et nuaiiimiH atipie uua cum ea cordo et on; bonorificaret 
Denm et Patrem Domini Nostri .I<>kii CliriKti. Verum non modo 
amautisHimiB Parentis sure eoiisiiia v.t liortanuuita eoutempsit, sed 
etiam die vigesima neptima praisentis meiisis, ]m' Apitantorem 
Itegium eidem Facultati siguDicavit, so pro irrito ac nullo lia])ere 
(juidquid ipsa in r(> [jrajsenti egisset, acturaque esset. 

Quare eadem Facultas ipsum a sinu suo repellendum expun- 
gendumque ex albo Doctorum siiorum, atqne a Coqjore suo 
plane reseoandum ocmsuit, et ipso faeto repulsum, expunctura, re- 

1 Foi- the leiuaiuiui,' quotations of imsfiiigea implicated, wee note (-1) on 
Letter I. 



P 



I 



aa£^^.-j^.iT>ihBiHMffi|f|fii 







I 1 



406 



rui': I'HoviN'ciAL lettkhs. 



.srcuu.uiuo doolamt, nisi intra .li.n. .l.cinunu qnintun. in Kel.r p.ox 
-4. n.entem su.uu nu.taverit, ct huic pn.senti C.nsunu s„l.so'ipsit 
...nun Dounno D...UU, Illu.tnssinas Episcopis, l,octunl,us, et L- 
<l'yt.s Doputaus. Ac n,. l.,n.i.Ys ...pat sup.n.a. illu Arnal.Ii doc- 
<nna, <^, <p,a,s, lu.s, ,^„, j,„. ,,„ltunun auin.os occupavit ; eado.u 
Sacra Facul as dccrevit ncnnncn, post ],oc aut o Uoctoribus ad 
conut,a ot a ta .p.adil.t jura ad ip.nu pertincutia ; aut o iJacca- 
I-nvKs ad ullos Actus Tl.eologicos, sivc ad disputau.lun, sive ad 
.vspondcn.Iun. ; aut e Tl,colo,ia, Can.li.Iatis ad supplicandun,, ut 
yocant,_pro prune cursu, vd dc TcutativA respondendum, adnussuni 
in, n.,si ante June quoqu. Censnra> snbsc.pscrit. Atquc otiani si 
•I-s Arnald. supcriora ilia probaro, assororo, docoro, pranlicaro 
-^nbc.rcvc sit ausus, cun. „!> cadom Facultato prorsus rep.llondum 
esse. Jocrevat n.supcr banc (Vnsurani suan. pr.do n.andandan,, 
e pubhoan,lan. esse; ut on.nos intelligant, ,,uantun. eadem Faculta 
l.e.tdenten. et cx.tialem illani deotrinan. execretur ac dotostotur. 

ap»l Sof.o>.un, ,l,e nUnaa Jaunnrli anno Domhd IGr.G e.t co.iW 



APPENDIX C. 



VARIATIONS IN LETTER II. 

{Vide supra, pp. 87, 88.) 

This remarkable passage was twice revised by Pascal, as 
will be seen from the subjoined extracts: — 

A. (4to. of 1050) and B. {first 12mo. of 1057). 

"II ne faut pas, me dit-il; il faut luonager davantage ccux qui 
sont puissauts dans I'J^glise ; les Jesuites se contentont d'avoir gagne 
siir eux qu'ils admettent au moins le noni de grace suffisante, quoi- 
qu'ils I'entendent comme il leur plait. Par la, ils ont cct avantage 
qu'ils font, quand ils veulent, passer leur opinion pour ridicule et 
iusoutenable. Car, suppose que tons les honimes aient des graces 
suffisantcs, il n'y a rien si facile que d'en conclure que la grace efficace 
n'est pas necessaire, puisquo cettc neocssite exclurait la suffisance 
qu'on suppose. Et il ne servirait de rien de dire qu'on i'entend 
autrement : car I'intelligence publique de ce termc ne donne point de 
lieu a cette explication. Qui dit svfimnt dit tout ce qui est neces- 
saire ; e'en est le sens propre et naturel. Or, si vous aviez la con- 
uaissauce des choses qui se sont passees autrefois, vous sauriez (lue les 
Jesuites ont ete si 6loignes de voir leur doctrine etablie, que vous 
adniireriez de la voir en si beau train. 8i vous saviez combien les 
Dominicains y ont apporte d'obstacles sous les papes Clement VIII 
et Paul V, vous ne vous etonneriez pas de voir qu'ils ne se brouillent 
pas avec eux, et (pi'ils consentent qu'ils gardent leur opinion, pourvu 
(jue la leur soit libre, et priucipalement quand les Dominicains la fa- 
voriseut par ces paroles, dont ils ont consenti de se servir publique- 
luent." 



if'm^ 




i 



408 



THE PROVINCIAL LETTERS. 



U {second 12nio. of 1G57). 

"Les Dominicains sont trop pui.ssanta, ,ne dit-il, et la Societe cles 
J^smtes e.t trop politique pour les choquer ouvcAe^nent. ElleZ 
contente d avoir gagne sur eux qu'ils acl.netteut au n.oi„s le nom de 
^-^ce «.^.„„,,, ,^,oiqu'i!.s IVnt.ndont en un autre sons. Par la olle 

quand elle le jugera A propos; ct oela lui sera aise. Car. suppose 
que us ,es on..es aieut des graces suffisantes, il n', a rien de'plus 
na tm 1 quo d'en coneluro que la gnlce efficace u'est done pas ncoes- 
uZ^f !^-' P-'1>- 1'^ -ffisance de cos graces generaJ exclurait 
la nc ss.te de toutes les autres. Qui difc .#..„,, ,uar<,ue tout ce 

I s'tr r" '7?""' '^°"'' '' '' ■'^"■^■"■'^^^ '^^^ P-' --^ Douunicains 
. ccuei qu lis donnent un autre sens au mot de s^Msant: le peunle 
accoutume .. rintelligonoe commune de ce terme, n'ecoutZt pt 
setdeiuent leur explication. AInsi la Societe profite assez de cette 
exp assion que les Dominicains ro.oivont, sans les poussor davantage; 
et sx .ous aviez la connais.ance des chosos qui se sont passees sou 

clans Ictabhssement de la gr^ce suffisaute, par les Dominicains, vous 
ne vous etonneric. pas de voir qu'elle ne so brouille pas avec eux, 
et p, elle consent qu'ils ganlent leur opinion, pourvu que la sienne 
oit libre, et pnncipalo.nent quand les Dominicains la favorisent par 
lenom^ de r^rrtre SHj/isante, dont ils ont consent! de se servir publique- 



1>. (Svo. of lGo9, text of present edition). 

"II ne faut pas, me dit-il ; il faut menager davantage ceux qui 
sont puissants dans I'Eglise. La Societe est trop politique pour 
agir autren)ent : elle se contente d'avoir gagne sur eux qu'ils 
admettent au moins le nom de c,rdce svffisante, quoiqu'ds I'entendent 
en un autre sens. Par \k elle a cet avantage, qu'elle fera passer 
leur opinion pour insoutenable quand elle le jugera a propos • et 
cela lui sera aise. Car, suppose que tous les liommes aient'des 
graces suffisantes, il n'y a rien de plus naturel que d'en conclure que 
la grace efficace n'est done pas nccessaire, j.uisque la suffisance de 



Al'PENDIX C. 



409 



a Societe dos 
!nt. EUe se 
IS le nom cle 
Par la die 
insouteiiiible 
Car, suppose 
lieu do plus 
'c pas ncces- 
les exclurait 
•que tout ce 
-Douiiuicains 
it: le peuple, 
outerait pas 
sez de cette 
' daA-antage; 
passees sous 
lit traversee, 
icains, vous 
s avec eux, 
e la sienne 
I'oi-isetit par 
ir publique- 



ces graces gendrales exclurait la necessite de toutes les a\itres. Qui 
dit siiffisant, dit tout ce qui est necessaire ponr agir; et 11 servirait 
de peu aux Dominicains de s'ecrier qu'ils prennent en un autre sens 
le mot de sujjisnnt ; lo ])(!Uple, accoutume u rintelligeuce commune 
de ce terme, n'ecouterait pas seidement leur explication. Ainsi la 
Societe protite assoz de cetto exj)ression que; les Dominicains rec^oi 
vent, sans les pousser davantage ; et si vous avicz la conuaissance 
des choses (\\n se sont i)awsees sous les Papes Clement VIII et 
Paul V, et comblcn la Societe fut traversee, par les Dominicains, 
dans I'etablissement de sa grace suffisante, vous ne vous etonneriez 
pas de voir qu'elle evlte de se brouiller avec eux, et (^u'elle consent 
qu'ils gardent leur oi)lnion, pourvu (jue la slenue soit libre, et 
prlnclpalcment quand les Dominicains la favorisont par le nom de 
grdce suffisante, dout lis ont consenti de se servir publicpiement." 

*^* See p. 3G9 seq. and p. 37G, note (23), where the accuracy of Pascal's state- 
meut ia examined. 



ii 



:e ceux qui 
itique pour 
eux qu'ils 
I'entendent 
fera passer 
propos j et 
i aient des 
nclure que 
liBsance de 



I 



.-# 



ir(f^ 



M 



INDEX OF PERSONS. 



11 ' 



\* Tub following brief noticon iMchule ti ■ ^mon of tbosc writers nlon.. 



- 1 



year 1700, and De re nummaria prisri <cri (Liege, Kil!)) l> tjh 
AnAii(Jean), a Jesuit, born l(i08 at Linwes +1(;hI P,.J„1' " .• 
probably aue to the fact that Aaa„.. :::^o;;of L tZ . HX.lT 
Augustn.e as ^^VAfricain ,rlu,ufl, ., U ,ocMu- l.ouUUuu.^ lev a .no": 

of the Olhcoa, m opposition to tiiat of Port Koyal Ibid 

^ZJ^ (:;;;-™^-"ne.Cathe..ine Arnauld), third daughter of Antoine 
Ainauld and Ca lierine Manon, wa« born on the hist day of the year Vm 

^Tt ?^ -r' ^' ''' ''' '''' "'^ "^ ^-•-- .uidLccee:.f " ; t 
Mster, the Mere Angeliqne, as Abbess of Port lloyal ui Uyu] „„d l. .1 
office until 1042, and later, from l.;58 to ICOl. In 1 1 ea he ^ 

ed a "conditional signature" of the Fornu.lary . : om 'a Tl'T 

her resignation. She died in 1071, two years afu:r the 'l t: ^ ' ^ ch ^ ^^ 

^tX.:rts£'' ""'''''''' ^^^"^-^--' '^-^■^^' -^ --- i' - 

AiUAULT (or Hereau), Professor of Moral Theology at Paris in the xvnd, 
century. Censured by the Univ. of Paris in Kill, r 171 oog 

R iS::^:^:;;sr^"' "^^ ^"^^'^^^ '''''-' '^ '-'^"^ "^^ «"^^^^"- 

''r^'l'''"1'A'"" ''''' "^'^ ^^''^^^ ''''^- ^-'^-^ively Hector of the Jesuit 
CollegesofAyignon, Grenoble, Lyons, and Aries. Pie published inad t^. 

of he Cardinals The exact title of the libel was rAnti-Tkcoplul. pari 
suil. Lyon, IGl'J. r. iiVS, and notes (5) and ((I). 



iNDKX OK I'KKSONS. 



•Ill 



le writers nloiio 
ascal, oapuciall^ 



lolar, beloriKiiij,' 
1 tliu catal();,'ut! 
lis cliiof works 
t Eoiiio in tlk! 
8. 

I ir.ontion was 
, doscril)(;(l S. 
lie. wtis moiv, 
Hparcd rcsji(!c- 
! a translation 

iter of Antoine 
the year 1;?.);}. 
edeil her elder 
and held tlio 
i recoiujneud- 
ial tU't liel'ore 
!' the Church" 
LcttrcH de la 

u the xvutli 

le 6th Letter. 

ii the Jesuit 
1, in addition 
:;ries of Lives 
phile. parois- 



AiJUtCTTA, ormoro properly Ai.iiKui; IK, a Spanish Jesuit who hecaine reetor of 
tho Colk'Ke of (iranada. .'lu wrote a treatise De rflKjima l>ixciiiliiiii tiini<l'i. 
Seville, Klir), and died in the following year. P. l.'W. 

Ai.VAUK/, (l>ieK<>), the creiitor and lea<ltr of the New ThoniistM. Horn ahcnit 
L'i.'jO, t 1 (;;(") at Naples. Me was sent by the l>()iniiiican Order as one of 
their ehaniiiions to Home in 1 ■".•,)(), dnrin« tlu! controversy /><• Aiuiliit. His 
clii(^f works arei><' .l/(.r////« (//n)i</' -/;<(//,r etc., lionie, KllO, and several later 
editions; Courorilin lihrri aihilrii rinii iii;i(lrsliii>itioiii\ Lyons, 1(111, Kill, 
and a^'ain in IC.'J'i; /)<• <)ri<ii>ir VfhKjiinur hd'vcuix, Traiii, KilO. P. liH'i. 

An.ioU (d'), a Fieneii Jesuit wiio nourished in tlie I7th century. Mis violent 
and calumnious attacks upon Port lloyal, delivered from the imlpit of the 
church of S. Penoit at Paris in Kir),"., caused ho nuu'h indiKnalion, that the 
Cure was conijielled to refute tliein on the following day. See Letter xv. 

P. :tP2. 

Annat (Franvois), a distinKuislKid French Jesuit, born ir.'.IO, t at Paris, ICyO. 
His real mime was CJanard, wliieh he latini/ed. He hecam(! sueccssively 
rector of the Colli'Kes of Moutpellier and Toulouse, i)rovincial of his order, ami 
ContosHor of Louis XIV., o('(!Ui)yini,' this post for sixtcien years. He was a 
Htreinious ojiponent of Jansenism, and tof-;ether with de !\Iarca, drew nji the 
famous Fornndary of Ki").''). As an autiior he was nM>re ])n)litio than re- 
uuirkable. Ho wrote le Ildluit-joii- dfx Jdiixriiixlcx, Paris, U;.")(i, an attack on 
the alleged nuracle of the 'I'liorn. Pascal addresses tiie last two lelteis to 
him, as the re))resentativ(! of French J('suits. 1'. :\','2, 'Ml. 

AyKAVivA (Claud(;), born I'ylW, -f U'A'>, onv, at the most famous (ieuerals of the 
Society. He was the autlnn- of the I!<iti(i Slii<lionim (158(1), afterwards suji- 
pressfHl by the; Incpnsition. His irnimc at first ^ave ^reat olTence to the 
Spaniards. Pascal refers to him in the 17th lictter. 1'. iiHr). 

AUNAUM. (Antoine), born 1(1P2 at i'aris. Youngest of th<' ten snrvivinR children 
of Ant. Armiuld the advocate. Became Doiitor of Theology in KUL Pub- 
lislied his treatise di' In Friiiwiitc Coiiiiiiiuiion HVV.i, also contributing to the 
Theoloiiie Morale drx Jrsiiitcx. (Jensined by theSorlionne in 1(15(1 on account 
of certain utterances, in his Srcmidc l.vtlrc a iiii Due ct I'ltir (Kl.ir.), in which 
the oi)inions of Janseii had been advocated. In tin; later controversy (KWO — 
KlfiiJ) alxmt the signature of the Formi..ary, Arnauld was an advocate of com- 
in-omise. During the leimiiiider of his life he was almost continually in 
exile. After the Paix de I'l'lf^'lise, his polemic was chiefly directed awiinst 
the Protestants. Tlu! Pcrix'lniir de In foi,a defence of the Itonnm Catholic 
doctritu! of tin; Thicliarist, ap|icar(^d 1(1K2, and was answered by Claude;. 
In Kl'JO, Arnauld ■btained a censure of the doctrine of J'ediH philox„plii(jii(; 
taught by the Jesuit Musnier at Dijon in KlHd. He died at Urussels in U'M. 
lioileau's epitaph is well known. Arnauld's works were piddishcd in :ir, vols. 
in 17L-). P. 71.SC7., 1(10 xrq., 113, SWO.svv/. 

Azoa (Jean), a Spanish Jesuit, born Um, 1 1(1():J. His celebrity as a profcsflor 
caused him to be sunnnoned to llonn;, where he held th.; chair of ISIoral Theo- 
loRy at the College of Jesus. His lectures wen; afterwards publishe'd, and 
some of the opinions excitcij criticism on account of their novelty, and their 
tendency to a relaxed system of morality. The Dominicans attacked the book. 



11 






412 



$ 



; 








<i I 



1 


•J 


■k 



INDKX OF PERSONS, 



|mt were «ilenm.l l.y a bii.r of J'oj.e Clerne,,. Vllf. wlueh sunctione,! its re 

n.prc.Hs,„,, l,,,eal took up the polenue. I.y ,.K,tin« A.or's t " hi ! on 

liuimcKlo m tliu 7th Letter, p. I70, 173, 212. ^ '"^ ^ auciung on 

''Zj:lri;' TfT^' 'r"'' '?™ '''"• ^^^^^'^ ''^'^^- «« -«« successively 
.olc>Hoi 01 IheoIoKy at several colleges, cennor of books, theolodan to th« 
■eueaal of the Onler. an.l .iually Sector at Paris. One of hi v!l 
l>,>n.>o jun. Episropali. (1655), was conclenaued by the I're.K.h C ler-'v" 

Bai.„ki.u (Nieolaus), an Italian Jesuit, born 1672, tlG55. He was rrofessor of 

lu a Philosophy at IJon.e, later IJeetor of the College of Perugia. Hp, 

hshed two volumes upon Moral Theokx'v (LVh,.,. ? v. t' '' "« P"''- 

in his 7th Letter. P. 171. 21)5, ;50r ^^' '^ ^^ I '^^cai mentions him 

15A.C0.A an obsoure Casuist inehnle,! "by Pascal in his catalogue. P 138 

l'.u>KV (Pau de), a French Jesuit born 1..8.1. fat Avignon 1,;01. He Lte a 

B...s„K PovcK (correctly Ponck pk Lkon), a Spanish monk of the Augustinian 
Order. Wn 1570, tl02l). Was a Professor of Theology at Salaman a 
Among h,s_wr,tmgs are De s.cr.nur.o J/...,.,,,,- , ,, ,:J,,,,„r;,rZ " 
vomj lance d,.putat,o,U'. e.r thcoUu,ia; Disconos para todos los Evannelios 
ae la Qiiaresma ; etc. etc. P133 2'J5 ^'^^'iKjeuos 

""T^ZT^t^e ^ T ^™l,?-^--- *° "- I-l--ial house in the 
eaiiy pait of the 17th century. His approval of tlie doctrine of "Venial 
" Ca umny " mentioned by Pascal in f.re 15th Letter. P. 310 

TJl'^V' " "•'""'' '""*' ''"" ''''' +1«^''- J^'« «P""o-. -efficiently 
quoted and exammed in Pascal's Letters and the notes are found n tl c 
oll^wmg works :-So,n>ne des prck,. ; Paris. 1630, and countless late edi 
ncl uhng a summary by the author. Su„una ca.nun con.cieniue, Paris 1 ;' 
Prauaue du droU canoni.uc, Paris, 1033, IGiO, IC-I3, and Eouen, 1644 ' mL 
^ was^comIem..d at Bon. ^r its Gallican leanings.) Tne^lo^^Mlr!::, 
lans 1640-l(.i7, 4 vols. ,n folio. Bauny's ethical doctrines were formally 
c ndemned at Pome in 1040 and in 1043, also by several assembl es oT tl e 

q XThe :7- r"" I' f! "' '^^^ ^™'"^^'^^ - -°".---^ ^<^^ 

ZTllp T r '°"""'- '' " ^"*'"^^ ^''^'«'^'-''- «-'-•"'" 

2 [33 147itT8f on^";,r""''" -^-'^-V-//oan7. P. 113 et .,., 

1-1, izz, 1,53, i4y^ 156^ i83_ 205, 210, 212 317 

^T^f±::^'f?fV ^'^'^^^" •^^^"^^' ^"™ l^SO. +1«24 .t Vienna, 
fesso toLr °'^^'''^''"''^' ^^J'-^"-. Wiirt.burg, and Vienna, and con- 
S tleXv tnr" f "' ""' "• ''° " ^'"^"^ ^'"°-^ *° English students 
rSl 'i '°'';r""^ "'"^ ''° Archbishop of Spalatro (De repuUica 
„„i n , ' '' ^'^^^^' ^"'^ '"^*^ ^'^^^^•<^^^« (Rcfulatio tomu-cB tort, 1610 

and Duelluncu.. G. TooUero, de primatu rroi/ An,U,, 1012). 'ho ,^fa 
.tienuous defender of ultramontane theories, to such an extent that Pope 



IN'DKX OF PERSONS. 



4in 



siinctioneil its re- 
zor's teaeliing on 



wns successively 
, tlic'ologinn to tlie 
of liis works, the 
Flench Clcrf,'y on 
II tlio controversy 

! was Professor of 
'erugia. He pub- 
al mentions him 

e. P. 138. 
JOl. He wiote a 
(Hire ft a Philagie 
ter; Les illustres 
8 still rejirinted, 
<1- 

the Augustinian 

at Salamanca. 

yedimcntis Matri- 

os los FAHiiujelios 

ial house in the 
line of "Venial 

I. 

lions, sufficiently 
re found in the 
!ss later editions, 
the, Paris, 1()31. 
[>n, 1(544. (This 
irolofiia Momlis, 
i were formally 
semblies of the 
ymous defence, 
ilogus auctorum 
P. 113 etseq., 

G24 p,t Vienna, 
ienna, and con- 
nglish students 
•o (Dc rt'puhlica 
rm torti, 1610, 
2). He was a 
;ent that Pope 



Paul V. had to disa.'ow his works in lOi:?. lU'can's works incurred the con- 
demnation which others of his school met with at the hands of the French 
Parlcnient in 17(12. P. 171. 
BiLi-K ( Kradt!) or lHliiix, a P lomish theologian of the Order of S. Dominic, + lC>r,<.), 
who left some dev itional writings. Pascal refers in his 12th Letter to some 
writings attacked l>y Dujue. P. 2(i."). 
PiNKT (Ktiennc), a French Jesuit, horn ir,(ll), t UV.V.) at Paris. P.esides occupying 
the post of Hector in the principal houses of the Society, ho li'ft several devo- 
tional works, one of which, l)e l<i mnrqut' (If la Piu'doMhuilUm, incurs the 
satire of Pascal for its grotesque language, and loose doctrine. Binet was 
move successful with anotlier work, Kami mir li'.i mrrvfilles dc la Jia/inr, which 
obtained no less than twenty editions during the 17th century. Pascal's quo- 
tation is in the Oth Letter. P. 201 et xc<]. 
BiNSFKiJ) (Peter), a Fleniisli theologian of the lOth century, -f- 15i)8. He became 
a canon of Trier, and a bishop in partibitx. Among his works are Enchiridion 
thc(do(ii(f pastorali.'' (Douai KlliO and later); Comment, ad tit. dc ifimonin, etc. 
He is included in the catalogue of Letter v. P. IHM. 
BisBK (Franciscus), a Spanish Jesuit who flourished in the early part of the 17th 
century. All that is known of hiui is tliat he wrot(> a treatise upon the 
drama. (Jiicher.) He is included in Pascal's catalogue. Ibid. 
BizozKUi, an obscure Casuist, included in Pascal's catalogue. Iliid. 
BoBADiLLA, de. Of the three theologians of this name the one included by 
Pascal in his catalogue was in all probability Nicolaus ile Bobadilla, one of the 
original associates of Loyola, with whom he disagreed later on the subject of 
the Interim. He died in 1590 at an advanced age, having published among 
other works a treatise Dc chrintiana conscientia. Ibid. 
BnisAciER (Jean de), a French Jesuit, born 1003, t lOCB. He was Rector of 
several houses, including the College of Clermont at Paris, and Provincial in 
Portugal. His virulent polemic against Port IJoyal, and the Irish priest Cal- 
laghan, obtained for him the distinction of a mention in the Provincial Letters. 
(Le Jamenisme confnndu, Paris, 1651, in 1"; La mauvaise foi du D. CnUaghan, 
• etc.) P. 312, 

CATiREZzA. This name, included in the catalogue of the 5th Letter, I am 
inclined to think a clerical error of Pascal's for Caiuuora, as the former name is 
unknown to the catalogues of the Jesuit and other orders. There were no 
less than 10 ecclesiastics of this name, who flourished at the end of the 16th, 
and beginning of the following century. Of these the most probable seems to 
be the Spaniard Petkr dk Carri-ra, who was Professor of Theology at Cordova, 
and published Commcntaria et dii>putationes in I). Thonue tcrtiam partem 

(Cord. 1602). P. i;J8. 

Cat.laoiianes, a ridiculous nickname bestowed by the Jesuit F.risacier upon the 
Nuns of Port Koval, in allusion to an Lish priest of the name of Callaghan, 
the Cm-6 of Cour-Chiverny near Blois, and one of their Directors. See Note 
(21) on Tictter xi, and Sainte-Beuve, Port-Royal, ii. 502. P. 247. 

Capponi (Seratino), an Italian of the Dommican Order, born 1536, 1 1614. Wai 






414 



INDEX (>F I'KHSONS. 



(Mil :^ 



l'n.f..HHor«f ThnoloRyat lioI„,nu. u.ul left num-r.-UH works clm.fly conunon 
tanvH on the Scri,.tuu.H ,tn.l «. Tl.onms. ]• 2i,j ^ conunon. 

bo. . H.()... t l.,H2 at \ .K,.v,u.o. II„ early obtained celebrity by Iuh preacl.i,,; 
andNvuH nonunuted Abbot of MehoHo. and Vi-.u-K-MeraHn hh 1 1 h ' 
does not aj.pear lo Imve visited tins .onnlrv II . ik " ' "K'""'l. b"t ho 

CvHTuo-rALAo (Ferdinand), a Simnish .losuit, horn i;381, tKiTt llw ,.|,f r , 
was a treatise on Moral l.luioso,l.y in 7 vohnne., t w 1 1 W< 1 U ,H 
It was puhhsired lirst at Lyons, 10.1. (Do i^acker, n. 101 r isf iT 

Caush.n (Nicolas), a iMvnch Jesn.t, horn 15,s;j f l,;. Z.\ ' , 

to Lonis Xm. hy Cardinal lUe hehen, b.u' ^'i: ../trtl^ti::":;: 
induence by means of Mile do la '•awtl.. Ti,; • . ■ ^ '"M'ationH 

Canssin dismissed fron. his ;!: ^:r: .Z rS" h^.f J^^i/';^ 
Irunce:-'^,^ eonduito etoit si nmuvaiso, .lu'un ehaenn et son H . 
"bien plus d-^tonnoment de ee ..url a tJa.n..^2t^:^^:T'' 
'Vju'; on a ,te prive." (Bayle has an article o„ Causs s^^ ^1:: 
s.de Cretn.eau-Joly, i:. fy.,, and the list of works in Do Backer r 177 ^ Pn 
.fe. to his .^... . . n,,,„. ,,,,„ ,,, ,,,,^^^^ -'^^^l W 

work .. ...... (BouenflCl) wa;: r^^ llt^;!^. ^^ "..S^ 

Cyran. Its ar«auic.Us ^-av,. dissatisfaction at Kome and it va ,!„ 7 
the Index hy a decree of Jan, 22, 1042, ,lonn- corno^^u- 1 , ^ """^ "" 

by the Theologieal Faculty of Paris A li o ^'^^'^^ "l«o censured 

Backer, i. m 1>. m, I'll "V, °^ '"' ^'•^'^'"^ ^« ^iven by Do 

(no .me .place): which w. .pLed J V^ I '1^:^^ ^ ^ 

CoMiroLo (Paolo). ,,„ Il.iM.i, fc„it, l,om 1.V15, t KM , ,. r , ,- 

and sovcml totcr aliti„„« (B„ liuckor, i. aW). V Ui „„l,.'Tl.n « 

S' w:t™ °' ^■■" '""^ "' '''"™^°' """•«'«■' '"'.i'^"" "; ;;" jr^ir 

He loft a c„m™c„l.,, „„ s. Tl.oma,, an.l a trcati™ ,„. „,„ ,,;,„, ,;;'"; 

Cr.AfiM-T (Jean), a I-Vcncli Jesuit, i,orn IfilH +ir.')o t;t„ „r,i • , 

iiii.-i, TiD.ij. Ho ohtanied some note 



k8, chiefly eoinincii. 

t! CiHtiTcian Order, 
y hy IiiH prLiidiiii^,', 
in KriKland, but lie 
t (lifforoiit tirips in 
I'lc I'ojk; Alc.\iiii(i,.r 
i'licliht of hJH works 
i/m (liouviiiii, ](;i:i, 

•'t. iliscliJL'f worlv 
ill I'llSOill iiiliulcH. 
' r. 1«1, 18«. 
iiH iiiiulo confesHor 
cKtroj his ])(itruirs 
was dol'catc'd, and 
II thu (uizi'tte (If 
ion Ordri; mfline, a 
e chargo que de ce 

Hee on the other 
1-, I. 177.) Pascal 

the 10th Letter. 

is. He was sue- 
i Provincial. His 
■■iiiirliii^ of Saint- 
it was 2)]aced on 
ivas also censured 
I is given by Do 

catalogue of the 
in the year im) 
^ and frequently 

•m refers to In's 
'xtn, Lidgd. 1609, 
U)), 220. 

was for a long 
Hii)il of Lessius. 
''itlit(tt<'...(i(iiiuM 

tSec De liacker, 

oi-ite order, who 
i, among other 
itice (Tol. 157H). 

inoi- some note 



INDKX tiF F'KUSONS. 



415 



as a preacher and writer on ascetic mibjects, but his vinilenco nRainst tlie 
JansenistH caused him to bo inhil)ited from preaching in llw; Dioeene of 
Orleans, on account of his HJanders, in the year ir.rili, as Pascal notes in tlu; 
inth lictter. P. :512. 
CuJAH (Jacques), one of the most distinguished writers on jurisprudence, born 
ir)22 at Toulouse, +ir)!)() at Hourges. Pascal quotes bin; in contrast to the 
doctrine of tiie Jesuits on hoiuieide in the 1 Uh Leller. I'. 2',i:J. 

Dkai.cozi'.u, or more correctly Jkan i>r Am.oza, a Jesuit, born at Tiima in Peru 
15'JH, t l(j(l('. His only work on Casuistry (i'Vo/v.i mmmannn .ii'ii hIiiIkiIiiIiiiii 
inomic) was not published till lW>r,, therefore' I'ascdl erroneously included 
liim in the catalogue. Previously be had only |)ui)lished books on devotional 
subjects (see De Backer, i. 12 and vii. l".). 1'. l:iH, 

Dkija Cituz. Pascal probably refers to Pranvois i>r: la Ciioix, who under tlu; 
lamo of Cruciuh publislunl various asei^tic works which obtained great juipu- 
larity and were translated into several languages (sec list in De Backer, i. 

2;Jo). Ihid. 

Diana (Antonio), born i;t Palermo in ir.i)'), studied theology, which he after- 
wards taught with great success, llis opinion on cases of conscience was 
sought, and his works reprinted, in most Catholic countries. Under three 
Pope;:. Urban VIII., Innocent X. and Alexander VIII., ho held th(! high po. t 
of Ei.isco))al Examiner. Of his works, one ujjon the Roman Primacy and 
a Summa Thcoluni,/: make up eight volumes in folio. He died at xionie in 
1G63. P. 138, 227, 257, 250. 

Diaz, the family name of many Jesuit missionaries, chiefly in China, for whom 
see Do Backer, ii. 1(55, and iv. 177. But Pascal seems rather to have re- 
ferred to Fii.iPi'K DiAS, a Portuguese theologian of the KJth century, although 
no works of his on Casuistry have conKs down to us. Maynard conj.'ctures 
that a Pkduo Diaz of the Mexican Mission may have been intended. 1'. IIIH. 

DiCASTiLLO (Juan de), a Spanish Jesuit, born 1583, +1053. He was a Professor 
of Theology at Murcia and Toledo. His chief work, referred to by Pascal, is 
tho De Justitia ct Jure (Antv. 1011). 1'. liO'.), 311. 

DuMoui-iN (Pierre), a famous Protestant theologian, born 1508, +10.")8. The 
list of his works will be found in Haag, /.'/ l''r<inri' ]'rot<Kt<iutr, mentioned by 
Pascal in the 12th Lettei- P. 2.")t. 

EscoBAn (Antonio do Escobar y Mendoza), the type of all Casuists, his name 
having become almost proverbial in France. He was born at Valladolid in 
1589, and entered the Society at the age of 15. He soon becauK; dis- 
tinguishea as a preacher and author, and no less than 30 editions of his 
Thfologia Mornlis had been prblished before Pascal attacked it. Pa'^cal's 
attacks greatly added to the sale of the book, as is usually the case, and it 
is said that Escobar received the ironical praise of the earlier letters without 
suspicion. Maynard, however, relates that he complained of tliem to a friend 
in the following terms:— "Five years ago, they wished to bring me before 
" the Inquisition for preaching tnn mn-cre a doctrine : and now in France they 
"declare me a corrupter of morals!" The statement that " the Inquisiticm 




416 



INDEX OF PEIISONS. 



"thniiKht Kscolmr too wverc" Ih certainly Hcvoro on tlip part of tho \hM 
Ma.Miard. 1>. l.Jl ,t „-q., KJ'J, 170, 171, IHI, IHI, Kil. 21H, 219, 221, 227 276 

2H(), 291. 

Faoundez (Estcvan), a Portuguese Josuit. + Itl 1."). llis Qn,p>,iio}ie» ,1,- Christ innh 
officii* et cuitibiM comcientite (Lyons, 1«2(;) wtro con(kmnt;d by 'Jio Inqiiiwition 
(Do Hacker, n. 117). V. '227. 

Fkhnandi.;/,. There uro no Iosh than lirmtii-two JoHuit tliooloRians of this nanui. 
(See De Backer, n. 182; iii. 207; iv. 2l;{ et ,«■</.) Pascal prol.ahly alludes to 
Antonio 1'"i:hnan -, born at ('(.inilira in Um,H, a niismonary at Goa and 
AhysHinia. lie u, d 1028, leaving weveral awcetio works, besides memoirs of 
his travels. P. 138. 

FiLnrni's (or Fii.itTCci), Vincentio, an Italian Jesuit, burn loOC, tl<)22. He 
was distinguished as a writer on moral philosophy both for the nundier of 
his works and the novelty of his oi)inions (see Du liacker, i. 308), P. I32, 142 
172, 178, 208, 221, 2:}3, note (0), 278, 303. 

Fiu.KAii (,Jeaii), a French lawyer, born 1000, +1082. The author of tho 
"BourK'fontaiue" munitive, on wiiich see Sainte-lJenve, and Note (2) on 
Letter XVI. P. 344, 351. 

Fr.AHAm/r, a Casuist quoted by Pascal in the 7th Letter. P. 172. 

(iANS (.lohann), a German Jesuit, born 1.591, +1GG2. Ho was Confessor to the 
Emperor Ferdinand. Mentioned by Pascal in the l.')th Letter. P. 310, 34,5. 

Gahassk (Franvois), a French Jesuit, born at AuKoulfime in 1585, +at Poitiers 1031. 
The type and representative of the theoloKical Free-lances. Took an active part 
in the denunciation of the poet The()i)hile, against whom his Doctrine Citrieusc 
was mainly directed. His satires were fur more successful than liis a:tempt 
at serious theology, which Saint-Cyran dissected in his Somme drs fouto* et 
faimetez capitalcs coiitcniw.i en la Somme Tlieoloiiique du P. Fraiifoi.i Garasse 
and which the Sorbonne formally censured. Garasse atoned for a somewhat 
equivocal life by a heroic death (see Art. in Bayle, and Nisard, Gladiateurs 
de Id Uepuhlique den Lettres). P. 205. 

GENEiiiiAun ((iilbert), a member of the Benedictine Order, and Archbishop of 
Aix, born 1537, tl597. A jiartisan of the Ligne. P. 305. 

GuANAno (Jac.), a Spanish Jesuit, born 1574, +1032. He left Commentaries 
upon tlie Siimma of Acpiinas, besides otiier works (I\' Backer, 11.2OO). P. 219,227. 

(iuAi'U.ias (Jacob GitAii), an ItaliMU Benedictine monk, v.no wrote a treatise 
Consilia cax. co>iscieiili<e, KJIO, and other works (Jiicher). P. 138. 

Grassalis, the name of a Casuist mentioned by Pascal in the 5th Letter, but not 
to be traced, unless it be the Jac(jb Guas.ski, who was in 1037, according to 
Jocher, a Rector at Minden. Ihid. 

Grassis (de). There were two Jesuits of this name at the beginning of the 17th 
century. Probably Pascal referred to Cesnro pk Grassis, a Neapolitan Jesuit. 
(Jocher and De Backer.) Ibid. 

Hallier (Francois), a Frcncdi theologian, born 1595, +1059. At first he took 
the side of the moderate and Jansenist party, but when the controversy recom- 
menced in 1049, he became active on the other side, and was rewarded with 



IN'OKX OF PERSONS. 



417 



rt of tho AhhC) 
[), 221, 227, 276. 

'•K lie Chrhtinnit 
' tho Inqiiihition 

ns of this iianio. 
liiihly alludcH to 
ny at Ooa and 
il(;s nu'nioiiH of 

JO, tl022. H(> 
tlio nunilii'r of 
t). I'. 132, 142, 

author of tlio 
id Note (2) on 



Jiifesflor to tho 

P. 310, 345. 
it Poitiers 1C31. 
k an active part 
ictrine Curieme 
iui liis ajtenipt 
<' </('s fouti'H et 
iiifoh Garaxse, 
'or a somewhat 
I'd, GlddiateurK 

Archbishop of 

Commentaries 

0). P. 219, 227. 

'ote a treatise 

is. 

Letter, but not 

', according to 

tig of the 17th 
politan Jesuit, 

first he took 
oversy recom- 
rewarded witli 



tho diocoHC of Tonl. A lint of Ills workH i« Kivt'n in tho Sonvelle liiogr. Giiii- 

rah; xxiic. 1».'». P. 113. 
Hu.i.oix (Pet. i), a Flemish .Tesnit, born 1572, f I (;.'>(',. the author of a /)./<h<y of 

tlw Lifi' mill Ihirtriiii'n of Oriijvii, to whieh Pascal alludes in his 17th Luttor. 

It was put on tho Index at Homo (kco Pe Packer, i. 3(;')). P. 3(5."). 
Henuiqiii;/. (Henri(iue), a Portuguese .Jesuit of the Kith century, flCOM. Ho 

entered tho Society at an early uge, but subse.inently went over to the Do- 

xninicnns, and wrote against the doctrine of Molina a iiook which is not extant. 

He thialiy returned to the Jesuits, who consented to readmit him. His chief 

work, to which he owes his mention in Pascal'tJ catalogue, is tlio Simma 

Tlicoloi,i,p. MimilU, Salam. 1501, and many later editions (seo De Packer, iv. 

301). P. 138, lOi), 277. 
Hi^:uKAii (more correctly AmAiir.T), a Casuist of tho 17th century, whose trca- 

tise upon Homicide is quoted and condemned by Pascal in the 7th Letter. 

P. 171, 2i)H. 
HuuTAiio ((Jaspar), a Spanish Jesuit of the 17th century, +1(U7. His clnef 

works arc the ]>ixputi,tio»e» de Matrimonio (Complut. 1(127); Tr,ict„tu» de 

Siicravinitix et Ci'itxiiriii (Ant. 1G33, and later). Seo De Backer, v. 331. 

P. 12!), lf.(). 
HuiiTADo (Pierre H. de Mendoza), a JoBuit, who held tho chair of theology at 
Salamanca for 30 years, 1 1651. For list of his works, see Do Backer, ii. 305. 
P. 107, 212, 227. 

IiunAUNE (more correctly do Iuivaiink or IinnrnN), a Spanish theologian of tho 
Franciscan Order who flourished at the beginning of the 17th century. Ho 
left, among other writings, a Commentary upon the 4th Book of Scotua, de 
actioiiibus hunumis (Jocher, ii. 11)83). P. 138. 

jANBENirs (or Jansbkn, Corneliu; ;. See Introduction, panHtm. 

Jarrioe (Pierre), a French Jesuit who wont over to the Protestants in the year 
1647. Being attacked by his former colleagues, he replied in a work entitled 
LcK JesnltcA mis mr Vi-chnfuud (IMH), but two years later he was persuaded to 
retract his accusations, after which he disappeared. Pascal refers to him in 
the 16th Letter. P. 342. 

L'Amy (or Amico), Francesco, a learned Jesuit, born 1578, 1 1651. There was 
another Jesuit Amico, his contemporary, who taught theology at Naples, and 
left a voluminous commentary on Aristotle, and a treatise on casuistry, liegole 
delln coschnna scrupulosa (Naples, 1648). But it is to Francesco that Pascal 
alludes in his 7th Letter, the work attacked being the 5th volume of his 
Cursm theolopia, " de justitia et jure." P. 174, 249, 281, 299. 

Layman (Paul),' a distinguished Jesuit theologian of the 17th century, + 1G35. 
He professed the canon law at various colleges. His chief work, the Theologia 
Moralh (Monach. 1625), obtained great success. For a list of its editions and 
of Layman's other works, see De Backer, i. 448. P. 135, 174, 182, 290. 

Le Moine, a prominent member of the Sorbonne, the leader of the coalition of 
Jesuits and New Thomists. Mentioned in Letters i— iv. P. 79 et seq. 

PASO. L. -' 




II -i : f:. ;- sj 



41 S 



INDEX OF PERSONS, 



I! ii ! ;. 



l.K MoYNE (Pierre), born at Chauniont 1002, f 1071. The poet par excellence of 
the Society, his works occupy a certain place in the secontl rank of his gene- 
ration, uiul are not to be summarily judKcd by Pascal's rather malicious selec- 
tion. They furnish him a better claim to distinction than his devotional 
writings, the frivolous irreverence of which is cliastised in the 9th and 12th 
Letters. He also publislied a Gah-rie <lcs f,'niiiirs fortes, subject of Pascal's 
criticism in the 9th Letter (see Note 4, siipm). Maynard gives some long 
extracts in his Introduction to the Letter, anl urges that Le Moyne's style is 
that of Francois de Sales. Unfortunately the eqmt of the Bishop of Geneva 
is wanting. P. 20;$, 201, 2-10. 

Lessius (or Leys), Leonard, perhaps the most learned of the Casuists attacked 
by Pascal. ^Born Ujjji, was Professor of Th(>oIogy at Louvain from 1585 to 
1005, tl(i2,>. He took a prominent part in the controversy excited by Baius 
at the end of the 10th century. Thirty-four of his thesex having been censured 
by the Tlieological Faculty of Louvain as Semi-Pelagian, Lessius appealed to 
Borne successfully, his propositions being declared miue doctrhuc articuU. 
The doctrines of liis work De Justitia et Jure were attacked by several 
writers before Pascal, but are said to have been approved by Francis de Sales 
m a letter which is decl-red to have been in existence np to the year 1773. 
In any case many of his thexes are censured, almost in the very words, by 
the Bull of 1079. For a list of Lessius' works, see De Backer, i. 452 et sea 
P. 109, 171, 185, 190, 210, 27:5 et ,w/., 292 et xeq. 

Llamas (Jeron. de), a Spanish theologian of the Cistercian Order, included by 
Pascal in the list of modern Casuists (Letter v.). He was Court preacher at 
IMadrid, and Abbot of the monastery of Carraceti. Among his works are 
Methodiix Curatioiiis Animarum. He died 1010. P. 138. 

Lopez, the name of a Casuist included in the catalogue of Letter v. It is im- 
possible to decide with any certainty to which writer Pascal alludes, as there 
are more than a dozen theologians of tlie name who flourished in the 10th 
and 17th centuries. Possibly it was Luis Lopez, a Spanish Dominican, who 
Lft an Instructorium conscientuc in two parts (Ven. 1590), and also a Tractatus 
de contraetilnix (Salani. 1592). Ibid. 

LoiiCA (Pictro de), an Italian of the Cistercian Order, + 1000 in Spain, where he 

became Provincial. He left Commentaries on Aquinas. Ibid. 
Lugo (Franc, de), born 1580, 1 1052. One of Escobar's 24 Elders. P. 130. 

Martinez. [As with Lopez and HENniQUEz. it can only be guessed, in the 
absence of reference by Pascal .o any book, and the number of contemporary 
names, that the personage alluded to may have been Ignatio Martinez, a 
Spanish Jesuit, who left some ascetic treatises, and died about the end of 
the 16th century. Maynard suggests Jean Martinez de Kipalda (b. 1586, 
tl048).] P. 138. 

Mascarenhas (Emanuel), a Portuguese Jesuit, rector of the Irish College at 
Lisbon, tl054. Among his workb are a Tractatus de Sacramentis (Paris, 1650). 
P. 335. ' 

MKsruKZAr (Jean), a distinguished French Protestant theologian and preacher, 



■■■ i • ! 



INDEX OF PERSONS. 



419 



born 1592 at Geneva, + 1G57, a few months after Pascal's allusion to him in 
the IGth Letter : "FaUes done purler McKtr^zat," etc. P. 334. 

Meyniku (Bernard), a French Jesuit of the 17th century, notorious for his 
share in the reli^,'ious controversies of his time. In KiG/j ho wrote La saiiile 
liberie tlex e)if(i)iK de Dii'it, in the character of a Protestant, but the deception 
was speedily discovered, and severely casti|,'ated by Drelincourt and others. 
In the following year his invention was exercised against Port Royal, procuring 
for him the honour of a notice in the Ifith Letter. See the notes on it, and 
for Meynier's other writings, De Backer, iii. 488. P. 33G, 340. 

Molina (Luis), a famous Spanish Jesuit, born 1535 at Cuen(,'a. He professed 
theology for many years at Evora, where he wrote his treatise de Juxtitia et 
Jure, not published till after his death, and his still more noted work upon 
the reconciliation of Free Will and (Irace (Lihcri arhitrii cum uriitue douis, 
div. pnvHcientiu, prcedext. et reprohat. counirdid. Olyssip. 1588, and later, 
Antv. 15'.).")). Molina died in the year IGOO. Mentioned repeatedly by Pascal. 
P. 93c«.sw/., 174, 181, li)l. 

MoNXUouGK, name of the judge before whom Jean d'Alba was tried, and whose 
remarks on the doctrines of the Jesuits are quoted by Pascal in the Gth 
Letter. P. 15G, IGl. 

Navarue (Balthasar), a Spanish theologian who flourished at the beginning of 
the 17th century, and wrote Citiitrovers'nc in. I). Tlionituii. P. 1G8, 273. 

NicoLAi (Jean), a French Dominican, born 15!t4, +1G73 at Paris. He took an 
active part in the earlier disputes of the Sorbonne against Arnauld [see Intuo- 
uuctionJ. p. 79. 



II 



Pedrezza (otherwise Padraza or Pcdre^a), a Spanish Dominican of the 16th 
century, a Professor of Theology at Coimbra. He wrote Suina de casos de 
Conciencia, which was translated into Italian. He died 15G7. P. 138. 

Penai-ossa (Ambros.), a Spanish Jesuit, who was Professor of Theology in 
Spain and Austria, and Rector of the College of Cuenga. He does not 
appear to have left any works on casuistry, hence Pascal's mention of him 
in the catalogue of the 5th Letter was erroneous. De Backer gives the 
titles of two works, one a defence of Christ's Divinity, the other of the 
Immaculate Conception (ii. 479). P. 345. 

Perez (Antonio), a Spanish Casuist of the Socie'.y of Jesuits, born 1599, 1 1G49, 
held a theological chair at the Cullciiiuin lioinuiiuni for many years. He wrote 
a Commentary on the first part of the Sumnid of Acpiinas. and a Treatise Be 
jnstitia et jure. This latter was not published until 1G99, tlierefore his fame 
as a teacher of Casuistry must have reached Pascal orally. P. 138. 

Petau (Denis), born 1583, f 1G52. One of the greatest theologians of tlie Roman 
Church. (See De Backer, i. 549 et seq., the Art. in Bayle, and that of Oudhi 
in Niceroii's Memoirs, xxxvii. 81—234.) P. 12.^, 222. 

PiNTEREAU (or Pintukreai), Francois, a French t,'esuit born IGO.'?, flGGl. He 
was the most constant and vigorous assailant of Po't Royal, from the con- 
troversy about Petrua Aurelius. He replied to Arnauld's ThCologie Murale deit 
■Ip'nuilc.f, and published a series of letters between Jan^sen and Saint-Cyran, 



n 



4i!() 



INDKX OF IM'.nSONS. 



:, r ! 




which hftd hcon seized at tho nnost df tlw I'lthr, niul which ho piihlishoii with 

(Icfimmtor.v notes in KVIS. I'asciil allndcs to Ihcni in tlio hcKinning of tho 

Itkh lAttor. Till' iU'cnsations wcio too triviiil for mtiouh iti'uliition. (Ho 

l^aekor, iv. ".(i:!.) 1'. •>'>{'>. :\\H. 
PnioiANis (Knimrsco ilo), an Italian of tlic Onlcr of St KrunoiH. lU^ thuirishcil. 

nt tho onil of (ho ItUh oonturv, and lift a Siniimii tlifoliuiiiui, with othov works. 

Montii)nod ill I'asoal's oatiiloniio. V. l,\H. 
rrvK, C'nro ot SairtN'isior at i.vons. His (roatniont nt tho hiinds of tlio 

Josuit Alliv is dosorihod h\ I'asoiil in tho l.'.lh Lottor. ]'. Hi;i rl ^■,■(/. 

QcfAiiANTA. Ono of tho nanios in I'asoid's oataK>;.'no of Casnists. Ihit, ns May- 
nard points out, tho only writor of tiiis nanio, ihiraoo tj)iiaranta, born at 
Salorno in ItiOl, wns on^rtKi'd on puroly htorary suhjoots. Si'o howovor t.'rcti- 
noau-.loly, lli.it, tic In Sor. dc J. iv. '2")(;. V. KJS. 

QtuuiHiA, a (iorniun Cni)nohin who wroto a^'ainst tho doctrine of " Vonial ('Hhini- 
"ny" doiondod and (iractisiMl hy (jio Jesuits. Ho was liorcoiy attacked hy (ho 
R. P. Hioaslillo on tliis aooiumt, as Pascal relates in tho ir)tli liottor. J', illl. 

EEOiNAi.nrs (or Uainavt,!.), a French desuit, horn ir.l.'t, flC'j;). He studied 
under Maldonatus and ^hiiiana at I'aiis, and afterwards i)roi'essed tiii'olo(,'y at 
Polo for twoutyyoars. Jlis chief work was tho Vrn.rU Fori (2 vols, folio), and 
of another, entitled /.<( jiriKlriifc dn Coiii\-x.'<cur, Francois do Sales speaks 
hifj;ldy in liis Arcrtissi'mcit aiix Ciiiifc^scur^. [Not to ho confotnided witli 
the more famous Thcopliilo llaynauld, upon whom see Paylo.J P. l(i(), 17;i, 
17a, 17i, 11)1, ;!();!. 



Sa (Emanuel), a PortuRuosc Jesuit, horn in.'IO, f l.^ilC) at Arona. Th(> most 
noted of his nnnierous woiks. as well as tho ono censured hy I'ascal, is tho 
treatise entitled Aplioriniiti ioiiffUHtiriorum ex DlK snitciiliis collvrii. It is 
said hy his hioj^'raphors that lie ompioyed -10 years in its oomposilion. Siuiio 
alterations were made hy tho Master of tho Saered l'aliHM>. it, enjoyed a ^roat 
populaiity, and obtained nundiorloss editions. (See Do Hacker, i. (WlCi.) P. lOl). 

Saint-Cyuan (.lean Du Vorgier dc Hauranno). See Intiiokuction. 

Saintk-Bicuvf. (,Tac(pu'K do), a French theologian. Doctor of tho Sorhoiuio, horn 
l()l;{, fat Paris 1(;77. Introl. 11. ]i. '28, note ("2), .'51, 'Ar^l. 

S.\NcnEz (Tomaso), a Spanish Josuit, horn ut Cordova, \r>^)(), f lOlO at (iranada. 
Ho r.pcr.t most of his life ut (iianada, whore lu^ iHrccted tlw H(ius(> of Novices. 
It is alloKoil that the vast number of ([uestions addressed to him fioin all 
parts of Kuropo induced him to ])ub]ish his notorious work (/c Mntrimouio, 
concerninjj which it is not neooss;ny to speak liero. In addition to this book, 
four volumes in folio were ])ublishod after tho doatli of Sanchez, dealing wilJi 
tho Decalof,'ue, Monastic vows, and kinch'cd subjects, it nmy he nuuitioned 
on bcludf of a porsomi|,'o not otherwise admirable, that he posscssod tho rare 
virtue of exact quotation, ^UliUiicntui iiuitdmn xhiiiulnrh hi (iJIfiidiuUn fnU-Uter 
"scriptoriliiiK quorum ti'KtimouiiK utitur.'" (Antonio, lUhl. Script. IliKp<ui. 11. 
202.) Pascal alludes to him in the fith Letter. P. lU, 1<»2, '207. 

ScAHOiA, Scoi'UUA, Casuists mentioneil liv Pascal in (he ,')th Letter. P. l.'Jfl. 



INDKX OK I'KUSONS. 



421 



•lioniio, born 



ii 



PiUMONi) (Anioiiic). ni'iilii'w ( 



if |,lin ruinoiiH Ilii'Dloiiiii 



II .IiuMjiioH Hinnntid, wiirt 



lioni IT)".)!, ■[ IC.i:». A iik'miIm'im 



,1' Mil' Siicii'lv of .li'HiiH, iukI ilitl,iiittiiinli''il 11^ 1^ 



I' 



ill 



111; /,.( ,1,'fniM- (Ir hi rrrhi (!' 



Ill I I) WIVH (liHIlVOWl'd liy 



IllH .ll'SllllM iin'IIUtl'lvcH (111 IICCI 



Hill. Ill' l-hn (lnclrincn cniiilo I li.y I'hhciiI in 



him lOtii l.t'tlcr. 



Si'vnal .liiiisniiHl, wiitciH n loiirdUHl.y ii 



Mlilillll'il I lie wiiik io 



,/(/<•(/(/<•.•( SimioiKl. r. 'J'J'.I (■/ «.■(/ 



HlJlllM.ANll (I'lUilii), nil 

licciuiit' I'lolDiiuliuy. 



I71I1 ('ciiliirv, mill 



lliiliiiii .Icfiiiil. wlici llmiriniii'il in 
Ho piiMiMliiMl ill li;2'.l II I'nirliilKH dc uhUiidlinniiiii* 



I'liinrniiiiniiii. 

Sl'UHVUHIiOUl' 



.liiciicr, IV. 7C.1.) r. i:iH. 



(Wiilll 



llrilllich), II <ii'lllinil l,lli(ilii('iMll w 



liii lldiirihlK il ill II 



(•ally iiiirl, of i\w 17Ui cciil 
(IiiHiiisliM. Sec II 
HuAitr./, ([''ranciHco) 



II V, mill in iiicliiilcil liy I'linc 



il ill liin caliiioj^iKi of 



lint (>r IliH WOIKM 111 .loclirr, I 



II. >-H\. Iliid. 



Uio iiiohI limriKK 



I of 



.IchiiIIh, WIIH liolll lit 



(Iriumda in 1">!H, an 



il stinrKMl at Salaiiiaiica. Il<^ taii^-.lit pliiloxupliy at many 



•iHiticM, anil at Hunic, Hpcin 



Vuv/, till' laHt '20 yoaiK of liiH lilo at (ioiinlua 



an a< 



five part in tlio M(ilinintic, contiovciHii'H, 



He 

//,•</• fidci (■(iiilrii Aiujliniiur nrrt<f iTroirx wan com 



H, anil )iin Dti'riiHii) nillid- 



li'iiiiioil to III! Iinint liotli ill 



KiiKland anil h'taiicc 



liy tlio lianilK of tlic cxiriitiom 



r. Hut IliH real faiiio 



r(!Hts upon liin pliiloHophical \voiI;h, in 
cipiallcMl by biw iiidcprndcnt (loiitrilnitioiiH. 
Hcptiii 



vliicli bin iiiinicnHc IcainiiiK \h at leant 
II(J died at Linlioii, tlio 'J:»tb of 



•r, ICIT. 1'. 1:17, 221;, 221). 



T\MllllltlN 



(or T 



AMIilKINl, 



'roiiiiiso), an lliuiiin 



.I.Huit, born I.V.II , ]■ Id?.') at Pabi- 



nio. 



rascal iiiciudcM biiii in the catalo};!!!! o 



f (la^niHtx, but cvidinlly bad 



not read bin Mctluiiliia fXji 



(lihr <'iiiifcKxii<iii:i, Of he 



iild have criliiiiily 



itioiii 



him in the lOtii l.elter. See list of biH wo 



rk: 



l)e I 



acKcr, 



II. 1117. 



The Mflliiidiin iH analysed l.y I'lllciidoif {.Mnnil 11. 



I'idilik ilrr JcHuilrn, 



no lUcniiKi 

p. 2(»(1 rlnrq ). 1'. l:W. 
TvNNKU (Adam), a .IcHiiit born at Innspnick in ir,72, ■\MV.V>, an exce<»ilin(.'ly 

learned and prolilic- writer, cbielly in coiitioveiHy. (See lint of workH in Do 

Hacker, 11. (WO.) I'. 1<;;), r.;t,2(;2, 270, note (H). 
TuuHiANUH (1)K Tom.KS, lmiH),tlie younger of the two famous .lemiit theologians. 

of tbi^ name. I'-m about the nii.blle of tli.; U'.th century, t KnIo at Madrid. 

l'„.siles a comment on the Srcunda S,rjnid,r. of AipiinaM, and a collection of 

Oi,„H,:nla (hy."'H, 1025), he publiHli..l a Siinuna Throl. Munili.. (UV.il). I'. 212. 

Uaor.iN (orTJdoi.iNi, Iteriiardin), an Italian .lenuit, who tlourished in tb.^ former 
hair of tb(^ I7tli century, lie publislanl EHa-cUii Hpinluali (Loreto, l(;i;j). 
Included ill rascal'H catalogue. 1". l.'W. 

Vai-kntia ((ircKorio d.^, a SpaniHli .bsuit, born 15r,l. lie lau^bt tbeolo^-y with 
Hiic,,...KH in H.mtli ().!rmany for many yarn, and wan then (;all.Ml by (Jl.Miient 
Vlll to a chair at tb.; <;<dh-ai„m Rnnunnnn. There li.i took part m the 
nnnieroi.H(;onKreKationH in the ailair !)<■ A.n-ilih. He died in IC.O.'iat Napl.m. 
Valeiitia left no less Uian :J2 treatimiH on dilTerent tb..olo;Mcal topi.m, bcHideK 
four folio voluinoH of coninientH upon iniitK of Aipiinas. 1'. 22.S, 2(il. 

Valkuikn (or Valkioano Ma.;.n)), an Italian tb.;olot;ian and pbilohopher, boin at 



•r 



1 1 



III 



■f , 



422 



INDKX OF PERSONS. 



Milan, 15B7, tl6Gl at Salzburg. Spent nearly the whole of his life in Ger- 
many and Hungary, where ho acted in various political capacities for Pope 
Urban \ III. H.s controversy with the Jesuits commenced by his attacks on 
their moral system, and led to his temporary imprisonment on a charge of 
neresy. I ascal quotes his famous apostrophe in the 15th Letter. (See Bayle ) 
P. 620 seq., 3'2o, note (11). •' ' 

Vasquez (Gabriel), a Spanish Jesuit, born 1551, flOOl. He taught theology at 
Madrid and Alcala, and 8ubse<iuently for more than twenty years at Home 
Mis works, which comprise ten folio volumes, deal exclusively with dogmatic 
and moral theology. He obtained a celebrity as a casuist second only to that 
ot l'.scobar and Lessius, the former of whom includes him among his Quatuor 
luiimolia. P. 135, 145, 257, 201. 
Vecchis (Bartolomeo de), an Italian theologian, mentioned by Pascal in his 
catalogue. He flourished in the first part of the 17tli centurv, and wrote a 
treatise Delia perfezzionc chrhtiana, besides other works. (Jiicher, iv. 1484.) 
Jr. loo. 

Vera CRrz. The writer of this name included by Pascal in his catalogue is 
probably Bonaventura de Vera Cruce, a Franciscan, who became Provincial 
and i>(;/(H(^)r of his Order, f 1(552 Ihid. 

VILI.AGT-T (Alphonso), a Venetian Jesuit, who flourished at the beginning of 

ViLiAzoBos. Of the numerous theological writers of this name, Pascal possibly 
refers to Henrico V., a Spanish Minorite and professor of theology at Sala- 
manca at the beginning of the 17th century. He wrote Suma de la theoloaia 
rnoml y cammica ; .Manual de Confessores, etc. Maynard mentions a Jean 
\illalobos (born at Zamora, 1555, 1 1503), who left only philological works; 
also, and with more probability, a Franciscan of the name, "dans lequel 
" Soria-Buitron a surtout puis!^ son Epiloiju, Summamm." (Append, ii 474 ) 
Pascal mentions him in the catalogue, and in Letter vi, where he is quoted 
as taking a severe view against Bauny and Sanchez. Ihid. 

ViTELLEScni (Horazio), an Italian Jesuit of the 17th century, prretor at Camerino 
and Auditor of the Rota. 1 1G57. He left some Decisiones Casuum Comdex:, 
tice, which gained him a place in Pascal's catalogue. Ihid. 

VoLFANG A VoRBERo (more correctly Wolfgang Siegmund a Vorburg), a German 
Jesuit who flourished in the first half of the 17th century. (Jiichcr, iv 1710 ) 
Ibid. ■' 

VosTHERY, a Casuist mentioned by Pascal in his catalogue. (? Vishave mentioned 
by Cretineau-Joly, iv. 251.) Ihid. 



1 '1 
f i 



1 life in Ger- 

;ies for Pope 

is attaelcs on 

a charge of 

(SeeEayle.) 

t theology at 

ars at Home. 

th dogmatic 

only to that 

his Quatuor 

ascal in his 
md wrote a 

f, IV. 1484.) 

catalogue is 
B Provincial 

leginning of 
ther works. 

cal possibly 
gy at Sala- 
la theoloyia 
ons a Jean 
ical works; 
lans lequel 
id. II. 474.) 

is quoted 

Camerino, 

1 Comcien- 

a German 
, IV. 1710.) 

mentioned 



INDEX OF SUBJECTS. 



AcadSmie, 83, 97, 100. 

AiiMsoiviNG, Jesuit doctrine of, 145 seq., 255 »eq. 

Assassination, ,, ,, 144, 158, note (l). 

Atthition, ,, ,, 2'20. 

AuGUSTiNiAN Doctrine, 5, 11 ,w/., 77, 91, 95, 102, 107. 

Bankruptcy, Indulgence for 

Doctrine of Castro Palao, 186. 
,, Lessius, ih. 

,, Vasquez, ih. 

Bulls, (1) In Emini'nti, 21. 

(2) Contra Clericos, 140, 159, note (5). 

Calumny, Jesuit condonation of. 

Doctrine of Dicastillus, .309 seq. 

,, Caramuel, 311 

Slanders of Crasset against Port Eoyal, .'512. 
,, D'Anjou, (7^. 

,, Alby against Puys, 313. 

,, the Jesuits against Valoiicn, 320 seq. 

[See also Letter xvi j)C(,s.s)m.] 
Calvinism, distinguished from Jansenism, 330 acq., 379 nrq. 
Canons, and Canonical Law, 299, 392, 400, note (4). 
Casuistry, taught by Jesuits, 
Principles of, 32 neq. 
Developed by Jesuit writers, 35. 
Defence of, 37. 
Casuists, preferred to the Fathers, 137 neq. 
Catholic Reaction, in 17th century, 1 seq. 
Censure on Arnauld, 28, 90, 100 neq., 404. 
Chinese En tos, 128; 129. 
Confession, Jesuit doctrines concerning. 

Teaching of Imago primi ikfcuU, 218. 
„ Escobar, Suarez, ib. 

„ Bauny, Granados, 219. 

Fagundez, 220. 
„ Filiutius, 221. 

„ Potau and Caussin, 223. 



M 

!i 

i 




1 , 






■ f 



424 



INDKX OF SUnJKCTS. 



CONOKEOATION DE AUXIMI8, 18. 

CoNTUiTioN, Jesuit doctrines conccrniiiR, 

Hfcliirt'd unnoocssary in iviiciitaiicp, 220 ; toanliinf^ of Piana, of FaRnndez, 

Suarcz, Granadow, Sanclio/, Kscobar, Iliutado, 227. 
[Seo also Attiution.] 
CouNcir.H of Ephosna, 15; Alios, 1(1; Oranso and Valence, ibid.; Quiercy, 17; 

Trent, 18, UK), iJuO, note (12). 

r>KVOTioNs enjoined hy Jesuits, Letter ix, pnMim. 
Dominicans (or Ninv Tiidmists), 

Oppose the Semi-I'elafj;ianisin of Molina, 18 m'q. ; coalesce with Jesuits in 

attaekin};; the Jansenists, -18, 7',) xfq., <)1 ,^(7/. 

Equivocation, permitted l)y Jesuits, 207 si'q. 
Etiiicai, i.Axii'v of Jesuits, 8,) .ifq., 120 scq. 

Fastino, Jesuit relaxations of, VM scq., 142, note (8), 1-17. 

FoiuiKKiEs, writings attributed falsely to Jansenis+s, 31!). 

Free Wim,, doctiine of, [See Introduction II, jxisniiii.] 

In Priniitive Cliurch, !); of Athanasius, Cyril of Jerusalem, Basil, Ephrcm 
Syrus, Chrysostoni, 11; of Western Fathers, ih. ; of Augustine, 12 .vq.; 
his change of view, ih. ; tabular view of the three main divisions, 13 ; 
the Semi-Pelagian reaction, 15 ; Gottschalk, Ki ; Eoman position at 
Trent, 18; Congregation dc Aii.viUi.-<, ih.; Jansen, lit; the Aii(iii.-itiiiiis,ih.: 
Five Propositions, 22 ; identity of Calvinism, Jansenism, and Augusti- 
nianism, 23 ; of Jesuit teaching and Pelagianism, 25 ; Arnauld's Sft'0)ul 
Letter, 27 ; censured by the Sorbonne, 28 ; Controversy of Droit and 
Fait, 389 seq. 

Ghace, doctrine of, [Introduction II, jw(.sx/(n.] 

((() "suilicient," believed by the .Jesuits to be always available, 80 seq. 

(h) "actual," Letter iv, jMnxini, 111 — 125. 

(c) " elhcaeious," 87, 8!), !)0 .wy., and Letter xviir, ^J^.w/w. 
Grave (hh tloctcur ...), Ids supposed iwwer of rendering an opinion " prohalilc,'"' 

118. 

Holy Thorn, alleged miracle, referred to by Pascal, 345. 

HoMiciUE, Jesuit teaching concerning, 103 acq. Letters xiii, xiv, poKnim. 

Opinions of Lessius, 105, 273 .sV(/.; L'Amy, 174 aw/., 281 ; Layman, 107; 
Sanchez, (7).; that hostile witnesses and calumniators may be killed, 
taught by Ilegiualdus, Emanuel Sa, Taimer, Azor, Filiutius, Hercau, 
Mendoza, Becan, Flahault, Lecourt, Baldelli, Molina, Caramuel, 100 ,^eq. 

Ii.mcit Gains, might be retained, according to Jesuit teachers, 189 npq. 

'' ImjMKtureg," les (Replies by Nouet to the Provincial Letters), 54, 250, note (1), 
254, 272, 308, 327. 

Infalubilitt, doctrine of, as regards matters of Fact. 

Denied to Councils, by Be'larmine and Baronius, 303 ; to Popes by 
Pascal, Letters xvii, xviii, pa.i.iim ; case of Scythian monks, 304; Oiigen's 



1 Jl 



a, of FaRundoz, 
. ; Qiiicrcy, 17 ; 

with Jesuits in 



, Bnsil, Ephrcm 
ustinc, 12 Ki'(].; 
1 divisions, Hi ; 
an position at 
AiifiuHtiiiiis, ill.: 
, and Augusti- 
•nauld's Siwoiid 
f of Droit and 



able, 8G seq. 



ion "2^rohahle" 



Layman, 107 ; 
may be killed, 
iutius, Horean, 
imucl, 100 seq. 

)9 npq. 

i, 250, note (1), 



; to Popes liy 
!, 304; OuK'n's 



INDEX OF SUBJECTS. 



425 



writinRH, ih.; Tlonoriiis, ;!05 ; analogy with prosont rnsc, iH'A) acq.; Dicta 
ol' H. (JiOK'ory and S. ilcrnaid, iiH') sfq.; casos of Daniasus and Apollina- 
ris, of ZosinniH and Celostius, //).,- of Leo IX and the rclicH of H. Denis, 
;?!)!; of ZacliariuK and Viigilius, '.\'.tr>. 

Intention (dncliine of "diivctin),'" the), 103 .sc*/. 

iNiKiiiMiiCTATioN (of terms), 111 seq. 

Janhenihth, their position and action, r, sc,/., 19, 23 ; influence on Pascal, 07 ; 

contest with iMolinist coalition, 71 xfq.; accused of conspiracy ayainst 

Christianity, 313 ; relation to Calviidsm, 379 xcq. 
.iKsurra, their historical ))osition, 3 srq.; attitude in Free-Will controversy, 

24 seq.; iiilluenco on casuistry, 3"); their writings attacked, 38 .icq.; 

coalition with Dominicans, HO .siv/.; tlieir general policy. 111 .seq.; expo- 

sition of moral laxity, Letters v— x, pa^.'iini; lleplies to Pascal Hiscq., 

235, 254, 272, 308, 327, 352. 

liOVK OF Gon, .Jesuit teaching concerning necessity of (Letter x), 

Ol)iuions of Escobar, Vas(jue/., Castro Palao, Mendoza, Coninck, Henri 
<[uv./., I'iliutius, Sirmond, Hotus, Suarez, Annat, Pintercau, Le Moinc, 
230 .wj. 

Maoic and Witchcraft, .Jesuit teaching concerning, 192 mj. 
Mauiolatuy, as developed by Jesuits, 199 neq., 213, note (2). 
Mass, relaxations in xaijinn, l'">^- 

,, luuiriti;), 211 ncq. 

Mental Kkseuvation. [See Equivocation.] 
Mohatnt, the Contract, 184 .■.■('(/,, 19(), note (7). 

"Molinists" (i.e. Coalition of Jesuits and Dominicans), 77 seq., 85, note (7), 
100 neq. 

New TnoMisTs. [See Dominicans. J 

OcaLuoiis rrochaiiicH, Jesuit teaching concerning, 133, 224 seq., 310. 
Occui/r Compensation, permitted to servants by Jesuit writers, 154 seq. 
OuKiENisTio CoNTRovEiiSY, referred to by Pascal, 305, 387. 

Popes, Ca^lestinus, 15; Nicholas I, 17 ; Clement VIII, 18 ; Leo XI, ih.; Paul V, 

ih.; Urban VIII, 20 ; Innocent X, 7, 22. [Sec- Infalliiiility.] 
Pout Royal, 40, 07, 329 .wj., 353 xeq. 
I'oiiroir Frochdin, 78 seq. 
PuoiiAHiLiTy, doctrine of, not invented by -Jesuits, 32 seq.; taught by Antonino 

and others, 33 ; developed by Jesuit writers, 129, 135 seq. , 147. 
Propositions, the Five, 21 seq., 74, 357 seq. 
Pkovincial Letters, circumstances which gave rise to, 48 seq.; analysis of, 

49—59; their literary excellence, (7;.; editions and text, C/i seq.; modern 

editors, 08 ; bibliograjdiy, 09. 

■• (Question (lit Fait et ilii Droit," 59, 74 seq.. Letters xvn and xvui, passim. 
Ilondeini against the .hisuits, 05. 

CASC L. 28 



i 



if' 



42(5 



INDEX (»K SUBJECTS. 



" Sable," k, introduced during discussions at the Sorbonne, 89, 106, 110, note (G). 
Saint-Sacrement, special devotions among nuns of Port Royal, 330 seq. 
Second Letter to a Duke (by A. Arnauld), 27 ; replies to it, ib.; censure on it, 

28, 100 «'(/. 
Semi-Pelaoianism, 13, 15 xeq., 25. 

Servants, permitted to rob their masters. [See Occult Compensation.] 
Simony, doctrine of Jesuits concerning, 150, 201 .wj. 
Sins op Ignorance. [See Grace.] 
'' Sorboniqui'," 76, 85, note (0). 
SoiiiiONNE, 73 acq., 89, 97, 101, 106 seq. 

" SoiiJIet (le Coiiqudiine," 207, 287, note (3), 304, 307, note (14). 
Speculation and Practice, 277 acq. 

TnoMisTS, [See Dominicans.] 

Tkaxslationh of Pr. Letters, 69 xeq. 

Tyrannicide, Jesuit teaching concerning, 297, 305, note (7). 

Usury, doctrine of Bauny, 183 ; of Escobar, 184, also 196, note (6). 



hj 1 11 



CAMBEIDaE: PBINTED BY C. J. CLAY, M.A. AT THE UNIVERSITY PRE88. 



BY THE SAME AUTHOR: 



MONTANISM AND THE PIUMITIVE CHURCH ; a study in 
tlio Ei-oiesiastical HiHtory of tho Second Cuutuiy. 



Cambuidoe : Deiuhton, Bell and Co. 
Prico On. 



"A fresh addition to tlio excellent Kcries of essays which havo been produced 

at Cambridge of late years in competition for prizes It is interesting, not 

only in itself, but also as a specimen of tho very dill'erent spirit in which 
historical cn(iuiries are now pursued from that which was usual in tho last 
century. There was a time when llationiilists and llonmnists alike regarded 
Montanus and his followers as a set of crazy impostors: now, every one who 
makes any pretence of being a Church historian must account for the rise 
of Montanism out of tho earlier Church, and describe its influence in the later. 
Mr do Soyres, like Arnold and some othors, sees in Montanism not so nuich 
a deliberate heresy as a reaction against the innovating tendency which made 
itself felt in tho Church in tho second century. To use his own words (p. 110), 
it was an ' exaggerated statement of fundamental and original principles which, 
in a period of transition, would excite as much antagonism as the most violent 
novelty.' Ho is not unconscious of the glaring inconsistencies and exaggera- 
tions into which tho Montanists fell, but he looks at them sympathetically, 

and without sympathy is no true history Even if hero and there we are 

not quite of the same opinion as Mr do Soyres, we must admit that he has 
produced a work which no future student of the Church history of the second 
century can afford to neglect." — Professor Cheetham in Contemimrary Review, 
Feb. 1879. 

" The task has been performed with careful research, united with a broad 
outlook and the preservation of a catholic spirit, which make tho volume, 
comparatively small as it is, one of real value." — Theohxjkal Review, Oct. 1879. 

" Das Ergebniss, zu welchom der Verfasser dieser tiichtigen Arbeit betreffa 
dos Montanismus gekommen ist, wird am kiirzesten an dem Schluss-satze 
.seiner zusammenfassenden Bourthoilung desselbon (S. IIG) erkannt : — ' So, one 
by one, the fundamental principles of Montanism, its links ivith the Apostolical 
Ghnrch, tverc reijarded as heresies.' Dieses Ergebniss ist nicht neu: es ist 
von G. Arnold, Wernsdorf, llitschl u. A. angebahnt, resp. fostgestellt. Der 
Verf. hat das seinige dazu gethan, um es noch einmal uud piinktlich zu be- 
griinden." — Adolf Harnack in the Theol. Lit. Zeitunci, Dec. 1878. 

" This little work is a storehouse of varied, well selected and digested 
learning on the subject." — Examiner, Oct. 18, 1878.